Partagez|

High School [PV Lorenzo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 458
Etudes/Metier : Pasteur
Love : Coincé dans son mariage avec Emma Donovan
Humeur : Nothing's fine, I'm torn. I'm all out of faith
I may have some explanations to give now, right?
Inscription : 06/02/2014


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aucun



MessageSujet: High School [PV Lorenzo] Jeu 27 Fév - 18:08




It's high school could be a mini me of the rest of society
There's always a prom queen, there'll always be sororities

Nerveuse}Talon haut, jupe à pli noir, chemisier blanc. Je n’avais pas sorti de linge aussi chic depuis la dernière fois que j’étais allé dans une salle de cour pour expliquer mes trouvailles que j’avais fait lors d’une analyse osseuse. J’avais senti le regard de Théodore sur ma nuque quand j’étais sortie de la salle de bain ce matin. J’avais remonté mes cheveux dans une toque serrée. Pas une mèche qui ne dépassait. Il me trouvait belle. J’étais capable de le sentir dans ses yeux. Dans trois semaines, il y aurait un an que toute notre vie avait basculé. Et le silence était à nouveau revenu ma cachette préférée. J’aimais bien le quartier et mon nouvel emploi à l’université. J’enseignais l’anthropologie à l’université. Et il y avait des jeunes gens en maîtrise qui pensaient se joindre au board des anthropologues judiciaires. Des jeunes gens braves comme je l’avais un jour déjà été. Il y avait très exactement 75 personnes présentement d’inscrit pour exercer légalement la profession que j’avais exercée avant de m’emprisonner dans un bureau après avoir vu d’un peu trop près la mort. Je m’ennuyais un peu du terrain. Mais j’avais trop peur de la mort pour m’en approcher aussi près qu’avant.

« Tu vas ou comme ça? » me demanda mon mari après une petite hésitation alors que je me servais un café et un bol de céréales. J’eus l’ombre d’un petit sourire en rajoutant une petite touche de miel dans mon bol en murmurant : « Au lycée. Demande de conférence devant les étudiants de terminal. Pour leur montrer de quoi à l’air mon métier de fou. ». Je me rappelais encore d’avoir un enfant tout petit et d’être appelée à trois heures du matin pour la découverte d’un corps qui ne pouvait absolument pas attendre. Il sourit doucement. Pendant un bref moment, j’eus l’impression que notre complicité pouvait peut-être revenir. J’ouvris mon ordinateur pour mettre à jour mon power point de présentation en révisant mes notes que je m’étais prises pour ne rien oublier. Je ne présentais pas que mon domaine extrêmement spécifique mais le domaine entier de l’anthropologie. Je ne me rappelais pas de la dernière fois ou j’avais parlé en public. Je crois que c’était à l’enterrement de ma fille. Raison pour laquelle mon esprit avait préféré oublié. J’étais nerveuse. Si bien que je finis par jeter mon bol de céréale à demi-mangé dans la toilette. Je pris les clés de la bagnole et après un petit « au revoir » murmuré à mon mari, je partis avec ma mallette et mon ordinateur. J’arrivais au lycée beaucoup trop tôt. J’avais eu peur de ne pas le trouver. Je réussis à trouver le bureau du principal et je m’assis sur une chaise d’attente à côté de la porte. J’avais encore de la misère à être dans des écoles. J’avais du allé vider moi-même le pupitre de ma fille l’an dernier. Je pris un livre en espérant diminuer un peu le stress qui me nouait le ventre et j’attendis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: High School [PV Lorenzo] Jeu 27 Fév - 19:23

