Partagez|

« Are you still mine ? » Lou & Andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Dim 29 Déc - 11:48

Andrew enfila son bonnet, emitouflant toutes les mèches de cheveux rebelles qui s'en échappaient. Il le cala bien sur ses oreilles puis se contempla longuement dans le miroir de l'entrée. En fait, il cherchait le courage de sortir dans le froid. L'envie de se rendre à la fête de Noël du quartier avait germé dans son esprit cet après-midi, sans crier gare. Il s'étonna d'abord de ce besoin incohérent de vie sociale, puis remarqua qu'il s'agissait là d'un appel de son estomac : les fêtes de voisinage regorgeaient toujours de bouffe gratuite, rien à voir avec les pizzas qu'il s'enfilait à longueur de journée, semaine, mois. Il avait donc occupé son après-midi à se préparer pour le soir : 2 heures pour se sortir du lit, 30 minutes pour atteindre la salle de bains, 5 minutes sous la douche, 40 minutes pour trouver des fringues propres, 3 pour les enfiler. Son après-midi, il ne l'avait pas vu passer. Mais une fois dans le hall de l'entrée, il devenait plus perplexe. Le jeu en valait-il la chandelle ? Il allait croiser tous ces visages qu'il n'avait aucune envie de voir. Et le seul qu'il souhaitait voir pointerait aux abonnés absents. Il soupira, regarda Milou qui était revenu chez lui depuis quelques temps comme par magie. Celui-ci lui fit les gros yeux. Il avait raison, il n'y avait que les filles pour cracher ainsi sur de la bouffe gratuite. Andrew se ressaisit, enfila son manteau et se confronta enfin au grand froid qui régnait dehors.

A peine eut-il posé ses deux pieds dans l'allée, fermé la porte de sa maison et regardé vers la rue, qu'il commis l'irréparable. Ses yeux se posèrent à regret sur la maison d'en face. Cette maison dont il avait passé tant de fois la porte, cette maison où il avait ri, mangé, cuisiné, dormi, regardé la télé, dansé comme un con, aimé ... Tous ces souvenirs ne demandaient pas grand chose pour revenir au premier plan dans ses pensées, alors qu'il les avait habilement banni, après sa discussion malheureuse avec Lou. Et ce déclic leur suffit, aux souvenirs. Aussitôt, ils resurgirent, envahirent Andrew, impuissant. Une bataille d'eau dans le jardin, une préparation de cookies (ils l'ont vraiment fait, eux !), un marathon LeonardoDiCaprio (oui bon je ne sais pas qui Lou apprécie), une sieste dans l'herbe, un après-midi à jouer avec Anaïs contre la volonté de Lou, tous leurs plans sur la comète, une annonce d'un bébé à venir ... Et tellement, tellement de joie, de bonheur, de légèreté. Ils étaient innocents, à l'époque. Il y en avait trop, de souvenirs, Andrew n'arrivait pas à supporter. C'était trop lourd. Il les sentait s'effondrer sur ses épaules frêles, il succombait. Il s'assit sur la marche de l'entrée, un instant. Il ne pouvait pas porter tout ça tout seul. Mais comment Lou avait-elle fait ? Elle voulait l'oublié, elle l'avait dit, et espérait même qu'il en fasse de même. Seulement elle n'avait pas donné la formule magique qui allait avec. Il se mit à respirer fort, il se sentait suffoquer, tout lui manquait, même leurs disputes, même les goûts parfois étranges de son ex petite amie, même les discussions sérieuses et difficiles. Pourquoi est-ce qu'ils avaient dû connaître un tel malheur ? Ce n'était pas pour les enfants comme eux, c'étaient pour les vrais adultes, forts. Ils n'étaient que deux étudiants innocents. Pourquoi ? Certes, Lou n'aimait pas sa soeur et ce n'était pas très gentil, Andrew crachait volontiers sur ses parents et n'en foutait pas une à la fac. Mais la punition était démesurée. S'en était trop, il en avait marre. Il n'avait pas mérité de la perdre. C'était une injustice. Alors il se leva, d'un pas décidé. Désormais, les souvenirs ne le rabaissaient plus, ils devinrent un moteur suffisant pour le porter jusqu'à l'autre côté de la rue, jusqu'à cette maison d'en face qui lui foutait grave les j'tons désormais. Un moteur suffisant pour porter sa main jusqu'à la sonnette et pour appuyer dessus. Il osa même un sourire ... Qui disparut bien vite quand Lou ouvrit la porte, et qu'il lut la surprise sur son visage. Ou du moins, il préférait l'interpréter ainsi. Egal à lui même, il venait sur le coup d'une impulsion, sans rien avoir préparé, sans discours, sans promesses, sans preuves. Mais c'était Noël, and at Christmas you tell the truth (c'est Mark qui l'a dit à Juliet, si tu ne reconnais pas la référence je te renies). Il enleva son bonnet, d'où jaillirent ses mèches en bataille. Et il la regarda, avec les yeux les plus sincères du monde. « Viens, on arrête de se battre, on arrête de s'oublier, et on va de l'avant à deux ? » Il avait simplement besoin d'elle. C'était elle, la formule magique pour oublier ce tragique évènement. Elle et rien d'autre. Elle qu'il avait envie d'aller voir quand ça n'allait pas, elle qui le rendait plus fort, elle qui donnait un sens à sa vie.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Dim 29 Déc - 22:11

Lou regardait par la fenêtre, elle voyait la population de Magnolia se diriger vers la maison des quatre colocataires musiciens. Comme tout le monde elle avait été conviée à cet événement, mais elle avait su dès le début qu’elle ne s’y rendrait pas. Noël avec les autres habitants du quartier allait souvent de paire avec ennuis. Or, elle faisait tout pour ne plus en avoir. Se faire oublier. Elle avait vaguement entendu dire que Mike y allait, quant à Jérémy, Anaïs et ses parents, Lou n’en savait rien. Et ce n’était pas comme si elle demandait. Elle alluma son ordinateur portable, et mit de la musique. Encore une soirée à compter les carreaux du plafond. Cette vie d’ermite ne la satisfaisait plus. Pourtant, rien que le fait de penser à se rendre chez les colocataires lui donnait envie d’aller se réfugier sous sa couette. Elle ne savait plus ce qu’elle voulait. Elle s’allongea sur son lit, et commença à chantonner toutes les chansons qui se succédaient. Elle regardait en l’air, ses pensées glissant d’un sujet à l’autre. Finalement, la faim la gagna. Elle coupa la musique et se dirigea en bas. Elle entendit la télévision ; signe que quelqu’un était là. Elle ne prit même pas la peine d’aller voir de qui il pouvait s’agir, et continua son chemin vers la cuisine. Elle évitait tout contact avec sa famille. Bien qu’elle passe beaucoup de temps chez elle, ce n’était pas pour autant qu’elle était devenue plus proche des siens. Sa chambre était devenue son refuge. Elle se prépara un thé, et prit quelques gâteaux dans le placard de la cuisine. C’est alors que la sonnette retentit. Lou était convaincue que ce n’était pas pour elle. « J’y vais. » lança-t-elle à quiconque se trouvait là. Elle se demandait qui ça pouvait être. Et si un de ses amis avait décidé de la trainer – de gré ou de force – à la petite fête du quartier ? Lou jeta un œil à sa tenue, elle réprima un fou rire. Elle été habillé le plus simplement du monde, et ferait sans doute tâche là-bas alors que tout le monde faisait un effort pour ce genre d’événement. Le pire c’était qu’elle portait toujours un gros pull qui appartenait à Andrew, et qu’elle n’avait jamais eu envie de lui rendre. Il était évidemment bien trop grand pour elle, mais si elle retroussait correctement les manches, elle le trouvait pas mal (pour un vêtement d’intérieur). C’était le seul souvenir qu’elle s’était autorisée à garder. Un simple pull, qu’elle mettait presque tous les jours chez elle. Parfois, elle se surprenait même à le sentir pour y déceler une trace son odeur. Lorsqu’elle ouvrit la porte, Lou fut évidemment surprise. Elle ouvrit la bouche avant de la refermer. Andrew se tenait devant elle. Vu comment leur dernière conversation s’était déroulée, Lou ne pensait plus le revoir. Elle ne pipa mot, alors que lui explicitait la raison de sa venue. Avancer à deux. Lou ne savait pas vraiment ce que ça impliquait. Qu’ils essaient d’être amis ? Plus que ça ? Ou bien qu’ils soient simplement des voisins qui parlent de la pluie et du beau temps quand ils se croisent ? « Je comprends pas. » répondit-elle simplement. Elle essayait de se rappeler depuis combien de temps il n’était pas venu chez elle. Elle reconnut alors la voix de sa mère lui demander qui venait de sonner. Alors Lou ne réfléchit pas. Elle attrapa son visiteur par le bras et l’entraina à l’intérieur. « Une chorale de Noël. » répondit-elle tout en faisant monter à Andrew l’escalier qui menait à sa chambre. Elle n’avait jamais eu l’occasion de le mettre au courant, mais depuis toute cette histoire de bébé, Mme Robbins ne portait plus vraiment Andrew dans son cœur. Lou ne voulait pas qu’elle sache qu’il était là, et qu’il ‘osait’ se présenter à la porte de chez eux. Elle monta les marches deux à deux et s’engouffra dans sa chambre. Elle ferma la porte et se tourna vers Andrew qui ne devait ne rien avoir compris. « Ma mère ne doit pas savoir que tu es là. » lâcha-t-elle enfin. Peut-être que Lou aurait mieux fait de lui claquer la porte au nez. Son instinct lui avait pourtant dicté de l’entrainer par ici. Elle ne demandait pas mieux que d’avoir une explication avec lui, en fait. Là, ils étaient entre quatre yeux, pas de possibilité d’échappatoire. « Je… Euh… Suis désolée » elle se gratta la tête, pas vraiment sure de ce qu’elle avançait. Elle regrettait pas mal de choses, notamment de l’avoir laissé tomber comme ça. Et puis elle regrettait déjà la future conversation qu’ils auraient. Avancer à deux, avait-il dit. Elle n’était pas sûre de pouvoir répondre à ses attentes. Réintroduire Andrew dans sa vie, elle ne s’en sentait pas capable. Quand elle regardait Andrew, elle pensait immédiatement au drame qu’ils avaient vécu. C’est pourquoi elle avait décidé de mettre un terme à leur relation. Elle voulait passer à autre chose, avec lui à ses côtés, c’était mission impossible. Sans compter la culpabilité qu’elle ressentait chaque jour. Le simple fait de regarder Andrew lui rappelait le merveilleux père qu’il aurait fait. Son cœur se serrait à la simple pensée de ce bonheur qu’ils auraient pu connaître. Ce bonheur qu’elle avait été prête à détruire, dès lors qu’elle avait pensé à se séparer du bébé. Et puis elle l’avait perdu. Elle y avait pensé, et ça s’était réalisé. Comment pouvait-elle vivre aux côtés d’Andrew en portant ce fardeau ? Elle posa le regard sur lui, il fallait qu’elle lutte ; entre son envie de le voir déguerpir, et celle de le prendre dans ses bras…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Lun 30 Déc - 9:40

Comment ça, elle ne comprend pas ? Il a besoin d'elle, en quoi c'est compliqué ? Il en viendrait presque à s'impatienter, s'imaginant déjà que Lou réagit ainsi uniquement pour l'exaspérer. Elle n'a aucune envie, d'avancer avec lui. Mais le voir patauger pour expliquer qu'il n'est rien sans elle, sans mettre son coeur à nu pour autant - parce que les warriors ne se dévoilent pas si facilement, c'est connu - devait l'amuser. Il la dévisageait, vérifiant qu'il avait bien devant lui la Lou qu'il connaissait. Nouvelle coupe de cheveux, certes, mais une mise à jour capillaire ne faisait pas tout. Et là, il remarqua le pull qu'elle portait. Son pull. Surpris, il garda les yeux fixés sur le vêtement, cherchant en vain une signification à laquelle il n'osait pas penser. C'était trop beau, trop facile. Elle ne pouvait pas porter ce pull en souvenir, elle avait bien insisté sur l'envie d'oublier, ce pull dé crédibilisait toute sa pensée. Il n'osait pas sourire, un tel geste ne convenait pas à leur situation, pour l'instant. Lou le sortit de ses pensées en l'attrapant soudainement par le bras. Pardon ? Il se laissa entraîner, surpris. Et son incompréhension monta d'un cran quand Lou le qualifia de "chorale de Noël". Avait-elle oublié ses piètres performances de chanteur ? (ou alors elle a trop regardé love actually, oui oui oui :petitsinge: :petitsinge: :petitsinge:) Pourtant, il la suivit silencieusement, bénissant cet acte de grâce qu'on lui offrait là. Lou l'emmenait dans sa chambre, lui offrait une occasion de discuter, tout n'était pas perdu. Peut-être ne l'avait-elle pas encore totalement oublié. Il scruta la pièce, tout autour de lui. Il la reconnaissait. Presque comme s'il l'avait quittée hier. Il manquait juste les photos d'eux, ça et là. Mais aucun autre homme ne l'avait remplacé, du moins en photographie. C'était déjà ça. Il aurait pu passer des heures à observer ainsi la chambre de son ancienne petite amie, oubliant l'espace d'un instant la réelle raison de sa venue en ces lieux. « Pourquoi ? Tu n'as plus le droit de recevoir des gens ? » demanda-t-il étonné. « Ça explique que je suis devenu une chorale de Noël sans le savoir ... Ouf, j'ai cru que tu voulais que je te chante une chanson ! » ajouta-t-il, soulagé. Il essayait de détendre l'atmosphère, en étant fidèle à lui même. Ça passait, ou ça cassait. Après tout si Lou n'était plus réceptive à son humour, tout était perdu. A quoi bon évoquer des sujets plus sérieux, s'il n'était plus capable de la dérider ? Il ne savait même pas par quoi commencer, d'ailleurs, une tempête sans précédent faisait rage dans sa tête. Les excuses, les regrets, les souvenirs, les projets, les envies, les peurs ... tous se battaient pour passer en premier. Il remarqua que les sentiments ne prenaient pas par à la bataille. Pourtant, c'est par là qu'il aurait souhaité commencer, quitte à paraître niais au possible, ou à essuyer un refus, des moqueries, ou toute autre réponse blessante. Lou en décida autrement, puisqu'elle prit les devants et s'excusa. Il devina sans peine qu'elle ne parlait pas du mensonge à sa mère, ou de l'avoir traîné là. Elle parlait de tout, et de rien à la fois. De tout ce qu'ils avaient vécu, mais aussi de tout ce qui était sa faute. Or, Lou n'était pas fautive. « C'est pas ta faute ... » répondit-il. C'était la faute à personne, la faute à pas d'chance. Lou n'avait pas décidé de tomber afin de perdre le bébé. Ils n'avaient aucun coupable sur qui vider leurs haines et leur douleur. Et c'était probablement ça, le plus difficile. Comment avancer, si l'on doit garder tout ça à l'intérieur ? « C'est celle de personne, c'est arrivé, comme ça, parce que ça devait se passer comme ça. » Il s'approcha d'elle, prudemment, évitant le moindre faux pas. Il la scrutait du regard, prêt à s'arrêter s'il voyait que la moindre chose lui déplaisait. Une fois à quelques centimètres d'elle, il reprit. « Mais ça voulait pas dire pour autant que toi et moi on devait se séparer. » D'un élan de courage incompréhensible qui le surprit lui même, il saisit la main de la jeune fille, tenant ses doigts du bout des siens. Un contact tout léger, mais un contact quand même, physique. Il sentit une décharge électrique le parcourir, elle lui avait tellement manqué. « ou que tu étais condamné à porter ce vieux pull tout moche » ajouta-t-il en souriant timidement, pour lui dire qu'il avait bien remarqué qu'elle ne l'avait pas totalement rayé de sa vie. Ce n'était en aucun cas un ton moqueur, accusateur ou de reproche. Il était là pour elle, si elle avait besoin de lui. Certes, pendant ces derniers mois, il n'avait même pas été capable d'être là pour lui-même. Il s'était laissé dépérir, s'éteindre à petit feu. Mais Lou était une raison suffisante pour se réveiller, sortir de son coma dans lequel il se protégeait du monde extérieur. Il était prêt à tout affronter, à se lever et à avancer. Pourvu qu'elle soit là à ses côtés. Il n'était plus rien sans elle. Mais avec elle, vraiment, il pouvait être tellement de choses. Ce sursaut qu'il avait ressenti, en touchant sa main, c'était la vision de ce qu'ils pouvaient être, à eux deux. C'était une chaleur qui disait que tout n'était pas perdu. C'était l'espoir de la retrouver. Il se sentait déjà moins seul. Elle lui avait tellement manqué.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Mer 1 Jan - 20:38

