Partagez|

Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mar 19 Aoû - 18:26



slow kids at play.




Flashback Juillet 2009

« Non non non, je ne danse pas moi ! » Son refus était catégorique. Il avait beau être déjà bien dans l‘ambiance, il était toujours bien conscient de ses non-talents de danseur. La soirée était plus que bien entamée, peut-être même la nuit et pourtant la musique résonnait toujours aussi fort dans cette vaste maison. Son verre à la main, re-rempli pour la x ième fois de la soirée, il tentait malgré l’euphorie ambiante de rester campé sur ses positions. « Pas la peine de me regarder avec ces yeux là, c’est non ! » Tenta-t-il vainement d’ajouter avant de lever les yeux au ciel. Elle ne laisserait pas tomber de toute évidence. L’Evans porta son verre jusqu’à ses lèvres et le termina avant de s’essuyer la bouche et de le poser. « Tu me feras toujours faire n’importe quoi c’est pas possible. » D’habitude il se pliait docilement à ses demandes pour la simple et bonne raison qu’elles étaient formulées sous forme de défis auxquels il était hors de question qu’il échoue. Plus qu’une devise ou un but, il s’était toujours promis de ne pas lui laisser le bon mot de la fin et de tout faire pour gagner la partie. Partie qui ne s’arrêtait d’ailleurs quasiment jamais puisqu’ils reprenaient leurs enfantillages à la minute où ils se retrouvaient tous les deux. « Si vous voulez bien me faire cet honneur » Lâcha-t-il d’une voix et dans un sourire qui ne trompaient personne : il avait peut-être un peu trop forcé sur la bouteille. Après tout ils étaient là pour s’amuser, oublier le stresse des cours, des examens, du quartier et des familles en général. En y pensant, Nathanaël se surprenait de ne pas voir son meilleur ami trainer dans le coin. O’Conell n’était jamais le dernier lorsqu’il signifiait de faire la fête, de se bourrer la gueule et de draguer, bien au contraire. L’Evans ne se laissa pas bien longtemps distraire par cette absence étrange et reporta son attention sur la jolie brune lui proposant alors son bras pour l’accompagner sur la piste. Après tout, personne ne le remarquerait. Ils étaient tous bien trop occupés ailleurs ou eux-mêmes trop à l’est , c’était d’ailleurs le plus intéressant dans cette soirée improvisée. Il n’y avait pas à proprement parler de piste de danse mais on pouvait bien apercevoir un groupe d’étudiants au milieu du salon qui bougeait et chahutait plus que les autres. Pour l’occasion, les canapés avaient été poussés contre les mûrs mais n’échappaient pas moins au déchainement de la soirée. Certains étaient endormis quasiment ivres morts dans des positions plus suspectes les unes que les autres, d’autres riaient aux éclats. Quant au reste ils étaient occupés ailleurs., avec quelqu’un ou simplement une bouteille ce qui était déjà amplement suffisant. Des débris tels que des verres et des bouteilles vides jonchaient déjà le sol au milieu de quelques ballons de baudruche et autres confettis du même style gratifiant avec certitude de la réussite de cette fête. A y réfléchir, il devait bien avouer qu‘il était quelque peu désorienté sur le coup après tous les verres qu‘il s‘était enfilé depuis son arrivée. Débuts soft avec de la bière, il avait terminé par les trucs un peu plus forts puis les mélanges pour adoucir un peu le tout bien que ça n’avait pas forcément l’effet escompté. Il était parti loin et depuis un bon petit moment déjà pour aller s’importuner avec ce genre de détails de toute manière, encore plus en aussi bonne compagnie. Ils se faufilèrent tous deux entre les gens encore debout qui dansaient -ou essayaient- puis se mirent face à face. Si d’habitude il aurait tout fait pour éviter de se retrouver dans cette situation, de se dire qu’ils étaient tous partis loin tout comme lui le rassurait quelque peu. Autant dire qu’il pouvait bien danser comme un canard à la pate cassée , la seule qui le remarquerait serait Scarlett, déjà au courant des deux pieds gauches qu’avait l’Evans en matière de danse. Pas de gestes hésitants, pas de petites moulinettes avec ses mains ou d’hochements de tête ridicules pour faire croise qu’il était dans l’ambiance. Un Nathanaël joyeux était un Nathanaël dynamique et vif qui se fichait de.. Tout. Ou presque. Ainsi, l’étudiant improvisa quelques pas qui semblèrent se fondre parfaitement dans le décors ce qui eut le don de le ravir encore plus. Sourire en coin, yeux plantés sur sa sublime partenaire il ne put qu’apprécier ce moment et se sentir à son aise. D’autant plus lorsqu’il se rapprocha un peu plus d’elle tout en continuant de remuer en rythme sur le titre qui était en train de passer. Il ne pouvait dire avec certitude si elle s’amusait autant que lui mais il espérait que oui d’autant plus que la soirée était loin d’être finie. Quelques chansons plus tard, le jeune homme mit soudainement fin à la pseudo distance qui le séparait de Scarlett et glissa son bras autour de sa taille pour attirer son attention. Il avait assez dansé à son goût et l’envie de s’isoler quelque peu des gens avec elle pour que la « vraie » soirée ne commence pour eux se faisait de plus en plus insistante dans son esprit embrumé. Baissant la tête, il glissa tout d’abord son nez dans son cou puis jusqu’à son oreille avant de lui proposer simplement : « On bouge d’ici un peu ?  » De nombreuses pièces semblant inactives vu le monde dans le salon et le jardin n’attendaient qu’eux et il était plutôt bien placé pour le savoir. Il avait dû venir ici deux fois dans sa vie : la première pour échanger quelques cours et devoirs avec son camarade de classe mais il n‘avait pas dépassé le stade du hall d‘entrée et du salon; la deuxième ? Une fête un peu comme celle-ci organisée pendant les vacances d‘hiver pour pouvoir profiter de la piscine chauffée dont était équipée la maison. Il connaissait ce gars depuis quoi, un ou deux ans tout au plus et savait maintenant qu’il profitait généralement de l’absence de ses parents pour enchaîner party sur party pendant l’été toutes plus délurées les unes que les autres. La suite s’annonçait plutôt bien : elle, lui en tête-à-tête avec une bonne bouteille prise à l’anglaise sans que personne ne le remarque. Le seul mot d’ordre de ce soir était l’amusement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chez les fous


Féminin
Nombre de messages : 7267
Etudes/Metier : Travaille pour le sénateur O'Conell
Love : Nate
Humeur : Normale

Inscription : 26/05/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Savannah Richardson & Katlina Evans