Afin de motiver les élèves, de réveiller en eux une éventuelle lueur de carriérisme, Lorenzo avait commencé, depuis le début de l'année, à organiser des interventions de professionnels de différents métiers et domaines. Il espérait ainsi limiter le nombre qui iraient à la fac par défaut, et ceux qui entameraient une longue carrière au fast food.
Aujourd'hui intervenait une de ses voisines, arrivée dans le quartier il y a peu. A vrai dire, il ne la connaissait pas réellement, mais espérait que son métier pourrait en intéresser quelques uns. L'anthropologie. Après tout, de nos jours, les jeunes n'étaient-ils pas mordus de films et séries sanglantes et morbides ? Travailler avec des os pouvait s'inscrire dans ce penchant. Auparavant, il avait fait intervenir des avocats, journalistes, mais aussi des métiers plus "de terrain" comme ceux de la plomberie ou de la mécanique.
Comme à son habitude, il était arrivé au lycée en avance. Avec sa voiture qui faisait des siennes, il prenait l'habitude de partir tôt, au cas où elle décidait de ne pas démarrer. Aujourd'hui fut un jour de chance, il ne mit donc pas très longtemps pour gagner son lieu de travail. Cependant, quelle ne fut pas sa surprise de trouver déjà son intervenante du jour dans la salle d'attente. « Bonjour, Lorenzo Di Mascio, principal adjoint. Madame McDonalds je présume ? » Il détestait devoir préciser qu'il était adjoint, alors qu'il se chargeait de la plupart des tâches depuis que le principal accumulait les congés maladie. En plus, il aurait bien apprécié obtenir la rémunération conséquente qui allait avec. « Allez y entrez » Il ouvrit la porte de son bureau et l'invita à entrer avant lui. « Vous êtes prête à parler à une bande d'ados endormis ? » Lui demanda-t-il une fois la porte refermée. Il s'assit à son bureau et lui indiqua la chaise d'en face. « Si possible, j'apprécierais que vous me décriviez succinctement le plan de votre présentation » Après les déboires de l'avocat qui endormit tout le monde avec des termes techniques, il gérait tous les détails au peigne fin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 458
Etudes/Metier : Pasteur
Love : Coincé dans son mariage avec Emma Donovan
Humeur : Nothing's fine, I'm torn. I'm all out of faith
I may have some explanations to give now, right?
Inscription : 06/02/2014


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aucun



MessageSujet: Re: High School [PV Lorenzo] Jeu 27 Fév - 19:59




Sadly some will be eternally keeping score for popularity.
They all do doesn't mean we have to act like we're in high school,

Stressée mais prête à parler}Enseigner, c’était un défi de taille pour lequel je ne m’étais pas préparée. J’avais atterrit à l’université parce que les gens de mon métier étions peu nombreux. Le board faisait bien attention de limiter l’accès à la profession. Je ne voulais plus être en train de regarder des corps. Juste le temps d’oublier un peu à quoi ressemblait ma fille. Juste le temps d’oublier que je connaissais jusqu’à l’odeur d’un corps en décomposition. Je fermais doucement les yeux. J’étais ironiquement très à ma place dans une classe. Comme anthropologue judiciaire, j’avais témoigné des centaines de fois devant des jurys. Contrairement à parler devant un tableau de pairs, comme c’est le cas lors d’une soutenance de thèse, je savais qu’il fallait simplifier et parler dans des mots qu’ils comprendraient. Je n’étais pas le genre qui s’acharnait sur sa science. Mais je connaissais ce dont je parlais. J’avais les yeux rivés dans mon livre. Je levais la tête lorsque des bruits de pas se rapprochèrent de moi. Une assurance se dégageait de l’homme en question qui se rapprochait de moi. Il me regarda un peu surpris de me voir déjà arrivé sur le pas de la porte mais il se présenta. « En effet. Enchantée de faire votre connaissance, monsieur Di Mascio. » dis-je d’une voix pleine d’une assurance puisée je ne sais dans trop quel tiroir de ma vie. J’avais de la misère depuis longtemps à avoir l’air sur de moi. Depuis bientôt un an en fait. J’avais tellement tout donné pour ma fille, je fermais doucement mon livre et le rangeais dans mon sac. Je me foutais un peu qu’il soit adjoint ou le vrai principal. J’étais soulagée de ne plus être seule. Il déverrouilla la porte de son bureau et m’invita à entrer ce que je fis avec un petit geste de tête. Un sourire lui fut doucement adressé. Il me demanda si j’étais prête à m’adresser à des adolescents endormis. Je ne savais pas si je devais rire ou non. « Un peu nerveuse, je l’avoue. J’ai un peu peur de tomber dans le langage universitaire. Mais j’ai des fiches pour me rappeler à l’ordre et une détermination monstre que personne ne meure d’ennui devant moi. » répliquais-je avec un sourire qui me semblait si faux. Il me posa ensuite une question qui naturellement avait du sens. Que je présente en vitesse ce dont j’étais pour parler dans ma présentation. « L’anthropologie est une discipline des sciences humaines qui étudie l’être humain tant du point de vue physique que culturel. On en distingue plusieurs types. Je suis anthropologue judiciaire de formation, ce qui veut dire que j’étais celle que l’on appelle quand un corps est en trop mauvais état pour être identifier. Avec le squelette d’une personne, je peux découvrir son histoire, ou il a vécu, ce qu’il a fait et en particulier ce qui l’a tué. Certains de mes bons amis sont archéologues, ethnologue, paléoanthropologue. D’autres étudient jusqu’à l’histoire de la langue – tant le domaine d’étude des anthropologues est vaste. Dans ma présentation, je vais présenter ce que l’anthropologie, les différentes branches et m’attarder un peu plus sur la bio-anthropologie – ma spécialité et ce que j’enseigne présentement à l’université, depuis le début janvier. » J’eus un sourire encore. Il ne savais pas mon histoire. Mais je venais de réaliser que j’avais parlé de mon métier au passé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: High School [PV Lorenzo] Jeu 27 Fév - 21:47

