Partagez|

Wicked game | Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 710
Etudes/Metier : Année sabbatique, réfléchit à une reconversion
Love : Kwa ?
Humeur : Pétillante

Inscription : 20/11/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Scarlett Spencer - Katlina Evans



MessageSujet: Wicked game | Gabriel Lun 4 Aoû - 0:31


Vers 22h…

Savannah cligna des yeux une nouvelle fois. Les verres d’alcool qu’elle venait d’ingurgiter se diluaient rapidement dans son sang. La jeune femme se torturait l’esprit tandis que la peur lui labourait le ventre chaque seconde un peu plus. Elle avait crû que la facilité échappatoire que lui offrait la boisson lui allégerait les pensées et rendrait la soirée moins difficile mais son esprit ne pouvait s’empêcher de lui représenter son image… celle de celui qu’elle redoutait d’affronter depuis bien trop longtemps mais qui refusait de la laisser en paix et de quitter sa tête. Devant la vision mentale qui se présentait à elle depuis le début de la journée, Savannah avait essayé de toutes ses forces d’oublier. Toutefois, ne dit-on pas que l’alcool révèle les vérités les plus enfouies ? La jolie blonde n’arrivait plus à taire ce qui s’agitait en elle depuis des mois. Son couple avec Jay n’était qu’une mascarade destinée à se protéger du monde extérieur en attendant que le temps passe. Mais le temps ne faisait pas son œuvre. Elle ne l’oubliait pas, ni lui ni l’ivresse de vie qu’elle ressentait en sa présence. Il la mettait constamment au défi, la prenait comme elle était au détour de ses folies, endurait chaque nouveau coup, la surprenait chaque jour qui s’écoulait… Gabriel savait comment la déstabiliser. Savannah commanda un nouveau verre de whisky, un puissant éthylique destiné à ce qu’elle ne se rappelle même pas son nom, ni son image imprimée sur ses rétines. Les minutes s’égrenaient, la nuit tombait… Au terme de ce nouveau verre, elle se leva chancelante, brûlante d’une conviction nouvelle, celle qui l’animait à nouveau et guida ses pas dans les ruelles jusqu’à sa porte. Fébrile et hésitante à frapper sur cette même porte, cette fois, une autre crainte lui empoigna la gorge. Savannah n’avait pas peur de Gabriel ou de l’accueil qu’il allait lui réserver. Elle se rendait juste compte qu’elle avait peur d’avoir été trop loin ou d’avoir attendu trop longtemps. C’était ridicule de revenir ainsi vers lui après tous ces mois écoulés, ridicule d’oser espérer quoique ce soit d’autre, et pourtant, elle voulait s’expliquer, justifier la décision radicale qu’elle avait prise un peu plus d’un an auparavant sans même lui avoir donné la véritable raison. Pourquoi ressentait-elle donc ce maudit besoin de le faire alors qu’elle n’avait jamais pris la peine de se justifier ainsi devant qui que ce soit, pas même devant ses parents après un retour trop tardif de soirée dans sa jeune adolescence ? Parce que c’est elle qui l’avait quitté et avait perdu ce qu’ils qualifiaient comme leur jeu. Mais leur jeu avait-il vraiment cessé un jour ? Non, jamais. Dans un instant de lucidité passagère, Savannah frappa donc à la porte, espérant que Gabriel serait celui qui viendrait lui ouvrir. Avait-elle franchi une ligne de trop en jouant avec le feu et quelque chose de plus profond que cette amitié qui les liait ? Un autre souvenir lui revint en mémoire. À l’instant où il l’avait embrassé pour la première fois au nouvel an 2012, elle avait senti ce froid glacial envahir ses sens et hurler à tout son être un message idiot, stupide, digne des amoureux des cours de récrés. Savannah avait refusé de céder à ses cris intérieurs et, trop fière pour avouer qu’elle s’attachait plus que de raison, pourvue de futiles sentiments qu’elle considérait comme passagers dans un moment où elle se sentait plus fragile, elle n’avait rien écouté d’autre que son autre version d’elle, plus sournoise et diabolique, qui lui interdisait de baisser la garde et de croire en ces conneries d’adolescents boutonneux et en manque d’affection. Savannah s’était trompée, lourdement, et le prix de cette vérité avait marqué la fin de son lien sordide de faux couple avec Gabriel. La nuance était limpide dans sa tête : elle s’était interdit de continuer cette mascarade par peur de faire un faux pas et de dévoiler un attachement pour au final le perdre. Mais c’était justement à cause de son acte de rejet sans aucune explication qu’il avait quitté le paysage de sa vie. Ridicule paradoxe ! Trop blessée par le passé, elle avait préféré jouer la carte de l’indifférence, partir fièrement plutôt que d’avouer une quelconque faiblesse dont il aurait pu profiter. Prise à son propre jeu… Il ne pouvait rien savoir des questions qui se bousculaient dans sa tête… Tout au long de sa fade existence, Savannah avait fait en sorte qu’on n’attende jamais rien d’elle. Fuyant les responsabilités comme d’autres avaient la phobie des araignées, elle avait sombré dans l’horreur absolue d’une émotion jusqu’alors inconnue. Certains prétendaient qu’il était douloureux d’être seul dans son monde, de ne rien en partager, mais qui avait songé un jour à la peur que pouvait ressentir une personne qui en trouvait une autre si semblable à elle-même ? Qui s’était un jour demandé ce que ces êtres en pleine indécision, devraient endurer davantage s’ils devaient affronter en plus les attentes de cette personne qui leur était devenue si complémentaire ? Sortant de ses pensées, Savannah se rendit alors compte qu’l lui avait ouvert la porte et la regardait d’un air surpris, s’attendant certainement à voir tout le monde sauf elle… Quelques secondes s’écoulèrent, elle ne bougea pas d’un pouce. Puis, telle une petite fille perdue dans un monde décalé, hors de son temps, elle se réfugia comme si de rien était dans ses bras, sa joue se posant contre son torse, son souffle chaud atterrissant dans son cou, tandis qu’inconsciemment, l’esprit terriblement embué par l’alcool, elle resserra ses bras autour de lui. Ses boucles blondes devaient empester le whisky, mais peu importait, au cœur de sa fragilité momentanée, en cette soirée, loin de leur quotidien, perdue dans ses bras, Savannah tentait désespérément de lui signifier par ce geste qu’elle voulait se rattraper. Se rattraper loin des mots et de tous ces mois perdus. Souffle contre souffle, leurs regards éloignés et pourtant si proches par leur esprit, Savannah s’effraya elle-même au fil des secondes qui s’écoulaient. Il était tellement ancré dans sa tête qu’elle n’était plus sûre si Gabriel était bel et bien en face d’elle ou non. Cependant, malgré cette incertitude quant à sa lucidité, la jolie blonde ne pouvait se résoudre à briser le silence nocturne. Lui laisser transparaître quoique ce soit ou ne lui avouer ne serait-ce qu’un mot serait comme attendre le moment fatidique où elle pousserait son dernier soupir : impossible. « Et si nous rations juste notre amitié ensemble, serait-ce suffisant ? » Articula-t-elle difficilement. Amitié. No way. Mais c’était tout ce qu’elle savait dire pour le moment… Tous deux savaient qu’elle les détruirait, qu’elle réduirait à néant chaque infime possibilité différente que celle de leur jeu sempiternel. Pourtant, incapable d’avancer sans le retrouver, Savannah ne comptait pas partir de cette maison sans s’être expliquée. L’esprit toujours embué d’alcool, elle quitta ce contact étrange et s’assit, titubante, enfermée dans sa bulle décalée, sur le porche de la maison des Farnsworth. Beau tableau extérieur, ironique d’ailleurs : une alcoolique venue gratter l’amitié du chef de la police.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Lun 4 Aoû - 1:37

La soirée était fraiche, calme et agréable. Rien ne laissait supposer la tournure qu’aller prendre cette soirée. Gabriel était épuisé, après une longue journée de boulot ou il avait sillonné la ville de long en large. Allonger sur son lit, il regardait le plafond, songeant à la manière dont il allait occuper son weekend. Il avait besoin de prendre l’air, sortir de son quotidien. Les journées étaient devenues trop monotones et cela l’épuisait. Il songeait depuis quelques temps à ce payer ce qu’on pouvait appeler des vacances. Malheureusement il était dur avec son boulot et les évènements du moment de s’absenter plus de deux petites journées. Cela limitait les possibilités. Un frappement à la porte le sorti de ses pensées. Qui pouvait bien passer à cette heure tardive. Surpris il se leva et enfila un t-shirt noir posé sur le dos de sa chaise avant de se diriger vers l’entrée. Quand il tourna la poignée, il était loin de penser qui l’attendait derrière… Gabriel se figea. Silence…. Savannah se tenait devant lui, empestant l’alcool à des kilomètres. Ses yeux brillaient, elle avait l’air complètement perdue. Mais qu’est-ce qu’elle foutait là ? Par chance, il était bien luné. Dans l’encadrement de la porte , face à la jeune femme. Il s’attendait à ce qu’elle dise quelque chose, au moins un bonsoir, mais non, il la vit fondre sur lui et se blottir contre son torse avant même de lui adresser le moindre regard.
Gabriel stoppa tout mouvement. Incapable du moindre geste il se figea un instant. La douce odeur de la jeune femme mélangée à celle de l’alcool était étrangement grisante. Il ne savait pas ce qu’il se passait, mais il comprenait une chose. La chose la plus débile à faire en ce moment serait de la repousser. Ses bras se refermèrent doucement autour du frèle corps de Savannah alors qu’il poussait un profond soupir, soupir qui se voulait apaisant et rassurant. C’était le genre de situation où il ne pouvait pas lui dire non, ou il craquait, encore une fois. Il la serra fort contre lui, comme pour lui dire – ce n’est pas grave – Il écouta ses paroles, le menton posé sur le dessus de sa petite tête blonde. Un mince sourire se dessina sur ses lèvres. Il prit un pas de recul afin de mieux la regarder, afin de croiser son regard, enfin. Elle semblait perdue, comme si elle avait des choses à dire, tant de choses. En temps normal, Gabriel lui aurait peut-être fermé la porte au nez, sans même lui accorder la moindre attention. Après tout, après ce qui c’était passé, s’aurait été logique. Il lui en avait tellement voulu pourtant. Mais la voir ainsi rendait la chose impossible. Il n’avait rien oublié d’elle, cela faisait plus d’un an, même s’ils se croisaient de temps à autre… Il se l’avouait tout de même elle lui manquait. Il ne s’était pas passé un jour sans qu’il ne pense à elle et cette histoire incompréhensible. Il ne répondit pas à sa question. Il se doutait que sa venue n’était pas une simple visite de courtoisie mais il voulait alléger un instant l’atmosphère. Il envisageait les prochaines minutes assez difficiles et il voulait profiter de sa bonne humeur passagère à lui, pour essayer d’en tirer quelque chose de bon, à vrai dire il était content de la voir… il aurait aimé que ça dure encore un moment.. Il prit sa main dans la sienne. Si douce, si fine… ce contact aussi lui avait manqué… « C’est chouette que tu passes… » ouais, il n’avait rien trouvé de mieux à dire, bref….Il était encore temps de se rattraper, il lui fit un nouveau sourire, plus sincère cette fois si, il aurait aimé qu’elle comprenne que c’était vrai. Il n’avait pas l’habitude de le dire.

Alors il tira légèrement sur sa main pour l’entrainer avec lui dans la maison « viens. » Il l’amena jusqu’à sa chambre dans laquelle il la laissa entrer. « Assied toi je reviens. » Il montra le lit d’un signe de tête pour lui indiquer ou prendre place puis il retourna à la cuisine ou il récupéra dans les placards une bouteille de Whisky et deux verres dans lequel il mit quelques glaçons. Ce geste lui arracha un ricanement alors qu’il retournait vers Savannah, c’était une chose certaines, ils avaient au moins ça en commun. Il lui tendit un verre, il y versa de cette liqueur ambrée, puis il remplit également le sien. « Tiens, pour rester dans le thème de ta soirée » Il lui adressa un clin d’œil rieur puis s’installa à ses côtés. Il prit une gorgée de whisky qui eut pour effet de bien le réveiller. «  Alors… Que me vaut cette belle visite ? La dernière fois que tu es passée me voir à cette heure à l’improviste, j’en garde plutôt un mauvais souvenir, alors je sais pas trop si je m’inquiète ou pas…» Son ton se voulait léger Ses yeux rivés dans les siens il cherchait désespérément dans le regard de la jeune femme quelque chose qui expliquerait sa présence, et cet air si désemparé.