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mar 19 Aoû - 21:52



Scarlett en avait eu besoin ; être avec lui à cette soirée, profiter de sa présence, sentir ce souffle de légèreté qui prenait possession d’eux. La tentation avait été beaucoup trop grande pour qu’elle refuse de se laisser aller à quelques verres. Après plusieurs mélanges, son corps s’était déconnecté de la réalité qui les entourait, son esprit s’était détaché de ses contraintes. Plus de limites. Cette sensation d’allégresse hors du commun la transportait plus loin encore qu’elle ne l’aurait imaginé. La jolie brune se laissait gouverner par plusieurs cocktails d’émotion pure pour profiter de la soirée, au grand dam de Nate qui faisait souvent les frais de son lâcher-prise. C’était dans ces moment-là qu’elle adorait être dans un état second avec lui, lorsque qu’il ne pouvait plus vraiment rien lui refuser. « Allez, arrête de faire ton timide, viens danser ! Toi et moi on sait que tu en es capable… » Souffla-t-elle d’une voix catégorique qui n’appelait à aucune fuite de sa part. Scarlett adopta alors son fameux regard accompagné d’une petite moue de déception pour bien lui montrer qu’il était casse-bonbons en toutes circonstances. Mais elle ne lâcherait pas avant de l’avoir fait changé d’avis. Devant son expression boudeuse, Nate tenta vainement de protester à nouveau mais accepta finalement de céder à ses lubies. Ravie de ce retournement de situation, la jeune femme afficha un sourire à peine voilé. Il trouverait certainement de quoi lui faire faire en retour plus tard dans la soirée, cependant elle savourait sa petite victoire et comptait bien profiter de l’instant pour le voir enfin danser pour la première fois depuis longtemps. Nate faisait une fixation sur ça depuis des années et n’arrivait à se lâcher qu’une fois des « litres » d’alcool ingéré dans son sang. Scarlett passa son bras autour du sien pour l’accompagner sur la piste. Ils se faufilèrent entre plusieurs jeunes tous bien plus éméchés les uns que les autres. Les examens venaient de se terminer et tout le monde comptait fêter le début des vacances dignement. Derrière son sourire serein et amusé, la Spencer cachait une appréhension dont elle n’avait pas encore fait part au jeune homme : il avait terminé sa dernière année alors qu’elle était encore coincée dans cette école pour un an. Qu’allait-il faire maintenant ? Quitter Magnolia ? Partir dans une université, peut-être lointaine, où il rencontrerait plein de nouvelles personnes (comprendre beaucoup de filles à ses yeux) et ferait sûrement sa vie loin d’ici ? Ce n’était ni l’endroit, ni le moment, pourtant cette crainte ne lui quittait pas l’esprit. Ils allaient peut-être être « séparés » d’ici la fin de l’été, ne plus vraiment se voir du moins, elle redoutait cette échéance et profitait donc de chaque instant avec lui. Ces derniers temps d’ailleurs, ils s’étaient beaucoup rapprochés, différemment de tout ce qu’ils avaient bien pu partager avant. Un groupe d’étudiants se mouvait sur la musique au centre du salon. Nate et elle les rejoignirent pour se fondre dans la mêlée. Le voir s’appliquer pour essayer de faire une danse qui ressemblait à quelque chose l’amusait beaucoup. Sous les éclats incessants de la musique et les effluves d’alcool qui lui battaient dans les tempes, Scarlett commençait à sentir sa tête tourner quelque peu. Adoptant le rythme, elle se mit à danser et se laissa porter par la mélodie de plusieurs chansons successives, levant de temps à autre des yeux amusés vers Nate, non pas pour sa façon de danser à proprement parler, mais parce que grâce à ses quelques verres, il n’était soudainement plus aussi timide qu’à son habitude pour le faire. Au bout de quelques bons sons, le jeune homme se rapprocha d’elle et l’encadra pour lui proposer de bouger. Sur fond du brouhaha ambiant, Scarlett se contenta d’acquiescer positivement pour marquer son accord. Subtilisant une bouteille au passage, ils quittèrent la maison et se retrouvèrent dans le jardin. « Ton pote n’a pas lésiné sur l’accueil ! » Dit-elle en riant. Elle remarqua ensuite deux transats, quelques chaises et une table sur une terrasse éclairée un peu plus isolée au fond du jardin. La jeune femme indiqua l’endroit à Nate pour qu’ils puissent s’y installer, tranquilles à l’abri des regards de toute la maisonnée. Arrivée sur la terrasse, la jolie brune se laissa aller sur un des coussins du transat comme un cachalot échoué, sans aucune considération de savoir si sa ‘chute’ avait été brillantissime ou non. « Cet été va juste être dément… » Souffla-t-elle alors songeuse, en regardant le ciel étoilé, comme si cette affirmation sonnait telle une promesse qu’elle lui faisait. Chaque soirée qu’ils passaient ensemble était remplie de fou rires et d’inattendu, de son lot de mésaventures parfois aussi. Scarlett ne s’en lassait pas. Alors qu’elle tentait de chasser la pensée selon laquelle il pourrait quitter le quartier à la fin de l’été, la jeune femme attendit que Nathanaël s’installe à côté d’elle et ouvre la bouteille. Malgré qu’ils soient déjà bien loin, ce serait dommage d’arrêter en si bon chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Lun 1 Sep - 20:12



Une fois sorti de la maison et éloigné du son -sans doute bien trop fort pour l’heure qu’il devait être d’ailleurs- qui s’en échappait, la première réaction de Nate fut d’écarter les bras et de respirer un grand coup. Non seulement il crevait de chaud à l’intérieur mais en plus il venait de faire quelque chose dont il avait horreur depuis toujours : danser. Le pire là-dedans étant sans doute qu’il n’avait, tout d’un coup, plus trouvé ça aussi terrible que d’habitude. Même son état n’étant pas ce qu’on pourrait qualifier d’habituel, il opta pour la solution de facilité : faire comme si de rien n’était et comme d’habitude ronchonner sur le fait qu’elle l’ait fait danser alors qu’il ne le voulait pas. Le jeune étudiant suivit , en titubant très légèrement, la Spencer jusqu’à deux transats merveilleusement biens placés et se laissa tomber sur le deuxième. Enfin presque. Malin comme il l’était -et doué aussi il faut le dire- il n’avait pas vraiment fait attention et avait loupé le transat de quelques centimètres se retrouvant alors cul par terre, quatre fers en l’air dans l’herbe comme un sombre idiot. Surprise et incompréhension mises de côté, il tenta de se retenir mais pas moyen : il rit comme un idiot, cherchant maladroitement à se relever sans y parvenir. Il n’avait pourtant pas tellement bu, enfin, dixit contrairement à d’autres évidemment, alors de là à se retrouver par terre, il se disait qu’il était peut-être loin du compte. « Et encore, celle-là c’est presque rien comparée à celle de la dernière fois ! » Lâcha-t-il dans un sourire de nostalgie bien qu’il ne se souvenait pas de la totalité de la fête. Inconvénient lorsqu’on vient à une fête avec un meilleur ami nommé O’Conell même si la faute ne lui revenait pas entièrement. Nate se releva en position assise et ne tenta pas le diable, se contentant alors de grimper sur le transat sans avoir à se lever tel Indiana Jones gravissant une montagne. La comparaison était peut-être exagérée mais vu son taux d’alcoolémie franchement, il aurait même eu du mal à gravir une colline sans se retrouver tout en bas dans un rouler-bouler douloureux. « T’aurais du voir ça, c’était pendant les vacances de noël. Ambiance feu de cheminée, dj, cocktails à gogo, piscine chauffée et j’en passe. » La fête avait été plutôt réussie même ça n’aurait sans doute pas été pareil si elle avait été là avec lui. « Enfin, l’été ne fait que commencer, celle-ci est loin d’être la dernière à laquelle on assistera. » Enchaina-t-il plus sérieusement en glissant ses bras derrière sa tête avant de contempler les astres. C’était bien aussi de prendre un peu l’air à l’écart de la foule, du bruit et d’essayer de reprendre ses esprits. Essayer seulement, fallait pas trop en demander non plus. « On a plutôt intérêt a bien en profiter » Parce qu’après cet été là, finit de rigoler. Elle dernière année au lycée, diplôme, examens finaux et tout le tralala et lui.. Débuts à l’université. Rien que d’y penser il grimaçait. Sérieusement, l’université ? Il ne s’y voyait pas du tout. Il avait beau être préparé, avec réussi ses examens sans grand mal ça n’y changeait rien. Scolairement parlant il était prêt, psychologiquement était encore une autre histoire. Surtout que bon, ça n’allait pas être la même ambiance, les mêmes gens qu’il côtoyait depuis toujours pour la plupart à l‘époque de la petite école, les mêmes professeurs. Un tout nouvel environnement à apprivoiser, de nouvelles méthodes de travail à acquérir. Autant dire ce qui était : il avait hâte et peur à la fois. Inutile d’en parler ce soir de toute manière. Non, mieux, interdit d’en parler ce soir. Ils étaient là pour s’amuser, oublier, se perdre, se trouver et tout un tas d’autres choses qu’ils n’auraient sans doute plus l’occasion de faire à l’avenir. Il voulait que tout reste pareil, surtout depuis qu’ils étaient devenus encore plus proches mais l’université les éloignerait surement. Lui aurait plus de travail, elle passerait ses examens, il se ferait de nouveaux amis et la vie continuerait comme si de rien n’était. Scénario catastrophe. Nathanaël baissa à nouveau la tête puis la tourna vers Scarlett. Délicatement, il tendit le bras et lui prit la bouteille des mains afin de l’ouvrir et qu’ils continuent officiellement « leur soirée ». Tout en prenant une gorgée, il ne la quitta pas des yeux puis finit par lui tendre la bouteille en fronçant légèrement les sourcils. Et, vicieusement, alors qu’elle tendait elle aussi la main pour l’attraper il recula le bras pour qu’elle soit hors de portée. « A quoi tu pense ? » Ce n’était pas une question piège mais, étant trop dans le flou pour réussir comme il le faisait parfois à décrypter son attitude et ses expressions, autant lui poser directement la question, non ? Et comme pour lui donner du courage, il finit par poser la bouteille dans sa main pour qu’elle la prenne et puisse boire à son tour. De toute façon, elle aurait beau lui expliquer, qu’elle se rassure, il ne s’en rappellera certainement pas. Surtout s’il commence à dégommer une nouvelle bouteille avec elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chez les fous


Féminin
Nombre de messages : 7267
Etudes/Metier : Travaille pour le sénateur O'Conell
Love : Nate
Humeur : Normale

Inscription : 26/05/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Savannah Richardson & Katlina Evans