A première vue, Lorenzo pouvait se rassurer quant à la prestation de Mme McDonalds. Il ne la connaissait pas en détails, pas du tout même. C'était la première fois qu'ils se voyaient et tous leurs échanges précédents s'effectuèrent via des emails ou des appels téléphoniques. Cependant elle semblait intéressée par sa conférence d'aujourd'hui, et déterminer à transmettre quelque chose aux étudiants. Pas seulement là pour débiter un spitch imbuvable puis repartir. Il ne comprenait même pas les mauvais orateurs qui défilèrent quelques fois devant les élèves cette année. A quoi bon venir jusque ici et perdre son temps si c'était pour le faire sans coeur ni envie. La jeune femme avait ciblé exactement le point faible d'un métier aussi technique. Elle avait même pallié le problème à l'aide de fiches. Il lisait sur son visage qu'elle était sincère, sa détermination se voyait dans son aisance. Sa présence ici était voulue, elle souhaitait faire cette présentation. Elle n'avait pas atterri ici par dépit, regrettant d'avoir accepté la demande de ce professeur trop demandeur. « C'est parfait alors » Il lui sourit. Leur temps avant l'arrivée des élèves était encore large alors Lorenzo, en bon perfectionniste, se permit quelques questions à propos du contenu de sa présentation. Il eut peur de paraître intrusif, mais la réponse de la jeune femme fut si riche et complète, qu'il osa penser qu'elle n'était pas gênée. « Ça me semble passionnant et pouvoir présenter les différentes branches pourra attirer encore plus de potentiels étudiants j'espère ! Je pense qu'ils vous poseront des questions sur les métiers de ces amis que vous citez. » Il réfléchit un instant. « J'essaie de me remémorer quelles ont pu être leurs questions lors des différentes présentations. » A force, il commençait à être rodé. « Ils posent souvent les questions auxquelles on s'attend le moins, qui ont même parfois peu de rapport avec le sujet principal. Ils vous demanderont probablement ce qui vous a poussé à arrêter votre métier d'anthropologue judiciaire, pour commencer à enseigner. A cet âge là, personne n'a envie d'être prof. » Il rit un peu, ses élèves étaient si peu intéressé par son propre métier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 458
Etudes/Metier : Pasteur
Love : Coincé dans son mariage avec Emma Donovan
Humeur : Nothing's fine, I'm torn. I'm all out of faith
I may have some explanations to give now, right?
Inscription : 06/02/2014


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aucun



MessageSujet: Re: High School [PV Lorenzo] Jeu 27 Fév - 23:56




Hight school is like a big competition
Beauty contests, prom court is the mission

J'étais prête à me rendre}J’avais eu de la chance au lycée de Quantico. On offrait un cours d’initiation à l’anthropologie. C’était en un certain sens normal. Quantico c’était une toute petite ville – presque un village dans l’état de la Virginie. Mis à part la base de formation du FBI et la base militaire, il n’y avait pas vraiment de chose importante. C’était en quelque sens un truc logique que de s’enligner vers une carrière comme la mienne. Beaucoup de mes collègues de classes qui en avaient les capacités avaient été des agents du FBI. La preuve de cette théorie était fort probablement mon mari qui avait suivi exactement le même chemin que nos deux pères avaient suivi. J’étais fière de lui qui avait occupé des postes extrêmement semblable à ce que nos pères avaient occupés toute leurs vies. J’étais chanceuse même si je n’en avais absolument pas conscience. Je finis mon laius en réalisant l’erreur que j’avais faite en mettant au passé. Il me regardait avec un regard étonné. Et oui j’avais habitude de travailler avec des cadavres qui avaient quand même une conversation plutôt limité voire inexistante, mais je savais plutôt bien vendre ma salade. C’était pour cette raison que j’avais réussi à avoir un poste de professeure aussi rapidement. J’étais bonne à mon boulot si ça pouvait au moins me rassurer que dans ce point-là. Je n’avais pas réussi à faire le maximum pour ma fille… mais au moins je décochais solide dans mon boulot. Je soupirais doucement en croisant les jambes sur la chaise. Voilà qu’il commentait mon espèce de grand discours qui était un résumé de ce que je dirais. Une idée très rapide de ce qu’un doctorat dans mon domaine pouvait mener. J’avais habitude de m’adresser à des plus vieux et qui étaient nécessairement intéressé à mon domaine d’expertise. On ne prend pas un cours sur les traumas osseux sans aimer un peu le domaine. « Il me fera plaisir de leur présenter les informations sur ces branches et ce que mes amis font. J’ai amené un peu plus d’information sur mon domaine que les autres, mais j’ai eu à travailler en collaboration avec des gens des autres branches dans d’autres cas. » dis-je avec un sourire pendant qu’il réfléchissait aux questions qui pourraient m’être poser au courant de cette présentation. Je frisonnais à l’option qu’il m’offrait. Ce qui m’avait amené à changer d’emploi. Je ne voulais absolument pas répondre à cette question-là en disant la véritable réponse doucement je fermais les yeux en sentant les larmes me venir. J’avais en tête l’image de ma fille aux soins intensifs, son petit corps branché partout, de son coma. Je ne me retiens qu’à peine de frissonner. Mais je savais que je ne pouvais pas faire comme je l’ignorais. « Je sais. Ma fille aussi avait tendance à poser des questions impossibles. Mais je devrais être capable de me débrouiller pour ne pas dire la vérité. J’avais besoin d’un nouveau défi. C’est ce que j’ai dit à mes étudiants quand je suis arrivé dans leurs classes au début janvier. La vraie raison toutefois ne concerne que moi. » Dis-je avec un petit sourire. « Mais j’avoue qu’à seize ans, les profs, je n’avais pas vraiment la plus grande admiration pour eux. C’est pas grave. Je sais comment encaisser les coups. ».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: High School [PV Lorenzo] Ven 28 Fév - 20:52