Maintenant qu’il était avec elle, les jeux étaient faits. Lou ne pouvait plus le mettre à la porte, ou du moins pas aussi facilement que ça. Sa mère ne serait en effet pas ravie de savoir que Lou entretenait encore des relations avec son voisin d’en face. Non pas que Mme Robins interdisait formellement à sa fille de voir Andrew, mais elle savait faire partager son point de vue à travers de nombreux sous-entendus. Et pour une fois, Lou partageait l’opinion de sa mère. C’est pourquoi elle lui avait menti quand elle lui avait demandé qui avait sonné à la porte. Evidemment elle mit Andrew au courant, sans penser à la réaction qu’il allait avoir. Lui qui avait toujours eu une entente cordiale avec la petite famille n’allait sûrement pas apprécier la nouvelle. Il questionna Lou afin de savoir pourquoi elle avait eu une attitude si étrange. Il n’avait pas perdu son humour, et Lou rit faiblement quand il lui fit part de ses craintes de devoir chanter. « Je peux recevoir des gens, toi par contre… » commença-t-elle mal à l’aise. Elle n’avait pas envie de mentir. Si l’envie prenait à sa mère de monter dans sa chambre, Andrew devait savoir pourquoi elle le pousserait dans un des placards. Cependant, elle ne souhaitait pas s’attarder sur le sujet. Ils avaient bien d’autres choses à discuter. Lou pensa alors à tout ce dont ils avaient besoin de parler. Sans vraiment réfléchir, elle lui présenta de vagues excuses pour tout ce qui s’était passé entre eux. Elle n’était pas sûre qu’Andrew comprenne où elle voulait en venir, pourtant, elle fut surprise de constater qu’ils étaient toujours en phase. Sans même expliciter davantage, il lui répondit comme si Lou avait été très claire. Il s’approcha d’elle, un peu plus. Elle resta pétrifiée. Elle le laissa parler, évidemment, il lui assénait ces mots qu’elle n’avait pas envie d’entendre, mais dont elle avait tellement besoin pour soulager sa culpabilité. Elle voulait lui crier d’arrêter de parler. Il faisait maintenant part de ses véritables intentions ; il voulait qu’ils se remettent ensemble. Ou du moins il le sous-entendait. Doucement, il lui attrapa la main, et effleura ses doigts. Lou ne se dégagea pas, heureuse de retrouver un semblant de contact physique avec Andrew. Mais la situation prenait une tournure dangereuse. L’intimité qui existait autrefois entre eux était en train de s’installer, or Lou faisait tout pour éviter ça. Au moment où elle allait reprendre la parole, Andrew remarqua qu’elle portait son pull. Elle avait totalement oublié. Elle se sentit gênée. Grillée. Tout son beau discours sur comment elle avait voulu l’oublier paraît en fumée. Elle aurait très bien pu mettre de côté ce pull, et avait néanmoins décidé de le conserver. Pire, elle en faisait usage régulièrement. C’était la preuve que malgré tous ses efforts elle n’arrivait pas à aller de l’avant, à tourner la page. « Oh ça. » dit-elle en faisant référence au vêtement. « J’ai jamais eu l’occasion de te le rendre. » Lou ne savait pas elle-même où elle venait en venir, il était hors de question pour elle d’abandonner ce souvenir. En même temps, elle ne pouvait pas le dire si clairement non ? « Il me va si mal que ça ? » elle remarquait qu’en se concentrant sur un détail aussi insignifiant, elle oubliait carrément de répondre aux points chauds de leur conversation, les raisons mêmes qui avaient poussé Andrew à venir frapper à la porte des Huntington. En même temps, Lou ne savait pas quoi répondre. Son cœur lui disait de dire qu’elle voulait donner une autre chance à leur couple, alors que son cerveau lui ordonnait de rejeter le garçon et de passer à autre chose. Elle enleva doucement sa main de celle d’Andrew et la mit dans la poche de son pull. Elle ne pouvait pas jouer indéfiniment avec les sentiments d’Andrew. Il fallait qu’elle soit une fois pour toute très claire avec lui. Qu’il n’y ait plus aucune ambigüité entre eux. Ils ne méritaient pas ça. Elle ne savait pas encore ce qu’elle allait faire. Répondre positivement ou défavorablement à ses attentes. Encore fallait-il qu’il soit précis lui aussi. Car pour le moment bien qu’il fasse part de ses regrets par rapport à leur rupture, il n’avait pas énoncé clairement son envie de refaire un bout de chemin avec Lou. Mais comme d’habitude, elle se retrouvait tiraillée entre deux envies contradictoires ; l’espoir de faire renaître leur relation, et celle d’éviter à tout prix une conversation gênante. De toutes les fois où Lou s’était montrée la plus mature des deux pour faire face aux situations ‘adultes’, elle souhaitait aujourd’hui qu’Andrew ait le courage d’être le plus courageux des deux et de prendre en main la conversation qu’il était nécessaire qu’ils aient. Une bonne fois pour toute.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Jeu 2 Jan - 17:05

Il déglutit quand Lou expliqua qu'il n'était plus le bienvenue ici. Il était déçu, naturellement, puisqu'à l'époque où ils formaient encore un couple, Mme Robbins appréciait plutôt le garçon. De même que les frères de la jeune fille et que sa petite soeur. Alors être rétrogradé au rang de Persona non grata était un échec qu'il acceptait difficilement. Il hocha simplement la tête et ne répondit rien pour autant. N'importe quelle remarque aurait mis Lou mal à l'aise, or il venait ici pour regagner son coeur, pas pour l'importuner. Et puis, en reconquérant sa belle, il aurait tout le loisir ensuite de revenir dans les bonnes grâces de sa belle maman.

Il était bien parti, mais ne criait pas victoire trop vite. Il ne lâchait pas sa main, mais n'allait pas plus loin pour autant. Ne sachant pas jusqu'où Lou tolérerait ce contact sans rechigner, il se contenta de garder sa main dans la sienne, pour le moment. Il n'était pas courant de voir Andrew si prude, mais l'enjeu était tellement de taille. Tout se jouait, là, maintenant, tout de suite. Il utilisait sa dernière vie pour sauver sa princesse. Après, ce serait game over, fini, à tout jamais. Alors, il flippait grave, et ce n'était pas peu dire. Il pesait mille et un fois chaque mot avant qu'il ne sorte de sa bouche. Il réfléchissait, longuement, laissant peut-être de trop gros blancs dans leurs conversations. Mais s'il échouait ce soir, il se le reprocherait, durant le restant de sa médiocre vie. « Mais pas du tout tu es très jolie avec ! Sans aussi d'ailleurs ! Enfin, ce n'est pas ce que je voulais dire, tu comprends, je veux juste dire que tu es toujours joli, avec ou sans ce pull, je ne veux ps dire que tu es belle sans rien quoi, enfin voilà ... » Il respirait de plus en plus vite. Peser ses mots ne s'avéra pas suffisant, puisque cela ne l'empêcha pas d'enchaîner bêtise sur bêtise. Il n'osait même plus la regarder dans les yeux, tant il avait honte d'être si peu héroïque. Il leva néanmoins son regard, et fit un sourire maladroit. Elle n'était pas agacée, du moins ne le laissait pas paraître. Alors, Andrew ne s'avoua pas battu. « Ecoute » Il l'attira jusqu'à son lit, s'y assit en premier et l'incita à faire de même. Là, il attrapa les deux mains de Lou, et posa les siennes au dessus. Il s'apprêtait à lui faire la demande de sa vie, ou du moins il l'espérait. Il n'avait rien préparé. Mais il y mettrait son coeur et ses tripes ... et prierait pour que ce soit suffisant. « Tu me manques Loulou. Je t'aime toujours. Je me voyais faire ma vie avec toi, moi. Et je ne veux pas l'imaginer autrement. » Il serra ses mains un peu plus fort sur les siennes, et ne lâchait pas son regard. Il voulait lui prouvait que, parfois, il était autre chose qu'un lâche flemmard. Qu'il était capable de se battre pour elle. « Alors si, au fond de toi, tu penses encore un peu à moi, reviens. Retrouvons ce qu'on avait avant. On a toute notre vie pour construire notre famille. » Il souriait, un sourire de bienveillance qui se voulait rassurant. Il voulait qu'elle ait confiance en lui, qu'elle puisse croire à ses paroles, qu'elle entrevoit avec lui ce qu'il imaginait pour eux deux. La maison, les enfants, leurs emplois, leur bonheur. Il imaginait leur soirée jeux de société du vendredi soir, les sorties ciné ou les karaoké. Il imaginait des après-midi à ne rien faire ou à explorer le monde. Il imaginait les repas qu'elle lui préparerait pour l'impressionner, lasagnes, pizzas, cheesecakes ... Il imaginait leurs disputes aussi, parce qu'il avait glandé tout un dimanche au lieu de l'aider dans les tâches de la maison, ou parce qu'il avait oublié la moitié des produits sur la liste en faisant les courses. Il imaginait leurs réconciliations, sur l'oreiller, ou Andrew s'agenouillant à ses pieds pour lui répéter combien il était désolé. Il imaginait leurs Nouvel An, leurs Noëls, leurs Saint Valentin et leurs anniversaires. Il avait beau être un gosse parfois, pour elle, il pouvait considérer la vie avec sérieux. Parce que leur relation elle l'était, sérieuse. « Par contre, si tu m'as totalement rayé de ta vie, que tu ne penses plus à moi, que c'est du passé classé, alors dis le moi honnêtement, et j'arrêterai d'insister. » Durant ces longs mois à tenter en vain d'oublier son ancienne petite amie, c'était tout ce qui lui avait manqué. Une séparation en bonne et due forme. Pas un éloignement ambigu. Il avait besoin de mots, de paroles, de fermeté. D'une bonne claque pour se réveiller enfin, et entamer sa longue rémission de leur séparation.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Sam 4 Jan - 12:23

A voir la tête qu’il faisait, Andrew n’était pas ravi d’apprendre qu’il n’était plus le bienvenu chez les Huntington. Toutefois il ne fit aucun commentaire, et Lou l’en remercia en pensée. Elle n’était pas forcément d’accord avec sa mère, mais elle pouvait toujours se cacher derrière cette excuse pour se justifier d’avoir tirer un trait sur Andrew. Leur discussion se déplaça ensuite à propos du pull que Lou portait. Ou plutôt celui qu’Andrew lui avait prêté un jour mais qu’elle avait décidé de garder. Ce sujet très léger permettait à Lou de garder le contrôle de la situation. Ainsi, ils ne se lançaient pas dans des sujets trop importants. Elle ne demandait que ça de parler, mais maintenant qu’elle se retrouvait dans la situation, elle avait peur. Peur parce qu’elle se rendait compte que leur complicité était toujours intacte. Du moins, elle ne se sentait pas mal à l’aise de se retrouver en tête à tête avec lui, dans sa chambre. Aurait pu-t-elle en dire de même si ça avait été Christian ou Josh devant elle ? Elle s’autorisait même à autoriser un contact physique avec lui. Minime, certes, mais tout de même présent. Puisqu’elle était démasquée et qu’il avait réalisé qu’elle portait toujours ce maudit pull, Lou décida de ne perdre la face et lança une remarque innocente. A laquelle Andrew ne put répondre normalement. Elle l’écouta attentivement, en fronçant les sourcils. Ses paroles étaient aussi embrouillées que s’il avait été sous l’emprise de l’alcool. Un instant, elle se demanda s’il n’avait pas rechuté, avant de se souvenir qu’Andrew n’avait jamais été doué pour les conversations adultes. Pourtant, elle ne décelait chez lui aucune moquerie ou taquinerie. Il semblait sincère, mais maladroit dans ses paroles. « Merci. Je crois. » répondit-elle encore un peu abasourdie par ce qu’elle venait d’entendre. Il l’entraina alors vers son lit. Une fois assis, Andrew reprit doucement ses mains, mais en les pressaient un peu plus fortement. Il lui fit alors une adorable tirade, comme dans les films romantiques. Elle ne le regardait pas dans les yeux. C’était impossible. Elle ne s’attendait pas à ça. Surtout pas après leur dispute au tribunal quelques jours plus tôt. Lou devait bien reconnaître qu’Andrew n’avait jamais semblé aussi mature. Quoi qu’un peu idéaliste. Elle avait passé six mois à essayer de l’oublier, et voilà que tous ses efforts étaient fichus. Et oui, quand Andrew lui racontait monts et merveilles, elle venait à douter de ses choix. Peut-être c’était-elle trompée ? Qu’elle avait mal considéré les choses, qu’il y avait encore un espoir que leur histoire finisse bien ? Elle secoua la tête, confuse. Si elle pensait encore à lui ? Evidemment. Elle voyait sa maison tous les jours. Comment ignorer tous les bons moments qu’ils avaient pu y passer franchement. Sa seule réponse à ce flot de pensées envahissantes avait été de se plonger dans le travail et les études. Elle l’écouta attentivement, la dernière phrase qu’il prononça lui laissait clairement le choix. Voilà qu’elle tenait le futur de leur relation entre ses mains. Même si depuis juillet elle avait le sentiment de déjà détenir cette énorme responsabilité, Lou avait l’impression que la moindre erreur lui serait fatale. « Je pense encore à toi. Souvent. » commença-t-elle. « Je crois qu’avoir essayé de t’oublier a été la chose la plus difficile à faire. » elle évitait toujours son regard. Elle se sentait vulnérable, prête à craquer à tout moment. « Mais Andrew on doit être réaliste. On a été trop naïf de penser qu’on pouvait être heureux comme ça. » fit-elle en claquant des doigts. Elle enleva ses mains de celles d’Andrew, et osa enfin le regarder en face. « Je ne sais pas si je pourrai supporter un nouveau drame. » avoua-t-elle finalement. Rompre avec Andrew avait été aussi un moyen de se protéger. Elle se nourrissait maintenant de relations superficielles. Ainsi, elle n’avait plus de problèmes. Tout lui paraissait plus simple à gérer. Si aujourd’hui elle décidait de reprendre cette relation, elle serait de nouveau faible, fragile. Une seule bourrasque de vent suffirait à la briser, pour toujours. « Passer à autre chose, c’est une bonne solution. » sa bouche se déforma en un rictus qui ressemblait à un sourire. Pour la première fois, Lou osait mettre des mots sur ce qu’elle ressentait vraiment. Elle ne s’attendait pas à ce qu’Andrew comprenne, mais au moins il savait pourquoi elle était devenue comme ça. La perte de leur enfant lui avait fait prendre conscience de la fragilité du bonheur. Et du poids de la culpabilité. Elle se punissait par la solitude, espérant chaque matin avoir une meilleure image d’elle. Néanmoins, quand elle se regardait dans le miroir, elle voyait toujours la même Lou. Une nouvelle coupe de cheveux n’y avait rien changé, une nouvelle passion non plus. Tout se passait dans sa tête, et elle devait y faire face à chaque instant de sa vie. Avec Andrew à ses côtés, elle serait incapable d’avancer. Elle en était convaincue. Il méritait une histoire d’amour avec une fille comme lui. Heureuse des cadeaux de la vie, insouciante. Tout ce qu’elle n’était plus depuis le quatre juillet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Sam 4 Jan - 22:23

