Partagez|

« Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: « Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. » Sam 7 Juin - 9:28


La bibliothèque ? Un trou à rats. Un endroit sombre. Poussiéreux. Totalement inintéressant.
Pourtant, c'est sur le tapis de l'entrée que se trouvaient les pieds du jeune Spencer, pas encore déterminé à entrer. Un coup d'oeil à droite, un coup d'oeil à gauche. Personne de connu en vue. Ou personne tout court. Il pouvait compter sur les doigts d'une main les personnes présentes dans cet immense lieu, qu'il croyait fourmiller de littéraires à la recherche d'on ne sait quelle œuvre qu'ils n'aient pas encore lue. Mais non, la bibliothèque était aussi un lieu calme -peut-être trop pour lui d'ailleurs- où les étudiants se retrouvaient pour travailler. Travailler. Ce mot fit grimaçer le Spencer, ce mot qui lui rappelait trop sa période d'examens qui approchait à grands pas. Parce que Carl était naturellement intelligent et étant plongé dans la médecine depuis qu'il était petit, il avait beaucoup de facilités. Seulement, ces facilités ne restaient que des facilités, et ce n'était pas avec cela qu'il allait passer en quatrième année. Son père étant médecin légiste, Carl connaissait à peu près tous les os, tous les muscles, tous les nerfs du corps humain. Il était capable de diagnostiquer des maladies rien qu'à la couleur de certains organes, ou savoir pourquoi l'artère était coupée. Mais toutes les lois pharmaceutiques, les propriétés des médicaments, ou tout autre cours théorique, Carl avait du mal. Parce que oui, c'était bien facile de repérer les organes du corps humain, mais apprendre toutes les lois par cœur, c'était une autre affaire. Il était quelqu'un de très visuel, qui apprenait avec des schémas, et des expériences réelles. Dès lors qu'il ne pouvait rien schématiser, c'était foutu. Pourquoi est-ce que je vous raconte ça ? Parce que si Carl se trouvait en ce moment-même dans la bibliothèque, c'était pas pour brosser un poney à poils longs.

Depuis quelques temps il avait compté sur un camarade à lui pour lui emprunter ses manuels, parce que honnêtement, il ne croyait jamais en avoir vraiment besoin. Un manuel sur les notices pharmaceutiques ? Hmpf. Mais voilà, ce-dit camarade avait commencé ses révisions et refusait de prêter quoi que ce soit. Autant dire que Carl était un peu dans la merde, à deux semaines des examens. Il avait refusé plusieurs soirées, que ce soit avec Elias, Shannon, Julia ou Austin, et ils l'avaient tous regardé avec un air défait. Carl Spencer, travailler ? Cela n'arrivait vraiment que deux fois par an et pour un mois, lors de ses exams. Voilà ce qui expliquait donc la présence du Spencer dans ce lieu si insolite pour lui, à la recherche de ses manuels, et d'un peu de calme hors de la maison n°14. Il se décida enfin à avancer de quelques pas et regarder en l'air pour repérer l'affiche 'Médecine générale', qu'il ne trouva évidemment pas. Littérature, sciences de l'ingénieur.. oh, tiens, biologie. Carl s'arrêta un moment, parcourant des yeux les  manuels devant lui. Pour le coup, ça, ça avait l'air intéressant. Depuis quelques temps, le Spencer avait décidé de poursuivre des études de vétérinaire, malgré le projet de ses parents, qui voulaient qu'il reprenne la morgue. Carl ne leur avait encore pas dit, mais il se doutait que ça n'allait pas leur faire plaisir. Entre deux manuels sur l'anatomie du cheval et du chat, Carl aperçut une jeune fille, assise sur une table, en train de soupire devant des cahiers. Sa première réflexion fut de constater qu'elle était bien jolie, quoiqu'un peu jeune, puis en apercevant une calculette, il se dit qu'il y aurait peut-être un nouveau moyen de drague qu'il n'avait pas encore essayé : les cours particuliers. S'approchant donc de cette table, il regarda un instant par-dessus l'épaule de la jeune brune, sans qu'elle ait remarqué sa présence, et Carl vit qu'elle planchait sur une exercice de chimie. Ah, le tableau d'avancement, un vieux souvenir.

