Partagez|

Pleure tu pisseras moins. [Cameron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité







MessageSujet: Pleure tu pisseras moins. [Cameron] Mar 9 Juil - 18:47



Il ya de cela, plus d'un mois, la tempête avait fait des ravages à Magnolia, mais à vrai dire Annie avait été plutôt en sécurité étant à l'hôpital. Ils n'avaient pas voulu la laisser repartir vu ce qui s'annonçait. C'est donc avec une haine horrible que la rouquine était restée dans la chambre qui lui avait attribué avant de lui donner les résultats de ses examens. Sauf que le médecin qui devait lui dire si c'était positif ou négatif était revenu pour lui dire qu'il avait perdu les analyses et qu'il demandait une autre prise de sang mais pas pour maintenant vu le nombre de blessés qui s'accumulaient. Du coup, la jeune McCormick était repartie de sa chambre pour la laisser à d'autres qui en avaient plus besoin qu'elle. La jeune rousse dut se prendre les chaises inconfortables des salles d'attentes et s'endormit dans une position douloureuse qui la fit se réveiller plusieurs fois.
Enfin, le lendemain après une nuit agitée avec soit les cris des enfants ou des parents, ou encore des blessés, Annie put repartir chez elle, à bout de forces sans avoir essayé de joindre Heathcliff.
En se souvenant de ce passage, Annie réalisa à quel point Heath' lui manquait et que c'était dur maintenant sans lui. Elle n'avait plus envie de savoir quoi penser de sa relation avec lui, il était toujours en kiffe sur Evane et Lily, la rouquine ne savait pas trop, et la jolie rousse avait préféré mettre un terme à sa relation avec lui en lui annonçant qu'elle avait avorté depuis le début mais lui avait fait croire le contraire. Ce qui n'avait pas enchanté le jeune homme non plus.

Bref, à bout de forces, Annie monta dans sa chambre sans prendre la peine de regarder son beau-père et sa mère puis ferma sa porte de chambre derrière elle. Avançant jusqu'à son lit, la petite rousse monta dessus, s'y assit puis ramena ses jambes contre sa poitrine, passa ses mains autour puis pleura. La jeune rouquine craquait après toutes ses semaines de doutes et d'impuissance envers son couple et le fait d'avoir avorter toute seule sans que lui ne soit là. Les conneries s'enchaînaient sans qu'elle puisse s'arrêter et ni les contrôler. Annie n'aimait pas se sentir vulnérable face à ses situations ! Elle se sentait mal, sale, pas heureuse. Bref ! Tout allait mal et tout explosait. Annie essayait de se sentir forte envers les autres mais... là elle n'arrivait plus à rien, ni à sourire, ni à se venger contre Evane par rapport à son couple, rien, c'était le néant. Annie cria, elle s'en foutait si ses parents allaient la réprimander, elle s'en foutait. Elle laissa éclater sa colère, sa tristesse, son désaccord, sa faiblesse. La rouquine balança tout ce qu'elle trouva sur son lit ainsi que son cadre en photo avec son soit-disant petit ami. Pleurant encore, la jeune McCormick s'allongea sur le sol en regardant le plafond en essayant de respirer et de reprendre le contrôle d'elle même mais elle n'y arrivait pas. Annie éclata de plus bel en sanglot. La jeune rouquine toucha son ventre et une vision d'horreur lui apparut dans sa tête. Elle secoua alors la tête, comment avait-elle pu faire ça ? A ce petit être qui avait été présent en elle et qui maintenant n'était plus ? Mais la jeune femme entendit la porte de sa chambre et essuya du revers de sa main, ses larmes et continua de regarder le plafond sans bouger ni regarder qui venait d'entrer dans sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Pleure tu pisseras moins. [Cameron] Mer 6 Nov - 7:32

Je me réveillais en sursaut roulé en boule la tête dans mon oreiller que je serrais comme un damné dans mes bras. Je levais difficilement la tête 6h du matin, enfin j'allais pouvoir me lever. J'avais cauchemardé toute la nuit. Je ne me souvenais plus vraiment a propos de quoi mais je me sentais toujours oppressé et perdu. Je poussais un gémissement pitoyable et enfonça violemment la tête dans l'oreiller. Je me sentais comme tétanisé et en sueur malgré le fait de n'avoir d'un boxer sur moi.

