Partagez|

Thrift shop || ft Charles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
FLAWLESS


Féminin
Nombre de messages : 1170
Etudes/Metier : tient une chaîne youtube pour apprendre aux gens à twerker malgré son cul blanc et plat.
Love : Miguel, le gars rencontré dans la file d'attente du Chipotle en attente de naturalisation. Peut-être un futur mariage pour l'aider à avoir ses papiers ?
Humeur : dabbing like Pogba on my way to success

Inscription : 16/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Elisabeth Spencer



MessageSujet: Thrift shop || ft Charles. Mar 12 Nov - 2:02


Encore une journée où l'ennuie était au rendez-vous, la jeune adolescente avait pourtant tout essayé pour faire passer le temps, elle avait commencé par allumer la télé, mais à cette heure-ci ils ne passaient que des rediffusions de Walker Texas Ranger ou Columbo, et même si elle aimait bien les programmes de merde, elle n'avait pas envie de regarder ça. Ensuite elle avait essayé de se divertir en faisant la vaisselle, mais une fois ça de fait, elle n'avait plus rien à faire, elle avait bien vu la poussière sur les meubles, mais il ne fallait pas exagérer, elle ne s'emmerdait pas à ce point non plus.

Alors elle avait décidé de sortir, se dégourdir un peu les jambes, faire de l'exercice quoi. Mais très vite sa petite sortie pour prendre l'air s'est transformé en envie d'aller traîner dans les magasins. Elle avait des envies comme ça des fois, en général elle ne cherchait jamais bien loin quand elle avait une idée, dés que quelque chose lui passait par la tête, elle fonçait. C'était peut-être ça qui la mettait dans la merde le plus souvent, mais après tout elle s'en foutait, elle était jeune, alors elle en profitait. C'est clair que ce n'est pas quand elle aura 35 ou 40 ans qu'elle allait se bourrer la gueule et faire la fête, et aller marcher dans les magasins seulement pour traîner.

Le temps qu'elle se fasse cette réflexion, elle était déjà arrivée devant la porte du supermarché. Elle connaissait bien cet endroit – déjà parce qu'elle passait presque tout son temps ici quand elle s'ennuyait – pour la simple et bonne raison qu'elle habite ici depuis un moment et ne pas connaître le supermarché c'est comme ne pas savoir où se trouve le lycée, ce qu'elle aimerait bien.

Les portes du supermarché s'ouvrent devant elle comme une princesse et elle passe devant les vigiles qui dés qu'elle entre, commencent par la fixer. Elle avait envie de leur faire un doigt d'honneur, mais au lieu de ça, elle se contenta de marcher rapidement devant.

«  Restes calmes, t'as rien fait. T'es innocente, fais pas attention à eux. »

C'est bête de penser de la sorte, mais en général c'était ce qu'elle se disait quand les vigiles d'un supermarché la fixait sans aucune raison quand elle entrait, ou quand elle sortait sans n'avoir rien acheté. Plus coupable tu meurs.  

_________________
Very bad girl
Everytime I try to fly I fall without my wings, so I put on a cape. I guess it's smarter this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Mar 12 Nov - 12:35



Albert Einstein disait : ❝ Une question parfois me laisse perplexe : est-ce moi, ou les autres qui sont fous ? ❞

    « Everybody's doing the brand new dance now, Come on baby, do the locomotion.. »
    Charles déambulait dans le supermarché en accordant ses quelques pas de danse avec la musique qui sortait du plafond. Pour une fois qu'il connaissait la chanson, que ce n'était pas une de ces orgies techno qui lui broyait la cervelle et les tympans. Il n'avait pas de liste de courses, ni même une réelle raison de venir se terrer dans le supermarché. Mais Judith, une fois de plus, lui avait intimé de s'éloigner du domicile. Elle avait « Des choses à régler avec l'un de ses enfants » et pour ce genre de sermon, Charles n'était pas convié. Bien heureusement, il n'aurait jamais su quoi dire ou quand arrêter la folie rigide de son épouse. Il s'était absenté, bien sagement.
    Il avait vu la lumière du supermarché et y était entré. (omg j'avais écrit spermarché... o_o) Une fois à l'intérieur, d'humeur sympathique, il avait salué les gardiens qui avaient arqué un sourcil en silence, les caissières et les quelques clients qu'il croisait. Charles se fichait de ce qu'on penserait de lui, il se sentait bien et désirait faire partager un peu de sa légèreté. Il déambulait donc dans les rayons, s'arrêtant ça et là pour des raisons qui lui échappaient, devant les lubrifiants où il sentit ses joues rosir, devant les plaquettes de beurre où il s'étonna du choix qu'on proposait aux clients, devant les jouets pour enfant. Déjà ? Oui, Noël arrivait à grand pas. Il ne comptait rien acheter, n'ayant en réalité besoin de rien. Charles n'achetait pas par plaisir. Son côté cigale avait disparu avec les années.
    « I know you'll get to like it if you give it a chance now, Come on, baby, do the locomotion.. »
    Dans une allée, une jeune fille brune glissa quelque chose dans son sac. Charles n'était pas bien sûr de ce qu'il venait de voir. Vol à l'étalage ? Il jeta un coup d'oeil, il était au rayon des sous-vêtements. La jeune fille ne semblait pas sans le sou, elle était bien vêtue et bien maquillée. Et pourtant, elle venait de fourrer dans son sac ce qui s'apparentait à une culotte. Elle sembla tendue sitôt son méfait accompli, et Charles se revit dans ses jeunes années. Il avait ruiné l'épicerie du coin à force de bonbons non payés. Il s'approcha d'elle et posa une main sur son épaule. « Je vais te l'acheter, les vigiles ne sont pas très compréhensifs, ici. »


Dernière édition par Charles Livingstone le Dim 17 Nov - 21:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FLAWLESS


Féminin
Nombre de messages : 1170
Etudes/Metier : tient une chaîne youtube pour apprendre aux gens à twerker malgré son cul blanc et plat.
Love : Miguel, le gars rencontré dans la file d'attente du Chipotle en attente de naturalisation. Peut-être un futur mariage pour l'aider à avoir ses papiers ?
Humeur : dabbing like Pogba on my way to success

Inscription : 16/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Elisabeth Spencer



MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Mar 12 Nov - 19:13


Encore une journée où l'ennuie était au rendez-vous, la jeune aElle marche entre les rayons mais ne sait pas bien où se diriger, elle était passée tellement rapidement devant les vigiles en rentrant qu'elle s'était très vite retrouvée devant les parfums. Elle commença à faire un peu le tour du rayon en le traversant de long en large, un peu comme une personne perdue.

Elle passait devant les gens qui se postaient devant les parfums et qui les testaient, Amy avait essayé d'en faire de même mais après une senteur testé, ça lui avait donné mal à la tête et elle a préféré s'éloigner. Elle est passée dans le rayon derrière là où il y avait les brosses à cheveux, les boîtes de préservatifs et les paquets de serviettes hygiénique (attention, cette description est la description du Carrefour du bled). Elle ne savait pas trop vers quoi se diriger encore une fois, alors elle commença par aller voir les shampoings, ses cheveux avaient peut-être besoin d'un traitement, mais finalement, elle se dit que non, elle n'en avait pas vraiment besoin. Elle continue sa course un peu plus loin en se décalant de quelques part et tombe nez à nez avec une boîte de tampax. Elle réfléchit un moment et se demande si elle devrait le prendre ou pas, alors, comme quelqu'un de tout à fait normal, elle sorte son téléphone pour regarder la date. Non, elle n'allait pas en avoir besoin pendant un bon moment alors autant le reposer.

Elle poussa un long soupir et jeta un coup d'oeil autour d'elle. Elle ne s'en était pas bien rendue compte en rentrant,mais le supermarché était un peu vite et ça se comprend, quand on sait qu'on est en plein jour de semaine et que la jeune adolescente avait décidé de rater les cours. Tous ce qu'ils voyaient en ce moment, elle l'avait déjà vu l'an dernier alors quitte à se faire chier, autant se faire chier dans un supermarché.

Un peu comme une envie, une pulsion, elle regarda une dernière fois autour d'elle et après cette petite vérification, elle mit la boîte dans son sac, en anguille, comme si de rien n'était. Elle n'était pas con non plus, elle savait qu'elle ne pouvait pas passer par les portiques de sécurité sans se faire prendre, alors elle allait se diriger vers les cabines d'essayages et déboucherait le paquet et planquerait directement les tampons dans son sac, mais au lieu de ça, elle sentit une main sur son épaule qui la  fit sursauter.

« Putain ! »

Elle avait une main sur son cœur pour faire en sorte qu'il se calme et qu'il cesse de battre aussi rapidement.