Son visage devenait livide, au fil des paroles de la jeune femme. Chaque mot, chaque phrase, était un coup supplémentaire porté contre son échine, qui semblait plier un peu plus à chaque fois. Pourtant, il se tenait toujours aussi droit devant elle. Mais intérieurement, il était en miette, le corps roué de coups, et le coeur ... n'en parlons pas. Il était venu ici guidé par les espoirs de retrouver celui de Lou. Mais elle avait enfermé son coeur en haut d'une tour bien fermée à clé et pour le protéger définitivement, elle avait attrapé celui du garçon, l'avait réduit en miettes, en poussières si fines qu'elles s'envolèrent dans un souffle. Il déglutit alors qu'elle osait sourire. Il frotta ses mains l'une contre l'autre, elles étaient moites. S'il n'avait pas avalé une pizza cet après-midi, il aurait probablement été pris de tremblements. Il détestait cet état dans lequel il se mettait, il se détestait. Depuis quand était-il la fille de leur couple ? Celle qui avait des états d'âme, celle qui avait la lèvre qui tremblotait en entendant les mots d'une rupture, celle qui ne dormait plus en pensant à l'être aimé, celle qui était venu jusqu'ici en sautillant de joie. Et pourquoi Lou était elle le mec, celui qui brisait le coeur de sa dulcinée sans vergogne, celui qui avait réussi à aller de l'avant. « D'accord » répondit-il mécaniquement. Il ne réalisait pas encore toutes les conséquences de cette discussion, il n'imaginait pas sa vie sans la présence de Lou, pas encore. Il attendait d'être rentré chez lui pour y penser. Putain, il aurait dû aller à cette foutue soirée. Au lieu de ça, il avait encore eu une idée à la con. Comme si venir ici pour reconquérir sa belle était lumineux. Elle l'avait dit, montré et répété, lors de leur entrevue au tribunal : elle avait avancé, elle était une working girl accomplie. Et qui a besoin d'un copain immature dans ces cas là ? Andrew se leva du lit, comme un robot, il ne la regarda pas, ne dit rien, et se dirigea vers la sortie. Il voulait partir, car son cerveau ne pourrait pas se retenir de penser plus longtemps. D'ici quelques instants, il exploserait pour lui balancer un flot d'images qui n'étaient plus que des souvenirs, lui balancer tout ce à quoi il avait rêvé en revenant ici. Mais ces rêves resteraient du domaine de l'imaginaire, rien de plus. Il posa sa main sur la poignée de la porte, plus que quelques secondes et il aurait gagné. Il ne pensait même plus à Mme Robbins en bas qui risquait de ne pas apprécier si elle le voyait. Il baissa sa main, trop tard. Ça explosa, dans sa tête. Tout ce à quoi il avait pensé en arrivant ici, des ribambelles d'images se battaient en duel dans sa mémoire. Putain, ils en avaient vraiment beaucoup, des souvenirs à deux. Il avait fallu qu'ils passent un an et demi ensemble avant de se séparer. Sur le coup, Andrew aurait préféré que leur relation n'ait duré que quelques semaines. C'eut été moins difficile. « Tu te trompes » lâcha-t-il en retirant sa main de la poignée et en se tournant vers elle pour l'affronter. « On n'a pas été heureux, pendant tout ce temps, hein ? Tout ce temps passé à deux, c'était pas bien ? Si ça l'était ! Alors pourquoi est-ce qu'on ne pourrait pas l'être toute notre vie ? Pourquoi tout le monde y aurait droit et pas nous ? C'est pas juste, je veux rester avec toi, je veux tout vivre avec toi. Et si je subis de nouveaux drames, c'est avec toi que je veux les surmonter. » Sa voix s'était emportée, risquant peut-être d'alerter Johan. Mais il ne s'en formalisa pas. La seule chose qu'il voulait, là maintenant tout de suite, c'était retrouver le bonheur. « Pourquoi tu seras plus heureuse avec un autre ? Pourquoi ce sera plus facile, tu m'expliques ? » Elle n'aurait aucune excuse valable, il en était persuadé. Il ne connaissait pas grand chose de la vie, mais il savait que leur relation n'était pas habituelle, et qu'elle n'en trouverait pas une autre comme ça au prochain croisement. Pourtant, il fallait une bonne grosse dose d'amour pour supporter les obstacles que la vie lâchait sur la route. Et cette dose d'amour pour elle, Andrew l'avait. Il en débordait même, de l'amour en trop, de l'amour à revendre, de l'amour à lui donner jusqu'à la fin de leurs vies. De l'amour supplémentaire pour les moments où ça serait dur, aussi. Plein d'amour qu'il aurait pu donner si elle lui avait laissé sa chance, après la perte du bébé. Sauf qu'elle s'était enfuie d'abord, comme s'il était plus facile de se soigner seul.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Lun 6 Jan - 22:42

Fini. Elle venait bel et bien de mettre un terme à leur relation. Andrew ne pouvait plus se complaindre dans l’ambigüité de la situation. Elle était désormais très claire. Elle voulait passer à autre chose afin d’arrêter de nourrir des espoirs qui finiraient par les faire souffrir davantage. Lou croyait bien faire. Dès lors qu’elle vit cette expression déçue et perdue s’afficher sur le visage de son ex, elle comprit qu’elle venait de faire une erreur. Elle se rendait compte qu’elle ne pourrait jamais le laisser partir. Du moins pas complètement. Qu’elle n’avait jamais été capable de lui dire ‘c’est fini’ parce que ça lui brisait le cœur. Pourtant, Lou resta apathique. Elle méritait qu’Andrew tourne des talons et ne lui adresse plus jamais la parole. Elle ne le suivit pas du regard quand il prit la direction de la sortie et se contenta d’attendre le bruit de porte qui lui signalerait qu’il était sorti de sa vie pour toujours. Quelques secondes passèrent, et Lou n’entendit rien. Elle se retourna, quand elle vit qu’il se tenait toujours là. Elle posa un regard pétrifié sur lui. Que voulait-il qu’elle dise de plus ? Néanmoins c’est lui qui reprit la parole. Il haussa la voix, mais Lou n’eut pas l’audace de lui couper la parole pour l’alerter sur le fait que Johan allait débarquer incessamment sous peu pour le flanquer à la porte s’il ne baissait pas d’un ton. Au lieu de quoi, elle l’écouta très attentivement. A la fois touchée et attendrie par les jolies paroles qu’il avait toujours pour elle. Soudainement, Lou se rappela que sa mère était toujours là, prête à débouler à n’importe quel moment. Or, pour la première fois depuis qu’Andrew avait remis les pieds ici, il n’y avait plus une seule partie de Lou qui désirait le voir quitter la pièce. Aussi, se leva-t-elle subitement pour aller plaquer sa main contre la bouche du jeune homme. « Moins fort. » chuchota-t-elle. Elle n’enleva pas sa main tout de suite. Elle profita de ce moment pour planter son regard dans celui d’Andrew, elle n’avait plus la force de lutter contre son charme, sa personnalité, ses attentions. « Qui a dit que ça serait plus facile avec un autre. » reprit-elle après avoir enfin retirer la main de son visage. « Je ne comprends pas comment tu peux t’accrocher autant à moi. » elle pensait vraiment ce qu’elle disait. Elle avait toujours pensé que son amour pour Andrew était fort, mais en cet instant précis, elle se demandait s’il ne l’avait pas toujours beaucoup plus aimé qu’elle. Après tout, elle ne s’était pas faite prier pour le rejeter alors qu’il partageait sa peine et était bien le seul à pouvoir la comprendre. Une nouvelle fois, elle était agréablement surprise par l’homme qu’il était. « Tu ne cesseras jamais alors ? » demanda-t-elle très sérieusement. Elle connaissait déjà la réponse, il lui avait prouvé. Déjà au tribunal, il lui avait fait comprendre qu’il ne voulait pas la perdre. Doucement, elle attrapa sa main et glissa ses doigts entre les siens. Ce contact aussi innocent soit-il était déjà un énorme pas en avant pour elle. Malgré tous les doutes qui l’habitaient encore, son cœur avait été plus fort que la raison. Or son cœur ne désirait qu’une chose ; retrouver Andrew. Elle voulait y aller à son rythme, ne pas brusquer les évènements. Est-ce que cette soirée pourrait connaître une fin heureuse ? Lou n’était désormais plus sûre de rien. Elle prenait juste conscience du vide immense qu’elle ressentait quand Andrew n’était pas dans les parages. De sa facilité à mieux respirer quand il la tenait par la main, la façon dont elle souriait quand elle entendait le son de sa voix. Elle avait cru être capable de berner son cœur… La vulnérabilité s’accompagnait de ces grands sentiments, et Lou sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle se retint de pleurer, pour ne pas gâcher ce beau moment. Elle n’osait plus bouger, comme si Andrew était un petit oiseau qui risquait de s’envoler au moindre geste. Alors qu’elle ne souhaitait que l’attraper et le mettre en cage pour jamais plus il ne s’envole.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Mar 7 Jan - 17:04

Il n'était pas énervé, du moins pas contre Lou. Il en voulait au monde entier, à défaut de pouvoir vraiment rejeter la faute sur quelqu'un. Mais c'était ça, le hic, personne à blâmer pour ce coup dur qu'ils avaient essuyé. La faute à pas d'chance, répéta-t-il souvent. Mais aujourd'hui, il avait besoin de plus que de cette excuse en carton. Il voulait une bonne raison valable pour justifier la fin de leur relation. Une raison qu'on pourrait prouver par un raisonnement infaillible, sans aucune contre démonstration, un raison sans "exception qui confirme la règle", une raison à laquelle il n'aurait d'autre choix que de croire. Une raison qui lui reviendrait en mémoire, à chaque fois qu'il faillirait, que oublier Lou serait trop dur et qu'il voudrait abandonner. Mais il n'y en avait pas, rien du tout. Aucune justification. Ils devaient juste avancer. Et quand ça sera dur, tout ce qu'ils pourront se dire, c'est que c'était ainsi, il ne pouvait pas en être autrement. Alors que Lou réagisse de la sorte, il comprenait. Il n'appréciait pas, il aurait voulu qu'elle le garde, qu'elle ait besoin de lui dans cette épreuve plutôt que besoin de le repousser. Mais il acceptait d'être sa "raison", celui qu'elle aurait besoin de blâmer pour aller mieux. Apparemment, sa mère avait d'ores et déjà emprunté ce chemin.

Cette chère Johan, qu'il avait certainement alarmé avec sa déclaration de la dernière chance. Il l'avait totalement oublié, et ne se souvint de sa présence et de leur besoin d'être discrets, que quand Lou s'approcha de lui pour le faire taire. Il lui en voulut un peu de le calmer ainsi dans son élan romantique, mais au moins elle était là, près de lui. Il prenait cette proximité comme une première victoire, même si Lou se souciait uniquement de ne pas éveiller les soupçons de sa mère. Elle avait probablement peur que Andrew soit chassé d'ici à coup de poêle à frire, cette attention témoignait qu'elle se souciait encore de lui. Il n'en doutait pas, il y aurait probablement entre eux ce délire "nous resterons toujours amis après ce que nous avons vécu ensemble", mais Andrew détestait ce genre de phrases toute faite. Et puis, il ne serait pas longtemps son ami, jusqu'à ce qu'il la voit franchir le pas de sa maison avec un nouveau gars, en somme. Plus d'une fois, en scrutant la maison d'en face depuis sa fenêtre, il avait épié ce mec qui le remplacerait. Personne, pour l'instant. Lou avait passé bien plus de temps à l'intérieur qu'à l'extérieur de chez elle. Mais maintenant qu'ils mettaient les choses au point, qu'elle lui disait clairement ce qu'elle portait sur le coeur, elle pourrait certainement enfin avancer. Et recommencer avec quelqu'un d'autre. « Si c'était plus facile de rester avec moi que de trouver quelqu'un d'autre avec qui recommencer et oublier pour de bon, tu resterais avec moi. » dit-il en pufant (oui comme le smiley, t'as compris). Il leva les yeux au ciel, déçu de ne pas réussir à la convaincre. Il était de plus en plus à court d'arguments. Pire, son intervention ne fonctionnait pas vraiment. « Mais je t'aime, putain, tu l'as pas encore vu ? T'en es pas encore sure ? Je tiens trop à toi pour te laisser t'échapper tant qu'il y a encore une chance. Et je tiens trop à toi pour ne pas t'aider à sortir de là, à deux. Et même si je fais souvent de la merde, là je ne me louperai pas bébé » Elle voulait juste qu'elle y croit un tout petit peu, qu'elle redevienne sienne et qu'il puisse lui montrer que le monde pouvait redevenir bleu à nouveau (je vois pas non plus Lou aimer le rose), que les oiseaux dehors chantaient toujours, et qu'ils pouvaient rire à coeur joie sans penser au reste du monde. Pourtant, elle n'était toujours pas convaincue ... « Je cesserai si tu me remplaces et que t'es heureuse avec quelqu'un d'autre. Là ouais. Tant que la place est libre, je la revendiquerai parce qu'elle m'appartient » Il ne la laissa pas jouer avec ses doigts. Il l'attira vers elle et l'enlaça. Il avait toujours eu de la chance qu'elle soit toute petite, puisqu'elle lui permettait ainsi d'être plus grand qu'elle, lui qui n'était pas un exemple de grandeur masculine. Il posa sa tête sur la sienne et ne la lâcha pas, il ne la lâcherait pas, d'ailleurs. Il la protégerait, jusqu'à ce qu'elle s'enfuit suffisamment loin pour qu'il ne puisse plus la rattraper. Sauf qu'il l'avait dit, il n'y avait nul part où elle puisse se cacher de lui. Pas tant qu'elle continuerait de penser à lui et de le garder dans son coeur. Il ne laisserait pas cette relation se gâcher ainsi alors que leur 'nous' existait toujours. « Et j'suis même prêt à te prouver que je peux devenir un adulte, sérieux et pas drôle, si t'en as besoin pour être rassurée » Il ne précisa pas, bien sûr, que l'adulte en question fuyait la fac depuis la rentrée, ou ne mangeait plus, ou se lavait à peine, ou comptait sur sa soeur pour s'occuper du linge. Il avait besoin d'elle, pour devenir ce dont elle avait besoin à son tour. Un besoin mutuel, une complétude, un lien, dont elle refusait toujours d'admettre l'existence.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Mer 8 Jan - 20:19

