Partagez|

everytime i close my eyes, it's like a dark paradise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise. Sam 11 Jan - 22:52

 
❝ everytime i close my eyes, it's like a dark paradise ❞

Depuis sa visite surprise à la morgue des Spencer pour parler à Elisabeth, elle n'y était pas retournée, mais cela lui avait fait penser que sa mère avait été allongée sur une de ces tables en fer froides et sinistres, son corps blême et gelé. Inerte dans une morgue. Cette pensée l’horrifiait, la rendait malade mais au moins, elle avait eu la chance que les Spencer s'occupent d'elle. Les Spencer... Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas parlé à Carl, même si elle avait eu un après-midi avec ses sœurs, lui, elle ne lui avait pas parlé, et leurs discussions compliquées, leurs après-midi comiques, leurs moments passés ensemble lui manquaient mais disons que depuis leur soirée intime en 2010, Joy avait eu du mal à le voir comme un simple ami alors qu'elle avait eu un "crush" sur lui, mais ils étaient restés proches jusqu'à ce qu'elle se mette avec Maxim et qu'elle se mette à l'éviter pour ne pas que des sentiments contradictoires l'envahissent.

De plus, voilà que les fêtes en famille s'étaient écoulées, sans sa mère et elle avait tout fait pour que sa famille tienne le coup une nouvelle fois, ça avait marché mais la douleur était toujours présente. Et avec cela, l'anniversaire de la mort de sa mère approchait et elle ne savait pas quoi faire, ni ou aller. Elle ne voulait pas pleurer devant son père ni son frère, elle ne voulait pas continuer à se reposer sur les épaules de Maxim, et Elisabeth et Mitchie, ses deux plus proches amies ne lui avaient pas pardonné, du moins pas encore. Et puis la quête pour redevenir l'ancienne Joy se passait mal, elle n'y arrivait tout simplement pas, et elle se fichait que les autres la voient comme une garce mangeuse d'hommes, après tout, elle l'avait été. Mais, là, elle ne savait pas où aller et ses pas l'avaient emmené à la morgue, drôle d'endroit pour se réconforter ou passer un moment seule.

Sauf qu'elle y était, et que rebroussait chemin ne servirait à rien, elle serait toujours au point de départ. Elle avait froid, elle se sentait inutile, oppressée. A vrai dire, elle n'était pas habillée chaudement, et elle était trop fatiguée pour rester à marcher vers un endroit inconnu ou même rentrer chez elle alors elle entra et chercha désespérément des yeux une personne connue mais elle se retrouva devant le dos de la personne qui lui manquait mais à qui elle ne voulait pas parler. Elle se retourna, et voulut partir mais fit tomber quelque chose.. La jeune King était dans de beaux draps ! Elle ramassa l'objet et se mordilla la lèvre avant de lâcher un « Désolée.. » d'une voix incertaine et faible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise. Dim 12 Jan - 21:47


Une soirée à la morgue comme les autres. Carl était allongé dans le divan du bureau de son père, les bras derrière la tête, et il fixait le plafond. Trop de choses trottaient dans sa tête, trop de choses n'allaient pas dans sa vie. On était à présent en 2014, et si Carl se faisait une rétrospective de l'année 2013, ce n'était pas glorieux, et il en arrivait à la conclusion que sa vie, c'était bien de la merde. Outre le fun du début d'année avec Renata et Gabrielle, la fin d'année avait été un peu catastrophique, surtout psychologiquement. Lors de l'ouragan, Carl s'était fait assommer par une brique et était tombé inconscient. Non seulement il s'était réveillé à l'hosto bien dans le pâté, mais en plus il avait rêvé que Naya était revenue. Que Naya, la Naya pour laquelle il s'était découvert des sentiments, avait réapparu mais l'avait oublié. Cauchemar, limite. Mais de retour à la réalité, Carl s'était vite aperçu que ce n'était pas vrai. Tous, il ne les avait pas crus. Il n'avait pas voulu accepter que la Freeman était toujours absente, quelque part, seule, peut-être morte. Disparue. A moitié drogué par la morphine, il était resté longtemps à l'hôpital, parce qu'il ne voulait pas revenir à la réalité. Il ne voulait pas accepter le fait que Naya n'était vraiment plus là, et qu'elle le serait peut-être plus jamais. Certes, c'était peut-être enfantin. Mais Carl s'en voulait. Il avait beau dire, Jesse avait raison, Carl aurait dû rester avec elle, il aurait du rester sur cette foutue terrasse à parler de la pluie et du beau temps.. Mais non, il l'avait laissée partir, et il n'était resté qu'une serviette ensanglantée et un portable brisé.

Carl ferma les yeux et respira profondément. Il se faisait du mal, à ressasser le passé. Quoi qu'il fasse, quoi qu'il pense, cela ne fera pas revenir Naya, il le savait. Mais il n'arrivait pas à l'oublier. Il rouvrit ses yeux fatigués, mais replaça ses bras de façon à ce qu'ils recouvrent ses yeux. Dans cette pièce silencieuse, dans ce bâtiment glauque, Carl ne pouvait s'empêcher d'être mélancolique. Faut croire que son attitude de badass fêtard et dragueur se met en pause dès qu'il traverse l'entrée de la morgue. En même temps, il était limite né ici -pas autant que Scarlett mais presque- et avait passé son enfance à jouer dans les coins et recoins du bâtiment. C'est là qu'il avait partagé du temps et des rires avec sa mère, son père, et ses soeurs, même si Scarlett semblait absente du tableau, toujours fourrée dans son journal intime, qu'elle n'avait d'ailleurs plus. Direct il pensa alors à Cameron, et soupira. Lui non plus il ne l'avait pas vu depuis un bail, et la dernière fois, ils s'étaient engueulés. Super. Il fallait qu'il trouve un moyen de le revoir, ainsi que tous les autres qu'il n'avait pas vu depuis longtemps, mais pour tout dire, il avait la flemme. Si les gens ne venait pas le voir, pourquoi lui irait ? Il allait très bien, menait sa petite vie d'étudiant pépère, travaillant la semaine et sortant le week-end. Carl ne voyait pas pourquoi s'encombrer de rencontres qui s'annonçaient désastreuses. Poussant un long soupir, il  se leva soudainement du canapé et décida d'aller faire un tour. Fallait qu'il arrête de penser à tout ça, il se faisait du mal pour rien. Fallait peut-être qu'il arrête de penser tout court.

En déambulant dans les couloirs de la morgue, ça n'aidait pas du tout Carl à oublier. Évidemment, c'était ici qu'il avait rencontré Gabrielle et cela remontait tout un tas de souvenirs. Et dire qu'il l'avait évitée depuis l'ouragan.. Il n'avait pas été capable de lui faire face, tout simplement parce qu'il n'arrivait pas à tourner la page Naya. Spencer remarqua alors qu'il vivait un peu à la tout ou rien. Soit il ne ressentait rien, soit il ressentait les choses trop fortement et ça le rendait fou. Mais cette remarque en souleva une autre et il se mit à penser à .. Non, il ne fallait pas qu'il y pense. Carl ne l'avait pas vue depuis trois ans, et de toute façon son couple ne semblait pas se finir de sitôt. Mais cela réussit à lui faire décrocher un sourire, en se rappelant des bons moments passés ensemble. Dommage que l'histoire ait bien vite été oubliée. Depuis, même Carl l'avait oubliée. Il ne l'avait même pas vue, en trois ans, c'était pour dire. Pourtant, Magnolia n'était pas si grand, mais faut croire qu'ils ne fréquentaient plus les mêmes endroits, surtout depuis qu'il avait entendu qu'elle avait décidé de changer de comportement. Pour lui, cela semblait impossible, de renouer avec tout le monde. Surtout après un traumatisme comme celui qu'elle avait vécu. Enfin, comme il ne l'avait pas vue depuis, il ne pouvait pas être témoin de ce changement.