_________________
Very bad girl
Everytime I try to fly I fall without my wings, so I put on a cape. I guess it's smarter this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Sam 16 Nov - 23:51


Albert Einstein disait : ❝ Une question parfois me laisse perplexe : est-ce moi, ou les autres qui sont fous ? ❞

    « 'Cause you know I'd walk A thousand miles If I could Just see you Tonight. »
    En prenant cette petite la main dans le sac, Charles avait sincèrement voulu l'aider. En souvenir de sa folle jeunesse, il ne doutait aucunement du bonheur que cela pouvait procurer. Mais ce n'était pas une bonne idée, ou une bonne solution, pour quelque problème que ce soit. La première chose qui lui était venue à l'idée – en dépit du rayon dans lequel ils se trouvaient –, c'était de lui acheter. Il s'était avancé vers elle et lui avait posé la main sur l'épaule en lui annonçant la bonne nouvelle. Mais elle avait sursauté et avait crié. Et lui, avait sursauté aussi. Il ne s'attendait certainement pas à une réaction si expressive !

    -Excuse, je voulais pas te faire peur, lança-t-il tout sourire en levant les deux bras pour témoigner de son innocence.

    Il en rit, cherchant à passer inaperçu. Les caméras de surveillance tournaient en boucle, il le savait. Et il préférait éviter d'être considéré comme un complice de criminel ou quelque chose du genre. Si tout ceci arrivait aux douces oreilles de sa tendre épouse et conseillère municipale, le fouet et le martinet seraient de sortie. C'est pourquoi il baissa considérablement sa voix pour parler à sa jeune inconnue.

    -Je vais te payer ce que tu viens de mettre dans ton sac, d'accord ?

    Etrangement, il ne cherchait pas à lui faire la morale. Enfin, pas encore du moins. Pour l'heure, Charles désirait uniquement lui éviter quelques problèmes inutiles avec les vigiles. Ce n'était pas la première fois qu'il pressentait ce genre de choses. Une fois, il avait vu des gamins de douze ans tout au plus remplir leurs poches et leurs chaussettes avec des malabars. Mais il n'était pas intervenu. Pourquoi elle, pourquoi maintenant ? Le père Livingstone se fichait de ces questions. Il avait pris une décision et devait s'y tenir. C'était en partie pour cette raison que sa proposition faisait plus office d'ordre que de possibilité. Evidemment, pour une gosse de seize piges – c'était l'âge qu'il lui donnait – qui préférait voler ses culottes plutôt que les acheter, cela ne suffirait peut-être pas. Elle semblait assez rebelle et il imaginait le moment où elle planterait ses yeux cernés de noir dans les siens et où elle lui dirait : « De quoi tu t'mêles le vioc ? »


Dernière édition par Charles Livingstone le Dim 17 Nov - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FLAWLESS


Féminin
Nombre de messages : 1170
Etudes/Metier : tient une chaîne youtube pour apprendre aux gens à twerker malgré son cul blanc et plat.
Love : Miguel, le gars rencontré dans la file d'attente du Chipotle en attente de naturalisation. Peut-être un futur mariage pour l'aider à avoir ses papiers ?
Humeur : dabbing like Pogba on my way to success

Inscription : 16/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Elisabeth Spencer



MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Dim 17 Nov - 1:21


L'homme qui venait de lui toucher l'épaule pour lui proposer son aide avait l'air louche. Mais pas louche comme psychopathe, non – ou alors il cachait bien son jeu – mais plutôt louche dans le sens « j'aime les gens, je veux aider, si j'avais un cartoon ce serait Ned Flanders des Simpson, je vais aller au Paradis, blah, blah, blah. ». Vieux con. La jeune adolescente arqua un sourcil et regarde le vieil homme un moment avant de lui répondre, lui laissant le temps de dire ce qu'il avait à dire.

Elle ouvrit la bouche avant de la refermer aussitôt, elle ne s'attendait pas du tout à ça. Elle continuait de fixer l'homme en face d'elle, et c'est là qu'elle comprit. Qu'elle est bête, son cerveau est tellement lent ces derniers temps. Une si bonne intention ne pouvait pas intervenir sans raison apparente.

« Ah bah oui, bien sûr. »

Elle croisa ses bras sur sa poitrine en soupirant et cherchait ses mots. Elle ne voulait pas le gêner mais ne voyait pas d'autre solution que d'y aller cash.

« Non mais ça va pas ? Espèce de vieux pervers, je connais vos intentions et c'est pas pour moi ! » elle pointa son index sous le nez du vieil homme d'un air menaçant avant de reprendre. « Vous devriez avoir honte, espèce de vieux pervers !' »

Les gens avaient commencés à s'agglutiner autour d'eux dans le rayon et elle avait prononcé cette phrase un peu trop fort, tellement fort que les gens les regardaient. Elle tourna la tête vers eux avant de lever les yeux au ciel et sans même accorder une seconde de plus son attention à papy, elle tourna les talons, non mais, elle avait mieux à faire.

Elle vit les gens qui travaillaient au supermarché la regarder, mais elle ne faisait pas attention à elle. L'autre connard venait de lui pourrir son coup, elle devait donc trouver un moyen de repasser inaperçu avant de s'en aller, décidément, on ne pouvait plus voler une boîte de tampon tranquillement, mais où va le monde, sérieusement.

Changement de plan, elle se dirigea dans le premier rayon qui lui semblait à l'abri de tout et très vite, elle se retrouva en face des sous-vêtements, faisant semblant de s'y intéressait. Elle prenait un article, le reposait,  en reprenait un autre, bref, faisait son petit shopping.

_________________
Very bad girl
Everytime I try to fly I fall without my wings, so I put on a cape. I guess it's smarter this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Dim 17 Nov - 22:36


Albert Einstein disait : ❝ Une question parfois me laisse perplexe : est-ce moi, ou les autres qui sont fous ? ❞

    En la voyant ouvrir la bouche, Charles crut réellement qu'elle allait l'insulter comme il l'avait pensé au préalable. Mais comme il se tut, il crut avoir gagné. Vile croyade ! Car non, la brunette n'était pas touchée par la gentillesse de notre Charles nationale, mais plutôt totalement décontenancée par sa proposition. Et lorsqu'elle croisa ses bras sur sa poitrine en soupirant, il sut, du plus profond de son être, qu'il allait bientôt être rayé de cette carte.
    « Non mais ça va pas ? Espèce de vieux pervers, je connais vos intentions et c'est pas pour moi ! Vous devriez avoir honte, espèce de vieux pervers ! » Elle remua un index accusateur en sa direction et il gazouilla quelques mots inintelligibles. Finalement, quoi qu'il eut envie de dire, il n'arriverait à rien. Il lui fallait un temps de latence, de compréhension de la situation. Et pour ce faire, quoi de mieux que de rester béat ? Il ouvrit la bouche, totalement sur les fesses. Mais très vite, attirés comme des mouches à m*rde autour de ce spectacle sordide, les gens vinrent l'encercler. Il eut la sensation d'être une grosse m*rde bien puante une proie que les vautours affamés avaient envie de dépecer. La gamine était déjà partie plus loin, la culotte toujours dans le sac. Il l'imaginait chercher un moyen discret de partir sans payer – comme elle avait décidé de le faire depuis le début – ou alors de reposer l'article sans se faire remarquer davantage.
    Reprenant consistance, il fit face à l'assemblée et s'excusa platement. « C'est une méprise, je croyais la connaître, tout simplement. » Il avait parlé sans animosité, comme s'il était sincèrement gêné de s'être mis dans un tel pétrin. Mais au fond de lui, Charles sentait les questions lui dévaler l'estomac amèrement. Quelle petite pimbêche ! Et si on avait proféré des propos bizarres ? Si Judith avait eu vent d'une telle affaire, il aurait été rayé de toutes les cartes de l'univers ! Heureusement, n'étaient présents que de parfaits inconnus ou presque. La foule se dissipa sans attirer l'élite des mouches, à savoir la sécurité. Il put ainsi se fondre dans le décor. Néanmoins, le père Livingstone n'était pas dupe et les regards des clients qui le scrutaient ne passaient pas inaperçus.
    Comme en réalité, il n'avait aucune course à faire, il chercha le moyen de revoir la jeune escroc. S'il venait directement vers elle, c'était fichu. Elle crierait au loup une nouvelle fois et les vautours et les mouches viendraient le dévorer tout cru. Il s'imagina attendre à la sortie du supermarché mais ce serait vraiment bizarre. Genre kidnappeur prêt à enlever sa future victime. Une idée germa dans son esprit.
    Tournant les talons, Charles revint dans le rayon où le drame avait eu lieu. Il s'arrêta net là où la brunette s'était arrêtée et avait commis son méfait. Il réalisa qu'elle n'avait pas volé un sous-vêtement mais une boîte de tampon. Etrange, comme larcin ! Cela le fit rire dans sa barbe imaginaire. Il vérifia le prix moyen et se hâta de rejoindre les vigiles qui attendaient devant l'unique porte automatique. Ils contrôlaient entrées et sorties, et la jeune fille devrait forcément passer devant eux. Il intima au plus baraqué de remettre à la brune, qu'il désigna de l'index le plus discrètement possible, cinq dollars. Il espérait qu'elle fasse dans son froc, la bougresse. Le plus costaud, le plus méchant, qui venait pour lui parler. Ahah, il en riait déjà. Une fois assuré de la bonne foi de son intermédiaire, totalement docile, en réalité, il se posta près de sa voiture. De là, il voyait parfaitement les caisses et la sortie. Bientôt, elle tomberait dans son piège, comme il était naïvement tombé dans le sien.
    « We're caught in a trap, I can't walk out Because I love you too much baby. »


