Partagez|

« Grand Corps Malade » Julian & Andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Mar 3 Sep - 15:54

Sur son ordinateur, Andrew ferma l'onglet d'un énième site d'adoption. Aucun n'acceptait des étudiants, quelle débilité. Depuis quand a-t-on besoin d'avoir un emploi pour ressentir le besoin d'être parent ? Certes, ils sous entendaient plutôt l'aspect financier, mais Andrew préférait voir les choses ainsi, ça lui donnait un moyen de râler. De toute façon, il avait parfaitement conscience que jamais Lou ne voudrait adopter. Cependant, il était à court d'autres idées pour sauver son ancienne petite amie de la dépression dans laquelle elle sombrait. En fait, à part l'adoption ou lui chanter son amour, il n'avait trouvé aucun autre solution. Or, il avait commencé une chanson, avait retrouvé sa vieille guitare, s'était imaginé accroupi dans son jardin, face à sa fenêtre ... Mais n'avait jamais poussé l'idée jusqu'au bout. Juste un pressentiment, comme ça.

Et puis, un jour, d'un coup, la solution idéale apparut comme par magie : demander de l'aide à Julian King, aka Grand Corps Malade, le mec qui s'y connaissait en dépression car il vivait en mode la-vie-c'est-dark-j'allume-plus-la-lumière-il-va-faire-tout-noir-ta-gueule, depuis le décès de sa mère. Or, perdre sa mère, perdre son bébé, même combat non ? Pour Andrew, ça ferait l'affaire. En plus, Lou et Julian avaient toujours été proches, au plus grand damne de Andrew.

Rapidement, il sortit de chez lui, affronta la lumière du soleil sans fondre car ce n'était pas lui le vampire mais l'autre mec qu'il s'apprêter à rencontrer - il réalisa alors qu'il était fort intelligent de rencontrer un vampire en pleine journée, il n'avait qu'à rester dehors et Julian serait inoffensif, à moins qu'on ne lui ait menti et que Twilight ait dit vrai, auquel cas Julian pourrait sortir, briller de mille feux, puis dévorer Andrew tout cru. Bref (je sais que tu aimes ma façon de grappiller des lignes comme ça), il se retrouva vite devant la maison n°1, qui malheureusement n'était pas assez éloignée de la sienne. Il toqua, donc, prêt à affronter le regard de Julian sans sourciller. Ou presque. Regarder ses pieds en fait, ça serait cool aussi. Quoi que avec sa coiffure Justin-Bieber-dark-side, Andrew ne risquait pas d'apercevoir ses yeux.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Jeu 5 Sep - 0:19



Oscar Wilde a dit : ❝ Plutôt étouffer un enfant au berceau que de bercer d'insatisfaits désirs. ❞


    Le canapé était devenu asile, et les murs de cette maison prison. Julian avait décidé de chercher un appartement, bientôt. Mais pour l'heure, il ne parvenait à remonter la pente. La culpabilité le tenait enchaîné. Il était désormais aussi sabulaire qu'un cactus, sec et morne.
    Avachi sur le fauteuil, il ne bougeait pas, passait ses journées dans le silence à penser et se torturer. Ce qui, en réalité, n'avait strictement aucune conséquence positive, mais c'était tout à fait le but recherché. Le King se croyait responsable des malheurs qu'avaient vécu Lou et Lucy. Entres autres, il n'y était pour rien. Le cyclone avait détruit Magnolia Cresent et menacé la vie de ses habitants une fois que lui s'en était allé à Richmond. Tout n'était qu'un atroce concours de circonstance.
    On toqua à la porte. Il leva les yeux, lentement, comme perturbé dans une profonde léthargie. Les coups se répétèrent. Julian soupira. A cette heure avancée de la journée, il était le seul chez lui. Joy était à l'université, nouvellement assidue ou presque. Daren s'amusait avec les courbes décroissantes de la crise économique, pour ruiner encore plus les particuliers et s'enrichir au maximum. Et lui, unique fils des King, se lamentait en rampant. Comme l'intrus continuer à insister, Julian se fit violence. Il se tira du canapé, lissa ses vêtements, s'approcha de la porte d'entrée. Il ne s'interrogeait même pas sur la personne derrière le seuil, ni sur ses raisons. Beaucoup de choses n'avaient plus le même goût et encore moins la même importance.
    Il ouvrit la porte d'un coup sec, pour découvrir l'un de ses meilleurs ennemis sur son pas. Andrew Davies. A le voir, Julian se sentit d'avance éreinté. Il soupira, baissa les yeux et ne trouva rien à dire.
    Andrew Davies était l'ancien petit ami de Lou. D'ordinaire imbécile heureux, sa figure était sombre. Ses cheveux hirsutes lui donnaient un drôle de genre, au point que Julian se sentit inquiet, l'histoire d'une seconde. Il semblait vraiment mal, mais le King n'irait certainement pas le plaindre.
    Pour se donner relativement bonne conscience, il laissa la porte ouverte et fila dans la cuisine. Hors de question de parler le premier, surtout à Andrew Davies. De toute manière, il n'était même pas sûr qu'ils se comprennent. Si la communication devait avoir lieu, le pseudo dresseur de Pokémon finirait par rentrer. A moins que le numéro un de la Magnolia Street n'ait que de trop l'air d'un manoir à la Dracula pour lui.


Dernière édition par Julian King le Jeu 12 Sep - 21:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Lun 9 Sep - 13:33

Malheureusement, tout ne se passa pas comme Andrew l'avait prévu. Pas du tout même. A peine Julian eut-il ouvert la porte, qu'il disparut à l'intérieur de sa maison. Pardon ? Avait-il remarqué que Andrew était là ? Ou est-ce qu'un vampire était incapable de voir les warriors ? Andrew choisit la première option, sinon cette porte laissée ouverte devenait inexplicable. Néanmoins, Julian ne l'avait même pas invité à entrer ... Le warrior osa poser un pied à l'intérieur, ce qui se fit sans problème. Well, Julian n'avait donc pas bloqué sa maison à l'aide d'un sortilège. Ce qui aurait peut-être était préférable. Andrew l'imaginait déjà, donner l'assaut sur lui juste au moment où il refermerait la porte. Et s'il agissait de la sorte dans le seul but d'attaquer Andrew ? C'était possible, Julian devait avoir faim en ce moment, on racontait qu'il sortait peu depuis son retour. Alors, par sécurité, Andrew laissa la porte ouverte, et rejoint Julian.