Mais il ne croyait pas si bien dire. Un bruit derrière lui le fit sursauter, et il se retourna vivement afin de scruter la pénombre. Il crut discerner une forme féminine, mais ne distingua pas le personnage avant qu'elle prenne la parole. Carl fronça les sourcils. « Joy ? » Quand la jeune fille se retourna, il vit que c'était bien elle, et il fut soufflé devant tant de changement. Mais où était passée la Joy ténébreuse de 2010 ? Il resta un moment sans voix, avant de reprendre la parole d'une voix presque chuchotante. « Wow, je .. t'as changé. » Vraiment, il ne voyait pas quoi dire d'autre. Elle avait grandi, évidemment, mais elle avait aussi mûri et quelque chose lui donna la chair de poule. Peut-être la fraîcheur du couloir. « Qu'est-ce que tu fous là ? » lui demanda-t-il finalement. Car en effet, c'était une bonne question.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise. Sam 18 Jan - 23:01

 
❝ everytime i close my eyes, it's like a dark paradise ❞

Son prénom résonna dans la salle entière alors que quelques secondes auparavant, le silence régnait malgré l'écho qu'avait produit Joy en faisant tomber un objet au sol, objet qui était à présent à nouveau à sa place initiale. Il l'avait vite reconnu dans le noir et de dos alors qu'il s'était écoulé trois années pendant lesquelles, ils ne s'étaient plus vus, ni parlés. Elle n'avait rien fait pour changer cela, lui non plus à vrai dire. Mais à présent ils étaient confrontés à se parler, elle se retourna donc vers lui. Il avait... Changé, physiquement en tout cas, peut-être que son caractère était toujours le même. Cependant, elle ne savait pas quoi dire ni quoi faire. S'enfuir ? Lui parler ?

De toute façon, c'était trop tard, il venait de reprendre la parole pour lui dire qu'elle avait changé elle-aussi, elle haussa un sourcil et le regarda de haut en bas. « C'est un compliment ? Non parce qu'avec toi, on sait jamais.. » Elle ne voulait pas être méchante mais disons que Carl pouvait être très orgueilleux, son apparence comptait beaucoup pour lui mais c'était une des choses qui faisaient son charme. Elle resta là, debout devant lui à essayer de déchiffrer ce à quoi il pensait. Elle fut vite stoppée à cause de la question posée par le jeune Spencer. « Ce que je fais là ? En tout cas je ne pensais pas te trouver ici, et puis en quoi ça te regarde ? J'aurai pu aller voir une de tes sœurs, ou même ta mère. »

Offensante ? Méchante ? Déplacée ? A vrai dire, cela faisait tellement longtemps qu'ils ne s'étaient pas vus qu'elle en oubliait comment rester gentille avec lui, surtout avec lui.. Et puis, elle était avec Maxim maintenant et penser à quelqu'un d'autre qu'à son petit-ami n'était pas approprié même pour une fille comme la cadette des King et surtout que Carl et Maxim étaient meilleurs amis, chose qui compliquait encore plus la chose. « Sinon, qu'est-ce que tu fais toi ici ? Tu n'es pas avec une de tes nouvelles conquêtes comme d'habitude ? » Elle s'adossa au bureau derrière elle avant de s'y asseoir et de lui sourire hypocritement, si ils devaient parler pendant longtemps, il fallait au moins qu'elle soit à son aise. La jolie brune se mit à faire balancer ses pieds tout en les regardant, elle ne savait pas quoi faire d'autre pour ne pas le regarder dans les yeux et être déstabilisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise. Dim 19 Jan - 15:46


Le silence qui régnait dans le couloir de la morgue était un silence de mort (et c'était le cas de le dire). L'écho qu'avait fait l'objet en tombant sur le sol s'estompa lentement, et ce fut Carl qui brisa à nouveau le silence, avec un prénom. Joy. Il ne s'attendait pas à la voir ici. Il s'attendait d'ailleurs à ne voir personne, mais entre toutes les personnes qui auraient pu s'y trouver, Joy n'était pas sur la liste. Depuis trois ans, il ne s'étaient pas vus, ils ne s'étaient pas parlés, il s'étaient oubliés. Ils avaient chacun fait leur vie, oubliant le passé. Et pile quand il venait à y repenser, la voilà qui apparaissait devant lui, plus belle que jamais. Les deux adolescents se connaissaient depuis leur naissance, littéralement. Les King et les Spencer se connaissaient depuis longue date et l'étudiant n'avait pas un souvenir d'enfance sans elle. Au contraire de Julian, qui ne traînait pas avec le Spencer, et encore moins aujourd'hui, Joy avait le même âge que Carl, et ils furent enclins à devenir amis très tôt. Souvent lors des dîners chez l'un, ou chez l'autre. Peut-être que c'était le premier amour de Carl, si on peut parler de sentiments. Mais vous savez, quand on est petit, on prend un peu tout pour de l'amour, et on aime tout le monde. Alors Carl, qui aimait papa, maman, Cameron, pourquoi ne pouvait-il pas aimer Joy ? Il ne savait pas encore ce qu'était que l'amour, et dieu sait s'il ne le sait toujours pas, donc pour Carl, c'était une amie, une amie proche. Et même s'il ressentait quelque chose d'étrange quand il était près d'elle, il n'avait jamais rien tenté. Parce que ce n'était pas naturel, ça aurait brisé leur .. alchimie, en quelque sorte. Ils se ressemblaient tellement qu'ils ne pouvaient être qu'amis. Et puis Carl avait fini par sortir avec Julia, et Emily et au fil du temps ils avaient grandi, sans qu'il ne se passe jamais rien. Ils continuaient de se voir, de s'amuser, de rigoler et faire la fête, jusqu'au jour où tout bascula. Après la mort d'Alicia, Joy était dans un état de dépression intense, Maxim étant loin et son frère ne pouvant rien pour elle. Elle traversa vraiment une mauvaise passe. Le Spencer essayait de l'aider, mais il avait lui-même la tête ailleurs, lui aussi traversant cette passe d'adolescent fêtard et dragueur, certes moins grave, mais tout aussi violente. Alcool, drogues et coucheries, Joy et Carl n'y allaient pas de main morte. Et un jour, ils se retrouvèrent à boire ensemble, à fumer ensemble, à coucher ensemble. Une fois. Et depuis, plus rien n'était pareil. Le lendemain avait été étrange, comme s'il étaient sortis d'un rêve, d'un cauchemar. Ils s'étaient regardés, s'étaient rhabillés sans un mot, et chacun avait repris le chemin de chez lui, avec cette sensation étrange d'avoir brisé quelque chose. 

