Partagez|

and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy Sam 28 Déc - 15:30



harriet beecher stowe a dit : ❝ les larmes les plus amères que l'on verse sur les tombes, viennent des mots que l'on n'a pas dit et des choses que l'on n'a pas faites. ❞

    Le chemin de gravier blanc serpentait dans l'herbe verte. Les pierres tombales, comme posées ça et là, s'érigeaient vers un ciel chargé de nuages cotonneux. Le vent s'était levé, il avait gonflé son ventre glacé, et s'apprêtait à mordre ceux qui ne l'avaient pas suffisamment considéré. Il embrassait tendrement les joues rougies par le froid. L'hiver était là, son manteau grisâtre et sa lumière insipide.
    Voilà déjà bientôt quatre ans que Alicia avait rendu son dernier souffle, sous les yeux de son fils. Quatre ans sans réponse, quatre ans d'un bad trip le plus total. Ce n'était pas faute d'avoir essayé : Julian s'était détruit à petit feu. Il avait cherché à comprendre, par tous les moyens, encore et encore.
    Les nuits de cauchemar et de larmes l'avaient rendu aigri, il s'était renfermé, éloigné de tous ceux qui l'aimaient. Il était devenu violent, imprévisible, incontrôlable. Comme un animal enragé dont les babines retroussées laissaient entrevoir les lambeaux de chair et le sang à gros bouillon. Une bête qui sommeillait et menaçait chaque jour que Dieu faisait, de s'éveiller pour déverser sur le monde sa haine. Une bête que Julian tentait de museler et d'entraver comme il pouvait.
    Il avait essayé de faire taire ce monstre affable en lui mais n'y était jamais parvenu. Chaque fois, son grognement funeste venait le rappeler à qui il était et ce qu'il avait fait. A croire qu'il devait vivre avec cette chose brûlante dans ses entrailles, qui se démenait pour sortir et faire valoir son appétit féroce. Et cela, Julian ne voulait y songer une seconde : il espérait qu'un jour, on lui retire cette chose, on y trouve un remède, on la dompte et qu'elle se taise. A jamais. Et alors, la peur ne le réveillerait plus la nuit. Elle ne dominerait aucun de ses gestes. Elle ne le suivrait pas comme une ombre sourde tout le temps.
    Scarlett, en trouvant les mots, lui avait donné le courage de patienter. D'attendre encore un peu. Elle lui avait promis de faire tout ce qui était en son pouvoir pour le sortir de cette situation. Pour lui offrir des réponses. Et si elle s'efforçait de vouloir surtout lui prouver son innocence, il n'avait pas tant d'espoir.
    Joy a ses côtés, ils avançaient dans le cimetière silencieux et glacé. Ils s'arrêtèrent devant la tombe de leur mère. Ni fleurs, ni présents. Juste leurs deux âmes réunies pour revenir, le temps d'un instant, à l'époque où il existait encore des sourires sur leur visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy Dim 29 Déc - 1:34


Pratiquement quatre années s'étaient écoulées depuis l'assassinat d'Alicia King, une mère, une amie, une voisine, une épouse... Une personne chère à de nombreux cœurs, et malgré toutes ces années, Joy n'avait jamais réussi à faire réellement son deuil. Ou elle n'avait jamais eu la bonne façon de le faire, entre boire, fêter tout et n'importe quoi, voir des garçons et les aguicher... Puis peu à peu, elle se reprenait en main, elle continuait ses études, avait une relation stable, sa relation avec son père allait en s'améliorant, elle redevenait l'ancienne Joy même si dorénavant, elle ne le serait plus vraiment. Puis tout était triste et douloureux autour d'elle, son frère qu'elle ne côtoyait que très peu, ses amis qu'elle avait abandonné.. Et l'immense trou béant qui demeurait toujours là dans le cœur de la cadette de la famille King. Un trou qui ne voulait guère se refermer, qui restait ouvert, un cœur saignant, des larmes tranchantes, un souvenir douloureux.. Elle n'avait plus trop parlé à son frère depuis qu'elle avait ouvert la porte de sa chambre en tombant nez à nez avec Julian dans une situation mêlant peur et surprise.. Quelques instants plus tard elle apprenait le décès de sa mère, il y avait de quoi croire en la culpabilité de son frère qui était devenu très impulsif et colérique.. Cependant, elle n'essayait de rien montrer, toujours impassible, fermée à toutes expressions pouvant montrer ses faiblesses.

