Partagez|

I can't cupcake. ▬ Andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité







MessageSujet: I can't cupcake. ▬ Andrew Sam 22 Fév - 23:26

Bon sang. Déjà trois heures de l'après-midi, et Allie venait de rater sa première tentative de gâteau au chocolat. ça n'avait pourtant pas l'air compliqué, elle avait tenté de suivre la recette avec attention même si elle avait modifié quelques petits détails parce qu'elle n'avait pas de sucre vanillé dans son placard, et était parvenue à créer une chose un peu immonde mi-cramée mi-pas-cuite qui allait lui poser un problème de taille. Elle devait se rendre à une sorte de soirée d'anniversaire d'une amie du lycée, et c'était à elle qu'incombait la difficile tâche d'apporter le dessert. Elle s'était dit que si elle arrivait à résoudre une équation du second degré, elle n'aurait aucun mal à suivre une recette simple. Que nenni. Ce n'était pas simple.

Après avoir tourné en rond dans la cuisine en songeant qu'elle trouverait peut-être un paquet de gâteau minute dans le placard, Allie fut forcée de reconnaître qu'elle n'avait plus vraiment le choix. Elle devrait aller au supermarché et prétendre que c'était elle qui était parvenue à fabriquer cette sublime tarte aux fraises. Mais bien sûr. Elle pouvait être certaine qu'elle aurait droit à une crise de miss-je-ne-mange-que-du-bio qui crierait à l'ignominie et renierait Allie.
En levant les yeux au ciel, la blondinette eut alors le souvenir de l'ami de Sara, celui qui avait toujours besoin de farine: si c'était le cas, c'était parce qu'il cuisinait, justement. Ils avaient sympathisé la dernière fois qu'il était venu chez l'amie de miss Melrose, qui se dit alors qu'elle pourrait peut-être lui demander un cours particulier. En fait, il était peut-être déjà en train de cuisiner à l'heure qu'il était: elle aurait juste à squatter discrètement et refaire exactement la même chose que lui pour obtenir un dessert parfait. Oui, elle allait faire ça. Avec un grand sourire, ça passerait.

La jeune fille sortit de chez elle en direction du numéro 10 (parce qu'elle avait lu son nom sur la boîte aux lettres), et toqua à la porte en priant intérieurement pour qu'il soit là... et accepte de l'aider. Pour aider à le persuader, elle avait emmené un paquet de farine. Il ne pouvait refuser... « Salut Andrew! » Annonça-t-elle dans un sourire. « Est-ce que par hasard tu t'y connaîtrais en desserts? Tu accepterais de m'aider? S'il te plait, c'est une urgence! » D'un air de drama queen qui pouvait parfois la caractériser, la blondinette fit battre ses paupières comme si ça pouvait l'amadouer. « Je fournis la farine! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: I can't cupcake. ▬ Andrew Dim 23 Fév - 18:06

Cela faisait presque deux mois que Lou avait repeuplé sa vie, qu'il écoutait à nouveau de la musique pop (sous les éclairs des stroboscopes) et qu'il avait rangé Grand Corps Malade au placard. Pourtant, il était incapable de se résoudre à renouer avec sa cuisine. Chaque jour, il passait devant la pièce, y pénétrait parfois pour récupérer un paquet de biscuits ou un plat tout prêt. Mais ça s'arrêtait là. Le four n'avait rien cuit depuis des lustres, le frigo ne connaissait plus la joie d'être plein. Il repoussait le moment où il redeviendrait exactement le même Andrew qu'avant.
De toute façon, il n'avait pas le temps en ce moment, ses rattrapages prenaient tout son temps. Plongé dans ses révisions, il avait ainsi trouvé la meilleure excuse possible pour ne pas cuisiner. Si Lou venait manger chez lui le soir, il sortait sa collection de livreurs de pizzas, chinois, sushis, pastabox, ou autre. Elle ne posait aucune question sur l'abandon de sa pièce préférée (après sa chambre (en même temps il va pas avoir le garage comme pièce préférée)), il l'en remerciait en silence. Il lui ferait une pizza ananais, pour la remercier, mais plus tard.

