Partagez|

take my breath away | Ezra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 710
Etudes/Metier : Année sabbatique, réfléchit à une reconversion
Love : Kwa ?
Humeur : Pétillante

Inscription : 20/11/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Scarlett Spencer - Katlina Evans



MessageSujet: take my breath away | Ezra Mar 29 Avr - 20:19


La jolie blonde posa une de ses mains sur le rebord pour ne pas que ses jambes lâchent sous son propre poids, elle titubait. Savannah en avait eu besoin. Depuis plusieurs jours, elle avait attendu ce moment où elle franchirait la limite pour être ici et profiter de sa vie, sentir ce souffle d’éternité qui prenait possession d’elle, la tentation avait été trop grande pour qu’elle puisse y résister. Une petite pilule et elle avait senti son corps s’échapper dans l’apesanteur, son esprit se libérer de ses contraintes. Toute cette folie se résumait en un mot. Planer. Cette sensation était hors-du-commun et l’emportait plus loin encore qu’elle ne l’aurait jamais soupçonné, dans des contrées bien au-delà de l'imaginable. Dans un sentiment d’extase magique, ce cocktail d’émotion pure et de bonheur chimique l’avait comblée de joie, malgré la désapprobation de ce nouveau compagnon de soirée qui venait de débarquer à côté d’elle au comptoir de ce bar paumé de Magnolia et qui la fusillait du regard. La jeune femme ne prenait même pas la peine de le lui rendre car c’était dans ces moments-là qu’elle adorait être dans un état second, lorsque cette « moitié » plus sombre d’elle-même lui assurait qu’il allait taper si fort sur sa tête qu’elle oublierait tout. Ezra était devenu un des éléments essentiels de sa vie, une source d’entrain constant. Aussi froid qu’un iceberg ou non comme il pouvait l’être, Savannah appréciait sa compagnie. Depuis sa récente rupture de son faux couple avec Gabriel, la jeune femme ne se reconnaissait plus. Entre ce lien étrange avec Ezra, sa relation purement physique avec Jay et sa lente décadence dans la drogue, elle sombrait, aussi sûrement que l'avait fait le Titanic. Savannah ne gardait que de vagues souvenirs de cette journée. Des regards noirs chez elle et puis cette soudaine sensation de flotter quand elle était partie. La jolie blonde se sentit défaillir, soutenue de loin par l’être qui s’était glissée à côté d’elle. La jeune femme s’appuya sur une épaule, la sienne sans doute, elle devait revenir à la réalité avant que la torpeur ne l’emporte. L’alcool se diluait rapidement dans son sang, et les premiers effets de la délivrance mentale à laquelle elle aspirait si ardemment la firent s’envoler quelques secondes supplémentaires. Il n’y avait plus aucun retour en arrière possible. Elle s’était largement imprégnée de cette nouvelle habitude. Court-circuiter le cours de ses pensées, stopper enfin le va-et-vient de ces sentiments jusqu’à sa raison. L’enfer désarticulé de son existence morne lui éclatait en pleine figure mais n’était rien à côté du paradis de délice et de plaisir qui l’attendait si elle prenait le risque de le laisser atteindre un peu plus son âme. Savannah sentait l’emprise de la drogue partout dans son corps, pourtant son esprit restait rattaché à la réalité de manière inexplicable. La forte lumière des spots de l’endroit, loin de faire ressortir les imperfections de son physique, mettait encore plus en évidence sa beauté naturelle. Le silence dont elle faisait preuve n’était troublé que par les battements assourdissant de son cœur qui s’emballait dans sa poitrine. Ce cœur lui appartenait-il seulement encore, pensa-t-elle, maussade en avalant une nouvelle gorgée de vodka. Elle avait juste besoin d’oublier sa vie, d’oublier son quotidien. La banalité qu’était devenue son existence était presque affligeante. Les doigts de Savannah saisirent le verre froid avant qu’elle ne le lance contre le mur dans un accès de colère. Le fracas des morceaux qui éclatèrent ne les firent même pas sursauter, perdus qu’ils étaient dans les questions sans réponse que leurs gestes et leurs actes leur renvoyaient au visage. Enfin, après quelques secondes, Savannah décida d’affronter son regard, de prendre le risque de se faire foudroyer par l'étincelle de ses iris marrons. Elle cligna une dernière fois des paupières puis releva les yeux vers lui. Le choc fut plus dur qu’elle ne l’avait pensé, avalant difficilement sa salive, elle expira péniblement l’air qu’elle venait d’inspirer. La jolie blonde lâcha son épaule et se rattrapa au bord. Ce regard venait de lui donner une douche froide et de la réveiller d’un coup. Ezra était toujours aux premières loges pour assister à ses moments de faiblesse. Cette seule pensée la faisait hésiter à poursuivre cette soirée d’une façon ou d’une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: take my breath away | Ezra Sam 24 Mai - 18:17


