Partagez|

« Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité







MessageSujet: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Jeu 26 Sep - 17:18

Qu'est-ce qu'il fichait, planté devant cette porte, parcourut par un stress qui lui raidissait l'échine ? Lorenzo n'en savait rien. Ou plutôt, il le savait trop bien. Depuis que ce jour où sa vie avait basculé, ce sentiment ne quittait plus son esprit. Son divorce prématuré ouvrait de nouveau le champ des possibles à une éventuelle relation avec Nina, des possibles qu'il ne cessait d'explorer depuis, sans pour autant contacter la principale intéressée. Il regarda les semaines s'écouler, une, deux, trois, quatre, plus ? Délibérément il évita de compter, de chiffrer d'une quelconque manière son célibat. Mais une donnée restait tenacement ancrée dans sa tête : il était disponible, un état sentimental qu'il souhaitait depuis si longtemps. Une durée à laquelle il refusait de penser, par respect pour Summer. Et là était désormais le seul respect qu'il lui devait, la dernière barrière qui subsistait. Plus rien ne l'interdisait de courir vers Nina. Une peur inexpliquée le retint plusieurs semaines, mais maintenant que les excuses "je me concentre sur la rentrée", "je prends le temps de m'installer dans cet hôtel", "je m'habitue à vivre seul" étaient épuisées, il n'avait d'autre choix que de se lancer.

Devant la porte de l'appartement, il resta longuement sans bouger. La possibilité de rebrousser chemin était naturellement tentante. Lorenzo n'était pas un froussard, mais il s'apprêtait à changer sa vie à tout jamais. En bien, en mal, en pire, en mieux, il n'en savait rien. Mais leur situation jamais définie ne resterait plus immobile. Ils étaient en position de faire un choix, désormais.

Finalement, il sonna. Car il n'était pas venu ici pour rien. Car si jamais elle ouvrait la porte avant lui elle ne croirait sûrement pas à "bonjour je suis ici pour livrer des pizzas mais j'ai oublié ma casquette et mon scooter, dans lequel se trouvent d'ailleurs les pizzas, comment ça vous n'avez pas commandé de pizzas ?". Car ils pouvaient être ensemble désormais. Car il avait besoin d'avancer dans la vie. Car son coeur était encore hanté par le fantôme de leur amour, et il devait s'en débarrasser. Soit ils commenceraient quelque chose de nouveau, soit il classerait enfin leur relation au chapitre des histoires terminées. A côté de Summer. Et naturellement, affronter un chapitre "histoires en cours" désespérément vide pouvait effrayer plus d'un homme, surtout un homme comme Lorenzo, habitué depuis des années à une vie peuplée de filles - des sérieuses, des moins, des filles d'un soir, des filles de plusieurs soirs, des filles de quelques mois, une fille de quelques années. Mais il était trop tard, il avait sonné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Dim 29 Sep - 13:02

La rentrée, la rentrée, c'est reparti. J'hésite entre euphorie et lassitude anticipée. Les cours ont déjà commencé mais je n'ai pas encore réellement repris le rythme. D'ailleurs, il est dix-sept heures et je suis déjà crevée. C'est pas normal, ça ne me ressemble pas, ça. Aussi je décide de me secouer un peu, et enfile un legging et un débardeur avant de lacer mes sneakers et c'est parti, je pars courir dans la ville. J'en ai pas grand-chose à faire des passants qui me prennent pour une tarée de faire un jogging par une chaleur pareille, en plus ils sont débiles parce que le soleil dans deux heures commencera à se coucher. Continuez à squatter les fast food si le coeur vous en dit, mais personnellement je n'tiens pas à faire partie des statistiques américaines sur l'obésité. C'est ce que mon regard semble leur dire lorsque je croise des gens blasés comme ça. Puis surtout, ça me permet de m'aérer l'esprit. Putain oui, y'a rien de mieux pour retrouver un peu de liberté que de courir sans but précis et s'abandonner. Au bout d'une heure et demi j'arrive au bout de mon énergie, alors je fais le trajet du retour à pied. En passant je passe me prendre un cappuccino histoire de récupérer un peu. Demain c'est lundi. Lundi le pire jour de la semaine car aussi le premier. Si seulement un truc pouvait venir illuminer ma journée, ce serait pas mal. Ni Katya ni Austin ne sont présents à l'appartement, c'est le constat que je fais lorsque je pousse la porte de notre colocation. Avant d'aller me doucher je fais quelques étirements histoire de ne pas avoir de courbatures. Puis j'entends la porte sonner. Katya a oublié ses clefs ? J'expire longuement avant d'aller ouvrir. And boom. En tenue de sport, en sueur et encore essouflée, je crois que je n'aurais pas pu rêver mieux pour accueillir mon invité suprise. Punaise, plus sexy tu meurs. Y'a mon coeur qui bat à cent mille pulsations seconde, et je ne sais pas encore tout à fait si c'est sa présence qui veut ça ou plutôt le fait qu'il me voie accoutrée ainsi. « Bonjour ? » je fais, gênée, je ne sais même pas pourquoi il est venu là, il doit bien y avoir une raison, non ? A moins que ça lui prenne comme ça. Ça fait tellement longtemps. Je suis paumée. « Si tu permets je vais aller finir ce que j'ai commencé puis je reviens après, d'accord ? » Ouais en fait je crois que j'suis carrément crispée donc je fais un geste de la main pour qu'il entre dans l'appart et se pose où il veut en attendant que je revienne, parce que là ça ne va pas être possible. Je file sous la douche et c'est seulement lorsque l'eau frôle ma peau et que je suis seule dans la pièce que me viennent mille questions à l'esprit. Pourquoi est-il là ? Est-ce qu'il vient pour s'engueuler ? Pour m'annoncer quelque chose de grave ? Il s'est remis avec ma soeur ? Mon père l'a payé toute une année de salaire pour qu'il parte s'exiler en Tchécoslovaquie et que notre pourcentage de chances de se croiser en ville soit réduit à zéro ? Je ferme les yeux et applatis de mes deux mains ma tignasse mouillée, avant d'attraper une serviette puis rapidement de me changer. Je compte jusqu'à dix dans ma tête avant de retourner dans le salon, c'est bon j'suis prête. Enfin, je crois. J'en suis plus très sûre maintenant qu'il est face à moi. Du coup je m'asseois sur le sofa en face de lui, raide comme un piquet et mains jointes, j'suis pas du tout à l'aise. « Quelque chose ne va pas ? » Je sais pas, je préfère m'attendre au pire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Lun 7 Oct - 21:13