Alors qu'il s'acharnait sur ses cours de finance (cassdedi notre école de ouf), on sonna à sa porte. Grâce au ciel, on le sortait de ces formules barbantes (calcul de VAN, de TRI, d'IP ou de délai de récupération, qu'est-ce qu'on s'en fout de quel projet est le plus intéressant - en fait je ne sais pas si tu as déjà vu tout ça, si non, désolée de te spoil). Ce n'était certainement pas Lou, depuis la dernière fois, il avait retenu son habitude à entrer par surprise pour vérifier qu'il révisait réellement. Il n'attendait personne. Peut-être Scarlett, qui voulait voir de ses propres yeux que son ami avait jeté son expression meurtrie pour renouer avec son éternel sourire moqueur. En fait, rien de tout ça. « Euh, Alice c'est ça ? » Il reconnut une des amies de Sara. Surpris de sa visite, il se gratta la nuque, vieux toc qui ne le quittait jamais. « Je sais faire des desserts ouais, enfin je savais. T'aider, j'suis un peu grave débordé dans mes révisions là ... » Il s'écoutait parler, presque outré du mensonge aussi gros qu'il sortait à cette fille. Avant, il aurait béni cette possibilité d'échapper aux révisions barbantes. Aujourd'hui, il préférait échapper à son ancien lieu de culte. Merde, il devait se ressaisir. « Bon, je veux bien aider une demoiselle en détresse, mais je pense que de la farine ne sera pas suffisant pour un gâteau, suis moi » Il la laissa entrer puis se dirigea dans la cuisine. En passant la porte, il eut un beug, mais après quelques secondes il avança à nouveau. Aucun de ses automatismes n'avait disparu, il ouvrit les bons tiroirs du premier coup, et constata que, effectivement, à part un paquet de sucre et quelques autres fonds de paquets, ils n'allaient pas aller bien loin. « T'as besoin de quoi, exactement ? »

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: I can't cupcake. ▬ Andrew Mar 25 Fév - 0:02

En entendant l'affreux prénom dont on l'accablait, Allie arqua un sourcil d'un air presque méprisant. Non, vraiment, on pouvait se tromper sur son prénom? Ce Andrew était moins cool qu'il n'en avait l'air. Enfin, elle avait besoin de lui, elle n'allait pas râler... pas trop. « Allie, en fait. Sans le "ce". » Corrigea-t-elle d'un ton qu'elle voulait neutre mais qui s'avéra plutôt sec. Le jeune homme en face d'elle semblait assez peu enclin à coopérer dans un premier temps, puisqu'elle confia être en plein dans ses révisions. Allie aurait été hypocrite de le juger, elle qui passait une grande partie de son temps le nez dans ses bouquins. Elle eut alors une petite mine déçue, s'apprêtant à rebrousser chemin en s'excusant d'avoir dérangé. C'est vrai, il n'avait probablement pas que ça à faire, elle avait été naïve de penser qu'un grand sourire suppliant pourrait y changer quelque chose; ils ne se connaissaient probablement pas assez pour se rendre de tels services.

Seulement à sa plus grande surprise, il sembla changer d'avis, non pas tant par altruisme que parce qu'il semblait envisager la chose sous un autre angle. Peu regardante des motivations qui étaient les siennes, Allie se contenta de sourire à nouveau d'un air enthousiaste et volontaire. « Merci beaucoup! Tu me sauves la vie... presque. » La petite Melrose était aussi douée avec une spatule qu'elle ne l'était avec un tournevis: une incapable chronique qui ne comprenait qu'approximativement le concept de banane flambée ou de charlotte aux fraises. Elle attendit qu'Andrew le lui permette pour entrer chez lui, le suivant à la cuisine. Définitivement, si elle avait retenu quelque chose de son livre de cuisine, c'était qu'il y avait besoin d'autre chose que de farine. Malheureusement. « D'un gâteau au chocolat! Ou à quoi que ce soit d'autre en fait. Juste d'un dessert, on peu faire la plouf ou lancer un pour déterminer lequel des desserts de tes livres de recettes -parce que tu as des livres de recettes, hein?- on fera. » Stoppant son monologue, elle songea qu'il faisait peut-être référence aux ingrédients plus qu'à la finalité. Elle fronça son nez en réfléchissant, tentant de se remémorer les choses qu'elle avait aléatoirement balancé dans son saladier avant de ne tout jeter à la poubelle. « Du chocolat, ça je suis sûre. Du beurre, du sucre... Des œufs! il fallait les monter en mouton. Euh, en neige. À moins que ce ne soit en nuage. Enfin un truc genre très imagé. » Elle exagérait presque le trait en songeant qu'il l'aiderait davantage en la pensant terriblement nulle. Elle se rappelait bien de l'expression, mais ce qui était plus vrai c'était qu'elle n'avait aucune idée de ce que ça voulait dire, concrètement. Elle, elle avait juste cassé les œufs -et avait été fière de ne pas faire tomber de coquille dans le plat. Oui, oui, elle se mettrait à la cuisine, plus tard. Quand elle aurait son appartement, sa vie, ses ingrédients, quand elle serait loin de ses parents et quand elle aurait assez travaillé pour passer de "réussir son concours Harvard" à "réussir son moelleux au chocolat". Pour l'instant, elle avait d'autres chats à fouetter -pour pas dire des œufs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: I can't cupcake. ▬ Andrew Mar 25 Fév - 22:07