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mar 2 Sep - 0:17


L’alcool commençait à taper si fort dans sa tête que Scarlett oublierait certainement tout de ce qui se passerait ce soir. La jeune femme se souviendrait seulement combien elle s’était amusée, complètement défoncée et sans les limites que lui imposait toujours la raison. Étourdie par la chaleur, la succession de boissons et le bruit dans la maison, elle accueillit non sans un certain enthousiasme la proposition de Nathanaël de sortir de la pièce. Une fois à l’extérieur, Scarlett indiqua deux transats au fond du jardin où elle l’entraina à sa suite. S’éloigner quelques instants de la fête n’était finalement pas une mauvaise idée pour passer du temps juste avec lui. Jusqu’à présent, la jeune femme n’en avait pas eu l’occasion. C’était toujours le même problème. Devant les autres, elle restait toujours plus dans la retenue, effacée, enfermée dans sa bulle (quand ce n’était pas dans son maudit journal), mais lorsqu’elle n’était qu’avec lui, Scarlett n’était plus tout à fait la même, comme s’il avait le pouvoir de la sortir de sa coquille invisible sans même qu’elle n’en ait conscience, bien qu’en cette soirée, l’alcool aidait grandement à ce qu’elle fasse déjà fi de tout ce qui les entourait. La jolie brune s’installa sur son transat dans une douceur digne d’un éléphant dans un magasin de porcelaine mais ce n’était rien en comparaison du fou rire qu’elle se prit quand Nate manqua son siège. « D’habitude c’est l’amour qui rend aveugle, pas l’alcool ! » Se moqua-t-elle gentiment de lui. Bon, pour la référence, on repassera, mais tout le monde n’est pas doté d’un humour détonant. Chacun faisait avec les armes qu’il a, n’est-ce-pas (a). Elle mentionna alors la soirée de fou qu’avait organisée le pote du jeune homme qu’elle ne connaissait d’ailleurs ni d’Eve, ni d’Adam. Elle n’avait pas assez souvent eu la chance de participer à ce genre de grandes fêtes. Plutôt renfermée de nature, elle détestait ces soirées remplies de monde… sauf quand les invités avaient suffisamment bu pour oublier votre existence et elle, la leur. Quand Scarlett avait prévenu sa sœur d’où elle se rendait ce soir, parce que forcément les deux complices se disaient tout, Elisabeth avait fait promettre de rameuter tout le quartier si sa cadette ne ramenait pas ses fesses au bout de la nuit. On ne pouvait pas dire qu’à seize ans, presque dix-sept maintenant, elle était souvent sortie aux petites heures avec des parents inquiets comme les siens, mais disons qu’avoir une aînée pour la couvrir qu’elle restait soi-disant chez une bonne copine d’en face pour calmer la sévérité d’une mère trop sur les dents de sa plus jeune, était un atout non-négligeable pour pouvoir passer du temps avec Nate… la bonne copine en question qui n’en était pas une justement. À cet âge, elle voulait surtout éviter des questions trop prononcées de ses paternels dans sa vie personnelle. Nate parvenant enfin à se hisser sur son transat, elle lui tendit la bouteille. Mieux valait le laisser s’en occuper, maladroite comme elle était, elle était bien capable d’en renverser la moitié sur elle. Scarlett n’avait pas besoin qu’il lui détaille davantage ses soirées folles avec un certain O’Conell, ces deux-là étaient irrécupérables dès qu’ils étaient fourrés ensemble en soirée. Disons qu’il ne partageait pas la même chose qu’avec la jeune femme, ce n’était pas le même registre entre amitié et ambiguïté de longue date, bien qu’elle avait déjà une petite idée derrière la tête pour rendre une partie de la fête bien plus piquante encore.  « Et comment ! » Approuva-t-elle lorsqu’il parla de profiter de leur été. Scarlett ne pouvait s’empêcher qu’ils devaient bien le faire maintenant, puisqu’ils ne seraient plus autant ensemble après. Elle préférait ne pas trop penser à l’avenir, mais l’échéance estivale tomberait inévitablement : lui partirait à l’université, elle resterait au lycée pour finir sa dernière année. La jeune femme avait soudainement dû mal à cacher son appréhension sur le visage, même si elle s’efforçait de ne pas y penser, encore moins en cette soirée. Évidemment, après avoir bu une gorgée de la bouteille et malgré un état d’ébriété déjà avancé, Nathanaël ne manqua pas de remarquer sa réflexion, une faculté qui énervait à la fois beaucoup Scarlett qui ne pouvait rien lui cacher bien longtemps, mais la faisait s’attacher encore plus. Dès qu’elle était un peu trop la tête ailleurs, elle n’avait même pas besoin de le dire, il le voyait directement, un regard suffisait. « Eeh c’est pas juste ! T’avais qu’à te prendre une autre bouteille si tu ne voulais pas partager ! » Fit-elle mine de s’énerver, sachant qu’il adorait la voir faire sa moue. Elle avait pris l’habitude de lui donner ce plaisir, même si elle avait pris conscience de ce fait depuis bien longtemps, un de leurs éternels jeux sans doute, qui n’était pas prêt de s’arrêter. Lorsqu’il lui tendit enfin le précieux sésame, Scarlett enfila une bonne rasée avant de répondre plutôt honnêtement sur le fond de sa pensée.  « Je ne sais pas trop… J’ai un peu peur de la fin de l’été… j’ai tellement pas envie qu’on soit séparés, que tu partes loin et tout. » Elle n’aimait pas admettre ce genre d’aveu et décida alors de boire une autre gorgée avant de prendre la bouteille avec elle et de se relever pour réduire la distance entre eux et rejoindre Nate sur son transat à lui. S’installant sur lui, une jambe de chaque côté de ses hanches, elle lui rendit la bouteille et regarda un instant la clarté du ciel étoilé avant de plonger son regard dans le sien, qu’elle parvenait à distinguer grâce à la lumière qui illuminée ce petit coin perdu au fond du jardin. Elle resta ainsi deux bonnes minutes, puis une nouvelle idée vint lui traverser l’esprit, la même qu’un peu plus tôt, une idée qui l’obligea, involontairement, à se mordiller la lèvre inférieure. « Parlant de piscine chauffante, je crois qu’elle n’attend que nous… » Dit-elle alors, en indiquant d’un mouvement de la tête, le lieu à l’intérieur de la maison, qui semblait en grande partie déserté pour le moment, les gens étant trop occupés à se bourrer la gueule dans le salon. Alors une petite incursion en douce au programme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mar 2 Sep - 1:52