Dernière édition par Charles Livingstone le Dim 24 Nov - 2:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FLAWLESS


Féminin
Nombre de messages : 1170
Etudes/Metier : tient une chaîne youtube pour apprendre aux gens à twerker malgré son cul blanc et plat.
Love : Miguel, le gars rencontré dans la file d'attente du Chipotle en attente de naturalisation. Peut-être un futur mariage pour l'aider à avoir ses papiers ?
Humeur : dabbing like Pogba on my way to success

Inscription : 16/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Elisabeth Spencer



MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Jeu 21 Nov - 2:20


Culotte en main, elle continuait ses petites courses en se tournant quand même de temps en temps pour voir si l'homme pervers ne la suivait pas. Visiblement il avait capté qu'elle ne mangeait pas de ce pain là, du moins pas en étant sobre, et même, il aurait fallut qu'elle vide un bar entier pour qu'elle en arrive à ce point. Quoi qu'il en soit, elle pouvait poursuivre sa quête du jour, mais il fallait qu'elle trouve une façon de pouvoir sortir d'ici sans qu'on ne capte qu'elle venait de voler une boîte de tampon. Déjà que les gens de la sécurité ne semblaient pas l'apprécier et qu'elle venait tout juste d'attirer leur attention, elle n'allait pas non plus se faire remarquer encore plus.

Elle entreprit de repartir sur son idée de départ en allant dans une cabine d'essayage pour pouvoir s'en aller sans se faire prendre. Elle devait toutefois rester cohérente, elle ne pouvait pas entrer dans une cabine avec un sous-vêtement et encore moins avec une culotte, pour la simple et bonne raison qu'on interdisait l'essayage de culotte. Alors elle déposa l'article avant de regarder un peu les t-shirt, elle les touchait, les prenait, regardait les tailles, comme si elle en cherchait un en particulier, et lorsqu'elle estima que la comédie avait assez duré dans le rayon en question, elle prit le vêtement qu'elle avait en main et se dirigea vers les cabines d'essayage. En général les cabines à cette heure là étaient plutôt vide, alors elle ne dû pas attendre longtemps avant d'en trouver une de libre.

Une fois à l'intérieur, elle prit le soin de fermer la porte derrière elle et pour faire genre, elle enleva le t-shirt qu'elle portait elle, même si c'était un peu inutile, elle voulait le jouer à fond. Et puis elle aimait bien le soutien-gorge qu'elle portait, elle l'avait piqué à Savannah lorsqu'elle était chez elle et comme cette dernière n'a pas vraiment de seins mais mettait quand même des soutien-gorge, ça faisait un bel effet sur la jeune Hopper. Enfin bref, en même temps qu'elle admirait sa poitrine, elle accrocha le t-shirt sur le petit crochet prévu à cet effet, et enleva la boîte de tampax de son sac. Elle la déboucha et la vida de façon à ce que la boite soit vide et une fois les tampons dans son sac, elle pouvait s'en aller. Elle avait pensé  à tout, même à comment elle allait se débarrasser de la boîte vide.

Elle sortit de la cabine avec son sac et le vêtement accroché au cintre et une fois qu'elle arriva devant l'étalage, elle reposa le t-shirt et fit semblant de chercher quelque chose dans son sac, au point de devoir poser un genou à terre et de fouiller en profondeur alors qu'elle venait de glisser la boîte vide entre deux vêtements, comme si de rien n'était. Pour continuer dans la comédie, elle prit finalement un stylo qui traînait depuis des mois dans son sac et poussa un « aah » de soulagement, avant de se relever et de repartir. C'était peut-être idiot de vouloir voler à tout prix une boîte de tampons, elle aurait pu voler des bijoux, c'est plus classe comme on dit (coucou Cameron) mais comme elle le disait, c'est pas des bijoux qui allaient l'aider quand elle aurait ses règles ! (kasdédie)

Elle prit la direction de la sortie et passa devant les vigiles qui la fixaient bizarrement. Elle savait qu'elle venait de voler, mais eux ne le savaient pas, du moins, c'est ce qu'elle pense. Elle avait essayé de presser le pas et même de courir, mais abandonna l'idée, pensant que ça pourrait la rendre un peu trop suspecte. Lorsqu'elle vit l'un de ces hommes s'approcher d'elle, elle commença à avoir peur, elle avait ralenti la cadence et l'homme en question continuait sur sa lancée jusqu'à arriver devant elle.

« Y... y a un problème ? »

Quand elle posa cette question, elle crut s'évanouir, elle sentait que ses joues commençaient à s'empourprer, il suffirait qu'il prononce un mot pour qu'elle se mette à pleurer. Elle avait la voix presque tremblante mais essayait de se donner un peu de contenance en toussant.

« Un homme m'a dit de vous donner ça.» lui dit l'homme en lui tendant un billet et en la regardant avec un regard de vicieux.

Elle arqua un sourcil, se demandant tout d'abord si c'était une blague, mais ne voulait pas non plus trop réfléchir car l'homme en face d'elle la mettait mal à l'aise. Elle se contenta de prendre le billet et de sortir rapidement. Elle s'arrêta néanmoins dans le parking avant de regarder de plus près le billet qu'elle avait entre les mains. C'était un vieux billet de 5 dollars. Qui est assez con pour donner de l'argent comme ça ?

_________________
Very bad girl
Everytime I try to fly I fall without my wings, so I put on a cape. I guess it's smarter this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Dim 24 Nov - 2:33


Albert Einstein disait : ❝ Une question parfois me laisse perplexe : est-ce moi, ou les autres qui sont fous ? ❞

    Sur le parking, Charles dut prendre son mal en patience. Il s'était adossé contre son véhicule, histoire de se mettre un minimum à l'aise alors que soleil et nuages s'alternaient gaiement. Son regard fixé sur la porte automatique par lequel il était entré et sorti à peine quelques minutes auparavant, Charles jubilait intérieurement de sa petite farce. De là où il était et avec la transparence des vitres, il pouvait observer les moindres agissements des vigiles. Pour l'heure, ils restaient immobiles pour inspirer la crainte. Ah, quelle société bidon tout juste bonne à accueillir des calamars gluants et des choucroutes alsaciennes périmées.
    Premièrement très concentré dans sa tâche, prêt à ne rien louper du visage décomposé de sa victime, Charles perdit finalement patience, peu à peu. Il se demandait bien ce qui lui prenait autant de temps. Il était impossible qu'elle ait pu le leurrer et passer incognito. Alors Charles s'efforça de ne pas se laisser distraire. Une femme quitta le supermarché, un énorme cabas sous le bras, une baguette coincée par un miracle sous son aisselle. Elle paraissait en difficulté mais hors de question de l'aider : il ne fallait pas que la voleuse profite de cet instant de faiblesse pour s'échapper. La dame jeta un regard noir au père Livingstone qui ne lui adressa ni sourire, ni compassion. Et soudain... il la vit. Elle était là, la brune aussi jeune que son benjamin à lui. Elle s'avança directement vers la sortie, sans prendre la peine de passer par la case caisse. Soit elle avait rebroussé chemin, changé d'avis et avait préféré devenir une fille bien, soit elle avait effectivement commis son méfait. Charles se redressa dès qu'il distingua le vigile en mouvement. Impact dans trois, deux, un. BOUM. De là où il était, il ne put comprendre ce qui se disait, mais il pouvait lire sans mal la gêne chez la brunette. Il pouffa pour lui même, c'était tellement jouissif, de revenir con et jeune l'histoire de quelques minutes.
    Elle finit par récupérer le billet et sortir de l'épicerie. Elle considéra le papier vert et il décida que c'était enfin le moment de venir la perturber davantage. Et non, il ne l'avait pas oubliée, dommage ! Il s'approcha de front si bien qu'elle put le voir arriver. « Alors, mon cadeau, t'en dis quoi ? » Il était fier de sa blague, mais il préféra se reprendre rapidement : « Tu sais, j'attends rien de toi. Juste, j'ai été jeune avant toi, et je sais que voler des tampons ne t'apportera rien, à part des tampons. Et bref, j'avais envie de faire ma BA. » Il n'insisterait pas si elle trouvait la situation déplacée. Hors de question de voir une nouvelle étiquette affichée sur son front. Fainéant suffisait amplement. Mais il avait trouvé un personnage haut en couleur, et cela mettait un peu de vie à sa routine soporifique.  
    « Surprise ! You're dead ! Ha ha ! open your eyes, see the world as it used to be when you used to be in it. »


Dernière édition par Charles Livingstone le Jeu 5 Déc - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FLAWLESS


Féminin
Nombre de messages : 1170
Etudes/Metier : tient une chaîne youtube pour apprendre aux gens à twerker malgré son cul blanc et plat.
Love : Miguel, le gars rencontré dans la file d'attente du Chipotle en attente de naturalisation. Peut-être un futur mariage pour l'aider à avoir ses papiers ?
Humeur : dabbing like Pogba on my way to success

Inscription : 16/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Elisabeth Spencer



MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Lun 2 Déc - 0:56


Elle resta un moment sur le parking avec le billet en main, les gens passaient et la regardaient, mais elle n'en avait rien à faire des gens, elle était libre de circulation après tout et si elle gênait tant que ça, qu'ils fassent le tour et qu'ils ne fassent pas chier.