La fin de ton rp est juste géniale

Allie, Alice, même combat non ? Il ne connaissait pas la douleur d'avoir son prénom écorché, Andrew n'avait pas vraiment d'homonyme proche. Quand il allait au starbucks, les vendeurs écrivaient toujours correctement son prénom sur le gobelet. Une chance, il en avait conscience. « Pardon, Allie » Il devait essayer de retenir, du moins jusqu'à ce qu'elle parte.
Une fois dans la cuisine, ils devaient passer aux choses sérieuses. Alors qu'il écoutait Allie d'une seule oreille - il s'était déconnecté après gâteau au chocolat, qui lui avait amplement suffi - il sortit ce qu'il trouvait d'utile dans ses placards. Les voir vide ainsi lui pinçait le coeur. Il avait presque honte de jouer la diva ainsi, et de ne plus cuisiner alors qu'il allait mieux. De toute façon, il savait pertinemment qu'il ne pourrait arrêter éternellement. Viendrait un temps où ses mains le démangeraient suffisamment pour qu'il se rue dans sa cuisine. Et là, bonjour pour assouvir son besoin avec les trois grains de sucre qui se battaient en duel dans le placard. En fait, le premier grain de sucre avait dit aux deux autres qu'ils étaient abandonnés et que Andrew les avait oublié là, qu'il ne les utiliserait jamais car il ne jurait que par le "tout prêt" aujourd"hui. Les deux autres grains de sucre - plus fragiles et plus émotifs, surement du sucre cristal et pas du vulgaire sucre en poudre - rétorquèrent qu'il se trompait. Le ton monta et ils en virent aux coups (nan j'ai pas un grain, pouah c'est pourri). Il sortit de sa quête un paquet de sucre pas entamé - miracle - trouvé dans le cellier, un sachet de levure chimique, des plaques de chocolat qu'il avait toujours acheté par lot de douze, un reste de noisettes, d'amandes et d'autres fruits secs. Et grâce au ciel, une grosse motte de beurre. Depuis que Lou était revenue, il avait ré investi dans la confiture et le beurre, c'était un signe. « L'idée du gâteau au chocolat c'est cool. Ou un brownie sinon ? A toi de voir ce que ton ventre te réclame. » Il ne savait même pas pourquoi elle réclamait ses services, d'ailleurs. A moins qu'elle ne lui ait dit et qu'il n'ait pas écouté. Zut alors, lui et sa manie de se mettre sur pause dès qu'une femme parlait trop. Sans attendre, il préchauffa le four à 180 degrés, sortit deux saladiers et enfila son tablier fétiche. Il en prit un second qu'il tendit à Allie. Vu le phénomène, elle ne ressortirait pas indemne de cette séance. « T'as envie d'apprendre, ou tu me regardes en dansant ? » Il alla à l'autre bout de la pièce, pour allumer la radio et créer un fond musical agréable. Il revient en claquant des doigts et en se déhanchant légèrement, sur l'air de Clarity de Zedd. Il faut ce qu'il faut pour se mettre dans l'ambiance.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: I can't cupcake. ▬ Andrew Mar 25 Fév - 22:52

« Pas grave. » Affirma la blondinette en haussant une épaule. Elle était venue pour un gâteau, elle ne s'attendait pas vraiment à ce que Andrew se souvienne d'elle comme si elle était un être exceptionnel -non pas qu'elle ne l'était pas. L'important, c'était surtout qu'il acceptait de l'aider. Parce que sans lui, elle aurait été capable de confondre huile de tournesol et vinaigre balsamique; ça, les invités l'auraient kiffé son gâteau.