Parfois il faut savoir laisser son cœur parler pour se rendre compte de la puissance de ses sentiments. Alors que Lou avait tout fait pour retenir le sien, elle voulait désormais se laisser aller, quitte à s’en mordre les doigts. Mais aurait-elle pu le tenir éloigné plus longtemps ? Il s’accrochait de toutes ses forces bien que Lou ne lui donne aucun espoir. Ils n’avaient jamais parlé de leur rupture, elle s’était contentée de se faire oublier, et avait manifestement échoué. Son comportement avait peut-être été un mystère aux yeux des autres, mais Lou savait pertinemment pourquoi elle agissait de la sorte. D’abord pour arrêter de penser aux événements de cet été, et ensuite parce qu’elle pensait sincèrement qu’Andrew méritait d’avoir dans sa vie quelqu’un de meilleur. Elle luttait pour le maintenir à distance, y était arrivée pendant quelques mois. Aujourd’hui néanmoins, tous ses efforts étaient réduits à néant. Elle craquait. Retombait dans le piège de l’amour, dans les filets d’Andrew. Elle ne comprit pas très bien la phrase qu’il lâcha à propos d’elle et d’un autre garçon, mais elle s’en fichait. Bien trop contente de retrouver une proximité avec lui. Elle serrait sa main, comme si elle chérissait un objet précieux. Elle n’osait même pas le regarder, de peur d’y voir trop d’émotions compliquées à gérer. Lou était sensible, un rien pouvait la conduire aux larmes. Elle lui demanda s’il ne cesserait jamais d’être là pour elle. Elle ne comprenait pas qu’il fasse preuve d’autant de patience à son égard. Enfin si, elle réalisait que son amour pour elle était plus fort qu’elle l’aurait jamais imaginé. Cette sensation lui faisait peur, mais la rendait aussi tout chose. Dans sa tête, Lou ne s’était jamais imaginé qu’un autre homme allait prendre la place d’Andrew. En revanche, elle avait toujours pensé qu’une fille viendrait prendre la sienne aux côtés d’Andrew. Plus les mois passaient, plus cette idée lui faisait peur. Et pourtant, jamais elle n’avait vu cette autre. Elle en était soulagée, et triste en même temps. Ça signifiait qu’il n’arrivait pas à passer à autre chose, et c’était tout le contraire de ce qu’elle voulait. Il venait cependant de lui donner la clé du mystère ; il aurait abandonné si Lou se serait recasée. Il l’attira dans ses bras, là où elle se sentait en sécurité, et heureuse. Elle resta un instant dans ses bras, silencieuse. Elle humecta son odeur. Tentant à jamais de graver dans sa mémoire cette effluve de parfum. « Idiot, je ne voudrais pour rien au monde que tu changes. » finit-elle par dire. Elle se sentait tout de même un peu perdue. Elle redonnait à Andrew accès à elle. Elle se détacha de son étreinte, consciente qu’elle ne pouvait plus faire marche arrière. Elle avait cédé. « Je m’excuse de t’avoir rejeté comme ça. » elle ne savait pas comment aborder les choses désormais. « A mes yeux c’était la meilleure solution pour nous deux, pour avancer. » il était déjà au courant de toute ça, évidemment. Lou tenait néanmoins à le rappeler parce qu’elle voulait qu’il entende ce qu’elle avait à dire à défaut de le comprendre. « J’ai besoin de toi dans ma vie Andrew. » lui confia-t-elle, rattrapant une nouvelle fois sa main. C’était le seul geste qu’elle s’autorisait, encore un peu pudique après leur mois d’éloignement. « Car j’ai beau tout faire, je ne peux pas te sortir de ma tête. » elle baissa les yeux, honteuse de lui sortir une telle niaiserie. Mais après les mois de retenus qu’elle s’était infligée, elle voulait juste se laisser aller. Surtout après les belles déclarations qu’il lui avait faite, il méritait à son tour d’entendre de tendres paroles. Elle lâcha un petit rire nerveux avant d’affronter son regard, lui lançant un sourire franc. Le premier depuis des lustres. Elle serra un peu plus fort sa main, elle ne comptait plus la lâcher. Malgré tous les doutes et les peurs qu’elle pouvait avoir, elle ne se sentait plus capable de tromper ses sentiments. Elle avait envie de retrouver Andrew, leurs moments de complicité en particulier. Elle souhaitait reprendre leur relation du début, en mettant une bonne fois pour toute le passé derrière eux. Cette nouvelle de leur bonheur retrouvé n’allait pas faire que des heureux, mais Lou n’en avait rien à faire. Elle était prête à donner une chance à son histoire d’amour, car c’était sa plus belle histoire d’amour. La plus compliquée, la plus riche en émotion, la plus douloureuse aussi. Celle qu’elle n’oublierait jamais. Quand elle voyait Andrew, elle voyait son futur, son avenir. Voilà pourquoi elle avait été incapable de le remplacer. Même dans ses rêves. Quand elle ne voyait plus Andrew, elle ne voyait personne d’autre à sa place. Une vie sans lui, signifiait une vie sans amour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Ven 10 Jan - 19:58

Il lâcha un grand sourire quand elle le qualifia d'idiot. D'habitude, il aurait été le premier à se vexer beaucoup trop, afin de pousser Lou à se faire pardonner à l'aide de câlins et bisous. Il aurait tourné la tête et adopté un air boudeur, celui qui faisait toujours fondre Lou. A chaque fois, ça marchait, et il obtenait ce qu'il souhaitait. Mais ici, il était bien trop rassuré d'être aimé et désiré tel qu'il était, pour être capable d'en bouder. Connaissant Lou, il aurait tôt ou tard l'occasion de l'embêter ainsi. Devenir adulte n'était pas insurmontable pour lui. Il était capable de jeter ses cartes pokemon et de commencer à s'intéresser au paiements des factures ... tant que quelqu'un se charger de faire le tri de sa chambre pour lui, et de lui expliquer comment fonctionnaient ces dites factures. Mais que Lou n'ait pas besoin de ces efforts pour vouloir de lui à nouveau confortait tous ses espoirs. Mieux, elle s'excusa, même, pour la façon dont elle l'avait traitée. Leurs derniers mois n'avaient rien eu d'une promenade de santé. le sentier fut semé de roches et d'embûches bien dissimulées, sur lesquels ils avaient buté l'un après l'autre. Mais aujourd'hui, le soleil scintillait à nouveau sur leur avenir, c'était tout ce qui comptait. « C'est pas grave, j'suis un peu maso » Il la serra un peu plus fort avant qu'elle ne s'écarte de lui. Il ne dit rien, comprenant tout à fait qu'elle ait besoin de temps avant de passer au câlins longue durée. Il était tellement heureux, qu'elle se soit excusé. Jamais il n'avait imaginé passé par là, ce qui rendait ses mots encore plus précieux. Pas une seule seconde il ne lui en avait voulu, toujours persuadé que, inconsciemment, Lou avait souhaité qu'il la suive malgré alors qu'elle le fuyait. Pour l'instant, il éviterait de demander. Le moment était trop beau pour le gâcher. Il la laissa prendre sa main, même si lui aurait souhaité prendre son corps tout entier. Maintenant qu'ils étaient de nouveau tous les deux, ils avaient la vie entière qui les attendait, pour se retrouver à nouveau. Et puis, il n'avait pas eu l'occasion de regarder son joli visage ainsi depuis si longtemps. Il avait toujours aimé, rester ainsi en la regardant, capter la moindre de ses expressions, regarder ses sourcils se froncer, ses yeux s'illuminer ou sa bouche se retrousser. Et puis, la regarder tandis qu'elle admettait qu'elle ne s'en sortait pas sans lui. Il sourit à nouveau, comme un con. « Arrête un peu, tu vas me faire rougir » dit-il en faisant la moue. Il dissimula en vain son sourire, en se pinçant les lèvres. Bien sûr, cette réconciliation lui faisait plaisir, son visage le trahissait. Tant pis, pour une fois il agirait comme une fille ! « Alors on est à nouveau ensemble, comme avant ? » demanda-t-il maladroitement. Il préférait en avoir la certitude, vérifier qu'ils étaient sur la même longueur d'onde, avant de laissa sa joie se propager. « Oh si tu veux, je serais là pour prendre les coups, quand tu l'annonceras à ta famille, ou à Julian, ils risquent d'avoir du mal à l'accepter ... » ajouta-t-il en hâte. Même s'il n'y avait aucun fautif dans leur malchanceuse histoire, les proches de Lou avaient fait leur deuil en rejetant la faute sur Andrew. Ils avaient tristement constaté la peine de la jeune fille en haïssant le jeune homme. Alors que pas un seul jour n'avait passé sans qu'il ne ressente la même douleur qu'elle. Qu'ils soient à nouveau ensemble ne plairait certainement pas, même si au bout du compte Lou sortait enfin la tête hors de l'eau. Il imaginait, peut-être injustement, les reproches de son père ou la frayeur de sa mère. Et surtout, la colère liée au désespoir de son pauvre meilleur ami, mais cette dernière réaction lui déplaisait beaucoup moins. Ce dernier avait dû se délecter de leur séparation, Andrew y aurait mis sa main à couper. Il n'avait jamais évoqué leur discussion houleuse auprès de Lou, et se garda bien de gâcher leur moment précieux avec un bien honteux récit. Il aurait tout le temps plus tard, quand ils se seraient suffisamment retrouvés pour que Lou ne puisse plus faire marche arrière. L'avancée risquait d'être très progressive, tout en douceur. Lou ne se réouvrirait pas tout de suite à lui, la fleur nécessitait du temps et de l'attention avant d'éclore. Mais Andrew serait là, patient, présent, jusqu'à ce qu'elle redevienne sa Lou bien aimée. Bien sûr, plus rien ne serait comme avant. Ils avaient vécu une de ces épreuves qu'on ne peut pas mettre de côté si facilement. Enfin, ils avaient compris que leur histoire était toujours possible malgré le coup dur. « Allez, viens là tu m'as manqué » dit-il avait un air narquois. Il l'attira à nouveau contre lui, pour l'embrasser cette fois-ci. Saisissant son visage du bout des doigts, il posa délicatement ses lèvres sur les siennes. Leur goût lui avait tellement manqué.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Sam 11 Jan - 23:26

Qu’il soit un peu maso, Lou voulait bien le croire. Qu’avait-elle bien fait pour mériter l’amour d’Andrew, sinon le repousser au pire moment qui soit ? Pourtant, il se tenait encore là, devant elle. Avec ses yeux d’enfants remplit d’espoir entrevoyant leur avenir. C’est parce qu’elle lisait tout ça dans son regard que Lou n’avait plus peur. Ou du moins, qu’elle arrivait à envisager leur futur. Néanmoins, Andrew s’attendait à retrouver sa Lou. Elle espérait qu’il avait bien conscience qu’elle n’existait plus. Il pouvait déjà le remarquer quand elle se détacha de son étreinte, elle était devenue plus farouche. Toutefois, sa franchise la caractérisait toujours. Ainsi, elle lui fit une déclaration afin de lui prouver qu’elle partageait toujours ses sentiments. Fidèle à lui-même, Andrew répondit par une boutade. Elle vit tout de même son visage s’illuminer davantage. Bien qu’il fasse l’homme fier, il était heureux des paroles qu’elle venait de prononcer. Malgré tout, il lui posa une question délicate. Il lui demandait qu’ils se déclarent de nouveau en couple. Elle n’était évidemment pas contre, mais en dix minutes, elle était passée à ‘je veux rester seule toute ma vie’ à ‘je veux faire ma vie avec Andrew Davies’. Autant dire que la rapidité des évènements la prenait de court. Elle se mordilla l’intérieur de la bouche, embarrassée. Elle ne répondit pas, et il reprit la parole. Se proposant à l’aider à affronter ses parents, mais aussi Julian qui n’avait jamais vu leur histoire d’un bon œil. Andrew n’avait pas tort, peut-être qu’inconsciemment, elle avait aussi du mal à lui répondre car elle savait qu’elle décevrait ses proches, une nouvelle fois. Un instant passa, toujours sans réponse de sa part. Andrew ne le prit pas mal, et l’attira une nouvelle fois contre lui, il prit son visage entre ses doigts, et approcha sa bouche des lèvres de Lou. Il y déposa un baiser. Elle fut prise de frissons, elle n’avait plus l’habitude. L’instant dura de longues secondes, mais Lou y mit une nouvelle fois un terme. Il lui fallu quelques secondes en plus pour reprendre ses esprits. « Je veux y aller doucement. » répondit-elle, alors qu’elle était restée lovée dans ses bras. Elle n’osait pas le regarder. Elle se rendait compte qu’elle le mettait dans une position délicate. Elle ne savait même pas vraiment ce qu’elle entendait pas ‘y aller doucement’. Ça ne voulait pas dire qu’elle refusait de le voir, mais elle voulait qu’ils soient moins fusionnels. Elle avait besoin de temps pour réaliser qu’elle venait de remettre les pieds dans une relation amoureuse. Une histoire d’amour ça vous rend vulnérable. Vous pouvez tout perdre à chaque instant. Et Lou ne sentait plus assez forte. « Tu comprends, je veux pas qu’on fasse d’erreur cette fois-ci. » elle serra Andrew dans ses bras un peu plus fort. Elle refusait d’admettre qu’ils redevenaient un couple. Elle ne voyait pas pourquoi elle bloquait. Tout aurait dû être tellement plus simple. « Pas la peine dans faire des tonnes. » elle avait l’impression de se retrouver au tout début d’une relation, quand le garçon (le plus souvent) ne veut pas trop s’engager dans la relation, et qu’il la qualifie de ‘décontractée’. Mais comment pourrait-elle foncer la tête baisée alors qu’elle croyait toujours qu’elle ne méritait pas Andrew. Elle était bien consciente qu’elle le vexerait sans doute, puisqu’elle n’osait pas dire ces mots fatidiques : je veux ressortir avec toi. Lou était bête de réagir comme ça. Elle s’en voulait, terriblement. Preuve, elle n’osait même plus le regarder dans les yeux. « Ton entourage ne sera pas non plus super heureux pour nous deux non ? » peut-être qu’il pourrait comprendre ce qu’elle ressentait si la réponse était positive. Étrangement, elle voulut que Juliet, Elisabeth et tous les autres l’aient encouragé à passer à autre chose. Elle osa enfin affronter son regard, impatiente de connaître sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Lun 13 Jan - 21:56