Dernière édition par Gabriel Farnsworth le Sam 9 Aoû - 22:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 710
Etudes/Metier : Année sabbatique, réfléchit à une reconversion
Love : Kwa ?
Humeur : Pétillante

Inscription : 20/11/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Scarlett Spencer - Katlina Evans



MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Lun 4 Aoû - 14:04


Il ne la repoussa pas. Surpris de la voir débarquer au seuil de sa porte, Gabriel lui rendit à peu près son étreinte avant de glisser sa main dans la sienne et de l’entraîner à l’intérieur jusqu’à sa chambre. Alors qu’il partit chercher de quoi les faire carburer la nuit, Savannah avança de quelques pas lents dans cette pièce où elle se revoyait lui adresser un mot quelques mois auparavant pour lui rendre ses clefs, après plusieurs appels sans réponse de sa part. Elle pouvait comprendre qu’il n’avait plus voulu lui parler après la façon dont ils s’étaient quittés un an auparavant. La jolie blonde s’en était tout de même surprise, puisqu’à la base, rien de tout ce qu’ils avaient partagé n’était censé avoir signifié quelque chose de vrai. Or sa réaction avait laissé entendre le contraire… Savannah s’installa sur le lit sous le coup de cette réflexion évidente qui venait de lui exploser au visage. En effet, pourquoi donc Gabriel avait-il eu une réaction aussi contrastée contre elle si tout cela n’avait rien représenté pour lui non plus ? Était-il possible qu’elle n’était pas la seule à se mentir à elle-même ? La jeune femme en était là dans ses pensées, lorsqu’il revint dans la pièce. Alors qu’il aurait eu tous les droits pour la repousser après ce débarquement à l’improviste de sa part, il n’en avait rien fait. Au contraire, elle lisait dans son regard toutes les questions auxquelles elle n’avait jamais pu lui répondre. La rejoignant sur le lit, Gabriel lui tendit un verre rempli de whisky, une idée bienvenue qui aiderait sans doute Savannah à faire tomber les derrières barrières qui lui encombrait l’esprit. Il lui demanda ensuite la raison de sa venue en s’asseyant à côté d’elle. Alors qu’il attendait patiemment sa réponse en buvant une gorgée de son verre, Savannah lui caressa la joue de la main, complètement embuée d’alcool, un sourire béat accroché au visage. Ce simple contact électrisa la jeune femme, comme si elle redécouvrait la carte de ses expressions et qu’elle tentait d’en percer le secret pour se frayer un chemin dans sa tête et savoir ce qu’il pensait à cet instant précis. Puis, ses doigts glissèrent dans le vide, coupant la connexion fragile qui venait de s’installer l’espace d’une seconde. Savannah ne savait pas quoi dire, ni ce qu’il voulait entendre. Elle était partagée entre la peur, la fierté et le désarroi. En cet instant, il était un homme, elle n’était qu’une petite fille, fragile, fébrile, brisée. Cette dernière année écoulée, la jolie blonde était apparue plus forte et plus stable que jamais, sans mauvaises histoires au compteur. En vérité, Savannah s’était dans le plus grand secret enfoncée plus que jamais. Loin des moments partagés avec Gabriel qui avait nourri son quotidien d’entrain, elle avait sombré dans l’enfer monotone de son existence au travers de douces substances blanches et euphoriques. Elle devenait dépendante de cet autre monde, explorait d’autres voies, tandis que la lointaine ‘protection’ que lui offrait sa relation avec lui était loin. Gabriel avait fermé les yeux à toutes ses frasques, mais quand elle était « avec lui », Savannah avait au moins appris à se fixer des limites toute seule, pour une simple raison : ne pas lui attirer des ennuis. Elle avait trouvé un but pour le faire. Désormais, plus rien ne l’en empêchait, plus de limites, rien. Quel bel air devait-elle avoir devant lui, à l’image d’une épave émotionnelle ambulante qui débarquait à pas d’heures, un boulet qui aurait mieux fait de décamper définitivement de sa vie, lui le chef de la police pour qui elle n’était pas une fréquentation souhaitée… Toutefois, aussi perdue était-elle dans son monde, Savannah avait bien compris, avec une lucidité surprenante dans son état d’ébriété avancé, que Gabriel avait aussi ses propres secrets, bien plus lourds qu’il n’y paraissait. Une épave oui, stupide non. Elle le sentait dans chacun des pores de sa peau. Il la comprenait. Seule une personne vivant des situations semblables pouvait le faire, les autres ne la considéreraient à force plus que comme un déchet bon à jeter de leur vie, à la longue de la voir se laisser entraîner vers des fonds toujours plus vertigineux. « Je me suis toujours demandée ce que toi tu cachais. » Lâcha-t-elle alors des paroles lourdes de sens, qui traduisait ses pensées. Elle comprit au moment de les prononcer qu’elle venait de toucher un point très sensible. Son regard le trahissait bien plus qu’il ne l’aurait voulu, sans doute. Savannah, loin de se douter de l’impact de ses paroles, puisqu’elle n’était pas vraiment maitre de ce qu’elle disait et laissait libre cours total à ses réflexions, donna à ses lèvres la chance de goûter une nouvelle fois au liquide doré. La chaleur du whisky dans sa gorge lui donna quelques couleurs sur ses joues aussi blanches que celle d’un cadavre nocturne désarticulé. Savannah n’était pas dans sa plus grande forme mais elle s’en fichait éperdument. Enfin, l’âme en berne, elle lâcha ce qu’elle avait sur le cœur, ou plutôt arracha la chaîne qu’elle portait autour du cou, au bout de laquelle était accrochée une bague sur laquelle était gravée une des vérités qui l’avait poussée à quitter Gabriel. Elle souleva le bijou à hauteur de son champ de vision avant de le lui remettre pour qu’il le considère plus en détail. Non, ce n’était pas une demande en mariage douteuse qu’elle venait de lui faire, mais l’aveu d’une folie née quelques années auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Lun 4 Aoû - 17:28

Face à face, murés dans le plus profond des silences ils s’observèrent un moment. Il y avait quelque chose de bouleversant dans l’image que dégageait Savannah, assise sur ce grand lit. Dur à dire tout ce qu’il pouvait lire dans son regard. Son visage semblait marqué de souvenirs douloureux. Elle semblait être au bord de la noyade, l’émotion et l’alcool rougissait légèrement ses joues et Gabriel se surprenait à avoir une irrésistible envie de la serrer dans ses bras. Rien n’avait changé, il ne supportait toujours de la voir en quelconque difficulté. Lorsque les doigts fins et délicats de son amie vinrent se poser sur sa joue il ferma un instant les yeux pour ne pas laisser transparaitre ce frisson grisant qu’il venait de ressentir le long de son dos. Ça faisait si longtemps, c’est comme s’il redécouvrait quelque chose. Elle retira sa main aussi rapidement qu’elle n’était arrivée, laissant une étrange sensation de vide sur la joue de Gabriel.

Ce qui s’en suivit fut troublant, tellement inattendu. Elle parla enfin. Elle fit allusion à quelque chose qu’elle aurait surement dut taire, elle s’aventurait sur un terrain dangereux. Ce que cachait le jeune homme ne regardait vraiment que lui, il était hors de question qu’elle ne sache quoi que ce soit, surtout que ça ne la concernait absolument pas. «  je ne te cache rien qui puisse mériter que tu t’inquiètes pour quoi que ce soit, alors ne te persuade pas que je détient un grand secret. » Lors du dernier passage de la jeune femme chez lui à l’improviste, Gabriel n’avait pas été là pour l’accueillir, son frère l’avait laissé entrer qu’elle puisse déposer un mot sur son lit. Ça l’avait rendu fou, il s’était empressé de la contacter, lui ordonnant de ne jamais passer chez lui sans prévenir, forcément cet excès de colère injustifié lui avait mis la puce à l’oreille. Garder son calme était sûrement la meilleure chose à faire maintenant pour éviter tout soupçon. Il était hors de question qu’elle se mette en danger à vouloir mettre son nez dans les affaires des autres, il fallait qu’elle oublie tout ça, tout cette histoire, mais avait qu’il n’ait le temps d’ajouter quoi que ce soit, il la vit détacher la chaine qui ornait son coup pour la lui tendre. Il s’en saisit alors.

A la vue de ce bijou qu’elle lui  tendit il eut un mouvement de recul, comme une amère déception qui venait de s’emparer de tout son être. Il avait envie de lui demander si ce n’était pas une blague, si elle ne se foutait pas un peu de sa gueule, mais c’était délicat, ça faisait si longtemps qu’ils ne s’étaient pas vu, il ne pouvait lui en vouloir d’avoir vécu ! Et au fond, ce n’est pas comme s’ils avaient déjà été dans une relation qui implique un quelconque sentiment de jalousie. Il ravala donc sa déception, il fit abstraction de tout ça. Elle avait vraiment de la chance qu’il soit de bonne humeur ce jour-là, et enclin à la discussion, mais il se retrouvait fort déçu de devoir discuter de ce genre de choses. « Bien, j’espère que vous êtes heureux… » Il était sérieux ? Tout ce qu’il avait trouvé à dire. Il se maudissait. Décidément il ne savait plus à quoi s’en tenir, ni trop sur quel pied danser. Pourquoi lui montrait-elle se bijou, quel message voulait-elle lui faire passer ? Il ne comprenait plus rien, s’attendant à tout sauf ce genre d’aveux. Il était mal à l’aise. Que devait-il faire ? La féliciter ? Lui demander depuis combien de temps ça dure ? Était-ce la raison pour laquelle elle l’avait rayé de la vie un an auparavant ? Dur à dire, ou plutôt à comprendre. « Je vois que tu t’es tenue à ce que tu m’as dit. Tu ne t’es pas empêché de vivre autre chose… » Pour Gabriel s’avait été tout le contraire, après cette histoire sans queue ni tête avec Savannah il avait mis tout ce qui pouvait ressembler à une relation avec une femme de côté. Se contentant à l’occasion d’égarement, le temps d’une nuit. Il ne parvenait pas, à faire confiance, ni à lui, ni aux autres, il avait peur du vide intersidéral que représentait l’amour et ses aléas…


Dernière édition par Gabriel Farnsworth le Sam 9 Aoû - 22:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 710
Etudes/Metier : Année sabbatique, réfléchit à une reconversion
Love : Kwa ?
Humeur : Pétillante

Inscription : 20/11/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Scarlett Spencer - Katlina Evans



MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Lun 4 Aoû - 20:50


Comme Savannah l’avait deviné, Gabriel se referma aussitôt comme une huître lorsqu’elle mentionna qu’il cachait quelque chose. Sa réaction disproportionnée à chaque fois qu’elle s’engageait dans ce sujet, même l’esprit embué d’alcool, sonnait étrangement à ses yeux. Il essayait d’user de toute sa force de persuasion pour la dissuader de croire à de telles sottises, sauf qu’elle n’était pas de ces blondes écervelées que l’on voyait souvent à la télévision. Savannah dégageait une intelligence rare, intuitive, si naturellement empathique envers les autres, pour elle qui se la jouait pourtant si indifférente. Ce n’était qu’une apparence. « J’en suis, au contraire, convaincue. Mais ne t’inquiètes pas, je n’ai pas besoin de savoir. » Le rassura-t-elle dans son état d’ébriété déjà avancé. Elle ne risquait même pas de ce souvenir de tous les détails de cette conversation de toute façon. Toutefois, il ne fallait pas prendre une maîtresse de la manipulation comme elle pouvait parfois se montrer pour la première des novices. Le policier dénotait souvent dans son comportement, très peu dans son assiette dès qu’elle osait aborder cette question. Il n’avait pas intérêt à réitérer quand elle serait dans un état plus normal, car cette fois-là, Savannah s’en rappellerait parfaitement. Pour se dépatouiller du sujet, Gabriel lui retourna alors les questions quant à la véritable raison de sa venue chez lui, après tout ce temps à faire la morte ou plutôt à ne plus donner signe de vie. Comment aurait-elle osé le faire après la façon dont tout s’était terminé et l’appel incendiaire qu’il lui avait passé parce qu’elle était simplement revenue lui rapporter ses clefs à un moment où il n’était pas chez lui ? La jolie blonde avait bien compris qu’il avait tout fait pour l’oublier et l’écarter définitivement de sa vie. Enfin, ça c’était avant, avant qu’il accepte de la laisser entrer aujourd’hui. En guise de réponse à ses interrogations, Savannah qui ne parvenait pas à trouver ses mots, lui tendit un bijou, dont il comprit directement la signification. Elle crut discerner une amère déception dans son regard et il réagit exactement comme il avait réagi environ un an auparavant, quand elle lui avait demandé de stopper cette fausse relation entre eux. Gabriel partit dans un quiproquo en constatant « qu’elle n’avait pas perdu de temps » et en lui souhaitant tout le bonheur du monde. « Tu te trompes tellement. » Le coupa-t-elle aussitôt dans son élan de colère. Retrouvant une once d’esprit, elle résuma la situation plus clairement. « C’était avant que tu reviennes de Magnolia… une bêtise d’une nuit. Il… il a une influence sur moi qui me pousse à faire des choses que je ne me croyais pas capable, un jeu tout aussi stupide. Je le déteste. » S’écria-t-elle. « Quand je t’ai ‘quitté’ l’année dernière, je m’en voulais, j’avais redérapé et… je ne devais pas te rendre de compte mais je m’en voulais. » Elle baissa les yeux devant ce nouvel aveu. S’en vouloir… En effet, si elle avait ressenti ce sentiment de culpabilité, ça ne pouvait signifier qu’une chose, Gabriel, en fin enquêteur qu’il était au sein de la police, n’était peut-être pas très bon en psychologie féminine, mais il pourrait néanmoins comprendre la valeur de ce détail. Ce pseudo-mariage n’était que le sommet de l’iceberg de ses problèmes ou même des raisons qui l’avaient poussée à le quitter, c’est son attachement pour lui qui prenait de plus en plus d’ampleur en tête qui l’avait le plus effrayée, un aveu qu’il pourrait sans doute facilement deviner entre ses lignes. Savannah se tut et vida son verre, se servant elle-même une nouvelle ration. Elle croisa ses jambes sous elle pour s’installer plus confortablement sur le lit de Gabriel, sans même se rendre compte de ce qu’elle venait de dire à voix haute, pensant toujours dans le fond de sa tête, qu’elle n’était pas réellement chez lui, auquel cas, il ne l’aurait sûrement pas laissé rentrer. « Tu en fais une tête. » Son rire résonna dans la pièce comme une douce mélodie, oublieuse de la bombe qu’elle venait de lâcher, oublieuse surtout de la façon dont il pouvait prendre les choses à cœur quand ça la concernait. Et c’est là, à cet instant enveloppé d’une banalité affligeante, qu’elle comprit que tout pouvait prendre un nouveau tournant ce soir, voire recommencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Mar 5 Aoû - 20:12

Il était normal après la réaction démesurée de Gabriel suite à son passage à l’improviste que Savannah se pose des questions sur ce qu’il avait tant à cacher. Forcément, la réponse bateau qu’il venait de lui servir n’était pas suffisante… Quand elle termina par le fait qu’elle n’avait pas besoin de savoir, le jeune homme put souffler un peu, cette histoire, ce n’était vraiment pas quelque chose dont  elle devait se mêler, le seul fait qu’elle soit mise au courant risquait de la mettre en difficulté, et une fois de plus, c’était ce qu’il voulait le moins au monde. « Effectivement » Ajouta-t-il afin de clore à la va vite ce sujet délicat, espérant ne plus jamais revenir dessus « Tu n’as définitivement pas besoin de savoir… » Il était navré de lui servir une telle réponse qu’elle aurait très bien pu mal prendre, mais il préférait lui dire cela plutôt que de la laisser douter de quoi que ce soit. Pourtant, quelque part, ce n’était vraiment pas le moment de jouer au plus malin, au cachotier et au menteur, au contraire. S’il y avait bien un moment pour jouer la carte de la sincérité au maximum, c’était maintenant, après cette année de silence, ils se devaient bien ça.

Quand la discussion se tourna vers ce bijou, Gabriel fut à nouveau envahi de doutes sur la raison de la venue de Savannah ici. Jusqu’à ce qu’elle commence à lui expliquer qu’il avait tout faux et à lui dresser la vrai version des faits. Il l’écouta attentivement, dans le silence, analysant chacun de ses mots pour en tirer la meilleure conclusion possible. Tout ça le laissa complètement perdu. Beaucoup d’information en même temps ; Enfin il en interprétait sûrement plus que de nécessaire, mais il voulait tellement trouver une réponse à toutes ces questions…

Elle fit alors une remarque sur la tête qu’il faisait. Effectivement, complètement perdu dans ses pensées, le cerveau qui allait à cent à l’heure, il était incapable de dire quoi que ce soit, aucuns mots ne franchissaient ses lèvres. Il avait besoin d’un petit moment pour digérer toute cette information. Il se resservit alors un verre de whisky et en prit une gorgée avant de parler « Mais pourquoi tu  ne m’as jamais dit tout ça ? » Son ton était calme et posé à nouveau. Il voulait tellement que cette conversation se déroule au mieux ; ce qu’il venait d’entendre était dur à avaler, mais il fallait qu’il relativise et face la part des choses. Au fond elle comprenait très bien pourquoi elle ne le lui avait jamais dit, et à vrai dire, c’était très bien comme ça, si elle le lui avait annoncé plus tôt, la réaction de Gabirel aurait pu être toute autre, bien plus catastrophique sans doute.  Il fronça les sourcils pensant à cet homme avec qui elle c’était embarqué dans cette sale affaire… «  Fais attention… tu as vu comment se terminent les jeux stupides. » Cette petite référence à leur  aventure catastrophique l’amusait un peu quelque part. Il ricana doucement. Il avait assimilé tout ce qu’elle venait de lui dire, il l’avait pris avec une remarquable indifférence… Non pas que ça ne lui fasse rien, au contraire, ses paroles l’inquiétait beaucoup et surtout il prenait conscience des regrets de son amie. Mais il fallait qu’elle comprenne qu’il n’était pas là pour la juger ou lui tenir rigueur des erreurs passées. « Ne t’attire pas d’ennui… » Etait-ce un ordre, un conseil ? Ou était-il en train de la supplier inconsciemment de faire attention à elle. Il n’osait plus lui proposer son aide…  Il voulait repartir sur de nouvelles bases, ne sachant trop encore les quelles, mais il voulait que les choses soit claires entre eux dès le début cette fois.  Devant un tout nouveau tournant de leur amitié, ou de cette relation sans queue ni tête à laquelle il n’avait jamais su trouver de nom, il se trouvait un peu désemparé. Ne sachant plus tellement quoi dire, comme s’ils se trouvaient sur un tout nouveau terrain. Il la scruta un moment, ses yeux bleu son plongèrent dans le regard doux de Savannah, on y lisait de récentes blessures, des tourments qu’il ne connaissait pas. Il aurait aimé prendre cette petite tête entre ses mains et lui dire que  tout irait bien à présent… mais ça, ce n’était peut-être pas à lui de le faire. Face à tant de sensibilité, tant d’émotions à fleur de peau, il était plein de doute… Que devaient-ils faire maintenant… ?


Dernière édition par Gabriel Farnsworth le Sam 9 Aoû - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 710
Etudes/Metier : Année sabbatique, réfléchit à une reconversion
Love : Kwa ?
Humeur : Pétillante

Inscription : 20/11/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Scarlett Spencer - Katlina Evans



MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Mer 6 Aoû - 15:24


Que voulait-elle ? Que cherchait-elle ? Détruire le peu qu'ils avaient ? La haine enflammait ces veines, lui brûlait le cœur, se mélangeant à l'amour renié et l'alcool qui coulait en elle. Elle le haïssait autant qu’elle pouvait s’y attacher. Savannah vida un nouveau verre de whisky après ces nouvelles révélations. La tête qui tournait, elle s’allongea ensuite sur la couverture, recroquevillant légèrement ses jambes contre elle. La jeune femme n’aurait pas dû se laisser atteindre, le masque était en train de tomber en cette nuit. La reine de froideur et d’indifférence qu’il avait côtoyé des mois durant venait d’être destituée de sa couronne, la chute dans laquelle elle se plongeait avec tant de conviction l’avait abîmée bien plus qu’elle ne le croyait pour qu’une insolente perle d’eau salée vienne s’inviter dans le coin de son œil et n’inonde sa joue pâle. Sentiment confus qui se bousculait au plus profond d’elle, elle s’obligeait à repousser chaque élan de son cœur, chaque émotion ressentie de travers envers Gabriel. Perdue, écartelée entre sa raison et ses traites sentiments, Savannah posa son front contre le lit, la respiration saccadée. Lui, que ferait-il après cette soirée ? L’oublierait-il comme elle pensait qu’il y parviendrait facilement ? Resterait-il cet homme froid et solitaire ? Les yeux clos, la jolie blonde entendait son cœur tambouriner dans sa poitrine, son sang pulsait contre ses tempes, ses yeux la brûlaient de larmes contenues… qu’elle ne verserait sans doute pas, à moins d’être dans un état encore plus avancé, lorsque le peu de conscience qui lui restait l’abandonnerait définitivement. Elle retint les perles d’eau sans aucune peine et cacha son émotion derrière une nouvelle expression figée. C’était un appel du hasard qui l’avait poussée dans ses bras, cette nuit où elle s’était retrouvée en prison et l’avait reconnu, lui qui avait longtemps quitté Magnolia. Trébuchant sur les doutes qui jalonnaient leur passé, ils avaient créé un ‘nous’ factice, malgré eux. Secouant la tête avec force, Savannah refusa cette hypothétique réalité qui se dessinait dans sa tête, celle de leur relation sordide et sans raison d’être. Ils n’étaient pas comme ça. Différents de ceux qui les entouraient, ils n’entraient pas dans ces cases habituelles. La triste vérité est que Savannah s’en rapprochait dangereusement. Le corps déchiré, le cœur en lambeaux, elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. Fébrile, brisée, attachée. L’esprit embué, elle était bien consciente qu’elle ne s’ouvrirait jamais assez pour le garder dans sa vie, pour pouvoir le retenir près d’elle. Connerie de fierté, peur de l’engagement, refus de céder. Tant de raisons les plus… débiles les unes que les autres. Par goût du jeu et dans l’espoir de vivre dans l’ivresse de quelques moments palpitants, arrachés à un être qui lui ressemblait beaucoup trop, Savannah avait oublié qu’elle était capable de ressentir. Prenant une place trop imposante, le vide laissé par Gabriel n’avait jamais réussi à être comblé… avant ce soir. La jolie blonde avait la confirmation définitive aux questions qu’elle se posait. Et pour cette raison, elle n’arrivait même pas à regretter les aveux inconscients qu’elle venait de lui faire, tel un égorgement à l’indifférence qu’elle avait affichée si longtemps. Elle garda ses yeux fermés, refusant de les rouvrir devant cette réalité confuse. Était-elle vraiment chez lui ou avait-elle tellement bu qu’elle n’était plus capable de discerner le vrai du faux ? « Pourquoi, pourquoi pas… Je n’ai pas les réponses que tu attends. » Devina-t-elle implicitement ce qu’il espérait entendre. « Tu n’as pas à t’en faire pour moi, j’ai toujours su me débrouiller. » Souffla ensuite la jeune femme pour éradiquer l’inquiétude qu’elle percevait dans la voix de Gabriel. Pour cela, il n’avait pas changé. Et pourtant, il aurait eu toutes les raisons de la détester, de renvoyer cette épave hors de chez lui… Il ne l’avait pas encore fait. Devait-elle y voir un signe ? Savannah avait tellement d’autres choses à lui dire, sans savoir par où commencer, la liste était terriblement longue. Fatiguée, elle se força néanmoins à rouvrir les yeux quelques instants pour ne pas sombrer totalement dans l’inconscience. La tête lourde, elle se redressa légèrement pour se rassoir, ramenant ses jambes contre elle, après cet étourdissement passager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Mer 6 Aoû - 16:43