Heureusement pour elle et sa liste approximative, Andrew savait quoi chercher. Il devait connaître la recette par cœur: c'était un geek de la cuisine, le genre à corner les pages de son livre de recettes pour celles qu'il préférait et qu'il finirait par connaître au bout de deux semaines. C'était drôlement cool. Finalement c'était bien plus utile que de savoir écrire l'équation d'une oxydoréduction. « Han les brownies c'est trop bon! Mais c'est pas trop compliqué à faire? » Elle pouvait aussi le regarder faire, remarque, ce n'était pas le moment d'avoir des états d'âme: elle s'était déjà ramenée chez lui de manière imprévue, un peu plus ou peu moins impolie... Quand il lui proposa soit de danser, soit d'apprendre, Allie opta intuitivement pour la première option. Surtout sur cette musique. Seulement à y réfléchir, son indépendance, c'était pour bientôt (yes!). Si elle pouvait au moins savoir faire des brownies avant de partir, elle pourrait survivre autrement que droguée aux pastaboxes. « Hm. Je vais apprendre. Et après je t'apprendrai à danser. » Fallait voir son déhanché, quoi (sans rancune, je suis sûre qu'il est sexy quand il danse). Elle eut un petit rire pour faire savoir qu'elle le taquinait, qu'elle n'était pas non plus imbue de sa personne à ce point et que même elle se sentait plutôt à l'aise en sa compagnie. Lui la prenait peut-être pour une mioche agaçante, mais elle le trouvait cool. « Dis, tu fais genre combien de plats par jour? ça t'a pris quand l'envie de cuisiner tout le temps? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: I can't cupcake. ▬ Andrew Mer 26 Fév - 22:38

Il sourit, des brownies compliqués à faire ? Ne confondait-elle pas avec une pièce montée ? Il ne fit aucune remarque, Sara lui avait expliqué que Allie était une de ces intellos pas trop has been. Elle aurait vite fait de le rembarrer s'il se moquait d'elle. Or, il n'avait aucune envie de subir la supériorité d'une gamine de seize piges. Il avait des excuses, de toute façon, pour justifier sa médiocrité scolaire au lycée. L'alcool, la drogue, les soirées, la gueule de bois, ces beaux remèdes. « Ni compliqué, ni trop long, parfait non ? Par contre, m'apprendre à danser c'est autre chose ! » Il ne tient pas rigueur de sa remarque, sachant depuis longtemps qu'il était une cause perdue du dancefloor. Il se lava d'abord les mains, tâche première de tout cuisinier. Il mit le beurre à proximité du radiateur pour qu'il commence à ramollir, puis attrapa deux plaques de chocolat pour les concasser. « Les vendeurs de plaques de chocolat sont malins. Il faut environ une plaque et demi, et je me retrouve toujours à grignoter le reste de la deuxième plaque pendant que je cuisine. Du coup je dois toujours en racheter. Du chocolat ? » proposa-t-il en lui tendant un morceau. Le chocolat noir, riche en jesaisplusquoi, était réputé pour faire passer la morosité et la déprime (alors perso j'en ai consommé en prépa, j'ai rien remarqué, au contraire je culpabilisais de trop en manger et donc ça allait encore pire). Une fois son concassage terminé, il versa le tout dans un bol, ajouta du beurre puis commença à faire fondre au bain marie. « Tu veux bien beurrer le moule, en attendant ? » Lui proposa-t-il. Après tout, elle avait demandé à apprendre. Ce n'était pas la première fois qu'Andrew se lançait dans une préparation de cuisine collective, il avait toujours tendance à oublier que l'autre personne souhaitait participer et il accomplissait la plupart des étapes. Alors qu'ils surveillaient son bain marie et le plat beurré d'Allie, elle décida d'être bavarde. « Je fais à manger quand j'ai faim. Quand j'étais petit, mes parents rentraient très peu souvent. Pire aujourd'hui d'ailleurs. Un jour, ma mère m'avait promis de rentrer et qu'on ferait un gros gâteau au chocolat à deux. Elle a décommandé le jour même, je me suis enfermé dans ma chambre et j'ai pleuré. Je devais avoir six ans, peut-être sept, alors pas de commentaires. Du coup ma soeur est venue me chercher, et on l'a fait à deux, ce gâteau. Et après ça, on a commencé à faire souvent de la pâtisserie ensemble, et je crois que c'est venu de là. » Il racontait simplement son histoire, qui lui semblait totalement étrangère aujourd'hui. Durant longtemps, ce souvenir lui pinça le coeur quand il remémorait le simple coup de fil sec de sa mère. Mais il était suffisamment détaché, aujourd'hui, et n'attendait plus rien d'eux, enfin. « Je ne fais pas de la gastronomie, juste ce qu'il faut pour survivre : des pizzas et des cookies principalement. Avant j'avais toujours une boule de pâte à pizza au congélo, dès que j'avais faim, je la sortais, je l'étalais, je mettais ce que je trouvais dans le frigo et hop ! » Mais aujurd'hui, son congélo aussi criait famine. « Maintenant ... » Il lui désigna la poubelle, qui débordait d'emballages de pizza livrées. « Et toi alors, je croyais que toutes les filles savaient faire des gâteaux ? » Mine de rien, parler de lui finissait toujours par l'agacer.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: I can't cupcake. ▬ Andrew Lun 14 Avr - 0:28