Les yeux mi-clos, ce qui lui donnait un air encore plus frais qu’il ne l’était déjà, Nathanaël hocha la tête de gauche à droite pour la contredire. L’amour ne rendait pas aveugle. Enfin, peut-être que si mais ça dépend uniquement de la personne en face en même temps et si c'était le cas, ce n'était pas un compliment pour elle. « Non, non, non, pas d’accord ! Objection ! » Prenant un air dès plus sérieux, ou presque, il reprend en levant l’index comme s’il fallait l’écouter très attentivement parce que ce qui allait suivre était une leçon de vie à mémoriser et ne surtout pas oublier. « L’amour, ça rend con. Majoritairement, surtout. » Il suffisait de voir les gars au lycée pour le savoir. Des pseudos adultes qui s’autoproclamaient auparavant badass, badboy et compagnie et qui, à la rencontre d’une jolie fille, sont devenus les gendres parfaits à présenter à belle-maman. Ces garçons qui se fichaient des couples et ont finis par prendre leurs places. Nathanaël quant à lui ne faisait aucune remarque. Il se contentait de penser que le spectacle n’était pas beau à voir et passait son chemin comme si de rien n’était. Il n’était pas comme ça, ne l’avait jamais été, ne le serait jamais mais ça ne voulait pas dire qu’il pouvait accepter que les autres, eux, le soient. « Et puis, crois pas hein, mais cette chute était entièrement calculée d’abord. Je l’ai fait exprès de me ramasser. » Soutenant son regard, il doutait un peu de la crédibilité de son histoire. Mais bon, alcoolisée autant que lui, rien ne disait qu’elle ne lui laisserait pas le bénéfice du doute après tout. Elle le connaissait normal, alors joyeux.. Il devait être capable le triple des conneries habituelles.  Bien installé -presque fièrement s’il ne s’était pas lamentablement ramassé par terre comme un cachalot- l’Evans se ravi de la réaction presque immédiate de Scarlett lorsqu’il refuse de lui filer la bouteille. Comme d’habitude, elle bondit et monte sur ses grands chevaux mais il ne peut l’en blâmer. Il adore la chercher et ce serait bien moins drôle si elle ne rentrait pas elle aussi dans son jeu. « Comme si tu allais réussir à finir celle-ci toute seule, de toute façon. Tu crois au père noël à ton âge ? » Puis, Scarlett avoua -et même pas à demi mot ce qui est un miracle venant d’elle- qu’elle appréhendait la fin d’été, la nouvelle année et l’éloignement qu’il pourrait s’en suivre entre eux. Alors elle y pensait aussi. Si sa première idée avait été de blaguer à ce sujet en sortant un truc bien pourri comme il en avait le secret, il se retint. Avec son état, c’était peut-être aussi l’occasion de dire clairement ce qu’il pensait sans se soucier de quoi que ce soit contrairement à d’habitude. Il avait tout autant de souci à se faire, si ce n’était même plus. Selon la fac qu’il choisirait, il partirait peut-être loin ce qui faisait qu’elle se retrouverait seule ici et surtout disponible. Quelles n’étaient pas les chances que tout d’un coup elle  se rende compte qu’un voisin, un camarade de classe, pendant l’absence de l’Evans, lui plaisait et correspondait bien à ses attentes ? Beaucoup. Beaucoup trop, même. Il savait qu’il pouvait avoir confiance en elle, qu’elle ne le remplacerait pas amicalement parlant tout comme il ne pourrait le faire de son côté mais le doute était tout de même de mise bien malgré lui. « Pareil, ça me ferait chier de devoir me barrer super loin. Mais bon, il n’y a pas de raison de s’en faire. Si tout va bien, je continuerai à Magnolia » Admit-il. Ils en avaient longuement parlé, ses parents et lui mais pas seulement. Heathcliff aussi d’ailleurs. Ils en étaient tous venus à la même conclusion : continuer ici serait la meilleure option. Pas besoin d’appartement, de trajets, de valises, de déménagements, de pleurs, de cris,.. Bon, peut-être pas de cris mais quand même. « Et du coup, tu devras continuer de me supporter. Pauvre de toi ! » Tournant une nouvelle fois la tête vers elle, il sourit un peu bêtement. L’idée de la faire tourner en bourrique un an de plus ne le dérangeait nullement bien au contraire. Il ne se ferait pas prier pour. Mais ça, elle le savait et s’en défendait aisément. Sans chercher à comprendre alors qu’il reportait son attention sur les étoiles, Nate la laissa venir à l’abordage de son transat et s’installer confortablement comme si de rien n’était. Pas qu’il n’aimait pas jouer au matelas à transat, bien au contraire et encore moins lorsqu’il s’agissait de Scarlett, mais il avait quand même envie de ronchonner juste pour la faire réagir. Prenant la bouteille, il bu une gorgée durant laquelle il se permit d’observer la Spencer avec plus d’attention puisqu’elle semblait, elle, intéressée par les astres au dessus d’eux. Situation loin d’être désagréable. Ce n’est qu’une poignée de secondes plus tard qu’elle proposa une idée qui semblait encore meilleure que la sienne: la piscine avait sans aucun doute été chauffée, autant ne pas gâcher ça en la laissant complètement intacte. Surtout s’ils étaient seuls à s’en servir. L’Evans se redressa en position assise tant bien que mal et se retrouva un peu plus proche d’elle lui permettant de remarquer par la même occasion qu’elle se mordillait la lèvre. Un tic chez elle dont elle faisait preuve bien trop souvent à son goût même s’il n’en disait rien. « Qu’attendons-nous dans ce cas ? » Murmura-t-il dans un sourire en coin ne la quittant pas du regard. Une fois levés et à nouveau à l’intérieur du salon où il y avait toujours autant de mouvements, Nate attrapa la main de Scarlett pour la guider jusqu’à une porte fermée. Il regarda l’espace d’une seconde autour d’eux pour vérifier à deux fois que personne ne les voyait et ouvrit, la faisant passer devant. Si quelqu’un lui suivait, ça ne valait plus le coup alors plutôt vérifier deux fois qu’une. Il entra à son tour, fermant derrière lui et descendit les marches qui les menèrent directement à la pièce qu’occupait la piscine. Il ne s’était plus souvenu en en discutant qu’elle était aussi grande mais ce n’était pas une déception. « Et voilà. Bienvenue au paradis » A leur gauche minibar, stéréo , table, et tout ce qu’il fallait pour passer un bon moment et à leur droite, ladite piscine qui leur ouvrait ses bras et n’attendait qu’eux. Ayant mémoriser un minimum la maintenant ces lieux, Nate passa derrière le bar et toucha quelques boutons afin d’éteindre les lumières du plafond et d’allumer seulement celles à l’intérieur de la piscine. Meilleure ambiance, d’après lui. « Alors.. Est-ce que je te balance tout habillée à l’intérieur ? Je ne sais pas , j’hésite. » Il la regarde dans un sourire sadique mais n’en fait rien. Ils trouveront surement une façon plus intéressante de se jeter à l’eau dans tous les sens du terme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chez les fous


Féminin
Nombre de messages : 7267
Etudes/Metier : Travaille pour le sénateur O'Conell
Love : Nate
Humeur : Normale

Inscription : 26/05/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Savannah Richardson & Katlina Evans



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mer 3 Sep - 0:53



Lorsqu’elle lança une phrase mondialement connue sur l’amour pour délirer, Nathanaël la prit évidemment au pied de la lettre pour la contredire. Il adorait passer son temps à le faire, si bien que Scarlett préféra ne pas réagir. Dans le fond, l’amour rendait bête également, elle ne pouvait pas le nier. Se classait-elle dans la même catégorie ? Difficile à dire puisque la jeune femme n’avait jamais eu l’impression de ressentir quelque chose d’aussi fort… enfin peut-être que si, mais c’était plus facile de se voiler la face et de ne pas le reconnaître, surtout quand celui qui lui chamboulait le plus la tête se tenait à ses côtés même. Scarlett continua plutôt de rire par rapport à la chute lamentable de Nate qui ne savait même plus distinguer un transat du sol. « Mais oui bien sûr. Tu me crois déjà assez à l’Est pour te croire peut-être ? » Est… Ouest ! En effet. La jeune Spencer avait toujours fait l’amalgame de ces deux points cardinaux, surtout en cours de géographie où ça lui avait posé pas mal de problèmes pendant longtemps. Comment dire ? Les directions étaient totalement opposées. Enfin installé sur son transat, Nathanaël en profita ensuite pour la taquiner en soulevant la bouteille hors de sa portée. « Parce que toi, c’est sûr, tu en serais capable. Mère Noël n’existe pas non plus tu sais. » Ironisa-t-elle, en levant les yeux au ciel, avant de répondre plus précisément à sa question concernant ce qu’elle pensait. L’esprit embué sous les effluves d’alcool, Scarlett s’ouvrait plus facilement qu’à l’accoutumée. Elle n’avait pas envie qu’ils se retrouvent séparés, même si le monde dans lequel ils vivraient au quotidien ne serait plus le même. Nathanaël devrait désormais plonger le nez dans ses bouquins à longueur de temps, tandis qu’elle profiterait de la liberté qu’offrait la dernière année. Les nouvelles rencontres pour lui, l’ennui de rester coincée au lycée pour elle, avec les gamins qu’elle devait se coltiner en classe… bref, la joie totale. Le jeune homme, voyant son inquiétude passagère, la rassura aussitôt sur un point : il avait décidé de continuer – en principe – à Magnolia. Cette annonce illumina le visage de la Spencer, qui eut bien du mal à cacher son sourire et son soulagement. « C’est ton départ que je n’aurais pas supporté, crétin ! » Souffla-t-elle dans un vent de vérité, en le rejoignant sur son transat, munie de la bouteille, sans se soucier de la pique qu’il venait encore de lui lancer. Elle ne savait pas vraiment définir ce qui les liait désormais, une amitié ambigüe ou plus, moins qu’un couple sans doute, lui aussi devait l’ignorer de toute façon, puisqu’ils n’avaient jamais pris le temps de poser des mots sur leur « relation », mais une chose était sûre, elle vivrait très mal l’éloignement. Nathanaël était comme son oxygène dans le quartier, sa bouffée d’air quand tous les autres ‘ploucs’ (référence here (a)) lui étouffaient ses journées. Personne ne lui arrivait à la cheville (gonflée bien sûr) pour lui faire oublier combien elle ne les aimait pas. Cette proximité soudaine entre eux, loin de déplaire à Scarlett, lui rappela alors une idée qui lui avait traversé l’esprit quelques minutes auparavant : pourquoi ne profiteraient-ils pas de la piscine ? Nate approuva cette proposition et attendit qu’elle se relève pour l’entraîner dans son sillage vers l’intérieur de la maison. La piscine se trouvait dans une pièce à l’arrière du salon qu’il fallait traverser en toute discrétion s’ils ne voulaient pas se faire repérer. La jeune femme serra un peu plus la main de Nate pour ne pas le perdre et le suivit jusqu’à la porte qui menait dans ladite pièce. Elle entra la première et découvrit avec une bonne surprise qu’ils étaient les seuls à y avoir pensé… pour le moment. Paradis… On pouvait facilement le qualifier de tel puisqu’il s’agissait sans doute de la pièce la plus intéressante de la maison. Comme Scarlett devait s’y attendre, Nate ne tarda pas à suggérer de la balancer dans l’eau sans préambule, même si pour l’instant, il ne joignit pas encore le geste à la parole. « Non attends, je vais nous préparer un cocktail digne de ce nom avant de prendre l’eau ! » Trouva-t-elle une pirouette plus alléchante. Il ne pourrait pas la contredire cette fois, elle avait passé plusieurs après-midi avec son frère à essayer de faire des cocktails – même si elle ne buvait généralement pas en dehors des soirées – juste pour apprendre avec Carl à gérer dans le domaine. Nate en savait quelque chose, puisqu’elle s’amusait souvent à tester sur lui ce qu’elle avait comme nouveauté en préalable. Et souvent… c’était réussi. Plonger dans la piscine sans un bon cocktail à siroter ? No way ! Scarlett se dirigea vers les réserves derrière le minibar tandis qu’il tamisait les lumières. Elle regarda les stocks et devina rapidement quel serait la boisson du jour. « Je vous présente madame Spencer, la barmaid, et monsieur Evans, le DJ. » Dit-elle en souriant, comme façon subtile pour l’inviter à s’occuper de la stéréo. Trop de boutons pour elle sur ce gadget, elle préférait laisser l’expert s’y atteler. Concentrée sur ce qu’elle faisait, Scarlett réalisa un mélange de curaçao, de tequila, de jus de citron et ajouta une touche de schweppes pour agrémenter le tout avant de terminer le fameux cocktail aux allures bleutées… un cocktail qu’on pouvait facilement confondre avec la couleur de la piscine ou du fameux perroquet brésilien qui lui donnait son nom : l’Ara. « Et voilà, monsieur est servi. Je ne sais pas s’il le mérite, mais bon. » Ajouta-t-elle en souriant de plus belle et en lui tendant son verre. Scarlett était inspirée à mille choses ce soir, mais c’était aussi grâce à l’alcool, donc les doses en tequila pouvaient s’avérer… un poil trop élevée (a). La jeune femme tituba ensuite jusqu’au bord de l’eau. Elle retira ses chaussures et remonta les bords de son pantalon jusqu’à ses genoux (oui elle était toujours pudique à cette époque-là, bourrée ou non, fallait pas compter sur elle pour éparpiller ses fringues partout). Scarlett s’assit au bord de la piscine et laissa ses jambe tomber dans l’eau tout en sirotant sa boisson sans même se rendre compte du dosage plutôt costaud qu’elle avait administré. « Alors cette musique ? Le DJ est au chômage ? » L’interpella-t-elle de nouveau pour le titiller de plus belle. Elle le regarda s’affairer autour de la stéréo, son mode espiègle rallumé. Profitant qu’il avait le dos tourné, Scarlett posa son verre et se pencha vers l’eau. Elle attrapa une bonne rasée dans son bras et éclaboussa Nate. Sous le coup de la surprise, il se retournait déjà. En guise de défense anticipée, elle en rajouta plusieurs volées, tout en éclatant de rire et sachant très bien qu’elle serait la sentence qui l’attendait. Rien ne valait la tête surprise de l’Evans qui s’était fait avoir le premier. C’était là que tout avait vraiment commencé. L’espièglerie, les jeux sempiternels, les coups rendus… tout avait pris un autre level.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mer 3 Sep - 1:42