Trois ans qu'elle n'avait pas pleuré, trois ans qu'elle en mourrait d'envie, trois ans qu'elle criait intérieurement pour qu'on l'aide et trois ans qu'elle sentait le sol se dérobait sous ses pieds comme si elle n'arrivait pas à avoir une vie normale, non la sienne serait toujours une vie de malheurs, de conflits, de désordre, de sentiments contradictoires... Et à mesure où elle se rapprochait du lieu fatidique avec son frère, sa peur grandissait en elle, elle avait peur qu'en apercevant la tombe de celle qu'elle avait aimé le plus au monde, et qu'elle aimait encore le plus au monde, elle n'arriverait plus à se retenir de pleurer.. Elle se devait de rester forte et elle le resterait. Aujourd'hui aucun bouquet, aucun cadeau, juste leurs yeux et leurs cœurs qui battaient à l'unisson, mais ils étaient fêlés, cassés, et ils le resteraient sans doute toujours... Arrivée devant la tombe imposante de sa mère, elle s’agenouilla et effleura le bout des lettres du prénom inscrit sur celui-ci.

« Elle me manque à chaque seconde de cette longue et pénible vie... »


Dernière édition par Joy King le Dim 14 Sep - 11:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy Mar 31 Déc - 0:22


harriet beecher stowe a dit :  ❝ les larmes les plus amères que l'on verse sur les tombes, viennent des mots que l'on n'a pas dit et des choses que l'on n'a pas faites.  ❞

    Chaque visite au cimetière rendait Julian particulièrement triste. Il détestait y venir. Il haïssait l'ambiance morbide, les lamentations du vent entre les tombes. On lui prêtait souvent de venir s'y plaindre mais ce n'était jamais la raison de ses venues. Il n'avait pas besoin de se rendre sur le chevet de sa défunte mère pour converser avec elle. Allongé dans son lit, posé sur un banc, étendu dans l'herbe humide ou à soulever les feuilles mortes de l'automne dans le parc. Il lui suffisait d'être seul, de se laisser envelopper par le silence. Il parvenait à se convaincre de la toute présence de sa mère, toujours avec lui malgré sa mortelle trahison. Néanmoins, il ressentait parfois l'étrange besoin de venir à elle physiquement, de se rapprocher de son cadavre, de sa création. Il trouvait ça terriblement glauque mais s'obligeait à répondre à l'appel. C'est pourquoi aujourd'hui, il avait proposé à sa soeur de rendre visite à Alicia. Elle avait approuvé l'idée. Pourquoi, il n'en savait rien. Il réalisa qu'il ne connaissait rien des habitudes de sa soeur par rapport à la sépulture de leur mère. Venait-elle souvent ? Seule, avec quelqu'un ? De manière régulière, toutes les semaines, tous les mois ? Ils n'avaient pas partagé leur deuil, pas même avec leur père, tous les trois empruntant des chemins opposés. Lui dans la bouteille puis le chagrin, elle dans la débauche et le sexe, leur père dans le travail. Néanmoins, maintenant que les temps étaient moins durs à gérer, Julian n'arrivait toujours pas à briser les murs qui le séparaient de sa jeune soeur. Il se demandait bien ce qu'elle pouvait croire, ce qu'elle pouvait cacher. Il n'avait peur de rien, peut d'aucun de ses mots, ni d'aucun de ses gestes. Elle était, sans le savoir, garante de sa liberté.
    Debout, immobile, le regard fixé sur le prénom de sa mère gravé dans le marbre, il se tenait à distance. Joy, quant à elle, s'approcha, s'agenouilla, caressa la pierre et dessina le contour des lettres majuscules. Elle murmura suffisamment fort pour que Julian entende.

    -Moi aussi, lâcha-t-il machinalement. Je... je suis désolé.

    Il ne savait pas trop ce qu'il parviendrait à répondre si Joy venait à lui demander pourquoi. Pourquoi il s'excusait ? Pour s'être éloigné d'elle et ne pas avoir su l'aider ? Pour l'avoir privée d'amour ? Pour lui avoir pris sa mère ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy Sam 11 Jan - 17:05


Alors qu'il s'excusait, elle se leva et se tourna vers son frère et pointa son doigt vers lui, l'air dur et énervé. « Je suis désolé ? Tu sais, je croyais vraiment que si on s'entraidait alors on irait mieux, ensemble on aurait pu remonter la pente normalement et plus vite sauf que toi, tu m'as abandonné, comme papa. J'avais besoin de vous et je croyais que vous aviez besoin de moi, mais vous m'avez laissé derrière et m'avez reproché par la suite mon changement alors ne t'excuse pas, tu as quatre ans de retard, quatre années, Julian ! » Elle lui avait hurlé dessus, elle avait bien besoin de ça, de lui dire en face ce qu'elle leur cachait depuis presque quatre ans, elle avait eu mal et elle ne comprenait pas leur comportement, même si elle aussi avait changé, elle ne les avait pas abandonné.. Elle se calma, et baissa les yeux, après tout à quoi ça servait de se hurler dessus ? Il n'avait pas été un parfait grand frère pendant longtemps, et elle n'avait pas été une parfaite petite sœur aussi longtemps que lui. Ils étaient fautifs tous les deux mais elle aurait voulu retrouver sa famille telle qu'elle avait été..