« H20 est en excès, et l'avancement c'est x, donc là tu doit mettre 0,10-x. Et je crois que du coup.. le taux d'avancement n'est pas atteint. » fit-il alors, totalement sûr de lui. La jeune fille se retourna, et lui jeta un regard grandement étonné. Carl lui sourit, et lui lança son petit regard séducteur. Quelle bonne idée il avait eu.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. » Sam 7 Juin - 15:16


Comme un cours magistral de trois heures était annulé en cette belle journée du début du mois de Juin, la demoiselle avait la possibilité de travailler une matière qu'elle est loin d'apprécier, la chimie. En effet la jeune femme a décidé de suivre des cours en option à la rentrée prochaine et elle tente de faire une petite remise à niveau qui commence sérieusement à lui prendre la tête dans la mesure où elle n'y comprend pas grand chose, faute d'avoir eut le temps nécessaire pour apprendre ses leçons en la matière quand il était encore temps. La demoiselle, le regard rivé sur son livre et son cahier d'études la mort dans l'âme, tente de faire travailler ses méninges mais tout ça ne lui dit rien. Ce fichu tableau d'avancement est une plaie, une vraie plaie et la jeune femme commence à désespérer de parvenir à résoudre son exercice. A la place elle se dit qu'elle irait bien manger une glace. Ou sortir quelque part pour se changer les idées. Plutôt que de plancher comme une folle sur cet exercice qui lui met l'esprit complètement KO. En vrai elle a une envie violente de tout envoyer balader mais elle doit tenir, il faut qu'elle y arrive, elle ne doit pas baisser les bras, en aucun cas.

La brune soupire pour la énième fois depuis qu'elle a commencé à travailler sur cet exercice. Et elle n'entend pas que quelqu'un se glisse dans son dos, jette un regard par dessus son épaule et réfléchie à la solution, qu'il ne tarde pas à lui donner alors que, ses méninges torturées, elle est presque au bord de pleurer. Franchement cet exercice lui casse les nouilles et ce type est son sauveur, il donne l'impression de pas mal s'y connaître et quand la demoiselle vérifie la solution donnée par l'homme il se trouve que ce dernier a raison. Loin de se douter qu'il porte le nom de famille Spencer, loin de se douter qu'il est donc lié à Scarlett qu'elle déteste, la demoiselle accorde un sourire à ce jeune homme qui en vérité cherche à la draguer, ce dont elle n'a pas vraiment conscience en vérité. Non, la brunette le voix simplement comme une tête qui peut lui venir en aide, qui peut l'aider à mieux comprendre son exercice. La jeune femme est tellement perdue dans son boulot qu'elle ne se doute pas un instant des réelles pensées de son interlocuteur.

"- Bonjour je euh... vous semblez vous y connaître en chimie..." commence la demoiselle avant de reprendre. "Vous êtes étudiants dans des matières scientifiques ? Moi-même je suis étudiante en langue mais je souhaiterais prendre chimie et physique en cous supplémentaires l'an prochain. Mon problème c'est que je n'ai pas vraiment le niveau je crois." explique la demoiselle un peu gênée, se retenant de dire autre chose, qui ressemblerait un peu plus à "je suis tellement nulle en fait..." Enfin soit. "Vous ne donneriez pas des cours particulier par hasard ?" demande-t-elle en plaisantant un peu sans avoir conscience qu'en vérité c'est l'idée que le jeune homme a eut comme nouvelle technique de drague : lui proposer des cours particuliers de manière à pouvoir passer du temps avec elle et la séduire.