De toute façon, Nathanaël était persuadé qu’il aurait beau avoir toutes les explications, tous les témoins du monde, toutes les preuves du monde qu’elle trouverait toujours quelque chose à y redire. Non pas de la mauvaise foi, juste de l’acharnement perpétuel à le contredire comme si elle ne savait pas ce qui allait en découler (a). Il arrivait peut-être à l’Evans d’aller un peu trop loin et un peu trop fort mais vraiment, dans ce genre de moment, elle lui tendait la perche pour. « Je te parierai bien que je le fais là, tout de suite, sous tes yeux ébahis et charmés mais c’est notre seule bouteille pour l’instant et une bonne en plus alors hors de question de ne pas bien la savourer et d’en faire bon usage. » Bon usage, bien sur. Comme s’il allait prendre le temps de savourer chaque gorgée. La seule chose qu’il voulait était de continuer sur sa lancée, de ne surtout pas s’arrêter peu importe qu’elle était la nature du verre ou de la bouteille qu’il devait terminer pour. Et puis franchement, il avait déjà vu Scarlett dans des états pas possible mais là.. Elle obtenait certainement une place sur le podium. Là était d’ailleurs tout l’intérêt. Scarlett d’habitude plus renfermée, plus timide, plus pudique se transformait au fil des verres en une adolescente à l’image de toutes les autres en cas de soirées : délurée (plus ou moins) , drôle, piquante, séduisante, aussi même si à ce niveau là c’était plutôt l’alcoolémie de l’Evans qui parlait. Et encore, il n’avait pas franchement besoin d’avoir bu pour faire le constat, comme bon nombre avant lui probablement , qu’elle était très jolie et ce depuis toujours. Il ne le lui avait jamais dit clairement pensant que ce n’était pas nécessaire d’autant plus que ça la mettrait sans doute mal à l’aise, mais l’avait pensé sans retenue à chaque fois qu’il l’avait vue. Leur relation était quelque peu compliquée, aussi, alors disons qu’il ne cherchait pas non plus à se questionner sur le pourquoi du comment cela se faisait que plus les mois passaient, plus il se rapprochait d’elle mais de manière bien différente de toutes les autres fois. Le temps où il ne la voyait que comme une simple amie et rien de plus était bel et bien révolu mais la peur de mettre un mot sur tout ça, sur eux, sur leur relation le terrorisait. Après tout, n’étaient-ils pas biens ainsi ? Tantôt complices, tantôt se jetant des piques pour se chercher et peut-être, finir par se trouver ? Ils n’avaient besoin de rien d’autre. Pas d’explications ni de justificatifs, pas de contraintes, pas de promesses. Ils étaient bien loin de tous ces problèmes, ces prises de tête qui ne menaient à rien. Vivant au jour le jour, ils se contentaient d’agir comme ils le sentaient sur le moment et jusqu’à maintenant, il n’avait jamais eu motif de s’en plaindre. « J’ai failli dire que c’était gentil. Mais ça, c’était avant le crétin de fin qui casse tout. » Répliqua-t-il dans une grimace comme s’il le lui reprochait bien qu’il prenait ça à la rigolade. L’envie de répliquer, ci-joint d’un sourire qui en disait long, qu’il était persuadé qu’elle n’aurait pu se passer de lui-même pendant une période plutôt courte lui traversa l’esprit. Même pas le temps de faire un peu enfler ses chevilles -fines et parfaites par ailleurs (a)- qu’ils prenaient la direction de leur campement secret. Dans l’état dans lequel était son camarade de classe de toute façon, quand bien même il les prendrait la main dans le sac à moitié nus dans la piscine après avoir vidé la moitié du bar, il ne leur dirait certainement rien. Dans le meilleur des cas il ferait comme s’il n’avait rien vu et remonterait faire la fête puisque tout était « ok », dans le pire, il se souvenait soudainement qu’il avait une piscine chauffée et y invitait les invités encore debout. Possibilité envisageable bien que désagréable à souhait. Et puis, alors qu’il comptait prendre sa revanche pour le « crétin » de tout à l’heure, Scarlett l’arrêta net. Elle allait préparer des cocktails, il ne pouvait donc pas. Agacé par le fait de devoir refouler son envie de vengeance, il garda en esprit le côté positif de la chose : pas de femme à la mère mais de très bons cocktails comme elle savait si bien les faire en plus de leur charmante bouteille. C’était toujours ça de gagner. « De toute façon je finirai par t’y balancer alors maintenant ou plus tard.. Qu’à cela ne tienne. » Répondit-il en lui faisant un clin d’œil significatif. Hé non, elle n’était pas sortie d’affaire contrairement à ce qu’elle pouvait croire. Elle barmaid, lui DJ c’était franchement la décadence totale dans cette pièce. Allant jusqu’à la chaîne hi-fi, Nate n’eut aucun de mal à comprendre les différents boutons et sa manière de fonctionner bien qu’il n’y avait jamais touché et parvint à mettre une station de radio plutôt intéressante. Bonne musique, entraînante, qui ne lésine pas à mettre l’ambiance à peu près au même level que celle qui passe dans le salon juste à quelques mètres. Et dire qu’ils sont là et que personne ne s’en doute.. La soirée est plus que prometteuse, même aussi bien engagée à l’heure qu’il est. « J’espère que t’aimes Nicki Minaj » Sa notoriété est déjà notable même si ça ne fait que deux ans qu’elle est dans le métier. D’habitude, Nate n’est pas forcément fan de son style et de ce qu’elle chante, mais vu son état, il pourrait même écouter du Céline Dion et du Mariah Carey sans rechigner. Enfin non en fait, peut-être pas du Mariah, faut pas pousser. Nathanaël prend le verre que lui tend la jolie brune et le contemple pendant quelques secondes. Ca n’a vraiment pas l’air mauvais, elle semble s’être améliorée encore depuis la dernière fois. Et dire qu’elle n’était même pas en âge légal de boire selon la loi et qu’elle venait de concocter elle-même , plutôt aisément, deux cocktails avec des bouteilles trouvées au hasard au fond d’un placard. Sans attendre, l’Evans prit une gorgée et éloigna par la suite le verre de quelques centimètres sous la surprise. N’avait-elle pas un peu foiré le dosage ? Oh et puis non après tout, l’arrière gout de tequila qui restait ensuite était plutôt agréable. Et bien sur, avant même qu’il n’ait le temps d’exercer une première vengeance, elle lui en met déjà plein la tête une deuxième fois. Ce qui, par ailleurs, il ne peut plus laisser passer. Vraiment pas moyen. Il prendre une longue gorgée de son verre, le repose et se précipite vers Scarlett en la chatouillant au passage. Ainsi, elle sera plus occupée à essayer de l’arrêter plutôt qu’à se débattre pour ne pas finir toute habillée dans l’eau. Plan machiavélique mis en marche, Nate finit par s’y jeter complètement, l’emportant d’ailleurs avec lui. ET BIM, qu’est-ce qu’elle dit de ça ? « Pardon, tu disais ?  » Questionna-t-il une fois remonter à la surface avant de rire aux éclats et de l’éclabousser à son tour. Après tout, il ne fait que lui rendre la pareille. Il ne va certainement pas se sentir coupable. Une chance qu’aucun d’eux n’avait emmené son portable puisqu’ils avaient décidé de les laisser respectivement chez eux en début de soirée. « Oh et.. » Nate s’approche d’avantage d’elle et finit par lui dire alors qu’il n’est plus qu’à quelques centimètres « Merci pour le cocktail en fait. Délicieux. J’espère que la température de l’eau est tout autant à ton goût. » Il sourit de plus belle pour la vanner une ultime fois et s’éloigne comme si de rien n’était en écoutant la musique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chez les fous