Elle passa une main dans ses cheveux et essaya de reprendre une respiration normale, céder à des pleurs, elle ne le voulait pas. Se montrer faible devant son frère, non plus. Elle avait voulu qu'il croit qu'elle était forte et que rien ne pouvait la faire tomber, sinon, elle se relèverait, mais ce n'était pas le cas et ce jeu de masque commençait à la peser.
« Juste, dis-moi pourquoi tu as fais ça ? Pourquoi... ? » Sa voix n'était pas dur, elle était pleine de tristesse, elle était douce et calme. Cependant, ce n'était pas la seule question qu'elle se posait : était-ce lui qui avait tué leur mère ?


Dernière édition par Joy King le Dim 14 Sep - 11:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy Dim 23 Fév - 15:33


harriet beecher stowe a dit :  ❝ les larmes les plus amères que l'on verse sur les tombes, viennent des mots que l'on n'a pas dit et des choses que l'on n'a pas faites.  ❞

    Le vent soufflait, s'amusant dans ses mèches brunes. La situation n'avait rien de plaisante, en réalité. Se recueillir sur la tombe d'Alicia avait depuis toujours des airs de châtiment. C'était la manière qu'avait Julian de se regarder dans un miroir : Voilà ce que tu es.
    Il avait espéré que Joy ne lui demandât pas pourquoi il s'excusait. Mais il n'aurait pas voulu davantage qu'elle s'énervât comme elle le faisait. Pointant un doigt accusateur en sa direction, elle laissa libre court à sa rage et à sa déception, lui rappelant en quelques mots combien Julian et Daren avaient été, un mauvais frère autant qu'un mauvais père. L'agression, pourtant légitime, dont était victime Julian le força à reculer d'un pas. Il savait que Joy avait souffert le martyr, à sa manière. Il s'en voulait de l'avoir vu filer dans un train d'enfer et de n'avoir rien fait pour lui faire quitter le wagon. Mais au moment où elle avait besoin de lui, ce temps passé et révolu où elle s'était retrouvée seule, lui-même était incapable de sortir du tourbillon infernal dans lequel il s'était jeté. Il n'aurait rien pu faire, sinon détruire sa soeur un peu plus. Evidemment, elle n'avait pas conscience de tout cela. Ses ressentiments étaient véridiques et blessants, mais Julian savait qu'il n'y avait eu aucun autre chemin pour eux. Juste du chagrin et de la destruction, c'était résolument l'unique route que la mort d'Alicia avait tracé.
    Elle reprit ses esprits, sa figure se calma. Mais la tempête n'était pas passée pour autant ; Julian le savait bien. Et il put en avoir la preuve lorsque Joy lui demanda ses raisons. Il prit aussitôt une longue inspiration et réfléchit. De quoi parlait-elle ? Pourquoi avait-il oublié d'être un frère pendant quatre ans ? Pourquoi s'était-il excusé il y avait de ça deux minutes ? Pourquoi avait-il contribué à l'implosion de leur famille ? Pourquoi... il n'osa formuler la question à laquelle il n'avait aucune réponse. Il ne savait tout simplement pas.
    Il fallait qu'il fasse un choix : miser sur une des questions, au risque de tomber sur l'escargot plutôt que sur le cheval de course, ou bien se taire. Le silence n'était pas une solution. Il tenta le tout pour le tout.

    -Je... je ne pouvais pas être là Joy. Je n'étais pas là pour moi, comment aurai-je pu l'être pour quelqu'un d'autre ? Vraiment, je suis désolé. Mais pendant ces quatre années où je n'ai pas été là pour toi alors que tu en avais besoin, je n'ai été là pour personne.