Face à Joy aujourd'hui, c'était donc bien étrange. Pour l'un autant que pour l'autre sûrement. Mais ils avaient grandi, ils avait mûri, et la petite vie de chacun c'était faite sans l'autre. Les seuls mots qui purent traverser ses lèvres furent ceux pour lui dire qu'elle avait changé. Ah bah bravo Spencer, quelle évidence. Elle eut pour seule réponse une autre question, qui en vérité n'étonna pas Carl, qui sourit. Elle n'avait pas tant changé que ça, toujours autant sur la défensive que lui. Il se contenta de lui sourire, puis lui demanda ce qu'elle faisait là, sur un de ses tons habituels qu'il ne voulut pas méchant. Il était juste.. vraiment étonné de la trouver là. Cette fois, la réponse de Joy le cloua sur place. Etait-elle réellement devenue mauvaise ? N'avait-elle pas pu surmonter la mort de sa mère, et était-elle devenue insensible à tout ce qui l'entourait ? Carl eut un accès de frayeur. Si Joy était devenue comme ça, c'était bien la fin de haricots. Carl la scruta pendant un moment, sourcils froncés, avant de répondre. « J'suis presque né ici j'te rappelle. Et t'es pas la dernière à savoir que c'est l'un de mes lieux de refuge. » Leur conversation se déroulait sur un ton froid, presque sec. Mais comment auraient-il pu se parler autrement ? « Tu parles encore à Scar et Eli ? » lui demanda-t-il alors. C'était peut-être un reproche, ou de la jalousie. Si elle avait vu ses soeurs, c'était bien qu'elle l'avait ignoré. Et l'orgueil de Carl en prit un coup. Mine de rien, il tenait beaucoup à la King. Et sans même le savoir, peut-être qu'il ressentait quelque chose pour elle, peut-être que ces sentiments amoureux d'enfant n'avaient pas totalement disparu. Sinon comment expliquer ce qu'il avait ressenti en la voyant de nouveau ? Mais immédiatement, le coeur de Carl pencha vers Naya, et il eut un pincement qui lui démontra qu'il n'y en avait qu'une seule pour lui, et que cette personne n'était plus là.

Finalement, la jeune fille s'installa sur la table qui se trouvait là, et battit des pieds, mains posées en arrière, avant de poser une nouvelle question à son ex-ami. Encore une fois, une question moqueuse. Décidément, ils n'étaient vraiment pas différents. Et même si Carl était encore un peu en état de choc, cela lui faisait plaisir qu'elle s'assoit. Au moins, c'était un signe qu'elle était encline à discuter. Et peut-être, peut-être, qu'ils pourraient enfin parler de cette fameuse soirée. « Si, elle est dans le placard, j'attends juste que tu partes. » répondit-il alors sur le même ton, en espérant qu'elle se rappelle du caractère sarcastique du Spencer. Il sourit alors et soupira légèrement, en s'adossant au mur. « Et Maxim ? » demanda-t-il alors simplement. Très bon ami de Maxim, Carl avait appris son couple avec Joy, et par la même occasion il avait appris qu'ils vivaient une idylle, un amour fleur bleue, avec des pâquerettes, des arc-en-ciels et des chocolats. Bref, pas difficile de deviner que cela avait semblé à Carl assez débile. Non pas parce que c'était Maxim et Joy, mais parce que les amourettes parfaites, il n'y croyait pas, et ne les supportait pas. La preuve, dès que son couple avec Gabrielle avait commencé à se stabiliser, il avait trouvé ça morne, inutile, ennuyeux. Pour lui, il fallait de l'action, de la passion, de l'aventure presque. Sinon, à quoi servait la jeunesse ? Carl était donc étonné de ne pas la voir en compagnie de son petit-ami, qui la suivait comme son ombre.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise. Dim 19 Jan - 19:26

 
❝ everytime i close my eyes, it's like a dark paradise ❞

Ce lieu était effrayant, et glauque, surtout la nuit et bien sûr, pour rendre cette soirée encore plus bizarre, il fallait qu'elle tombe nez à nez avec LA personne à qui elle ne voulait pas parler, celle qu'elle voulait fuir et qu'elle évitait depuis déjà trois ans, une longue période où aucun des deux n'avaient osé appeler l'autre, envoyer un sms, sonner à la porte et se présenter avec un grand sourire en disant « tu m'as manqué », mais ça n'était jamais arrivé. Le seul moyen pour qu'ils puissent à nouveau se voir était qu'ils se croisent pas erreur et que Joy, maladroite comme elle est, fasse tomber un objet au sol dans un grand fracas alors que Carl était confortablement installé sur un canapé entouré de morts. Ils se connaissaient depuis qu'ils étaient nés, enfants ils jouaient ensemble ayant un caractère similaire, voire même identique, ils étaient toujours fourrés ensemble avec Elisabeth. Carl n'était pas très proche de Julian, et Joy de Scarlett, cela équilibrait les choses mais il n'y avait pas une seule année sans qu'ils ne fassent des sorties ensemble, qu'ils programment des vacances, les jours à la mer étaient même les préférés de la King qui adorait sentir le sable mouillé sous ses pieds, et qui aimait enterré le brun dans le sable. C'était le bon vieux temps, tout comme leurs beuveries, leurs conneries qu'ils n'hésitaient pas à faire, et les drogues qu'ils prenaient. Ils faisaient les 400 coups ensemble, comme si elle était un garçon, ils étaient proches sans être plus que cela, du moins ils n'avaient jamais été plus que des câlins, des baisers sur la joue ou sur le front, ce que font des frères et sœurs, ce qu'ils faisaient car oui, avant on aurait pu les confondre avec une sœur et un frère fusionnels, chose qui faisait bien rire Joy mais ils n'étaient qu'amis, c'était ce que se disait la brune chaque fois que des sentiments apparaissaient pour lui, elle secouait la tête et pensait très fort à autre chose. A l'époque de sa dépression, elle avait eu un pincement au cœur à chaque rapprochement de Carl, jusqu'à même aller l'embrasser après avoir trop bu, ou peut-être était-elle toujours sobre ? En tout cas, le lendemain, ils avaient fait comme si rien ne s'était passé, et s'étaient éloignés progressivement pour ensuite s'oublier.

Aujourd'hui, face à face, l'amertume qu'elle avait gardé ressortait légèrement. Elle était coupable elle-aussi d'avoir brisé leur amitié, mais lui-aussi, ils étaient fautifs tous les deux et pourtant, elle n'avait pas l'impression de se retrouver devant un inconnu, c'est comme si les bonnes vieilles habitudes revenaient en plus du ton froid qu'ils employaient. Était-elle jalouse de savoir qu'il avait été aussi bien entouré de filles toutes ces années ? Sûrement, mais elle n'avait pas le droit. Après tout, elle était avec Maxim, ce qu'elle se répétait à chaque fois qu'une pensée tournait vers le jeune Spencer, et ils étaient en froid, c'était comme penser à un fantôme, c'était absurde et illogique. « Tu sais, on change, tu aurais donc pu trouver un autre lieu de refuge qu'un endroit envahi par les morts en décompositions. J'avais toujours trouvé ça bizarre mais mignon chez toi. » Elle passa une main dans ses cheveux, elle n'était pas nerveuse, mais le fait de se retrouver à nouveau seule en face de lui la nuit, n'était pas très rassurant non plus. « Quoi, ça te surprends tant que ça ? Je te rappelle que Scar' est ma cousine par alliance et que j'ai toujours été autant proche de Lizzie que de toi. Serais-tu jaloux, Spencer ? » Se moquait-elle de lui ? Sûrement mais si il était réellement jaloux qu'elle reparle avec ses sœurs, intérieurement, cela rendrait heureuse Joy de savoir qu'il tenait encore un peu à elle pour vouloir retrouver leur amitié d'avant, une amitié si chère pour elle. Mais comment faire ? Ils avaient tout brisé en couchant ensemble, c'était... Bizarre maintenant entre eux, dès qu'ils s'étaient vus, ils ne s'étaient sautés dans les bras mais avaient réagi de manière froide et c'était pitoyable et assez normal venant de deux personnes comme eux, orgueilleuses. La colère de Joy dépassait largement son orgueil, voilà un point qu'elle n'avait pas en commun avec lui, il n'était pas si en colère qu'elle et pas si pitoyable qu'elle l'était.