Dans la bibliothèque c'est bien connu on ne doit pas faire de bruit et comme la brunette parle elle remarque le regard dur de la bibliothèque qui se pose sur elle comme pour lui faire comprendre qu'elle doit baisser d'un ton si elle ne veut pas se retrouver mise à la porte aussi, les joues un peu roses, elle se dit qu'elle va penser à chuchoter maintenant.
Revenir en haut Aller en bas


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: « Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. » Sam 28 Juin - 22:56


La bibliothèque, c'est toujours un endroit un peu vide, avec plein de recoins et très peu de surveillance, mis à part les deux bibliothécaires, l'une toujours le visage enfoui dans un livre, l'autre un peu mégère et le regard froid. Mais c'était facile de se cacher, et pour cela la bibliothèque du lycée avait souvent été le lieu d'expérimentations amoureuses du Spencer -sans détails nécéssaires (a)-. Il n'y avait jamais mis les pieds pour lire, mais pour y faire des bêtises entre deux étagères, ça il était partant. Ceci dit cela faisait bien longtemps qu'il n'y avait pas eu recours, premièrement car il connaissait maintenant les bons endroits de la ville pour le faire, et deuxièmement, car ses études ne lui avaient pas vraiment permis de vagabonder de droite à gauche n'importe où. S'il avait des aventures sexuelles aléatoires, ce n'était qu'en soirée ou dans des endroits insolites comme la morgue où ça arrivait à l'improviste. Bref. Autant dire que dans tous les cas, il n'avait jamais été à court d'imagination. Cependant, ce n'était qu'aujourd'hui, à deux semaines des examens, qu'il pensait à l'idée de donner des cours particuliers à des jeunes filles perdues en sciences. Pour lui, la chimie et la biologie c'était du gâteau, et il trouvait ça improbable que des jeunes n'y comprennent rien. C'était peut-être à cause de son impatience qu'il n'avait pas pensé donner des cours plus tôt.. Enfin.

C'est assez rapidement qu'il trouva sa cible, une jolie adolescente perdue devant son tableau d'avancement. Sans bruit il jeta un coup d'oeil à l'exercice par-dessus son épaule et annonça la réponse à haute voix, sans s'être présenté. Peut-être que la jeune filel le connaissait d'ailleurs, il se pensait assez populaire, même pour les lycéennes.. Son éternel sourire de dragueur fit surface tandis que l'étudiante se retournait, surprise. Avec son visage de charmeur, à demi penché au-dessus d'elle, Carl la regarda parler, passant de ses yeux à ses lèvres avec envie. Oui, il se savait attirant, et même si on luiavait dit qu'au passage c'était aussi un connard, il se disait qu'il valait mieux être connard et beau, que moche et bien pensant. Enfin, en vérité, Carl ne voyait pas en quoi les autres le trouvaient connard. Certes il avait l'habitude de changer de fille comme de chausettes, et d'avoir un orgueil assez mal placé, mais ce n'étaient pas des caractéristiques propres à un connard. A ce qu'il en savait, il respectait quand même assez bien les filles, restait fidèle à ses petites-amies, et ne trahissait pas ses amis. Ou au moins, à ce qu'il en savait. Car de nombreuses soirées alcoolisées lui avaient fait oublier une partie des soirées, mais bon, où était l'amusement si on se souvenait de tout ? Quoi qu'il en soit, il se trouvait face à cette charmante demoiselle en détresse, déterminé à répondre à ses attentes. « M'y connaître ? C'est assez peu dire ma chère, j'excelle .. ! » répondit-il, pas du tout modeste, et avec un piètre vocabulaire de dragueur ringard. « J'étudie la médecine, oui. Ouais je sais on dirait pas comme ça, mais je suis beau ET intelligent. La nature est bien faite, hein ? » rajouta-t-il en blaguant, voyant un sourcil de la fille se lever. Il ne put s'empêcher de commenter sa phrase suivante. « Etudiante en langues .. passionnant ! » Il ne savait pas si elle allait comprendre son allusion, et peut-être ne valait-il mieux pas qu'elle la capte. Elias aurait été là, il aurait sûrement ricané avec lui, mais son ami avait disparu de la circulation depuis un petit moment, malheureusement. Carl se retrouvait à déconner et dire des trucs cons tout seul, ce qui était évidemment beaucoup moins drôle. Quand elle lui parla de cours particuliers, Carl ne put s'empêcher de sourire. Il n'avait même pas besoin de faire d'efforts, elle se jetait elle-même dans la gueule du loup. « Mais pourquoi ne pas l'avoir dit plus tôt ! Bien sûr que j'en donne, et personne ne s'est jamais plaint. » mentit-il. Il s'assit alors à côté d'elle en croisant les bras sur la table, tournant la tête de son côté. « Alors, cet exercice ? » fit-il, en lisant le reste des questions. Mais un froncement de sourcils de Ruth lui fit lever la tête, et il aperçut la mégère de bibliothécaire leur jeter un regard froid. Carl soupira. « Vieille bique. Pas étonnant qu'on dit que les littéraires sont des rats de bibliothèques, avec des personnes comme ça .. » s'indigna-t-il. « Enfin, sans vouloir offenser qui que ce soit. » se rattrapa-t-il in extremis en se rappelant que la jeune adolescente étudiait les langues. « Bon alors, on va chez toi ? » s'invita Carl, sans vraiment de politesse, avec une phrase involontairement ambiguë. Parfois ça sortait tout seul hein, pas besoin de le traiter de pervers non plus.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. » Lun 30 Juin - 23:38