Nina n'avait pas changé. Quand elle ouvre la porte, Lorenzo la reconnait immédiatement. En même, temps, elle n'avait jamais quitté sa vie. Il la découvrit cependant dans une tenue jamais vue auparavant : vêtements de sports, simple et naturelle, une tenue de tous les jours, normale. Pas une tenue dans laquelle il l'aurait croisée au lycée, ou rencontrée dans une chambre. Une tenue dans laquelle il avait croisé maintes fois Summer. Mais il ne pense plus à elle, il pense à Nina désormais. A Nina, qui lui demande de patienter. « Oui, pas de souci » Il prend place dans le salon et s'installe dans le canapé, gêné. Il se sent de trop, il ne se sent pas chez lui : il se sent con. Les regrets commencent à naître, il n'aurait pas dû venir, sa place n'était pas ici, pas dans cette vie étudiante. Mais il n'appartient plus non plus à Magnolia, ce quartier résidentiel peuplé de couples. En fait, il ne sait plus où est sa place, il est perdu. Mais croire que celle ci se trouvait auprès de Nina fut une erreur.

Il entend la douche au loin, ce bruit le crispe. Réellement, elle prend sa douche alors qu'il se trouve dans la pièce à côté ? Malgré lui, l'idée de la rejoindre le séduit, mais il la réprime aussitôt. C'est trop tard, il l'imagine, nue, sous le jet de la douche. Son corps a certainement changé, grandi, évolué. Il imagine son corps de femme. Le bruit de la douche se stoppe, alors Lorenzo se ressaisit. Il sent ses joues rougir sous le coup de la honte, vite il se débarrasse de ce sentiment, en pensant à des faits divers. Mais Nina, s'habillant juste à côté, ne quitte pas une seule seconde ses pensées.

Finalement, elle ré apparait. Habillée, normalement. Il la suit du regard, jusqu'au sofa en face de lui où elle prend place. Son air perplexe ne le surprend pas, dans ses pensées doivent se bousculer mille et une raisons pour justifier sa présence. Peut-être connaît-elle déjà la bonne. Mais à vrai dire, il est incapable de le dire lui même, avec distinction. « Oh si, ça va, et toi ? » Il répond avec précipitation, se frotte les mains l'une contre l'autre, afin d'évacuer le stress. Mais ce dernier se veut tenace, alors Lorenzo se lance, la boule au ventre. Persuadé à l'avance que ses prochaines paroles ne seront qu'un flot empâté et manquant de clarté. A l'instar de sa vie et de ses pensées. « Summer et moi divorçons, j'ai préféré te l'annoncer en premier, plutôt que tu ne l'apprennes de quelqu'un d'autre. Je sais, j'ai hésité à t'appeler, mais nous n'avons jamais été très ... téléphone. » Excuse bidon au possible, mais si Nina n'est ni méchante ni rancunière, elle acquiesera. Et si jamais elle réplique qu'un simple appel aurait fait l'affaire, alors Lorenzo sera fixé sur la nature de leur relation indéfinissable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Ven 25 Oct - 14:40

C'est toujours sur moi qu'il faut que ça tombe ce genre de truc. 90% du temps je suis habillée, maquillée, bref un minimum apte à recevoir quelqu'un à la maison, ou du moins à ouvrir la porte sans passer pour une demeurée. Là il se trouve que le moment fut mal choisi, car ce n'est pas Katya, ni même un voisin en panne d'oeufs ou un livreur, que je trouve derrière ma porte, mais l'homme qui a partagé ma vie et mes pensées un long moment déjà. Y'a plusieurs éventuelles réactions qui se mélangent dans ma tête, partagée entre la surprise, la peur, l'enthousiasme, ouais c'est surtout ces trois sentiments là qui m'viennent en tête. J'sais pas vraiment comment on est censé réagir face à ces choses-là. Ma mère, la pro des apparences et du savoir-vivre, aurait sans doute su me dire quoi faire. Mais en l'occurence elle n'est pas là, et j'crois que je suis bien trop sincère avec moi-même pour arriver à feindre quoi que ce soit. Alors je lui dis d'entrer. Et il entre. Et moi je file sous la douche. Métaphore de la fuite ou réel besoin, je dirais bien un peu les deux. Faut pas oublier que je sors d'une séance de sport, mais qu'à la fois j'ai besoin de réfléchir, d'anticiper. Et lorsque je me retrouve à nouveau face à lui et qu'il m'annonce qu'il va divorcer j'me dis que j'ai bien fait de trouver mes mots parce que je sens que le fait d'avoir cette conversation avec lui, risque de me faire m'effondrer. Pas extérieurement, j'veux dire. Avec moi tout se passe à l'intérieur, ces derniers temps. Je vais pas pleurer, je vais pas crier, je vais pas rigoler ; je vais pas extérioriser. Je risque plutôt de tout analyser dans ma tête avant de sortir une pauvre phrase bancale qui voudra bien démontrer à quel point je suis détachée de tout ça alors qu'en vrai je ne m'en fous pas, du tout.  « Oh c'est.. gentil de ta part d'y avoir pensé. » Une phrase un peu comme ça. A vrai dire j'ai toujours rêvé qu'un jour il m'dise ça. Ce moment je l'ai imaginé, voulu, souhaité, idéalisé. Et voilà, il se passe comme ça. Lui chez moi, moi les cheveux mouillés, c'est pas vraiment ce que j'avais imaginé. Mais peut-être que c'est mieux comme ça. Plus naturel, plus spontané, plus nous, quoi. C'est là que j'me rends compte que sous la douche, j'ai réfléchi à ma phrase de début, mais que j'ai en rien pensé à la suite. Alors j'me dis, c'est pas grave, c'est pas grave Nina vas-y improvise. « Qu'est-ce que tu comptes faire maintenant ? » Je ne sais même pas s'il occupe toujours le même poste, la même maison, s'il a toujours les mêmes habitudes et la même chanson préférée. J'ai l'impression de ne savoir plus rien. Et ça m'effraie et me chagrine à la fois. « La vie continue je suppose. » Je crois que je dis ça plus pour moi-même qu'autre chose, sauf que je ne me rends compte que je l'ai fait à haute voix qu'un peu trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Dim 27 Oct - 16:23