Féminin
Nombre de messages : 7267
Etudes/Metier : Travaille pour le sénateur O'Conell
Love : Nate
Humeur : Normale

Inscription : 26/05/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Savannah Richardson & Katlina Evans



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mer 3 Sep - 2:32



Dialogue de sourd bonjour. Toujours à se contredire, Scarlett tira la langue à Nathanaël en guise de réponse sur sa soi-disant capacité à vider la bouteille. Vu comment il titubait déjà, elle n’en était pas tout à fait certaine. La jolie brune ignora la nouvelle pique et fit part de ses craintes de le voir s’éloigner d’elle à la fin de l’été. Le flou qui régnait de plus en plus entre eux ne facilitait pas vraiment les choses ; elle savait que la distance ne changerait rien à leur amitié mais nourrissait des doutes quant au côté plus ambigu de leur relation. Ils n’avaient jamais mis de mots dessus, préférant ne pas définir clairement ce qui se passait entre eux. C’était beaucoup mieux ainsi d’ailleurs et bien moins prise de tête, du moins ça l’était avant que Nate ne réussisse sa dernière année. Il l’avait cependant plus ou moins rassurée en lui apprenant qu’il ne comptait pas quitter Magnolia, ce qui était déjà positif. Scarlett croyait bien comprendre entre les lignes qu’il ne voulait pas non plus que la situation change entre eux. Elle n’avait donc – à priori –  aucun souci à se faire. Une fois l’idée de la piscine suggérée, ils se retrouvèrent rapidement dans la pièce qui les intéressait. Scarlett échappa à la vengeance saugrenue de Nate en se dirigeant aussitôt vers le minibar, même si elle se doutait bien que ce serait peine perdue. « Très effrayante, la menace. » Répondit la jeune femme en souriant. Que risquait-elle à part une vague de froid soudaine et des vêtements trempés ? Rien. Enfin si, la déconfiture et lui la joie d’avoir réussi à la jeter à l’eau, mais elle trouverait d’autres façons de lui rendre la pareille. Tandis qu’il allumait la radio, Scarlett s’exécuta pour lui préparer les cocktails avant de lui tendre le sien. « Vite fait mais ça va, musique d’ambiance. » Valida-t-elle la mélodie. Elle s’installa ensuite au bord de la piscine et songea que, puisqu’elle devrait passer par la case trempette, pourquoi ne pas ouvrir les hostilités ? Posant son verre près du bord, Scarlett s’amusa à l’éclabousser généreusement de tous côtés. La réaction de Nate ne se fit pas attendre. Lorsqu’il se retourna, la jeune femme comprit l’issue de son sort et se leva pour tenter de lui échapper, mais il l’attrapa au passage et commença à la chatouiller. Scarlett se débattit tant bien que mal, sans succès. Emportée dans l’élan de Nathanaël, elle se retrouva soudainement sous l’eau, bim. Vêtements totalement trempés ! Une fois remontée à la surface, la jeune femme reprit sa respiration. Même si elle s’y était attendue, le choc n’en avait pas été moins rude entre le chaud et le froid de la pièce. Scarlett ouvrit ensuite les paupières et ramena ensuite la longue chevelure brune qui lui barricadait les yeux en arrière. Tout comme elle aimait user d’un ton espiègle, Nathanaël s’amusa à la provoquer un peu plus mais elle n’était pas dupe. « La température est parfaite, si tu veux mon avis. » Et ce n’était pas un mensonge. Alors qu’il s’éloignait, Scarlett n’avait pas dit son dernier mot. « Où vas-tu comme ça ? » Reprit-elle, en le rattrapant malgré elle. Arrivée dans son dos, elle s’appuya de tout son poids sur ses épaules afin que Nate coule aussi sous les flots. Hors de question pour la jeune femme d’être la seule à boire la tasse. Au bout de quelques secondes, elle s’écarta pour le laisser remonter à la surface, soupçonnant qu’il n’avait pas vraiment lutté pour l’empêcher de riposter, même si elle préférait se croire suffisamment « forte » pour l’enfoncer dans l’eau. « Alors ce petit bain de… minuit ? Oui, il doit bien être cette heure-là en fait. Ou pas, mais peu importe. » Scarlett rit de sa bêtise, toute seule comme c’était souvent le cas d’ailleurs, mais à vrai dire, elle s’en fichait royalement. Elle était loin la petite fille timide, effacée, qui doutait de tout, bien loin, sauf peut-être lorsqu’il s’agissait de ce qu’elle ressentait pour lui, ce que même l’alcool n’arrivait pas à dévoiler. Après cette incartade aquatique, elle remonta par l’échelle et reprit sa place au bord. La jolie brune leva ensuite légèrement son t-shirt, dévoilant ainsi son ventre, pour le tordre sur le côté et enlever un maximum d’eau, avant de le nouer de la même façon au-dessus de sa hanche. Scarlett détestait cette sensation de t-shirt trempé plaqué contre sa peau, ça l’insupportait. « Il faudra que je t’emmène un jour dans un endroit comme ça. » Dit-elle, mi-amusée, mi-mystérieuse, en indiquant la piscine. En effet, Nate l’ignorait encore, mais les Spencer avaient une sorte de seconde résidence, principalement en travaux pour le moment, puisque son père avait désiré y ajouter de nouveaux aménagements. Ce lieu était en quelque sorte retiré de tout, dans une orée de bois, à plusieurs dizaines de kilomètres de là. Scarlett avait toujours voulu l’y emmener un jour, quand la maison serait tout à fait remise à neuf, et surtout quand elle serait en âge d’y aller rien qu’avec lui, sans avoir à se justifier à qui que ce soit. La jolie brune attrapa de nouveau le verre posé à côté d’elle pour finir le cocktail. Ils s’étaient promis, en début de soirée, de finir la tête complètement à l’envers, une sorte de pacte que Nate lui avait intimé de prendre pour vraiment être super loin une fois dans sa vie. Ce n’était pas en se battant dans la piscine sans rien vider qu’ils allaient y arriver. Scarlett s’investissait donc dans sa tâche, sachant qu’il voulait la voir totalement bourrée, au-delà de ses limites, ce qu’il n’avait jamais eu l’occasion de voir arriver. Soudainement plus dans l’ambiance, et désormais dans sa bulle, elle se leva pour commencer à danser –n’importe comment mais là encore elle s’en fichait- sur la musique de cette fameuse Minaj aussi déjantée qu’ils l’étaient ce soir. Merci tequila.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mer 3 Sep - 3:23



