Partagez|

what goes around... ∆ Andrew D.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité







MessageSujet: what goes around... ∆ Andrew D. Sam 14 Déc - 22:56

Une nouvelle coupe de cheveux, un look plus affirmé et une paire de lunettes sur le nez avaient été la solution de Lou pour passer à autre chose. Si tant est que cela eut été possible. Le temps poursuivait son chemin, mais n’effaçait pas les souvenirs, et encore moins les sentiments. Chaque matin, lorsque Lou se regardait dans le miroir elle devait brusquement détourner le regard. Pas même la fin de ses cheveux bicolores ou ses jolies petites Ray Ban sur le nez n’arrivaient à lui faire oublier qu’elle était bien Lou Huntington. Après un exil de plusieurs mois chez sa tante en Floride, Lou était revenue dans le quartier non sans mal. Elle mettait un point d’honneur à rester totalement invisible aux yeux des autres habitants. C’est à peine si elle répondait quand lui adressait la parole. Elle se muait dans sa tour d’ivoire, et ne laissait absolument personne entrer. Pas même Julian, pas même son frère, pas même Zoe. Elle traçait sa route parce qu’elle le devait. La vie était ainsi faite. Chaque jour elle se demandait pourquoi elle continuait de se battre alors que sa vie n’avait plus de sens. Elle se levait tous les jours, accomplissant le même rituel. Elle prenait une douche, s’habillait, se coiffait, se maquillait, prenait son petit déjeuner (des céréales et un verre de jus d’orange), filait au tribunal. Seule chose nouvelle, cet emploi à mi-temps qu’elle avait réussi à décrocher. Tous les matins, elle passait quelques heures au tribunal en qualité de stagiaire. Ses tâches n’avaient guère de sens. Elle faisait ce qu’on lui disait de faire, sans même réfléchir. Son enthousiasme l’avait quittée, alors que moins d’un an auparavant elle aurait été la plus heureuse des femmes d’être exploitée par le tribunal de Magnolia Cresent. Lou avait aujourd’hui plus de responsabilité que d’ordinaire. Elle avait la tâche de s’occuper des personnes comparaissant devant le juge l’après-midi. Elle devait faire un point sur les raisons de leur présence et leur donner le minimum de détails sur ce qui les attendaient par la suite. Lou s’occupait uniquement des petits délits (vol à l’étalage, non-respect aux forces de l’ordre) et bien souvent les prévenus s’en allaient avec une amende ou quelques travaux d’intérêts généraux. Neuf heures tapantes. La porte s’ouvrit, la première personne entra, sans même que Lou ne lève la tête. Elle jetait un œil dans ses dossiers pour savoir à quoi elle avait affaire. Miction sur la voie publique. Lou soupira. Monnaie courante était ses jeunes qui prenaient la rue pour un dépotoir. La sanction ne serait pas bien lourde, et cet individu se retrouvait au tribunal par excès de zèle d’un agent des forces de l’ordre, une petite amande ayant largement suffi. Ou alors on voulait lui donner une bonne leçon pour qu’on ne l’y reprenne plus.  Son regard se posa ensuite sur le nom de cette personne. Elle eut un haut le cœur en voyant apparaître DAVIES. Il ne lui fallu pas plus d’une seconde pour vérifier si son pire cauchemar allait devenir  réalité. Andrew – vit-elle ensuite. Elle devait se sortir de cet incroyable scénario qui relevait d’une mauvaise comédie romantique. Elle leva la tête, n’y croyant pas encore totalement. Bordel de merde. La porte se referma, ils étaient seuls dans ce bureau. Est-ce qu’il l’avait reconnu ? elle avait changé, depuis. Ses cheveux étaient plus longs, plus brun aussi. Elle portait des lunettes pour reposer ses yeux mais aussi pour avoir l’air plus vieille. Elle ne se maquillait plus comme avant, elle était devenue une autre fille que celle qu’il avait connu. « Eh bien bonjour M. Davies. » le ton se voulait professionnel, froid et distant. Elle n’était pas ici pour remuer les fantômes du passé, mais justement pour construire une nouvelle vie. Elle redoutait ce moment où il prendrait la parole, s’adresserait à elle, ce moment où ses yeux s’illumineraient. Ce moment où elle se rendrait compte que malgré tous ses efforts, elle ne parvenait pas à l’oublier. A ne plus l’aimer. « Est-ce que j’ai besoin de vous rappeler pourquoi vous êtes ici ? » chienne de vie. Le remettre ainsi sur sa route, sans prévenir, alors qu’il avait enfin compris qu’ils ne pouvaient plus être ensemble. C’était comme si le destin s’amusait avec son cœur, le piétinait encore et encore sans jamais avoir une seconde de répit. Elle n’osait pas le regarder directement dans les yeux de peur de faire une syncope. Elle s’obstinait donc à fixer un coin de la pièce, ne manifestant aucune expression sur son visage. L’épreuve serait insupportable, et pourtant Lou devrait faire avec. Pour coller avec sa nouvelle image de parfaite petite working girl.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D. Sam 14 Déc - 23:18

On aurait pu croire que, sans Lou, Andrew serait devenu un petit délinquant. Qu'il aurait tourné bad boy, aurait dealé du kiri et cambriolé la supérette. Malheureusement, la superette appartenait aux Robbins, qui bien sûr lui aurait trop rappelé Lou. Alors, sa seule effraction avait été de se soulager dans la rue, un soir quand il n'en pouvait plus et qu'il avait abusé du coca. Comme il portait la poisse sur lui (au sens propre, ses fringues étaient dégueulasses puisqu'il n'avait plus personne pour faire sa lessive), un agent l'avait attrapé et il s'était retrouvé avec une amende et d'autres termes juridiques trop compliquées. Et dire qu'il avait attendu que Lou - aka son dictionnaire de droit - se casse pour se chopper ce bidule. Finalement il avait reçu un courrier lui demandant d'aller au tribunal telle date à telle heure. En voyant ce courrier, il rit, d'abord, lui même n'arrivait plus à forcer son corps à se bouger ailleurs que dans son lit, alors obéir à un bout de papier, quelle blague ! Malheureusement Juliet était tombée dessus, et en bonne grande soeur présente tous les 36 du mois qui se respecte, elle était venue réveiller Andrew le jour J, l'avait conduit jusqu'au tribunal avant de disparaître aussitôt.