Elle entendit une voix masculine retentir dans son dos, elle se tourna d'une traite pour voir de qui il s'agissait, et c'était le vieux du magasin. Bien sûr, ce genre de chose ne pouvait venir que de lui, il n'avait pas pu lui payer les tampons, alors il lui glisse un billet, tout en subtilité, et le pire c'était qu'il semblait être fière de lui. Il devrait avoir honte, espèce de vieux pervers ! Mais avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit, il reprit la parole. Il ne voulait que faire sa Ba, qu'il disait. Sérieusement, pour lui faire, faire une bonne action se résumait à donner un billet de cinq dollars à une fille qui ne lui avait rien demandé et l'avait même humilié, ou encore payer des boîtes de tampons ? Après l'humiliation qu'il venait de connaître dans le supermarché, il aurait mieux fait de balancer la jeune brune aux vigiles, mais bon, apparemment il était aussi con qu'il en avait l'air.

Elle commença à ouvrir la bouche pour dire quelque chose mais ne savait même pas quoi dire, elle était partagée entre l'envie de l'insulter, de rire ou de chialer pour la crédulité de cet homme.

« Non, sérieusement, c'est une caméra caché ou bien ? Si c'en est une, dites-le et vous passerez moins pour un con. »

Elle le regarda avec un air sérieux lorsqu'elle dit cette phrase. En temps normal ce genre de chose ne lui arrivait jamais alors quand ça se passait, normal qu'elle soit dans cet état. Elle tendit le bras avec le billet pour le lui rendre, elle n'en voulait pas, elle ne demandait pas la charité, elle ne roulait pas sur l'or mais elle ne voulait pas non plus qu'on lui refile de l'argent, surtout pas qu'un vieux pervers lui en refile.

« J'en veux pas, donnez ça à une œuvre de charité ou j'sais pas, vous ferez vraiment une bonne action. Et j'sais pas, cherchez-vous un truc à faire de votre vie par la même occasion, ce serait bien aussi non ? Ou une femme, et si vous en avez une, cherchez-en une autre, pour qu'une femme vous laisse errer comme ça au point de faire ce genre de truc à la con dans des supermarchés, elle doit avoir un problème. Ou alors c'est vous, j'sais pas. »

Elle n'affichait aucune expression particulière, mais elle était très sérieuse en disant ça, cet homme avait un problème, on ne pouvait pas faire ce genre de chose sans qu'on soit poussé par une force, obscur ou pas, mais surtout, on ne pouvait pas prétendre faire ça pour passer le temps et encore moins faire une bonne action, c'était...con.  

_________________
Very bad girl
Everytime I try to fly I fall without my wings, so I put on a cape. I guess it's smarter this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Jeu 5 Déc - 12:26


Albert Einstein disait : ❝ Une question parfois me laisse perplexe : est-ce moi, ou les autres qui sont fous ? ❞

    Oui, Charles était plutôt fier de sa blague. Il sentait bien que ce n'était pas la chose la plus intelligente qu'il ait été amené à faire dans sa vie mais il avait vaincu l'ennui d'une main de maître. Posté devant la brunette qui considérait le billet avec un drôle d'air, il se demandait ce qu'elle trouverait à répondre à ses explications. Après tout, jusqu'à présent, elle avait géré la situation sans difficulté, à peine gênée par le fait qu'il la prenne en flagrant délit de vol à l'étalage, retournant le problème à son avantage. C'était une fripouille. Douée, mais une fripouille !
    D'un ton sec et froid, la brune demanda à l'homme si c'était une caméra cachée. Elle semblait un peu exaspérée d'être la cible des idées loufoques de Charles et celui-ci eut du mal à répondre. Il commençait à se dire que la plaisanterie allait trop loin, qu'elle le prenait peut-être sincèrement pour un pervers, qu'il risquait de se faire disputer par son épouse. En parlant de cette chère Judith, la gamine mit le doigt sur une faiblesse de Charles sans trop s'en rendre compte. Il fit la moue, tiqua une seconde, avant de lâcher :

    -C'est elle qui a un problème. Son ton était mi-froid mi-amusé, comme si lui-même hésitait sur la manière dont appréhender sa soumission. Mais peu importe. Excuse-moi, je ne cherchai pas à mal. Désolée de t'avoir importunée.

    Il appuya son sourire, ce qui refléta sa prise de conscience. Il était temps de jouer dans la cour des grands enfants, et de laisser les jeunes vivre leur vie. Cette idée le rebutait au plus haut point : il s'imaginait encore à ses bêtises d'adolescent. C'était certainement la faute de Judith, à trop le brider, il rêvait à la liberté. Mais s'il ne s'était pas laissé embobiner par une femme à la Thatcher, il n'en serait certainement pas là non plus.
    Il jeta un œil au billet que la jeune fille lui tendait et refusa d'un signe de la main.

    -C'est pour le dérangement.

    Oui, autant être sobre et solennel. Si cette histoire devait se répéter, il se serait enlisé jusqu'au cou dans une m*rde noire. Judith ne rigolait pas avec les apparences et les on-dits. Sa carrière était basée sur ces superficiels détails, il faut dire. Et Charles était embrigadé dans ces obligations déplaisantes qui ne lui ressemblaient pas contre sa volonté.
    Il fit volte-face et retrouva sa voiture, penaud et dépité. Décidément, sa vie était pitoyable...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FLAWLESS


Féminin
Nombre de messages : 1170
Etudes/Metier : tient une chaîne youtube pour apprendre aux gens à twerker malgré son cul blanc et plat.
Love : Miguel, le gars rencontré dans la file d'attente du Chipotle en attente de naturalisation. Peut-être un futur mariage pour l'aider à avoir ses papiers ?
Humeur : dabbing like Pogba on my way to success

Inscription : 16/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Elisabeth Spencer



MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Jeu 5 Déc - 18:05


Lorsqu'il lui répondit et afficha une expression assez décomposé, elle se dit qu'elle était peut-être parie un peu trop loin. Elle ne voulait pas être méchante, loin de là, mais elle voulait juste comprendre le comportement de cet homme, il fallait vraiment avoir un problème pour qu'il agisse de la sorte. Enfin, qu'il insiste, surtout.

Elle n'aimait pas quand elle était comme ça et qu'elle ressentait un peu de compassion pour les gens, ça la mettait toujours mal avec elle-même, c'était l'une des raisons pour laquelle elle n'avait pas vraiment d'amis proches, sinon il faudrait qu'elle écoute leurs problèmes, les conseilles, les étreindre lorsque ça va mal et tout ce qui va avec. Elle a des problèmes mais n'en parle pas à tout le monde, alors elle ne voit pas pourquoi elle devrait écouter les gens.

Elle ne répondit pas mais se contenta de pousser un soupire et de reprendre le billet qu'elle remit dans sa poche. Voilà, elle commençait à éprouver de la compassion pour cet homme, pire, de la pitié pour lui, pour une fois que c'était ça plutôt que l'inverse. Elle soupira une nouvelle fois en râlant et emboîta le pas de l'inconnu jusque sa voiture, lorsqu'il y entra, elle se posta du côté passager de la voiture, ouvra la portière et y entra avant de la refermer.

« Bon, on ne se connaît pas, mais vous avez l'air triste et vous me faites un peu pitié aussi. »

C'était peut-être la phrase la moins classe et subtile du monde, mais elle n'allait pas agir de façon différente en l'espace de quelques minutes, elle passerait pour une bipolaire plus qu'autre chose,alors autant y aller franchement, quitte à froisser un peu la personne. De toute façon elle l'avait dit elle-même, ils ne se connaissent pas alors au pire ils ne se verront que cette fois dans leur vie.

« Et donc, elle a quoi votre femme ? »

Elle était curieuse et indiscrète, mais elle s'en fichait pas mal. Au moins il pouvait être content qu'elle ait retenu quelque chose qu'il disait, même si là, c'était plus de la curiosité. 