« Julian ?? » cria-t-il avant de le trouver dans la cuisine. Il s'assit sur la chaise la plus proche, même si après reflexion rester debout près de la porte aurait été une meilleure solution, en cas de fuite inopinée. Trop tard, il n'allait pas se relever, Julian le considérait déjà suffisamment comme un idiot. « Alors euh, Richmond c'était cool ? » Julian ne croirait pas une seule seconde que le warrior s'était pointé chez lui pour s'inquiéter de son job de vacances ou quoi qu'est-ce. Andrew ne savait même pas avec précision ce que le King avait fichu là bas. Tout ce qu'il voulait savoir, c'est s'il avait pris soin de voir sa meilleure amie. Il avait certainement dû apprendre pour la perte du bébé, c'était obligé. Et s'il n'était même pas allé voir Lou de visu, c'était inaceptable. A moins qu'il n'ait simplement perdu tout ce qui lui restait d'humanité à Richmond, auquel cas Andrew ne donnait pas cher de sa peau.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Jeu 12 Sep - 21:57

Oscar Wilde a dit : ❝ Plutôt étouffer un enfant au berceau que de bercer d'insatisfaits désirs. ❞


    La cuisine des King n'offrait guère de divertissements, mais Julian n'avait pas réfléchi avant de filer. Et désormais, il lui semblait inconcevable de repasser devant son invité pour s'étendre comme une loque dans le canapé. Andrew le prenait déjà suffisamment pour un barge comme ça. Sa résolution fut de lancer du café. Peut-être que cela aiderait les deux ennemis presque jurés à se parler. Surtout que pour l'heure, le King n'avait aucune idée des raisons de la visite du Davies. Il se doutait bien que Lou serait au menu, d'une manière ou d'une autre, mais dans quel dessein ? C'était une autre question, et comme maintes interrogations, il n'avait aucune réponse. C'était lassant d'être ignorant.
    Le jeune homme fouilla les placards à la recherche de filtres et de café moulu, avant de les découvrir juste en face de lui, près de la cafetière. Il entendit la voix hésitante du Davies derrière lui, certainement à se demander où il avait bien pu passer. Il ne lui répondit cependant pas. Sa maison n'était pas un château, il trouverait de lui même, comme un grand garçon. Après tout, c'était clairement ce qu'il était, puisqu'il avait réussi à mettre enceinte une jolie fille.
    En attendant le geek, Julian changea l'eau croupie de la cafetière et lança la machine. Il n'avait jamais été à l'aise avec la technologie, mais les trois boutons ne lui posaient pas de problème. On. Deux tasses. Il entendit Andrew arriver derrière lui, et s'asseoir. Il le laissa faire sans néanmoins se tourner vers lui. Le malaise dans son dos faisait écho à ses propres perturbations. Il se sentait fortement dérangé par la présence d'Andrew. Il le considérait autant coupable des malheurs de Lou que lui, et à plus forte raison : il avait été à ses côtés, lui. Et pourtant, son inutilité avait été constatée. Il n'avait été bon qu'à la détruire, comme Julian l'avait toujours cru. Néanmoins, Julian ne mettait pas en doute les sentiments que le garçon éprouvait à l'égard de sa meilleure amie. Sa sincérité débordait et dégoulinait. C'est d'ailleurs en ce sens qu'il attendait patiemment de découvrir les motivations d'Andrew.
    Le jeune homme interrogea le King sur son stage. Tellement bateau, tellement barbant. Aussi, l'unique fils des King n'hésita pas avant d'éluder la question :

    -Café ? Demanda-t-il d'un ton tout à fait neutre.

    Le café finit de s'écouler et Julian en servit le nombre de tasse nécessaire. Il les avança sur l’îlot central où Davies avait pris place. Mais il refusa de s'asseoir. Il préférait de loin se savoir maître de la situation, qui plus est dans sa propre cuisine. Il tenta de boire une gorgée de la boisson noire mais sentit que la brûlure n'était qu'à un centimètre alors il s'interrompit et prévint son invité.

    -Attends un peu, c'est chaud. Un ange passa avant que le King reprenne la parole. Tu attends quoi de moi, au juste ?

    Oui, les choses avaient à être claires. Davies n'était pas venu profiter d'un café. Il avait forcément quelque chose à demander au King. Et se faire des politesses ne ferait pas avancer la situation. Il était temps qu'Andrew dévoile ses intentions.


Dernière édition par Julian King le Mer 25 Sep - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Dim 15 Sep - 22:25

Andrew avait peur. Que Julian le lamellise pour le manger ensuite, le noie dans l'aquarium ou, pire, lui plante un compas dans le coeur. Embêtant, certes, quand on considère que ce mec était un parrain potentiel de son ex futur bébé. Ah moins qu'il ne cherche à l'empoisonner avec le café, cependant Andrew pressentait qu'un refus face à une telle bonté du King serait peu appréciée ... et risquerait de se terminer par l'une des situations évoquées précédemment. Alors, par sécurité, Andrew répondit positivement à la proposition de Julian. Il observa d'abord ce dernier sans ciller, de peur de le perturber dans son entreprise. Ce dernier n'était certainement pas habitué à avoir de la compagnie, en tout cas pas habitué à avoir une compagnie qu'il appréciait si peu. C'était de notoriété publique, l'un ne pouvait pas encadrer l'autre, et vice versa. La situation s'était aggravée depuis Noël 2011, quand Julian, poussé par un élan de courage chevaleresque, avait lancé son poing en direction du beau visage du warrior. Il l'avait mérité, certes, même si, en remettant les choses à leur place, on réalisait que c'était Lou qui avait chauffé Andrew par jalousie. Il n'empêche que batifoler ensuite avec Naya n'était vraiment pas classe, et méritait ce coup de poing, qui avait eu l'avantage de le rapprocher temporairement de son ancien meilleur ami. Ledit meilleur ami qui lui faisait à nouveau la gueule depuis des lustres, et dont l'absence justifiait que le choix du parrain retombe sur ce psychopathe dangereux. Quand ledit psychopathe servit enfin les deux tasses de café - sans aucun accompagnement type biscuit ou chocolat, car sa serviabilité présentait apparemment des limites - Andrew attendit qu'il porte en premier sa tasse à sa bouche, avant de l'imiter. Sait-on jamais, pour le café empoisonné.

"Euh ... Je voudrais savoir si tu as eu des nouvelles de Lou. J'aimerais m'assurer que tu prends soin d'elle, elle est toute seule depuis que, tu sais, depuis la fête, quand les docteurs ont annoncé qu'elle avait perdu le bébé. Elle ne veut plus me voir, je m'inquiète vraiment pour elle." Andrew ne se vantait pas, mais il fallait admettre que, durant toute leur relation, ils n'y avaient eu qu'eux deux, dans leur bulle. Quelques soirées respectives avec leurs amis, mais ils se consacraient le plus clair de leur temps, s'éloignant un peu de tous ceux qui n'approuvaient pas leur relation. Et ils étaient nombreux. Christian, Julian, Lukas, Gregory, Naya ... Leurs amis, en somme. Alors maintenant qu'ils n'étaient plus unis, Andrew imaginait Lou, aussi seule qu'il l'était lui, et ses inquiétudes redoublaient.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Mer 25 Sep - 16:22

Oscar Wilde a dit : ❝ Plutôt étouffer un enfant au berceau que de bercer d'insatisfaits désirs. ❞


    Tous deux finirent par boire le café. Le liquide était brûlant, mais cette morsure n'était en rien déplaisante. Du moins, pas davantage que cette étrange réunion chez les King. Julian attendait qu'Andrew dévoile ce qu'il était venu faire ici. Ce n'était pas dans ses habitudes que de se jeter dans la gueule du loup, il fallait donc que cet acte soit désespéré.
    Et bingo ! La voix un peu tremblante du Davies ne trompa pas. Lou était au cœur de ses déboires. Il était triste, et ses yeux d'ordinaire pétillants d'amour étaient vitreux. Son idylle brisée le secouait et le déchirait de l'intérieur. Sur l'instant, le King eut un léger pincement au cœur. Il n'aimait pas Andrew, pour maintes raisons. Mais le rencontrer ainsi faisait réellement peine à voir. Et ce qu'il s'apprêtait à lui dire n'irait rien arranger, il en était certain.