Installée sur la table, s'amusant avec ses pieds, elle osa enfin remonter ses yeux bleus ciels vers ceux de son interlocuteur. Elle était alors apte à parler, elle perdrait quoi en plus ? Quelques minutes de son temps ? Ce n'était rien pour elle et puis cela pouvait être riche en émotions ce petit tête à tête. « Classe, maintenant tu te tapes des filles à la morgue ? C'est très romantique, dis-donc. » Elle lui sourit hypocritement, elle se doutait qu'il n'y avait aucune fille dans le placard mais elle entrait dans son petit jeu, cela pouvait être amusant à voir. « Si tu veux je peux partir, je suis sûre que tu as hâte de continuer vos ébats et je préfère pas rester là pour voir ça. » Dit-elle d'un ton très sarcastique, autant que lui. Elle garda ses mains en replis derrière son dos, et cessa son battement de pieds. Elle le fixa, un sourire à la commissure des lèvres avant qu'il ne casse tout en ramenant sur le tapis Maxim. Que croyait-il ? Ils étaient amoureux, pas collés l'un à l'autre 24 heures sur 24, et heureusement, sinon elle ne pourrait plus respirer, déjà que tout le monde croyait qu'elle était devenue douce et docile depuis qu'elle sortait avec lui, fallait maintenant qu'on pense qu'elle le collait comme un chien colle son maître. « Quoi Maxim ? J'étais avec lui y a même pas deux heures, je peux aussi passer des moments seule. » Son sourire s'adoucit légèrement, leurs discutions lui avait manqué mais devenir mélancolique ou même rêveuse de leur ancienne amitié était comme redevenir pendant un instant la Joy douce mais légèrement fêtarde, elle voulait rester telle qu'elle était, et redevenir comme avant lui était impossible, surtout qu'ils s'étaient retrouvés dans cette situation à cause de son changement de caractère, un gros changement qui avait plu à Carl mais pas à sa famille, ni à Maxim d'ailleurs qui devait être en train de traîner avec Natalie, ou des potes à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise. Dim 19 Jan - 21:19


Ouais, c'était bizarre. Mais c'était aussi apaisant. Apaisant de voir qu'elle allait bien, qu'elle n'avait pas changé, et qu'elle lui adressait toujours la parole, surtout. Carl ne savait pas ce que Joy avait entendu de lui pendant trois ans. Qu'est-ce que Scarlett ou Elisabeth avaient pu lui dire sur lui ? Peut-être, et sûrement rien, sauf si la King leur avait demandé. Et que dire, sinon que leur frère avait couché à droite à gauche et avait continué dans sa lancée de badass fêtard ? Joy devait penser qu'elle n'était rien d'autre pour lui qu'un autre fille de plus à afficher sur sa liste. Mais de un, Carl n'avait pas de liste, et de deux, même s'il en avait une, Joy ne serait pas dessus. Parce que ce qui s'était passé n'était pas prévu. Ce qui s'était passé, Carl aurait bien voulu que cela ne se passe pas. Mais cela avait bien eu lieu, et Carl ne pouvait pas ignorer ce qu'il avait ressenti. Rien. Il n'avait rien ressenti, si ce n'est la gêne d'une situation maladroite. Et maintenant ? Il avait l'impression de ressentir tout le contraire. Pour une fois, et peut-être la seule fois de sa vie, il avait envie de se confondre en excuses, de lui montrer qu'il n'avait pas profité d'elle, qu'il voulait que tout redevienne comme avant.

Carl esquissa un sourire mais ne répondit pas à la question de Joy tout de suite. Il baissa les yeux, passa une main dans ses cheveux puis finit par répondre, deux minutes plus tard. « Peut-être. » Puis il remonta son regard sur la brune. « T'avais pas envie de me voir quoi. » Cette fois son regard se fit vague et il fixa un bout du mur en face de lui. « Enfin, en même temps.. » Et il soupira en se raclant la gorge et en se pinçant les lèvres. Il ne savait pas trop ce qu'elle pensait de leur passé, et avait peur qu'elle lui en veuille. Son sourire narquois réapparut cependant quand Joy lui parla de son soi-disant romantisme. « Ouais t'as vu, c'est mon petit côté mystérieux et unique. C'est ce qui fait mon charme, que veux-tu ! » Et il rit légèrement. « Oh, tu peux rester, c'est peut-être plus intéressant à trois. » Il était soulagé de voir qu'elle gardait son humour et qu'elle comprenait le sien. C'était peut-être des âmes soeurs, au fond. Carl n'en était pas encore à deviner ce qu'elle pensait, mais s'ils revenaient en bon terme, ce serait chose à faire. Ou tout du moins essayer (a).

Cependant, et fallait bien qu'il le fasse, le Spencer évoqua Maxim. Tout de suite, Joy changea d'expression, et Carl s'en mordit les doigts. Toucher le sujet sensible, c'était peut-être pas la meilleure de choses à faire tout de suite. Mais comment aurait-il pu le savoir ? Il avait entendu que le couple allait bien, alors pourquoi prenait-elle la mouche ? « Ok, ok. » fit-il simplement. Et un silence s'installa, encore plus angoissant que celui que procurait la morgue en elle-même. Ce fut l'étudiant qui le brisa. « J'suis désolé Joy. » Carl évitait son regard et se contentait de fixer tantôt le sol, tantôt les meubles autour de lui. « J'suis désolé si je t'ai fait du mal. Je n'avais pas prévu pour que ça arrive, mais.. » Les mots lui étaient difficiles, surtout ceux-ci. « Je sais pas à quoi je pensais. J'suis con d'avoir tout foutu en l'air putain. Je m'en suis vraiment voulu, même si je n'étais qu'à moitié coupable.. Tu dois croire que j'ai profité de ta faiblesse, mais c'est on ne peut plus faux. Je tenais... je tiens à toi Joy, et peut-être que c'est plus que de l'amitié, je sais pas. » Il soupira. « Mais voilà, je tenais à te dire que vraiment, je n'ai pas voulu te faire du mal. » Et le silence retomba, lourd, pesant, comme une tombe. Carl espérait que maintenant, Joy avait son mot à dire et n'allait pas fuir pour éviter la conversation. Il leva les yeux et plongea son regard dans celui de la King, un regard couleur azur dans lequel tout paraissait possible. L'infini.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise. Sam 25 Jan - 13:27

 

C'était bizarre, ils se voyaient de nouveau et au lieu de se cracher au visage tout ce qu'ils avaient sur le cœur, tout ce qui leur trottait dans la tête depuis trois ans ils s'amusaient à se moquer de l'autre, comme avant et malgré leur discussion plutôt normale pour les deux protagonistes, les deux anciens amis d'enfance, une tension restait tout de même palpable entre les deux, ils avaient toujours peur de sortir quelque chose qui mettrait mal à l'aise l'un comme l'autre ou qui énerverait la personne en face. Elle avait peur d'avouer ce qu'elle avait ressenti pour lui, elle avait peur de lui reprocher des choses dont il n'était même pas coupable juste parce que cela pourrait apaiser sa conscience, après tout, tout était de sa faute : c'était elle qui avait fait le premier pas, c'était elle qui avait eu des sentiments naissants pour lui à cette époque, c'était elle qui s'était éloignée avec la peur de tellement s’attacher qu'elle en aurait le cœur brisé par la suite.. Et puis, elle savait que pour lui, les filles qui passaient dans son lit ne comptaient pas, même si elle avait été proche de lui auparavant, ça ne changeait pas la donne, ils avaient couché ensemble, brisé leur amitié et maintenant ils se retrouvaient à parler du beau temps, du moins à parler de filles dans un placard, de Maxim et de jalousie dans un lieu qui n'était pas apte à recevoir des discussions aussi peu poussées que celles-ci.