Lorenzo attend la réaction de Nina, avec plus d'impatience qu'il n'est permis. Il prend soin de cacher ce sentiment malvenu, et se répète en boucle que cette visite n'est que de courtoisie, que Nina est une ex petite amie qui méritait d'entendre la nouvelle de sa bouche. Piètre consolation, mais Lorenzo avait appris à être raisonnable, depuis ce jour où leur relation chaotique indéterminée avait pris fin. Il la regarde, elle ne semble toujours pas déterminée à parler. Pourtant, elle devait être au courant que le couple Summer-Lorenzo n'avait rien d'un long fleuve tranquille. Quand on aime encore son ex, comment peut-on vivre heureux avec son épouse ? Finalement, elle parle. Des paroles qui laissent Lorenzo de marbre. C'est tout ? Il attend une suite qui ne vient pas, il attend son avis, une véritable réaction, il attend la vraie réponse. Ce semi merci n'est qu'une mise en bouche, right ? Apparemment non, c'est l'entrée, le plat et le dessert. Alors elle ne pense rien, n'a aucune opinion ? C'est impossible, Lorenzo se sent révolté, mais ne dit rien, il cache tout. Il n'a pas oublié qu'elle est soi disant passé à autre chose, qu'elle n'est plus disponible. Même s'il continue d'espérer qu'elle a gardé une place pour lui, au chaud. Apparemment non, quelqu'un a dû occuper cette place avant lui. Trop tard.

Nina continue avec des phrases banales. Est-ce que sa présence l'importune ? Est-ce qu'elle a autre chose à faire, autre chose à voir, quelqu'un d'autre à voir ? Il ne pose pas la question, de peur d'une réponse affirmative : il veut rester, encore un peu. Après, il partira. Pour l'instant, il profite encore de la revoir. « Ce que je compte faire ? Rien de particulier. Je suis toujours professeur de mathématiques, j'ai pris une chambre à l'hôtel. » Il se tait, perturbé. L'évoquer en présence de Nina lui rappelle cette malheureuse soirée de Saint Valentin, passée là bas, à deux. Que serait-il advenu, s'il lui avait dit qu'il l'aimait, s'il avait eu le courage, les tripes, les couilles, pour balancer ses sentiments ? C'était clair, pourtant, autrement il n'aurait pas passé cette fête de l'amour avec elle, mais avec son épouse. Nina avait demandé les trois petits mots qui ne vinrent jamais. « Je revois des amis, la vie continue oui, enfin, elle redevient comme avant. » Comme avant Summer, finit-il par dire, par conclure. Maintenant il s'en va ? Il a correctement répondu aux questions, il gagne le droit de partir. Nina lui rend son coeur, comment ça se passe ? « Et toi alors, la rentrée tout ça ? » A elle maintenant, à elle de passer l'examen des questions banales et stupides, de répondre honnêtement. Et ensuite, ça sera fini. Plus de questions, plus rien à se dire ... Y'a plus qu'à partir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Dim 15 Déc - 19:30