Définitivement, lorsqu'elle ressortirait de la maison de Andrew Davies en sachant faire un brownie au chocolat, Allie serait une femme grandie, forte, indépendante. Elle était jusqu'alors persuadée qu'il s'agissait d'une sorte de sorcellerie inaccessible étant donné qu'elle mesurait la difficulté en proportion du délice que c'était d'en manger. Seulement d'après le pro de la cuisine, ce n'était ni long ni compliqué; un sourire satisfait s'empara des lèvres de la blondinette. « Alors un brownie, c'est parti! » Bizarrement, elle était contente de pouvoir apprendre quelque chose de directement plus utile que les sciences. Elle adorait les sciences, qu'on ne s'y méprenne pas, seulement elle n'avait encore jamais trouvé d'application directe à ses théorèmes ou principes biologiques -c'était bien dommage. L'avantage qui plus est, c'est qu'elle avait droit à du chocolat; elle ne se priva pas quand Andrew lui en proposa. (je plussoie, ça ne marche pas, à la toute fin on dérivait dangereusement vers une moyenne d'une tablette par jour. Mon cerveau captait pas les signaux de bonheur biochimiques; ma balance par contre, elle les comptait, les tablettes).
Acquiesçant ensuite aux instructions de son professeur, la jeune fille se lava à son tour les mains et s'attaqua ensuite au beurrage du moule -elle savait même ce que c'était, c'était super. « Wow. Au moins ta famille t'aura appris à faire quelque chose! » Tenta-t-elle assez peu sûre d'elle, un peu gênée de se retrouver face à une histoire finalement assez triste malgré le ton détaché qu'employait Andrew. Ce n'était pas facile de grandir avec des parents peu aimant, et visiblement la mère de mister Davies n'était pas irréprochable. En attendant, curieuse comme elle était, Allie écoutait attentivement ce que lui disait le jeune homme. Apparemment, quelque chose avait changé, et ce ne devait plus rien avoir à voir avec l'absence de sa mère. Songeant qu'elle pouvait difficilement être plus indiscrète et que son jeune âge effronté lui permettait de dire à peu près ce qu'elle voulait, la petite Melrose entreprit cependant de baisser le ton pour poser sa question. « Pourquoi? » Il avait une sorte de lenteur dans la voix qui suggérait qu'il y avait bien eu une rupture dans son esprit, un instant t où il s'était dit que ça ne valait plus la peine de cuisiner. Peut-être venait-ce de sa sœur, étant donné qu'il l'avait mentionnée...
Cela dit les considérations psychologiques de la jeune fille s'envolèrent rapidement lorsque Andrew affirma que toutes les filles savaient cuisiner... mauvaise, très mauvaise idée de dire ça à Allie Melrose. C'était mal les connaître, elle et sa capacité à monter sur ses grands chevaux en un rien de temps pour défendre la cause d'une humanité en perdition. « Alors ça c'est un préjugé hautement sexiste. » Commença-t-elle, d'un ton professoral. « Sous prétexte que j'ai un vagin je devrais être née avec une capacité innée à faire des brownie? Ou alors au contraire j'aurais dû apprendre, en bonne petite fille bien sage! Eh ben NON Einstein, je n'ai pas appris, je ne me soumets pas aux clichés de la société juste parce qu'on attend de moi que je sache faire un gâteau. Je le dis haut et fort, j'en suis fière, je ne sais pas faire de gâteaux. » Réalisant qu'elle était en train de beurrer le moule dans le but d'apprendre, elle prit un air convenu voué à défendre sa crédibilité. « Effectivement, aujourd'hui, j'apprends. Mais c'est parce que, voilà quoi. Après ça je ne cuisinerai plus. Ou juste en cas d'extrême urgence, et toujours en tant qu'individu, pas en tant que "fille". » Et franchement... voilà, comme dirait un personnage de Astérix et Obélix rigolo. « Le fait que tu cuisines ne fait pas de toi un type efféminé, un gay ou je ne sais quoi? Bon alors réciproquement, le fait que je sois une fille ne m'oblige pas à savoir cuisiner. » Réalisant un peu trop tard son emportement, Allie laissa planer un petit silence avant de ne relever la tête du moule pour planter un regard navré dans les yeux d'Andrew. « Pardon, j'envisage de me lancer dans la politique... » elle envisageait de se lancer dans à peu près tout présentement, mais il fallait avouer que son tempérament de révolutionnaire collait plutôt à la politique... mais pas en Amérique du nord. « D'ailleurs si tu es gay c'est ton droit! Et d'ailleurs si on doit se détacher de tout cliché, non seulement le fait que tu cuisines n'implique pas que tu es gay, mais en plus ça n'implique pas le fait que tu ne l'es pas, tu vois? » Sourire convaincu et désolé aux lèvres, la blondinette toussota maladroitement. « Hm. Bref. Non, je ne sais pas faire les gâteaux. Merci de bien vouloir m'apprendre, je serai sage! enfin, à partir de maintenant... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
J'appartiens à
Christian Livingstone