    Il se garda bien de se lancer dans quelques métaphores sur l'Enfer, qu'il avait pactisé avec un Diable et se retrouvait à disperser autour de lui de la destruction. Que sa seule présence était radioactive, qu'il aurait pu mettre à terre le plus costaud de tous les hommes, et briser le plus solide de tous les ponts. Mais Joy n'avait pas besoin qu'il tournât autour du pot. Elle méritait mieux que ça après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy Mer 26 Fév - 17:26

 

Elle lui avait crié dessus, elle ne lui avait pas tout dis, elle gardait cela pour une autre fois, en compagnie de leur père, dans un autre endroit que devant la tombe de leur mère. Ce serait affreux que de cracher au visage de son frère des choses affreuses alors que, si le paradis ou l'enfer existait réellement, Alicia pouvait les voir et la benjamine des King ne voulait pas que sa mère sache à quel point Joy et Julian n'étaient plus si fusionnels qu'avant. Avant, Joy aurait pu courir à deux heures du matin et réveiller son frère pour lui annoncer une nouvelle, elle aurait pu lui annoncer qu'elle sortait avec Maxim le jour même, et elle ne savait même pas si il était au courant. Elle qui prenait tout le temps de ses nouvelles, la brunette ne savait pas si c'était le cas pour son grand frère aussi. Pourtant, elle l'espérait tellement qu'elle pouvait faire des insomnies. A vrai dire, elle en faisait avec tout ce qu'il se passait dans sa vie, toutes ses craintes, ses problèmes de cœur, de famille, d'amitié.. Mais là, rien ne pouvait l'aider, à part peut-être Julian.. Le problème était qu'elle n'avait plus confiance en lui et qu'une partie d'elle le haïssait, même si intérieurement elle se sentait coupable. Elle lâcha un long soupir las et dévia son regard sur la tombe de sa très chère mère.. « Je veux savoir une seule chose.. Et tu me dois bien ça.. » Elle hésitait, sa bouche ne voulait plus s'ouvrir. Et si c'était vrai ? Si sa question avait pour réponse un oui ? Alors la jeune fille ne pourrait plus retenir ses larmes brûlantes de rage, ni les coups, même faibles, de ses poings contre le torse de l'aîné des King, elle ne pourrait plus se retenir de le détester comme d'avoir envie d'être là pour lui, de le prendre dans ses bras. Elle leva alors ses yeux, et d'une voix brisée voire inaudible, elle prononça la question, ses lèvres ne cessant guère de trembler. Elle avait peur que le sol ne se dérobe d'un coup sous ses pieds et qu'elle tombe dans une abîme profonde, sombre et froide comme si la mort venait la chercher pour l'emporter et ne plus jamais la ramener. « Est-ce toi qui l'a tué ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy Sam 1 Mar - 16:20


harriet beecher stowe a dit :  ❝ les larmes les plus amères que l'on verse sur les tombes, viennent des mots que l'on n'a pas dit et des choses que l'on n'a pas faites.  ❞

    Joy et Julian. Une fratrie arrachée à l'innocence de l'enfance. Un amour non feint mais si secret. Une haine si viscérale attisée par des milliers de questions sans réponses. Un dégoût dévorant que ni l'un ni l'autre ne parvenait à taire.
    Et pourtant, dans cette vie de ténèbres qui était la leur désormais, ce cauchemar infini, ce tunnel noir duquel ils ne voyaient pas le bout, il restait entre eux un lien presque invisible, fragile et tendu à s'en rompre. Un lien fait d'espoir et de compassion. Mais ce lien, et Julian le savait, céderait lorsque sa sœur prononcerait les mots qu'il n'osait plus penser. Lorsqu'elle lui demanderait si oui, ou non, il avait tué leur mère. Alors ce lien, ce fil altérable se consumerait dans les flammes d'une ire qui ne trouverait jamais de baume.
    Depuis quatre ans, Julian s'était éloigné, Joy aussi, Daren également. La famille avait implosé lorsque feue Alicia les avait quitté. Le pilier de ce foyer écroulé, le reste du bâtiment avait suivi en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Et pendant les années qui avaient suivi, tous avaient géré leurs vies mornes à leur manière. Julian protégeait son secret coûte que coûte, ce monstre qui vivait dans sa poitrine. Pourquoi ? Parce qu'il prévoyait les conséquences de la liberté de cette chose qu'il ne contrôlait pas et qui lui avait tout ôté. Qu'il imaginait la rumeur grondante dans la foule, le lynchage que subirait Joy et Daren lorsque, silencieux, tête baissé, on l'embarquerait dans un véhicule de police, menottes au poignet. C'était tout ce qu'il méritait. Car même sans le vouloir, il l'avait fait. Il en était certain.
    Il l'avait tuée.
    Enfin, c'était dans cette évidence qu'il avait vécu pendant trois ans. Dans ce souvenir flou d'être au chevet de sa mère inerte. Dans cette douleur sournoise du coupable. Et dans cette peur omniprésente de couver en son sein le plus affamé de tous les démons. Les proches de Julian l'avaient vu disparaître, comme une ombre. Ils l'avaient vu se perdre dans les méandres de cette conscience qu'il ne contrôlait pas et qui parfois, serpentait sous sa peau dans l'espoir de venir à la surface pour glaner le sang dont elle raffolait. Il s'était débattu pour ne plus jamais la laisser agir à sa guise, comme un dément ; il avait cherché les réponses pour la museler à jamais. Mais rien n'y fit. Il se retrouvait seul face à cette volonté bien plus puissante que lui, qui avait déjà, par plus d'une fois, ôté la vie. Certains de ses amis étaient dans la confidence. Ils ne croyaient pas à cette histoire, malgré les convictions de Julian. Et tous à leur sauce tentaient d'aider le fils King en lui apportant des réponses claires qui pourraient, tous le croyaient, le rendre innocent. Julian espérait de tout cœur qu'ils y parviennent, mais au fond de lui, une voix maléfique riait d'avance.