Pour lui, une nuit de plus. Pour elle, la nuit de trop. La petite Savannah n’en avait pas fini de se détruire. L’autre fois ne serait pas sa dernière. Peut-être n’en aurait elle jamais assez finalement. Peut-être ne s’en sortirait-elle jamais. Ezra avait bien cru qu’elle retrouverait le droit chemin, après leur dernière escapade nocturne entre défonce et débauche. Il aurait pensé que ce flirt désespéré entre Eros et Thanatos l’aurait effrayée, l’emportant à jamais loin de lui, dans le plus grand secret. Il n’en était rien. La petite blonde n’avait pas encore suffisamment goûté. Et cette nuit encore elle en avait redemandé. Au détour d’une pause cigarette à l’extérieur du bar, comme pour prendre l’air, respirer l’air frais en même temps qu’un peu de fumée, elle l’avait accosté, réclamant sa dose comme on réclame un du. Une simple pilule, de quoi la faire planer, de quoi l’élever jusqu’au cieux, et sur le sol, la briser. Tirant sur sa cigarette, le brun ne s’était fait qu’à peine prier. Un léger sourire sadique avait habillé son visage mutin et sa main s’était enfoncée dans la poche de son jean d’où il avait sorti un sachet transparent. Tenant fermement sa clope entre ses lèvres, il le secoua dans son autre main et en sortit la friandise d’extase. « Tu m’en devras une. » C’était là tout ce qu’il avait dit tandis que la petite blonde prenait devant lui de quoi planer toute la nuit et même plus. Un court regard autour d’eux, un bref aperçu des environs, personne ne les avait vu. Nulle ne saurait jamais ce qu’elle avait pris, pourquoi et comment elle s’était retrouvée dans cet état là. Nulle jamais ne saurait qui l’y avait plongée, sans remord. Et quand il rentrerait à sa suite, il pourrait alors profiter du spectacle qu’il s’offrait à lui-même. La petite ingénue devenue démon dont le bleu des yeux se cacherait maintenant derrière leurs rétines dilatées lui offrirait son désarroi et il pourrait alors y noyer le sien.