Nombre de messages : 15815
Etudes/Metier : 4ème année de Business & Finance
Love : Lou Huntington 4ever
Humeur : peaceful

Inscription : 27/04/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: I can't cupcake. ▬ Andrew Mer 9 Juil - 21:15

Andrew commença à sortir les ingrédients, machinalement. Malgré les mois où il s’était tenu éloigné de sa cuisine, il n’avait oublié aucune de ses habitudes. En même temps, il vivait seul ici. Qui aurait pu changer de place les saladiers et la balance ? Milou avait beau être vache parfois, il n’était pas capable de porter des ustensiles de cuisine (c’est un chien, je rappelle). « Oh, ça veut dire que ta famille à toi ne t’a rien appris ? » demanda-t-il du tac au tac, un peu surpris par la phrase d’Allie. Elle était lourde de sous entendus que Andrew avait bien envie de connaître. Il regretta un peu sa curiosité, il ne souhaitait pas gêner Allie. Ils se connaissaient à peine, peut-être la jeune fille jugeait-elle le moment trop tôt pour s’adonner à de telles confidences. Finalement, elle fit preuve de la même curiosité dans ses questions, aussi toute culpabilité s’envola de l’esprit du garçon. « Avant, tout allait bien, avec ma copine, on est resté ensemble il compta 1 an et demi. Puis elle a eu son accident, on s’est séparé. J’avais plus aucune envie de cuisiner. Ni de me lever, ni de sortir. Ouais j’ai toujours été flemmard tu vois. Avec elle, j’avais une raison de me lever. Maintenant qu’on s’est remis ensemble, je devrais me remettre à cuisiner, mais je ne sais pas pourquoi je n’y arrive pas ! » s’exclama-t-il sur un ton qui trahissait son impuissance. « Et là, c’est pas parce que j’ai la flemme. J’arrive pas. Ou du moins je n’y arrivais pas. C’est comme si, tu sais, j’ai l’impression que si tout redevient comme avant alors on va mal finir encore une fois. Et je n’en ai pas envie. Alors voilà, je veux que ça marche, alors ça doit être différent. C’est débile non ? » Pourquoi diable confiait-il ses craintes à une fille qu’il connaissait à peine ? Au fond, Allie avait appuyé sans le vouloir sur un point sensible. Il n’avait plus personne à qui raconter ses petits tracas. Christian avait disparu. Sa relation avec Elisabeth l’empêchait d’aller la trouver pour se confier à elle. Il était sans meilleur ami fixe mais putain il en avait bien besoin. Malgré son air décalé et sûr de lui, Andrew doutait énormément. Un sentiment alimenté certainement par son avenir incertain. Lui, si cool, si drôle, s’engageait chaque jour un peu plus dans le monde frigide de la finance, selon les souhaits de ses parents. Cette perspective lui passait toute envie de rire, le transformant en clown triste. Et sans ami pour en parler, jamais il ne trouverait de solution. « Bref » Il finit par sortir ce mot magique qu’il employait à chaque fois qu’il souhaitait clore une conversation et passer à autre chose. Parler de lui ne pouvait jamais se faire dans la durée, il ressentait toujours une sorte de gêne. Comme si s’exposer le mettait en danger, à découvert.