Décidément, sa collègue semblait parée pour les questions. Il osa penser que son métier de professeur la comblait, tout comme lui. Que pour elle, enseigner était synonyme de transmission d'un savoir aux élèves. Que la récompense était leur fierté quand ils réussissaient aux examens et non la paie à la fin du mois. On ne pouvait pas dire que Lorenzo avait choisi cette branche par argent, sa voiture-épave en fin de vie prouvait à elle seule le contraire. Enseigner, c'était avoir des centaines d'enfants, en une seule vie, c'était les aider à réussir et les porter au plus haut, là où ils rêvent d'arriver. Son rêve consistait à réaliser celui des autres, de ses élèves. Et pourtant, ces ingrats placeraient certainement le Père Noël avant leurs professeurs, dans le classement des adultes top fresh cool, en langage de jeune. Mais est-ce que Papa Noël, il t'aide à décrocher ta place à Harvard, hein hein hein ? Il n'y a que le major de promo, qui remercie ses profs lors de son discours. Et encore, Lorenzo soupçonnait la formule d'être bateau et vide de sens. Mais qu'importe, voir ses diplômés revenir et énumérer leurs différents métiers lui suffisait. C'était un remerciement largement suffisant. Tout à coup, il se sentait moins seul dans son utopie du rôle de professeur. Mme McDonalds semblait ici aujourd'hui pour convaincre quelques têtes à rejoindre sa filière, pour leur donner envie de se tourner vers l'étude des os. Elle ne venait pas réciter son discours, emballer ses clics et ses clacs puis repartir, satisfaite de sa bonne action. Sa hâte grandissait alors, il cacha son enthousiasme démesuré afin de ne pas l'interpeller, mais Lorenzo se persuada que son intervention fonctionnerait, du moins sur quelques uns. « Dis donc, si tous ceux qui interviennent pouvaient être comme vous ! » la complimenta-t-il, en tout bien tout honneur. Ravi de cette personne avec qui il s'entendrait certainement, il se reprocha aussitôt de la mettre mal à l'aise. Il la regardait trop fixement pour que sa réaction ne lui échappe. Elle ne semblait pas simplement emprise d'un malêtre, d'une gêne, il ne s'agissait pas d'une raison honteuse dont elle était peu fière. Il lisait de la tristesse, il crut la voir lâcher prise, elle ferma les yeux, laissant Lorenzo tendu au possible. Devait-il dire quelque chose, changer de sujet sans demander aucune explication ? Finalement, elle devança toute réaction de sa part. Il capta un sourire qui le rassura. Évidement, elle confirma ses pensées, son changement de carrière n'était pas anodin. « Je suis désolé de vous avoir mise mal à l'aise. » répondit-il pour se débarrasser des dernières traces de gêne qui brouillaient encore ses pensées. « Je pense que tout va très bien se passer » Il lui sourit, afin de la mettre en confiance. Il n'était pas sûr qu'elle en ait besoin, mais qu'importe. L'horloge sonna l'heure fatidique. « Ah, les élèves vont arriver ! » commenta-t-il. « Plus que quinze minutes et nous pourrons rejoindre la classe et commencer. » Il réfléchit rapidement une dernière fois. Une fois convaincu d'avoir toutes les informations, il décida de lui proposer de sortir de ce bureau. « Vous voulez un café ? On en a en salle des profs, il est ... relativement buvable ! » Il se garda de toute remarque approfondie même si, en bon italien, il possédait mille et une remarques sur ce café qu'on leur servait. Elle n'avait pas besoin de le penser fanatique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 458
Etudes/Metier : Pasteur
Love : Coincé dans son mariage avec Emma Donovan
Humeur : Nothing's fine, I'm torn. I'm all out of faith
I may have some explanations to give now, right?
Inscription : 06/02/2014