    Face à la tombe de sa mère, Julian sentait l'Epée de Damoclès tomber à la verticale sur son crâne. Joy le regardait à peine, cherchait ses mots. C'était fini. Le lien ténu allait se briser. Il n'y aurait plus jamais de retour en arrière. Julian ne pouvait même pas empêcher sa sœur de prononcer ces mots qui la rongeaient depuis si longtemps. Il était victime d'une vérité qui l'avait poursuivi pendant des années sans se révéler. Et la voilà, presque émergente, prête à le détruire, à mener sa croisade pour offrir justice à feue Alicia King.
    Dans un souffle à peine inaudible mais qui apparut très clairement aux oreilles de Julian tant il attendait ces quelques mots, Joy parvint à articuler cette phrase qui allait les détruire.
    Le garçon dut lutter avec sa détresse, avec les larmes qui venaient lui bouffer les yeux, la boule dans sa gorge qui l'empêchait de respirer, la douleur dans son ventre comme un poignard et les tremblements qui saisirent ses jambes. Il baissa la tête dans l'espoir de mieux supporter ces symptômes du coupable. Mais c'était trop tard, il ne pouvait pas mentir, ni fuir, ni éluder cette question. Une larme roula sur sa joue et il ne put empêcher sa course qui traça un lit dans lequel se réfugièrent nombre de ses comparses. Il ne les essuya même pas ; releva simplement la tête et jetant ses yeux humides dans le ciel automnal de novembre.
    La détresse de transforma en colère, unique asile dans lequel Julian se sentait en sécurité. D'un regard noir et embué par les larmes, il vint épouser le visage agité de sa sœur pour lui cracher ces mots :

    -OUI. Tu le sais très bien en plus ! Tu...

    Il reprit son souffle avec une douleur dans la poitrine qui le fit grimacer. Il serra fort ses poings à s'en faire saigner la paume avec ses ongles. Ses larmes redoublèrent. On aurait dit un gamin pris sur le fait et à qui on demandait d'avouer. Un gamin qui s'efforçait de cacher ses regrets et ses larmes à coup de violence. Un gamin égratigné par la vie qui n'y trouvait plus grand intérêt. Un gamin qui maintenant craignait la réaction de sa sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy Lun 21 Avr - 14:10

 