La jeune femme observe cet homme qui vient d'arriver vers elle et qui se présente un peu comme étant le Messi, la réponse à tout ses problèmes sans la moindre hésitation. Il parait très sûr de lui et un peu arrogant au demeurant mais dans le fond la jeune femme se dit que de toute façon elle n'a pas trop le choix, si elle ne veux pas encore une fois se planter totalement parce que de toute façon elle ne comprend rien à tout ça, pas même à la technique qu'elle doit employer. Il semble être un peu fanfaron sur les bords et pas vraiment discret sur ses intentions, la demoiselle comprend rapidement avec le comportement qu'il adopte, que le jeune homme souhaite la mettre dans son lit. Mais Ruth quoiqu'elle apprécie le sexe et les divers plaisirs de la chair n'a pas pour autant pour habitude de coucher dès le premier soir avec des inconnus, comme elle aime faire bonne impression. Quoi qu'il en soit maintenant, la voilà qui accepte la présence de cet homme avec elle. Heureusement pour elle, comme il  n'est pas plus jeune qu'elle, la brunette évite ainsi de trop se taper la honte.

Le voilà qui en remet une couche à se dire beau et intelligent. Modeste en tout cas il ne l'est sûrement pas et dans le fond maintenant ce n'est plus que par besoin de lui que reste la demoiselle alors qu'elle déteste ce genre de comportement qui lui rappelle de loin un peu celui que sa mère prend toujours, quand elle sort à qui mieux-mieux, ses fameux "et ma fille c'est la plus ci, la plus ça, la plus tralala." Autant dire que cela a de quoi horripiler la demoiselle même si elle n'en fait pas part au concerné, par gentillesse du coup naturellement.

"- Si je peut me permettre je pense que tu es tombé dans la marmite de la modestie toi, non ? Je veux dire quand tu étais petit ? Tu as mis un coup de canif à cette qualité lors de la distribution ?" ne peut-elle cependant pas s'empêcher de dire, d'un ton rieur pour qu'il le prenne surtout comme une plaisanterie, pour le taquiner, puisque c'est cela qu'elle voulait faire à la base, une petite boutade. Rien de bien trop méchant, elle n'est pas de ce genre de femmes là.