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aucun



MessageSujet: Re: High School [PV Lorenzo] Dim 2 Mar - 3:14




There can only be one queen, one king
Everyone voting, everyone competing

prête à me convaincre de me présenter devant des jeunes}Chaque personne a son histoire. Chaque personne a ses marques. Chaque couple a ses secrets. Chaque famille a ses tabous dont elle ne parlerait jamais. Même à mon mari, j’avais de la difficulté à parler de notre fille. Parfois, il m’arrivait encore de parler d’elle au présent. Preuve que mon deuil n’était pas fait. Je me demandais parfois si je pourrais vraiment pleinement le faire. C’était quand même effrayant que de survivre à ma fille. C’était tout un choc. Surtout que j’avais eu Olivia, jeune. J’étais à peine sortie du lycée. C’était étrange. J’avais dix-huit ans quand je m’étais mariée. Parce que Théodore m’avait toujours semblé être le bon choix. Je le connaissais quasiment depuis les couches – il devait être le meilleur ami de Philippe depuis le jardin d’enfant. Il me comprenait entièrement. Il avait remarqué cette étudiante un peu étrange qui était sociale. Et voilà que je me retrouvais à trente et un an si loin de la vie que je m’étais imaginé avoir à quinze ans. J’avais eu un enfant qui avait connu les genoux égratignés mais aussi bien pire. J’avais vu ma fille mourir en attente de poumons. J’avais assisté à son agonie. Mon cœur de mère partant en croisade à tout moment pour la défendre. Et je me trouvais ici, un an plus tard, dans un lycée à jouer à prétendre que tout allait bien. J’étais pratiquement en train d’aller vers une nouvelle croisade. Dans une nouvelle aventure. Je voyais que l’italien semblait bien apprécier la première impression que je donnais. Les jurys m’avaient bien éduqué. Je savais très bien que surtout dans mon domaine les bons orateurs étaient rares. Combien de fois avais-je presque voulu me pendre en suivant un cours donné par un professeur dont je n’arrivais pas à dire s’il parlait une quelconque langue étrangère ou bien qu’il s’adressait à moi dans un jargon scientifique? Bien trop de fois. D’une voix douce, je répliquais. « Oh! Ne vous inquiétez pas! Je sais très bien que ce n’est pas donné à tout le monde d’être un bon orateur. Et si je ne suis pas préparée… Je peux avoir l’air extrêmement socialement étrange. » J’avais en partie espérée qu’il ne remarque pas la douleur qui avait traversé mon regard l’espace d’un instant. Le temps ou la pensée de ma fille m’avait envahi comme une vague. Il fallait avancer. C’était pour cette raison que Théo et moi étions venus ici. Que nous avions sauté sur l’opportunité d’une chance de se retrouver. Parce qu’entre lui et moi, il y avait maintenant un siècle d’attente. Nous étions deux planètes diamétralement opposées. Nous espérions tous deux retrouvé cette flamme émergeante. J’eus un petit sourire en revenant directement à cette discussion. J’étais capable de fermer mon esprit à certaine de ses vagues de douleur. Doucement je passais une mèche derrière mon oreille. L’horloge sonna annonçant que les cours commenceraient dans quinze minutes. Je ressentis mon stress remonté d’une toute petite coche. Je souris doucement. « Ce n’est pas grave... Vous ne m’avez pas mise mal à l’aise. On a tous une histoire qui peuvent parfois transparaître. Je ne peux m’empêcher d’être nerveuse quand même. Même si mon intro vous plait. » Qu’on le veuille ou non, je suis habituée de travailler avec des personnes beaucoup plus vieille que des lycéens. On s’y prend tous d’une manière distincte pour généralisée. Je soupirais doucement en me préparant à attaquer mon dialogue avec les adolescents. Nerveusement je refermais mon sac pour y ranger mon livre en voyant que le directeur adjoint me proposait un café. « Vous êtes italien, hein? » Je ne connaissais pas un bon italien qui se respectait qui adorait le café de salle des profs. Même à l’université, on avait constamment quelqu’un pour se plaindre de la caféine qui nous était proposée. Je souris doucement. « Je me prendrais bien un café par contre… même s’il est que relativement buvable. » dis-je avec un petit éclat.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: High School [PV Lorenzo] Ven 7 Mar - 17:01