    -Je n'ai pas parlé à Lou depuis deux mois, répondit-il sèchement.

    Il paraissait évident qu'Andrew déprécierait cette annonce. Il avait besoin d'être rassuré, de savoir que sa chère et tendre était entre de bonnes mains. Et malheureusement, ce n'était pas le cas. Bonnes ou mauvaises, aucune main n'était tendue pour aider la jeune fille à traverser cette épreuve. Et il risquait bien de s'imaginer quelques atroces futurs pour elle.
    Seulement, si Julian n'avait pas fait de pas vers sa meilleure amie, ce n'était pas sans raison. Il s'en voulait à mort d'avoir laissé Dirty Secret décider pour lui ; d'autant plus que sa fuite l'avait tiré d'un fâcheux pas. Pendant que lui se la coulait douce dans un train direction le Sud, Lou sentait cette petite chose mourir dans ses entrailles. Il n'avait été d'aucun secours pour elle. L'égoïste dépressif qu'il était vivait avec des si et s'il n'avait pas fui, Lou n'aurait peut-être pas souffert. Mais cet hypothétique pensée ne changeait rien à la situation actuelle et Lou demeurait seule contre le reste du monde. Cela, il n'y pensait guère. Mais que voulez-vous, son nombrilisme lui avait déjà coûté deux années de sa vie, pourquoi cela devrait s'arrêter maintenant ?

    -Tu abandonnes bien facilement. Si seulement t'avais fait pareil dès le début, elle en serait pas là.

    Comment allumer la mèche ? Voilà une démonstration  parfaitement convaincante. Et le pire, c'est qu'ils auraient pu s'aider. A s'inquiéter pour la même personne, leur entraide improbable aurait été une force. Mais c'était ça, le hic. Qu'elle était improbable. Et plutôt que chercher une solution pour parer le mal, Julian préférait y trouver des raisons. Peut-être que les éradiquer serait plus bénéfique. Et le poison, c'était Davies.


Dernière édition par Julian King le Sam 28 Sep - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Sam 28 Sep - 11:31

Andrew se retint de tout juron, mais naturellement l'envie était présente. Il était de retour chez lui, dans son quartier, dans sa vie. Quand n'importe qui revient where he belongs, après une absence, il s'empresse de renouer physiquement avec les êtres proches, un câlin à une amie, une accolade avec des potes, un échange avec un frère ou une soeur ... Mais Julian, lui, était une créature débile qui ne faisait pas comme tout le monde. A croire qu'il le faisait exprès. Si la coutume avait voulu d'attendre quelques temps avant de revoir ses amis, il aurait accouru chez eux. Parce que M. Julian-King-je-pense-que-j'ai-la-classe-car-je-dis-que-tout-est-dark-tu-peux-pas-comprendre-ma-souffrance ne fait rien comme tout le monde. Pourquoi ? Parce que la différence est encore plus hype guy ! Et que ce Julian, aspirait simplement, dans la vie, à atteindre le plus haut level de hypitude in this world. Lou ? Elle n'était qu'un dommage collatéral dans son ascension (ahah ! T'as cru que je craquais mon slip dans ce premier paragraphe hein ? Non tout cela est très sérieux !!). Son étude de la socio-machin-truc du comportement des gens n'était qu'un stratagème pour mieux les dépasser, pour être le meilleur. Oui M. Julian-King-tout-court-cette-fois-ci était mégalomane. Etre autre. Mais Lou le considérait comme son meilleur ami. Alors, Andrew l'avait toujours respecté, avait consolé Lou quand Julian était distant, excusant son attitude par les malheurs qu'il traversait, et répétant toujours que Julian était son ami et qu'il avait besoin de son soutien et non d'un abandon supplémentaire. Andrew ne supportait pas ce mec, mais il n'avait pas à interférer son opinion dans leur amitié. Alors forcément, quand Lou avait besoin d'elle à son tour, et que Supertoutnoir n'en avait que faire, Andrew ne pouvait laisser passer. « Tu te fous de ma gueule ou t'es vraiment un connard d'égoiste ? Lou est ta meilleure amie, elle a été là pour toi, quand tu as eu besoin d'elle. Mais toi, tu t'en branles la nouille alors tu vas pas la voir ? Tu t'en fous d'elle c'est ça ? » Il se retint de taper du point sur la table, même si ce geste aurait pu donner une dimension terriblement dramatique à sa tirade désespérée. Il se contenta donc de lever les yeux au ciel, c'était déjà bien.

Mais Julian, quant à lui, n'avait que faire du dramatique. Lui, voulait voir un Andrew qui sort de ses gongs. A en entendre sa réponse, c'était certain. Et Andrew eut beau tenter de s'en convaincre, se répéter encore et encore que Julian jouait avec lui, son comportement ne faisait que lui prouver un peu plus ô combien il n'avait que faire de Lou. Et ça, ça ne passait pas. « Petit Julian innocent, il faut que je t'explique comment on fait les bébés ? Si je n'avais pas été là, elle aurait très bien pu avoir un autre copain et tomber enceinte également. Je ne nie pas mes responsabilités, mais elle ne veut plus me voir. » pause. « Et moi, qui n'est pas son meilleur pote en carton qui n'en a rien à foutre d'elle, je suis allé chez elle, j'ai insisté, mais rien n'y fait. Toi par contre, tu ne bouges même pas ton cul, je savais qu'elle ne comptait pas pour toi, t'es incapable d'aimer de toute façon. » Andrew se serait bien mis des baffes, mais il était trop tard. Lui qui venait ici dans son costume de diplomate, l'avait vite arraché pour dévoiler son habit de justicier, caché en dessous. Malheureusement, il n'était doué dans aucun des deux rôles. Venir ici était une bêtise, mais il se sentait trop énervé pour partir. Julian était comme la dernière chance de sauver Lou - et quelle chance pathétique il était - alors Andrew ne pouvait pas abandonner. Il se contint donc, et cacha toute trace de rage. Mais à l'intérieur, il était bouillonnant.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Sam 28 Sep - 13:52

Oscar Wilde a dit : ❝ Plutôt étouffer un enfant au berceau que de bercer d'insatisfaits désirs. ❞