Elle toucha son bracelet, s'amusa quelques minutes avec tout en reprenant un air malicieux voire amusé de la situation dans laquelle ils se trouvaient tous les deux, ils se cherchaient autant par les paroles dites que par les regards brièvement échangés. Puis alors qu'elle allait ouvrir ses lèvres pour sortir de sa bouche d'autres paroles provocantes, lui, lui avoua qu'il était peut-être jaloux et elle se mit à rire, légèrement, mais assez pour toucher la fierté de l'étudiant en médecine. « Toi ? Jaloux ? Laisses-moi rire ! » C'était méchant, mais Joy avait appris à s'éloigner des personnes qui s'attachaient à elle tôt ou tard, pour se protéger, pour les protéger. Avoir le cœur brisé une fois était déjà éprouvant, l'avoir une deuxième fois serait un miracle si elle arrivait à remonter la pente comme la première fois. Puis elle cessa de rire et son visage devint dur. Elle n'avait pas envie de le voir ? Avant qu'elle ne sorte avec Maxim, elle en mourrait d'envie mais elle ne pouvait pas, c'était comme avouer qu'elle avait besoin de lui et elle détestait cette idée, elle détestait avoir besoin de quelqu'un, pour elle c'était se montrer faible. « En même temps quoi ? » Et en un raclement de gorge tout redevint normal, comme si ils n'avaient jamais parlé de choses blessantes, voire énervantes. Elle lâcha un autre rire, et son sourire réapparut. C'était fou comme elle pouvait être lunatique par moments. « Je dirai plutôt que c'est ton corps qui fait ton charme, mais bon. » Elle lui tira la langue comme elle avait l'habitude de faire, avant, avant de grandir et de comprendre que la vie était plus compliquée que de faire un château de sable.. « C'est très tentant mais je vais devoir refuser le plan à trois. » On pouvait dire que cette soirée serait riche en surprises, et en discussion changeantes, ils pouvaient faire d'une pièce pleine de tensions, un endroit de rire et de blagues, ils étaient sur la même longueur d'ondes, faits pour s'entendre...


Elle fit à nouveau balancer ses pieds une dernière fois avant de les poser à terre pour marcher dans la pièce, s'amuser à regarder les objets, prendre connaissance des nouveautés présentes dans la pièce alors qu'ils parlaient de Maxim, sujet sensible pour la demoiselle qui préférait éviter de parler des doutes qu'elle ressentait quand elle se retrouvait dans la même pièce que le jeune Spencer. Malgré le silence qui s'installa aucun des deux ne voulu le briser, pas même la future journaliste qui avait des choses à sortir de sa bouche, mais peut-être qu'aujourd'hui n'était pas le moment propice pour déblatérer tout ce qu'elle ressentait à ce moment précis et alors qu'elle se disait qu'il vaudrait mieux partir, ne pas rendre les choses plus compliquées qu'elles ne l'étaient déjà, Carl brisa le silence pour sortir des mots qui surprirent la jeune fille. Soudain, elle se retourna vers lui alors qu'elle était en train de fixer une photo des Spencer pour le regarder lui, lui qui n'osait même pas lever les yeux vers elle. Pourquoi en ce moment tout le monde avait décidé de s'excuser ? D'abord Julian devant la tombe de leur mère puis maintenant Carl dans une morgue.. Étrangement, c'était toujours dans des lieux entourés de morts.. Avant même qu'elle ne puisse sortir une réponse, il continua sur sa lancée et elle, elle ne cessait pas de le fixer, un mince espoir à l'horizon, qui ne devrait même pas être là. Il n'avait pas pensé que cela arriverait ? Aïe. C'était horrible de dire ça, c'était comme dire qu'il n'avait jamais trouvé Joy assez attirante pour vouloir la mettre dans son lit ou assez proche de lui pour éprouver plus que de l'amitié.. Et ça lui faisait mal d'entendre ça. « Mais quoi ? » Demanda-t-elle d'une voix qui se voulait froide. Puis les mots sortirent, des mots qui déstabilisèrent la brune. Elle ne savait pas quoi dire, ni quoi faire. Fuir serait envisageable mais peu courageux, mais affronter ce problème serait un risque, celui de perdre définitivement Carl. Elle soupira, se tût pendant quelques minutes avant de poser le cadre photo et d'avancer vers lui, juste deux trois pas, pas plus, pas moins. « Oui, t'es con, t'es con car tu penses que c'est toi qui a voulu que tout ceci se passe mais c'est moi, c'est moi qui suis conne car c'est moi qui t'ai embrassé, j'en avais envie, parce qu'à cette époque j'étais capricieuse, je voulais tout, absolument tout, y compris toi, et toi, toi qui ne m'as pas parlé pendant trois ans, toi qui drague toutes les filles potables que tu vois, tu me dis que tu tiens à moi ? Que tu sais même pas ce que tu ressens pour moi ? Mais regardes-toi dans un miroir, tu n'aimes que toi, Carl ! Joues pas avec les autres et puis t'es débile ou quoi ? J'suis avec un de tes meilleurs amis.. ! On ne dit pas des choses comme ça à la légère.. Tu penses au moins à ce que je ressens ? A ce que je ressentais pour toi il y a trois ans ?! » C'était sorti, des paroles dures, des paroles qu'elle rêvait de sortir mais il n'avait pas le droit de mettre le doute dans sa vie, elle aimait Maxim et voilà qu'un mec terriblement sexy et qui la rendait folle se mit à sortir des paroles qui pourraient tout changer, qui disait tout d'un coup qu'il tenait à elle tellement qu'il ne savait même pas si c'était de l'amitié ou pas, et il voulait qu'elle réagisse bien maintenant ? Quelle connerie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise. Dim 26 Jan - 22:53


Carl haussa les épaules avec un petit sourire, lorsque Joy se moqua de sa jalousie. Bien sûr, elle avait raison.. pour le Carl de 2010. Depuis, le Spencer était devenu plus sensible, plus attentif à ce qu'il se passait autour de lui, plus conscient de ce qui l'entourait. Surtout cette année. Carl entamait sa dernière année de médecine, et se rendait compte que bientôt il devrait choisir sa voie, devenir professionnel, et ça, ça lui semblait tellement impossible qu'il reculait l'échéance. Mais il fallait aussi qu'il se rende à l'évidence, s'il restait le Carl de 2010, il n'arriverait à rien dans la vie. Et malgré ce qu'on pouvait dire, le fils Spencer était intelligent et même si c'était avec un peu de retard, il voyait que sa vie d'adolescent ne le mènerait nulle part. Oh ce n'est pas pour autant qu'il allait arrêter de boire, de fumer, et de faire la fête, mais disons qu'il fallait qu'il modère tout ça. Et Joy ne pouvait évidemment pas connaître ce changement. C'est pourquoi il ne dit rien. Il valait mieux que la Kingette s'en rende compte par elle-même.

Après deux-trois taquineries, les choses devinrent sérieuses, puisque Carl aborda Maxim, puis finalement décida de vider son sac. Et il avait beau se sentir plus léger, quelque chose retenait ce poids dans sa poitrine, quelque chose lui serrait le cœur, une angoisse à laquelle il ne pouvait donner aucune réponse.  Pour une fois, il s'excusait. Pour une fois, il acceptait de dire qu'il avait eu tort. Pour une fois, il se sentait impuissant. Joy réveillait en lui quelque chose qu'il avait cru perdu, ou quelque chose de nouveau, dans tout les cas quelque chose qu'il ne comprenait pas. Impossible de mettre le doigt dessus. En même temps, Carl avait beaucoup trop de choses en tête. La disparition de Naya pesait encore comme un fardeau, et ne plus voir Cameron lui filait le bourdon. Trop de choses n'allaient pas dans sa vie et du coup il était instable autant physiquement qu'émotionnellement. Quelque chose changeait, et ça le faisait flipper. Du coup ça lui arrivait de péter des câbles ou de décider de dire ce qu'il ressentait, comme ça, sans faire gaffe aux conséquences. Ce que ça faisait aux autres il s'en foutait un peu, tant que lui pouvait aller mieux. Et là, tandis qu'il regardait tout autour de lui sauf la jeune fille en question, le Spencer ne pensait pas à ce qu'elle pouvait ressentir. Oui il ne pensait qu'à lui, mais ça, c'était pas nouveau. Il partait du principe qu'elle devait déjà s'estimer heureuse que Carl lui avoue ce qu'il avait sur le cœur. Sauf que ce à quoi Carl n'avait pas pensé, c'est qu'il parlait à Joy. Joy, la copine de Maxim, Joy, son ancienne amie d'enfance, Joy, la fille qui lui ressemblait le plus au monde. Et que Joy ne prit pas les paroles de Carl avec un sourire ni avec de la compassion ou toute autre forme de pathos.

