Partagez|

From Cupidon To Peter Mayfield with Love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Je connais mes voisins


Nombre de messages : 159
Inscription : 28/10/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: From Cupidon To Peter Mayfield with Love Ven 14 Fév - 22:08

Tu étais mon avenir, tu seras mon présent.

Tu sais, j’ai attendu. J’ai vraiment cru que c’était le genre d’histoires dont on se remet, au bout d’un certain temps. On grandit, on oublie. Oublié le temps des malentendus et le temps perdu, n’est-ce pas ? Mais s’il te plait, ne me quitte pas. Ne me quitte plus. J’ai eu beau attendre, te chercher ailleurs, te chercher dans d’autres, dans un autre, je n’y peux rien, tu vois, c’est plus fort que moi. C’est ton sourire qui dessine le mien, ton regard dont je languis à chaque seconde. C’est l’éclat de ton rire qui résonne dans ma tête, tes murmures secrets dont le souvenir seul écorche encore mon cœur. C’est presque douloureux, tu sais ; ces moments où je me dis que je me fais des idées. Je suis terrorisée, tu n’as pas idée. Pourtant je t’aime à en crever.

Je rêve encore de ton étreinte, je m’enivre encore de ta présence. Dis-moi que ce n’est rien. Dis-moi que c’est faux. Ce n’est pas parce que l’homme se plait à trouver des péripéties sans fin à sa vie tranquille qu’il n’a pas droit au bonheur. Dis-moi que c’est vrai, qu’on peut se rendre heureux. Je n’attends que ça, tu sais. J’en rêve. Je rêve ton sourire éveillée, je me berce de ton souvenir pour m’endormir. Je ne sais même plus pourquoi ça n’a pas marché ; je ne sais pas pourquoi ça ne marcherait pas. Tu sais, c’est toi qui me fais comprendre tous ces dictons un peu bateau qui tentent de nous expliquer l’amour. L’amour de s’explique pas, il se vit. Je te vis.

Qu’ils arrivent, les obstacles. Qu’ils essaient de nous séparer. Que leurs mots acerbes nous mettent à mal ; je fais le parie qu’ils ne me feront pas t’oublier. Les années peuvent passer, la terre peut trembler, les commères peuvent jaser. On ne m’empêchera pas de t’aimer. Et leurs regards amers et accusateurs peuvent tomber ; leur mépris peut bien se déverser. Ne doute pas de toi, s’il te plait. Si tu ne comprends pas regarde-moi : on dit que les yeux sont le reflet de l’âme, qu’ils ne mentent pas. Tu vois, comme je t’aime ? Dis-moi, est-ce que tu vois combien je me perds dans ton sourire, est-ce que tu entends mon cœur qui manque un battement, est-ce que tu sens cette chute-libre intérieure ? Je me le demande, parfois. Je ne sais pas si tu t’en doutes, si tu en doutes, si tu l’envisages seulement. Pour moi c’est bien simple, je n’envisage pas ça autrement.

Je me sens lâche de t’aimer si fort, si silencieusement, tu sais. J’ai peur, tu sais.

Est-ce que je t’ai manqué ?

On était hilares, on était hilarants. Tu étais mon avenir, tu seras mon présent. Tu t'en souviens? C'était il y a longtemps. Tu t'en souviens, maintenant? Deux adolescents. On perd souvent ceux qu'on a aimés, avant; on les perd souvent, en grandissant. Toi, malgré le temps, tu étais toujours là, passés nos 20 ans. On s’est aimé comme des enfants ; on s’est aimé comme des grands. On n'a aucune certitude, à présent. On ne peut plus rien prédire, maintenant. Des "adultes", apparemment. Je n'ai qu'un serment: tu seras mon présent.

On s'aimera encore une éternité. Tu me le promets? On dit qu'on se lasse de tout, dans ce bas monde. Je ne vois pas comment je me laisserais de toi. De tes bras. De tes mots doux, de tes murmures à mi-voix. Mon meilleur ami, mon parfait amant. Et si les autres se déchirent, et si la vie sépare trop de couples, nous construirons nos royaumes. Viens, on s'envole. Viens, on s'en va. Donne-moi la main, rien qu'une fois. Je t'emmènerai un peu plus loin, où il ne pleut jamais. Jamais dans tes yeux. Là où le ciel seul pleure, et où les rayons du soleil se déversent en cascade. Là où tu seras toi, sans te demander si tu y es autorisé. Là où tes cauchemars ne seront plus, là où le rêve est permis. Là où tu seras toi, là où tu sauras que tu en as le droit, là où tu apprendras que tu vaux bien plus qu’on n’a essayé de ne te le faire croire. Arrête de douter, respire profondément. Juste un peu, encore une fois. Promets-moi; c'est toi et moi. Dis-le-moi, c'est tout ce que tu as. C'est toi et moi. À tout jamais. Juste une respiration, juste un regard, et je t'emmène au loin. Il faut juste que tu le veuilles, et nous voilà partis. Envole-moi, encore une fois. Promets-moi, tu seras toi. Tu seras roi.

Et je t'aime, encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

From Cupidon To Peter Mayfield with Love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Let Love Lead The Way [PV]
» 05. I Love Rock'n Roll [PV ERIN]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Administration :: Archives :: DS version 2 (2010-2015) :: Rps Archivés-