Il lâcha une petite vacherie à Allie avant d’entrer dans son rôle très sérieux de professeur. Sa phrase innocente prit des proportions que jamais il n’aurait imaginées. Il la regarda et l’écouta, bouche bée. Heureusement, ses réflexes lui soufflèrent de surveiller son bain marie, il eut la présence d’esprit d’arrêter le gaz avant que le chocolat ne commence à cuire. Il se retint de préciser que la préparation était parfaitement fondue, n’osant pas l’interrompre dans son interprétation théâtrale. Allie donnait tout ce qu’elle avait, du fond des tripes (et comme de par hasard, Emma a été désignée hier ambassadrice de l’ONU pour défendre la cause des femmes, si c’est pas la classe). « Je ne suis pas gay » répondit-il du tac au tac, trahissant son appréhension vis-à-vis de ce type de personne. Andrew n’avait jamais été très à l’aise avec ça. Pourtant, il était parfaitement honnête avec lui-même et aucun doute ne planait sur sa sexualité. Il trouvait juste ça vraiment dégoûtant. Mais il garda pour lui ses principes, craignant de réveiller une nouvelle fois l’ouragan Allie. « J’espère que tu te trouveras un … quelqu’un qui aime cuisiner, alors, car sinon t’es condamnée aux plats préparés à vie, c’est vraiment moyen cool » Il n’ajouta rien de plus. Le détecteur mental de phrases sexistes d’Allie semblait réglé sur « très sensible », il ne voulait pas qu’une autre parole soit hors de propos. « Bon, faut s’y mettre où le chocolat risque de durcir » Il tendit le bol pour lui montrer l’onctuosité du mélange de chocolat et beurre fondus. « Attention, la partie suivante demande de la rapidité » Il trempa son doigt pour vérifier que la température était suffisamment chaude, c’était le cas. « Soldat Melrose je voudrais s’il vous plait : 200 grammes de sucre, 4 œufs et 2 cuillères à soupe de farine ! » il l’invita à ajouter un à un les aliments dans la casserole et mélangea vivement à chaque fois.

_________________
It means a lot to me, love you ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: I can't cupcake. ▬ Andrew Jeu 31 Juil - 15:37

Allie ne savait pas très bien pourquoi elle parlait si librement, faisait des sous-entendus trop importants pour ne pas être notés alors que, au fond, elle n'avait pas du tout envie d'en parler. Aussi, quand Andrew se montra curieux -comme il était logique qu'il le fasse face à au ton qu'avait employé son interlocutrice-, la cadette Melrose entreprit de lui offrir un sourire détaché. « Oh, si, bien sûr que si. À marcher, notamment. » Après un petit rire, elle haussa une épaule. « C'est juste qu'on n'est pas vraiment proches aujourd'hui, mais je suppose que c'est normal, c'est ce qu'on appelle l'adolescence. » Elle doutait que son âge soit le problème, elle penchait plutôt pour une incompatibilité caractérielle entre ses parents et elle... ou entre l'humanité dans sa quasi totalité et elle, mais ça c'était une autre histoire. Comme il était toujours plus agréable de faire parler les autres que de se confier soi-même, Allie tenta elle-même de se montrer curieuse, ce qui lui permit d'apprendre que ce qui tenait Andrew à distance de sa cuisine, c'était une rupture. Écoutant son discours avec trop de distance, justement, Allie ne pouvait s'empêcher d'analyser ses propos et ses relations aux autres, de démystifier l'amour dont il parlait parce qu'elle avait du mal à penser qu'on pouvait faire confiance à quelqu'un au point de n'exister que par lui. Au fond, il y avait quelque chose de masochiste et illogique à s'attacher à un être dont on savait qu'il n'était rien de plus qu'un humain comme les autres. Cette seule propriété rendaient la totalité des personnes auxquelles on pouvait s'attacher indignes de cet attachement. Du coup, Andrew avait fait la même erreur que tout le monde: aimer le non-aimable. Résultat, il n'avait juré que par elle au point que sa vie n'avait plus de sens sans sa présence -l'humain ne valait pas de tels sacrifices, Allie en était convaincue. « Non non, je ne trouve pas ça débile. C'est humain je suppose. » Si elle entendait souvent ces mots comme synonymes, Allie devait reconnaître, avant de monter sur ses grands chevaux, que elle-même était un humain, précisément, et ce quoi qu'elle y fasse. D'ailleurs le seul fait qu'elle se pose toutes ces questions aurait dû être une preuve qu'il y avait encore de l'espoir: c'était comme le cogito. Le seul fait qu'un humain doute de l'humanité permettait de croire en son avenir. « Du coup, hm... ça ne t'embête pas de m'aider? Je ne voudrais pas être à l'origine d'une nouvelle rupture... » Clara avait déjà expliqué à sa fille ces concepts psychologiques des pulsions de mort et autres persuasions inconscientes: si Andrew pensait que cuisiner pouvait le conduire à reproduire les mêmes erreurs, ce serait sûrement le cas, et Allie se disait qu'un brownie ne valait pas la peine prématurée de deux personnes.