Il lui sourit pour lui signifier qu'il acceptait son souhait d'y "aller doucement". Cependant il n'en pensait pas moins. L'idée que Lou soit motivée par un manque de conviction dans son engagement le traversa naturellement. Peut-être voulait-elle faire un test, voir le résultat, et aviser ensuite. Peut-être même qu'elle ne souhaitait pas en informer sa famille et ses amis. Son argument de ne pas faire d'erreurs ne le laissa qu'à moitié convaincu, pourtant il n'émit aucune objection. Il tenta de se convaincre, malheureusement il n'avait jamais excellé dans la lenteur. Parfois, il était capable d'être le pire des flemmards. Mais là, avec Lou, ils avaient déjà perdu tellement de mois, jours, heures, minutes, secondes qu'ils auraient pu passé ensemble, il ne voulait pas en perdre un peu plus. « Ben oui je comprends, je ne veux pas revivre ça encore une fois » dit-il pour elle et pour lui. Elle n'avait pas tort, il en était conscient. Ces derniers mois avaient été parmi les pires de sa vie, mis à part ceux où il avait frôlé la mort chaque nuit. Il avait ressenti un vide, un manque, immense, lui donnant l'impression qu'il avait remplacé ses anciens démons par Lou, au fil des mois. Elle avait été sa nouvelle drogue, et il se retrouva en manque du jour au lendemain. Le pire, c'est qu'à aucun moment, il n'avait réalisé sa dépendance vis à vis de la jeune fille. Bien sûr, ils passaient trop de temps ensemble, s'il allait à la fac c'était principalement pour la voir, et il était devenu bien plus attentionné et appliqué pour elle. Mais de là à devenir accro ... A croire qu'un dépendant ne pouvait pas passer sa vie entière sans s'accrocher à quelque chose. En y pensant, Andrew se demanda s'il n'était pas risqué, de s'accrocher à quelqu'un. Un quelqu'un, c'est volatile, c'est fragile, c'est imprévisible. Pourtant, cela ne le dérangeait pas, d'admettre qu'il était totalement accro à cette fille en face de lui. Il n'était pas maso au point de lui avouer, car elle risquait de s'enfuir très loin en emportant ses cliques, ses claques et ses macarons. Mais ça ne le gênait plus, car il sentait qu'ils étaient décidés à passer leur vie ensemble. Se contenir afin d'aller doucement ne serait pas tâche aisée, mais s'il voulait garder sa précieuse âme soeur jusqu'à ses vieux jours, il devrait s'en formaliser. Il sourit, un peu contraint à cause de ses dernières prises de conscient, mais il était heureux. « Des tonnes ? Qui en fait des tonnes ? T'as cru que j'allais te préparer des petits dîners romantiques ou t'apporter le déj au lit ? Tu craques ma p'tite ! » dit-il en s'esclaffant. Bien sûr, il se tournait lui même en dérision, puisqu'il décrivait là les petits soins qu'il lui avait porté durant leur relation. Mais si elle souhaitait s'en passer, grand bien lui fasse ! Il posa sa main sur ses cheveux et les caressa doucement. Il avait oublié combien ils étaient doux. Il se retint d'aller plus loin, sa peau, ses lèvres, ou il était perdu. De toute façon, c'est elle qui craquerait la première, après quelques jours de mauvaises pizzas surgelées et d'obligation de se lever pour aller chercher elle même ses tartines de confiture. Lou brisa bien vite la magie qui régnait dans l'esprit du jeune homme, en évoquant ses proches. Il soupira, cherchant quelles pourraient être les opinions de ses proches. « Baaaaah, ils seront plutôt contents de voir que je sors de mon lit à nouveau. » Il remarqua alors qu'il ne décrivait pas un portrait très glorieux de lui. « Parlant de ça, j'ai un peu eu la flemme d'aller en cours depuis disons euh ... la rentrée. Mais promis j'y retournerai avec toi ! » Il s'écarta d'elle pour lui montrer son visage sincère, même s'il la soupçonnait de vouloir lui botter les fesses.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Dim 19 Jan - 12:33

Lou appréhendait la façon dont il allait prendre ses paroles. Elle n’avait pas envie qu’il pense qu’elle ne tenait plus à lui. Elle cherchait simplement un moyen de se protéger. Malheureusement, lorsqu’on décide de mettre ses sentiments à nus, et de confier son cœur à quelqu’un, le facteur ‘risque de souffrir’ était présent à chaque instant. La Lou d’avant aimait bien devenir vulnérable à chaque fois qu’elle tombait amoureuse. Elle aimait ce sentiment qui lui rappelait que c’était ça la vie. Désormais, Lou ne voulait qu’une seule chose ; protéger son petit cœur. Elle fut donc terriblement soulagée quand il lui assura comprendre ce qu’elle voulait dire. Ils devaient toujours être en phase, ils se comprenaient encore malgré les longs mois de séparation. Il ne voulait plus jamais les revivre, et Lou non plus. Voilà pourquoi elle voulait prendre son temps, faire attention. Elle lui fit un sourire, soulagée. Pourtant, c’était tellement facile de replonger comme avant. De rebâtir sa vie autour celle d’Andrew. D’envisager les choses à deux, pour deux. Elle voulait le faire, mais ne pouvait pas s’empêcher de penser que les choses pouvaient finir par mal tourner. Certes, elle doutait fortement qu’elle tombe à nouveau enceinte, qu’une tempête frappe encore le quartier, et qu’elle finisse par perdre un autre bébé. Par contre, elle savait qu’il était possible qu’une nouvelle rupture la sépare d’Andrew. La vie était compliquée, il était impossible de savoir ce que l’avenir réservait. Lou avait peur du futur. Elle reporta son attention sur Andrew, qui comme d’habitude prit les choses à la rigolade. Il lui assura qu’il ne ferait rien de trop extravagant pour elle, afin d’éviter d’en faire trop, comme Lou le demandait. Pourtant c’étaient déjà des choses qu’il avait faites pour elle auparavant. Et puis, là n’était pas le propos. Quand Lou disait ne pas vouloir en faire des tonnes, elle voulait parler de ne pas trop se montrer. De ne pas débarquer à la prochaine fête du quartier main dans la main par exemple. Ou bien de polluer leurs murs facebook respectifs avec des petits cœurs et des petits poneys partout. Elle décida donc d’interroger Andrew sur la réaction de son entourage lorsqu’ils apprendront la nouvelle. Les craintes de Lou s’accentuaient. Pourquoi Andrew devait-il avoir de bons amis ? Elle essaya de contenir sa déception. Elle tendit néanmoins l’oreille, comme elle avait cru le comprendre, Andrew n’avait rien fait de son temps pendant leur séparation. Il avait perdu sa motivation. Lou s’en voulut, forcément. Surtout avec les examens qui arrivaient en janvier. Et Andrew qui n’avait rien glandé du tout. Elle soupira. « T’es pas sérieux. » elle était mal placée pour lui reprocher quoi que ce soit, mais elle n’avait pas envie de revoir un Andrew dépité, qui n’avait aucun projet pour le futur. C’était peut-être l’aspect de sa personnalité qu’elle comprenait le moins ; ce manque d’ambition, qui pourtant la caractérisait elle. « Je m’engage personnellement à te faire réussir tes examens en janvier. » c’était peut-être un moyen de se racheter. Ou de faire changer le sujet de conversation. Lou n’oubliait pas que sa mère, et Julian seraient les plus déçus quand ils apprendront l’union nouvelle d’Andrew et Lou. Alors que tous les proches d’Andrew seront heureux de voir qu’il allait mieux. « T’as fait quoi alors pendant tout ce temps ? » osa-t-elle demander. Elle connaissait déjà une partie de la réponse. Il avait dormi. Il ne pouvait pas avoir fait ça pendant six mois quand même ? Elle ne le quittait pas des yeux, un air autoritaire sur le visage. Il n’allait pas s’en sortir par une pirouette ou par une blague. « Et je suis sérieuse, ne me répond pas n’importe quoi. » s’empressa-t-elle d’ajouter. Ils avaient beau vouloir repartir sur de nouvelles bases, ils ne pouvaient pas faire comme si les six derniers mois n’avaient pas existés. Lou allait éventuellement finir par découvrir ce qu’elle ne savait pas. Autant le faire maintenant. Elle avait même envie de demander s’il y avait eu d’autres filles, juste pour savoir, par curiosité. Elle allait d’ailleurs peut-être avoir une réponse maintenant, s’il répondait qu’il avait passé ses soirées à clubber ou dans des bars à la recherche d’une pauvre fille qui aurait su lui tenir compagnie. A cette pensée, Lou eut un haut le cœur. Comment avait-elle pu croire avoir eu envie de voir Andrew avec une autre ? Elle avait été bien naïve. Jamais elle ne le partagerait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Dim 19 Jan - 22:30

Naturellement, Lou ne fut pas ravie que son ancien petit ami redevenu son actuel petit ami ait déserté la fac durant les derniers mois. Il grimaça quand il soupira, puis baissa les yeux quand elle le critiqua. Un sentiment de honte l'envahissait, si fort qu'il aurait souhaité s'enfoncer six pieds sous terre, disparaître, s'enfuir en courant. Malheureusement, il ne pouvait pas prendre la fuite car Johan découvrirait sa présence secrète dans la maison. Déjà qu'une simple porte le protégeait des potentielles foudres de sa belle maman, il n'allait pas tenter le diable en se faisant remarquer. Si Johan décidait de monter au 1er étage pour vérifier si sa fille se portait bien, il était cuit. A moins que la maman ne sache pas ouvrir la poignée de la porte, qui pour une quelconque raison serait si difficile que seule Lou en aurait le secret. Mais il préféra ne pas parier sur cette éventualité. « Tu sais que j'ai jamais kiffé tout ça ... » répondit-il, en guise de maigre défense. C'est vrai. S'il avait étudié l'art de décorer les cupcakes, de faire des mugcakes, des burgers maisons ou des gâteaux comme au starbucks, il aurait suivi ses cours avec assiduité. Mais le commerce et la finance ne faisaient que lui rappeler que l'échéance se rapprochait un peu plus chaque jours. S'il graduait, il reprendrait les rennes de l'entreprise familiale d'ici un an et demi, et pas d'ici un an comme j'avais écrit avant que tu me reprennes. Redoubler et retarder le moment fatidique l'avait tenté plus d'une fois, mais ses parents étaient si diaboliques qu'il craignait leurs foudres encore plus que celles de Johan. « Je ne mérite pas ton aide, merci, je m'engage à te remercier très personnellement si je les réussis grâce à toi ... » Il avait naturellement une petite idée derrière la tête, pas catholique du tout et très tendancieuse ... A laquelle Lou coupa court en embrayant sur un autre sujet. Pris de court, il cligna des yeux plusieurs fois d'affilée, hébété, comme s'il avait besoin qu'on lui répète la question. « Euh, des trucs ... » Elle ajouta qu'elle était sérieuse, il eut un petit rire. Le souci, c'est qu'elle ne le croirait pas même s'il racontait la vérité. Il alla s'asseoir sur son lit, afin de gagner du temps. Il n'était pas sûr que manger des pizzas, boire du coca, regarder les Simpson et s'envoyer des snapchat à soi même pour voir combien il en fallait pour être son auto meilleur ami, serait des occupations que Lou cautionnerait. Il creusa sa mémoire pour trouver le moindre évènement de ces derniers mois suffisamment digne d'intérêt pour que Lou ne le prenne pas en pitié, ou pire, éprouve tant de dégoût qu'elle déciderait de revenir sur sa décision à leur propos. Il repassa dans son esprit, les soirées malsaines dans les bars à scruter ses anciens démons, les personnes ayant tenté de le sortir de chez lui coûte que coûte mais en vain ... Rien de glorieux. « Ben tu sais, depuis la rentrée, j'ai repris la garderie le soir, puis voilà » Evoquer des enfants était probablement la pire des idées, il prit peur de mettre Lou mal à l'aise alors il repartit de plus belle dans sa mémoire, en vain. « J'ai vu pas mal de potes aussi, j'ai essayé de pas trop m'enfermer » dit-il en souriant, mentant à moitié. « Et toi alors ? Génial ce job que tu as eu au tribunal non ? » il changea de sujet dès qu'il le put. En vrai, ça l'intéressait vraiment, même si ça marquait un peu plus leur divergence. Tandis qu'il avait repoussé le plus loin de son esprit ses études, Lou s'y était plongée à coeur joie. Ça ne l'avait pas étonné de la voir là bas, elle avait toujours exprimé sa détermination à réussir. Il était fier d'elle, même. Mais les compliments d'un flemmard professionnel lui importerait peu, et n'étaient pas vraiment gratifiants.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Mar 21 Jan - 21:48

Lou était déterminée. Quand elle avait une idée dans la tête, impossible qu'elle passe à la trappe. Elle prenait l'engagement solennel de faire réussir ses examens à Andrew. Elle ne savait pas encore comment elle allait s'y prendre ; elle ne connaissait rien en finance ni en commerce, mais elle était résolument décidée à tout tenter pour y arriver. En plus, elle se sentait un peu coupable de lui reprocher d'avoir mis de côté ses études alors qu'elle avait toujours joué un rôle de moteur pour lui, l'incitant à bosser des cours qui ne l'intéressaient pas. Il n'avait jamais aimé ça, disait-il pour se défendre. Lou fit une moue désolée. Elle avait été un peu dure. Mais Andrew ne s'apitoyait pas sur son sort pour autant, bien trop content que Lou fasse un effort pour le remettre dans le droit chemin. Il adopta même ce petit ton tendancieux qu'elle connaissait si bien quand monsieur avait des idées derrières la tête. Il saurait la remercier personnellement, voire très personnellement. Lou baissa la tête, un peu gênée. Elle avait perdu l'habitude de ce genre de commentaires. Heureusement qu'elle trouva une parade en lui demandant ce qu'il avait bien pu faire durant ces longs mois, puisqu'il n'était pas allé en cours. Elle avait été rattrapé par sa curiosité en posant cette question qui lui brûlait les lèvres depuis un moment maintenant. Elle attendait impatiemment une réponse. Et fut évidemment déçue quand Andrew y répondit. Il restait vague, silencieux. Tendu. Lou ne présageait rien de bon, et savait qu'elle ne pourrait en plus rien dire. Ça aurait été déplacée de sa part de faire un quelconque commentaire. C'était elle qui, après tout, avait demandé à ce qu'il n'occupe plus ses journées en sa compagnie. Il prit place sur le lit de Lou, comme s'il cherchait à gagner du temps. Elle resta debout. Elle ne détournait pas le regard, comme une maitresse d’école qui fixe son élève durant une leçon. Enfin, il fut en mesure de lui apporter une réponse. D'abord, Lou fut soulagée. Il avait repris une activité qu'il aimait. La garderie. Elle n'avait jamais vraiment compris comment un garçon comme lui pouvait prendre autant de plaisir à garder des enfants. Puis elle se souvint sa joie quand elle lui avait appris sa grossesse. Ce garçon était né pour être père. Tout ça lui rappelait trop de souvenirs. Elle sourit tristement, ce qu'il du remarquer puisque’ il embraya directement sur un autre sujet. Il avait tenté de voir des amis, de sortir. Elle doutait fortement de la véracité de ce portrait, mais elle ne n’émit aucun commentaire. Elle choisissait de lui faire confiance. Elle prit place sur le lit, à ses côtés. Elle aurait tellement aimé avoir un geste tendre pour lui, mais quelque chose l'en empêche. Comme si elle avait perdu tout ses réflexes, toutes ses habitudes. Elle posa sa main timidement sur la cuisse du jeune homme. Il cherchait aussi à changer de sujet. Il préférait maintenant parler du stage de Lou. « Oui, j'ai postulé au culot et ça a marché. » elle était fière mine de rien. Elle s'en était sortie toute seule. « J'aurais préféré qu'on ne s'y croise pas, ce jour-là... Tu as eu de gros problèmes finalement ? » elle ne voulait pas repenser à cette histoire surtout à cause de l’attitude déplorable qu’elle avait eu, mais elle n'en avait jamais connu le dénouement. Une fois que sa mission était terminée elle n'avait plus aucune information sur les dossiers. « Tu sais Andrew, je ne serai pas fâchée si avait rencontré d'autres filles... » lâcha-t-elle finalement. Ce n'était pas une demande de révélation. Elle prévenait juste qu'elle était prête à entendre tout ce qu'il voudrait bien lui dire (a). Elle appuya délicatement sa tête contre l'épaule du jeune homme. Elle n'avait pas envie de le regarder, elle se sentait si fragile, si vulnérable quand elle était à ses côtés. Et pourtant elle avait oublié à quel point elle trouvait cette situation grisante. Elle avait simplement envie de mettre les choses à plat, une bonne fois pour toute. Évidemment sa curiosité la démangeait. Elle voulait savoir. Elle devait savoir avant de se replonger dans une quelconque histoire avec lui. Elle ne lui en tiendrait pas rigueur. Elle n'oserait pas. Elle pourrait comprendre. Alors certes sa curiosité était totalement mal placée, mais elle l'a voulait cette fichue réponse.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Mer 22 Jan - 11:23