Non, la King, fronça les sourcils et répondit fermement à Carlito, qui la regarda finalement, étonné. Il l'écoutait parler et à son tour fronçait les sourcils, prêt à répondre avec la même vigueur. Mais lorsque le silence s'installa, il eut la flemme de rétorquer. Il avait eu une dure journée et il était pas prêt à s'engueuler avec Joy, qu'il venait tout juste de revoir. Carl soupira alors et s'adossa contre le mur derrière lui, décidant de lui répondre mais sans hausser la voix plus que nécessaire. « Donc t'es en train de me dire que tu m'aimais là ? C'est une blague ? Et je t'ai pas parlé pendant trois ans, mais on est deux dans une relation je te signale, et t'as pas fait d'efforts pour venir me parler non plus, même si tu squattais la maison avec mes sœurs, donc s'te plaît. Si on joue au jeu du plus con, pas sûr de savoir qui serait le gagnant. » Il marqua une pause. « Je ne te crois pas en fait. Pourquoi soudainement maintenant j'apprends que t'avais des sentiments pour moi ? On a passé tellement de temps ensemble Joy, comment j'ai pu passer à côté de ça ! » Carl s'était levé et avait haussé la voix, faisant les cent pas dans la pièce, essayant de réfléchir. Il ne comprenait pas ce qu'elle lui disait, ou plutôt il comprenait que trop bien. Et il s'en voulait de ne pas l'avoir remarqué. Parce que si c'était vrai, c'était que les conséquences avaient été plus graves que ce qu'il avait pensé. Elle le disait elle-même, elle avait été au courant de toutes les filles que Carl avait mis dans son lit. Bien sûr qu'elle ne pouvait que penser qu'elle n'en était qu'une de plus. Savoir qu'elle avait eu des sentiments pour lui le rendait fou. Si elle lui avait dit, les choses seraient sûrement différentes, et peut-être qu'elle ne serait pas avec Maxim aujourd'hui.. « Putain. » jura-t-il dans sa barbe. Puis il s'arrêta de marcher et fixa Joy, d'un air de dégoût. « Tu crois vraiment que je n'aime que moi ? Après tous les moments qu'on a passé ensemble, tu crois que je n'aime que moi ? C'est alors que tu me connais pas. Je reconnais avoir un orgueil mal placé, mais cela ne veut en aucun cas dire que je n'ai pas de sentiments pour les autres. Comment j'en ai marre que tu le monde me voie comme ça ! » s'écria-t-il en faisant de grands gestes. « Tout simplement parce que je vis pas comme tout le monde, que je sors, que je bois, que je couche à droite à gauche, ça voudrait dire que j'ai pas de cœur ? Et jamais personne ne se demande pourquoi je le fais hein ? Je n'aime que moi, mais jusqu'ici, rare sont les personnes qui ont vraiment tenu à moi au point de me demander comment ça allait. Et te voir me parler comme ça ce soir Joy, alors que je t'avouais que je tenais à toi, et bah ça me dégoûte, ça rend malade. Parce qu'au fond tu sais que t'es pareil que moi mais que depuis trois ans t'es plus la même, depuis que t'es dans ton joli petit couple, tu t'es détruite toute seule à vouloir devenir normale. Voilà pourquoi je m'isole, voilà pourquoi j'ai un caractère de merde. J'en ai marre que les autres me disent ce qu'il faut que je fasse. » Bim. Envoyé. Peut-être les plus longues paroles de Carl depuis ces derniers mois. Parler faisait du bien finalement. Toujours, il avait gardé ce qu'il pensait pour lui, ou lançait des remarques cyniques aux autres, sans que vraiment ça lui apporte du réconfort. C'était juste marrant quoi, mais ça ne durait qu'un temps. Et en l'espace d'une seconde il avait vu une file des gens prêts à lui coller des baffes. Et tellement que finalement, c'était trop tard pour faire marche arrière, alors pourquoi pas continuer. Et le voilà maintenant, qui finissait par rembarrer Joy alors qu'il s'était dit de ne pas le faire. Trop cool les retrouvailles.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise. Sam 8 Fév - 17:47

 

Joy King, cette brune emmerdeuse, fêtarde et torturée était venue dans la morgue des Spencer dans l'espoir d'oublier ses problèmes en se remémorant ses souvenirs dans cet endroit peu rassurant et au lieu de cela, elle était tombée sur lui et venait de causer plus de dégâts dans sa vie personnelle qu'elle n'en avait déjà. Elle s'était moquée de lui, mais depuis trois ans les rumeurs ne cessaient de grandir sur Carl Spencer et ses nombreuses conquêtes... La brunette ne savait pas ce qu'elle ressentait pour lui, c'était à la fois bizarre et complexe. Il lui manquait sans vraiment lui manquer, elle pensait à lui, avait envie de le voir, d'être avec lui sans pour autant courir dans ses bras, elle avait son cœur qui battait vite quelques fois en sa présence, mais sans pour autant être amoureuse de lui, elle ne savait pas ce qui clochait chez elle.. Elle avait un petit-ami formidable qu'elle aimait énormément mais ne cessait de penser à un autre... Elle avait l'impression de le trahir, de trahir Maxim rien qu'en étant en face du futur médecin, elle se sentait honteuse quand elle pensait qu'il était sexy même avec ses yeux fatigués et un sourire au coin de ses lèvres...


Et malgré le début prometteur de leurs retrouvailles, il fallait bien que cela dégénère à un moment ou à un autre, cela commença par Carl et son irrésistible envie de parler de Maxim, puis de son autre envie soudaine de tout balancer à Joy sur ses sentiments qu'il ne savait pas si il avait pour elle, de ce qu'il s'était passé il y a trois ans lorsqu'ils avaient trop bus ou d'un bon nombre d'autres choses.. Elle s'était énervée à tel point qu'elle n'avait pas pu résister à l'envie de lui cracher au visage des horreurs, dont une qu'elle regretta plus que les autres. Elle venait de lui avouer qu'à l'époque, elle avait eu des sentiments pour lui et qu'entendre les mots qu'il venait d'employer sortir de sa bouche lui faisait mal, pourquoi ne lui avait-il pas dit cela plus tôt ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi attendre qu'elle soit en couple et que lui ne le soit plus ? Elle commençait à en avoir marre des autres qui faisaient comme si elle n'avait rien à dire sur leurs actions ou sur leurs décisions la concernant. Et il faisait de même en sachant que de toute façon, elle était avec un autre et que malgré tout ce qu'il pourrait dire, rien n'allait y changer mais ces mots venaient de la déstabiliser, elle ne savait plus quoi faire, elle se sentait attirée inexorablement vers lui mais elle ne devait pas craquer, elle le devait pour elle, pour lui ainsi que pour son copain..