Cette scène avait quelque chose de surréaliste entre eux, comme si on avait remplacé les personnages d’une pièce de théâtre au dernier moment, et qu’on leur demandait tout de même de se produire devant public. On ressentait du malaise, de la gêne, tellement de questions, mais avant tout, il régnait dans la chambre une impression de calme avant la tempête. Gabriel ne savait exprimer cette sensation qui le tenaillait. Il la regarda, s’allonger, fermer les yeux sur le lit ; il sentait tellement de détresse émanant de Savannah. Elle ne savait lui donner les explications qu’elle attendait, il le voyait bien, il ne lui en voulait pas. Il était embêté de la voir si vulnérable sans rien pouvoir faire. Assis à ses côtés il acquiesça quand elle lui avoua qu’elle ne pouvait lui répondre. S’il en était ainsi… La vie nous pousse parfois à poser des gestes irréfléchis, ou au contraire mûrement préparé, sans pouvoir leurs donner une quelconque explication… Et malgré le tempérament colérique de Gabriel, il savait très bien ceci. Ils nous est tous arrivé au moins une fois de se trouver dans une situation compliqué, devoir masquer la vérité, faire de la rétention d’information ou en à agir de manière complètement inconsciente. Il comprenait cela car il était humain et qu’il avait conscience des faiblesses de tous et chacun. Pour ça il ne pouvait lui en tenir rigueur, raison de plus quand elle se trouvait devant lui recroquevillée à lui avouer qu’elle avait eu des remords. Quand elle lui affirma qu’il n’avait pas à s’inquiéter pour elle et qu’elle avait toujours su se débrouiller. Il ne put s’empêcher de rire doucement. « Ça je n’en doute pas… » Savannah était débrouillarde et elle avait tout un caractère, il le savait. C’était plus fort que lui pourtant, il la voyait tellement fragile… surtout en cet instant. Il ne pouvait renier son inquiétude.

Sans trop réfléchir, Gabriel assis en tailleur aux côtés de la jeune femme tendit lentement la main. Cette dernière se posa sur le haut de sa tête, délicatement, il s’appliqua à coiffer ses longs et soyeux cheveux blonds de manière à laisser deviner son visage enfoncé dans le lit. Il effleura délibérément sa peau si douce en écartant une dernière mèche posée sur sa joue.  Il lui sourit timidement quand elle rouvrit enfin les yeux et qu’il put croiser son regard à nouveau. Le doux contact de cette tignasse blonde raviva quelques souvenirs… Il la laissa se rasseoir face à lui, serrant ses jambes contre elle, comme s’il elle voulait se protéger de quelque chose… De lui peut-être ? Elle aurait eu parfaitement raison, après tout ce qu’il avait été capable de lui dire. Ses yeux brillaient, embués de larmes qu’il n’était pas capable de comprendre. A vrai dire il n’était pas sur de comprendre quoi que ce soit face à ce qui était en train de se passer. Il remplit alors à nouveau son verre de whisky. Les vapeurs d’alcool commençaient à se faire sentir. Il but encore quelques gorgées pour se donner du courage. Petit à petit, le malaise s’estompait et l’homme parvint enfin à formuler des phrases un peu plus conséquentes. « Je dois avouer que je ne m’attendait pas à cette visite. C’est un peu… déstabilisant, je sais pas quoi dire… Je devrais peut-être déjà m’excuser pour toutes ces choses horribles que je t’ai dites. » Il regardait son verre, faisant glisser le liquide ambré d’un côté à l’autres des parois transparente.  Il ajouta alors de manière à peine audible « Tu m’as rendu fou… » C’était une remarque fracassante, lourde de sens, lancée dans le vide qui s’adressait plutôt à lui-même qu’à Savannah, comme s’il venait soudain d’en prendre conscience. Il regretta aussitôt ces deux mots qu’il aurait mieux fait de garder pour lui. Pour noyer le poisson il continua « Je me suis comporté comme un connard, je suis désolé. C’était une histoire sans importance, ça n’aurai pas dû prendre autant d’ampleur … » Ses plates excuses présentées si maladroitement étaient sincères, il s’en était voulu lui aussi… Dire que c’était une histoire sans importance était sûrement mal choisir ses mots encore une fois, mais il préférait dire cela plutôt qu’avouer encore, que d’une certaine façon en le quittant comme elle l’avait fait un an auparavant, l’espace d’un instant il avait perdu tous ses repères comme si on lui avait annoncé la disparition d’un être cher… à croire qu’il avait eu  besoin d’elle à ses côtés…


Dernière édition par Gabriel Farnsworth le Sam 9 Aoû - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 710
Etudes/Metier : Année sabbatique, réfléchit à une reconversion
Love : Kwa ?
Humeur : Pétillante

Inscription : 20/11/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Scarlett Spencer - Katlina Evans



MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Jeu 7 Aoû - 13:58


Le contact de sa main sur sa joue et dans ses cheveux l’électrisa aussitôt. Savannah ouvrit les yeux et plongea son regard dans le sien avant de se redresser maladroitement, l’esprit de plus en plus embué des poussières artificielles du whisky. Il l’avait eue. L’élève avait dépassé le maître dans l’art de l’indifférence, jamais elle n’aurait pensé désirer un jour, cet ange gardien, et pourtant, elle brûlait de retrouver le goût de ses lèvres sur les siennes. Mais le jeu, bien qu’en suspens, continuait encore et encore. Savannah n’arrivait toujours pas à céder toutes ses barrières, même si sa venue, en cette nuit d’été, sonnait comme un aveu criant de ce qu’elle ressentait. L’alcool avait instinctivement mené ses pas vers celui qu’elle n’arrivait pas à chasser de sa tête et qui y tenait une place si importante sans en occuper le titre. En un mouvement de recul et quelques paroles irréfléchies, elle repoussa la main implicite qu’il lui tendait. Gabriel n’avait pas changé, il continuait à essayer de vouloir la protéger, malgré lui, malgré ces mois de silence. Cette attitude ne déplaisait pas à Savannah, mais elle ne se considérait pas du tout comme une princesse que les hommes devaient sauver comme des chevaliers servants ou sur qui il fallait veiller au moindre problème. Indépendante, elle préférait généralement se dépatouiller toute seule dans des situations épineuses, elle n’était pas cette fille qui rentrait dans tous les stéréotypes habituels. La jolie blonde était atypique, décalée, sans limites au sein d’un monde dans lequel elle n’avait pas encore trouvé sa place. Savannah n’était pas la princesse dans ces contes de fées à la noix, elle n’était qu’une cendrillon ratée qui ne pouvait pas vraiment être sauvée de son sort, à moins de l’avoir elle-même décidé.  Et Gabriel, même s’il pourrait peut-être incarner un chevalier servant toujours prêt à la sortir de ses problèmes, n’en était pas vraiment un. Maladroit, aussi abîmé qu’elle dans le fond, ils s’étaient trouvés des points communs dans les démons qui les habitaient, beaucoup plus que dans les bons côtés. Un tel lien pouvait se tisser très fort, en profondeur, mais il était instable, destructeur, trop lourd à porter pour les frêles épaules de la jeune Richardson qui, pour une fois, ne réussissait pas à assumer ce qu’elle ressentait exactement. Gabriel passa alors par toute une série de réaction surprenante. Il commença par s’excuser pour avoir dit des choses sans forcément le penser, sous le coup de l’énervement sans doute, laissant ensuite échapper un aveu… dans un murmure inattendu. Elle l’avait rendu fou ? Dans quel sens ? De multiples questions sans réponse se bousculèrent aussitôt dans la tête de Savannah. La jolie blonde se garda pourtant bien de briser le silence tandis qu’il poursuivait sur sa lancée. Et là… Gabriel l’acheva. Une histoire sans importance. Savannah eut la sensation que le policier tenait lui-même le couteau qu’il venait de lui enfoncer. La jeune femme retint sa respiration l’espace d’une seconde pour ne rien laisser transparaître. Que répondre après cette foule d’informations à assimiler ? Dans un sens, elle voyait bien que sa présence ce soir ne le laissait pas totalement indifférent, que sa réaction n’était pas aussi démesurée que le jour où elle l’avait « quitté », qu’il ne la repoussait plus. Encouragée par les effluves d’alcool qui s’agitaient dans son sang et lui embrouillaient l’esprit, Savannah lança alors des paroles… terriblement justes. « Si cette histoire n’avait vraiment eu aucune importance, elle ne se serait pas arrêtée de cette façon. » Dans un état plus sobre, sa lucidité lui aurait empêché de s’engager sur ce terrain dangereux. Toutefois, les dernières barrières de sa conscience cédaient et laissaient place à des vérités enfouies et inavoués.  « Tu n’as pas à t’excuser. Je savais dans quoi je m’engageais en acceptant... ou peut-être pas assez justement… » Souffla-t-elle très vite, alors que son flot de paroles à la seconde augmentait, comme si elle voulait passer très vite à autre chose. « Je n’ai pas été facile à vivre tous les jours non plus. » Reconnut-elle ensuite. « Et puis, c’est mieux comme ça. Je continue de le penser mais… » Cette fois-ci, Savannah s’arrêta, hésitant sur les mots à choisir. Spontanément, elle traduisit alors simplement ce qui lui occupait l’esprit. « Je ne comprends pas pourquoi je n’arrive pas à te sortir de ma tête. » Une minute de silence suivit cette révélation. La jolie blonde baissa les yeux vers la bouteille et l’attrapa pour boire directement dedans, bien trop à l’ouest pour prendre la peine de se servir et ne voulant rien voir de la réaction de Gabriel. La longue gorgée de whisky lui brûla la gorge et la sortit de sa torpeur, l’empêchant ainsi de s’enfoncer d’avantage et de dire des choses qu’elle regretterait ensuite le lendemain. Dormir, elle avait besoin de fermer les yeux, d’oublier ce qui venait de se passer et surtout de se rassurer en songeant qu’il ne s’agissait là que d’un rêve. Savannah posa ensuite la boisson et tenta de se pincer l’épaule, mais rien ne se produisit. On disait toujours que se pincer était une méthode efficace pour se sortir d’une mauvaise posture en cas de cauchemar désagréable. Cependant, Savannah n’ouvrit ni les yeux, ni ne quitta la pièce. La jolie blonde croisa alors son regard foncé, qui l’atteignit plus qu’elle ne l’en aurait cru capable. N’y tenant plus, elle se leva, déterminée à partir après cette incartade nocturne. « Je ferais mieux d’y aller. » Lâcha-t-elle avec conviction. Mais alors qu’elle exécutait un pas en direction de la sortie de la chambre, elle tituba et manqua de s’étaler en se rattrapant sur le lit. Étourdie, elle se rassit dessus quelques instants, attendant que le vertige passe avant de pouvoir espérer aligner deux pas sans tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Ven 8 Aoû - 13:35

Le malaise était palpable entre eux deux. Savannah c’était dérobé à la main qu’il avait laissé trainer dans ses cheveux l’espace d’un instant. Ce geste laisse Gabriel perplexe… Elle qui avait entreprit quelques gestes similaires auparavant en se jetant dans ses bras et en lui caressant la joue semblait visiblement plus embêtée lors que les rôles s’inversèrent l’espace d’un instant. Il ne lui en tint pourtant pas rigueur… Gabriel ne savait même plus ce qui le poussait à agir ainsi… Ce n’était définitivement pas dans ses habitudes.  Les gestes de douceurs et d’affections, c’était quelque choses qu’ils avaient bien connu l’espace d’un temps à une certaines périodes ils s’en étaient bien amusés, mais maintenant c’était comme si ces contacts peau contre peau réveillaient des douleurs, des souvenirs et des sensations inexplicables. « Cette histoire à été ce qu’elle a été de toute façon. On ne peut pas revenir en arrière, alors autant essayer de…. » Il cherchait ses mots, ne sachant plus exactement ce qu’il tentait d’exprimer. « Enfin, on a fait nos conneries, c’est fait, c’est fait… alors à part tenter d’oublier tout ça, je vois pas trop ce qu’on peut faire. » Ses paroles étaient confuse, il essayait de leurs donner du sens mais ce n’était pas chose simple, il s’embrouillait dans ses propres paroles. L’alcool commençait à avoir raison de sa raison, et il commençait à dire des choses qu’il n’aurait jamais prononcées en temps normal. Il commençait à se dire que Savannah avait vraiment bien choisi son moment pour débarquer car visiblement, rien ne pouvait entacher sa bonne humeur en cette soirée. Voyant que son amie avait mit le verre de côté pour boire directement à la bouteille, il décida de laisser les bonnes manières de côté à son tour et il fit de même. Le liquide brûlait sa gorge à chaque passage, lui donnant toujours un peu plus de courage.