Contrairement à ce à quoi il s’entendait -ou au contraire complètement digne de la Spencer- celle-ci lui répondit que l’eau était à température parfaite. Limite elle le remerciait de l’y avoir « emmenée » aussi généreusement. S’attendant plutôt à des cris, des menaces de mort, du karma qui s’acharnerait sur lui pour avoir osé faire ça, il ne sut de suite quoi répondre. Une chance que pour lui, rétorquer était presque une seconde nature, d’autant plus avec elle. Les mots venaient seuls sans trop de difficulté. « J’ai jamais dit que j’en voulais mais d’accord, ravi d’apprendre qu’elle te convient. » Sourire sarcastique à l’appui pour bien souligner le fait que non, en réalité il n’en avait pas grand-chose à faire, il tente de garder son sérieux et de ne pas se mettre à rire comme il est tenté de le faire. « Ca se voit pas ? Je te fuis ! Je sens le sale coup qui va encore s’abattre sur moi, pauvre homme sans défense. » et complètement pété surtout. C’est limite s’il n’a pas l’impression que tout bouge au ralenti, lui compris et alors qu’il essaie de s’enfuir dans l’eau, c’est encore pire. La Spencer n’a aucun mal à le rattraper et exerce soudainement une force inattendue sur ses épaules le faisant rentrer dans l’eau. Inutile de dire que s’il en avait eu la force -et l’envie aussi- il n’aurait eu aucun mal à pousser sur ses jambes pour en ressortir directement sans lui donner ce plaisir mais bon.. Il fallait bien lui faire plaisir un peu. Si elle y croyait, c’était le principal après tout (a). Remontant à la surface, il passa sa main sur son visage puis dans ses cheveux avant de secouer la tête pour les remuer quelque peu. S’il y a bien une chose dont il a horreur c’est qu’ils soient plaqués, de quelconque façon que ce soit d’ailleurs. « Parfait. Du bon alcool, dans un bon endroit avec la bonne personne et de la bonne musique. Que demander de plus ? » Il la regarde plus sérieusement en souriant en coin et ajoute finalement reprenant cet air de perpétuel perplexe indécis jamais satisfait. « Quoi que.. Pour la musique je m’emballerais pas trop réflexion faite. » Nathanaël se mit à rire mais s’arrête presque net lorsqu’il vit Scarlett sortir de l’eau et essorer son t-shirt avant de passer du stade de barmaid à danseuse en folie. Si lui n’était pas fier sur une piste de danse, elle, joyeuse, ce n’était pas non plus la gloire et la fierté incarnées. L’Evans ne rechigna pas. Il s’approcha du bord et sortit de l’eau, attrapant son verre et profitant du spectacle que la jolie brune voulait bien -involontairement- lui offrir. Il était temps de laisser un peu deviner, s’échapper sa folie. Tout le stresse engendré par les millions d’épreuves qu’il avait passées dernièrement, l’appréhension quant aux facs dans lesquelles il pourrait aller et serait accepter, les conseils -si on pouvait appeler ça comme ça- de la mère de famille à la crinière de feu quant à la suite de ses études.. Il fallait qu’il s’en détache, complètement. Qu’il l’oublie, qu’il le froisse, qu’il le brûle, mieux encore, qu’il le noie. Nate termina son verre dans une grimace tant l’arrière goût venait soudainement de lui nettoyer la gorge puis se leva tant bien que mal veillant à ne pas retomber involontairement dans la piscine. Dans le cas contraire, c’était du pareil au même que de l’histoire du transat. Si Scarlett demandait ou se fichait de lui, tout était parfaitement prévu depuis le début et contrôlé. S’il ne s’abusait, la pièce était insonorisée, donc aucune chance qu’on les entende à cause de la musique, du rafu des plongeons, des cris ou même des rires. Ils étaient seuls au monde, dans leur monde. Et ce n’était pas plus mal. Tout comme elle, n’aimant pas le sensation du tissue trempée sur lui, Nathanaël décide de faire sécher, non pas toutes ses fringues, mais au moins son t-shirt histoire d’avoir quelque chose dans le lot d’épargné sauf que ben voilà.. Doué comme il l’est, adroit comme une taupe myope et soul comme une vache espagnole, le t-shirt reste coincé au niveau de sa tête sans qu’il n’arrive plus à s’en défaire. Génial. Coincé la tête dans le t-shirt, bas en l’air de façon très bizarre et avec la cuite du siècle -bon ok, de la semaine disons- il va aller loin. « Je suis coincé ! Aide moi s’il te plait, et pas de mauvais coup » Prévint-il en s’approchant d’elle en regardant en travers du tissu trempé qui ne cache plus grand-chose du coup. « Vas y tire, encore, encore , encore , encore, encore.. » Rien n’y fait, il est toujours coincé. En même temps, demander à Scarlett de l’aider c’est comme demander à un nain de faire un saut au longueur. Comparaison un peu bizarre, d’ailleurs maintenant qu’on y pense. Une fois décoincé et le t-shirt retiré, Nathanaël le jette un peu plus loin sans vraiment se soucier dans l’endroit auquel il tombe et s’il allait pouvoir sécher dans sa position, il baisse la tête et regarde Scarlett de haut en bas sans même chercher à s’en cacher. Elle devrait en faire de même. Enfin non, devrait n’était pas le bon terme. Elle pourrait volontiers en faire de même. Se séchant rapidement les mains, l’Evans finit par changer de de station radio . Elle est bien drôle Nicki Minaj mais danser sur ça, vu la crise d’épilepsie qu’à eu l’air de faire Scarlett, c’est pas easy (a). Puis, ô, miracle. Qu’est-ce donc ? Nate met plus fort en se redressant l’air soudainement plus sérieux et tourne la tête vers Scarlett. « Un tango ! On teste ou quoi ? » Le pire, c’est qu’il ne rigole pas. Il a beau avoir des difficultés en danse surtout lorsqu’il s’agit de trucs tendances pour aller en boîte, autant il croit se souvenir encore à peu près des pas à faire sur cette dans là. Miracle avec sa mémoire de poisson et sont taux d’alcool en plus. Sans attendre plus ample explication, il la rejoint et passe son bras autour de sa taille, la rapprochant de lui. L’autre trouve sa main. C’est déjà pas facile à la base mais alors quand on a du mal à tenir tout droit .. C’est mission impossible. « En gros c’est en arrière, en avant, en arrière, rotation, en arrière, rotation » Il paraissait sur de lui mais ne l’était pas du tout. Puis, sans réfléchir, il se laissa bêtement guider par la musique une fois son regard plongé dans celui de Scarlett. Plus rien d’autre autour, plus de pas de danse à reproduire, plus rien. Pas même une bonne bouteille à quelques mètres qui n’attendait que lui. Tout se faisait naturellement jusqu’à ce qu’ils effectuent le pas final c’est-à-dire qu’elle bascule en arrière et qu’il la maintienne au niveau de la taille. « Quels talents, je suis impressionné. » Tenta-t-il pour briser le silence pesant alors qu’il refoulait une soudaine envie de capturer ses lèvres en vue de leur proximité. Il se redresse, l’entraînant avec lui et soupire de convenance lorsque la musique change une nouvelle fois en quelque chose de plus moderne, plus de leur génération.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chez les fous


Féminin
Nombre de messages : 7267
Etudes/Metier : Travaille pour le sénateur O'Conell
Love : Nate
Humeur : Normale

Inscription : 26/05/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Savannah Richardson & Katlina Evans