_________________
Very bad girl
Everytime I try to fly I fall without my wings, so I put on a cape. I guess it's smarter this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Ven 27 Déc - 3:20


Albert Einstein disait : ❝ Une question parfois me laisse perplexe : est-ce moi, ou les autres qui sont fous ? ❞

    La vie de Charles méritait réellement qu'on s'en préoccupe. Dans ses folles et jeunes années, il avait été le type apprécié de tous, avec un penchant appuyé pour la douce flagrance féminine, qui bossait bien malgré son manque de motivation. Il avait été guitariste et bassiste dans un groupe de rock'n'roll qui marchait bien et avait profité des groupies en chaleur. Parfois, en regardant William, il se retrouvait un peu. Ils n'avaient évidemment pas la même passion : son benjamin se fichait de la musique, bonne à passer le temps, et lui était éreinté rien qu'en regardant le football à la télévision. Mais il existait quelque chose, un brin « Livingstone » qui les rapprochait. Fiston préférait l'ignorer mais papa en était convaincu jusqu'à la moelle. Néanmoins, le temps avait passé trop vite, une fois les voeux déclamés. Judith comme épouse, la vie avait été réglée comme du papier à musique. Les solos improvisés n'étaient plus les bienvenus, au grand désarroi de cet homme autrefois plein de fougue. Madame Judith aimait les notes claires, les rythmes théoriques bien pensés, les musiques traditionnelles et les gentilles révérences conventionnées et conventionnelles. C'était une femme bien, il ne fallait pas en douter. Mais Charles se sentait émasculé à ses côtés. Tellement qu'il en venait à emmerder les gamines dans les supermarchés. C'était d'un ridicule pathétique !
    Sans se retourner, dépité par ce que l'ennui le poussait à faire, il grimpa dans sa voiture. Il claqua la portière et s'affala sur son volant. Le klaxon retentit ce qui fit sursauter le Livingstone. Si même sa bagnole se liguait contre lui, qu'avait-il à espérer de cette vie ? Il soupira en se décidant enfin à rentrer chez lui. Il y retrouverait son quotidien barbant à vomir, et s'étonnerait d'une salamandre à la télévision.
    Mais la voiture tangua un peu et il lui suffit d'un regard furtif sur sa droite (gauche?) pour découvrir la brunette voleuse. Elle ne le laissa même pas exprimer sa surprise qu'elle l'informa de ses intentions. Ah ah, il riait jaune : une fillette de l'âge de son fils voulait lui tenir compagnie parce qu'il lui faisait pitié. Il ferma les yeux une seconde, se rendant compte de la situation improbable dans laquelle il se trouvait. Il songea aussi aux racontars qui pourraient circuler dans le quartier si on le voyait, lui, l'époux de Madame, ramener une fille si jeune. Bah, il trouverait une idée ingénieuse pour rendre sa commission innocente. Elle l'interrogea sur sa femme. Il lui jeta un regard surpris, se demandant si finalement, c'était ce détail-là qui l'avait convaincue de le suivre. Mais puisqu'il se décidait à lui répondre, il ne savait pas par quelle bout commencer. « C'est une sacrée femme. Pas vraiment douce. Pas vraiment drôle. Pas vraiment passionnée non plus. » Il ne voulait pas cracher sur la mère de ses enfants. Certes ils ne partageaient ni les mêmes centres d'intérêts ni la même philosophie, mais c'était elle qui tenait leur foyer à bout de bras, et le faisait vivre. Alors, il pouvait bien se garder de la lyncher gratuitement. « Disons qu'on ne voit pas... qu'on a jamais vu les choses de la même manière. » Pendant qu'il évitait de froisser le nom de sa femme, il tâtait son volant. Il se sentait un peu pris au piège : lui, avec cette gamine dont il ne connaissait même pas le nom, à la vue de tous les bonshommes et de toutes les commères. « Je... Il ne faut pas que je reste ici. Soit tu sors, soit tu restes. Je peux te ramener si tu veux, je sais pas où mais tu me dis. Enfin, d'abord, je dois passer voir si Noah a bien fermé la boutique. »
    Il pensait à haute voix mais ce n'était pas le plus gênant dans la situation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FLAWLESS


Féminin
Nombre de messages : 1170
Etudes/Metier : tient une chaîne youtube pour apprendre aux gens à twerker malgré son cul blanc et plat.
Love : Miguel, le gars rencontré dans la file d'attente du Chipotle en attente de naturalisation. Peut-être un futur mariage pour l'aider à avoir ses papiers ?
Humeur : dabbing like Pogba on my way to success

Inscription : 16/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Elisabeth Spencer



MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Sam 28 Déc - 1:25


Il semblait un peu gêné qu'elle soit entrée dans sa voiture,oui, elle était mal élevée de faire ça, surtout qu'elle ne connaissait pas la personne, il pouvait là s'agir d'un violeur ou d'un ancien prisonnier, mais il avait une tête beaucoup trop gentille pour que ce soit le cas, il avait plus la tête d'un soumis qu'autre chose. C'était triste quand même d'avoir la tête d'un soumis, surtout que d'après ce qu'il disait, il était soumis à sa femme, pauvre monsieur.

Lorsque la jeune femme lui posa des questions au sujet de sa femme, il prenait des gants et Amy le voyait bien, mais ça a suffit pour confirmer sa pensée comme quoi il était soumis à sa femme. Mentalement parlant, elle avait beaucoup de mal à s'imaginer l'homme devant elle avec la femme qu'il était en train de décrire, lorsqu'on regarde le monsieur, on voit qu'il est encore un peu gamin, alors que sa femme a l'air frigide et pas du tout dans le même délire que lui, dommage, ils ne pourront jamais partager la passion de faire chier les gens dans des supers-marchés à deux.

« Hum, je vois. »

Elle se contenta de dire seulement ces trois petits mots, pas qu'elle s'en fichait de ce qu'il racontait, mais elle ne savait pas si elle devait vraiment réagir ou pas, la seule pensée qui lui trottait dans la tête était de savoir pourquoi est-ce qu'il ne se contentait pas de la quitter ? Visiblement, soit il n'a jamais envisagé cette solution, soit c'est madame qui porte la culotte et le porte-monnaie familiale alors autant ne pas tout détruire en décidant de partir. Il la coupa dans es pensées lorsqu'il lui dit qu'il ne pouvait pas rester ici, sûrement qu'il avait peur que sa femme le trouve dans sa voiture avec une adolescente qu'il ne connaissait pas, ce qui était logique.

« Quoi ? Sérieusement ? » demanda-t-elle en arquant un sourcil.

Il avait peur que les gens voient Amy dans sa voiture, mais au tout début lorsqu'il décida de venir embêter la jeune fille, il n'avait aucun problème. Intéressant comme raisonnement. Elle regarda un peu autour d'elle, ayant presque oublié l'endroit où elle se trouvait.

« Bah moi je vais nulle part personnellement, mais vous savez, vous ne devriez pas avoir autant peur des ragots, depuis le temps que vous êtes dans cette ville vous auriez dû vous rendre compte que c'est un peu la spécialité locale du quartier. » elle le regarda en lui faisant un sourire compatissant, ayant elle aussi subit les ravages des ragots, mais elle, elle avait décidé de les ignorer. « Et par la même occasion, vous devriez peut-être arrêter d'avoir peur de votre femme... »

Son sourire restait scotché sur son visage mais perdait un peu en intensité, elle se doutait bien qu'elle venait de toucher une corde sensible, mais après tout, si il avait accepté qu'il reste dans sa voiture et surtout qu'il parle de sa femme malgré le peu de choses qu'il a dit à son sujet, c'était peut-être pour avoir son avis, sinon pour quoi d'autre aurait-il parlé plus qu'il n'en fallait ?

 

_________________
Very bad girl
Everytime I try to fly I fall without my wings, so I put on a cape. I guess it's smarter this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Sam 28 Déc - 4:02


Albert Einstein disait : ❝ Une question parfois me laisse perplexe : est-ce moi, ou les autres qui sont fous ? ❞

    La jeune fille n'avait pas l'air bien méchante, maintenant qu'elle était assise sur le siège passager de la voiture du Livingstone. Ce n'était d'ailleurs pas ce qu'il lui reprochait. Enfin, il ne lui reprochait rien en réalité ; c'était ses craintes, ses doutes, tous ces bons et moins bons sentiments lui appartenaient. Enfin, c'était ce qu'il croyait alors, presque naïvement. Car même cette inconnue, si jeune et dont le nom lui était encore parfaitement étranger, avait saisi l'ampleur du problème, et même son origine. Quelques minutes en sa compagnie et elle avait mis le doigt sur Judith, qu'elle ne connaissait pas, comme majeur souci de Charles. D'une part, il se trouvait minable d'étaler ainsi, à la vue de tous, ses problèmes de couple et de vie. Mais d'une autre part, il se rassurait en se disait que si ses maux venaient à rejaillir et apparaître clairement aux yeux du monde, c'était qu'il en était arrivé à un point de non-retour. Peut-être enfin parviendrait-il à se défaire de l'emprise diabolique qu'avait sa femme sur ses choix et ses avis ? Vingt-six ans de mariage et le silence le plus complet. Charles avait été un agneau docile manipulé d'une main de maître par un loup aux crocs acérés. Il était temps que la toison blanche laisse place au poil noir et rêche de la bête qui - il en était sûr - sommeillait en lui depuis des décennies.
    La petite voleuse ne se laissa pas prier pour lui montrer comme tous ses faits et gestes avaient été établis sous la coupe de cette femme. Il craignait qu'on la voie ici, avec lui, elle avait su le constater. Et pourtant, elle ne nia pas que c'était un risque, bien au contraire. Elle lui affirma qu'il était temps de passer outre les racontars et de respirer le grand air de la liberté. Selon la jeune fille, il fallait qu'il apprenne à se ficher entièrement du qu'en dira-t-on. A ces mots, il lui jeta un regard admiratif. Les jeunes savaient vraiment comment profiter de la vie. Dire qu'il avait perdu vingt ans de la sienne à se confondre avec l'ombre d'une femme qui ne lui ressemblait même pas. Il prendrait sans nul doute les conseils de la jeune fille au sérieux. Mais là, il fallait vraiment qu'il vérifie que la boutique avait été fermée consciencieusement. Il tourna la clef dans son verrou et démarra la voiture. L'autre n'eut le temps de rien dire que déjà Charles faisait ronronner le moteur du véhicule en marche arrière. Il se dirigea hâtivement vers le centre-ville et se permit de décliner son identité. « Je m'appelle Charles. Charles Livingstone. Et toi ? Que je sache comment tu t'appelles si on se fait arrêter. » Il avait hésité à dire son nom, détail qui changeait souvent beaucoup de choses dans ses relations. Mais avec une jeune fille, il fallait paraître de confiance, sans quoi elle risquait de crier à l'enlèvement dès qu'elle le pourrait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FLAWLESS