Auparavant, les King étaient une famille heureuse, il n'y avait pas un seul jour où Joy n'allait pas voir son frère dans sa chambre, sans même prendre la peine de toquer, pour la chaleur que lui offrait ses bras, pas un seul jour sans qu'elle n'aille demander à sa mère des conseils par rapport aux garçons ou à son père diverses demandes, pour la plupart sans aucun intérêt. Mais le jour où son frère lui avait demandé de rester dans sa chambre et de ne pas sortir, le jour où sa mère avait été retrouvée morte, elle savait que cette famille allait peu à peu se détériorer, car il n'y avait que feue Alicia pour garder ce foyer chaleureux, il n'y avait qu'elle qui maintenait l'amour, et sans le pilier, tout s'effondre... Comme s'étaient effondrés ces trois-là, cherchant chacun à se voiler la face en trouvant des excuses, en mettant la faute sur les autres et à trouver un moyen, même grotesque, pour ne pas sombrer un peu plus.
Joy n'avait pas eu droit à tout le soutien qu'elle aurait voulu recevoir et donner aux deux hommes qui avaient été ceux qu'elle avait aimé le plus, et c'était encore le cas même si cet amour était maintenant secret et fragile. Elle se demandait parfois ce qui se serait passé s'ils ne s'étaient pas laissés tomber, s'ils ne s'étaient pas éloignés et s'ils avaient réussi à affronter la mort d'Alicia. Leur vie aurait pris un autre tournent, ils ne seraient pas en train de se détester intérieurement, ni de se cracher des choses non-dites et pourtant si souvent pensées depuis ces trois dernières années.
Et voilà que la question qui lui brûlait les lèvres depuis si longtemps venait de franchir le seuil de celles-ci, elle savait qu'il n'y aurait aucun retour en arrière, le peu d'amour qui leur restait, allait disparaître car elle savait qu'elle ne lui pardonnerait jamais, elle savait aussi qu'elle s'en voudrait et qu'elle serait perdue. Devait-elle bafouer la mémoire de sa mère et donner du soutien à son bourreau ? Ou honorer sa mémoire et abandonner son frère, sa chair et son sang ? Elle n'osa même pas lever le regard vers lui, elle ne verrait plus le Julian qu'elle avait tant aimé, mais elle verrait un monstre au visage angélique de son frère, un masque et cette jeune fille ne pouvait le supporter.
Les lèvres encore tremblantes, elle sursauta lorsqu'il lui cria que oui, c'était lui et qu'elle le savait déjà. Et c'était vrai, une partie d'elle l'avait toujours su mais essayait de se prouver le contraire..
Prise pas un élan de colère, elle leva à nouveau un doigt accusateur sur ce qui fut il y a encore quelques secondes de cela, son frère et qui maintenant n'était plus qu'un mensonge terrifiant. Joy le vit alors, pleurant à chaudes larmes, comme si chacune de ses larmes étaient un pardon, comme si le flot de sentiments qui dévalait sur ses joues était son purgatoire, un moyen pour lui de montrer à sa sœur qu'il s'en voulait mais qu'il n'y pouvait rien, ce qui avait été fait ne pouvait plus jamais être défait.

_Tu quoi ? Vas-y, finis ce qui tu as à me dire ! Cria-t-elle de toute la colère dont elle pouvait faire preuve.

Elle s'arrêta, passa ses mains, elles-aussi tremblotantes, sur son visage en lâchant un soupire de désespoir. La brune mordilla ensuite sa lèvre pour s'obliger à ne pas pleurer, à tel point qu'elle venait de l'ouvrir et qu'elle pouvait sentir sur sa langue le goût métallique de son sang. Elle s'avança, titubant presque devant le coup de l'émotion, de la vérité qui venait de s'écrouler sur elle, et elle s'arrêta devant lui. Elle leva sa main qui était auparavant placée le long de son corps avant de la placer avec force sur sa joue -du King- qui devint rouge. Elle venait de le gifler, brisant le silence de mort. Et elle ne s'arrêta pas, elle voulait lui montrer à quel point elle était furieuse qu'il ait détruit leur famille, alors elle lui donna des coups sur le torse avec le peu de force qui lui restait et n'arrêta pas de crier « Pourquoi ?! », elle ne le comprenait pas, et tous les efforts qu'elle avait mis en place pour ne pas pleurer avait été vains, tout comme pour lui, un flot de larmes vint rougir ses joues et mouiller son visage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy Ven 20 Juin - 10:32


harriet beecher stowe a dit :  ❝ les larmes les plus amères que l'on verse sur les tombes, viennent des mots que l'on n'a pas dit et des choses que l'on n'a pas faites.  ❞