    Comme prévu, Andrew n'appréciait guère le manque d'intérêt de Julian. Il ne comprenait pas. Les limites de son imbécillité restaient à préciser. Il commença à grogner comme un animal, à montrer les crocs. Ah ça, il n'était pas content le Davies. Mais s'il croyait que sa pathétique petite tirade allait l'émouvoir, le Julian, il se fourrait plusieurs doigts dans l'oeil. Le King pensait sans cesse à Lou, et il savait mieux que quiconque qu'elle avait besoin de son aide. Il sentait au plus profond de lui sa solitude et son désespoir, mais n'était en aucun cas apte à les combler. Comment relever quelqu'un alors qu'on est soi-même au fond du seau ?
    Malgré les quelques insultes d'Andrew, Julian réussit à garder un semblant de sang-froid. Suffisamment néanmoins pour boire son café sans risquer de le jeter au visage de l'abruti en face de lui. Les apparences étaient cependant trompeuses et le King accusait chaque mot prononcés par le jeune homme. Il sentait sa témérité le fuir, et la colère la remplacer. Quelques secondes ou quelques mots suffiraient à le faire exploser. Et il valait mieux que personne ne soit là lorsque le volcan s'éveillerait.
    L'air dédaigneux, sûr de lui, le Davies tenta de prendre de haut Julian. Lui rappeler ses cours de biologie était une manière fort bien pensée de transmettre son message. Mais si Andrew n'avait pas supplié Lou de bien réfléchir lorsqu'elle avait appris sa grossesse, s'il ne l'avait pas convaincue de toutes les manières qu'ils pourraient élever cet enfant et le chérir, elle ne l'aurait pas gardé. Et elle n'aurait pas vécu l'horreur de le perdre si brutalement. De toute façon, le geek était coupable. Les raisons n'étaient que futiles.
    Julian voulut lui répondre dans l'instant qu'il ne servait à rien de fuir ses responsabilités mais le Davies ne lui en laissa pas le temps. Il reprit aussitôt, déterminé à enfoncer le dépressif nombriliste de la meilleure des manières. « Je savais qu'elle ne comptait pas pour toi ». Le cœur de Julian lâcha prise une seconde. Par prudence, il posa la tasse de café sur l'îlot de la cuisine. Sa fébrilité était palpable, mais cela n'empêcha pas le playboy crétin de service de conclure: « T'es incapable d'aimer de toute façon ».
    Julian baissa la tête. Sa mâchoire vint à se contracter. Ses poings se serrèrent et ses phalanges craquèrent sous la pression. De quel droit Andrew venait chez lui pour le sermonner de la sorte ? Pouvait-il seulement l'étudier ainsi ?

    -Ouais, c'est peut-être vrai, dit-il faiblement, dans un murmure à peine audible.

    Le silence se rompait à chaque inspiration des deux garçons. Leurs auras étaient si négatives qu'ils auraient pu renvoyer six pieds sous terre un bourgeon à peine éclos. Julian venait d'approuver les dires d'Andrew, mais ne le laissa pas s'en satisfaire pour autant. D'un pas lent, contrôlé, maintenant une certaine menace dans la pièce, il s'approcha d'Andrew. Et d'un geste volontaire et impulsif à la fois, il balança son poing. Direction le visage juvénile de l'imbécile (mal)heureux, qui tomba du tabouret sur lequel il était assis.

    -C'est peut-être vrai mais je refuse que ce soit un type incapable de protéger sa copine qui me le dise. Retourne vider tes bouteilles de vodka, il n'y a qu'elles que tu chérisses suffisamment !

    Le regard de Julian était noir comme la suie. Il dévisageait le corps étendu du Davies avec toute l'ambition et la détermination dont il pouvait faire preuve. Il avait envie que Andrew flippe et se barre. Mais surtout, il désirait qu'il ait mal, que son âme brûle et se consume. Il rêvait que les regrets s'emparent de son égo surdimensionné et qu'il pleure comme un gamin en rentrant chez lui.


Dernière édition par Julian King le Jeu 3 Oct - 23:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Lun 30 Sep - 18:09

En se taisant, Andrew réalisa l'importance démesurée de son emportement. Il était allé trop loin dans ses mots, plusieurs fois même. Des attaques qui risquaient de réveiller le monstre qui dormait en Julian. Alors, forcément, la peur monta en lui. Déjà, il regrettait sa bêtise, lui qui avait pourtant mûrement réfléchi, préparé sa venue, ses propos ... Finalement n'avait suivi aucun de ses plans, n'en faisant qu'à sa tête, à ses risques et périls. Pourtant, à sa grande surprise, Julian l'approuva. Eneurgueilli, Andrew se redressa sur son tabouret, sans s'inquiéter du rapprochement innaproprié de son hôte. Quand tout à coup, il vit son poing voler vers lui, sentit une douleur immense lui parcourir la machoire, quand le poing entra en contact avec son visage. Sous la force du coup, Andrew tituba et tomba de son tabouret. Le choc avec le sol fut rude. « AIE PUTAIN » cria-t-il avant de se frotter la machoire, endolorie.

« T'es sérieux là ? T'es vener donc tu me cognes ? Débile ! » Andrew se redressa, sa machoire devint plus douloureuse après ses quelques mots, mais il n'allait pas se taire pour autant. « Incapable de protéger Lou ? Si tu avais été là, tu aurais vu que tout le monde était dingue, je n'ai rien pu faire quand on l'a bousculée. Mais tu n'as pas pu voir ... Tu n'étais pas là ! Même pas là pour protéger la tienne de copine, d'ailleurs ! » Il laissa passer un temps puis, sans prévenir, se rua sur Julian, le poussant contre le mur avant de rouer son visage de coups. A croire que leurs discussions ne pouvaient plus se terminer autrement, désormais. Andrew était motivé, la dernière fois, à Noël, c'était Julian qui avait salement amoché Andrew, devant tout le monde. Il était temps de lui rendre la pareille.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Ven 4 Oct - 0:00

Oscar Wilde a dit : ❝ Plutôt étouffer un enfant au berceau que de bercer d'insatisfaits désirs. ❞