Lou se contenta de ses réponses évasives et ne demanda pas plus de détails, peut-être pas respect. Elle avait certainement remarqué qu'il préférait ne pas s'attarder sur les derniers mois, peu glorieux. Elle joua le jeu et répondit ensuite à ses questions, avant de remettre sur le tapis leur précédente rencontre. Andrew déglutit, il n'avait pas été tendre avec elle, ce jour là. De mauvaise fois, il avait plus d'une fois reporté toute la faute sur Lou, elle avait été la cause de son désespoir. Découvrir qu'elle avait sorti la têt hors de l'eau, alors que lui coulait toujours, fut une pilule difficile à avaler. Il préféra ne pas remettre la fin de cette discussion sur le tapis. Ils étaient en bons termes à nouveau, ils recommençaient tout à zéro, ressasser leurs erreurs et leur passé douloureux n'aiderait pas à reconstruire leur couple. Ce jour là, ils portaient chacun trop de peine et de rancœur pour être honnête avec l'autre, chacun avait sorti sa langue de vipère dans l'espoir de blesser l'autre, et d'aller mieux. Mais ils avaient compris aujourd'hui qu'ils ne pourraient pas être heureux et surmonter tout ça sans l'autre. « J'en sais rien, j'ai quelques après-midi à ramasser des ordures à la sortie de la ville, début janvier, c'est un gros problème ? » Elle s'y connaissait mieux que lui. « J'ai bien fermé ma gueule pendant le truc tu sais, j'ai reconnu ce que j'avais fait et j'ai juste dit "oui monsieur", histoire de pas aggraver mon cas ... » Il n'était pas peu fier de cet exploit, lui qui était plutôt du genre à monter au créneau. Ramasser les merdes des autres le rebutait toujours autant, mais il préférait ça plutôt que outrage à agent (il regarde des séries policières de temps en temps) qui serait bien plus puni. Ne pas rechigner n'avait pas été tâche aisée, heureusement le passage devant le juge s'avéra plus rapide que dans son imagination. C'est probablement comme ça, quand tu te contentes d’acquiescer. Il ne le dit pas, mais il avait agi ainsi afin de ne pas agacer Lou un peu plus, il avait bien vu que avoir un ex petit ami fraichement délinquant n'avait pas plu à la jeune fille ce jour là. Mais ils y allaient doucement, alors il lui dirait plus tard qu'il se tenait à carreau pour elle. Elle le devinerait facilement, pas la connaissant elle ne ferait aucune remarque à ce sujet. Depuis tout à l'heure, le fait que Lou soit bien moins câline qu'avant ne lui avait pas échappé. Même si cette attitude lui plaisait peu, il comprenait qu'elle ait besoin de temps. Ils s'étaient éloigné l'un de l'autre si longtemps, ils ne pouvaient pas se désaper en deux deux et faire des babies si facilement. C'est alors qu'elle évoqua un souci totalement innattendu. Il la regarda d'abord avec des yeux ronds, la soupçonnant d'être étonnamment distante à cause de ça. Elle n'osait pas reprendre ses aises avec lui, car il avait peut-être rencontré d'autres filles, comme elle disait si bien. Il se croyait revenu deux ans et demi en arrière, quand il était revenu de Londres, et que Annie lui avait fait une scène. Il lui avait fièrement dressé la liste de ses conquêtes là bas. Mais là, il n'avait aucune liste à faire. Et que Lou s'imagine le contraire le blessait un peu. Et elle, alors, elle en avait rencontré des mecs peut-être ? Il se renfrogna à cette idée, avant que la crainte ne grandisse réellement dans ses pensées. C'était peut-être ça, son souci, elle posait la question en première, car elle était réellement fautive. Peut-être même espérait-elle qu'il en ait vraiment rencontrer, dès lors la liste de ses coups d'un soir seraient moins difficile à avaler. Il imaginait la liste, aussi longue que celle de Nathan Scott le coquinou. Certes, Andrew n'était pas aussi vierge qu'Haley, mais malgré leur séparation, il avait toujours eu l'impression de lui appartenir. Lou en avait profité plutôt pour batifoler, apparemment. « Et t'entends quoi par rencontré ? J'ai revu des potes, je t'ai dit. Mais j'ai pas couché avec d'autres filles non » Il avait failli dire qu'il ne l'avait pas trompée, avant de se reprendre de justesse. Non, il n'avait pas trempé son biscuit (je sais que tu aimes cette expression) depuis ... Depuis 6 mois. Pouah, sur le coup, il eut l'impression d'être une fille. Il se garda bien de dire qu'il s'était bien astiqué le manche. Alors que, en arrivant ici, l'idée de la retrouver au lit lui trottait en tête, il avait perdu toute envie maintenant qu'il l'imaginait dans les bras d'un autre. « Et toi, alors ? » Il se retint de formuler toutes les idées qui lui traversaient l'esprit, même si l'idée qu'elle soit retournée dans les bras de son ex secret le démangeait. Il avait l'impression que l'histoire se répétait, comme il y a deux ans. Quand, après leur nuit magique, elle précisait qu'elle n'était pas exactement disponible. Il soupira, dégoûté, elle était plutôt douée, pour lui donner des ascenseurs émotionnels. Alors que l'idée de la retrouver il y a quelques minutes l'avait envoyé en apesanteur, il se trouvait désormais bien bas, imaginant Lou tour à tour avec tous les garçons du quartier. Damned, pourquoi il s’amourachait toujours de salopes ?

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Mer 22 Jan - 21:46

Parler de cette histoire de tribunal rappelait à Lou des jours peu glorieux. Néanmoins, elle désirait connaître le fin mot de l'histoire. Au début, quand Andrew lui annonça qu'il avait écopé de quelques heures de travaux d’intérêts généraux, elle prit peur. Et s'il avait dépassé les bornes devant le juge ? Elle se souvenait de l'attitude qu'il avait eue ce jour-là. Il était fortement remonté, surtout contre Lou. Heureusement il précisa avoir fait preuve de sagesse en évitant toute remarque désobligeante. Lou lâcha un léger soupir. « Ça aurait pu être pire si tu avais dit quelque chose, mais je vois que tu es resté un tant soit peu intelligent. » dit-elle pour le taquiner. Elle trouvait quand même que le juge avait fait du zèle. Des travaux d'intérêts généraux pour si peu franchement ! Mais elle riait déjà, rien qu'à l'idée d'aller le voir un de ces jours. Elle n'allait sûrement pas lui dire, il risquait de se fâcher, mais elle notait dans un coin de sa tête de lui réserver cette surprise. Des lors qu'elle eut les réponses à ses questions, Lou voulut passer à un sujet bien plus sérieux. Et surtout beaucoup plus houleux. Elle désirait revenir sur leur période de séparation afin de savoir à quoi Andrew avait occupé son temps. Inévitablement, elle en vint à lui demander s'il avait fréquenté d'autres filles. Son esprit était occupé par cette pensée depuis maintenant bien longtemps. Elle savait que cette question n’était pas juste. Elle ne pourrait pas lui en vouloir, s’il avait été voir ailleurs. Ils n’étaient plus ensemble, il avait donc le droit de faire ce qu’il voulait. Et pourtant, une partie d’elle n’imaginait pas qu’il ait pu faire ça. Toutefois, elle connaissait bien Andrew, il avait toujours été coquinou comme garçon. Sa réponse la terrorisait donc. Elle ne savait pas non plus comment elle allait prendre la nouvelle, si elle réussirait à cacher sa déception, et à rester neutre pour ne pas l’énerver davantage. La tête toujours posée sur son épaule, elle pianotait désormais sur la cuisse du jeune homme, stressée et impatiente. Il fit mine de ne pas comprendre sa question. Il voyait très bien ce qu’elle entendait par ‘rencontré’. Elle allait lui dire de laisser tomber, quand enfin elle eut exactement la réponse qu’elle souhaitait entendre. Il n’avait pas couché avec une autre. Elle se retint de faire tout commentaire, mais un large sourire se dessina sur ses lèvres. Il ne pouvait pas la voir, et heureusement ! Toutefois, Lou crut déceler dans sa voix un sentiment amer. A tous les coups, elle devait l’avoir vexé. Mais comment aurait-elle pu imaginer qu’il garde sa braguette fermée pendant d’aussi longs mois ? Elle revint sur terre quand il lui retourna la question. « Quoi et moi ? Ah. » fit-elle comprenant finalement où il voulait en venir. En fait, elle ne s’imaginait pas qu’il lui pose la question tellement la réponse lui semblait évidente. Elle s’était totalement renfermée, ce n’était sûrement pour aller coucher avec le premier venu. Ce n’était pas une rupture lambda qu’ils avaient vécue. Leur histoire n’avait pas pris fin car ils étaient devenus trop différents, ou parce qu’ils ne ressentaient plus la même chose l’un pour l’autre. La ‘gestion’ de leur rupture ne ressemblait donc pas aux autres. Lou n’allait pas subitement jouer au billard avec des moches pour ensuite leur rouler des pelles dans son salon. L’idée de chercher quelqu’un d’autre ne lui avait d’ailleurs même pas traversé l’esprit, elle avait été bien trop occupée à gérer sa peine et sa douleur. « Ben moi non plus. » elle enleva sa tête de son épaule, et lui déposa un bisou sur la joue. « Impossible de m’imaginer avec un autre que toi. » souffla-t-elle ensuite doucement. C’était la triste vérité. Autant elle criait sur tous les toits qu’elle voulait ranger Andrew dans la case ‘c’est du passé’, autant elle ne s’était jamais imaginée quelqu’un pour prendre sa place. Elle avait joué à l’aveugle, en pensant qu’elle pouvait l’oublier aussi facilement. Six mois après, ses sentiments n’avaient pas changés. Et en une seule seconde elle replongeait dans ses bras. L’amour rendait les gens si faible. Ça aurait presque pu être affligeant, si ce n’était pas aussi bon.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Jeu 23 Jan - 21:31

Il sourit comme un toutou tout fier, quand Lou le qualifié "d'intelligent". Il aurait pu se braquer qu'elle doute ainsi de ses compétences intellectuelles, mais il préférait apprécier simplement le moment. Il se renfrognait tellement souvent, ce n'était pas du luxe de l'esquiver pour une fois. « J'ai fait tout comme tu m'avais dit ! » répondit-il simplement, comme un s'il était un enfant ayant bien appris tous ses devoirs.

Il ne garda pas son sourire bien longtemps. A la minute où Lou aborda le sujet qui fâche, il devint bien moins malin. Bien sûr, savoir ce qui s'était passé dans la vie de son ex petite amie le démangeait depuis l'instant où il était arrivé chez elle. Ils n'avaient jamais eu de souci, de tabou entre eux, ils parlaient toujours de tout, sans gêne, ou malaise. Pourtant, il n'était pas très confortable avec tout ça. Peut-être par honte, d'avoir gardé son biscuit bien rangé dans l'armoire pendant six mois. Ce n'était pas très viril. D'un autre côté, il osait croire que Lou avait cent fois préféré cette réponse, plutôt qu'une longue liste à l'instar de celle qu'il avait dressé à Annie. Du moment qu'elle n'allait pas s'en vanter auprès de tout le quartier, qui lui ne manquerait pas de pouffer. Andrew se souciait peu des opinions de ses voisins. Et l'idée que cette mauvaise presse lui ruine tous ses plans culs futurs n'avaient même pas effleuré son esprit, puisque son futur se résumait en trois lettres : L.O.U. Pourtant, il restait inconfortable (à dire avec l'accent anglais, c'est plus classe). Le pire, fut qu'il appréhenda ensuite la réponse de Lou encore plus. A ce rythme, il allait finir par exploser. Pire que le coeur d'une asthmatique en plein cours intensif de zumba. Lou laissa durer le suspense, il l'aurait bien suspectée de le faire exprès, si la réponse n'eut pas été si précieuse. Il se languissait, l'imaginant en train de lister mentalement tous les gars qu'elle avait connu. Qu'est-ce qui était pire ? Un seul qui ait compté, ou dix sans importance ? Il s'arrêta de penser, tout ça lui faisait plus de mal que de bien. A quoi bon, il pourrait s'affoler une fois que Lou aurait enfin avoué. Quand elle dévoila enfin, il crut d'abord avoir mal entendu. Tout ça ... pour ça ? Alors que lui avait imaginé mille et une escapades, Lou avouait finalement qu'elle lui était restée fidèle. Impossible de s'imaginer avec un autre ? Il n'osa pas demander comment elle aurait fait s'ils ne s'étaient jamais retrouvés, alors. Il passa ses bras autour d'elle et la serra très fort. « Ça tombe bien, moi aussi j'ai du mal à t'imaginer avec un autre » dit-il en souriant. Il réalisa alors que tous les deux, avaient beaucoup à rattraper, et pas qu'en discussion. Il s'écarta d'elle un peu, défit son étreinte, puis colla son visage contre le sien et l'embrassa doucement. Il avait peur de l'effrayer en usant de phrases trop directes comme "donne moi ton c*l". Mais c'était bien ce que ce baiser signifiait (ahah le coquinou). « On a beaucoup à rattraper alors, toi et moi » chuchota-t-il dans un souffle, entre deux baisers. Ses mains se joignirent alors à la parole, il les glissa sous le pull de la jeune fille (qui en réalité était le pull d'Andrew, mais si je dis ça on aurait l'impression que Andrew s'auto touche, ce qui est un peu bête. En plus faut être vachement souple pour réussir à s'auto caresser le dos). Autoritaire, il lui enleva finalement ce fameux pull, découvrant je ne sais pas ce que porte Lou en dessous, mais j'imagine qu'elle n'est pas en soutif, on va dire que non. Son impatience grandissait, il l'incita donc à s'allonger sur le lit, et vint au dessus d'elle. Il avait l'impression de la sentir tendue, différente. Alors, il se calma. Sa bouche ne quittait pas la sienne, mais il freina toutes ses pensées qui tournaient à cent à l'heure. Ses mains allaient et venaient sur et sous ses fringues, pour l'instant.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Sam 25 Jan - 11:40