Le jeune homme semble être bien intéressée par le fait que son interlocutrice est étudiante en langue. Il lance une blague, que la jeune femme n'a pas de mal à bien comprendre et qui ne la ravie pas forcément bien que cela ne la vexe pas non plus. Elle sait comme c'est seulement de l'humour, de la plaisanterie et qu'elle ne doit pas mal le prendre. Qu'elle ne doit pas s'en agacer même s'il s'engage sur une pente un peu glissante, qui manque de confort à son goût. En attendant il va être son nouveau professeur particulier de sorte à ce qu'éventuellement elle puis peut-être espérer comprendre quelque chose à toutes ces choses de mathématiques beaucoup trop compliquées pour elle, de ce qui est sortit. Aussi prend-t-il place jusqu'à ce que la bibliothécaire le sermonne verbalement, ce qui le conduit à demander si ils pourraient aller s'installer chez elle. La demoiselle déglutit, alors qu'elle n'aurait jamais envisagé cette situation possible. Mauvaise idée, c'est ce qu'elle se dit tout d'un coup comme elle essaie d'entrevoir la chose. Sa mère ne supporterait pas de la voir s'occuper de son parchemin, perdre son temps à ça.

"- Mauvaise très mauvaise idée, ma mère ne supporte pas l'idée que je puisse passer mon temps à étudier ce genre de truc, elle préférerai que je soit en train de répéter pour un prochain concours, plutôt que de me voir le nez perdu dans mes cahier, c'est pour cette raison que j'ai tant de travail à faire et que je me rend ici, parce que comme ça tu vois je peut y avoir la paix et pour faire ce que j'ai à faire certains soirs, c'est vraiment de ça dont j'ai besoin." explique la brunette avec un sourire un peu forcé pour le coup maintenant.
Revenir en haut Aller en bas


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: « Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. » Mar 5 Aoû - 23:03

Depuis quelques temps, la vie amoureuse de Carl était un peu chaotique. Enfin, elle l'était toujours. Mais récemment, entre Gabrielle, Naya, et Joy, ça faisait beaucoup à digérer, et il s'était mis en tête de rester concentrer sur ses études, et ne plus rien chercher de sérieux côté relations, puisque de toute façon, Gabrielle n'était pas faite pour lui, Naya était toujours on ne savait pas où, Joy le fuyait, et Carl ne connaissait personne d'autre digne de son affection. Ou tout du moins pour l'instant. Et il comptait aussi mettre fin à ses expériences gay. Il s'était donc fait embrigader dans quelque sauteries, mais vraiment que deux ou trois, car il cherchait à tout faire pour avoir son année. S'il voulait contrer les plans de ses parents grincheux, fallait qu'il se tape une très bonne note à ses examens, et faire les démarches pour son année suivante, afin de montrer à ses parents qu'ils n'avaient pas le choix. Ceci-dit, ce n'en serait pas plus facile.

Il se retrouvait donc, sans avoir à anticiper, à draguer une inconnue dans la bibliothèque. Quand elle lui répondit après leurs premiers échanges, il écarquilla les yeux en souriant, surpris d'entendre de telles paroles. Cela ne l'atteignait pas du tout et il finit par éclater de rire. « De l'humour, c'est bien. » fit-il après coup, en lui donnant une tape sur l'épaule. « Mais ça t'aidera pas pour tes devoirs ! » Il s'assit à côté d'elle, et lui proposa de retourner chez elle, avec des sous-entendus bien évidemment pas innocents. Mais Ruth refusa, sous prétexte que sa mère ne voulait pas, et elle se mit à déblatérer d'une traite pourquoi elle était là et pourquoi elle faisait ce qu'elle faisait ici. « Tu cours encore dans les jupes de ta mère à ton âge, toi ? » fit-il comme seule réponse. Ce n'était pas avec un air méchant, ni méprisant, mais réellement surpris. Elle devait avoir presque dix-huit ans, et cela lui semblait incongru qu'elle respecte les volontés de sa mère à la lettre. D'un autre côté, cela faisait bien longtemps que Carl n'en faisait qu'à sa tête côté conseil parental. Il soupira, et sourit à Ruth. « Bon. Je te laisse mon numéro, tu m'appelles quand t'as besoin. » lui dit-il en prenant un de ses crayons et en notant son numéro sur le haut de son cahier. « Pour n'importe quoi hein, j'insiste ! » rajouta-t-il en la regardant bien dans les yeux avec un sourire en coin. Puis il s'adossa contre sa chaise, et joua avec le crayon qu'il avait en main. « Tu veux peut-être déjà un petit coup de main pour ton exo, là ? » demanda Carl, en jugeant de la facilité qu'était l'exercice pour lui. Cela l'ennuyait de devoir rester dans cet endroit, sachant qu'il aurait bien voulu se fumer une petite clope,mais parfois, fallait savoir faire des concessions.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. » Dim 10 Aoû - 19:01