Je crois que je suis pas faite pour ça. La confrontation, les engueulades, les mots durs qu'on balance sans trop savoir pourquoi, juste pour se défendre et ne pas perdre pied, ne pas perdre la face. Là tout est calme. Tout est calme et c'est si violent. Ça ne crie pas, ça ne s'énerve pas. Ça fait des sourires gênés et ça prononce des phrases à demi-mot parce qu'on n'sait pas par où commencer. Et j'sais pas ce qui est le pire. S'engueuler ou se retrouver gêné face à quelqu'un on a trop aimé, qu'on croit connaître par coeur mais qui nous est désormais étranger. Il m'annonce ce qui semble être une bonne nouvelle mais, méfiante, j'ai toujours peur que ça ne cache autre chose. J'ignore ce que lui en pense, s'il voit ça comme un soulagement ou une souffrance, à vrai dire je n'arrive pas à lire sur ses yeux ce qu'il pense. Pour moi c'est une bonne nouvelle. Mais j'suis pas certaine que ce soit le cas pour lui.  Tout divorce est censé être une mauvaise chose, non ? Alors je me contiens, tout se passe à l'intérieur et je tourne sept fois ma langue dans ma bouche, puis je réfléchis avant de formuler ma question à l'inverse de ce qui se trame dans mon esprit. « Bon ça c'était la mauvaise nouvelle, la bonne c'est quoi ? » Ma bouche devient bée lorsqu'il me dit qu'il a déjà quitté la maison conjugale, qu'il a pris une chambre d'hôtel. L'hôtel, qui fait écho à une soirée bien lointaine. Tout parait moins abstrait tout à coup et ça m'fait un peu un point dans le coeur parce que je me rends compte que ce qu'il me dit est réel. Il est parti, il la quitte. Il est là, en face de moi. Et moi, je fais quoi ? « A l'hôtel ? Mais c'est triste! Tu veux rester ici en attendant de trouver un meilleur logement ? » Je fais un geste de la main comme pour dire t'en fais pas pour mes colocs, ils diront rien. Austin n'est quasiment jamais là et souvent je trouve l'appart bien trop grand pour nous trois. La bonne éducation voudrait que lorsqu'on a pas vu quelqu'un depuis un bout de temps, on lui demande comment ça va, ce que sa vie devient, comment se passe son travail, et tout le reste. « Ça va. » Moi, ça m'ennuie. J'veux du concret, j'veux savoir ce qui se passe dans sa tête, ce qui le tourmente, ce qui l'enchante. J'veux qu'il me raconte sa vie comme si l'on se parlait encore chaque heure de chaque journée, j'veux pas entendre des oui ça va, des phrases qui englobent tout et ne veulent rien dire à la fois, des trucs qu'on balance pour survoler le problème et passer son chemin. « Je te manque ? » Ça c'est du concret, ça ça m'intéresse. Mais j'me mords la lèvre aussitôt après l'avoir prononcée. Je me lève et j'vais faire quelques pas maladroits dans la cuisine avant d'ouvrir le frigo en silence pour me servir un truc. Parce que ça c'est pas le genre de phrase que tu balances comme ça. Je sais pas ce qui m'a pris. Une pulsion qui m'a attaqué l'esprit, comme si j'avais bu un ou deux verres de trop et que je ne pensais plus ce que je disais. Et la vérité c'est que j'en ai peur, de cette réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Dim 15 Déc - 21:27

Il reste un peu de marbre, quand Nina qualifie cette nouvelle de "mauvaise". Pardon ? Il se demande s'il ne s'est pas mal exprimé, alors il repasse la cassette dans sa tête, réécoute ses phrases. Non, il a bien expliqué qu'il divorçait. Qu'il est disponible, pour elle, si elle le souhaitait. Que leur histoire peut commencer. Mais non, pour Nina ce n'est pas une bonne nouvelle. Alors ça veut dire qu'elle est désolée pour lui, mais qu'elle n'en a rien à cirer qu'il soit disponible. Qu'elle espère qu'il trouvera quelqu'un, quelqu'un d'autre. Pas elle, elle elle est partie, elle s'est envolée, elle s'en est allée. Il s'étonne même qu'elle ne lui demande pas pourquoi il est venu jusqu'ici pour lui dire. Après tout, il ne va pas rencontrer chaque fille qu'il s'est tapé, pour les informer. Y'a facebook pour ça, et la mise à jour de la situation sentimentale. Il est soulagé, en fait, qu'elle ne lui demande pas, qu'elle ne lui dise pas qu'elle ne comprend pas en quoi ça la concerne. A moins que sa remarque ne soit une manière polie de dire que c'est triste mais qu'elle ne peut rien y faire. A moins qu'elle ait mal compris, qu'elle pense qu'il vient ici pour du sexe, parce qu'il est en chien depuis qu'il n'a plus son épouse à disposition dans son lit. Oui ça doit être ça ... Non Lorenzo, calme toi. Il ne s'emporte pas, il balaye ces élucubrations insensées de sa tête. Il doit arrêter de se faire des films. Leur histoire n'est pas une saga, le générique de fin est passé, la musique est terminée. Tout le monde sait que les suites ne sont jamais de bonne qualité.

Elle ne lui propose pas de boisson chaude, elle ne fait rien. Pourtant, même Sheldon Cooper sait que telle est l'attitude à adopter quand on reçoit un ami triste. Peut-être ne sont-ils même plus des amis. Des ex, seulement. Pourtant, elle lui propose de rester dans son appart le temps de trouver un nouveau logement. Pardon ? Et où, dans cet appart ? Sur le canapé ... ou dans son lit ? Ah mais c'est vrai, le divorce est une mauvaise nouvelle. Alors ça signifie certainement l'option canapé. Peut-être que c'est comme ça qu'on réconforte un ami aujourd'hui, chez les jeunes. Au diable les boissons chaudes, aujourd'hui on offre une place sur un canapé. Il aurait préféré le thé. « Ne t'en fais pas, je cherche, à Magnolia, dans le centre, pas loin du lycée. » En fait il ne cherche pas, c'est un mensonge. Mais dormir chez son ex, la voir en nuisette le matin. Si tant est qu'elle dorme en nuisette. Il ne se souvient pas l'avoir souvent vue dormir. Ironie, sachant qu'ils ont passé bien des moments au lit. Et pire, voir d'autres hommes rentrer dans sa chambre, pendant qu'il se tape le canapé. Il les imagine déjà, ces hommes. Des populaires, ceux clichés qui sortent des magasines de mode, qui savent toujours quelle expression dire à quel moment, qui fréquentent son école de design ... Pas des vieux profs démodés, restés dans la vieille banlieue hasbeen de papa-maman. Elle ne lui en parle pas, il voulait des détails mais elle dit juste que ça va. C'est trop insupportable, trop gênant. Il l'imagine déjà rire, aussitôt parti, rire de lui parce qu'il avait l'air très con. Il doit partir, tout de suite, histoire qu'elle puisse se délecter au plus vite. Mais sa déception dépasse son mal être, puissance mille. Il venait ici avec des espoirs plein les bras, des rêves plein la tête. Elle avait tout envolé. D'un coup de main, tout balayé. Il repartait bredouille, les bras ballants et la queue entre les jambes. Il avait presque envie de l'engueuler. S'il n'était plus avec Summer, c'était en partie sa faute, merde. Parce qu'il pensait à elle alors qu'elle vivait sa vie et s'envoyait en l'air dans sa chambre, où sur ce canapé où elle voulait le faire dormir. C'était parce qu'il avait une fois appelé Summer "Nina" lors d'un ébat. C'était parce qu'elle lui manquait. Et là, elle lut dans ses pensées. Il redresse la tête et la regarde fixement, tant pis s'il la gêne. Il n'avait pas l'impression d'avoir parlé à haute voix, comment avait-elle entendu ? Il veut lui demander comment elle le sait, mais aussitôt elle se barre. C'est quoi son problème. Il attend, puis se lève et la suit. Elle est dos à lui. Qu'est-ce qu'elle fout ? « Tu veux que je me barre ? » Elle peut pas lui dire, clairement ? Lui demander si elle lui manque franchement ! Il aurait fait le chemin jusqu'ici, si elle ne lui manquait pas ? Il s'approche d'elle, attrape son bras et la retourne. Il veut la regarder. « Et moi, je te manque ? » Il ne veut pas la jouer défaitiste, vieux mec à consoler parce que la fille ne l'aime plus. Alors il pose la question à l'affirmative, pas à la négative, même s'il a déjà compris la réponse. Il en a marre de s'ouvrir alors qu'elle ne fait rien. Qu'elle le jette, cash, direct, il a envie de se barrer. Il a d'autres meufs à rencontrer, maintenant. Il tient toujours son bras, peut-être un peu trop fort, il n'en sait rien. Il n'y pense pas, il attend sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Mar 17 Déc - 14:03