« Si tu crois que je t’ai sorti de ma tête moi…. On oublie pas les gens comme ça, surtout pas les gens comme toi. » Il lui adressa un clin d’œil qui voulait alléger l’atmosphère, c’était sans sous-entendu.  Juste la simple vérité. Cette fille n’était pas quelqu’un que l’on oubliait facilement, ça y’avait pas à dire. Elle était unique, avec son caractère bien trempé, cette tendance à l’autodestruction, cette indépendance. C’était tout ce qu’il y avait de plus admirable chez une femme, et ça Gabriel ne pouvait le cacher, même si c’était leurs caractères respectifs qui les avaient mené dans une situation si compliquée et délicate à l’époque..  Savannah se retrouva alors brusquement bien mal à l’aise, comme s’ils avaient brusquement franchi un pas de trop ou que le jeune homme avait été très loin dans ses paroles. Elle se leva sans demander son reste et déclara qu’elle aller y aller. Quelle ne fut pas la surprise du jeune homme, les rôles s’inversent, pensa-t-il l’espace d’un instant, se rappelant que la dernière fois qu’il s’était retrouvés dans une situation similaire, c’était lui à l’époque qui avait précipité le départ de la jeune femme. Cette fois si ce n’était pas tout à fait la même chose.  

« Oui… et tu comptes aller ou comme ça ? » Il la regarda se lever, tituber, sans vraiment s’en rendre compte, instinctivement il rattrapa son amie par le bras pour l’aider à se rasseoir sur le lit… La situation devenait délicate, elle avait un peu poussé sur le Whisky.  En se mordant la lèvre inférieure machinalement, réalisant que tout l’alcool consommé avait altérer ses sensations de douleurs. Il soupira en la regardant s’assoir sur le lit, les yeux fermés, comme si elle essayait de stabiliser un peu… il lâcha son bras histoire d’éviter tout malentendu, il ne voulait pas qu’elle pense qu’il était la pour la retenir, si elle voulait rentrer elle le pouvait, mais il doutait sincèrement que se soit une bonne idée, même si elle était venue à pied, elle pouvait tomber sur n’importe qui de mal intentionné à cette heure-là, et dans cet état, malgré sa débrouillardise légendaire, elle n’aurait rien pu y faire.  « Tu peux même plus mettre un pied devant l’autre Savannah. » Il ne voulait la forcer de rien, mais rentrer dans un tel état n’était pas raisonnable… « Reste… » C’était à la fois une question et une proposition.  Il lui indiqua le lit d’un geste de la main… « Dors un peu … T’es en état d’aller nulle part. Il est tard… J’vais aller me poser sur le canapé si tu veux que je te laisse. » La ramener chez elle était hors de question vu les quantités d’alcool qu’il avait bu lui aussi, prendre la voiture, c’était risquer son job. Et la ramener à pied ? Il ne s’en sentait pas vraiment non plus la force. Il comprenait son désarroi et son envie de partir, pour cela il lui proposait de la laisser se reposer un moment, reprendre ses esprits.  


Dernière édition par Gabriel Farnsworth le Sam 9 Aoû - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 710
Etudes/Metier : Année sabbatique, réfléchit à une reconversion
Love : Kwa ?
Humeur : Pétillante

Inscription : 20/11/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Scarlett Spencer - Katlina Evans



MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Ven 8 Aoû - 20:43


À défaut de trouver une autre solution à cette histoire, Gabriel lui proposa de l’oublier. Il avait raison dans un sens, mais n’en comprenait-il justement pas la difficulté. ? « Si seulement c’était aussi simple… » Répondit-elle dans un murmure interrogateur. Savannah essayait souvent, et lorsque son esprit se refusait à détacher ses pensées du policer, la jeune femme se tournait tantôt vers la boisson tantôt vers des substances plus… euphorisantes encore. Elle ne voulait pas lui laisser deviner cette emprise tacite qu’il avait prise sur elle, malgré les mois sans lui parler, malgré leurs prises de tête… Toutes ces conneries ne reposaient que sur l’existence de leur lien compliqué. D’autres problèmes jalonnaient bien sûr la vie de Savannah pour la pousser dans de tels retranchements, cependant elle n’avait plus la stabilité qu’elle avait connue dans sa vie quand elle était avec Gabriel. Elle était « plus ou moins » avec Jay en ce moment, mais ce n’était pas la même chose. Cette pseudo-relation était née pour ennuyer le riche héritier qui lui servait d’époux et rien d’autre. Ils étaient amis, profitaient parfois du côté charnel de ce qu’offrait leur faux couple, mais Savannah ne ressentait absolument rien de ce qu’elle avait pu vivre lorsqu’elle jouait ce jeu avec Gabriel. Il la comprenait sans mot dire, la bousculait dans ses habitudes, il la rendait vivante… Lorsqu’il lui dit qu’il n’avait pas non plus réussit à l’oublier, cet aveu surprit –encore- grandement la jeune femme. « Qu’est-ce que tu veux dire ? » Lui pressa-t-elle de s’expliquer plus avant. Lorsqu'un coeur s'écorche, personne ne peut entendre le douloureux craquement de ses espoirs déçus, personne ne voit les fissures qui couvrent une âme déjà trop abîmée. Savannah retint un sourire, elle tenait à lui bien trop différemment que pour « l’aimer » comme la plupart des gens. Elle vivait au rythme de leurs journées et se sentait mourir à chacune de leur séparation, jusqu’à la prochaine rencontre. Une épave… Cette image ne se refléta jamais aussi bien que lorsqu’elle décida alors de partir… ou plutôt tenta de le faire. Dans de telles circonstances et face à de telles confidences, Savannah n’arrivait plus à l’affronter sans que son regard vacille à chacun de leur contact. Elle ne pouvait pas rester davantage, le risque qu’elle lui en dise trop devenait de plus en plus évident. Gabriel l’aida alors et la soutint jusqu’à ce qu’elle rattrape sur le lit. La jeune femme n’habitait pas très loin mais elle ne réussissait même pas à tenir debout. Hésitante devant la proposition du jeune homme, elle savait parfaitement bien au fond d’elle qu’elle n’avait pas envie de partir. Influencée par les effluves de l’alcool, Savannah ne mit pas longtemps à capituler même s’il aurait mieux valu qu’elle lui demande de la raccompagner jusqu’à la porte…  « Tu as peut-être raison… tu… tu veux bien m’aider à détacher ça ? » Dit-elle, en tournant le dos, pour qu’il l’aide à atteindre la tirette qui fermait sa robe dans le haut. Dans l’état où elle était, Savannah n’arrivait pas à se contorsionner et à l’atteindre pour l’enlever. Malgré son état avancé, il était hors de question pour la jeune femme de dormir là-dedans. Elle détestait ces drôles odeurs de soirée. La jolie blonde attendit patiemment qu’il s’exécute avant de se lever pour laisser le vêtement glisser le long de son corps fin. Elle sentit le regard de Gabriel se poser sur elle, suivre le mouvement  du tissu qui se retirait petit à petit et la dévoilait de plus en plus. Ce n’était pas une tentative de séduction criante, manquant de tact et loin d’être subtile. Savannah ne s’exhibait pas, elle répondait juste à des automatismes qu’elle avait chez elle sous influence de l’alcool, réagissait plus spontanément, sans se soucier du quand dira(pensera)-t-on et délaissait ses affaires. La jolie blonde frissonna un instant, avant de rejoindre le lit et de s’installer sous les couvertures, toujours habillée de ses dessous (il ne fallait pas pousser mémé dans les orties). La jeune femme posa sa tête contre l’oreiller et regarda à nouveau Gabriel, comme si ce qu’elle venait de faire était tout à fait normal entre eux, ça l’était pour elle, du moins dans cet état-là. « Merci. » Souffla-t-elle tandis que sa respiration devenait plus régulière. Il ne faudrait pas longtemps avant qu’elle ferme les yeux et que les vertiges l’emportent dans un sommeil profond. Dans un regain de conscience passager, Savannah attrapa alors la main de Gabriel et la serra comme si sa vie en dépendait, pour avoir son attention. « Je les quitterais. Je les quitterais tous… » Sortit-elle une promesse totalement hors-contexte mais néanmoins sincère. Jay, Holden… Tourner la page. Gabriel ne comprendrait peut-être pas la raison, ni même ce qu’elle avait voulu dire, mais après tout quelle importance pour lui ? Elle ne faisait déjà plus partie de sa vie. Toujours gardant sa main dans la sienne, apparut ensuite une supplique qu’elle ne pouvait/voulait plus cacher. « Reste avec moi… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Sam 9 Aoû - 14:08

Il commençait à trop en dire, et quand Savannah lui demanda ce qu’il voulait dire quand il fit allusion au fait qu’il ne l’avait pas sorti de sa tête… Il n’eut pas tellement le choix de lui dire la vérité.  « Je veux dire que t’es arrivé dans un moment de ma vie ou je n’avais plus aucun espoir en la gente féminine…  et malgré la tournure compliquée qu’a prise cette histoire, en tant que femme je t’admire, et j’en connais peu des filles avec ta force de caractère… » Et les filles de caractère, il aimait particulièrement ça… Il n’était pas très doué pour ce genre de révélation, mais c’était quelque chose qu’il n’allait pas lui cacher tout de même. Il aimait cette fille, profondément. Comme on aime une meilleure amie ? Une petite sœur ? Une copine ? Ça c’était une question à laquelle il ne voulait pas se résoudre à répondre, il avait trop peur de la réponse. C’était une chose à laquelle il ne voulait pas penser. Gabriel s’approcha d’elle, quand elle le lui demanda, il l’aida à détacher la fermeture de sa robe avec délicatesse. Il était content qu’elle accepte de rester finalement. Il la laissa se déshabiller sans trop faire attention à elle,  faisant machinalement un peu d’ordre dans sa chambre.  Même si dans l’état ou elle était ça n’avait plus l’air d’être un problème pour elle. Elle se glissa alors sous les couvertures. Le jeune homme pouvait imaginer le plaisir que ça procurait, lui aussi avait bien poussé sur le Whisky et le confort d’un lit commençait à devenir plus qu’attirant.  Il la regarda un moment, un mince sourire aux lèvres. Elle le remercia alors, sa respiration commençait à s’apaiser, mais dans un dernier effort elle ajouta qu’elle les quitterait tous. Cette déclaration ne retint pas l’attention de Gabriel outre mesure étant donné qu’elle était en train de sombrer dans les bras de Morphée. Cela eu effet de l’amuser plus qu’autre chose, de toute manière ou point ou il en était, le policier se sentait prêt à accepter n’importe quoi de la part de la jeune femme sur ce qui avait pu se passer avant. Il avait décidé d’en faire table rase. C’était une bonne chose, il ne pouvait se résoudre à en vouloir à Savannah pour ce qu’elle avait fait, l’erreur est humaine, et encore fallait-il qu’elle ait vraiment commis une erreur. Gabriel avait une part de tord aussi dans l’histoire et s’il avait agi différemment, ce soir ou elle était venu lui annoncer qu’elle voulait tout arrêter, les choses auraient pu se passer tout autrement.  Alors qu’il était perdu dans ses pensées, debout, devant le lit, elle le sortie en de sa torpeur en lui demandant de rester avec elle. Il lui avait proposé de dormir sur le canapé car il n’avait pas voulu qu’elle interprète mal sa demande de passer la nuit ici, mais visiblement elle voulait qu’il reste avec elle.