Andrew entra dans le bâtiment sans entrain. Le seul point positif était que sa soeur lui avait concocté un vrai petit déjeuner, qui changeait r.a.d.i.c.a.l.e.m.e.n.t des pizzas froides qu'il avalait régulièrement. Le couloir ressemblait à un labyrinthe, des portes partout, des panneaux ici et là avec des noms de bureaux dont Andrew avait vaguement entendu parler à la télé. Il mourrait déjà d'envie de rentrer, alors il se mit en quête de son chemin au plus vite, afin de rentrer ilico presto. Son lit lui manquait déjà. Pourtant ses draps n'étaient pas très propres. Mais il se souvenait de sa peluche Hello Kitty qui l'y attendait bien sagement, et ça le motivait encore plus pour se dépécher.
Après 12 "c'est pas ici allez voir à tel étage", Andrew trouva enfin la fameuse porte. Il l'ouvrit non sans peur, comme s'il jouait sa vie. Un sentiment étrange, et démesuré. Mais comme il ne faisait plus rien depuis des lustres, forcément, n'importe quelle sortie lui semblait un exploit. Et quel exploit ... S'il avait su ce qu'il allait trouver à l'intérieur, il se serait certainement préparé à deux fois. Il aurait replacé sa mèche, tiré sur sa chemise, refait ses lacets, raclé sa gorge ... puis se serait enfui en courant, en fait. Maintenant c'était trop tard, la fin du monde allait se produire, dans 5, 4, 3, 2, 1 ... rien du tout, en fait. Son ex petite amie ne le regarda même pas. Il avait bien envie de lui faire un coucou de la main (de ses 5 doigts), mais il risquait de passer pour un imbécile. Peut-être que Lou avait eu le cerveau lobotomisé et qu'elle ne savait plus qui il était. Peut-être. Sûrement, car quand elle ouvrit enfin sa bouche et s'exprima enfin, elle semblait ne pas le reconnaître. Allo, c'est moi, le mec qui t'aimait tellement qu'il a appris à faire des pizzas sucrées alors que c'est contre nature ? Mouais, c'était une mauvaise phrase d'accroche. En plus, Lou semblait désireuse d'en finir au plus vite. Malheureusement pour elle, il n'était pas de cet avis. « Euh, nan, pourquoi ? Ah c'est pas parce que j'étais en état d'ébriété sur la voie publique ? » Bien sûr que c'était faux, il tenait bon. Mais il voulait simplement savoir si Lou s'inquiéterait pour lui à l'idée qu'il ait replongé. Ah moins qu'elle ait oublié totalement qui il était.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D. Dim 15 Déc - 12:58

Si Lou fermait les yeux très forts, est-ce que tout finirait pas s’arranger ? Elle redoutait la suite des événements et priait pour qu’un miracle se passe. Oh oui, elle ne demandait pas mieux qu’un autre tremblement de terre pour qu’ils quittent ce bureau, et cette ambiance pesante qui s’était installée entre eux. Il venait de s’asseoir face à elle. Lou se risqua de poser un instant ses yeux sur lui. Une fraction de seconde qui avait déjà duré trop longtemps. Elle replongea son regard sur son dossier. Quand il pris la parole, il ne s’embarrassa même pas de formules de politesse. Sans doute avait-elle adopté un ton trop froid, et il savait déjà à quoi s’en tenir. Toutefois elle releva brusquement la tête quand elle compris la nature de ses propos. Elle le fixa un instant, il avait cet air de défi sur le visage. Elle vérifia qu’elle ne s’était pas trompée ; il était bel et bien là pour miction sur la voie publique. Pourquoi mettait-il en avant ses faiblesses d’antan ? La provoquer, lui faire renaître une envie de le protéger ? Elle ne s’attendait sûrement pas à ce genre d’attitude de la part d’Andrew. « Non, miction sur la voie publique. Ou autrement dit, le fait d’uriner sur la voie publique. » Lou n’allait pas se laisser faire par les jeux manipulateurs d’Andrew. Elle allait être le plus professionnel possible, c’était, de toute façon, le seul moyen de supporter cet effroyable entretien. « Ce cas d’ébriété n’est pas à l’ordre du jour. » répondit-elle se voulant vexante. Mais Lou eut un doute, si elle avait tout faux ? Et si Andrew avait vraiment repris la boisson, elle ne s’en remettrait jamais de lui avoir sorti un truc pareil. Elle se sentit donc mal. Encore plus mal qu’il y a cinq minutes quand elle l’avait vu déboulé dans ce bureau. Désormais confuse, Lou ne savait plus quelle attitude adopter. « Bon écoute, laisse moi faire mon travail d’accord ? » courageuse, Lou l’avait regardé en face. Elle venait juste d’abaisser sa carapace pour qu’il saisisse l’importance que tout cela avait à ses yeux. Ce stage n’était pas seulement un gagne pain supplémentaire. C’était l’occasion d’être au cœur d’un monde qui la fascinait depuis toute petite. Quand certaines petites filles rêvaient de devenir vétérinaires, Lou rêvait déjà de supprimer toutes les injustices du monde. Une idéaliste dans l’âme. Un brin naïve, puisqu’elle le savait aujourd’hui, la tâche de juge n’était pas aussi simple que ça. Sa vision de petite fille s’était forgée, et sa passion n’avait pas faibli. Devenir juge avait toujours été son ambition première. Depuis quelques mois c’était même une des seules raisons qui la poussait à se lever le matin. Seule façon de lui rappeler que sa vie n’était pas encore finie et qu’elle pouvait toujours réussir quelque chose, de bien. Alors, en effet, ça passait par ce stage à la con. A dire à des gens qu’uriner sur la voie publique c’est mal, que voler à l’étalage n’est pas une solution, qu’injurier les forces de l’ordre n’apporte rien de bon, mais ce job était présentement la chose à laquelle Lou se raccrochait bec et ongles. Andrew ne pouvait pas la pousser à bout et risquer de lui faire perdre ça. « On reprend ? » sa voix se voulait de nouveau forte, assurée et détachée. Elle remonta ses lunettes sur son nez. C’était son nouveau geste pour lui donner une contenance. Elle attrapa un stylo, prête à cocher toutes les cases du dossier suivant le bon timing. Malheureusement pour qu’elle réussisse à mener à bien son entretien, il fallait qu’Andrew y mette aussi du sien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D. Dim 15 Déc - 14:15