Il ne répond pas. J'ai l'impression que la distance qui s'est installée entre nous au fil des mois à ne plus se voir, ne plus se croiser, a changé un truc. Quelque chose s'est brisé. Je ne saurais pas mettre des mots sur ça, mais quelque chose n'est plus là. On ne se comprend pas. Ou plus. J'ai peur qu'il le prenne mal si je lui dis que son divorce est une bonne nouvelle, parce que j'imagine que ça ne doit pas être la joie dans sa tête, quitter sa femme, quitter sa maison, quitter ses habitudes. Alors je tourne ça autrement. Et du coup, forcément, il comprend les choses de travers. J'attends une réponse qui ne vient pas. Tantôt je le fixe quelques secondes tantôt je regarde ailleurs. Mais il zappe la question, il évite les réponses à donner. Je me dis okay, peut-être que c'est moi le problème. Peut-être que je n'ai rien compris au but de sa visite, à ce pourquoi il est là. Mais je cherche la bonne façon de réagir or je ne trouve pas. Avec Lorenzo c'est toujours comme ça. Tout n'est pas dit, tout n'est pas exprimé à haute voix. Les choses les plus importantes sont souvent passées sous silence, comme si elles étaient sous-entendues, évidentes. Et parfois ça mène à des quiproquo, à des malentendus. Quand j'avais un peu étudié la psycho, je me rappelle avoir lu des trucs comme quoi face à une situation donnée, il y aura autant de réactions et d'interprétations différentes possibles que d'individus interrogés. C'est fou comme face à une même situation chacun peut comprendre totalement l'inverse. Alors je crois que là Lorenzo ne me comprend pas, et je ne le comprends plus non plus. « Oh d'accord, comme tu veux. » Il ne veut pas non plus, ce n'est pas grave. Je laisse quelques secondes se perdre dans le vide puis je me lance, cette fois sans vraiment me poser de questions. « J'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? » Et j'espère cette fois qu'il va me dire la vérité, si tel est le cas, plutôt que de balayer ma question et que je sois encore plus dans l'incompréhension. On a des problèmes de communication parfois, c'est fou. Tout s'emmêle dans ma tête, j'ai l'impression de ne plus savoir ce que je fais, qui je suis, qui il est. Ça m'énerve parce que les choses ne se passent pas comme dans ma tête, j'ai la sensation de ne rien maitriser et c'est quelque chose qui m'insupporte. Que le contrôle de la situation glisse entre mes doigts. Alors je lui balance une phrase comme ça, sans trop savoir pourquoi, puis je vais ailleurs. Je me sers un café et j'oublie même de lui en proposer. Il ne répond pas. Encore. Je sursaute lorsqu'il parle enfin. Je sursaute à nouveau lorsque je sens une pression sur mon bras. « Pourquoi tu fais ça ? » Je le fixe, je ne comprends pas. Pourquoi se barrer alors qu'il a fait tout le chemin jusqu'ici, pour m'annoncer ce qu'en gros on, du moins je, attendais depuis une éternité. « Pourquoi tu réponds pas à mes questions ? » Je m'écarte sur le côté pour qu'il me lâche. Ça y est je suis énervée et je ne sais même pas pourquoi. J'soupire, je bois une autre gorgée. Je prends son "et moi" pour un oui. Alors je réponds. « Bien sûr que oui, je t'aurais même pas laissé entrer sinon. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Ven 27 Déc - 13:46