La brunette dans sa bibliothèque, sauvée par un preux chevalier. La jeune femme en rirait presque et d'ailleurs elle tente de faire un trait d'humour. Un trait d'humour qui lui vaux une remarque de la part de son interlocuteur qui lui fait comprendre que c'est bien d'avoir le sens de la drôlerie mais que ce n'est pas cela qui va lui venir en aide pour finir ses exercices de mathématique. Oui ça elle l'a déjà bien compris. Elle n'a pas besoin de lui pour remarquer que l'amusement et la blague ne peuvent pas la servir pour venir à bout de son fichu exercice de mathématique. Ouai bon, il ne veux pas l'aider à finir sa copie au lieu de la charrier celui là ? Allumer le lampion dans son esprit. Ce serait un peu comme du management d'idée. Mais non, évidemment. Ces mecs c'est bien tous les mêmes c'est incroyable. Et en plus il se moque d'elle parce que sa mère dirige encore sa vie malgré son âge. Ahahah. Tellement drôle que la demoiselle va en pleurer de rire tiens... Non en fait cela n'a rien de drôle. La demoiselle n'a même pas le choix c'est pas comme si elle avait les moyens de se défaire facilement de sa génitrice.

"- Ahahah t'en a d'autres des comme ça ? Que je sache si je peut t'offrir des cours à l'école du rire ou si ça va..." lance la demoiselle un peu agacée.

Il lui laisse son numéro mais qu'est-ce qu'elle s'en fou ! La jeune femme dans l'immédiat voudrait surtout avoir l'infime honneur d'avoir le DROIT de faire son exercice - malgré l'agacement évident que ce dernier lui procure - ce n'est pas demander beaucoup pourtant, si ? La brunette lève les yeux au ciel, mais justement à ce moment là tombe une proposition devenue inespérée, le jeune homme souhaite lui venir en aide. Non mais c'est vrai, il ne dit pas ça pour rire ? La brunette tourne sa feuille vers lui en espérant que ce dernier va bien vouloir lui expliquer ce qu'elle doit faire, comment elle doit s'y prendre pour venir à bout de cet exercice qui lui donne du fil à retordre.

"- Je veux bien un petit coup de main si cela ne te dérange pas en effet..."
Revenir en haut Aller en bas


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: « Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. » Jeu 18 Sep - 21:46

Carl se renfrogna. La jeune fille était bien jolie, mais elle n'avait pas beaucoup d'humour. Et les gens sans humour, il aimait pas ça. Enfin, ''humour'', il fallait quand même nuancer. Carl n'était pas connu pour être un gars qui amusait la galerie non plus, mais disons que dans le cas présent, il était quand même disposer à faire des traits d'humour, ou en somme passer un bon moment avec Ruth. Mais non, elle semblait exaspérée. Carlos soupira légèrement, commençant à s'ennuyer. Il se demandait si ce n'était pas mieux qu'il s'en aille, là, en la laissant à sa mauvaise foi et ses devoirs. Il se rendait compte de plus en plus que les deux jeunes gens n'avaient vraiment rien en commun, au final, et tout d'un coup, son idée de drague sembla beaucoup moins drôle. Mais qu'avait-il de mieux à faire ? Rien. Alors il se remit à sourire et proposa finalement son aide pour l'exercice de physique. De toute façon, il n'allait pas non plus la forcer à faire l'exo chez elle, et honnêtement, avoir une histoire avec quelqu'un d'aussi mal embouché, non merci.