Je finis par réussir à déplier mes membres et m'assis lentement sur mon lit. Je vis mon reflet dans ma glace et fis une grimace. J'avais une tête à faire peur avec mes traits défaits. Je passais la main sur ma face pour essayer de la rendre potable mais rien n'y fait.
Je me levais et ferma les yeux quelque instants. Des brides du cauchemar me revient en mémoire. J'étais enfermé quelque part sans pouvoir bouger ni respirer j’entendais des voix m'appeler mais je n'arrivais pas à sortir un son comme si ma bouche était scellée. Comme si mon corps était mort et que ma conscience respirait encore.
Je secouais la tête pour les faire partir  vu que je me sentais de nouveau mal. J'enfilais un short, un tee-shirt et un sweet ou je rebattu la capuche sur mon crane, pris mon mp3, enfonça la touche du play et du volume à fond et descendit doucement les marches. Je passais devant la cuisine et vis le dos de mon père qui faisait du café. Ce dernier se levait toujours aux aurores mais j'étais pas d'humeur à aller le saluer.

Je fermais la porte d'entrée et partit au petit trop en me disant que j'allais me vider la tête. Je courrais régulièrement et faisait des ab-dos ou autres pour m'entretenir sans réellement aimé cela mais un corps cela se magnifie avec l'effort. Je fis des foulées en mode automatiques sans vraiment regarder où j'allais. Je rentrais à la maison au bout d'une heure complètement crevé. Je sentais la sueur coulé sur mes muscles mais je ne sentais pas apaisé pour autant.

Je refermais la porte doucement et alla m'installer dans sur une chaise dans la cuisine sans dire bonjours à personne en gardant les écouteurs sur les oreilles. J'espérais qu'on aurait le bon goût de me laisser tranquille. Apparemment cela fut gagnant car je ne fus pas déranger. Cela dit avec mes yeux hagards doublé du mutisme et le fait que je m'étais montré sans prendre une douche avant devait y être pour quelque chose. J'avalais sans y faire attention du café et des céréales avec un verre de jus de fruit.

Je repartis de la cuisine sans avoir prononcé un mot et remonta dans ma chambre ou je mettais au linge sale mon tee-shirt et le sweet ne restant qu'en short. Après avoir jeté mon mp3 sur mon lit je me regardais dans la glace j'avais toujours une sale mine. J'attrapais des vêtements propres et alla m'enfermer dans la salle de bain. Il n'était pas encore 8h je ne risquais pas de croiser une des filles à cette heure-ci.
La douche était un de mes moment de la journée que je préférais là ou je prenais soin de moi et me sentais d'attaque pour le reste du jours mais aujourd'hui je ne ressentis aucun bien être même si je fis les mêmes gestes habituels. J'étais d'une humeur étrange sans vraiment savoir pourquoi. Il était vrai aussi que je ne cherchais pas à savoir je n'étais pas un adepte de l'introspection ou de la remise en cause et je n'allais pas commencé maintenant. Je pense que ce que j'y trouverais ne me plairais pas. Je mis mes vêtements, ma montre et observa mon reflet. Le soins faciaux n'avaient rien changé j'avais toujours une tronche de papier mâché. Pourtant j'avais passé une heure dans la salle de bain comme je le faisais toujours, il était donc environ 9h.

En soupirant je retournais m'enfermer dans ma chambre et m'installa à mon bureau pour m'avancer dans mes devoirs. J'étais rentré ce week-end d'Havard pour passer du temps avec ma famille mais pour le moment c'était mal partit. Je me vidais la tête et plancha sur mes travaux.

Je luttais depuis plusieurs heures pour essayer de me concentrer mais cela ne donnait pas grand chose. Je n'avançais pas enfin très lentement pour moi. Habituellement cela coulait de source mais là je ramais sur des choses toute simple mais je m'accrochais quand même je n'acceptais pas l’échec c'était hors de question. Je recherchais une info dans un de mes bouquins quand soudain on poussa un cri dans un des chambres à coté de la mienne et des bruits sourds s'ensuivit. Un jours normal cela m'aurait mis en rage qu'elles viennent cassé ma quiétude mais pas aujourd'hui. Je ne sentis que de la lassitude et étrangement de l'inquiétude. Le hurlement été remplie de souffrance. Sans m'en rendre compte je m'étais levé et sortit de ma chambre et était devant la porte de celle d'Annie. J'avais reconnu la voix j'avais l'habitude de l'entendre il faut dire.