Lorenzo s'en voulut d'être un peu trop intrusif avec la jeune femme. Il remarqua son air meurtri et se le reprocha aussitôt. Il était toujours trop fonceur. Elle tenta de le rassurer néanmoins, elle semblait capable de se gérer. Il l'admira, lui qui devait sans cesses raconter des sornettes sur son état moral. Bien sûr, que divorcer ne lui plaisait pas, même s'il ne s'entendait plus avec Summer. Ils n'étaient plus amis, ils n'étaient plus amants, ils ne se parlaient plus, ne se regardaient plus. A quoi bon. Ils avaient essayé, cette croisade était perdue d'avance. « Je suis sûr que ça va bien se passer » Il se répétait. Qu'importe. Elle accepta la proposition de café, il se leva donc pour la conduire dans la salle des professeurs. « Mais comment avez vous deviné ? » demanda-t-il, interloqué. Personne ne lui avait jamais dit que ses origines se lisaient sur son front. La consonance de son patronyme était un indice relativement important, certes. Mais la jeune femme ne connaissait probablement pas son prénom. Et Di Mascio pouvait faire penser à bien des pays latins, pas uniquement à l'Italie. On l'avait bien des fois imaginé espagnol, portugais ... La professeur avait visé juste du premier coup. Alors qu'il leur versait deux cafés, il lui tendit sa tasse puis regarda autour d'eux les personnes présentes dans la pièce. Pas de Summer, ni de Peter. Heureusement, Lorenzo n'aurait pas supporté la gêne de devoir les présenter. Il indiqua rapidement à son interlocutrice l'identité et la matière enseignée par les gens présents.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 458
Etudes/Metier : Pasteur
Love : Coincé dans son mariage avec Emma Donovan
Humeur : Nothing's fine, I'm torn. I'm all out of faith
I may have some explanations to give now, right?
Inscription : 06/02/2014


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aucun



MessageSujet: Re: High School [PV Lorenzo] Sam 29 Mar - 16:42




But these are the rules, the way of high school
If someone puts you down, that's so high school

c'était pour être amusant.}Dans les mois qui avaient suivi la disparition de ma fille, j’avais été grandement perdue. Bientôt un an sans elle et je ne m’étais toujours pas complètement rabiboché avec la vie. J’entendais au loin le son de l’orchestre. Un tonnerre de voix disparates qui s’unissaient, des rires qui éclataient comme de grand tambour. Raisonnant. Hypnotisant. Existant. Et je me retrouvais quand même à me sentir si seule. Reprendre le boulot m’avait aidé à reprendre un peu de contrôle sur ma vie. Je ne l’avais pas vraiment fait de gai et de cœur. Théodore me l’avait demandé. Aussi frustrée que je pouvais l’être, mon mari était le seul à pouvoir me garder les pieds un peu sur terre. Aussi brisée par la mort de ma fille que je pouvais l’être, je l’avais suivi. Autant que je ne voulais pas que notre couple survive, que j’avais besoin qu’il survive. Pourtant, la majorité du temps devant une foule, mon visage n’était plus celui d’une mère heureuse mais on y décelait toujours une nervosité et une nostalgie. Quelque chose qui un jour avait été mais n’était plus. « Je suis sûr que ça va bien se passer » Je souris doucement à l’adjoint. Je savais que tout allait bien se passer aussi. Je connaissais mon sujet. J’aimais mon sujet. Sans être une obsession, je trouvais dans mon métier quelque chose de satisfaisant. On sous-estimait souvent ce que pouvait nous dire un corps. Nerveusement, je replaçais une longue mèche de cheveux derrière mon oreille. « Merci de la confiance. » dis-je d’une toute petite voix. J’avais beau tout connaître, j’avais d’abord et avant tout habitude de parler avec des corps qui ne répliquait pas… et les enfants me faisaient un peu peur depuis.