Est-ce qu'elle a dit quelque chose qu'il ne faut pas dire ? Lorenzo reste silencieux un instant. Non, aucune parole de travers, voyons. Juste sous entendu qu'elle ne peut rien faire pour lui, il est désormais en phase de divorce, seul. Elle n'est plus là non plus. « Euh, non » Il ne la regarde même plus, honteux d'être ici, honteux d'être venu la voir avec des pensées si peu avouables. Il espère qu'elle ne lui demandera pas la réelle raison de sa venue, même si annoncer de vive voix son divorce est une bien piètre excuse. Il ne la regarde toujours pas, mais quand elle lui pose sa question fatidique, son visage bondit sur elle, ses yeux se rivent sur elle, sur son air angélique. Il se demande s'il n'a pas rêvé ses mots, Nina semble tout aussi silencieuse. Mais aussitôt, elle disparait de la pièce. C'est certains, il n'a pas rêvé, elle lui a bien demandé si elle lui manquait. La réponse l'intéresse-t-elle vraiment ? Il espère que oui. Mais il ne comprend pas son départ précipité, sa fuite. Il la suit, hors de question de la laisser s'échapper. Mais une fois devant elle, impossible de répondre. Il sent que sa main serre son bras peut-être un peu trop fort, le stress sans doute. Ce même stress qui le rend subitement silencieux, muet, incapable de lui avouer que pas un jour ne s'est passé sans qu'elle n'occupe ses pensées. Enfin, c'est un tout petit peu erroné, mais elle n'a pas besoin de connaître les détails sans importance. Il reste impassible, mais intérieurement il s'en veut de qualifier Natalie de "sans importance". Il n'a pas eu de nouvelles d'elle depuis leur baiser, à dire vrai il ne cherche pas non plus à en avoir. Pourtant, elle avait réussi à lui faire oublier Nina, l'espace de quelques minutes. Sauf que lui, il ne voulait pas l'oublier, sa Nina, malgré tout, malgré leur passé, malgré la douleur, malgré leur dernière entrevue malheureuse, malgré tout ce qu'ils avaient pu se faire subir l'un l'autre. Malgré sa remarque inattendue sur son divorce. « Excuse moi » Il ne sait pas pourquoi il fait ça, il ne sait pas pourquoi il reste silencieux. Alors il se contente de s'excuser et de lâcher son bras. Le contact lui manque, instantanément, mais la toucher à nouveau serait malvenu. Pas tant qu'elle ne fournit pas de réponse. Elle ne se fait pas prier, elle répond, elle. Il s'en veut pas ne se cache pas, probablement le lira-t-elle dans son regard, si elle y plonge le sien. Il se sent ridicule de ne pas avoir répondu, alors que Nina l'a fait, comme une grande. Mais qu'est-ce que ça veut dire ? Sa réponse amène d'autres questions. Comment lui manque-t-il ? Qu'est-ce qui lui manque ? Il pose sa main sur son bras, à nouveau, mais de façon plus douce, cette fois-ci. Sa main glisse, le long dans son dos. Elle ne dit rien, pour l'instant. Il fait attention, à la moindre remarque, il arrêtera. Mais elle ne dit toujours rien, alors il la rapproche de lui, et l'embrasse. Un doux baiser, simple, sans artifice, sans extravagance, un baiser tout en finesse. Parce que ça y est, le calme a enfin gagné leur relation. Plus de tempête, plus d'orage ou d'ouragan. Sérénité, enfin ... si Nina veut bien de lui. « Tu m'as manqué aussi, énormément. » Comme si elle n'avait pas compris, comme si l'embrasser n'avait déjà pas explicité tout ça. Qu'il est con. « Nina, on peut enfin être à deux, aujourd'hui, pour de vrai, si tu veux. » Il enlève sa main, pour la laisser respirer, pour la laisser choisir. A dire vrai, il préférerait même partir. Lui laisser le temps dont elle a besoin, et puis revenir quand elle serait à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Jeu 23 Jan - 23:12

Alors ça y est, c'est fini ? Le chagrin prend vraiment fin un jour, c'est pas des conneries ? C'est pas juste un mensonge qu'on dit aux gens pour qu'ils se sentent mieux et un petit peu heureux ? Je ne pensais sincèrement pas que viendrait ce jour. Pas aujourd'hui ni même jamais. Si bien que j'y crois pas tellement. J'me demande si je ne suis pas en train de rêver, de divaguer. Me faire des films assoupie autant qu'éveillée, c'est une habitude. Moi j'ai besoin de mots, j'ai besoin qu'on m'explique, qu'on me dise les choses. Parce que je n'sais pas les deviner, les pensées des gens, leurs sentiments, leurs attentes et leurs déceptions. J'essaie de lire les réponses dans leur regard, mais je n'parle pas les yeux. Lorenzo, lui, est plutôt un homme d'action. Il préfère taire ses pensées et les montrer. Certains diront que nous sommes opposés, pas faits l'un pour l'autre, d'autres assureront que les opposés s'attirent et au contraire complètent la partie manquante de leur alter ego. Moi je choisis de croire en la seconde théorie. Alors lorsque ses lèvres quittent les miennes, je mets du temps à réaliser. « Tu.. Je, oui moi aussi. » est la première chose, aussi insensée soit-elle, qui vient à mes lèvres encore troublées. Mais ça tu l'as déjà dit tout à l'heure, Nina. C'est absurde mais j'ai la sensation que ce baiser ne ressemble à aucun de ceux que l'on a pu partager auparavant. Le goût de l'interdit s'est dissipé, pour faire place à celui du bonheur. Du bonheur non dissimulé, celui qui nous est autorisé. « Je.. sais pas quoi dire. Oui, ouais.. oui c'est ce que je veux tu sais. » Mes mots s'emmêlent les pinceaux et se débrouillent pour rester cohérents ; c'est tellement le bordel là-haut. Je fais un pas de recul un instant, le temps de reprendre mes esprits. C'est quoi cet effet que tu me fais là, Lorenzo ? Une seconde et demi en suspens et puis, j'évacue mes pensées et m'empare à mon tour de ses lèvres, ne réfléchissant plus vraiment. A rien. Juste à ce que mon coeur, mon cerveau et mon moi tout entier me crient d'affronter. J'ai longtemps rêvé de ce moment, mais jamais réellement cru qu'il se déroulerait un jour sous mes yeux, que j'en serais l'actrice, même. Alors ouais, c'est que je veux, c'est ce que j'ai toujours voulu. Et même si j'ai parfois douté, je crois que cette volonté ne s'est jamais envolée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Jeu 6 Fév - 13:23