    Frapper Andrew n'avait fait qu'attiser colère, dégoût, mépris et culpabilité. Son soulagement n'avait duré que millièmes de secondes et sitôt celui-ci envolé, la dure réalité était revenue s'asseoir sur ses épaules. A longueur de temps, porter ce fardeau avait pris des semblants d'habitudes. La douleur toujours présente s'en ressentait atténuée et il ne faisait même plus attention aux clavicules tombantes qui embrassaient sa peau bleuie. Seuls ces sentiments noirs et amers nécrosaient ses chairs et lui rappelaient que sa vie était un enfer sans nom ni fin. Pour l'heure, son malaise grandissait et il ne savait pas comment la situation allait encore dégénérer. Andrew avait été premièrement surpris. Projeté au sol, il lui avait fallu quelques secondes pour réaliser que l'histoire se répétait. Il s'était mis debout, massant sa joue endolorie, et avait répliqué que Julian était un imbécile. Il n'avait pas tort. User de ses poings devenait une mauvaise habitude et il se révélait que la violence ne résolvait jamais rien. C'était une escalade de non-sens et de revanches stupides. Le Davies n'hésita pas à faire valoir son avis dans leur houleuse discussion, et rappela à Julian que lui aussi, avait manqué à son devoir. Son ton en disait long sur son opinion, et il cracha ses derniers mots comme une insulte. Le King tiqua. Il n'avait guère envie de parler de ça. Après tout, il s'en voulait suffisamment pour que le mal opère. Nul besoin de Mister Andrew Davies pour lui recaler les yeux en face des trous. Il lui jeta un regard mauvais qui transpirait de l'envie de voir le geek s'en aller. Mais cela ne parvint pas à le dissuader. Car comme prévu, dans un continuum de violence et de décadence, Andrew poussa Julian contre le mur, l'accula comme un prédateur le ferait avec une proie, et s'amusa à le défigurer.
    Entre l'envie contradictoire de mettre un terme à cette rixe et de répondre à chaque coup qu'il recevait, le futur psychologue n'eut aucune réaction. Il sentit la douleur s'insuffler dans sa mâchoire et le goût du sang dans sa bouche. Par chance, Andrew ne se servait que de son poing maître, le droit, et s'acharnait sur la joue gauche de son adversaire. (bah oui, il faut que de la main droite, il garde Juju bien collé au mur, par prudence! Et puis, j'ai dit à Lucy que Juju avait un œil au beurre-noir côté gauche donc bref, t'as pas le choix! Haha) S'en vint un instant où il crut perdre la vue. Les images devenaient troubles et indistinctes. Ce fut ce qui l'obligea à bouger. Dans un réflexe de survie ou presque, le King donna un grand coup de tête le plus loin possible. Son front cogna et Andrew recula. Il dirigea un poing à son encontre, pour lui faire comprendre qu'il n'était pas aussi servile qu'on put le penser. Aucun mot ne venait à sa bouche, ni insulte ni compliment pour la rouste qu'Andrew venait de lui mettre. Pourtant, il réussit à articuler une dernière plainte :

    -C'est bon, j'ai compris. Dégage de là.

    Son ton était bas, sobre et humble. Il ne cherchait pas à provoquer, juste à arrêter ce massacre.


Dernière édition par Julian King le Ven 18 Oct - 0:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Jeu 10 Oct - 18:03

Sous le coup de boule, Andrew tituba en arrière. Il manqua de tomber avant de se rattraper de justesse à un tabouret. Putain, la douleur se faisait sacrément sentir, mais il refusait de craquer comme une madeleine devant ce coeur de pierre de Julian. Lui qui voulait réveiller sa compassion, avait finalement goûté à ses poings. Les deux garçons s'étaient toujours entendu comme chien et chat. Aujourd'hui, ils avaient gagné une étape supérieure en sortant leurs griffes. Et Lou dans tout ça ? Dire qu'il tenait cette visite pour elle, il l'avait vite ôtée de son esprit pour se battre. Alors que ce combat était certainement celui qui plairait le moins à son ex petite amie.

Il ne revint pas à la charge, gardant bien fixement en esprit l'image de Lou, incrustant bien fort dans son esprit que cette mascarade ne lui plairait pas. L'électricité était toujours palpable mais il s'appliquait à ne rien laisser paraître. Pourtant, qu'est-ce que ce mec méritait une bonne maraf' danch'gif, hein m'in tcho (oui Andrew a fait un séjour dans le nord de la France une fois, il s'en est retrouvé affecté à jamais). « T'as compris ? T'as compris quoi ? Dis moi que tu vas aller la voir, je bouge pas de là tant que tu me donnes pas ta parole que tu vas être là pour elle. Elle a besoin de toi et je sais que tu tiens encore à elle » même si ça lui pesait beaucoup de dire ça. Il s'appuya sur le tabouret afin de ne pas faillir. Il avait faible mine et une bien sale tête, mais sa détermination était plus forte que jamais.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Ven 18 Oct - 0:25

Oscar Wilde a dit : ❝ Plutôt étouffer un enfant au berceau que de bercer d'insatisfaits désirs. ❞


    Résidait en Julian un espoir immense qu'Andrew quitte sa demeure. Il souhaitait se retrouver seul et libérer son chagrin et sa hargne entremêlés. Il voulait se fracasser la tête contre un mur et se punir d'avoir agi ainsi. C'était inutile, immature, et traduisait tout ce que Julian refusait de devenir. Une bête violente incapable de contenir ses pulsions meurtrières, un animal avide d'une virulente adrénaline, un vampire de sang et de douleur. Seulement, Davies, qui avait toujours été un homme simple, effrayé par la ire qui transpirait du King, était aujourd'hui une toute autre personne. Il ne comptait pas en rester là, et c'était tout à fait légitime. Les efforts qu'il avait fait ne devaient pas être vains. Et puis, sa venue ne s’appareillait en rien à une simple croisette de routine. Il avait un but, un objectif dont il devait sortir satisfait. Andrew n'hésita pas à l'exprimer intelligiblement pour que son interlocuteur amoché imprime.
    Andrew se tenait droit, le regard déterminé, le ton ferme. Il ne mentait pas, et Julian le comprit aussitôt. Jusqu'à ce qu'il lui promette de soutenir Lou, l'alcoolique camperait dans cette maison. Ou, à moindre mesure, il en ferait baver au jeune homme. Julian soupira. Il n'avait guère le choix, s'il voulait se libérer de la présence oppressante du brun : la promesse devait être faite.

    -Tu es stupide. Tu crois que je m'éloigne de Lou par plaisir ? Lâcha-t-il avant de faire une moue désolée. Tu te trompes sur toute la ligne. Si j'étais certain que ma présence arrangerait tout, j'emménagerai avec elle.

    Avouer sa faiblesse serait difficile. Julian vivait avec une fierté si grosse qu'elle en devenait un handicap dérangeant. Et ce sentiment était d'autant plus perturbant que le garçon savait dans quelle impasse se trouvait sa meilleure amie. Il se sentait terriblement démuni, inapte à l'aider ni même à l'accompagner. Pis encore, il craignait que sa seule présence soit un obstacle à sa guérison. Parce que si Andrew l'avait oublié, Julian en était incapable. Comment oublier le tueur de poulet qui sommeille en soi ? Et comment quelqu'un avec autant de sang sur les mains, prêt à perdre le contrôle à tout instant pour une raison qui lui échappe, qui a également encore la conscience des horreurs que la vie lui force à commettre, pourrait risquer la sécurité de celle qu'il chérit comme une sœur ?

    -Mais ce n'est pas le cas. C'est même tout le contraire...


Dernière édition par Julian King le Dim 3 Nov - 11:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Lun 21 Oct - 22:10

Andrew regardait Julian interloqué, sans comprendre. Comme si ce dernier s'était exprimé en chinois durant les cinq dernières minutes (je précise au passage que Andrew ne possède aucune connaissance en chinois, sinon ça casse toute l'image. Contrairement à moi qui ai débuté récemment le chinois et qui suis capable d'énoncer l'heure et la date dans la langue du pays du soleil levant (oui, 3 lignes de blabla c'est toujours ça de pris)). Pourtant, il avait compris chacun des mots énoncé par le garçon. Tous exprimés dans un anglais clair et éloquent. Cependant, mis bout à bout, ils perdaient tout leur sens. La présence de Julian un obstacle dans la guérison de la seule personne qu'ils avaient en commun ? Ah oui, si elle découvre qu'il part véritablement la nuit pour tuer des poulets dans le cimetière, certes. Mais pour le bien de Lou, ne pouvait-il pas épargner quelques animaux à plume, durant quelques semaines ? Ou simplement quelques jours ? Thanksgiving était encore loin, en plus, il avait largement le temps de remplir les stocks des bouchers du quartier.