Il la surveillait aussi. S’amusant de ce petit jeu tout en s’en inquiétant. Parce qu’elle n’avait rien à faire là. Parce qu’elle n’était pas de son monde et n’y appartiendrait jamais vraiment. Tout cela ne serait toujours qu’une jérémiade, à peine une période de sa vie, qu’elle expliquerait plus tard en quelques mots désolés. Ou qui ne vaudrait même pas la peine d’être expliquée. Elle en parlerait comme du temps où elle s’était perdue, là où lui n’avait su que se trouver. Elle oublierait ce pour quoi elle en était arrivée là, se pardonnerait. Et elle s’en sortirait. Elle n’était qu’une bonne gamine rêvant de faire le grand saut, crevant de bouffer la vie par les deux bouts. Elle resterait une bonne gamine malgré tout. Il y veillerait. Conscient qu’elle ne devait pas sombrer plus bas, il serait son filet de sécurité, l’emmenant toujours plus loin qu’elle ne l’aurait imaginé et prenant soin de toujours la ramener. Comme une enfant qui goutte pour la première fois aux plaisirs de la chair, avec un amant trop âgé. Il l’observa, amant dépravé mais protecteur et la tournure que prit le spectacle lui déplut bien rapidement. Chancelante, étourdie, la blonde ne tenait plus sur ses jambes ankylosées. Et ce type à ses côtés ferait un bien piètre amant. Trop propre, trop simple. Il ne saurait rassasier les désirs de déchéance de la jeune femme. Il ne saurait combler sa recherche de danger. Ce brun là était pitoyable dans ses tentatives avortées pour la sauver. Ne comprenait-il pas qu’elle ne voulait pas être sauvée, à peine accompagnée ? Etait-il si propre qu’il ne pouvait la suivre sur ce chemin qu’elle souhaitait prendre ? Etait-il si simple qu’il n’aurait la force de l’en ramener ? La jeune femme éméchée et débauchée, s’énerva. Son verre vint heurter le mur. Elle échangea un regard avec celui qui ce soir ne pourrait rien pour elle, avec celui qui ne la comprenait pas. Puis un autre avec Ezra, là, au loin, assis à sa table, dans les gradins, seul. La catharsis était parfaite. Car pendant qu’elle se détraquait, Ezra prendrait le soin de voler à la petite blonde tout le calme qu’elle perdait en chemin. Il s’en habillerait pour veiller sur elle.

Le brun démuni s’excusa auprès de la blonde et s’éclipsa vers les toilettes. Peut-être devait-il se rafraichir, se reprendre. Peut-être allait-il revenir pour se méprendre. Ezra ne lui en laissa pas le temps. Aussitôt l’agneau fut-il parti que le loup quittait sa table pour rejoindre d’un pas assuré la petite blonde des moins effarouchées. Il lui tendit une main amie et planta son regard dans celui azur de la jeune femme. D’un signe de tête il lui intima l’idée de le suivre à l’extérieur. Il la ramènerait. Chez elle ou chez lui. Peu importait. Il l’emmènerait aussi bas qu’elle le souhaitait, l’enfouirait au plus profond de l’horreur humaine, il lui fatiguerait le corps et l’âme jusqu’à lui en faire oublier son nom, jusqu’à lui en engourdir les muscles. Il la noierait dans un océan de noirceur puis il lui sortirait la tête de l’eau, pour qu’elle respire et qu’elle apprécie enfin, et pour quelques jours du moins, son petit quotidien serein. Jusqu’à sa prochaine crise. Jusqu’à sa prochaine volonté de se détruire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 710
Etudes/Metier : Année sabbatique, réfléchit à une reconversion
Love : Kwa ?
Humeur : Pétillante

Inscription : 20/11/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Scarlett Spencer - Katlina Evans