Nina semble sonnée, la situation l'assommait. Lorenzo aussi a du mal à réaliser, pourtant tout sortait de sa bouche, de sa tête. Une fois les mots prononcés, une fois perdus dans l'air, ne lui appartenant plus, ils prennent un sens différent. Ils deviennent réels. Ils peuvent être ensemble, pour de vrai, ils se manquent, pour de vrai. Ils se sont attendus, pour de vrai. La peur d'être attrapés et punis, qui les prenaient au ventre quand leurs lèvres se touchaient, a disparu. Aucune peur quand il l'embrasse, la mer est calme, la tempête est terminée. C'est bizarre. Ça ne sonne pas "eux", ça sonne petit couple paisible. Ils n'ont jamais été un petit couple paisible. Il se surprend à aimer ça, aimer pouvoir être avec elle et qu'elle puisse dire oui. Pas de "oui mais", pas de contrainte, pas de tâche d'ombre au tableau. Juste eux et leurs sentiments. Nina et lui se sont battus pour les faire taire durant trois ans, maintenant ils les laissent s'exprimer. Alimentés par l'interdit, ils ne se sont jamais éteints, ces sentiments. En arrivant ici, Lorenzo appréhendait qu'ils disparaissent, partis avec la tempête. Mais quand il l'embrasse, il réalise qu'il l'aime toujours autant. Il ne pensait pas qu'il était possible d'aimer quelqu'un autant, pourtant il s'en rend bien compte. Quand elle lui dit oui, il sourit. Quand elle s'agrippe à lui et lui rend ses baisers, il se fiche du reste. Ses mains se glissent dans cette longue chevelure brune, la toucher lui avait manqué, aussi. Il oublie le reste, ils y penseront plus tard. Les commères qui s'empresseraient de jaser, les personnes à qui il sera délicat d'annoncer, Rose est naturellement l'objet de sa première pensée. Il détache alors ses lèvres, ses mains glissent doucement, sur les épaules de la jeune fille, sur ses bras, avant de tomber le long de son corps, ballants. Il ne comprend pas pourquoi les complications s'obstinent à s'immiscer dans leur relation. Mais cette fois-ci, il ne baissera pas les bras. Il pose ses mains sur les épaules de Nina et la regarde droit dans les yeux, d'un regard criant de sincérité. « Je n'arrive même pas à y croire » Il lâche un petit rire, puis l'embrasse à nouveau. Il veut juste récupérer tous les baisers qu'il n'a pas pu lui donner. Rattraper le temps perdu, oublier le passé et partager son futur. Il s'écarte alors pour la regarder, pour vérifier que c'est bien elle, qu'elle est bien là, en chair et en os, en entier, tout à lui. « Je voulais bien un café » dit-il amusé, en désignant celui qu'elle s'était servi, sans même lui en proposer. Étrangement, il appréhendait d'être un couple avec elle, car ils n'avaient jamais fonctionné normalement. Il leur faudrait du temps. « Ça risque de ne pas plaire à certains » Il se souvient de tous les regards assassins que les amis de Nina ont pu lui lancer, au lycée, quand ils étaient pleinement au courant de la situation. Il réfléchit lui même, faut-il impérativement qu'il soit celui qui le dise à Summer ? Il ne veut pas qu'elle l'apprenne par des commérages, qui viendraient à son oreille uniquement pour observer sa réaction. Mais bien sûr, c'est Rose qu'il appréhende le plus « dont ta soeur » Pourquoi ne pas l'appeler par son prénom ? Après tout, elle est son amie à lui, aussi. Mais il repense au fameux jour où il lui avait avoué la vérité, la colère qui s'était emparée d'elle ne s'oubliait pas facilement. « Je n'ai vraiment plus envie de me cacher » Il se rapproche d'elle et dépose un baiser sur son front. Il est pensif, il s'imagine avec elle, tout ce que ça impliquait. Puis, il réalise que peut-être, Nina n'attend pas la même chose. Un moment, il avait oublié leur différence d'âge, mais elle lui revient droit dans la figure. Dix ans, quand même. Et si ça lui plaisait, à elle, de vivre cachés ? Et si elle avait trop à faire pour affronter les complications ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Ven 21 Fév - 20:34

Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas retrouvée dans un état pareil. Complètement dans la lune, dans un espace-temps parallèle à la réalité, comme si j'avais du mal à croire se qui était en train de se passer. Mais pourtant, tout était vrai. Rien n'avait changé. La terre était toujours ronde, je m'appelais toujours Nina, j'étais toujours à Philadelphie. Seulement, il était là, avec moi, chez moi et tout ça ne ressemblait en rien aux dernières fois où nous nous étions croisés. Pas de cris, pas de moues gênées, pas de malentendus. Lui et moi, ce n'était pas une histoire facile. C'était beaucoup de pleurs, beaucoup de souffrance, mais beaucoup de passion et beaucoup d'amour aussi. Seulement, malgré tous les problèmes auxquels on avait du faire face, il semble que l'on ne puisse s'empêcher de toujours revenir l'un vers l'autre. Comme un bateau qui peine à remonter son ancre et à s'en aller, loin, sans jamais se retourner. Indétachables. Une histoire qui progressait à la vitesse d'un escargot mais ça y est, je crois qu'on y est, on est ensemble. C'est presque trop beau pour être vrai. « Moi non plus. » je souffle. Je souris tout en me trouvant un peu débile. Avoir attendu qu'une chose arrive depuis tant de temps, mais ne pas être à même de l'apprécier, ou plutôt de la réaliser, lorsqu'elle s'offre à moi. L'humain, cet éternel insatisfait. Lorsqu'il m'embrasse encore mon coeur fait un bond. J'avais besoin de ça, je crois. Qu'on me secoue, qu'on me fasse vivre. Revivre. Je réponds à son baiser et glisse mes mains autour de son cou. J'ai l'impression de redevenir une enfant qui ne sait plus comment s'y prendre. Parce que cette fois on ne joue pas. Et ça, c'est effrayant. Je laisse échapper une esquisse de rire et vais faire couler un café pour Lolo. « Tu vas pas commencer à faire ton macho avec moi hein. » je lâche, parce que je sais à quel point Lorenzo est susceptible et combien il est facile de lui faire prendre la mouche. « Ça va je blague, tiens. » Lorsqu'il évoque le risque que ce tournant ne plaise pas à tout le monde, je me sens à nouveau envahie par les émotions, submergée d'un tas de sensations désagréables que j'aimerais faire s'envoler. Pourquoi faut-il qu'il aborde ça maintenant ? Je soupire sans me cacher. « Je sais. » Je tortille une mèche de cheveux avant de lever les yeux sur lui. Ses lèvres caressent mon front et je me demande alors comment j'ai pu faire pour supporter une vie sans lui aussi longtemps. « Pour Rose c'est à moi de le faire je pense. C'est moi qui doit le lui dire. » C'est ma soeur, c'est moi qu'elle devra taper si ça ne lui plait pas. C'est à moi qu'elle j'espère dira qu'elle comprend, qu'elle ne nous en veut pas, qu'elle est là. Mais j'ai peur, j'appréhende tout ça et j'attends avec impatience le moment où l'on pourra enfin apprécier cette relation sans toutes les complications qu'elle implique depuis trop longtemps déjà. Vivre tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo Sam 1 Mar - 9:20