Gabriel lui adressa un nouveau sourire. « Comme tu voudras. » Ce n’était pas la première fois qu’ils dormaient dans le même lit, c’est sûr, même si ça n’avait jamais été plus loin, mais ça faisait si longtemps.  Ne sachant plus trop sur quel pied danser il but quelques gorgées de Whisky pour se donner un peu plus de courage.  Il contourna le lit pour se mettre du côté libre. Il n’avait pas grand-chose à quitter étant donné qu’il ne portait qu’un caleçon et n’avait enfilé qu’un t-shirt lorsqu’elle était arrivée. Il se glissa donc ainsi sous la couverture à ses côtés. Il s’allongea sur le côté pour lui faire face. Elle était exténuée, complètement embuée par l’alcool… Il se dit alors que peu importe ce qu’il risquait de lui dire à cet instant précis, elle risquait de ne même pas s’en souvenir le lendemain. Lentement il tendit alors la main et la posa délicatement sur le ventre plat Savannah, sa peau était glaciale, mais d’une douceur à couper le souffle c’était exquis il n’avait rien senti de tel depuis longtemps. Il laissa un bref instant ses doigts caresser cette peau parfaite et enivrante, profitant de sa fraicheur. Sans aller plus loin, il retira sa main aussi délicatement qu’elle était arrivée. Il souffla alors « Tu es complètement congelée… » Il remonta la couverture sur elle correctement  puis il se mit à rire. C’était tellement incongrue de se retrouver ici, dans son propre lit, avec elle. L’alcool réchauffant les cœurs. Il n’était plus vraiment maître de ce qu’il faisait. En temps normal il aurait peut-être même insisté pour dormir sur le canapé. Mais là, l’idée de se blottir dans un lit douillet avec Savannah à ses côtés avait fini par avoir raison de lui. Il aurait aimé parler avec elle un long moment encore, il avait besoin de ça, de mettre encore des choses au clair... de comprendre…  mais il voyait aussi qu’il allait être difficile d’avoir grande conversation avec elle tant elle était exténuée… Gabriel prit alors doucement le visage de la jeune femme entre ses mains et il déposa un doux baiser sur le sommet de la tête de son amie. Il ferma les yeux un moment, profitant de ce contact le plus longtemps possible, comme s’il voulait que ses lèvres se souviennent longtemps de la sensation de sa peau contre la sienne. Puis dans un aveux plus qu'un soupir il ajouta « Tu m’as manqué… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 710
Etudes/Metier : Année sabbatique, réfléchit à une reconversion
Love : Kwa ?
Humeur : Pétillante

Inscription : 20/11/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Scarlett Spencer - Katlina Evans



MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Sam 9 Aoû - 16:03


Sombrant de plus en plus aux effluves d’alcool qui se propageaient dans sa tête, Savannah n’écouta que d’une oreille ce que lui répondit Gabriel. Elle ne réagissait pas à ses paroles comme elle aurait pu le faire en temps normal mais ne put néanmoins s’empêcher d’esquisser un sourire ironique en entendant qu’elle était une femme de caractère. Elle, qui venait de le rejoindre comme une épave, en s’apitoyant presque sur son sort ? Si elle était aussi forte qu’il le pensait, Savannah n’aurait jamais autant laissé ses « sentiments » prendre le dessus, encore moins dans un moment pareil. La jolie blonde cédait toutes les barrières dans lesquelles elle s’était emmurée, non pas depuis leur séparation survenue un an auparavant, mais depuis bien plus d’années. Elle ne répondit cependant pas à cette affirmation, puisqu’elle devait bien admettre qu’elle était loin d’être aussi fragile que d’autres, elle ne souffrait que d’un moment d’égarement régi par l’alcool qu’elle avait ingurgité. Savannah lui demanda ensuite de l’aider à détacher sa robe avant de se glisser dans son lit et de s’emmitoufler dans ses couvertures. Dans un dernier instant de lucidité, elle lui promit de mettre de l’ordre dans sa vie – même si elle ne lui devait rien – et le pria alors de rester avec elle, ne voulant pas rester seule cette nuit, dans cette grande chambre qui n’était même pas la sienne. Savannah posa sa tête contre l’oreiller et regarda Gabriel boire le contenu de whisky restant avant de venir la rejoindre. La jeune femme avait souvent cet effet sur les gens, à les pousser dans leurs retranchements, parce qu’ils ne savaient plus comment agir avec elle ou à quoi s’attendre de sa part. Elle ne prévoyait jamais rien à l’avance, agissant toujours sur le moment, comme le lui dictait sa tête, souvent de façon irréfléchie et spontanée. Si ce matin-là, on lui avait dit qu’elle le rejoindrait chez lui, Savannah aurait ri aux éclats, mais ce qu’elle aimait dans l’imprévisibilité, était les bonnes (et les mauvaises) surprises qui vous attendaient constamment au tournant. Amoureuse de l’inattendu, elle fuyait comme la peste la routine que lui donnerait une stabilité quotidienne, et pourtant, dans le paysage désoeuvré qu’était devenu sa vie, Gabriel se présentait comme une personne qui lui était devenue indispensable, de laquelle elle ne parvenait plus à se détacher, un élément stable, auquel se raccrocher, loin de toutes ses fréquentations à éviter. Peu après qu’il se soit glissé à côté d’elle, Savannah sentit sa main chaude rejoindre son ventre, un geste qui lui éveilla une foule de sensations en elle, qu’elle préféra taire sur le moment. Elle plongea son regard dans le sien pour tenter de le sonder mais n’y trouva rien d’autre qu’une profonde inquiétude. Plus les mois avançaient, plus elle se laissait flancher. Et pourtant, il était le seul à qui elle avait permis de le voir, de voir qu’elle était aussi… loin. Gabriel avait raison. Elle essayait toujours de paraître forte, de ne jamais craquer, excepté ce soir. Savannah ne le repoussa pas, ni ne retira sa main sur elle, profitant au contraire de ce contact bienvenu et rassurant. Gabriel prit ensuite son visage entre ses mains et déposa un baiser bienveillant sur son front. La jeune femme se rapprocha à son tour et pouvait sentir son souffle contre elle, leur respiration se mélangeant presque l’une à l’autre. Mais, loin de chercher à atteindre ses lèvres ou à accentuer ce rapprochement, elle glissa un peu plus sous les couvertures et se blottit simplement dans ses bras, se laissant emporter dans les bras de Morphée. Savannah était beaucoup trop loin pour avoir seulement conscience de la situation et de ce qui venait de se produire. Elle entendit à peine les derniers mots prononcés par le policier, un sourire béat venant se coller à son visage, alors que sa crinière blonde lui en cachait l’expression, sa respiration ralentit et prit une cadence régulière. Elle ferma définitivement les yeux pour sombrer dans un sommeil profond, loin de se douter de la cruelle réalité que serait le réveil du matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Sam 9 Aoû - 19:14

Gabriel avait bien senti que Savannah était en train de sombrer dans un profond sommeil, quand elle se lova complètement dans ses bras, il ne réagit même pas, laissant les vapeurs d’alcool et la fatigue avoir raison de lui. Il attendit un instant qu’elle ait trouvé le sommeil et il eut vite fait de la rejoindre. Il n’avait pas la moindre idée de l’heure qu’il était… minuit ? Peut-être bien plus. Il ne savait pas combien ils avaient passé de temps à discuter… La nuit fut étrange. Gabriel se réveilla à plusieurs reprises. Il faisait de drôles de rêves sans queue ni tête… La vision de Savannah paisiblement endormie à ses côtés le troublait à chaque fois qu’il ouvrait les yeux. Puis il se calmait, se rendormait…. Il n’avait pas passé la nuit avec une fille à ses côtés depuis un moment. Le célibat, il le vivait jusqu’au bout et laissait rarement ces conquêtes dormir à la maison… Enfin, ce n’était pas non plus un vulgaire coureur de jupon, simplement il était un humain, avec des envies, des désirs de temps en temps… ça il ne le cachait à personne, mais se résoudre à laisser une femme passer la nuit dans son lit était le pas de trop. Savannah avait été une des rares femmes avec qui il avait partagé son matelas et ça n’était pas tellement évident pour lui, même si ce n’était pas la première fois.  Quand la lumière du jour commença à percer à travers les rideaux et que Gabriel ouvrit à nouveau les yeux. Il fut presque soulager de voir le soleil se lever après cette nuit agitée, curieux de retrouver une Savannah un peu plus fraîche, et un peu plus lucide… à vrai dire il redoutait carrément le moment où elle se réveillerait, qu’elle-t-elle dire ? Faire ? Serait-elle énervée d’avoir passé la nuit ici finalement ? Le jeune homme savait qu’elle était capable de tout, et il s’attendait au pire. Une fois l’alcool dilué dans le sang, qu’elle aurait repris ses esprits, la situation serait tout autre et le malaise risquait d’être prometteur.

Ne voulant pas réveiller Savannah, il se glissa agilement hors du lit afin d’aller mettre la cafetière en route, histoire de mettre toutes les chances de son côté. Par chance aujourd’hui c’était samedi, il ne travaillait pas, il n’avait donc pas en s’en faire. Une fois la machine en marche il jeta un œil à l’horloge de la cuisine. Huit heures, il était encore tôt. Il alla donc rapidement prendre une douche en ayant vérifié que Savannah dormait toujours paisiblement. Il l’espérait que l’eau froide le réveillerait. Mais cette douche froide eu plutôt l’effet inverse tant il avait mal dormi… L’effet de l’eau froide sur son corps eu vite fait de le détendre et de chasser ses mauvaises impressions nocturnes...  Il ne savait tellement pas comment réagirait la jeune femme à son réveil qu’il ne préférait pas y penser… Pour lui maintenant plus rien n’avait d’importance, il avait retrouvé une amie chère avant tout, c’était ce qui importait et il ne se posait pas d’avantage de questions, même s’il y avait matière à… mais comment elle voyait les choses ? Il se sécha rapidement et retourna donc lentement vers la chambre et se reposa sur le lit après avoir en filer un caleçon et un t-shirt propre. Il s’allongea par-dessus la couverture avec délicatesse, il voulait qu’elle dorme aussi longtemps qu’elle en avait besoin. Il la regarda dormir un moment puis il croisa les bras derrière sa tête fixant un moment le plafond. Il écoutait la respiration profonde et régulière de Savannah. Le son monotone commença à le bercer et ses yeux se fermèrent à nouveau. Il se laissa aller, le café était chaud, tout allait bien.  Il se réveilla alors en sursaut quand il entendit un bruit, combien de temps c’était-il rendormi ?  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 710
Etudes/Metier : Année sabbatique, réfléchit à une reconversion
Love : Kwa ?
Humeur : Pétillante

Inscription : 20/11/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Scarlett Spencer - Katlina Evans



MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Lun 11 Aoû - 13:05


Savannah sombra petit à petit dans les brumes du sommeil et s’endormit d’une traite. Elle n’entendit pas Gabriel se réveiller à de multiples reprises au cours de la nuit et s’enfonça dans un rêve plus ou moins étrange dans lequel elle se retrouva à courir pieds nus dans une prairie, heureuse et légère, sous un merveilleux soleil de printemps, où elle tournait sur elle-même et se laissait tomber par terre pour profiter du cadre et du moment ; un songe rempli d’allégresse et d’insouciance, comme lorsqu’elle était enfant. La jolie blonde n’ouvrit les yeux que dans le courant de la matinée, à une heure déjà probablement avancée, puisque le soleil inondait la chambre de ses rayons, malgré les rideaux encore tirés. Lorsqu’elle cligna plusieurs fois des paupières, Savannah ne reconnut pas tout de suite la pièce dans laquelle elle se trouvait. Ce n’est qu’en tournant la tête de l’autre côté du lit, qu’elle se rendit compte que Gabriel était allongé à côté d’elle, semblant dormir paisiblement. Son parfum envahit ses narines, un parfum de shampoing… sans doute s’était-il déjà réveillé plus tôt dans la matinée. Ne se souvenant pas tout ce qui s’était passé la veille, la jeune femme se posa une foule de questions mais préféra ne pas le réveiller. Que s’étaient-ils dit ou que s’était-il même passé… pour que le policier la laisse rester ainsi dans son lit plutôt que de la renvoyer à la porte après des mois sous silence ? Savannah avait cru rêver la veille lorsqu’elle était venue le rejoindre, décalée dans une autre réalité qui n’avait rien de vrai. Il fallait bien se rendre à l’évidence qu’elle s’était trompée… Préférant reprendre ses esprits avant d’affronter une conversation plus lucide, la jolie blonde sortit sans bruit du lit et quitta la chambre de Gabriel à pas de loups.  La jeune femme ne comptait pas partir de la maison comme une voleuse, elle assumerait chaque parole qu’elle avait prononcée (encore fallait-il qu’elle s’en souvienne puisque c’était le blackout dans sa tête), mais pour ce faire, elle devait d’abord faire passer le marteau qui tambourinait dans sa tête. Elle fila en direction de la salle de bains où elle avait déjà eu l’occasion de passer, certaines nuits où elle était restée chez lui. Toujours sans bruit, Savannah s’introduisit à l’intérieur et verrouilla la pièce. Elle se glissa ensuite sous la douche et alluma le jet d’eau pour se rafraîchir les idées et surtout le corps. La jeune femme frissonna quelques instants tandis que la température se réchauffait. Elle resta de longues minutes sous la douche à essayer de remettre de l’ordre dans ses pensées… Qu’était-elle venue faire ici au juste ? Lui donner des explications ? Lui… avouer quelque chose qu’elle espérait ne pas avoir fait ? Lui demander qu’ils se revoient ? Avaient-ils… franchi un pas comme jamais auparavant ? Une nouvelle fois, elle espérait que non. Savannah n’avait vraiment qu’un vague souvenir de la veille et devrait inévitablement poser des questions à Gabriel… Après avoir réfléchi à cette situation étrange, la jeune femme sortit finalement de la douche, se rhabilla de ses sous-vêtements et s’emmitoufla dans une grande serviette de bains en direction de la chambre du policier. La jeune femme n’avait pas vraiment de vêtements de rechange puisqu’elle n’avait pas prévu de s’éterniser dans le coin mais ce n’était pas comme si elle comptait rester encore toute la journée ou comme si elle habitait à trente kilomètres. Savannah rentra dans la chambre de Gabriel qui semblait toujours dormir à poings fermés et s’avança silencieusement vers la garde-robe de ce dernier. La jeune femme ouvrit la porte qui couina bruyamment… Elle soupira et se tourna vers le policier qui n’avait toujours pas bougé. Ouf ! Il n’avait rien entendu. Savannah attrapa un de ses t-shirt et l’enfila, le vêtement étant assez long pour descendre jusqu’à mi-cuisse et couvrir ainsi son corps suffisamment. Elle attacha ensuite ses cheveux mouillés et laissa tomber la serviette avant de refermer la porte de l’armoire qui grinça de nouveau. Cette fois, Gabriel se réveilla en sursaut en entendant le bruit. « Désolée, je ne voulais pas te réveiller. » Dit-elle alors en souriant. Savannah ne savait pas trop quelle attitude adopter, ne sachant pas ce qui s’était exactement passé, elle préféra jouer la carte du « tout va bien dans le meilleur des mondes ». Elle attendit qu’il soit bien réveillé avant de reprendre. « Tu aurais quelque chose contre la migraine ? C’est un tambour dans ma tête. » Ajouta-t-elle, pour bien laisser sous-entendre qu’elle ne se souvenait pas de tout. Savannah se dirigea ensuite vers le lit et s’assit sur la couverture, partagée entre les questions qui lui brûlaient les lèvres et la réaction de Gabriel. Finalement, n’y tenant plus, elle se lança, espérant qu’il serait honnête sur toute la ligne. « Qu’est-ce qui s’est passé ? » Ce qu’ils avaient dit, voire fait… pour qu’elle se retrouve ainsi dans son lit… La jeune femme voulait savoir à quoi s’en tenir, c’était sans doute le plus délicat à aborder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Mer 13 Aoû - 22:13

Légèrement dans les vapes, Gabriel observa la jeune femme venir vers lui et lui adressa un sourire quand elle s’excusa de l’avoir réveillé « C’est rien, j’étai réveillé y’a… un moment… je me suis rendormi » Il n’avait pas la moindre idée de l’heure qu’il était. Il se frotta les yeux avec paresse. Combien de temps c’était-il rendormi ?  Savannah  lui demanda alors quelque chose pour le mal de crâne. « Toujours » Il se pencha sur le côté et ouvrit un tiroir de la table de chevet.  Il en sortit une boite de paracétamol contre le mal de tête. Puis il attrapa une bouteille d’eau posée sur le sol juste à côté.  « C’est toujours utile » Il avait l’habitude de garder pas loin de son lit, il connaissait ce genre de réveil difficile. La jeune femme à peine sortit de la douche sentait terriblement bon, son effluve vint jusqu’à lui quand elle prit place sur le lit à ses côtés, lui faisant un instant tourner la tête, alors qu’il la scrutait, même dans ce t-shirt trois fois trop grand pour elle, elle était remarquablement attirante… Il chassa vite ses pensées de sa tête  et  se redressa alors contre la tête de lit pour lui faire face.

Elle lui posa alors la question fatidique. Il ne put s’empêcher de laisser échapper un rire. « Comment ça qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Il posa sur elle un regard à la fois interrogateur et amusé. Donc, elle ne se souvenait plus ce qui c’était passé hier ? Il sourit, effectivement, ils y avaient été fort sur la bouteille, et Savannah avait déjà une longueur d’avance quand elle c’était pointé chez elle hier soir. C’était donc plutôt légitime. Histoire de faire durer un peu le suspens, il se leva brusquement. « Attend une seconde. Tu veux du café ? » Il avait complètement oublié qu’il avait mis le café en route avant de se rendormir, il devait être encore chaud. Il fit un allez retour express à la cuisine et vint se rasseoir prêt de la jeune femme, tasses à la main. Il lui répondit calmement. « Il ne s’est rien passé, rassure-toi. » Il se tut un instant laissant passer quelques secondes, essayant de lire sur le visage de la jeune femme ce qu’elle pensait en cet instant  puis il ajouta « Enfin rien qui ne mérite que tu t’inquiètes… On a parlé, c’est tout… Tu m’as montré ce… Truc. » Il pointa d’un signe de tête le bijou qu’elle portait autour du cou. Cela suffirait certainement à lui rafraichir la mémoire. « Tu m’as aussi dit que tu les quitterai tous, mais pour le coup je préfère faire comme si je n’avais rien entendu ! » Il lui adressa un clin d’œil. Elle était venue ici avec des secrets, elle lui en avait confié quelques-uns, celui-là lui avait sûrement échappé par erreur. Lui aussi en avait des secrets, et s’il voulait éviter qu’elle n’essai de mettre son nez dedans, il était sûrement plus sage d’éviter d’en faire autant avec les siens. Question de respect, de bon sens. Et même si la question le taraudait au fond, il ne voulait que son bien. De plus elle avait déjà fait un grand pas en venant chez lui pour lui dire tout ça, c’était respectable. Et vu la tournure qu’avait pris leurs précédentes conversation, il était tellement heureux d’avoir passé un moment un peu plus tranquille avec elle… et il espérait que ça dure, au fond c’était bien plus agréable comme ça, mais c’était plus facile à dire qu’à faire connaissant leurs caractères respectif.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 710
Etudes/Metier : Année sabbatique, réfléchit à une reconversion
Love : Kwa ?
Humeur : Pétillante

Inscription : 20/11/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Scarlett Spencer - Katlina Evans



MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Ven 15 Aoû - 0:22



Savannah regarda Gabriel d’un air interloqué lorsque celui-ci esquiva plus ou moins sa question et sortit de sa chambre pour aller chercher du café. La jeune femme s’installa sur le lit, en proie à l’interrogation. Elle n’avait que des souvenirs flous de cette soirée mais ne se rappelait pas avoir dit ou fait quelque chose de particulièrement déplacé. Cette fuite de Gabriel lui mit le doute dans la tête tandis qu’elle attendait son retour. Savannah savait que si elle avait fini par venir le voir, c’était pour s’ouvrir à lui, mais elle ignorait jusqu’où elle avait été. La jolie blonde chassa ses pensées et se replaça sous les couvertures pour se réchauffer tandis que le policier revint enfin dans la pièce, lui tendant sa propre tasse. Il lui soulagea l’esprit en lui précisant qu’il ne s’était rien passé de spécial… hormis qu’elle lui avait montré son alliance. Savannah retint sa respiration quelques secondes, ne sachant que répondre à cette révélation. Elle lui avait donc parlé de ce que lui préoccupait l’esprit – en partie. La jolie blonde esquissa un sourire qui en dis ait long. Elle était contente de lui avoir lâché la nouvelle, elle n’avait plus besoin de se cacher derrière de faux-semblants. Quand il s’assit à côté d’elle et ajouta qu’elle avait ajouté son intention de tous les quitter, elle hocha la tête positivement, comprenant très bien le contexte de cette phrase. Savannah vida son café avant d’expliciter. « Tous… Je compte  le quitter lui, officiellement je veux dire. Et Jay aussi, on a une sorte de… fausse relation pour faire enrager Holden, mais ça suffit. Ce n’est qu’un passe-temps stupide. » Détailla-t-elle simplement. Gabriel connaissait très bien Jay puisqu’il l’avait déjà dissuadée de fréquenter ce fou, mais le chanteur était son ami, et Savannah n’en faisait qu’à sa tête. Seulement… depuis qu’elle s’était enfermée dans cette histoire, elle sombrait en silence. Il n’était pas celui qui la tirait vers le haut, au contraire. « Tu ne dois pas aller travailler ? » Demanda-t-elle alors, curieuse de nature. Le matin était déjà bien avancé, il était déjà au poste depuis longtemps à une heure si tardive, du moins habituellement. Gabriel était aussi son propre chef… Savannah, qui ne se prenait pas la tête pour un sou à propos de cette nuit, se demanda néanmoins, si elle n’avait pas été plus loin. « C’est tout ce que j’ai dit ? » Se renseigna-t-elle en regardant sa tasse vide devant elle. La jeune femme n’en revenait pas que la vérité des plus évidentes ne lui ait pas encore échappé des lèvres. Elle leva de nouveau les yeux vers Gabriel et le fixa pendant quelques instants. La jolie blonde se perdit dans la profondeur de ses iris foncés. Se lancer ou non ? Dire sobrement ce qui lui préoccupait l’esprit ou refouler une nouvelle fois ce qui tambourinait au fond d’elle ? Assumer. Elle l’avait toujours fait mis à part lorsqu’il s’agissait de ses sentiments. Savannah  déposa sa tasse et ferma les yeux quelques secondes ne sachant trop quoi ajouter. Puis, prise d’une volée de courage, elle se lança honnêtement sur la situation. « Si je suis venue te voir, ce n’est pas juste pour te dire ça. Ce n’est pas ce qui m’a forcée à te quitter Gabriel, pour moi, ce n’était plus qu’un jeu, je ne pouvais pas continuer et… faire semblant. » Elle leva ses yeux clairs vers lui et le sonda en silence. Elle aurait bien eu besoin d’un verre de whisky devant cet aveu matinal mais se retint de lui en faire la demande. Se faire toute petite, disparaître dans le sol… autant de solutions possibles qu’elle aurait aimé pouvoir exécuter. Pour le moment, elle était toujours avec Jay… dans une relation sordide et compliquée peut-être, mais pas comme ça avait été le cas avec Gabriel. Ce n’était pas du tout comparable. Pourtant, si le policier cherchait à creuser plus loin aujourd’hui, elle ne se sentait pas capable d’en dire plus maintenant.

:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Dim 17 Aoû - 21:32

Quitter Jay aussi ? Une sorte de fausse relation pour rendre Holden jaloux…Il aurait tout entendu décidément. Gabriel ne savait pas quel pied elle avait mis dans la merde en premier, mais là elle y était jusqu’au cou. Cette réponse acheva d’ailleurs momentanément la bonne humeur du jeune homme qui perdu le sourire l’espace d’un instant. Elle appelait ça un passe-temps… Et sûrement que lui aussi à une époque, avait constitué un passe-temps. Est-ce qu’à l’époque où ils jouaient à ce petit jeu tous les deux, elle était déjà embarquée dans cette situation ? Certainement, c’était sans doute la raison pour laquelle elle avait décidé de mettre un terme à leur petite mascarade… Le policier commença à se poser des questions, beaucoup, trop peut-être. Comment elle en était arrivée là ? Est-ce qu’elle avait seulement été amoureuse de l’un d’entre eux ? Est-ce qu’elle l’était encore ? Depuis combien de temps ? et surtout Pourquoi ! Puis, soudainement, comme s’il se rendait brusquement compte que ses interrogations laissaient paraitre une grande partie de jalousie, il secoua vivement la tête, comme pour mettre fin au flot incessant de ses pensées, retrouver l’instant présent, et Savannah qui se tenait devant lui. Après de tels aveux, se laisser aller à la colère ou à la frustration à nouveau aurait été bien dommage. Il fallait qu’il se ressaisisse… comme si elle l’avait compris, la jeune femme lui demanda alors s’il ne devait pas aller travailler. Cette question eu l’effet totalement inverse et enchanta le jeune homme, qui se rappela qu’aujourd’hui, rien ne l’empêchait de rester à la maison. Il sourit « Non, pas de boulot aujourd’hui, je me suis accordé deux jours de repos pour le week-end, j’en avais besoins…. Besoin de me changer les idées » D’ailleurs, la veille au moment où elle avait débarqué à l’improviste, Gabriel était justement en train de réfléchir à ses projets du week-end qui finalement n’avait pas tellement abouti.

Quand Savannah voulu s’assurer qu’elle ne lui avait rien dit de plus la veille au cours de leur conversation, il ne put s’empêcher d’esquisser un sourire en se disant qu’il aurait été bien emmerdé aussi s’il avait dû passer une soirée entière avec elle sans être capable de se rappeler ce qu’ils avaient pu échanger. « Oui, c’est tout ce que tu m’as dit… Pourquoi, tu as d’autres aveux à me faire ? » Il ne l’espérait pas au fond, il en avait bien assez entendu pour aujourd’hui, il espérait changer de sujet de conversation, noyer le poisson au fond. Il ne voulait plus penser à tout ça, c’était compliqué, quelque peu énervant aussi. La savoir fréquenter deux autres hommes, même de la façon la plus factice possible….Ca le travaillait, il n’était pas sûr d’apprécier, mais une chose était sûre, il préférait ne rien dire, trop heureux de retrouver une tendre amie qui lui avait tant manqué
« Parce que pour le coup je dois avouer que je pense en avoir assez entendu pour le moment ; ne m’en veux pas. » Ses lèvres s’étiraient dans un rictus.

Savannah continua alors à lui parler de la raison de sa venue ici. Il l’écouta attentivement, un air grave peint sur la figure alors qu’il n’était pas du tout sûr de comprendre ce qu’elle était en train de lui expliquer. Il fronça les sourcils. Ce n’était plus qu’un jeu, elle ne pouvait plus faire semblant ? Ou voulait-elle en venir exactement. Il poussa un profond soupir quand elle eut terminé. Que devait-il comprendre à cette soudaine déclaration ? Il n’en était pas certain. Essayait-elle de lui faire comprendre que ce petit jeu lui avait fait prendre conscience d’autre chose ? Il ne savait pas trop que penser. Le regard poignant de la jeune femme se perdit dans le sien un moment alors qu’ils étaient entourés par le plus profond des silences. Comme si le sol allait soudainement s’ouvrir à leurs pieds ; c’est un peu ce qui venait de se passer au fond. Il le savait, pour la jeune femme, avouer une telle chose n’avait pas dû être aisé, l’entendre ne l’était pas non plus, surtout quand on ne savait pas trop comment interpréter cela.  Gabriel repris alors son calme et se décida enfin à répondre. « Pourquoi faire semblant, qui t’as demandé de faire semblant… ? Jouer un jeu ne signifie pas forcément faire semblant. » Il la scruta un moment. Au fond de son être commençait à naitre une sensation enfouie depuis longtemps, comme si son cœur se mettait à battre un peu plus fort, un peu plus vite. Il leva alors doucement la main et vint effleurer délicatement la joue de la jeune femme en gardant un air grave, ces gestes-là étaient passé hier, avec quelques verres de whisky en plus, mais ce matin Savannah n’était plus dans le même état, elle risquait de réagir tout autrement, mais la douceur qu’il trouva au contact de cette peau fut trop enivrante et il tenta le diable laissant ses doigts courir dans son cou et descendre jusqu’à la naissance de sa poitrine, là il prit soin de retirer sa main rapidement. Il c’était perdu un bref instant encore dans son regard. Puis il approcha dangereusement son visage du sien. Revoir ses lèvres de si prêts avait quelque chose de terriblement attirant, il se mordit l’intérieur de la joue comme pour se punir de telles pensées, puis il s’approcha de son oreille dans laquelle il susurra « En tout cas je suis content que tu sois venu me voir, et là je fais pas semblant.  Même si je suis pas sûr de savoir où tu veux en venir … »  Il rit légèrement au fond il comprenait très bien à quoi tout cela faisait allusion, mais une fois de plus, il préférait éviter ce sujet délicat. Un geste vaut mille mots…. Puis il lui déposa un chaste baiser dans le cou, juste sous l’oreille, avant de reculer aussi brusquement qu’il n’était arrivé. Etait-ce de trop ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 710
Etudes/Metier : Année sabbatique, réfléchit à une reconversion
Love : Kwa ?
Humeur : Pétillante

Inscription : 20/11/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Scarlett Spencer - Katlina Evans



MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel Lun 18 Aoû - 21:14


Au cœur de sa chambre, loin de leur quotidien, perdus l'un à côté de l'autre, ils tentaient désespérément de nier la réalité. Depuis qu’elle avait franchi cette porte, la jeune femme ne comprenait plus vraiment grand-chose de ce qui était en train de se passer. Plongée dans ses pensées, Savannah n’écouta que d’une oreille la réponse de Gabriel sur son travail. Il avait choisi de se prendre un week-end, et voilà qu’elle avait débarqué à l’improviste en bousculant tout son programme. Toujours concentrée sur ce qu’elle avait pu dire ou faire la veille, elle s’assura de n’avoir pas commis d’écart ou soufflé quoique ce soit de regrettable… hormis bien sûr pour son erreur d’un soir. Savannah préférait avoir les idées claires pour s’expliquer et lui dire ce qu’elle voulait lui avouer depuis longtemps. Alors qu’elle avait tenté par tous les moyens de l’oublier, que ce soit dans les bras d’autres hommes, par l’alcool ou grâce à des jeux sordides, Gabriel n’avait pas quitté ses pensées. À son grand damne, elle n’avait plus ressenti quelque chose d’aussi particulier, d’aussi étrangement spontané, depuis qu’elle l’avait quitté. Savannah plongea de nouveau son regard dans le sien lorsqu’il lui demanda si elle avait d’autres aveux à lui révéler. Elle souhaitait l’éclairer sur la véritable raison de sa venue, mais maintenant qu’elle se retrouvait devant lui, lucide et à nouveau maîtresse d’elle-même, les mots refusaient de franchir clairement ses lèvres. La jeune femme n’avait jamais baissé autant la garde devant un homme sur son ressenti et n’assumait toujours pas de le faire, encore moins devant lui, si semblable à elle lorsqu’il s’agissait d’aborder ce genre de sujets. À quoi s’attendait-elle de toute façon ? Revenir comme une fleur dans sa vie et oublier tout ce qui s’était passé ? Impossible. Ils devaient en parler pour repartir sur de meilleures bases, du moins qu’elle ne s’étouffe pas dans le silence. Pourtant, Savannah n’arrivait pas à s’ouvrir davantage. Seraient-ils simplement amis comme Gabriel avait l’air de l’accepter dans le paysage de sa vie ? Redeviendraient-ils ces faux amants si différents ? Il était évidemment inenvisageable que leur jeu reprenne, sauf que ça leur revenait malgré eux, naturellement… Elle ne se voyait pas ne pas lui ébouriffer les cheveux lorsque l’envie lui en prenait, ne pas se réfugier dans ses bras, lorsqu’elle se sentait dépassée, ne pas lui déposer des baisers dans le cou, voire sur les lèvres, ces lèvres si dangereusement attirantes ; tout ce qu’ils avaient l’habitude de faire en public pour donner le change, mais qu’elle voulait désormais récupérer pour eux et juste eux. C’était impensable. Savannah n’avait peut-être pas dépassé les bornes la veille – heureusement – mais cette soirée représentait un changement significatif pour elle et sans doute pour Gabriel aussi. Ce qui l’intriguait le plus n’était même pas toutes ces questions. Non. Celle qui se détachait plus que les autres était la suivante : comment avait-il pu la laisser réapparaître aussi facilement chez lui alors qu’il avait refusé de lui adresser la parole des mois durant ? Et surtout, pourquoi ? Savannah n’était plus que l’ombre d’elle-même, un déchet incapable de se recycler pour mettre de l’ordre dans sa vie. Gabriel ajouta rapidement qu’il en avait bien assez entendu pour le moment. La jeune femme ne savait pas vraiment quoi en penser, elle avait l’impression de n’avoir rien dit encore et ne se voyait pas en rester là. Buvant une gorgée du café bien noir que venait de lui rapporter le policier, elle se lança dans de plus amples explications sur ce qu’elle avait voulu dire. Savannah ne l’avait pas seulement quitté par envie ou parce qu’elle était embourbée dans trop d’histoires compliquées, mais parce qu’elle n’était surtout plus sûre de pouvoir faire semblant. Les paroles de Gabriel résonnèrent une nouvelle fois étrangement dans la pièce. Jouer un jeu n’est pas forcément faire semblant. « Qu’est-ce que tu veux dire ? » Réagit-elle aussitôt, intriguée par la signification de ses propos. Ils étaient un faux couple, donc ils avaient fait semblant, rien de réel dans cette histoire. Ils avaient feint des sentiments l’un pour l’autre, en public, uniquement pour la sortir, elle, d’une situation épineuse. Alors qu’entendait-il par « ce n’est pas forcément faire semblant » ? Et puis, sans répondre, Gabriel la regarda un moment et leva ensuite la main pour effleurer sa joue avant de rapprocher son visage du sien. Savannah frissonna sous le contact mais ne le repoussa pas, ni n’esquissa le moindre geste. Était-ce une réponse qu’il lui donnait là ? En exprimant au travers de gestes physiques, l’absence de mots qu’il était incapable de prononcer ? Ils étaient tellement abrogés dans l’inexpression verbale des sentiments enfouis en eux… Savannah sentit son corps frémir au contact de ses lèvres déviant dans son cou tandis que Gabriel lui avouait à demi-mot être content de la voir et être sincère en l’affirmant. La jeune femme n’eut pas le temps de réagir à ce rapprochement envers elle qu’il reculait déjà. Il n’était pas sûr de comprendre ? Elle devait sans doute se montrer plus transparente dans ses mots, cesser de tourner autour du pot et de toujours reporter l’inéluctable vérité. « Ce que je voulais dire c’est que je ne pouvais plus faire semblant de jouer une fausse relation alors que ce n’en était plus tout à fait une à mes yeux. » Elle esquissa un sourire timide et baissa les yeux vers son café à côté, peu habituée à ce genre de confessions. Ces paroles révélaient à la fois avouer beaucoup de choses et rien en même temps, comme si elle se refusait encore de franchir une frontière trop prononcée. Ce matin, elle retrouvait le Gabriel à la fois joueur, il jouait un jeu dangereux à manifester ce genre de contact, mais aussi d’une tendresse inattendue, à veiller à nouveau sur elle comme il l’avait fait la veille au soir et durant la nuit. Le caractère compliqué et explosif du jeune policier en avait fait fuir plus d’un (d’une en l’occurrence), et pourtant, Savannah s’était petit à petit accrochée à ce personnage difficile à cerner et qui lui ressemblait beaucoup… accrochée plus qu’elle ne l’aurait jamais dû. « Je ferais mieux de rentrer. Tu as sûrement un million de choses à faire. » Décida-t-elle alors brusquement afin de conclure cet échange, songeant que si Gabriel s’était octroyé un week-end de congé, ce n’était pas pour l’occuper avec une amie trop axée sur la boisson.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Wicked game | Gabriel

Revenir en haut Aller en bas

Wicked game | Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Wicked game / Gildi
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Gabriel Soap, [validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-