Je me laissais entraîner dans la salle des professeurs. Visiblement, j’avais visé juste avec mon estimé. « Mais comment avez-vous deviné ? », je souris. Comment faisais-je pour avoir l’air aussi épanouie alors que je me sentais aussi morte à l’intérieur? C’était mystère et boule de gomme. J’éclatais d’un tout petit éclat de rire tout léger. « Je ne connais aucun italien qui est capable de critiquer du café qui n’est pas un expresso en disant que ce n’est pas de la piquette. Et puis, mon ancien assistant à Washington était un italien. » rigolais-je. Il fallait dire que le doctorant Rossi était le modèle typique de l’italien à tendance mafiosi. Il était d’agréable compagnie et je pouvais lui faire confiance pour lui abandonner le laboratoire dans mes mains quand j’avais un docteur en ligne pour ma princesse. C’était idiot mais je n’étais pas le genre de fille à donner avec facilité ma confiance en quelqu’un quand il était question de mon boulot. Andrew nous servit deux grandes tasses de cafés. Noir et sans sucre. La partie de moi qui n’était jamais vraiment sortie de l’adolescence criait pratiquement à l’injustice alors que je le buvais normalement avec deux laits et trois sucres. Il me fit rapidement le tour des professeurs qui étaient présents. Mes zygomatiques étaient sans aucun doute pour fracturer. Je n’avais pas autant l’habitude de faire autant de social. Je souris doucement et renvoyait un geste de main à tous ceux qui me furent présenté. « Enchanté de tous vous rencontrer. Prudence McDonald… la conférencière invitée. »


hj: je m'excuse de l'attente et de la réponse moyenne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: High School [PV Lorenzo] Ven 2 Mai - 18:45

Désolée du retard Arrow

Une fois dans la salle des profs, Lorenzo rit quand il apprit que sa critique du café l'avait trahi. Il faut dire qu'il était un italien pur souche, celui qui est incapable de manger des pâtes trop cuites ou de boire un café trop dilué et sans sucre. L'expresso trop serré pour être bu pur, c'était son carburant. « Vous avez de la chance, on a connu pire » dit-il à propos du café après avoir bu sa première gorgée. Au moins, cette boisson aurait un minimum l'effet escompté sur lui. Il fut reconnaissant à ses collègues de dialoguer un minimum avec Mme McDonalds. Il espérait que cette petite conversation pourrait diminuer son stress et la détendre. Malheureusement, ce fut son tour d'avoir une montée de pression. Sa future ex épouse, Summer, venait d'entrer dans la pièce. Accompagnée de Peter qui plus est. Lorenzo se raidit. Il s'arrangeait toujours pour les éviter l'un comme l'autre, aujourd'hui il les croisait tous les deux, en même temps. Poliment, il les présenta à Prudence, en cachant maladroitement le malaise. Il avait besoin de s'échapper au plus vite. « Et si nous gagnions la classe où vous allez intervenir ? » Lui proposa-t-il en lui indiquant la sortie. Il avait conscience de la presser quelque peu, mais il ne pourrait s'adresser convenablement à ces gens, et affronter un blanc de conversation serait encore pire. Il déposa sa tasse puis quitta la salle afin de rejoindre la bonne salle. La classe était encore relativement vide, seuls un ou deux lycéens se tenaient là. « Préférez-vous intervenir assise ou debout ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 458
Etudes/Metier : Pasteur
Love : Coincé dans son mariage avec Emma Donovan
Humeur : Nothing's fine, I'm torn. I'm all out of faith
I may have some explanations to give now, right?
Inscription : 06/02/2014


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aucun



MessageSujet: Re: High School [PV Lorenzo] Ven 9 Mai - 18:21




Someone talks behind your back, that's so high school,
Thinking you have to get them back, that's also high school

J'avais hâte} J’aimais les grandes discussions que j’entendais dans le local. Certains parlaient du reniflement de leurs gamins alors que d’autres parlaient déjà de ce qu’il ferait la fin de semaine suivante. Je m’ennuyais de ce genre d’ambiance au travail. J’avais bien beau avoir mon mari, à l’université nous étions tous dans notre bureau à se concentrer. C’était un milieu qui était d’abord et avant tout compétitif. Je savais que, dans le département d’anthropologie, nous voulions tous obtenir les fonds qui étaient nécessaire pour la recherche. Cette dernière était obligatoire. L’adjoint me dit en me tendant un café : « Vous avez de la chance, on a connu pire ». Je souris en retenant un rire. Je pris une gorgée. Je n’avais jamais particulièrement aimé le café. Il m’avait surtout été utile à l’hôpital. J’avais cessé de compter le nombre de tasse que je buvais en attendant que ma fille sorte des soins intensifs ou de je ne sais quelle position auprès de laquelle je ne pouvais pas être là pour serrer sa main. Après avoir absorbé des litres et des litres de cafés d’hôpital – cette espèce d’eau de vaisselle… on apprenait à ne plus juger. « Je ne suis pas très regardante sur le café, monsieur. » dis-je d’une voix complice.