Bien sûr, qu'il n'était pas là pour état d'ébriété, il le savait très bien puisqu'il n'avait pas replongé. Pas une seule goutte d'alcool n'avait touché ses lèvres. Il ne ressentait aucune fierté. En fait, depuis un moment il ne ressentait plus rien du tout. Son coeur était vide, de toute émotion. Sa tête était vide, de toute pensée. Comme un corps inanimé, se demandant encore comment il pouvait fonctionner. Il devait lui rester quelques réserves d'énergie ça et là. Sûrement les pizzas qu'il engloutissait.
Par contre, Lou, elle, ne savait pas que le jeune homme fabulait totalement sur un éventuel renouement avec ses vieux démons. Pourtant, elle n'émit pas une seule remarque à ce sujet. En bonne professionnelle, elle restait de marbre et le corrigea simplement. Comme si le fait que son ex petit ami ait replongé ne lui faisait ni chaud ni froid. Comme si elle n'en avait fichtrement rien à foutre, rien à cirer, rien à blairer. Mademoiselle la future juge jouait son rôle et en oubliait tout le reste, elle avait balayé le passé d'un revers de main. Probablement à l'aide d'un nouvel homme qui devait être bien plus musclé/intelligent/déterminé/studieux/non-alcoolisé/grand/viril/stérile qu'Andrew. Il rumina dans sa barbe, vexé de ce manque d'attention évident. Quand il se réveilla soudainement. « "laisse moi faire mon travail" ? Donc maintenant tu me connais et tu me tutoies, d'un coup comme ça ? Il est arrivé quoi au "vous" de tout à l'heure ? » Il était fier, ravi ... et surprit d'être ainsi capable de ressentir quelque chose au fond de lui. Mais d'avoir réussi à perturber Lou le ravissait. Cela signifiait qu'il représentait encore quelque chose pour elle, même si c'était infime. Il sentit un sourire se dessiner sur ses lèvres. Petit, mais c'était un début. Il ne se souvenait pas avoir souri récemment, pas depuis des mois ... « On reprend, vas-y » Il insista sur le "vas-y", sur le fait qu'ils se connaissaient, qu'ils n'étaient pas deux étrangers mais deux ex meurtris par l'absence de l'autre. Il ne savait pas ce qu'il espérait de ce revirement de situation. En fait, il ne préférait rien imaginer du tout.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D. Dim 15 Déc - 19:58