Ruth accepta son aide, et Carl s'assit donc à côté d'elle, et regarda de plus près son exercice. « Alors, voyons. » fit-il en fronçant les sourcils. C'était le genre d'exercice qu'il trouvait banal, car il en faisait depuis des années. En regardant donc les questions, il savait qu'il pourrait donner les réponses sans problème. « Bon ok. Donc tu as fait quoi jusque maintenant ? » demanda-t-il, sans vraiment attendre de réponse, prenant le cahier de Ruth pour voir son tableau et la réponse aux questions. Il lut rapidement, et en effet elle n'avait pas fait grand chose. Rapidment, le Spencer trouva le bon moyen de lui expliquer (bon là je vais inventer, on va dire que ce qu'il dit est compréhensible hein xD). « Donc, tu vois, le but c'est d'arriver à ce qui se trouve dans la colonne du bas. » Il pointait du doigt en même temps ce qu'il désignait. « Et pour y arriver, tu dois utiliser les données du TP expérimental que tu as dû faire en cours normalement, et puis là, là et là, tu dois écrire la donnée moins x, avec le facteur qui se trouve devant. Tu vois, là si tu as 3H20, tu met ta donnée moins 3x ! Sauf que dans un tableau,  on met zéro dans la colonne d'H20. » commença-t-il par expliquer, en essayant d'avoir un hochement de tête de Ruth. Il continua ainsi pendant quelques minutes, avec des schémas et des explications précises. « Tu as compris ? » demanda-t-il finalement, alors qu'il avait fait le tour de tout ce qu'il pouvait expliquer. Il espérait lui avoir appris une méthode qui pourrait lui servir pour ses prochains exercices. Carl lui sourit alors, plein d'espoir. Finalement, il pourrait bien faire prof.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: « Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. » Mar 23 Sep - 17:11

L'homme parait un tantinet... bizarre, quand la jolie Ruth ne se montre pas très enthousiasmé par sa blague sur le fait de courir dans les jupons de sa mère sitôt que quelque chose ne va pas. Reste que ce n'est pas drôle et la demoiselle n'a pas forcément l'envie de rien en prime, comme elle est en pleine torture de son esprit pour essayer de résoudre cette saleté d'exercice. Ce qui ne l'a cependant pas empêchée de faire elle-même une micro blague un peu avant sur la question de la modestie du jeune homme. Enfin bon, la brunette se sent lasse et a déjà l'impression en plus que du coup le jeune homme ne voudra pas l'aider pour le coup et cela lui mine le moral. Cela le lui torpille, carrément.

L'homme prend pourtant place aux côtés de la demoiselle, contre toutes attentes de la part de cette dernière et après avoir lut les questions de l'exercice qui lui prend la tête ainsi, il demande à voir ce que la brunette a fait jusque là. Des gribouillis, du brouillons. Elle cherche la solution. Elle a deux-trois pistes mais elle a rien trouvé de vraiment folichon. Et le jeune homme commence à lui fournir des explications sur la manière dont elle devrait procéder pour réussir à mener à bien son exercice.

"- Ok."

La demoiselle regarde, observe. Elle se montre attentive aux propos du jeune homme, élève studieuse. Elle aime apprendre bien plus que l'on ne peut le penser et elle est loin d'être bête, si on lui laisse l'opportunité de se pencher sérieusement sur la question. Du coup, avec les explications de son interlocuteur, tout devient clair dans son esprit et la demoiselle finit par dessiner sur ses lèvres un sourire, avant de lever le visage vers le jeune homme.

"- Oui. Oui j'ai compris ! Merci beaucoup ! Et donc... si je fais ça et ça et ça...." répond la demoiselle qui essaye de résoudre l'exercice sous le regard de son interlocuteur pour que ce dernier puisse la corriger si il voit que son élève commet une erreur. Limite les mathématiques c'est aussi con qu'un peu de cuisine. Des oeufs, de la levure... Voilà de jolies verrines. C'est pas sorcier, c'est pas de la salade, c'est juste de la logique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: « Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. »

Revenir en haut Aller en bas

« Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les broderies au point compté de la souris
» LA souveraineté d'Haiti , mon oeil !
» Entretien matériel de base
» [Fe] C'est pas forcément la taille qui compte ! {RP Wonderlandien}
» Supprimer/Créer compte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-