Sans frapper je passais lentement la tête dans la chambre pour voir ce qui se passait. J'espérais ne pas me prendre un projectile mais non. Ma demie sœur était allongé sur le sol et pleurait. Je la vis essuyer ses larmes et rester inerte sans même jeter un coup d’œil à l'intrus. Je vis mon reflet dans sa glace ce qui me fit un électrochoc. J'avais toujours les yeux hagards et le teint défait. J'attrapais une boite de mouchoir en passant et m'allongeais à même le sol à coté d'elle et poussa la boite vers elle.

Tu veux parler?

Ma voix n'avait pas d'intonation ironique ou méprisante comme elle était d'ordinaire avec elle. Elle était atone, sans force. Je restais sans bouger en salissant probablement mes vêtements et sans en avoir quelque chose à faire.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Pleure tu pisseras moins. [Cameron] Jeu 21 Nov - 17:44

Souffrir, Annie avait appris à vivre avec, mais sentir une nouvelle douleur et cette douleur... c'était comme mourir. A chaque seconde, chaque minute, chaque heure, le coeur de la jolie rousse sombrait et devenait de plus en plus noir. Il pourrissait de jour en jour et rien ne pouvait le faire devenir rouge à nouveau. La jeune McCormick ne s'était jamais sentie comme ça auparavant et elle voulait en finir, pas en se donnant la mort, non, en faisant taire toutes sortes de sentiments. Et avec tous ces médicaments qu'elle prenait, ça avançait les choses. Même si elle ne se sentait pas apaiser de point de vue psychologique, niveau sentimental c'était parfait. Annie ne voulait plus entendre parler d'amour, ni sentir ce couteau s'enfoncer à nouveau dans cette plaie béante et impossible à refermer. Du coup, son seul moyen pour elle était d'exprimer sa colère en ravageant sa chambre. Certes, ce n'était peut être pas une si bonne idée car tout le monde pouvait l'entendre, mais elle doutait que quelqu'un vienne la voir. Les larmes coulaient lamentablement sur ses joues, la rouquine n'avait jamais été dans un état comme ça, ou presque. Annie était déçue par Heathcliff et déçue par elle-même de son comportement et pourtant... elle n'était pas prête à lui pardonner, non, elle ne voulait pas que ce soit aussi facile pour lui de se faire pardonner. La rouquine voulait faire la "guerre" contre lui, lui montrer qui était Annie McCormick lorsqu'elle n'était pas d'accord et surtout elle voulait arrêter de se taire pour son plus grand plaisir.
Allongée sur le sol, elle repensait à ces instants passés avec lui, des instants qui étaient magiques mais en réalité tellement faux. Oui, faux, car monsieur préférait se taper son ex plutôt que d'avoir une relation stable et vraie avec sa copine. Soupirant et essuyant ses larmes, elle entendit la porte s'ouvrir et une masse s'allongée à côté d'elle. Tournant la tête vers le côté, elle vit son demi-frère, Cameron, qui était dans un sale état. Jamais elle ne l'avait vu comme ça, quelque chose clochait et c'était soupçonneux. Surtout qu'il lui demanda si elle voulait en parler. Haussant les épaules et regardant de nouveau le plafond, elle lui retourna la question. "T'es sûr que toi, tu ne veux pas en parler ? T'as vu ta tête ?" Son ton n'était pas mesquin, loin de là, non, il était normal sans chercher la petite bête ce qui était plutôt rare. Mais savoir que Cameron était venu la voir pour lui demander si elle voulait en parler et qu'il n'était pas sarcastique, ça lui faisait un bien fou quand même. Puis, se décidant, elle lui proposa un marché. "Je te raconte ce qui va pas, si tu m'expliques pourquoi tu as cette tête là en ce moment. J'suis p'tet pas trop présente en ce moment dans la maison, mais quand je sors de ma chambre et que j'te croise, crois moi... je sais tout de suite si ça va pas !" Elle lui fit un mince sourire et en attendant sa réponse elle serra les poings pour se préparer à lui parler de ce qui la rendait malheureuse ces derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Pleure tu pisseras moins. [Cameron] Dim 12 Jan - 23:53

Je m'étais installé sur le sol de la chambre d'Annie à coté de cette dernière. J'eus un petit sursaut en me demandant quand était la dernière fois qu'elle avait fait le ménage cependant je ne bougeais pas. C'était plus confortable que je l'aurais pensé ou alors j'étais tellement étrange aujourd'hui que la dureté du lino me convenait.