Sa seule réaction fut qu'il soupira et qu'il s'adossa au mur comme si c'était anodin qu'elle lui crie dessus en le traitant de con et puis après un long silence pesant alors que la jeune femme attendait qu'il réagisse même si elle avait peur de sa réaction, il commença à parler sans s'arrêter, des mots encore plus durs que ceux qu'elle venait de prononcer, il venait de s'ouvrir à elle après trois ans sans se parler. « J'ai jamais dis que j'étais une sainte, j'te signale ! C'est juste que s'attacher, ça fait mal et j'ai l'impression que ça ne dure jamais, autant l'amitié que l'amour ou qu'autre chose.. Un jour ou l'autre la personne partira et alors je serai seule, je préfère m'y habituer maintenant que d'avoir mal dans quelques temps.. » Et alors qu'il se leva, en haussant la voix, elle recula, et passa une main dans ses cheveux tout en le fixant, avant de reprendre elle aussi. «  Parce que tu n'avais aucuns sentiments à mon égard ! » Elle se tourna et la jeune assistante journaliste passa, cette fois-ci, ses mains sur son visage. Pourquoi cela devait autant dégénérer ? Il marcha avant de s'arrêter devant elle pour la fixer avec dégoût, ce qui lui fit mal.. Puis il enchaîna de nouveau un long monologue rempli de mots qui avaient l'effet de lames traversant son cœur, et ça faisait encore plus mal que précédemment. Alors Joy aussi se mit à le fixer avec dégoût et s'avança vers lui. Oui, elle s'était détruite, oui elle était comme lui et oui elle aurait dû lui demander si ça allait mais sa vie était aussi pourrie que la sienne et pourquoi demander s'il allait bien alors que vu sa tête il n'allait réellement pas bien. Sauf, qu'elle s'en voulait mais à ce moment précis, elle le considérer comme un abruti orgueilleux et colérique, et elle ne put empêcher la gifle de partir. Elle venait de le gifler et pas qu'un peu.. « C'est vrai, peut-être que tu n'aimes pas que toi et.. Et je sais que tu n'aimes pas que toi, et je sais aussi que je réagis comme une salope avec toi mais tu veux que je te dise quoi ? J'en ai marre de devoir souffrir parce que les personnes que j'aime mettent des années pour me dire ce qu'ils ressentent pour moi, pour réagir, j'en ai marre de devoir être gentille et prendre la vie comme elle vient ! La vie n'est pas extraordinaire, c'est une putain de chienne et j'suis désolée, ok ? Mais je vais pas sauter dans tes bras parce que tu me dis que tu tiens à moi, je ne vais pas non plus te demander si tu vas bien alors que vu ta tête ce n'est pas le cas. » Elle marqua une pause, se mordilla la lèvre inférieur avant de reprendre, il fallait que cela sorte. « Je sais que je suis pareille que toi, c'est bien ça qui me fait peur ! Et je sais que je n'arriverai jamais à redevenir la Joy d'avant mais tu ne comprends pas. Le fait que des filles que je connais à peine se mettent à m'insulter sans aucune raison, que mon frère vienne me reparler après presque quatre ans de silence et que mon père essaye de remplacer ma mère avec la mère d'un de mes ex's coups ça me fait perdre la tête ! J'en ai aussi marre que toi de devoir me défendre alors que normalement j'ai le droit de vouloir, de faire, ou même de désirer ce que je veux.. Cependant, on se revoit et tout ce qui te vient à l'esprit, c'est de me dire que tu tiens à moi ?! Comment je dois réagir à ça ?! J'en ai juste marre que les gens s'amusent avec mes sentiments.. » La fille King le fixa encore longuement dans un silence de mort, elle venait de lui dire tout ce qu'elle n'avait jamais osé dire à voix haute et elle le comprenait plus que quiconque, ils étaient pareils et c'est pour cela que sur un moment de tendresse presque rare chez la jeune fille, elle vint accrocher ses bras autour du torse de Carl pour une étreinte.. Elle s'en voulait maintenant mais elle ne pouvait pas non plus continuer, elle se devait de partir..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise. Lun 24 Fév - 19:47


Carl n'avait jamais été très sentiments, faut croire que ce soir c'était une première. Enfin, surtout cette année. Il avait passé une année assez confuse, perdu dans ses pensées, ses émotions, sa vie. Son ancre ne semblait trouver aucun port d'attache, et n'importe où il allait, il flottait au gré des vents et des marées. Comme un albatros (coucou Baudelaire), il ne trouvait pas la terre ferme, et avait l'impression de ne plus jamais pouvoir la retrouver. Les coquillages, le sable, les crabes, tout semblait si lointain. Peut-être qu'il n'avait même pas envie de revenir, peut-être qu'il voulait continuer de faire le tour du globe. Ou pas. Il ne savait pas. Il ne savait plus. Carl continuait de vivre paradoxalement, un jour oui un jour non, et il semblait que ce soir-là, avec Joy en face de lui, c'en soit bien la preuve.

Il avait d'abord commencé d'un ton surpris, puis fatigué, hésitant, lasse, pour finir limite en colère, méchant.. mais honnête. Au fond, il disais juste ce qu'il pensait. C'était peut-être la qualité du Spencer que tout le monde paraissait voir comme un défaut. Dire la vérité. Certes c'était parfois méchant, violent ou dur à encaisser, mais pourquoi mentir ? Pourquoi adoucir la vérité ? Si Carl n'était pas d'accord avec les remarques de la King, pourquoi ne réagirait-il pas comme bon lui semblait ? Question d'éthique, de respect tout ça .. Foutaises. Carl avait ses propres morales, et vivait très bien avec. La dispute éclata alors, plus forte qu'ils ne l'auraient cru. C'était le moment de vérité, faut dire que 3 ans sans se parler, ça fait forcément des étincelles. Il ne comprenait pas, elle lui expliquait, mais il ne voyait toujours pas pourquoi, alors elle lui dit que c'était parce qu'il n'avait pas de sentiments pour elle, à l'époque. « Comment voulais-tu que j'en ai ? Tu savais très bien que je n'étais pas sentiments, que j'alternais vie de couple et coucheries d'un soir ! Ce qui s'est passé entre nous n'aurait pas du arriver, pas parce que c'était nul, mais parce qu'à cause de ça on s'est perdus. Tu veux que je te dise quoi d'autre ? J'étais con, voilà, j'étais con, mais t'aurais pu refuser, tu savais que je ne ressentais rien et pourtant tu n'as rien fait. Alors ne me rejette pas toute la faute dessus. Sachant que t'étais comme moi à l'époque, et on dirait que t'as bien changé. Je ne te reconnais plus, Joy. » Oui, c'était cinglant. Mais il ne supportait pas de se faire agresser verbalement pour quelque chose dont il n'était que partiellement responsable. Pourquoi s'excuser d'un acte passé ? Carl continua de répondre à la King et déblatéra sa vie et ce qu'il ressentait. C'était bien unique tout ça.

Jusqu'à ce qu'une gifle l'arrête dans sa lancée. Joy, le regard dur, froid, la main en l'air, venait de la claquer contre sa joue avec mépris. Carl avait fermé les yeux et les rouvrait doucement en fronçant les sourcils, outré. Il porta sa main à sa joue rougie tandis que la brune répondait du tac-au-tac. C'est qu'elle avait la main dure la petite. En écoutant les paroles de Joy, il déglutit. Il avait contenu son envie de colère vis-à-vis de la gifle, et à présent il n'y avait de la place que pour de la peine. Joy souffrait, peut-être plus que lui, et il ne l'avait pas su, pas vu. En même temps, comment aurait-il pu ? Ces mots l'atteignaient d'une étrange façon, et d'un coup il se sentit moins en colère. Une fureur montait en lui, mais ce n'était plus cette envie orgueilleuse de prendre le dessus, c'était .. Mais à ce moment là de sa réflexion, Joy s'arrêta de parler et s'accrocha au cou de Carl, à sa grande surprise. Cette boule qui lui serrait le ventre se serra, et Carl tenta de résister à ce que son cœur lui intimait de faire. Mais ces paroles, toutes ces révélations, ces émotions nouvelles, le brouillèrent, et il repoussa délicatement Joy, lui prit le menton, et posa ses lèvres contre les siennes. Il la voulait, oui, il la voulait. Pourtant, une part de lui s'accrochait à Naya, mais son torse contre Joy provoquait une telle sensation de bonheur qu'il en oublia la métisse, juste pour une minute, une seconde, un moment qui sortait du temps. Le Spencer ne savait pas ce qu'il se passait, mais pour une rare fois dans sa vie, il avait envie de s'abandonner à cette fille, qui lui ressemblait tellement, mais qu'il ne pourrait jamais avoir. Oui, il agissait comme un connard envers l'un de ses meilleurs amis (faut croire que ça devenait une habitude) mais sur le coup, tout ce qui comptait, c'était les lèvres douces de la jeune King contre les siennes, ce moment de bonheur parfait.  