Féminin
Nombre de messages : 1170
Etudes/Metier : tient une chaîne youtube pour apprendre aux gens à twerker malgré son cul blanc et plat.
Love : Miguel, le gars rencontré dans la file d'attente du Chipotle en attente de naturalisation. Peut-être un futur mariage pour l'aider à avoir ses papiers ?
Humeur : dabbing like Pogba on my way to success

Inscription : 16/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Elisabeth Spencer



MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Sam 28 Déc - 4:22


Elle venait de mettre le doigt sur quelque chose, sur quelque chose d'énorme même vue le silence qui s'installa pendant un moment entre les deux. Elle ne comptait pas le briser, lui laissant le temps de la réflexion, deux possibilités s'offrait à lui : soit il décidait de prendre en considération les conseils d'une gamine qu'il avait rencontré quelques minutes auparavant et pas de la meilleure façon qui soit, soit il décidait de la virer de sa voiture en lui demandant de se mêler de ses affaires. Mais la jeune brune penchait plus pour la deuxième proposition, sans savoir pourquoi, elle voyait en l'homme à côté quelqu'un de calme, de réservé qui ne tenterait jamais de faire une esclandre et encore moins d'en faire une dans un lieu public tel que celui là, véritable nid à commères.

Lorsqu'il démarra la voiture pour se diriger on ne savait trop où, la jeune Hopper eut sa réponse et son sourire repartie de plus belle. Elle était finalement contente d'être tombé sur cet homme, déjà parce que ça l'occupait,mais aussi parce qu'elle sentait qu'elle venait d'accomplir une bonne action en parlant de la sorte à cet inconnu, surtout quand on sait que la raison principale qui l'a poussé à aller lui parler dans sa voiture est parce qu'il lui faisait pitié, il lui faisait toujours pitié d'ailleurs, mais un peu moins à la vue de sa réaction. Pendant qu'ils étaient sur la route, il se décida néanmoins à se présenter à la demoiselle.

« Livingstone ? Comme Christian Livingstone ?  Intéressant.»

Est-ce que ces deux-là avaient un lien de parenté ? Sûrement. Elle connaissait bien Christian Livingstone, enfin, non, dire ça était un peu exagéré. Mais disons qu'à la suite de quelques verres de trop, Amy avait plusieurs fois tentés de pécho la copine de ce dernier, bien sûr, elle n'y était jamais parvenue mais à plusieurs occasion elle avait tenté de foutre sa merde dans ce petit couple qui semblait tellement calme et parfait, mais même là elle avait échoué alors elle a préféré changer de cible, elle n'entend même plus parler de ces deux-là d'abord, ils étaient morts ? Disparus ? Hibernation ? Aucune idée.

« Moi c'est Amy. Amy Hopper. »

Un peu à la façon de James Bond, elle se présenta également et attendait une réaction à l'entente de son prénom, dans le quartier elle n'avait pas une très bonne réputation et dés qu'on entendait son prénom, soit on 'l'associait à l'un de ses frères, soit la traitait de pute, au choix, dans les deux cas, on ne pouvait pas dire que la jeune fille bénéficiait de la meilleure image qui soit, même si elle assumait parfaitement ce qu'elle faisait et ignorait ses détracteurs.

 

_________________
Very bad girl
Everytime I try to fly I fall without my wings, so I put on a cape. I guess it's smarter this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Sam 28 Déc - 13:26


Albert Einstein disait : ❝ Une question parfois me laisse perplexe : est-ce moi, ou les autres qui sont fous ? ❞

    Souvent, lorsqu'il se présentait, on l'associait directement à l'influence de son épouse. Lui, n'était en rien responsable de cette renommée. Il s'était refusé à l'accompagner dans les dîners mondains auxquelles elle était chaque fois conviée. Enfin, au départ, il n'avait guère eu son mot à dire : il s'était forcé à la conduire et à faire bonne figure. Mais les bonnes manières lui manquant, les convenances aussi, il se taisait et instaurait une atmosphère gênante autour de lui. Autant dire que Judith n'avait ni pris de gant ni tellement attendu pour lui interdire de venir avec elle, dorénavant. Charles s'en était senti étrangement soulagé, bien qu'il n'en pipa mot.
    Cette fois encore, il craignait que la jeune fille se sente comme aux côtés d'une présence supérieure - cela lui était déjà arrivé, et générait chaque fois une gêne si grande que Charles préférait fuir - alors il se concentra sur son volant. Mais non, en répétant son nom, elle l'associa à son flemmard de fils Christian. Charles pouffa un peu.

    -Oui, comme Christian Livingstone, répondit-il en souriant.

    C'était la première fois qu'on préférait son fils à sa femme. C'était aussi la première fois qu'il kidnappait une jeune fille inconnue. Mais bref !

    -Tu connais donc mon fils. Je ne sais pas si c'est ou non une bonne nouvelle.

    Il rit encore un peu, amusé de la coïncidence. Il se demandait si en allant raconter sa journée à son aîné de fils, il allait partir en courant ou bien prendre des nouvelles de la jeune fille. Jeune fille qui à son tour, lui donna son nom. Amy Hopper. Cela ne lui disait rien. Il y avait tant de familles, tant de jeunes dans ce quartier qu'il se sentit pardonné aussitôt.

    -Et bien enchanté, Amy, conclut-il après cette séquence de présentation, le sourire aux lèvres.

    La voiture s'arrêta à plusieurs feux, tourna plusieurs fois dans des rues de plus en plus étroites, avant de se garer au fond d'une impasse. Charles se contorsionna pour obtenir les clefs de la boutique qu'il cachait toujours sur la banquette arrière.

    -Allez viens, que je te présente mon bébé.

    Il arqua les sourcils deux fois et quitta la voiture. Quelques mètres suffirent à Charles pour patienter devant la vitrine un peu poussiéreuse. Il tourna la clef dans son verrou et glissa à l'intérieur. Sur les murs, des disques d'or et de platine qu'on avait bien voulu lui offrir, des photos dédicacées des plus grands groupes de rock. A hauteur de main, des rangées et des rangées de disques, d'albums, de singles, de vinyles de toutes sortes, de tous horizons. Et un peu plus loin, deux énormes sofas vintages.

    -Tadaaam.

    Charles était fier de sa merveille. Là, Judith n'avait pas son mot à dire. C'était son chez-lui, là où il passait sa vie lorsqu'il n'avait pas dans l'obligation de se trouver à la maison. Là où il laissait Noah fumer tranquillement. Là où le bonheur n'était qu'à portée de main, et la musique partout. Absolument partout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FLAWLESS


Féminin
Nombre de messages : 1170
Etudes/Metier : tient une chaîne youtube pour apprendre aux gens à twerker malgré son cul blanc et plat.
Love : Miguel, le gars rencontré dans la file d'attente du Chipotle en attente de naturalisation. Peut-être un futur mariage pour l'aider à avoir ses papiers ?
Humeur : dabbing like Pogba on my way to success

Inscription : 16/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Elisabeth Spencer



MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Dim 29 Déc - 0:02


Charles confirma qu'il avait un lien de parenté avec Christian, bonne nouvelle ou pas ? Aucune idée, personnellement ça ne faisait pas grand chose à Amy, même si ça penchait plus vers la mauvaise nouvelle que la bonne. Les deux jeunes ne se sont jamais aimés, ils n'ont jamais cherchés à se connaître non plus mais en même temps, quand on passe son temps à dormir pas étonnant qu'on préfère juger les gens sans les connaître au lieu de prendre le temps de se poser et de connaître la personne. Après bon, la jeune Hopper n'était pas non plus innocente dans l'histoire étant donné que plusieurs fois auparavant elle a essayé de mettre son grain de sel dans son couple, mais pas de sa faute si ce couple est mou et sans intérêt.

« Hum, pas sûre que ce soit une bonne idée, non, d'ailleurs, il a quoi ? Je le vois plus dans le quartier ? Il est mort ou il est en état d'hibernation à cause de l'hiver ? » demanda-t-elle avant de partir d'un petit rire.

Manque de délicatesse bonjour, mais depuis qu'elle lui parlait il aurait du s'en douter qu'elle n'avait aucun tact et encore moins de la délicatesse, pourquoi s'emmerder à tourner autour du pot alors qu'on pouvait aller directement au but, bon,il n'allait certainement pas apprécier la façon dont Amy parlait de son fils, de son neveu ou qu'importe, mais elle s'en fichait.