MessageSujet: Re: take my breath away | Ezra Lun 9 Juin - 2:51


Son regard fut aussitôt happé par ses prunelles, au milieu de cette foule étouffante, ils n’étaient plus que deux. Cet endroit ne répondait absolument pas à ce qu’elle attendait. Aussi plongée que Savannah cherchait à l’être dans cet autre monde, la douce substance paradisiaque que renfermait le comprimé ne suffisait pas à lui occuper l’esprit. Fuir. Un choix comme un autre qui amenait nombre de conséquences. La jolie blonde se laissa entraîner par la main de son sauveur de soirée vers l’extérieur. L’envie de s’allumer une cigarette, d’aspirer une bouffée sans prêter attention à la foule qui se pressait à l’intérieur, immobile dans son introspection, lui brûlait les lèvres. Trop exigeante sans doute, elle demeurait inaccessible pour tous. Lâchement, elle avait fui, tentant de tirer une croix sur son ancienne vie, chassant le souvenir d’une existence tout aussi médiocre que l’actuelle. L’ennui avec les sentiments indésirables étaient qu’ils persistaient coûte que coûte. Savannah avait tenté de vider sa tête de tous ces poisons romanesques, les remplaçant par des pilules magiques, elle qui dénigrait tant l’attachement, refusait de voir la triste réalité en face : plus encore que quiconque, elle s’était accrochée à un autre être et s’acharnait à tout prix à détruire ce lien bien trop conséquent pour elle. La jolie blonde préférait de loin la chaleur dangereuse que pouvait lui procurer Ezra, qu’il la brise de l’intérieur s’il le fallait, que son âme ne soit plus qu’un tas de cendres, le moyen d’y parvenir n’avait pas d’importance, du moment qu’elle parvenait à se détacher de tout le reste. Pourquoi lisait-elle encore certaines limites dans ses yeux, des scrupules à l’attirer trop loin dans son monde ? Savannah ressentait le manque chaque fois que le jour suivant effaçait la réalité de la veille. Elle revenait toujours pour mieux repartir ensuite. Ne comprenait-il pas qu’il ne devait pas la préserver ? Un froid glacial prit soudainement possession de son corps lorsqu’ils sortirent à l’extérieur du bar, comme abandonnée par la chaleur des lumières, elle retrouvait à nouveau l’obscurité de la nuit tombée. La jeune femme aux allures d’ange suivit cet homme aux démons incontrôlés dans le périple nocturne de leur destinée compromise. Savannah suivait les pas de l’ombre mouvante devant elle qui se frayait un chemin dans les rues du quartier ; elle ignora le regard de ceux qu’ils croisaient sur leur route et qui s’inquiétaient qu’elle puisse noyer son « innocence » apparente avec quelqu’un comme lui, mais Savannah n’en avait cure. Elle était parfaitement consciente de ce qui l’attendait. Le lien étrange qui la liait à Ezra était plus puissant que n’importe quelle drogue qu’il aurait pu lui donner. Ils n’avaient pas besoin de beaucoup de mots pour comprendre ce que l’un attendait de l’autre. D’un geste incertain, la jolie blonde passa une main sur ses lèvres, elle sentait encore la pression exercée par les bouches de ceux qui n’étaient pas Gabriel. Un élan de rage lui vrilla le cœur, jamais auparavant, elle ne s’était sentie traite de coucher avec d’autres hommes, jamais encore elle n’avait senti son ventre se nouer en suivant les pas d’un amant dans la nuit. Fidèle à son déni, Savannah ne recula plus devant l’adversité. Son cœur scellé depuis des années allait le rester encore bien longtemps, peu importait les griffes qui lui labouraient l’organe battant, elle refusait de céder. Dans les pas d’Ezra, ils s’arrêtèrent devant une vieille demeure, la sienne sans doute. Un air frais s'engouffrait dans la maison, ce courant d'air qui lui donnait plus froid encore que l'atmosphère silencieuse. Savannah ne savait pas vraiment ce qu'elle venait chercher ici, peut être un apaisement momentané à ce manque douloureux qui lui creusait les tripes. Lasse de fuir, agacée de son manque de courage et pourtant incapable de l’affronter, elle revenait pour reprendre le jeu, une partie sans fin. Elle était là, devant cette porte, son visage pâle se reflétait telle une ombre grise dans le carreau de la fenêtre adjacente. Tu n’es plus que l’ombre de toi-même, pensa-t-elle en silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: take my breath away | Ezra

Revenir en haut Aller en bas

take my breath away | Ezra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Breath Lynas
» Take a breath, take it deep (05/07 à 22h34)
» [Le Terrier] One breath x MINERVA
» [terminé] Aria et Ezra: ils passent aux choses sérieuses !
» « i'll take your last breath and carry you home. » — pandore nyx epheridge's links.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-