    Il l'avait dit. Il avait osé prononcer ces mots qui rompaient définitivement le lien de famille qu'il entretenait avec sa sœur. Ce qui eût appartenu à sa famille, il l'offrait par cette phrase et cet aveu au passé. Les King venaient de se faire leurs adieux. Tout en colère, tout en offense, devant la tombe de leur défunte mère. Il leur faudrait un miracle pour parvenir à monter à nouveau dans le même navire.
    Joy était hors d'elle, dans une telle fureur que Julian, à travers ses larmes et ses sanglots, n'eut aucun mal à voir sa sœur rugir. Le doigt qu'elle levait vers lui l'inquiétait mille fois plus qu'une arme tant il exprimait leur déchirement. Il ne parvint à arrêter ses larmes qui dévalaient toujours plus vite ses joues, torrent de détresse qu'il accumulait depuis si longtemps. Joy lui intimait de finir sa phrase mais il n'était pas certain de pouvoir le faire. Une boule imposante l'empêchait de parler, tout comme le chagrin le gênait pour bouger. Bientôt, il leva ses bras pour essuyer ses larmes violemment. Il se fit mal au nez mais ne cilla pas. La douleur n'était rien comparée à celle de son cœur. Voir disparaître des années de complicité avait un prix. Tuer sa mère aussi.
    Une gifle s'abattit sur sa joue. Sa tête bascula à peine, tant ses muscles étaient contractés. Il s'attendit à répliquer mais ne sentit rien qui aurait pu mener à un tel geste. Aucune vibration funeste, aucun opéra macabre, l'Autre tel qu'il l'appelait, ne comptait rien faire à Joy. Peut-être le sang des King n'était-il pas suffisamment à son goût ? Alors Julian, la joue brûlante des larmes et du coup qu'il venait de recevoir, resta immobile. Il se laissa faire lorsque sa sœur perdit pied. Il la regarda frapper encore et encore son torse de ses poings si minuscules. Il devina ses larmes et ses sanglots à travers lesquels d'innombrables Pourquoi ? jaillissaient. Il n'y avait pas de raison, même lui ne savait pas. Saurait-elle le comprendre, quand lui avait presque mis quatre ans à l'accepter ?

    -C'était un accident, il déglutit, je suis désolé, il lutta avec les larmes téméraires qui remontèrent jusqu'à ses yeux.

    Et puis, dans un dernier effort, il referma ses bras sur Joy pour la tenir une fois près de lui. Avant qu'elle ne s'échappe. Avant qu'elle ne le fuie. Avant qu'elle ne le dénonce, si tel était son choix.
    Une toute dernière fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy Dim 14 Sep - 11:58


Elle restait immobile, ses pieds bien ancrés dans le sol comme s'ils étaient faits de plomb et que malgré ses cris de désespoir, malgré qu'elle leur intimait fermement de bouger, d'au moins faire un pas, ils se rebellaient, ne voulaient rien entendre, ils restaient juste cloués au sol, et elle était incapable de bouger, mais il fallait bien qu'elle sorte de sa léthargie pour juste faire quelque chose, réagir à une vérité qu'elle connaissait déjà que trop bien. Elle fit tourner sa langue plusieurs fois dans sa bouche quand les mots si douloureux vinrent franchir le seuil des lippes de ses gènes, son grand frère. Elle ne voulait pas dire des mots qu'elle regretterait ensuite, plus qu'elle n'en avait déjà dits, ou même qu'elle ne regretterait pas mais qui seront si râpeux sur sa langue, si coupants dans sa bouche qu'elle préférait faire taire le sang chaud propre à la plupart des King. Ils étaient brisés, torturés par toutes les horribles choses qu'ils avaient commis : le sang de sa génitrice était encore présent sur les mains de Julian, et la sensation de différentes mains caressant sa peau était encore vive sur le corps tout entier de la brune. Quand elle regardait bien sa famille, elle n'était plus le parfait petit foyer chaleureux et sans défauts, ils avaient en leur cœur un tueur, une prostituée et un lâche si l'on mettait des mots à leurs actes car Joy avait vu tellement d'hommes passaient sur elle sans jamais se rappeler de tous qu'elle aurait pu en faire son métier, leur géniteur n'était qu'un lâche qui avait préféré fuir la réalité que l'affronter et l'aîné n'avait pas su contrôler son démon intérieur et avait causé la chute de toute la famille.


« Comment cette situation a pu dévier dans le meurtre ? Je veux savoir, je t'en supplie.. »


Ses joues se voyaient noyées dans ses larmes pleines d’amertume, de reproches, de haine et pourtant de la compassion restait accrochée avec véracité sur les autres, parce qu'il restait son frère et que les liens du sang étaient plus forts que tout, elle s'était toujours rattachée à cette phrase : sa première déception amoureuse, elle l'avait passé à regarder un film d'amour niais en compagnie de sa mère, sa première bêtise avait fini par un ours en peluche offert par son père et sa première dispute avec son meilleur ami par une soirée blottie contre son frère à l'écouter la rassurer avec des mots doux susurrés à son oreille. Son cœur était ravagé par un flot de sentiments contradictoires, elle ne savait pas quoi faire, si elle devait venger sa mère et s'en prendre à son frère ou si elle devait restait muette sur cette révélation, faire comme si de rien n'était et juste continuer d'aimer celui-ci, c'était bien trop dur à décider pour une jeune étudiante à peine majeure.. Frapper mollement son torse de ses poings était déjà un grand réconfort, elle voulait lui montrer qu'elle lui en voulait, qu'il la décevait. Et quand il referma ses bras sur elle, elle finit par abandonner, par lâcher tout ce qu'elle ressentait, laissant ses pleurs humidifier l'épaule du King, laissant ses reniflements s'entrechoquer dans l'air du cimetière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je n'ai plus aucun secret pour personne, enfin presque...