Fixant la vitre, elle essayait de deviner là où ils allaient étant donné que la seule information qu'elle avait été qu'ils allaient aller à la boutique de Charles. En même temps, au point où ils en étaient, une information inconnue de plus ou de moins quelle importance, après tout elle était entrée dans la voiture de cet homme sans le connaître et avait engagé la conversation sur des choses assez privés alors qu'elle ignorait de qui il s'agissait. Cependant, quand on connaît Christian, on se dit que tous les autres Livingstone ne doivent pas être aussi exceptionnel et si c'était dans les gênes, il devait être aussi chiant et tenir un antiquaire ou une librairie. Truc chiant de vieux. Non, truc chiant de Livingstone.

« Allons-y. »

La voiture arrêtée, elle sortit à son tour, voyant bien à quel point monsieur Livingstone semblait excité, comme quoi, ce devait être le seul endroit qui lui procurait un semblant de plaisir étant donné que sa femme semblait frigide. On ne pouvait pas lui en vouloir le pauvre, il fallait bien qu'il trouve du réconfort quelque part, certains préféraient aller aux putes, lui il trouvait du plaisir dans sa boutique.

Emboîtant les pas de Charles, elle resta un moment sur le paillasson, assez impressionnée par l'endroit dans lequel elle allait mettre les pieds. Elle tourna la tête vers l'homme à ses côtés avec un air intrigué, comment est-ce que quelqu'un comme lui, pouvait avoir un endroit qui semblait aussi cool ? Parcourant les quelques pas qui la séparait de l'intérieur, elle commença à examiner la décoration, elle n'avait aucun diplôme d'architecte ou de décoratrice d'intérieure, mais il y régnait une ambiance comme on en trouvait nul part ailleurs, un peu comme on en voyait dans certains films « vintage ».

« Vous êtes au courant que y a quand même une grosse contradiction entre cet endroit et vous, non ? »

 

_________________
Very bad girl
Everytime I try to fly I fall without my wings, so I put on a cape. I guess it's smarter this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Dim 29 Déc - 1:18


Albert Einstein disait : ❝ Une question parfois me laisse perplexe : est-ce moi, ou les autres qui sont fous ? ❞

    Laissant à son inconnue qui, soudainement, avait un prénom, le temps de profiter du lieu, il se dirigea vers la caisse. Enfin, vers l'arrière boutique dans laquelle Noah avait pour consigne de ranger la caisse. Il arrivait parfois que Noah oublie les quelques rares règles que Charles se devait d'instaurer. Mais cette fois-ci, tout semblait avoir été fait correctement. Le père Livingstone ouvrit le cahier de communication qui leur servait à partager les infos. A l'intérieur, les deux écritures hachées, penchées, se succédaient comme pour se répondre. Charles remarqua d'ailleurs qu'il fallait commander un album pour une cliente. Noah avait tout précisé, la date de sortie, le fait qu'il soit collector. Vraiment, il faisait du bon boulot, y'avait pas à dire. Dès qu'on causait musique, on ne pouvait trouver meilleur que le Owens. Bon, pour les convenances qu'un employé se devait de respecter, il pouvait mieux faire, c'était sûr. Il recopia les références de l'article et rejoignit son invitée du jour.
    La jeune fille ne lui laissa pas le temps de dire "ouf" qu'elle souleva le fossé entre ce qu'on connaissait de lui et son temple musico. Il haussa les épaules. Encore une fois, c'était parce qu'elle ne le connaissait pas. D'ailleurs, qui le connaissait vraiment ? Noah, peut-être, avait un aperçu de sa folie et de sa légèreté ? Et encore. Maureen était la plus proche de le connaître intimement, ce qui, rappelons-le, ne plaisait guère aux époux réciproques. Mais là n'était pas la question.

    -Tu sais, c'est certainement l'endroit qui me ressemble en plus. Je sais, c'est totalement improbable et j'ai l'air d'un schizophrène, mais il n'en est rien, je t'assure.

    Le Charles que tous voyaient était une création. Un homme passif, sous la coupe de sa dictatrice d'épouse, silencieux et docile. Mais il existait le vrai Charles, qui s'épanouissait dans sa boutique, qui partait faire des virées liberté avec Madame Hamilton, qui hurlait pour extérioriser la pression, qui rêvait de dévoiler ses deux tatouages, de révéler son amour pour le rock'n'roll. Cependant, la muselière réduisait ses espoirs au silence. Et il comprenait parfaitement qu'on ne le croie pas capable de vivre par lui-même. C'était ainsi qu'il s'était offert au monde pendant vingt-six années.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FLAWLESS


Féminin
Nombre de messages : 1170
Etudes/Metier : tient une chaîne youtube pour apprendre aux gens à twerker malgré son cul blanc et plat.
Love : Miguel, le gars rencontré dans la file d'attente du Chipotle en attente de naturalisation. Peut-être un futur mariage pour l'aider à avoir ses papiers ?
Humeur : dabbing like Pogba on my way to success

Inscription : 16/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Elisabeth Spencer



MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Mar 31 Déc - 3:13


Pendant qu'il vaquait à ses occupations, la jeune brune continuait son exploration dans l'antre de Livingstone. Partout où elle jetait les yeux, elle avait l'impression de découvrir quelque chose de formidable alors que ce n'était pas forcément le cas. Des disques à pertes de vues, des photos artistes placardés un peu partout et une ambiance de détente. Voilà ce qu'elle dirait si elle devait résumer en quelques mots cet endroit.

S'avançant dans les rangées, c'est du bout des doigts qu'elle touchait les albums et même le meuble qui les contenait, sûrement avait-elle peur que ça ne se casse sous ses mains ou que ça ne s'évapore. Dans son fort intérieur, elle avait l'impression que tout ce qui se trouvait autour d'elle avait une certaine valeur et ne voulait en aucun cas casser quoi que ce soit.

« A l'intérieur, sûrement, mais c'est pas ce qu'on voit et c'est pas non plus la première impression qu'on a. Pourquoi d'ailleurs ? »

Elle regarda l'homme de haut en bas et voyait bien qu'il n'y avait aucune possibilité qu'on puisse envisager qu'on fasse un métier aussi cool que celui-là. Il avait l'air un peu trop sage, un peu trop propre sur lui, frôlant même le stade de l'homme complètement gaga alors qu'elle était sûre qu'elle pourrait le lancer sur n'importe quel sujet autour de la musique qu'il serait capable de lui pondre une dissertation en deux parties avec chapeau introductif et tout ça en pertinence avec à la fin des arguments qui n'aurait pas été développé. Lorsque quelques minutes plus tôt elle vit cet homme s'activer pour vérifier que tout soit bien fait dans sa boutique, elle remarqua avec quelle précision et surtout avec quelle entrain il s'était attelé à la tâche. La jeune adolescente avait cependant une petite idée de quoi il ne se lâchait pas plus que ça, sûrement à cause de sa femme, ils n'avaient pas beaucoup parlés mais c'est toujours à cause d'elle. Ca doit être frustrant tout de même d'être tenu en laisse alors qu'on est un animal sauvage qui a soif de liberté, lui on dirait qu'on l'a castré alors qu'il n'en avait pas envie, ni pleinement conscience.

« Vous devriez plus montrer ce côté là que celui du super-marché, c'est clair que ça pourrait vous aider dans la vie de tous les jours. »

La jeune brune accompagna cette phrase d'un petit sourire avant de se tourner vers le meuble en face duquel elle se trouvait et d'en tirer un cd, au hasard. Elle examina un moment la pochette de l'album mais elle ne le reconnut pas alors le rangea à sa place initiale avant d'en prendre un autre, mais manque de chance, elle ne le connaissait pas non plus. A vraie dire, elle ne connaissait aucun artiste qu'elle avait pioché et n'était même pas sûre de connaître le dixième des artistes qui se trouvaient dans cet endroit.

« Vous voulez qu'on fasse un truc ? » l'oeil plein de malice, la Hopper plongea son regard dans celui de Charles, tandis que sa main s'occupait de prendre un album au hasard. « Dites moi tout ce que vous savez à propos de cet album, de l'artiste aussi, de ses flops, ses tops. On va voir si vous méritez de tenir cette boutique. »

Amy savait bien que ce petit exercice n'allait pas beaucoup lui servir si ce n'est que l'apprentissage de l'artiste de l'album, mais pour autant, elle sentait bien qu'il avait de parler de sa passion, sinon pour quelle autre raison l'aurait-il amenée ici ?

_________________
Very bad girl
Everytime I try to fly I fall without my wings, so I put on a cape. I guess it's smarter this way.