Andrew soupçonnait néanmoins qu'il y avait plus que cela, que quelque chose se tramait derrière la carapace du grand corps malade. Un grand chaos qui dépassait l'histoire du simple sacrifice de poulets. Malheureusement, Julian était allé trop loin dans ses confidences pour s'arrêter en si bon chemin. « Pourquoi ta présence aggraverait la situation ? Pourquoi la présence de son meilleur ami qui tient à elle et qu'elle aime beaucoup nuirait à sa guérison ? » Vazy, explique, monsieur je-sais-tout.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Dim 3 Nov - 11:04

Oscar Wilde a dit : ❝ Plutôt étouffer un enfant au berceau que de bercer d'insatisfaits désirs. ❞


    Toutes ses tentatives pour oublier qui il était ou du moins, qui il pouvait être, s'étaient soldées par un échec. Même dans les moments de purs bonheurs, Julian n'avait jamais su ignorer la menace qu'il inspirait à ce monde. Et dans les yeux d'Andrew, qui n'exprimaient qu'une incompréhension sans borne, le King, à la place de l'absence, voyait l'ignorance. C'est-à-dire qu'il ne pouvait croire une seconde que toutes ses craintes reposent sur son imagination. Il préférait penser que le Davies ne voyait ni ne comprenait rien. Comme un occidental qu'on jetait au milieu de bridés jaunes. Le pays du soleil levant, en réalité le Japon et non la Chine (♥), avait beau être accueillant, la barrière de la langue faisait office de mur de Berlin.
    Malgré tout, plutôt que tourner les talons, Andrew crut bon de rester interroger davantage son adversaire. C'était dit sur un ton légèrement ironique. Néanmoins, il paraissait maintenant important de ne pas se fourvoyer.

    -Pourquoi diable crois-tu que je me terre ici ? Osa le King. Une question rhétorique, ben évidemment. J'ai du sang sur les mains, Andrew.

    Sa phrase tomba comme un couperet, et raisonna longtemps. Un glas éternel et funeste qui annonçait la fin d'une longue agonie. Ses yeux évitèrent clairement ceux d'Andrew. Il craignait qu'il prenne cette histoire avec humour, qu'il lui sorte une blague stupide sur le sacrifice de poulets. Or, l'heure n'était plus aux divertissements.

    -Chaque jour, chaque seconde que Dieu fait, je crains pour la vie de Lou, de Joy, de Lucy. Je crains aussi qu'elles découvrent ce que j'ai fait, et qui je suis en réalité. Si cela a pu arriver une fois, pourquoi pas deux ?

    Voilà, Andrew avait pioché le coupon gagnant pour les confessions d'un homme pourri de l'intérieur. Julian se permit enfin de regarder dans les yeux azurs de son interlocuteur pour y trouver un soupçon de compréhension. Il ne cherchait pas à ressentir une quelconque compassion, juste à s'assurer que son récit avait été entendu et compris.

    -C'est pour ça que je ne veux pas la voir. Elle vit certainement mieux loin de moi, qui risque à tout instant d'être arrêté ou de tuer à nouveau. Je la protège en restant loin d'elle, voilà tout ce que je peux faire pour elle.

    A contre-coeur, bien évidemment, il se devait de s'éloigner de Lou. Il avait besoin d'elle, autant qu'elle avait besoin de lui, mais prohibées étaient les rencontres et les visites. Au mieux, les coups de téléphone et les messages d'amour pourraient survivre à leur idylle interdite. Et cet éloignement, même si Andrew semblait en douter, le faisait énormément souffrir.


Dernière édition par Julian King le Lun 11 Nov - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Mar 5 Nov - 10:29

Andrew contemplait toujours Julian, dans l'incompréhension la plus totale. Il attendait que Julian branche le décodeur afin de ne plus être en codé. Mais Julian s'obstinait, s'enfonçait dans son énigme. Tel le Père Fouras (ouais alors si c'est pas lui on m'en veut pas, je regarde Fort Boyard que quand je vais à Paris), il débitait des phrases sans sens, la barbe et la voix mystérieuse en moins. Andrew gagnerait-il la clé (ou je ne sais plus trop quoi) s'il venait à bout de ses élucubrations ? Du sang, du sang ? Il a tué le chien des voisins parce qu'il aboyait trop fort ? Et alors, Dexter aussi a commencé comme ça, il s'en sortait plutôt bien. Andrew imagina, un instant, Julian avec une petite barbe naissante et une chemise de bucheron, ça pouvait le faire. Et Lucy pourrait certainement s'occuper de son Harrison. Bon, Julian tuerait quelques personnes entre temps mais ... Quoi ? Andrew leva soudainement les yeux vers son hôte, comme s'il apercevait un ange. Ou le diable, en l'occurrence. Julian avait-il tué sa mère ? Etait-ce le sang d'Alicia qui coulait sur ses mains ? P*tain P*tain P*tain, Andrew se recula et s'appuya sur le tabouret le plus proche, afin de ne pas défaillir. Non, ce n'était pas possible. Si c'était aussi gros, Julian ne se confierait pas ainsi à son ennemi. A moins qu'il n'ait bu auparavant une potion magique qui le forçait à dire toute la vérité, mais c'était vraiment débile alors. Non, Julian devait simplement évoquer les poulets sacrifiés lors de ses séances de satanisme, spiritisme ou n'importequoi-isme. « MAIS POURQUOI TU ME RACONTES ÇA ? » cria-t-il apeuré. « T'entends ce que t'es en train de me dire ? T'as cru que j'étais un débile mentale qui allait te croire ? Ouais, moi aussi ça m'arrive souvent de parler de mes victimes aux gens que j'aime le moins, c'est tellement fun ! » Il se mit à faire quelques pas, car mine de rien, même s'il choisissait de croire que Julian se foutait de lui, une part de son cerveau continuait à flipper sérieusement. Julian était plus branché trucs bizarres que humour. « Rien qu'hier, j'ai tué une araignée, je te raconte pas si Lou le découvre ... » Il s'arrêta de marcher, de penser, de bouger. Il regarda Julian, droit dans les yeux. « Mais elle ne risque pas de le découvrir, car elle m'a rayé de sa vie, et elle ne sort plus de chez elle. » Il déglutit, maladroitement. « Alors je ne comprends rien à ce que tu racontes car je ne suis pas doué en énigmes, mais tant que tu vas pas la voir, même pour lui dire que tu ne peux plus la voir, elle va forcément se sentir encore plus mal, parce que son meilleur ami ne se soucie même pas d'elle. » Il marqua une pause. « Et tu sais comment je le sais ? » Parce que je suis un cochon ! « Parce que mon meilleur pote à moi n'est pas venu me voir une seule fois, alors que tout le monde est au courant que Lou et moi avons perdu un putain de gosse. Putain. » A son tour d'ouvrir son coeur à la dernière personne à qui il aurait pu l'ouvrir un jour (non c'est pas clair comme phrase).