Je fis une grimace en entendant les paroles d'Annie. Au moins on pouvait dire qu'il lui manquait un peu de tact mais je m'étais fini par m'habituer au fait qu'elle disait tout ce qui lui passait par la tête sans réfléchir à mon sens.

Je te retourne le compliment... Pleurer c'est mauvais pour le teint..

Je regardais de nouveau le plafond. Je n'étais même pas vexé par sa remarque ce qui avait du s'entendre dans le ton de ma voix. J'avais vu mon reflet plusieurs dans la matinée et vu comment je me sentais cela ne devait toujours pas être glorieux à mon grand regret. Heureusement que je n'avais rien de prévu en ce moment sinon j'aurais du avoir recourt à des artifices pour masquer les dégâts.

Je te raconte ce qui va pas, si tu m'expliques pourquoi tu as cette tête là en ce moment. J'suis p'tet pas trop présente en ce moment dans la maison, mais quand je sors de ma chambre et que j'te croise, crois moi... je sais tout de suite si ça va pas !

Je lui jetais un coup d’œil. Elle avait l'air de le penser. Cela me faisait un peu étrange avoir une vraie conversation avec l'une des habitantes de la maison Cooper. Normalement c'était plutôt sarcasmes et piques mais je n'avais pas la force. Je n'avais agis sous le coup d'une impulsion en rentrant dans la chambre d'Annie, ce qui était déjà rare en soi.
Je haussais les épaules, mes vêtements allaient ressembler à rien quand je me relèverais mais tant pis. Je me dis que j'allais mentir en soutenant que tout allait bien mais c'était un peu tard je n'avais pas nier dès le départ. Je soupirais et parla d'une voix atone.

Je fais des cauchemars depuis quelques temps. Ce qui m'empêche de bien dormir et de reposer mon cerveau comme tu dois t'en douter. Et cela donne donc la super tête que tu as pu voir ces derniers temps. C'est la première fois que je pourrais me trouver laid et crois moi ça me fais un choc à chaque fois que je me vois dans la glace. Je commence à éviter de me regarder ce qui, tu l'avoueras, est un comble pour moi...

j'eus un petit rire désabusé. Je n'aimais pas faire des confidences. Enfin j’aimais parler de moi mais de rien qui pouvait mettre de l'affectif. Cela m'arrivait comme tout le monde mais je faisais attention à ce que je disais et surtout à qui je le disais. Donner des armes pour me faire battre n'était pas dans mon intérêts ni dans mon caractère. J'étais lucide je me savais narcissique et égocentrique mais cela me convenait parfaitement.

Crois moi l’introspection n'est pas une chose agréable pour moi...

je crois que c'était ce que je détestais le plus dans ce qui était en train de m'arriver. Commencer à me poser des questions sur ce que j'avais fais dans certaines situations et comment j'avais réagis m'avait paru tout à fait approprié au moment où cela s'était produit. Désormais je me posais des interrogations et cela me déplaisais souverainement. C'était à mon sens contre productif à quoi cela servait de s’apitoyer sur des choses du passé, on ne pouvait pas le changer. Donc inutile voir dangereux puisque le regret pouvait pointer le bout de son nez.

A toi maintenant. Qu'est ce qui te mets dans cette état?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Pleure tu pisseras moins. [Cameron]

Revenir en haut Aller en bas

Pleure tu pisseras moins. [Cameron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pleures, tu pisseras moins. Si tu crèves j'te tue. [Ronron]
» Pleure un coup tu pisseras moins | chelsea mindy
» Interdit aux moins de 18 ans
» Réglage du PC pour consommer moins
» Dagon Nysrock, démon, du moins pour le moment...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-