Briser sa carapace n’était qu’une vaine solution au problème que lui posait Andrew. Anéantir un instant cette distance, cette froideur qui les séparait était une façon de lui demander de se comporter comme un adulte. Evidemment, il restait fidèle à lui-même. Il cherchait à se venger. Après tout, c’était elle qui avait décidé de ne plus le voir à sa sortie de l’hôpital. Elle avait eu besoin de se retrouver seule après la perte de son bébé. De leur bébé. Rester auprès d’Andrew ne faisait que lui rappeler ce qu’elle avait perdu. Il ne méritait pas de sortir avec une fille comme elle. Il ne méritait pas une fille qui s’était seulement rendu compte de son bonheur une fois perdu. Elle méritait d’être malheureuse, triste et seule avec pour punition ultime de vivre avec ça pour le reste de ses jours. Ce à quoi il fallait ajouter vivre en face de chez Andrew. Elle se demandait toujours ce qu’il pouvait bien faire quand elle regardait par la fenêtre. S’il pensait parfois à elle. A leurs moments. Les bons, les moins bons. Ceux qui avaient rendu leur histoire d’amour si mémorable. Elle, y pensait souvent. Elle vivait presque dans le passé, malgré tous les efforts qu’elle faisait pour aller enfin de l’avant. Elle ne comprenait pas pourquoi elle ne réussissait pas à tourner la page alors qu’elle ne souhaitait que ça. Le pire, c’était de ne parler à personne. De retenir ses pensées, ses sentiments. Combien de fois avait-elle voulu prendre son téléphone pour juste entendre le son de sa voix. Même ça l’aurait apaisée, rassurée. Et pourtant, ce qu’elle avait tant espéré – la présence d’Andrew - s’avérait être aussi une épreuve titanesque. Et d’un coup tout ce qu’elle voulait refouler au plus profond d’elle remontait à la surface sans qu’elle puisse vraiment le contrôler. « S’il te plait… Fais un effort. » supplia-t-elle. Lou était une fille sensible. Elle l’avait toujours été et même sa grande gueule ne la protégeait pas quand elle était face à ses sentiments. A ses contradictions. Elle ne demandait pas grand chose, cet entretien devait durer quelques minutes à peine si Andrew se prêtait au jeu. Elle se tut quelques instants, elle réfléchissait aux mots qu’elle allait maintenant prononcer pour reprendre le contrôle de la situation. « Vous vous êtes donc fait arrêter le vingt-deux novembre pour avoir uriner dans la rue, n’est-ce pas ? » elle était obligée d’entendre les accusés reconnaître qu’ils savaient pourquoi ils étaient là. Sa question avait donc un sens. « Vous serez confronté au juge dès cet après-midi. Ne vous inquiétez pas, c’est une simple formalité. A mon sens vous ne risquez pas plus que quelques travaux d’intérêts généraux. Vous avez bien compris ? » Lou se sentait ridicule, alors qu’elle appliquait simplement une procédure standard qui ne cassait pas trois pattes à un canard. « Est-ce que vous avez des questions ? » en général les prévenus étaient tellement contents qu’ils se pressaient de répondre négativement pour sortir de cet entrevu incongru. En revanche il pouvait arriver que des non anglophones se présentent, et là, cet interrogatoire prenait une autre dimension. Il permettait de mettre en place une procédure spécifique pour que la personne soit traitée de façon équitable. Néanmoins faire subir à son ex un tel traitement était carrément embarrassant. Surtout quand le susdit ex s’appelle Andrew Davies.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D. Dim 15 Déc - 20:51

Devant le visage presque implorant de Lou, Andrew se surprit à devenir plus docile. Sa moue blessée le faisait fondre, encore et toujours. Il se renfrogna un peu, en réalisant que son ex possédait toujours un certain ascendant sur lui, un pouvoir, un moyen de pression. Mais il décida de ne pas lui causer plus de misère. Elle le suppliait, c'était sérieux. « Okay .. »répondit-il en croisant les bras sur son torse, presque vexé. Comme un gosse qui fait son numéro et à qui on dit de se taire. Il l'écouta donc attentivement, sans rechigner. Même si c'était drôle, d'être attrapé en train de pisser dehors. « Euh, je ne me souviens plus de la date, mais ça doit être ça. » répondit-il en haussant les épaules. Ses soirées se ressemblaient tellement, il ne connaissait pas la date d'aujourd'hui. Il ne se rendait pas en cours, or ça l'aidait bien de noter la date sur ses notes. Il écoutait Lou d'une oreille, perdu dans ses pensées. Il s'accrochait à ce qu'il ferait une fois ce calvaire terminé, une fois qu'il ne serait plus face à Lou. C'était stressant et déstabilisant, comme si elle le détaillait de la tête aux pieds. Elle avait l'air si grande, si belle, si détachée, avec sa nouvelle couleur de cheveux qui la vieillissait. Lou était passée à totalement autre chose. Et lui, stagnait, dans ses vieilles fringues, ses vieilles baskets, son état affalé sur sa chaise, alors que Lou se tenait droite et fière. « Oui j'ai bien compris » Il brassa ses mains dans l'air, cette conversation l'ennuyait. Il devait se tenir à carreaux mais détestait ça. Lou le savait, à moins qu'elle n'ait déjà oublié depuis. « Ouais j'ai des questions : ça sera quoi comme travaux ? parce que j'ai un emploi du temps très chargé moi ... » Lou prendrait peut-être mal cette question, alors qu'Andrew flippait réellement. Il n'avait pas travaillé depuis des lustres, et il détestait ça. Seulement s'il ne s'y collait pas, ses parents seraient informés et il passerait un très sale quart d'heure. D'un autre côté, n'était-ce pas la meilleure solution ? Ils viendraient le chercher et l'enverraient dans un pensionnat dieu sait où. A l'autre bout du monde ... mais au moins loin de Magnolia. Loin de Lou, loin de Christian, loin de tous ceux qui l'avaient laissé tomber. C'était même l'idéal. Et le fait qu'il ne veuille pas montrait bien qu'il n'était pas prêt à partir. Pas prêt à tirer un trait sur ces histoires, il espérait encore écrire quelques lignes à leur sujet. « Tu viendras voir si je travaille bien ? » Il ne savait pas vraiment s'il posait la question à la stagiaire du juge, ou à l'ancienne petite amie qu'elle était. Il se focalisa sur la première proposition, même si la deuxième ne quittait pas son esprit.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D. Mar 17 Déc - 16:34