Je sentis toutefois un brusque changement d’attitude de la part de l’Italien. Une jeune femme rousse qui venait de rentrer dans la pièce semblait visiblement avoir brusquement donné envie de fuir. Je ne dirais rien sur elle. Il me semblait toutefois que je la connaissais. J’étais presque certaine que je l’avais déjà vu au bras de mon grand frère Pierre-Antoine – qui à l’époque avait tenté de rendre fou celui qui à ma connaissance était présentement son ex. « Et si nous gagnions la classe où vous allez intervenir ? » me dit-il d’une voix ou la tension était visible. Je n’aurais probablement rien dit. Il avait vu toute à l’heure pour ma tension face aux enfants. Il n’avait pas posé de question. Il n’avait pas tenté de me faire parler de mes sentiments alors je n’étais pas pour tenter de le pousser à me parler de comment il se sentait. Je souris doucement et je dis : « Bien sur! ».

Je ramenais doucement ma tasse vers moi et j’en pris une gorgée. Il me ramassa une main et il me traina à travers un dédale de plusieurs corridors. Je priais pour qu’il ne me laisse pas toute seule. J’avais l’habitude de me débrouiller pour certaines situations mais un lycée que je ne connaissais pas. Oh! J’étais tellement certaines que j’aurais sans doute besoin d’une carte pour sortir – je m’étonnais moi-même de ne pas m’être encore perdue en trouvant toute seule la sortie de l’université. J’avais quand même l’habitude pour reconstruire plusieurs de ces éléments. « Préférez-vous intervenir assise ou debout ? » me demanda-t-il après avoir pousser la porte d’une autre salle. Il y avait déjà quelques rares élèves à l’intérieur. Au lycée, j’aurais probablement été de ceux-là. J’avais cette habitude et cette réputation de cette étudiante qui n’avait pas de vie et qui était toujours présente deux cent millions d’années plutôt. Ce n’était pas très étonnant en me connaissant. D’une voix affirmée, je répondis. « Debout… comme à l’université. Je n’ai jamais vraiment aimé travailler assise. » non, c’était pour cette raison que j’étais mitigée quand à mon travail à l’université. Je souris doucement en disant.

[hj: c'est pas grave]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: High School [PV Lorenzo] Sam 5 Juil - 20:55

Désolée une nouvelle fois, cette fois-ci je suis de retour :)

La salle était calme, Lorenzo entendait, de l'autre côté de la porte, le couloir se remplir doucement des voix des élèves. Il espérait que les adolescents se comporteraient correctement et montreraient suffisamment d'intérêt dans la présentation de l'intervenante. Les connaissant, ils pouvaient parfois être si présent physiquement mais si absent mentalement. Plus rien ne les intéressait aujourd'hui, mis à part leurs smartphones, les soirées ... Mais bien peu se préoccupaient de l'avenir, comme s'ils ne se rendaient pas compte de la réalité de la chose. Comme s'ils étaient encore invincibles, indestructibles. Il espérait les confronter à la réalité, avec des interventions comme celle d'aujourd'hui. Et, peut-être, éveiller la curiosité de certains d'entre eux. Il n'était pas exigeant. Si au moins un élève se tournait vers l'anthropologie suite à cette matinée, il serait satisfait. Lorenzo avait vite compris que dans son métier, tout le monde n'était pas sauvable. Jamais il ne réussirait à forcer un étudiant à étudier et à se motiver pour ses études si ce dernier ne le souhaitait pas. C'était triste, mais au moins, il avait revu à la baisse ses envies de Superman du lycée. Il aidait ceux qui le souhaitaient et arrêter de s'inquiéter pour les autres. Bien souvent, il était plus inquiet pour certains étudiants que ces derniers ne l'étaient. Il s'agissait de leurs études, leur futur, leur avenir. Celui de Lorenzo était écrit et tracé, il ne se préoccupait plus. Trop de déceptions essuyées le rendait aujourd'hui un peu résigné. « Comme vous préférez ! » Il rangea sur le côté la chaise préalablement préparée, puis alla ouvrir la porte afin que les élèves prennent place.

La salle se remplit rapidement, la plupart des élèves attendant à proximité dans le couloir. Lorenzo repéra l'absence des éternels retardataires. La sonnerie retentit et le professeur fit donc signe à sa collègue afin qu'elle débute.

Désolée je sers à rien dans ce post xD J'interviendrai dans le prochain, si des élèves sont chiants
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: High School [PV Lorenzo]

Revenir en haut Aller en bas

High School [PV Lorenzo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» [High School DxD] Présentation
» Josh Price [TERMINE]
» Who is Josh Groban? Kill yourself!
» Fairy Tail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-