Dernière édition par Amy Hopper le Mer 1 Jan - 2:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Mar 31 Déc - 16:33


Albert Einstein disait : ❝ Une question parfois me laisse perplexe : est-ce moi, ou les autres qui sont fous ? ❞

    Oui, Charles subissait l'horreur de l'a priori tous les jours. Sa femme ne le laissait pas sortir s'il n'était pas correctement habillé, de ne le laissait pas faire de soirées sans approbations. Il ne fallait pas la voir comme un tyran, parce que toutes ces choses, Charles les avait adoptées. Il avait eu du mal à se faire aux journées réglées comme du papier à musique, mais comme tout, il en avait pris l'habitude. A force de voir ses propositions insolites rejetées, de voir le mécontentement dans les yeux de sa femme, puis de ses enfants, il avait arrêté d'être à l'initiative. Ce n'était pas spécialement dérangeant, puisqu'il vouait son inspiration à sa boutique. Mais sans ce petit coin de paradis, le père Livingstone aurait certainement perdu les pédales. On n'enferme pas un mustang. Encore moins pour l'isoler dans un enclos qui laisse entrapercevoir les plaines à perte de vue. C'est contre-nature. Charles pourtant, avait été assez faible pour taire ses rêves de liberté et laisser son épouse dicter sa vie. Il était responsable de sa nonchalance ; c'était notamment pour ça qu'il préférait garder ses critiques pour lui. Si bien que lorsque Amy lui affirma qu'en surface, on ne pouvait imaginer une seconde qu'il était propriétaire d'une boutique de ce genre, il haussa les épaules. Il savait bien pourquoi, mais il n'avait pas besoin d'une psychologue. Et encore moins d'une pseudo-psychologue de dix-huit ans tout au plus. Elle finit par conseiller à Charles de montrer un peu plus ce côté-là de sa personnalité. Il a envie de rire, surtout qu'elle considère qu'il n'était pas lui-même au supermarché. Pour une fois qu'il n'était pas en compagnie de Judith, il avait eu envie de s'amuser. C'était plutôt elle qui n'avait rien compris.

    -Tu m'as fait passer pour un obsédé alors que je voulais juste t'éviter des ennuis !

    Il ne prit pas la peine de rire à gorge déployée mais son intonation exprimait bien l'ironie du problème. Le père Livingstone, qui avait fini ses affaires, ne quittait plus la jeune Hooper des yeux. Elle semblait un peu impressionnait, et tirait au sort des albums pour finalement les reposer à leur place. Elle lui proposa une sorte de jeu, ce qui le surprit.

    -Va ! Je suis prêt.

    L'homme s'installa dans un des sofas pour se mettre à l'aise et en condition. Il attendit que Amy décide de quel artiste ou quel groupe débuterait le quizz.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FLAWLESS


Féminin
Nombre de messages : 1170
Etudes/Metier : tient une chaîne youtube pour apprendre aux gens à twerker malgré son cul blanc et plat.
Love : Miguel, le gars rencontré dans la file d'attente du Chipotle en attente de naturalisation. Peut-être un futur mariage pour l'aider à avoir ses papiers ?
Humeur : dabbing like Pogba on my way to success

Inscription : 16/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Elisabeth Spencer



MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Mer 1 Jan - 4:04


Il était vrai qu'elle avait fait ça, elle l'avait fait passe pour un obsédé, mais en même temps pour sa défense, tout laissait penser que c'était le cas enfin ! Un vieil homme que vous ne connaissez pas vous propose de payer ce que vous avez voler alors que vous ne lui avez rien demander, dans ce cas de figure précis, deux suppositions font apparition : 1. la personne en question attend quelque chose, en général, ce quelque chose est d'ordre sexuel et après tout, quelle meilleure cible qu'une petite midinette d'à peine 18 ans qui se retrouve pris en flagrant délit de vol de tampon ! Puis, en 2. la personne a décide de faire sa bonne action quotidienne en allant jouer les preux chevaliers en cheval blanc alors qu'une fois encore,on ne lui rien demandé, mais ça, ça arrive rarement. Ne cherchant pas à comprendre le personnage, Amy opta pour la première option, elle n'a jamais été à l'abri de ce genre d'avances, toutes plus invraisemblable les unes que les autres, depuis elle avait fini par s'y habituer, mais à un moment fallait pas non plus exagérer. Haussant ses épaules à son tour avec un petit sourire, elle se repassait le passage en tête et se dit que finalement, elle n'avait pas à s'inquiéter, non seulement Charles n'était pas un pervers, mais en plus il était encore plus fragile qu'un mouton qu'on venait de tendre.

Pour essayer de rendre ce moment d'échange un peu plus convivial, elle eut la bonne idée de proposer un jeu, tout simple, mais qui ferait sûrement plaisir au disquaire. Quelle ne fût pas sa surprise lorsqu'il accepta de jouer, ce qui ravit la jeune fille, au moins elle avait trouvé quelque chose qui pourrait plaire à Livingstone et faire en sorte qu'il s'amuse sans qu'il aille trouver quelqu'un dans la rue pour s'amuser, encore un peu et il serait même partie jusqu'à enlever la canne d'une petite vieille pour qu'elle tombe pour s'amuser, plaisir de gamin quoi.

Pendant qu'elle lui cherchait un album dans les nombreux albums à sa disposition, Charles préféra aller s'asseoir, elle mit bien deux minutes à se décider sur quel album elle allait choisir, mais une fois son choix fait, elle décida de ne pas revenir en arrière parce qu'elle savait qu'elle changerait d'avis sinon. Marchant en direction du disquaire à présent installé, elle lui sourit, contente de ce qu'ils s'apprêtaient à faire.

« Bon, j'ai décidé d'ajouter un temps imparti sinon ça va être le bordel. » dit-elle en se postant devant lui.

La jeune brune sortit son téléphone de sa poche avant droite, de sorte d'avoir un chrono, elle se sentait un peu comme les présentatrices télé qui étaient sur le point de présenter un jeu télé, c'était d'ailleurs un peu la même chose,mais sans public, sans véritable candidat, sans plateau, bref, un jeu télé un peu précaire.

« On met 5 minutes, ça vous va. Allez, prêt ? Je vous montre la pochette de l'album et ensuite je démarre le chrono. Allez. »

Une fois sûre de toute la concentration de Charles, elle joua le rôle de présentoir en brandissant une pochette d'album des Beatles qu'elle avait trouvé, c'était l'album « Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band ». Une fois quelques secondes écoulées, elle pressa le bouton de son téléphone pour que le chrono démarre, très curieuse de savoir ce qu'il allait lui apprendre sur cet album.

_________________
Very bad girl
Everytime I try to fly I fall without my wings, so I put on a cape. I guess it's smarter this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles. Lun 20 Jan - 20:06


Albert Einstein disait : ❝ Une question parfois me laisse perplexe : est-ce moi, ou les autres qui sont fous ? ❞

    Amy a trouvé une bonne idée pour faire passer le temps. Une sorte de blind-test connaissances sur un album qu'elle choisirait. Cela amusait Charles de décliner son savoir musical. Mais il soupçonnait la jeune fille de vérifier son professionnalisme et sa passion. S'il ne savait pas, il aurait l'air con. Allô quoi ! T'es disquaire et tu connais pas le rock ? C'est comme si on dit, t'es Robin des bois et t'as pas de carquois. Ou t'es une sorcière et n'as pas de chaudron quoi ! Autant dire que Charles n'avait pas le droit à l'erreur.
    Il observa silencieusement Amy qui déambulait dans sa boutique, à la recherche de la perle rare. Le Livingstone réfléchissait à tous les grands groupes qu'il connaissait, histoire de faire un premier travail. Et tandis qu'il pensait aux Stone, elle tira un album. Il savait à peu près ce qu'elle pouvait prendre dans ce coin précis de sa boutique et il reconnut immédiatement la pochette. Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, des Beatles. Un petit bijou qui l'émut presque. Amy déclencha aussitôt. Il avait donc cinq minutes pour lui donner tous les détails de ce magnifique album, l'un – si ce n'est le – plus grand album du groupe mythique.

    -Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, entama-t-il sans une erreur de prononciation, selon la critique est le meilleur album des Beatles. Sorti en, si je ne me trompe pas, 1967.

    Continuant son monologue, détaillant tant les chansons que la couleur générale de cet album, il s'approcha de la jeune fille. Il mit en avant la perfection de la pochette, de l'enterrement spirituel des anciens Beatles, pour relancer leur côte et leur identité. Cinq minutes de pure passion, même si, et Charles le déplorait, il n'avait que trois ans lorsque cet album était sorti.

    -Enfin, il me faudrait des heures pour disserter sur l’œuvre des Beatles !

    Le groupe mythique avait accompagné combien de jeunes musicos ? Il n'y avait aucune statistique là-dessus, mais Charles savait que Ringo Staar, Harrisson et Lennon avaient marqué de leur empreinte bien des enfants. Et ces mêmes enfants, en grandissant, avaient levé leurs chopes de bière au nom de ces héros de la musique. Charles faisait parti de ces enfants-là.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Thrift shop || ft Charles.

Revenir en haut Aller en bas

Thrift shop || ft Charles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Echange Charles Baker/ Himler Rebu autour du CEP
» AVANT PROJET DE LOA DU SENATEUR FETICHEUR MOISE JEAN CHARLES !
» Anim shop 3.0
» PREVAL, CELESTIN ,MAWOM ,MOISE J CHARLES SOUPLE BA NOU YON TI CHANS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-