Elle lui demandait un effort surhumain pour qu’il se comporte convenablement. Lou avait péniblement déclaré son laïus, se rendant bien compte du caractère ridicule de la situation. Elle, qui s’adressait à lui sur un ton solennel alors qu’ils avaient tellement vécu de choses ensemble. Il ne fit cependant aucun commentaire et se contenta de lui répondre tant bien que mal. Personne n’avait jamais de questions, mais il fallait bien sûr qu’Andrew soit différent. Elle ne put empêcher la commissure de ses lèvres de se tordre en un faible sourire lorsqu’il annonça avoir un emploi du temps chargé. Lou le connaissait assez bien pour savoir qu’il n’avait jamais eu un emploi du temps chargé. Même du temps où ils sortaient ensemble. L’envie ne lui manquait pas de lui demander à quoi il passait ses journées, mais elle se retint. Ce n’était plus son rôle ça. Désormais elle était simplement une fille qui l’avait connu, il y a bien longtemps. Lou n’avait, en effet, rien à voir avec la fille qu’elle avait pu être auparavant. « Tout dépendra de l’humeur du juge. Repeindre des murs, ramasser des déchets sur la voie publique ; des choses comme ça. » elle était déjà en train de refermer son dossier pour clore cette entrevue, mais Andrew ajouta quelque chose d’inattendu. Il lui demandait de venir le voir pendant qu’il bossait. Lou se sentit gênée. Elle ne comprenait pas le sens de sa démarche. Elle pensait pourtant avoir été claire avec lui, ils n’avaient plus rien à faire ensemble. Leur seule relation se bornait à être des voisins. Elle se gratta la nuque, ne sachant pas quoi répondre. Dans le fond, elle aurait bien aimé passer un peu de temps avec lui. Force est de constater qu’il lui manquait toujours autant. « On s’est pas vus depuis des mois, c’était très bien comme ça non ? » cette sensation était insupportable : quand ton cœur te dit fonce et que ton cerveau appuie sur le frein. Et si Andrew n’était pas passé à autre chose. Elle était contente qu’il lui propose ça, même en sachant qu’elle ne pouvait pas dire oui. Se dire qu’il  pouvait être aussi malheureux qu’elle la rassurait. Et pourtant tout cela allait à l’encontre de ses envies. Elle aurait tant aimé qu’il passe à autre chose et la raye de sa vie. Pour son bien. « Il vaut mieux qu’on en reste là. » elle lui fit un petit sourire. Il sonnait carrément faux, mais Lou devait garder la face. Elle se leva de sa chaise, prête à le raccompagner jusqu’à la porte. « C’est fini. » fit-elle simplement. Elle parlait tant de leur relation que de leur entretien. Lou préférait mille fois souffrir en voyant Andrew heureux avec une nouvelle fille que de rester dans cet état d’incertitude ; elle venait de réaliser combien il était facile pour elle de replonger dans sa relation avec Andrew. Elle se demandait comment elle pouvait espérer que cette chose se réalise et en même temps la craindre et tout faire pour que ça n’arrive jamais. Elle devait être en train de sérieusement perdre la tête. [/color]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D. Ven 20 Déc - 22:08

Andrew grimaça à l'annonce des sentences possibles. « Y'a rien qui pourrait impliquer de rester assis toute la journée ? C'est dans mes cordes ça ... » Il savait pertinemment qu'il n'irait jamais à ces travaux d'intérêt général, il ne comprenait déjà pas comment il était arrivé jusqu'au tribunal. Ses parents en entendraient certainement parler, mais ramasser les déchets des autres était bien trop dégueulasse et fatiguant. Se baisser, marcher, rester debout toute la journée ... Sans déconner, franchement, ne pouvaient-ils pas prévoir des peines moins fatigantes ? Il garda pour lui qu'il n'exécuterait jamais ce qu'on lui demander, Lou risquerait d'être encore plus agacé. Quand ils sortaient ensemble, Lou (j'ai failli écrire Esther) avait réussi à changer quelque peu le quotidien du garçon. Pour elle, il allait en cours régulièrement (pour la voir principalement, plus que pour aller en cours), il désertait son lit ... Et ce n'était pas en affichant qu'il était redevenu une marmotte que Lou voudrait de lui à nouveau.

Mais il réalisa bien vite que, en fait, Lou n voulait plus de lui tout court. Il ne s'attendait pas à une affirmation, mais encore moins à une telle négation. Elle lui assena trois coups, d'une force ascendante si bien répartie que, quand elle annonça finalement que c'était fini, il eut l'impression d'être aplati contre le sol. Parlait-elle de l'entretien ou de leur relation dans son ensemble ? Les deux, vraisemblablement, puisqu'elle se leva dans le même temps. Il resta de longues secondes sur sa chaise, alors que Lou le regardait de haut. On aurait dit qu'elle le suppliait de se lever et de partir, à croire que sa présence l'importunait à ce point. Comment pouvait-elle dire que c'était bien de ne pas se voir pendant des mois. C'était de la grosse merde. « Moi ça m'a grave cassé les couilles, de pas te voir » répondit-il, franchement vexé. Il tentait une approche et elle le remettait royalement à sa place, son égo en prenait un coup. Mademoiselle la Lou working girl, avec son allure de femme fatale, qui dédaignait son ex petit ami du regard, n'avait plus rien à faire du passé, et ne voulait absolument pas d'Andrew dans son futur. « Mais en fait on risque de se revoir tu sais, ici même, parce que jamais j'irai ramasser les merdes des autres sur la voie publique » précisa-t-il tout en se levant, le regard mauvais. Il se fichait d'être vulgaire, tout ce qu'il voulait, c'était la faire chier, l'embarrasser. Si elle croyait se débarrasser de lui comme on jette un vieux gobelet par la fenêtre de sa voiture, elle avait tout faux.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D. Dim 22 Déc - 10:35