Masculin
Nombre de messages : 2657
Etudes/Metier : Etudiant
Inscription : 05/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aaron Hamilton & Sara VW ♥



MessageSujet: Re: and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy Jeu 27 Nov - 13:22


Assise dans l'ombre, à la lueur de nos mensonges.

Un tourbillon néfaste les emportait tous deux, frère et sœur, dans une sinistre affaire. Les secrets révélés, ils devaient lutter contre les eaux tourmentées de leurs propres souvenirs. Julian n'était pas sûr d'avoir fait le bon choix en avouant son crime. Il avait peur. Il était terrifié, même. Que se passerait-il lorsque Joy ne pourrait plus supporter le fardeau de la vérité et irait d'un pas las et lent partager son savoir à la police ? Viendraient-ils le chercher, le menotter, lui faire cracher des aveux qu'il aurait bien du mal à garder ? Son corps entier tremblait de peur mais il se trouvait injuste de ressentir cela.
Joy venait d'apprendre de la bouche de son frère que leur mère avait été tuée par la main de son propre enfant. Joy avait le droit d'avoir peur. C'était légitime. Tout comme elle avait à savoir la vérité, toute la vérité. Elle ne se laissa pas prier pour la réclamer.
Julian  leva les yeux vers le ciel, bien incapable d'inventer une histoire à cette journée macabre qui datait déjà d'il y a quatre ans. Les souvenirs étaient bien présents, comme s'ils avaient enterré leur mère seulement hier. Mais ce qui était alors flou dans sa mémoire le restait tout autant aujourd'hui. Seul ce sentiment absurde lui rongeait les tripes : cette conviction de l'avoir tuée. Et avec elle d'avoir asphyxié son âme d'enfant.
Après avoir laissé la jeune fille battre de ses petits poings son torse, Julian l'étreignit, simplement. Il avait envie de la sentir proche de lui une toute dernière fois.

-Je ne sais pas Joy, lâcha-t-il, son visage crispé par le chagrin. Je... je l'ai tuée c'est tout. J'ai pas fait exprès, je voulais pas. C'était juste plus fort que moi je crois. Je suis désolé.

Il faisait allusion à un secret bien plus noir encore que personne ne connaissait vraiment. Il parlait de ce démon qui vivait sous sa peau, se nourrissait de ses troubles tourments et quittait parfois l'inconscient pour prendre contrôle des jolies mains du King. Le Roi en proie à des pulsions qu'il ne pouvait expliquer, c'était ainsi qu'il se les rationalisait. Un monstre vivait en lui, un monstre qui, sans foi ni loi, profitait du corps de son hôte pour assouvir sa faim et sa soif, ses envies de meurtre mais aussi ses plus vils péchés. Et Julian en était certain : c'était cette créature qui avait tué sa mère. Mais cette chose était en lui et par conséquent...

-Je t'assure que je ne voulais pas. Oh Joy, je suis tellement désolé. Je n'ai jamais compris ce qui s'était vraiment passé...

Les larmes roulaient sur ses joues rougies par le froid mordant. Il ne savait pas comment se sortir de ce labyrinthe de l'enfer. Il avait envie de voir que Joy le soutenait mais ç'aurait été injuste de lui demander cela.
Il gardait alors sa sœur contre lui, incapable de mettre un terme à leur étreinte. Il avait l'impression qu'il ne pourrait plus jamais la serrer dans ses bras. Cet aveu là signait la fin de leur fraternité. Il devrait l'accepter si c'était ce que désirait Joy. Il fallait qu'il protège sa sœur, après tout. De lui, de ses fautes.
La pelouse ne scintillait plus, balayée par un vent glacial. Les nuages obscurcissaient le ciel rapidement. Le temps tournait à l'orage. La rage grondait dans les tourments. La pluie acide jugea bon de laver les révélations hâtives et le chagrin. Elle mouilla rapidement Julian et Joy, ondée sauvage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy

Revenir en haut Aller en bas

and we'll never be royals. it don't run in our blood. that kind of love just ain't for us - Joy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» We'll never be royals × Liens des perso's de Maly.
» We'll never be royals ­¯ Sydney G. Colville
» And we'll never be royals (Sienna)
» royals + VONBODMAN-STERLING
» And we'll never be royals ? JUDAH & SOMEONE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-