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm


Dernière édition par Carl Spencer le Jeu 1 Mai - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise. Jeu 1 Mai - 2:18

 

Ces deux-là n'avaient jamais imaginé que leurs retrouvailles auraient été aussi tumultueuses ainsi que chaotiques. Ils étaient comme dans une mauvaise série télé, une scène qui devait porter ses fruits, faisait tout le contraire. Les répliques cinglantes volaient, ils avaient tous les deux quelque chose à dire, ils devaient s'exprimer car leur relation déjà bien distante était sur le point de s'effondrer, et cela, réellement. Ils n'étaient pas dans un conte de fées, les problèmes ne se résolvaient pas grâce à un câlin et à des excuses, il fallait d'abord se dire les quatre vérités même si l'on perdait ceux à qui on tenait. Et c'était peut-être ce qui allait mettre fin à la relation de Joy et de Carl, ou peut-être que c'était ce qui allait renforcer leur amitié.
Leur discussion avait bien commencé et avait mal terminé. Il lui avait craché des choses vraiment horribles, elle-aussi à vrai dire. Ils étaient égoïstes : Carl ne pensait même pas à toutes les épreuves qu'avaient et qu'enduraient toujours Joy, et Joy ne pensait même pas à quel point Carl pouvait souffrir. Il étaient chacun égoïstes, et ils le savaient, et ils avaient changé. Surtout Joy. Joy qui, d'habitude, aurait sauté dans les bras de son ami, lui aurait souri et aurait fait comme s'il n'avait jamais partagé plus qu'un baisé.. Mais elle savait pourquoi elle était en colère, pas contre lui, mais contre elle. Après tout, elle était avec Maxim, et elle l'aimait, énormément même mais Carl avait un jour fait palpiter son cœur lui aussi, et elle ne voulait pas être l'une de ces filles partagées entre deux amours qui, comme elle le disait si souvent, avaient le cul entre deux chaises.

Leur dispute continua, devenant de plus en plus violente, de plus en plus fatigante, le ton se haussant, lui aussi, de plus en plus jusqu'à ce que tout s'arrête. Une claque puis ses mains vinrent s'attacher au cou du deuxième protagoniste et s'ensuivit un câlin, la brune n'était pas si douce d'habitude, mais elle en avait besoin, sa vie s'effondrait de plus en plus, et parfois elle pensait même à s'enfuir, quelques temps, comme le faisait bon nombre d'habitants de Magnolia Cresent. Et lui, ce beau brun, avec juste le son du rythme de son cœur, arrivait à calmer celui de la jeune King, brisé en un millier de morceaux. Mais alors qu'elle appréciait cette accolade, les yeux fermés, le souffle calmé, il vint faire une chose impensable. Alors qu'elle le pensait incapable de tout sentiment autre que l'amitié, il vint l'embrasser, doucement et se fut une agréable sensation. Mais qui fut de courte durée. Ses yeux ouverts de surprise, ses mains bandants le long de son corps, la jolie brune se mit à se débattre, agitant ses mains, essayant de le pousser. Elle venait d'être rappelée à une dure réalité avec ce baiser ; il était un des meilleurs amis de SON petit-ami, comment pouvait-elle penser à accepter ce baiser ? A lui rendre ? Tous ses efforts furent victorieux car elle réussit à se dégager de l'emprise de son doux et exaltant problème majeur. Elle s'immobilisa devant lui, le souffle court, ses yeux bleus fixant les prunelles de son acolyte.

-Pourquoi tu as fait ça ?! Demanda-t-elle d'une voix brisée par la surprise.

Elle était ébahie par son geste, elle n'aurait jamais pensé qu'il aurait un jour eu le courage de faire ça, et elle n'aurait jamais pensé avoir le courage de le pensé. Mais elle reprit ses esprits et après un dernier coup d’œil incrédule au jeune Spencer, elle partit en courant. Son cœur battait si fort qu'elle avait l'impression que Carl pouvait l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise. Jeu 1 Mai - 10:50


« Joy, attends ! » s'écria Carl, sans vraiment chercher à la rattraper. C'était trop tard, elle ne reviendrait pas. Il se laissa glisser au sol, en fermant les yeux et en soupirant. Qu'avait-il fait ? Joy l'avait violemment repoussé, et lui avait esquissé une vague question avant de partir en courant. Carl n'avait pas su répondre. Il était resté là, trop choqué pour répondre. Choqué de son geste à lui, mais aussi de celui de la King. Il ne savait pas ce qui l'avait pris. Sur le moment, cela avait semblé comme la bonne chose à faire, et il n'aurait jamais imaginé qu'elle le repousse. Mais à présent, il se demanda ce qui lui avait pris. Il avait envie de se frapper contre le mur. Evidemment qu'elle l'avait repoussé ! Elle était en couple avec un de ses meilleurs amis ! Carl soupira en fronçant les sourcils, se traitant de tous les noms. Il avait ruiné sa seule chance de pouvoir reconnecter avec Joy, que ce soit en amitié ou plus. Et très franchement, c'était peut-être pour le mieux. Depuis quelques temps, Carl agissait vraiment n'importe comment, il était irresponsable et horriblement perdu. Lui qui auparavant s'en foutait de tout avait découvert qu'il pouvait ressentir les choses bien plus profondément qu'auparavant, et la disparition de Naya en avait été l'élément déclencheur. Quelle merde cette vie.

Le silence régnait à présent dans la morgue, bien différent du bruit précédent, entre les cris et la gifle. Carl se releva, inspira un bon coup, expira, et se dirigea vers la sortie à son tour, fermant bien le tout à clé. Il se doutait que Joy ne s'était pas perdue en chemin, et qu'elle avait du courir hors de cet endroit qui lui avait tant coûté. Entre la mort de sa mère et ce qui s'était passé aujourd'hui, Carl doutait qu'elle reviendrait un jour dans les parages. C'était peut-être pour le mieux. Au moins il savait que c'était fini, et même s'il ressentait ce petit pincement au cœur, il se dit que cela passera. Il espérait juste que ça ne prendrait pas trois mois, il avait vraiment autre chose à faire que de penser à ses déboires amoureux alors qu'il allait bientôt avoir des partiels de médecine. Le chemin jusque chez lui fut étrangement long. Peut-être que c'était parce qu'il traînait les pieds ou parce qu'il était trop absorbé dans ses pensées pour voir où il allait. Quoi qu'il en soit, il avait envie de voir Austin, et vite, afin de se mettre une bonne cuite. Après quoi il espérait que tout rentrerait dans l'ordre, et que personne ne saura rien de cette histoire.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: everytime i close my eyes, it's like a dark paradise.

Revenir en haut Aller en bas

everytime i close my eyes, it's like a dark paradise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ? 2 fév, 20h50
» when i close my eyes, it's like a dark paradise ? Cassiopée | Terminée
» Every time I close my eyes it's like a dark paradise
» Come together ? 23/05 | 17h20
» ARMAGEDON ? close my eyes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-