On aurait dit deux enfants. Ils se confessaient, tous les deux un peu gênés d’avoir une telle conversation. Pourtant, aucun d’eux n’avait de grande révélation à faire. Andrew et Lou étaient restés sages, tous les deux. De son côté, Lou comprenait pourquoi elle n’avait rien fait. Et bien qu’elle soit heureuse d’apprendre qu’Andrew n’avait pas eu de rapports avec une fille, elle ne saisissait pas très bien ce qui l’en avait empêché. Il ne lui donna aucune raison alors qu’elle, lui en avait fournie une. Elle n’avait jamais imaginé un autre homme dans ses bras. Avait-il ressenti la même chose ? Elle ne se voyait pas lui infliger cette discussion de fille, alors qu’elle venait déjà de lui poser cette question embarrassante. Elle rit. Il ne l’imaginait pas avec d’autres garçons disait-il pour l’embêter. Elle le trouvait si adorable. Il s’écarta alors d’elle, histoire de mieux se rapprocher. Il déposa un baiser sur ses lèvres, amoureusement. Mais ce n’était pas un baiser innocent. Elle pouvait le sentir, elle le connaissait si bien. Il interrompit le baiser, et lui chuchota à l’oreille qu’ils avaient bien des choses à rattraper. Un sentiment d’excitation et de peur s’empara alors d’elle. Elle ne se sentait pas à l’aise de retrouver cette intimité avec lui. Il passa alors ses mains dans son dos. Docile, Lou se laissa faire. Quelques petites caresses ne pouvaient quand même pas faire de mal. Elle comprit finalement qu’il n’avait pas envie de se limiter à un petit câlin. Il commençait même à la déshabiller ; certes il n’avait fait que lui enlever son pull et elle se retrouvait donc en t-shirt petit pingouin (y). On repassera sur la sexy attitude. Ils continuaient à s’embrasser, et Lou s’agrippa à sa nuque. Malgré son malaise, elle appréciait les baisers échangés. Il la fit s’allonger sur le lit. Elle avait bien compris que six mois d’abstinence ça commençait à faire long pour lui. Alors qu’il passait ses mains sur son corps, il osa passer sous ses vêtements. D’instinct, elle retira sa main. Il ne se découragea pas pour autant, mais elle crut sentir que ses baises se faisaient maintenant moins pressants. « Andrew… » fit-elle entre deux baisers. Elle se redressa légèrement. Elle ne savait pas ce qui se passait. Elle paniquait, un peu. « On est pas seul, je veux dire, y a ma mère en bas qui doit pas savoir que tu es là et puis… voilà. » lâcha-t-elle en prenant de la distance. Elle venait à se demander ce qui clochait chez elle. Depuis le début il n’avait fait qu’être adorable avec elle. Qu’il ait envie de lui sauter dessus aurait dû la rassurer, au lieu de quoi elle préférait se faire désirer. Elle ne souhaitait pas frustrer davantage Andrew, mais elle n’était absolument pas dans les conditions pour céder à ses avances. Peut-être qu’elle avait aussi un peu peur d’aller trop vite. Elle ne voulait pas qu’un autre ‘accident’ leur arrive. La dernière fois ils avaient fait attention, et pourtant… En repensant à tout ça, Lou prit une nouvelle fois du recul. Le moment promettait d’être embarrassant. D’aussi loin qu’elle se souvienne, c’était la première fois qu’elle le repoussait comme ça. L’incident du bal de promo ne comptant évidemment pas. Elle ramassa son pull qui venait de tomber à terre. Elle devait combler le silence qui s’installait. « Tiens, je te le rends avant que j’oublie. » salut je suis débile et je raconte n’importe quoi pour éviter d’avoir une vraie conversation. Il n’avait jamais été question qu’elle lui rende ce fichu pull. Il devait totalement s’en foutre en plus. Lou avait l’impression de jouer avec Andrew. C’était désagréable comme sensation. Elle avait toujours l’impression de lui dire un coup blanc un coup noir. Elle évitait désormais son regard, préférant remettre son t-shirt correctement. Puis elle passa la main dans ses cheveux. Elle réfléchit un instant à la tête qu’elle devait avoir. Pas maquillée, à peine coiffée, pas du tout sexy dans son jean et dans son vieux t-shirt. Il avait vraiment envie d’elle ? Il devait vraiment en avoir marre de vivre comme une McClair.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Dim 26 Jan - 20:37

Il avait envie d'elle. Enormément. Il l'avait attendue durant des semaines, et tout ressortait aujourd'hui, maintenant qu'il était avec elle, proche comme avant. Ses lèvres ne la quittait pas, sa bouche, son cou, comme s'il avait un milliard de baisers en stock à lui donner, il les avait gardé depuis la dernière fois, accumulé, parce qu'il aurait été incapable d'embrasser une autre fille sans penser à elle, sans la vouloir elle. Ses mains couraient sur ce corps qu'elles n'avaient pas oublié, elle était toujours la même, les mêmes courbes, il avait l'impression que la dernière fois qu'ils s'étaient touché remontait à hier. Son odeur l'enivrait quand il enfouissait son visage dans son cou, les mêmes notes, les mêmes fragrances, la même odeur qu'il aimait tant retrouver dans son lit quand Lou n'y était pas. Et en même temps, tout semblait si différent. Ils étaient à la fois proches et totalement étrangers. Il la connaissait par coeur mais, par peur de la brusquer, il se retenait de peur de mal faire, apprenait à nouveau à l'apprivoiser, comme si c'était la première fois. Il ne comprenait pas, mais étrangement il appréciait ce sentiment. Ils ne faisaient pas du neuf avec du vieux, ils recommençaient quelque chose, comme si aujourd'hui était leur première fois, leur premier jour ensemble, celui dont on se souvient, celui qu'on rejouera parfois, celui à partir duquel on compte la durée de la relation. Il le voulait magique, pour elle, pour eux. Et par dessus tout, il ne voulait pas que ce jour laisse en Lou des regrets. Alors il s'appliquait avec douceur, pour ne pas raviver tout ce qu'elle avait pu endurer. Lui aussi, avait été malmené. Pourtant, il dénigrait tout, c'était elle qui importait. Sa ptite princesse retrouvée. Malheureusement, il ne s'appliqua pas assez. Son "Andrew" lui glaça le sang, il ne présageait rien de bon. C'était tout sauf son prénom prononcé dans un soupir de plaisir ou un gémissement. Elle ne s'abandonnait pas dans ses bras, au contraire elle mit fin à leur étreinte et s'en détacha. Il aurait parié qu'elle se serait éloignée à l'autre bout de la pièce, si elle n'avait pas été ainsi coincée. Frustré, il recula de lui même, lui laissant l'espace nécessaire pour fuir, si tel était son choix. Si son souhait était une relation sans sexe, elle aurait dû le préciser avant. Andrew n'aurait certainement pas signé aussi facilement. Il avait toujours eu l'impression de l'honorer, en lui restant loyal alors qu'elle l'avait tout simplement lâché. Aujourd'hui, il avait juste l'impression d'avoir été eu, il aurait dû bien en profiter, parce que maintenant il était tenu en laisse et ne serait certainement pas nourri avant longtemps. Il était de mauvaise foi, bien sûr. Et détestait ces pensées qui jaillissaient subitement dans son esprit, impulsives, insensées. La réaction de Lou se justifiait par tout ce qu'ils avaient vécu. Ils avaient perdu un gosse, or c'était bien comme ça qu'on les faisait. Ils n'auraient pas pu perdre un chien, bon sang ? Andrew aurait été bien moins gêné de devoir éviter l'animalerie un moment. « C'est vrai, ta mère ... » Il énuméra mentalement les fois où cette excuse n'avait pas gêné la jeune fille, mais garda tout ça pour lui. Il n'était décidément pas un mec méchant, et ce qu'il avait pu lui lancer au tribunal la dernière fois, vaudrait pour des siècles de pics à l'égard de la jeune fille. Tandis qu'elle, en profiterait pour le malmener sans vergogne. Elle commença par lui rendre son pull. Il l'attrapa et le regarda sans comprendre. Quelque chose lui échappait. « Je sais que j'ai pas bonne mémoire mais ... Quand est-ce qu'on a dit que tu devrais me le rendre ? » Il se leva, de plus en plus frustré, elle n'avait pas le droit de le traiter ainsi, il n'avait rien fait. Il venait le coeur grand ouvert, elle le saisissait, le câlinait, puis jouait avec de façon plus perverse. « Au moins ça fera une excuse pour expliquer ma présence à ta mère » dit-il en se dirigeant vers la porte. Il ne savait même pas s'il devait partir, en fait. Elle ne lui disait pas, elle ne disait rien. Elle pensait, ça se voyait. Il imaginait son cerveau, un assemblement d'engrenages qui tournaient à cent à l'heure. Peut-être avait-elle mal. Mais rien ne sortait de sa bouche, elle était totalement fermée. « Tu veux sortir, marcher ? Ou aller chez moi pour ... parler ? » Le pire, c'est qu'il le pensait vraiment. Ses envies de sexe s'étaient envolées tandis qu'il la regardait, toujours plus silencieuse. « C'est parce qu'on ne parlait pas qu'on s'est séparé, tu veux vraiment recommencer comme ça ? » Il restait près de la porte, paré pour s'enfuir si jamais la situation s'envenimait. Encore pire que sa petite amie qui se fermait à lui, la dispute. Il ne voulait pas que le ton monte encore entre eux, même si ça signifiait couper court et déguerpir.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Dim 26 Jan - 21:31

Il entendait l’excuse de sa mère, mais ne semblait pas totalement convaincu. En effet, il fut un temps où ça ne les aurait pas arrêtés. Il se décala à son tour, laissant à Lou tout l’espace dont elle avait besoin. Il était vexé. Elle l’avait compris au son de sa voix. Néanmoins il se gardait bien de faire un commentaire. Elle l’en remercia, un instant. Avant de se rappeler que le silence c’était tout aussi gênant. D’instinct, elle trouva quelque chose à faire, dans une tentative désespérée de sauver la situation. Elle attrapa son pull, et le tendit à Andrew. Elle ne mesura la stupidité de ses paroles qu’une fois les avoir prononcées. Et malheureusement, il n’était pas devenu siphonné durant ces six mois et remarqua son attitude bien étrange. Elle haussa les épaules en guise de réponse à sa question. Elle commençait à frissonner, la chaleur réconfortante du vêtement lui manquait déjà. Ça avait été son seul souvenir durant leur période de séparation. Elle s’y glissait tout le temps. Au final, ce vieux pull devait plus porter son odeur que celle d’Andrew, mais Lou s’y accrochait toujours. Elle n’avait jamais eu l’intention de lui rendre. Ce qu’elle venait de faire était totalement bête. Il se leva. Lui aussi devait avoir besoin d’espace. Il se dirigea vers la porte. Voilà, Lou l’avait fait fuir. Il garda le vêtement en main, puis déclara qu’il ferait une bonne excuse pour sa mère. Quoi, il comptait vraiment partir comme ça ? Lou ouvrit de grands yeux, franchement pas rassurée par la tournure que prenaient les événements. Elle ne pipa mot, attendant de voir ce qu’il allait faire. Il était à deux doigts de tourner la poignée, et Lou ne faisait rien. Elle restait totalement bloquée. Alors qu’elle mourait d’envie de faire quelque chose, n’importe quoi. Elle ne saisit pas pourquoi, mais il renonça à la laisser en plan. Au lieu de quoi, il lui proposa d’aller faire un tour. C’était une bonne idée. Quitter l’intimité de la pièce permettrait de laisser derrière eux cette ambiance pesante. Elle se leva à son tour, la gorge nouée. Il ne lui laissa pas le temps de réfléchir, qu’il l’assomma avec une phrase criante de vérité. Ils devaient parler, ou sinon ça ne marcherait jamais. Mais comment faire quand les mots refusent de sortir ? Que la honte est si forte, et que la confusion nous terrasse sans qu’on sache quoi faire ? Elle se dirigea vers lui et lui reprit le pull des mains. « J’ai froid. » elle l’enfila vite fait et zippa la fermeture. Certes, Andrew ne devait pas s’attendre à une telle réaction de sa part. Mais la Lou extravertie avait disparu depuis bien longtemps. En six mois, elle s’était considérablement refermée. Aujourd’hui, il était difficile pour elle de faire comme si elle était redevenue la même. « Je ne sais pas quoi te dire. » finit-elle par répondre. Au moins, voilà une réponse honnête. « Je ne suis plus la même qu’avant, il va falloir que tu t’y fasses. » lâcha-t-elle finalement. Elle n’avait pas – non plus – prit un virage à 360 degrés dans sa personnalité. Elle était simplement devenue plus difficile à apprivoiser. Peut-être un peu plus cynique et plus farouche. « C’est compliqué pour moi, de faire comme si on s’était quitté la veille. » elle aussi avait envie de renouer avec Andrew. Mais il allait devoir y aller doucement, elle l’avait prévenue. Ou alors il prenait le risque qu’elle s’éloigne. Pour autant, ça ne voulait pas dire qu’elle n’avait pas envie de lui, qu’elle ne le trouvait pas attirant. Elle l’aimait toujours autant. Elle était simplement prise d’une peur panique à l’idée que son cœur ne revive un drame. Elle sentait son bonheur avec Andrew si fragile, qu’elle voulait à tout prix le préserver. « On pourrait recommencer simplement. Par un rendez-vous par exemple. » c’étaient des sentiers qu’ils n’avaient jamais vraiment parcouru. Le moment où le garçon invite la fille au ciné, lui paie des pop corn et en essaie de l’embrasser dans la pénombre. Eux, ils avaient brûlé les étapes. Ils avaient directement plongé dans le grand sans passe par la case bon enfant. Ils avaient dû se cacher, au début, ce qui limitait les sorties à deux, et puis finalement quand leur histoire avait été dévoilée au grand jour, ils en étaient venus à la phase petit couple rangé, qui préfère passer ses soirées à la maison. Ils avaient l’occasion de tout recommencer, pourquoi pas en empruntant ce chemin là ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Mar 28 Jan - 22:30