Andrew lui semblait d'ailleurs assez sympathique... jusqu'à ce qu'il lâche une remarque machiste. Enfin, machiste au sens de Allie, qui avait tendance à monter au créneau trop rapidement sur le sujet si particulier du féminisme. Lorsqu'elle réalisa la scène qu'elle lui faisait, elle regretta de s'être emportée et se voyait déjà à la porte avec un demi carreau de chocolat entre les doigts, pas plus avancée qu'avant et résignée au point d'aller chercher son gâteau au super marché du coin. Heureusement, le seul point qui sembla chiffonner Davies fut le fait qu'Allie ait prononcé le mot gay. Comme elle n'avait pas directement suggéré qu'il l'était, elle arqua un sourcil pour se remémorer ses propres paroles, puis acquiesça d'un air entendu et presque involontairement condescendant. « Non, bien sûr que non -la preuve, tu m'as parlée de ta petite amie. » En voyant sa réticence, elle songea à repartir dans un discours enflammé, s'appuyant sur le cours de psycho que lui avait desservi sa mère sur les désirs refoulés et le fait qu'il se défendait avec tant de ferveur parce que, justement, au fin fond de son subconscient pervers, il aimait les hommes, mais elle se ravisa en songeant que ça n'apporterait rien et qu'au contraire elle allait vraiment finir par le vexer. Il fallait qu'elle arrête de s'emporter de la sorte, il en devenait difficile de tenir une conversation normale... Elle se contenta d'acquiescer en ce qui concernait les plats tout prêts, songeant qu'elle aurait du mal, elle, à un jour être en couple et dépendre émotionnellement et culinairement de quelqu'un qui, de toute évidence, la ferait souffrir. Mais là encore, elle n'avait pas l'intention d'en parler alors qu'elle voulait juste un brownie.

Ecoutant attentivement les consignes de Andrew, la jeune fille eut un petit rire en se tenant un peu plus droite lorsqu'il suggéra qu'elle était un soldat. « Chef, oui chef! » Allie ajouta les ingrédients alors que Andrew mélangeait, les plaçant dans l'ordre indiqué même si elle ne savait pas si c'était utile ou non. Elle pria intérieurement pour ne pas faire tomber de coquilles au moment de casser les œufs -dieu merci, elle y parvint, même si les œufs étaient totalement cassés. Après tout ce n'était pas important, puisqu'il fallait les mélanger. C'était juste un peu la honte. « C'est fini? Il n'y a plus qu'à faire cuire? » Si ça se trouve, ils n'en étaient qu'à la moitié de la préparation... mais à vrai dire, Allie n'avait jamais rien mis d'autre que de la farine, des œufs et du sucre dans les rares gâteaux qu'elle avait faits.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: I can't cupcake. ▬ Andrew

Revenir en haut Aller en bas

I can't cupcake. ▬ Andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Signature de contrat - Andrew Brunette
» Andrew Kirke (Gryffondor)
» [Février] Taeyang Andrew
» Andrew Takayama [Finie]
» Signature de contrat - Andrew Shaw

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-