Lou préférait ignorer les remarques d’Andrew, elle se concentrait uniquement sur les choses absolument nécessaires à dire. Elle était encore bien trop fragile pour être complètement détachée. Evidemment que les tâches décrites par Lou ne lui plaisait pas. Elle imaginait difficilement Andrew en train de s’affairer pour autre chose que concocter un bon repas. Elle n’avait malheureusement rien d’autre à lui proposer. Si les punitions étaient agréables ça se saurait. Debout, Lou essayait subtilement de faire à comprendre à son interlocuteur qu’il était temps de partir. Elle avait d’ailleurs était très claire, ils n’avaient plus rien à faire ensemble. Jamais. Puisqu’Andrew avait été si compréhensif avec elle depuis le début, Lou s’attendait à ce qu’il se lève, lui serre la main, et prenne la porte. Il n’en fit rien. Au lieu de quoi, il lui asséna quelques coups de couteau dans le cœur. Littéralement. Les paroles avaient plus de force que n’importe quel uppercut. Lou baissa les yeux. En vérité, ne pas le voir avait été aussi très dur pour elle. Elle avait terriblement envie de lui avouer, mais avait peur des conséquences. Depuis la perte de leur bébé, elle avait mis une carapace autour d’elle. Elle ne comprenait pas pourquoi elle ressentait le besoin de se replier sur elle. Mais ça lui semblait nécessaire, vital. Repousser Andrew était une façon d’avancer, d’oublier les événements de l’été. Comme si à deux, ils n’auraient jamais pu faire le deuil de cet enfant. Ils se seraient bercés d’illusions, essayant de se réconforter, avec des phrases banales. Andrew lui aurait sûrement dit ce qu’elle mourait d’envie d’entendre. Que ce n’était pas de sa faute. Et pourtant, Lou savait qu’elle ne pouvait pas le croire. Elle avait d’abord songé à avorter. Et puis elle avait finalement perdu le bébé. Comment ne pas se sentir pleinement responsable ? « Ça n’a pas été facile pour moi non plus. » sa confession mettait en lumière son mensonge précédent. Elle se retint d’en dire davantage. De toute façon Andrew reprit la parole, il enfonçait le clou, encore une fois. « Tu serais idiot de ne pas le faire. » elle enleva ses lunettes et les posa sur le bureau. « Si tu ne respectes pas la décision du juge tu pourrais avoir de plus gros problèmes. » peut-être même quelques jours de prison (si je me rappelle bien les histoires de Linsday Lohan et Paris Hilton). Mais Lou ne voulait pas entrer dans les détails. La provocation elle connaissait, en particulier quand elle venait d’Andrew. Il tentait clairement de lui faire passer un message. Elle espérait ne pas se tromper sur la nature de ses intentions ; est-ce qu’il impliquait qu’il ne ferait pas ses travaux d’intérêt généraux uniquement parce qu’il comptait recroiser Lou dans les couloirs du tribunal ? Ou alors il ne souhaitait la faire chier ? Les deux options étaient légitimes, même si Lou préférait nettement la première. « A quoi ça te sert de faire ça ? » lâcha-t-elle enfin. Il allait encore avoir des problèmes avec ses parents. Ces derniers ne s’intéressaient à lui uniquement quand il avait des problèmes. A coup sûr, cette histoire allait le mettre dans de beaux draps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D. Dim 22 Déc - 17:35

Andrew ne sourcilla pas, quand elle avoua enfin que ces derniers mois n'avaient pas été une promenade de santé. Il ne fit rien, ne sourit pas, ne jubila pas. Ne lui fit même pas remarquer qu'elle avait dit le contraire quelques minutes auparavant. Il savourait juste, intérieurement. C'était tout ce qu'il voulait entendre, ça lui suffisait. Même si c'était conjugué au passé, et qu'on pouvait donc comprendre que maintenant c'était plus facile. Il ne voulait pas envisager cette éventualité. Elle avait eu du mal sans lui, il se sentait moins con. Moins seul. Et puisque lui en bavait toujours, pourquoi serait-il autrement pour elle ? Oh, peut-être parce qu'elle s'était repris en main, à l'aide d'une nouvelle coupe de cheveux et d'un nouveau job. Peut-être. Mais il ne voulait pas voir ça comme ça. Elle cherchait juste à oublier le passé. Mais sans succès. Il se surprit même à avoir croisé les doigts, pour espérer un peu plus fort que tout ça soit vrai. Il ne savait pas quoi lui répondre. Caresser doucement sa main était certainement mal venu. Zut, il aurait voulu retrouver le contact de sa peau, sa douceur. Il se retint, et arbora simplement une moue désolée, compatissante. Elle l'avait probablement délibérément oublié, mais il avait eu du mal. Autant qu'elle.

Mais le moment de confidence ne dura pas longtemps. Lou redevint elle même, la stagiaire je ne sais quoi de je ne sais pas qui, qui explique les peines. Elle remit une distance imaginaire entre eux. Pourtant, elle le tutoyait tout le temps. Espérant probablement qu'ainsi, elle réussirait à le faire entendre raison. Mais quedalle, Andrew n'irait jamais ramasser des ordures. « C'est quoi des plus gros problèmes ? » Il était juste un peu curieux. De la prison ? Pour avoir pissé dans la rue ? Ça ne pouvait pas être si extrème. Alors il avait bien envie de savoir, ça l'intriguait. Y'a quoi de pire que de ramasser de la merde dans une combinaison dégueu, qu'ils ne lavaient probablement pas ? « A quoi ça me sert de faire ça ? Sérieusement ? » Il s'énervait un petit peu. Il leva les yeux au ciel, se tenant toujours debout devant elle. « La question serait plutôt, à quoi ça me servirait de faire ces trucs à la con ! » A ne pas avoir de soucis ? Mais qu'est-ce qu'il en avait à faire, justement, des soucis ? Rien, rien du tout. Au contraire, ça égayerait un peu son quotidien morose, ça l'occuperait un jour ou deux. Il aimait bien, faire chier. « Je m'en fous tu sais, d'avoir des problèmes. J'ai pas retrouvé une nouvelle vie trop bien avec un super boulot. J'ai pas coupé mes cheveux pour faire genre "je suis le nouveau Andrew rien à faire de mon ex, c'est qui déjà ?" » Il mima une fausse pimbêche, grossissant probablement trop le trait. Il s'en voulait, il s'apitoyait sur son sort, c'était trop pathétique, trop débile. Mais ça le mettait hors de lui que, pendant qu'il s'imaginait encore la reconquérir un jour, elle avait continué son chemin, parcouru des kilomètres sans lui, si bien qu'aujourd'hui, elle était trop loin pour qu'il puisse la rattraper.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D. Lun 23 Déc - 11:13