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Lun 11 Nov - 17:48

Oscar Wilde a dit : ❝ Plutôt étouffer un enfant au berceau que de bercer d'insatisfaits désirs. ❞


    L'heure n'était plus aux jolies histoires. Julian en était bien conscient. Ses contes de fées s'assombrissaient pour devenir d'étranges enquêtes bien glauques. Il pesait chaque mot avec, organisait ses phrases morbides avec une surprenante lucidité. Il ne souhaitait pas effrayer Andrew, bien qu'il put le faire sans même un effort. Il désirait juste qu'il comprenne que ce n'était guère une question de volonté. Il ne pouvait vivre auprès de Lou sans la mettre en danger, et cette idée était révoltante.
    Pendant son récit, ses explications noires et suintantes de dégoût, Julian se refusa à poser le regard sur son interlocuteur. Il sentait sa peur grandir, sa colère rugir. Rien de ce qu'il ne saurait prétendre n'obtiendrait raison aux yeux d'Andrew. Il trouverait mille et une solutions pour mépriser cette vérité qui le terroriserait chaque nuit, désormais. Au fond de lui, Davies y croyait, à cette histoire, mais l'avouer serait trop malsain.
    Lorsqu'Andrew se mit à crier, cela ne surprit pas Julian. Il avait l'impression de faire face à un Pikachu survolté, prêt à exploser, ou à envoyer sa pire attaque pour se libérer des mots de son adversaire. Evidemment, c'était bizarre de dévoiler toutes ces choses à celui qu'on considérait comme l'un de ses ennemis, qui plus est lorsqu'il venait de nous mettre une raclée. Mais Julian ne raisonnait pas de cette manière. Andrew venait le trouver pour parler d'un amour commun, ils devaient donc s'allier dans cette guerre. Sauf qu'en réalité, ni l'un ni l'autre n'étaient vraiment aptes à faire la paix pour aider Lou.
    Totalement paniqué, Andrew se mit à parler, à bouger, à s'agiter. Il s'arrêta soudainement pour faire face à Julian, qui eut un mouvement de recul. La terreur passée, il ne restait dans le filtre à émotion que la colère. La colère et le chagrin. Pour la première fois de la journée, Julian ressentit de la peine pour quelqu'un d'autre que lui-même. Il ne pouvait pas comprendre la douleur de perdre un enfant. Mais il comprenait partiellement ce que c'était d'être seul pour affronter l'inimaginable et l'inacceptable.
    Il baissa la tête, conscient que Lou devait vivre des journées interminables, bercés par les sanglots et la rage. Et lui, il était là, à se morfondre dans ses histoires amorales.

    -Je... tu crois vraiment qu'aller voir Lou pour lui dire qu'elle ne doit pas compter sur moi, c'est l'aider ? J'en doute. Il déglutit avant de se mordre la lèvre. Moi, je ne sais pas quoi faire, ni quoi lui dire.


Dernière édition par Julian King le Lun 18 Nov - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Mer 13 Nov - 14:08

Il était toujours incapable de convaincre Julian, ses tentatives échouaient les unes après les autres. S'en était même révoltant, mais Andrew se gardait bien de s'agacer, de peur de provoquer la rage de Monsieur Julian King le crazy dingue. Il s'organisait méticuleusement afin de parvenir à ses fins. S'en était même fatiguant, Andrew ne s'était pas concentré de la sorte depuis longtemps. Il devait rassurer la bestiole, la caresser dans le sens du poil, enjoliver ses dires et mettre du lubrifiant sur ses paroles afin qu'elles passent mieux. « Je pense que là, en ce moment, elle doit se dire que son meilleur ami s'en fout d'elle et n'est pas là pour l'aider, alors qu'il le pourrait. Et je pense que ce sentiment, celui de se sentir abandonné, est encore pire. Et je sais de quoi je parle. » C'est vrai, si Christian venait le voir demain, pour lui dire que s'il n'était pas présent pour lui c'était pour la simple et bonne raison qu'il avait été embauché comme gardien d'escargots, Andrew lui pardonnerait toute la peine qu'il ressentait, sur le champ. Il imaginait la peine que Lou devait ressentir, sans ce meilleur ami qu'elle aimait tant, même si Andrew ne comprenait toujours pas ce qu'elle lui trouvait, encore moins maintenant. « T'as juste à lui dire que ça va aller, parce que ça va aller et on n'a pas d'autre choix que d'avancer » Il passa son visage dans ses mains, soudainement démoralisé. Il demandait simplement à Julian de répéter à Lou tout ce que ses amis lui disaient jour après jour, tout ce qu'il entendait mais refusait de croire, alors que c'était comme ça que fonctionnait la vie.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Lun 18 Nov - 0:03

Oscar Wilde a dit : ❝ Plutôt étouffer un enfant au berceau que de bercer d'insatisfaits désirs. ❞


    Contrairement à ce qu'Andrew pouvait penser, Julian n'était pas stupide. Il comprenait très bien que l'ignorance était le pire des maux. Mais il ne se voyait pas comment panser les plaies de la jeune fille. Et sans nul doute, la voir si faible et fragile lui serait insupportable. Il ne pourrait contenir cette envie débordante de l'aider, de la soutenir, de l'emmener loin d'ici. Mais lorsque ce moment viendrait, quelle destination prendrait Julian ? Est-ce qu'Andrew pouvait l'entendre ? Oh, tu as aidé ma chère et tendre à aller dans un monde meilleur, quel dommage que je n'aie pas pris tes menaces au sérieux, lorsqu'on était chez toi ! Il pouvait comprendre la douleur qui lacérait chaque parcelle de chair, chaque organe, qui broyait les os et détruisait toutes les cellules de son être à petit feu. Il pouvait comprendre l'abandon qu'elle ressentirait à ne plus le voir. Il pouvait comprendre la solitude et la désertion de l'espoir comme de l'envie de vivre. Mais jamais, il ne consentirait à relativiser ce qu'il était. Le danger qu'il représentait, il le connaissait. Et Andrew, si naïf pouvait-il être, ne faisait aucun effort pour le croire. Sa tête et ses jambes lui criaient de courir lorsqu'il s'évertuait à rester. Fichu cœur de pokémon ! Alors, quand Julian entendait Andrew lui assurait que ses dires ne valaient rien, qu'il les contredisait comme s'il refusait un plat au restaurant, cela le rendait dingue. C'était son ignorance qui mettait Lou en danger. A insister comme il le faisait, il risquait la vie de celle qu'il désirait plus que tout – que dis-je, ardemment ! – reconquérir. S'il envoyait Julian au front, il prenait le pari inconsidéré de ne jamais voir la princesse quitter son château.