Lorenzo a l'impression de ne pas savoir comment faire. Comment s'y prendre. Sur quel pied danser. Il se sent dépassé, personne ne lui a fourni le mode d'emploi de la relation-qui-commence-par-du-sexe-continue-en-amour-impossible-puis-devient-possible. Tout ça avec une fille de dix ans de moins que lui. Il faut dire qu'il n'a jamais été formaté pour les relations traditionnelles. Après avoir foiré sa romance de jeunesse, il joua de son charme, ici à MC, pour qu'on lui pardonne ses attitudes de Don Juan. Mais celles qui s'essayèrent à une relation plus traditionnelle ne supportèrent pas ses yeux baladeurs. A croire que, même quand il y met du sien, on ne voit qu'en lui le beau gosse que les filles - de son âge ou plus jeune - trouvent craquant. Nina, pourtant, croit suffisamment en ses sentiments. Il faut dire qu'il ne l'a jamais aimée comme il a pu aimer les autres filles. Elle est différente. Peut-être son air innocent alors qu'il la sait bien maligne. Peut-être son style vestimentaire particulier (ahah). Peut-être tout ce délire à propos des âmes soeurs auquel il n'a jamais cru. Il se vexe à peine, quand elle se moque de lui, et préfère en rire. Macho, elle devrait faire avec. Elle sait avec quoi elle signe. Pourtant, elle signe quand même. Malgré l'abandon, malgré la trahison. Summer. On peut considérer sa relation avec elle comme traditionnelle, pourtant Lorenzo ne s'y résout pas. Il a vraiment l'impression que sa relation avec Nina est la première qui se rapproche de la normalité. Si on oublie le fait qu'elle n'a que vingt ans, bien sûr. Alors oui, il ne sait pas comment faire. Il n'ose pas évoquer le sujet qui fâche. Tout se bouscule dans sa tête. Elle est encore étudiante, lui n'en parlons pas. Elle n'est pas en âge d'avoir des enfants, lui ... n'en parlons toujours pas. Ils ne vivent même pas dans la même ville. Aller la chercher chez elle, devant ses parents, quand il s'agit de sortir ? Petit quartier confiné à la con. En arrivait ici, il était conscient que rien ne serait facile. Il reste à la regarder, en buvant le café. « Comme tu veux » Il détestait les complications, et leur relation démarrait sur les chapeaux de roues à ce sujet. Il essaya d'oublier tout ça, de penser juste à elle, à eux. Ils ne pourront jamais vivre dans une bulle, à l'abri des autres. Mais juste une fois, juste maintenant, juste au début. « Viens là » Il pose la tasse et attrape sa main, pour la ramener vers lui. Il passe ses bras autour d'elle, toute petite. Il veut l'embrasser, encore, encore. Est-il possible de passer sa vie à embrasser quelqu'un ? Il aurait bien voulu. Ses lèvres se posent sur sa bouche. Doucement, plus passionnément. Elle lui a tant manqué, ils ont tant à rattraper. Tout ce temps perdu, qu'ils auraient pu passer à s'aimer. Il est totalement dépendant, accro à elle. Et aujourd'hui, il peut enfin consommer. Ils avaient contraint leur sentiments, aujourd'hui ils les laissent s'exprimer. Il n'est pas d'un naturel patient, pourtant. A croire qu'elle le rend meilleur. Ses mains glissent dans sa nuque, il veut l'embrasser, encore plus fort. Il ne sait pas ce qu'elle veut faire, mais lui a envie d'elle. Ils n'ont jamais été très bavards, à deux, avant. Il faut dire que leur relation n'était pas vraiment basée sur de la communication. Aujourd'hui, ils peuvent agir normalement. Mais ils ne l'ont jamais été. Normaux. Non, il n'est pas là que pour coucher avec elle, il est là pour la vie. Ou pour longtemps, du moins. Ou pas, si ça ne fonctionne pas. Mais depuis le temps qu'il pense à elle, qu'elle l'obsède, il ne peut pas agir normalement. Pas tout de suite. Il glisse ses mains le long de son dos et la plaque contre lui. Il n'a rien oublié. Ça fait longtemps, mais tout semble pareil. Ils s'étaient attendus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: « Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo

Revenir en haut Aller en bas

« Che confusione, Sarà perché ti amo » Nina & Lorenzo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé]
» Poupette, perché... [New/poupette]
» Demeure perchée des Calimethar
» Les perchés du 64 ! [Ajouté]
» Sur un arbre perché

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-