Il faisait l’agitateur. Il redevenait subitement ce petit gamin qu’elle avait connu au lycée. Le mec qui se la jouait, qui s’en foutait d’avoir des problèmes. Ce n’était pas cet Andrew qu’elle aimait. Elle n’était pas dupe, il essayait d’obtenir une sorte de revanche. C’était un coup bas. Elle secoua la tête, agacée. D’ordinaire Lou savait faire preuve de patience, mais quand il s’agissait d’Andrew, elle en manquait cruellement. D’autant plus qu’il faisait exprès d’être un petit con avec elle, il avait le pouvoir, Lou se devait d’être professionnelle. Impossible de claquer la porte et le laisser là, seul. Impossible de lui cracher à la gueule qu’elle n’allait pas supporter son comportement très longtemps. Impossible de lui dire qu’elle avait envie de le prendre dans ses bras, une dernière fois. « Je ne suis pas juge, tu verras avec lui. » elle préférait ne rien répondre. En plus, elle ne servait qu’à mettre en garde les prévenus. En général quand elle leur annonçait les peines encourues, elles n’étaient jamais vraiment ordonnées par le juge. Toutefois, le fait de passer devant elle devait intimider pour prévenir d’une quelconque récidive. Elle pensait qu’Andrew l’avait déjà mise à terre à cause de ses précédentes paroles, mais quand il ouvrit une nouvelle fois la bouche, elle crut que ses jambes s’enfonçaient sous terre. Il lui reprochait maintenant d’être passée à autre chose. Elle n’était pas une je m’en foutiste comme lui, à rester toute la journée en pyjama en regardant Pokémon. Pardon, elle avait vingt-et-un an, elle. « Tu veux que je te dise quoi ? Je vais pas m’excuser d’aller de l’avant. » elle détestait ses attaques. Lou avait tout fait pour qu’Andrew l’oublie. S’il n’y arrivait pas, elle n’y pouvait pas grand chose. « T’es vraiment con tu sais. » elle haussa les épaules, un peu perdue tant la situation lui paraissait irréelle. « Si tu me connaissais un peu mieux, tu sauras que je ne t’ai pas oublié en claquant des doigts. T’es pas le seul à souffrir c’est bon. » Lou n’en pouvait plus, si lui avait décidé de vider son sac, et bien elle aussi pourrait le faire. Merde si ce n’était pas la situation appropriée. Il l’avait cherché. « Tu veux pas comprendre que j’ai envie d’oublier tout ça ? Non, c’est trop dur peut-être de peut-être c’est ma façon à moi de gérer les choses ? » et par les choses elle entendait la perte de leur bébé, et leur rupture. Les deux épreuves de sa vie. Les deux choses qui lui demandait une volonté de fer pour arriver à les dépasser. Lou s’était toujours considérée comme une fille forte, alors elle ne laissait pas tomber. Elle était désormais énervée. Elle avait envie de se laisser aller, de pleurer. Elle se retenait, ne cillait pas. Andrew n’aurait pas le plaisir de la voir craquer. Elle n’était pas une petite chose fragile. Se sentir vulnérable, elle avait déjà donné. Ce sentiment la rendait faible, et elle détestait ça. L’amour rendait vulnérable, en particulier l’amour qu’elle avait pu porter à Andrew. Elle s’en mordait encore les doigts, aujourd’hui, d’avoir tout donné. Cela rendait inévitablement la chute encore plus dure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D. Jeu 26 Déc - 22:37

Il savait que provoquer Lou engendrerait une grosse tempête déchainée. Elle était franche, impulsive, elle ne s'y prendrait pas avec des pincettes pour lui dire qu'il n'était qu'un gamin qui dormait, pendant qu'elle se payait le luxe d'avancer dans la vie, sans lui. Il avait besoin qu'on le ménage, il était un gosse, un enfant, il avait besoin de paroles douces, aimantes, d'un câlin pour faire passer les mauvaises nouvelles. Mais Lou ne faisait pas vraiment dans la dentelle. Il accusa les coups, mérités, non elle n'avait pas à s'excuser, oui il était con. Il garda la tête baissée, penaud. A qui s'attendait-il, sincèrement ? Avait-il, l'espace d'un instant, imaginé que son ex petite amie s'excuserait d'avoir changé de vie, alors qu'il venait de lui reprocher sur un ton bien cassant ? Elle répondait du tac au tac, de la même manière, du même parler agressif. Parce que c'est ainsi qu'ils communiquaient, aujourd'hui. Envolés les mots doux, envolés l'attention. Leur si belle histoire avait si mal fini. Chacun en voulait à l'autre, parce qu'ils avaient besoin d'un coupable. La peine était trop grande pour la laisser s'en aller, elle était de ces douleurs qu'il faut rejeter sur quelqu'un pour aller mieux, pour passer outre. Comme on reproche la perte d'un animal à la personne l'ayant renversée, ou la destruction d'un objet cher à la personne l'ayant fait tomber. Mais ici, personne n'avait causé la perte de leur bébé. Le mauvais sort, la météo ... Rien qui ne pourraient les consoler. Alors ils rejetaient sur l'autre, faute d'autre choix.