    -Tu as conscience que peu importe ce que tu me diras, je ne prendrai jamais le temps d'être le meilleur ami de Lou comme tu aimerais que je le sois. J'expédierai cette histoire de « tout ira bien mais je ne peux pas rester » et ce sera tout.

    En réalité, Julian était certain qu'Andrew n'avait pas pensé aux conséquences d'une annonce comme celle-là. Mais à bien y réfléchir, le King trouvait son interlocuteur minable. S'il pensait réellement à son ex-copine, il aurait dû tout prévoir, de A à Z.

    -Tu penses qu'elle fera quoi, quand elle réalisera que son meilleur pote sur lequel elle compte tant préfère se barrer sans l'aider ? Qu'il vient s'excuser pour pas trop culpabiliser et qu'il se tire. Tu penses qu'avec ce nouvel abandon, elle fera quoi, hein ? Qu'elle viendra te pleurer dans les bras, peut-être. C'est ça ton but en fait. La sauver avant qu'elle se jette d'un pont. Tsss. Ose me dire que t'avais pensé à ça, je ne te croirai même pas.

    Ton sec et froid à la Julian King énervé, celui qu'il ne faut pas chercher. Une étincelle et le brasier s'était incendié. Il ne manquait plus qu'un coupable à ériger au dessus du bûcher. Andrew Davies voudrait s'y coller ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Dim 22 Déc - 17:48

Je m'excuse pour le retard de ouf, j'avais pas vu que tu avais rep promis    

Andrew soupira discrètement, seule expression qu'il autorisait de son exaspération excédée. Julian était dingue, malade dans sa tête, il ne comprenait jamais ce qu'Andrew essayait de dire. Il était dans son monde, sa bulle. Andrew aussi, avait sa bulle où vivre, mais elle était à des années lumière de celle de Julian. La bulle d'Andrew était fleurie, chaleureuse, cool et on s'y amusait grave, les fleurs étaient simplement un peu fanées. Celle de Julian, par contre, c'était une bulle bien dark, où il avait tout peint en noir, avec pour seule lueur les bougies servant à ses sacrifices sataniques. Encore une fois, Andrew le regarda de la tête au pied, cherchant la plus infime des molécules qui le rendait sympatique aux yeux de Lou. En vain, il ne trouvait rien. Et Julian n'aidait pas, à être aussi sombre et fermé. S'il était aussi transparent que du plexiglas, Andrew aurait pu comprendre ses élucubrations démesurées sur le danger qu'il représentait. Qui sait, en fait Julian était peut-être un serial killer qui empaillait ses victimes, ou peut-être se transformait-il en loup garou à chaque pleine lune. Heureusement pour Andrew, le calendrier ne planifiait pas de pleine lune pour aujourd'hui.

« Bien sûr, je suis tellement tordu que je cherche à ce qu son soit disant meilleur ami la détruise, pour qu'elle ait tant besoin de moi qu'elle revienne me chercher en rampant. Euh ... confonds pas, c'est toi le tordu, pas moi. Je veux juste qu'elle voit ses amies au lieu de se renfermer sur elle. » Il était fatigué de s'expliquer auprès de Julian, qui de toute façon ne dé tolérerait jamais. Chacun avait son idée bien arrêtée, à quoi bon. « Mais j'aurais pas dû venir te voir, j'aurais dû solliciter un vrai ami à elle, au temps pour moi » Il se redressa sur ses deux pieds, il avait eu suffisamment de King pour des lustres. « Reste bien tout seul du coup, ça doit être cool, je me casse. » Et il quitta la cuisine, direction la sortie ... avant d'être à nouveau la cible de coups.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew Ven 27 Déc - 19:45

Oscar Wilde a dit : ❝ Plutôt étouffer un enfant au berceau que de bercer d'insatisfaits désirs. ❞

    Finalement, les coups n'avaient servi à rien. Enfin, la violence ne servait à rien, mais là, c'était pire que tout. Avec une personne sur deux sensée – Julian évidemment – la discussion aurait dû trouver une conclusion normale. Mais non, il suffisait de mettre en face du Génie King un Pokémon éploré et c'était le pire sac-de-nœud qu'on ait eu à démêler.
    Andrew ne se privait pas pour rappeler à son interlocuteur comme il ne devait pas confondre les rôles. Selon lui, Julian était le roi des tordus et lui l'une de ses probables futures victimes. Il n'avait pas tout à fait tort, et le moustachu-barbu jeta un regard au tiroir où la famille en deuil rangeait ses couteaux.
    Il se contenta d'un soupir et d'un grincement de dents. Il commençait à sentir sa tête lui tourner un peu. Le coup de boule, peut-être ?
    Andrew semblait se décider à quitter le numéro un de Magnolia Street. Julian ne savait si c'était une bonne chose ou pas, dans le fond. Parce que son départ signait la poursuite de la guerre, et dieu seul savait quand on devrait pointer « armistice » sur le calendrier. Enfin, cette rixe durait depuis bien longtemps et tous, eux deux compris, avaient certainement cessé d'espérer la fin des combats. Rien ne les ferait s'aimer, désormais. Par contre, ils pouvaient se haïr davantage. Les mots d'Andrew blessaient chaque fois Julian. L'autre avait beau être débile et simple d'esprit, il était humain. Alors à travers ses yeux d'ahuri, le King voyait comme tout le quartier le méprisait. Il était incompris, voué à la solitude. Seule Lucy avait encore un quelconque pouvoir sur lui. Mais combien de temps serait-elle gentille et prête à l'aider et à le défendre ? Leur relation avait découlé d'une lettre où il lui narrait comme l'amour était étranger à son cœur mais comme il avait besoin d'elle. Mais cette tentative de pochoir de son cœur n'était qu'un réalisation artistique superficielle. Car au fond, bien au fond, s'agitaient des molécules de noirceur dont Lucy ne savait rien.
    Comme Andrew concluait par une phrase bien cinglante, empreinte d'une déception non-feinte et d'un certain dégoût, Julian leva des yeux exaspérés vers lui. Mais déjà, le Davies quittait la cuisine. Il ne comptait certainement pas revenir et Julian se jeta corps et âme derrière lui. Il s'arrêta sur son porche et regarda le crétin avec lequel il s'était battu fouler le goudron.

    -J'irai la voir ! Cria-t-il à son encontre. Mais sois sûr que je ne la pousserai pas à te revoir !

    Il avait l'air d'un fou, avec son regard mauvais, son œil violet et sa joue griffée. C'est ce qu'avait dû se dire Madame Adamovitch en passant avec sa voiture. Julian la dévisagea une seconde avant de retourner à l'intérieur. Il claqua la porte derrière lui.
    La culpabilité le rendait dingue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: « Grand Corps Malade » Julian & Andrew

Revenir en haut Aller en bas

« Grand Corps Malade » Julian & Andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» grand corps malade
» Grand corps malade
» Un grand malade en subaru
» ? Groupe 1 - Grand Central Terminal.
» (M) JULIAN MORRIS -> Meilleur ami et grand amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-