Le silence était pesant, mais Andrew ne trouvait rien pour le combler. Lou avait instauré cette situation gênante, ce froid entre eux, à elle de les en sortir. Il se sentait toujours frustré, même si au fond de lui il comprenait que faire l'amour demanderait du temps, puisque tel était le point de départ de leur séparation quelques mois plus tôt. Pas le sexe en tant que tel, plutôt le fait que le sexe, ça crée des bébés (tout mignons quand ils dorment en souriant *-*), et qu'en l’occurrence, le leur n'avait pas duré. Néanmoins, elle avait manqué de tact en le repoussant. Il ne souhaitait pas partir pour autant, ni rester non plus. Tiraillé entre son égo vexé et son refus de l'abandonner, il restait devant la porte, comme si elle déciderait à sa place, si elle devait s'ouvrir ou non.
Enfin, Lou rompit le silence comme Andrew lui demandait, silencieusement. Moqueur, il faillit lui répondre que c'était bête, puisque désormais elle n'avait plus de pull (ahah), mais la jeune fille le devança et en quelques secondes, elle était déjà à côté de lui, le vêtement sur ses épaules. Il sentit une gêne, à cause de cette proximité. Elle l'avait chassé mais voilà qu'elle se rapprochait. Il était totalement désemparé. Et ses explications n'arrangèrent pas la situation. Autant Andrew avait besoin de comprendre, autant il détestait les discussions sérieuses. Il avait conscience d'avoir promis à Lou d'être plus sérieux, plus mature, d'être un homme afin de l'aider à se reconstruire. Or, ça sous entendait aussi les discussions qui allaient avec, aussi désagréables soient-elles. « Je ne veux pas faire comme si on s'était quitté hier, même moi je n'en serais pas capable, on ne peut pas oublier ce qui est arrivé » Et surtout, il ne pouvait pas oublié les mois passés à dormir comme un petit cochon, sans se doucher, sans s'habiller et en laissant trainer des cadavres de boites de pizzas et autres fast food dans sa chambre. Même s'il aurait souhaité effacer ces mauvais souvenirs honteux de sa mémoire. « Et je ne te demande pas d'être la même qu'avant, on a tous les deux changer, et la nouvelle toi me plaît » dit-il en cédant. Il passa ses bras autour d'elle et se pencha pour déposer un petit baiser sur son front tout doux. « Mais tu m'as vraiment, vraiment manqué » Il insista, pour lui faire comprendre. Il ne voulait pas la braquer ou la mettre mal à l'aise en étant trop cru, ils n'avaient pas encore retrouvé leur promiscuité, leur intimité. Il ressentait le besoin de se justifier, de dire "je ne suis pas un gros porc c'est plus fort que moi je suis guidé par mes instincts bestiaux". Il la regarda en souriant, écoutant sa proposition. Il aimait bien l'idée, après tout ils n'avaient jamais connu tout ça. Les premiers rendez vous, ils n'en avaient pour ainsi dit jamais eu. Ils avaient commencé leur relation dans le mauvais sens. Quand certains passent à l'acte après quelques soirs, eux n'avaient même pas attendus d'avoir un "premier soir" pour se retrouver au lit. Ils avaient ensuite appris à se connaître, et ils s'étaient plu, heureusement. Mais à cause de la personne commune dont on ne doit plus prononcer le nom car elle a disparu malgré le fait que son meilleur ami était dans le besoin, Lou et Andrew s'étaient cachés, comme deux voleurs. Comme si leur amour était honteux. Alors qu'en fait, on ne choisit pas de qui on tombe amoureux. Ce serait tellement plus simple, d'ailleurs. Andrew n'aurait certainement pas choisi l'ex de son meilleur ami. Ou du moins, il n'aurait pas choisi de l'aimer autant. Car chaque séparation, chaque dispute; chaque problème, devenait bien plus douloureux. S'ils l'avaient aimé "comme ça", de cette façon qu'ont les mecs de qualifier leurs relations, il aurait pu passer à autre chose au lieu de se transformer en homme des cavernes. Mais il avait fallu qu'elle soit sa number one (baby, je te suis, jusqu'au bout. Amants, ou bien amis tu seras la seule, je l'avoue ... je te vois, marchant sur les plaines, pas sans toi, suivre la bohème, crois en moi, et que ces mots soient gravés dans la pierre oh promets moi ... et tout ça sans vérifier les paroles Very Happy). Celle à qui il pardonnerait tout, même les paroles ou les actes qui le blessaient intérieurement. « C'est génial ! » finit-il par répondre avec enthousiasme. Il la libéra de son étreinte, ils devaient planifier tout ça maintenant. « Je viens te chercher vendredi soir, on va au restaurant, puis un cinéma ? Je te laisse même choisir le film, même une comédie romantique si ça te tente ! » Il sourit en se souvenant que, mine de rien, leur histoire avait bel et bien commencé par un film, en fait. Un film dont ils n'avaient pas suivi grand chose, mais quand même. « Tu te souviens qu'on avait regardé Sexe entre amis, y'a deux ans » demanda-t-il malicieusement, même s'il savait très bien qu'elle s'en souvenait. Comme si c'était hier.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Mer 29 Jan - 22:17

Elle avait longuement hésité avant de poser des mots sur ce qu’elle ressentait. Toutefois, Andrew avait raison. Ils devaient se montrer honnête l’un envers l’autre s’ils voulaient que leur relation se déroule au mieux. Lou se laissa donc aller, ne sachant pas vraiment comment faire comprendre à Andrew ce qu’elle ressentait. Il était impossible pour elle de faire comme si de rien n’était. Il la rassura, lui aussi n’avait pas oublié ces longs mois de séparation. Quand il lui avoua aimer tout autant l’ancienne Lou que la nouvelle, elle eut envie de répliquer qu’il ne la connaissait plus vraiment. La fille qu’il avait vue au tribunal l’avait fait sortir de ses gongs. Elle doutait fortement qu’il l’apprécie déjà. Il allait sans doute réviser son jugement dans quelques temps. Elle ne répondit rien cependant, car il revenait vers elle afin de la prendre dans ses bras. Lou ne se fit pas prier pour passer ses bras autour de lui. Elle avait vraiment eu peur qu’il parte. Elle n’était pas prête à le laisser filer de nouveau. Il déposa un bisou sur son front. Immédiatement, elle se sentit apaisée. « Tu m’as vraiment, vraiment, vraiment manqué toi aussi. » fit-elle d’une petite voix. Peut-être n’avait-elle pas assez insisté sur le fait qu’elle était toujours aussi mordue et accro à lui ? L’avoir repoussé ne voulait pas dire qu’elle avait encore des doutes, elle ne se sentait tout simplement pas prête. Elle avait parfois imaginé à quoi pourrait ressembler leur réconciliation. Elle ne s’autorisait pas à y penser souvent, mais parfois les pensées s’imposaient à elle, incontrôlables. Dans son imagination, elle était jolie, parfaitement apprêtée, ils se trouvaient dans la maison numéro dix, seuls. La maison était imprégnée d’une ambiance romantique, propice aux retrouvailles. Ils auraient partagé un bon dîner, bu du bon vin et le reste serait venu naturellement. Là, elle avait l’impression de précipiter les choses. Comme s’ils avaient besoin de se jeter l’un sur l’autre pour se prouver qu’ils se désiraient toujours autant. Or, Lou le désirait toujours autant, voire même plus à cause de tous ces mois de frustration. Voilà pourquoi elle voulait que leurs retrouvailles soient spéciales. Et qu’elles ne ressemblent pas à un coup vite fait. Ainsi, elle proposa qu’ils sortent tous les deux. Comme un vrai couple. C’était l’occasion de repartir sur de nouvelles bases, de voir s’ils se supportaient toujours (a). Elle fut ravie de constater qu’Andrew était partant. Il lui proposa exactement ce qu’elle avait envie d’entendre. Un dîner, et un film. Classique mais efficace. « Oui, vendredi c’est parfait. » elle était véritablement enthousiaste. Comme une ado à qui on propose de sortir pour la première fois. Il faut dire que les ex de Lou n’étaient pas des pros dans les rendez-vous amoureux. Entre cet homme marié avec qui elle n’avait jamais vraiment pu sortir et Christian qui préférait la chaleur confortable de son lit, elle n’avait pas été gâtée. Avec Andrew, les choses s’étaient déroulées de façon plus complexe, mais ça faisait longtemps qu’ils ne s’étaient pas prêtés au jeu du rendez-vous galant. « Laisse moi réfléchir pour le film, mais tu n’aurais pas dû me laisser carte blanche. » répondit-elle très sérieusement. Ils avaient tous les deux des goûts assez différents. En même temps, Lou n’aimait pas tellement les films de super héros qui se tapent dessus ! Lorsqu’il rappela leur visionnage assez catastrophique de Sexe entre amis, Lou réprima un fou rire. Elle se souvenait de ce plan foireux. « Je peux pas oublier ça. Ou comment tu essayais subtilement de me faire passer un message. » cette soirée restait à jamais gravée dans sa tête. Comme la plus troublante et la plus belle de sa vie. Il lui avait fallu quelques heures pour totalement abandonner ce en quoi elle croyait pour se jeter dans les bras d’Andrew. Elle n’expliquait pas l’alchimie qui s’était créée entre eux lors de son retour de Londres. Elle l’avait simplement subie de plein fouet. « Tu peux l’avouer maintenant, tu avais choisi ce film là parce que t’avais une idée derrière la tête depuis le début ! » elle se rappelait le faux ton innocent qu’il avait pris, quand déjà à l’époque, elle lui avait fait la remarque. Parler du passé lui donnait envie de poser pleins de questions par rapport à cette nuit-là. Quand elle repensait à cette soirée, elle était toujours un peu honteuse, peu fière de son infidélité. Pourtant, elle ne regrettait rien. Si elle devait recommencer les choses, elle ferait exactement tout de la même manière. « Je veux qu’on ait encore une nuit magique comme celle-là. » conclu-t-elle rêveuse.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew Jeu 30 Jan - 22:17

Il resta un moment à la regarder, sa toute petite copine qui nécessitait qu'il baisse la tête afin de pouvoir l'apercevoir (bah ouais elle est en mode cheum elle n'a pas de talons (a)). Il se sentait supérieur à elle, suffisamment pour la protéger du monde entier, prêt à faire barrière de son corps afin que plus rien ne l'atteigne. Il avait failli à sa mission, la première fois. Cette fois-ci il s'y accrocherait, coûte que coûte. Si un autre mauvaise nouvelle s'abattait sur leur couple, il ne la lâcherait pas, même si ça signifiait dormir sur le paillasson devant sa porte. Il osait croire qu'il était le mec capable de la rendre heureuse, il ne voulait plus laisser passer de longs mois avant d'utiliser ce pouvoir magique. Certains pouvaient penser que c'était un pouvoir à la con, mais quoi de mieux que de rendre heureuse la fille qu'on aime ? De la faire rire et sourire, de l'aider à oublier ses soucis. Il ne demandait rien de plus. Après tout, il n'avait pratiquement plus qu'elle dans sa vie, depuis que sa bromance s'était terminée (bon je crois que c'est la fête dans le couloir, mes voisins font trop de bruit je te jure ils ont dû ouvrir leur porte ... si j'étais pas dans mon lit je serais allée voir par le petit trou ... (a)). Il ne voulait pas la perdre elle aussi. Pas une seconde fois. Il la regarda longuement. A part sa coupe de cheveux, elle ressemblait exactement à l'ancienne Lou. Elle n'avait pas grandi, ses yeux étaient toujours les mêmes, son nez n'avait pas bougé, et ses lèvres ... hmm. Il y colla les siennes, trop obsédé par sa bouche pour continuer son étude minutieuse. Il avait tout le temps désormais, pour regarder chaque partie d'elle, pour voir ce qui avait changé et ce qui restait pareil. (alors je suis allée regarder par le judas, et le couloir est éteint il n'y a personne, mes voisins font toujours autant de bruit et n'attendent donc pas l'ascenseur comme je l croyais ... ça va être une longue nuit (y)).
Il rit quand elle fit la remarque sur le film qu'ils verraient. « Je sais bien, je risque d'assister au pire navet qu'il existe ... Je m'occuperai avec les pop corn » répondit-il en haussant les épaules, faussement désabusé. Elle devait se souvenir que, de toute façon, si elle choisissait un film vraiment insupportable, Andrew se vengerait en commentant chaque aspect du film, pour l'empêcher d'en profiter. Il faisait ça à chaque film niais, posait des questions idiotes et évidentes, parlant aux personnages ... Ce qui avait toujours le don d'agacer Lou, et de le faire rire ensuite. Certes, il n'était pas blanc comme neige en matière de films kitch et romantiques. Lui même en avait choisi un peu fameux, lorsqu'elle était venue chez lui pour la première fois (sauf si on compte les fois quand ils étaient petits, ça me fait penser que j'ai mis à jour ma bio et que je ne te l'ai pas envoyée). Sexe entre amis ... il rit quand elle lui fit remarquer qu'il n'avait pas été subtile, sur ce coup là. Il s'appuya contre la porte alors que ses rires s'estompaient, et attrapa sa main pour l'attirer contre lui. « Nan, sérieusement tu avais compris ? Zut je pensais vraiment avoir été malin sur le coup ! » Il secoua la tête, comme s'il était désolé qu'elle ait deviné. Est-ce qu'il l'avait vraiment fait exprès ? Probablement pas totalement. Après tout, à l'époque, ce qu'il souhaitait d'elle était tout sauf du sexe entre amis. Il l'avait eu dans la tête depuis qu'il l'avait revue, à son retour, et qu'elle lui avait dit qu'elle n'était plus avec Christian. Il l'avait eu dans la tête quand elle l'avait repoussée au bal mais qu'elle était venue à l'hôpital le lendemain, quand elle l'avait ignorée ensuite puis quand elle devint jalouse après qu'il lui ait avoué que Naya lui plaisait toujours. Il l'avait eu en tête quand il avait avoué à son ancien bro qu'il pensait à elle pas comme à une pote. Il l'avait trop eu en tête pour vouloir d'elle comme d'une amie. « J'avoue j'avoue, je voulais te faire comprendre ce que je voulais, mais bon tu devais le savoir depuis longtemps, mais comme t'ignorais je m'étais dit qu'en te le mettant à la télé tu ne pourrais plus faire comme si tu ne savais pas » Il évitait adroitement de placer des mots trop girly, de parler de sentiments ou de jsuis trop en luv de toi beybey. Mais elle comprendrait. « Une nuit magique comme celle là ? J'espère que tu me feras un vrai strip tease alors, vendredi, parce que cette fois là ... » Il sourit de toute ses dents, conscient que Lou prendrait la mouche. Elle s'était certes déshabillée devant lui, mais sans musique, sans déhancher langoureusement ses hanches et, en plus, il avait dû dézipper sa robe, perdant tout le plaisir de la regarder de loin, inaccessible. Alors si elle voulait une nuit magique, Andrew en voulait une aussi !

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: « Are you still mine ? » Lou & Andrew

Revenir en haut Aller en bas

« Are you still mine ? » Lou & Andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» La mine de Poitiers : Toujours fermé !
» [ALERTE] Mine d'or de Péronne assiégée
» exploration (pv Mine de charbon)
» Crise de la mine
» 03. [Immeuble Hemmens/Catalano] The girl is mine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-