Et le moins qu'on puisse dire, c'est que Lou s'en sortait mieux qu'Andrew. Elle l'avait oublié, l'affirmant si bien. Et même si elle précisait que ce ne fut pas une promenade de santé, le pire était dit : elle l'avait oublié, ça y est c'était acté, conjugué au passé, terminé. Le chapitre Andrew avait connu sa conclusion, son point final. Elle avait entamé le suivant, réduisant à néant tous les espoirs utopistes du garçon. « Et tu ne veux pas comprendre que moi j'ai pas envie d'oublier ? Que moi je n'ai pas envie de t'oublier, toi ? » Il avait haussé le ton, malgré lui. Il jura dans sa barbe, énervé de s'emporter aussi facilement. Mais il n'était pas le seul égoïste dans l'histoire. Lou l'avait oublié sans se soucier de son état à lui, sans vérifier s'il pourrait s'en sortir ainsi. Et le problème, c'est que non, il ne pouvait pas. Il ne pouvait pas avancer sans elle, puisqu'après tout, c'était depuis qu'il sortait avec elle, qu'il avait décidé de mettre un pied devant l'autre et de faire quelque chose de sa vie. Avant Lou, il vivait en standby. Maintenant, il commençait même à régresser, à revenir en arrière. « J'suis peut-être con, mais toi t'es égoiste. Tu comprends rien, laisse tomber » Il tourna les talons et se dirigea vers la porte de sortie. Il se sentait ridicule, à s'emporter ainsi comme une file. Alors il avait besoin de s'échapper, de prendre l'air, de respirer autre chose que la même atmosphère que son ex.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D. Ven 27 Déc - 17:40

Ils haussaient désormais le ton l’un sur l’autre. Ils devenaient deux personnes qui s’étaient aimés, mais qui finissaient par se détruire. Les mots prononcés étaient vifs, tranchants comme du verre. D’un côté, Lou était contente qu’ils aient enfin une explication. Ou du moins un échange. C’était de sa faute si leur relation s’était terminée en eau de boudin. Elle avait fini par ne plus donner de nouvelles, et inévitablement Andrew avait compris qu’elle n’avait plus envie de sortir avec lui. Elle ne s’était jamais sentie prête pour lui donner les vraies raisons de cette séparation. Aujourd’hui encore elle hésitait à mettre des mots sur ce qu’elle ressentait vraiment. Elle se contentait donc de cet échange verbal un peu violent, qui dans le fond la soulageait quand même. En plus, elle voyait bien que ses mots ne tombaient pas dans l’oreille dans un sourd. Alors qu’elle pensait enfin avoir gagné une bataille, Andrew lui donna des raisons de douter, encore une fois. Il osa lui dire qu’il n’avait pas envie de l’oublier. Elle resta bouche bée. Elle ouvrit la bouche pour répliquer quelque chose, mais aucun son ne sorti. Elle remarqua qu’Andrew semblait agacé de lui faire une telle révélation. Lou aurait préféré qu’il se taise. Quand elle était sortie de sa vie, elle avait tout fait pour qu’il passe à autre chose. Elle pensait qu’il retrouverait sa vie de célibataire, ne se faisant pas prier pour ajouter de nouvelles conquêtes à son tableau de chasse. Et pourtant Lou fut surprise de n’avoir jamais eu vent d’une quelconque aventure. Ou alors Andrew savait se faire discret. Après tout, au début de leur relation, il avait su y faire. Toutes ces considérations la ramenaient à la triste réalité ; ce qu’il y avait entre eux n’avait jamais vraiment pris fin. Or, Lou ne savait pas comment se dépatouiller de la situation. Elle ne voulait pas jouer avec les sentiments d’Andrew, mais ne sentait pas prête à faire un pas vers lui. Il dut s’impatienter étant donné que Lou ne répondait rien, car il se décida à enfin quitter la pièce. Il ne se gêna pas pour la traiter d’égoïste, et une fois encore elle fut incapable de dire quoi que ce soit. Il avait raison sur ce point-là. Depuis la perte du bébé, Lou était devenue égoïste, car elle voulait se protéger avant tout. « N’oublie pas : quatorze heures devant le juge cet après midi. » elle se trouvait pathétique de lui lâcher ça, alors qu’il devait être plus déterminé que jamais à quitter cet endroit. Malgré tout elle ne pouvait pas rester muette. La dernière chose qu’elle voulait c’était qu’Andrew s’attire encore plus d’ennuis. Elle le regarda partir, puis elle soupira. Elle jeta un coup d’œil à sa montre ; neuf heures quarante cinq. En plus d’avoir pris un retard considérable sur ses autres rendez-vous, Lou devait subir cette journée en gardant dans un coin de sa tête que sa relation avec Andrew ne se normalisait pas. Elle aussi aurait simplement voulu tourner des talons pour rentrer chez elle. Elle alla s’asseoir à son bureau quelques instants, ne pouvant se sortir de la tête ce qui venait de se produire. Elle ferma les yeux quelques secondes, tentant de vider son esprit. Elle devait bien l’admettre, malgré tous les efforts qu’elle mettrait en œuvre pour oublier ce garçon, elle n’y arrivait pas. Elle prit le dossier suivant et le parcouru brièvement. Un cas qui n’avait rien à voir avec un jeune homme urinant sur la voie publique. Elle était sauvée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: what goes around... ∆ Andrew D.

Revenir en haut Aller en bas

what goes around... ∆ Andrew D.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Signature de contrat - Andrew Brunette
» Andrew Kirke (Gryffondor)
» [Février] Taeyang Andrew
» Andrew Takayama [Finie]
» Signature de contrat - Andrew Shaw

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-