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mer 3 Sep - 21:26



Sans se départir de ses mauvaises habitudes, Nathanaël continua de se moquer d’elle et de prendre son pied de la voir trempée. Scarlett préféra ne plus relever et cacha la petite moue naissante qui apparaissait sur ses lèvres, ne voulant pas lui donner une énième fois ce plaisir. Ils sortirent tous les deux de l’eau et, tandis que la jeune femme tordait son t-shirt, il l’appela finalement à la rescousse pour l’aider à retirer le sien. Doué comme il était, Nate s’était coincé dedans. La jeune femme se demanda tout d’abord s’il l’avait fait exprès dans le but de la piéger et de lui tendre un nouveau piège, ne savait-on jamais avec lui, cependant elle s’approcha de lui pour s’exécuter. « Je ne sais pas si tu le mérites après ce que tu as fait. » Tant qu’à faire, Scarlett profitait de la situation pour le faire languir quelques secondes de plus dans sa position inconfortable, vêtement mouillé complètement coincé entre ses bras et sa tête. Au bout de quelques secondes, elle l’aida à soulever ledit t-shirt et à le retirer, sous les encouragements répétitifs de Nate. La jeune femme balança le vêtement plus loin et s’éloigna aussitôt de lui pour ne pas subir un nouveau mauvais coup. Comme dit plus tôt, il se préoccupa plutôt de la musique bidon et chipota à la stéréo pour augmenter le volume lorsque la musique changea en… tango. « Depuis quand tu sais danser ça toi ? » Répliqua-t-elle lorsque Nate lui proposa de suivre le rythme de la mélodie. « Depuis quand tu sais danser tout court d’ailleurs ? » La seconde question était plus rhétorique qu’une vraie demande. Surprise, Scarlett se laissa entraîner par la ferveur de son « ami » et suivit les pas tant bien que mal tout en se rapprochant de lui. C’était une danse plutôt physique, surtout quand la tête était complètement retournée par les effluves d’alcool et que les jambes titubaient trop pour vraiment suivre la cadence. La jolie brune ne comprit pas grand-chose aux indications de Nate et se contenta donc de se laisser guider jusqu’au moment où elle se retrouva renversée vers l’arrière dans une des « figures » les plus connues du tango. Ils restèrent quelques secondes dans cette position, trop proches l’un de l’autre pour ne pas avoir conscience de leur proximité. Il la complimenta alors sur sa façon de danser pour briser le silence, cachant plutôt mal aux yeux de Scarlett la subtile gêne qui venait de le traverser. Profitant de l’occasion pour lui rendre la pareille de toutes les petites piques qu’il avait lancées depuis quelques minutes, la jeune femme s’engouffra dans la brèche. « Vous m’avez toujours aimée monsieur Evans, vous ne pouvez le nier ! Est-ce donc là votre talent à vous ? » Dit-elle en pointant un doigt inquisiteur sur lui, d’un air sérieux, lorsqu’ils se redressèrent. Devant l’expression bizarre qu’il afficha soudainement, Scarlett partit dans un éclat de rire fulgurant. Elle était, en effet, bien loin de se douter à quelle point la véracité de ses mots avaient pu résonner chez lui et ne l’avait pas vraiment dit en le pensant sérieusement… même si fée alcool semblait agiter sa baguette magique sentimentale sur eux ce soir. Parlant d’alcool, elle attrapa la bouteille qu’il n’avait pas encore fini de vider dans le jardin et trouva deux verres derrière le petit comptoir du bar. La jeune femme servit le reste du contenu de la bouteille – quand on compte qu’elle en mit la moitié à côté des verres – avant d’attraper le sien et de le vider d’une traite. Elle commençait à bien perdre la tête. « Yalaaa ! » Cria ensuite jolie brune, un mot sans aucune signification pour partir dans un autre délire. « Tu sais faire la roue toi ? » Son esprit divaguait désormais sérieusement, il ne fallait plus trouver aucune logique dans sa conversation, à passer ainsi du coq à l’âne. « Attends, je vais te montrer ! » Joignant le geste à la parole, Scarlett déboutonna alors son pantalon mouillé pour gagner en liberté gestuelle et  dévoila par la même occasion ses longues jambes fines et élancées. Après tout, quelle importance ? N’avaient-ils pas enfilé leur maillot sous leurs vêtements avant de venir, sachant pertinemment qu’ils finiraient à coup sûr dans la piscine ? Tout comme le malheureux t-shirt de Nate, elle abandonna son pantalon sur le côté sans même se soucier de l’étirer. Elle se dirigea ensuite vers le début du couloir qui longeait l’eau à leur droite et courut alors pour prendre de l’élan. Douée d’une bonne souplesse, Scarlett s’appuya alors sur les mains pour effectuer une – plus ou moins – parfaite figure acrobatique. Bourrée ou non, la jeune femme faisait preuve d’une agilité déconcertante… enfin pour la roue, pas pour ce qui venait ensuite. « Et le poirier ? » À force d’oublier qu’elle avait la tête à l’envers (au propre comme au figuré), la jeune femme s’exécuta et tint bon une fraction de seconde lorsque soudain, dans un déséquilibre désarticulé, elle s’écroula les fesses sur le sol. BIM. « En fait, oublions, ça ressemblait plus à… je sais pas trop en fait. » Nouveau rire. Sa chute avait dû être digne d’un bêtisier ou de quelque chose qui devait rester dans les annales. Elle maudissait son corps de ne pas tenir en équilibre fixe, contrairement à la roue où la vitesse avait réussi à la maintenir en position. Une nouvelle idée, bien plus fun cette fois, lui traversa alors l’esprit (il fallait croire que quand sa connerie commençait, il n’y avait plus de limites pour l’arrêter), une idée qui les ramènerait inexorablement dans la piscine. « Vas-y ! On fait un concours de plouf ! » Proposa-t-elle, limite en mode surexcitation totale on-ne-peut-plus-la-contrôler. Ce concours, Scarlett savait pertinemment qu’elle le perdrait d’avance, entre Nate et sa masse musculaire, et elle et son poids plume, il n’y avait pas photo. Juste pour le plaisir, elle prit tout de même son élan le plus près du mur possible et s’élança comme un cachalot dans le bassin. PLOUF. Le bruit de l’eau claqua derrière son plongeon et des éclaboussures atterrirent de tous côtés. Voyons voir s’il ferait mieux… Ne pensant plus à rien d’autre qu’à l’instant présent, Scarlett ne s’était pas sentie aussi bien depuis longtemps, abandonnant totalement sa raison. Remontant à la surface, elle s’écarta du milieu pour lui laisser la place et se mit à flotter sur l’eau à l’horizontale. La jolie brune ferma ensuite les yeux, tout en se laissant bercer par le doux bruit de la musique dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Ven 5 Sep - 18:19



Pourquoi partait-elle du principe qu’il savait le danser ? C’est pas parce qu’il proposait l’idée qu’il était expert en la matière et que ça ressemblerait à quelque chose. Il devait même sans doute confondre avec une autre danse. Voire plusieurs. Et puis en même temps il n’y était pas pour grand-chose, ce n’était pas comme s’il était vraiment conscient de ce qu’il était en train de faire. Elle non plus d’ailleurs. « Je crois pas avoir dit que je savais le danser, si ? » Demanda-t-il perplexe en haussant un sourcil comme si, d’eux deux, elle était la plus bizarre. Retournement de situation inattendu. Quand à sa deuxième question -et bien quelle soit légitime et entièrement juste- l’Evans se contenta de faire la moue et de lui faire un doigt d’honneur faisant mine d’être blessé par ses paroles. Cette information n’était plus un secret pour personne , essayer de la nier revenait à tenter de faire croire à des adultes que le père noël existait vraiment. Ou quelque chose dans le même style , improbable. La danse ne fut sans doute pas très glorieuse et même si Nathanaël avait l’impression de faire des trucs censés et corrects il devait en être loin. Déjà qu’il avait du mal à suivre une ligne droite, on pouvait considérer comme un miracle que, dans le pas le plus connu du tango, il avait réussi à la retenir sans se ramasser par terre avec elle en somme. Excitation due à l’alcool, l’ambiance de fête et le fait qu’il avait dansé à cette fête plus que pendant toute l’année dernière en plus de la soudaine proximité qui les éloignait, Nate sentit doucement la chaleur grimper et donner quelques couleurs par la même occasion à ses joues. Ce ne fut d’ailleurs que pire lorsque la Spencer supposa -à juste titre bien qu’elle n’en savait rien- qu’il l’aimait, en gros. L’espace du seconde et sans le vouloir, sa mine sembla se décomposer sous la surprise. Pourquoi disait-elle cela ? Avait-elle remarqué ? Quelqu’un le lui avait-il dit ? Impossible. Il n’en avait parlé à personne même si certains se doutaient forcément de quelque chose. Elisabeth, notamment. Non en fait cette dernière ne se doutait de rien, elle savait tout. En contrepartie, elle avait juré de ne rien dire et mieux valait-il pour elle qu’elle ait effectivement tenue sa langue. Il ouvrit la bouche dans le but de répondre mais se retrouva sans mots. Puisqu’elle était au courant, autant qu’il le lui dise, avec ses mots, ses ressentis. Il n’était plus à ça près maintenant. Et puis, sans qu’il n’y comprenne rien, elle explosa de rire. Ouai, ouai, comme ça, sans plus d’explications. Sur le cul, ¨le jeune homme ne réagit pas de suite, se contentant de la regarder faire. Venait-il de se faire avoir comme un bleu alors qu’il s’agissait tout bonnement d’une blague? Visiblement oui. Et merde. Comment expliquer ça ? Il espérait seulement qu’elle n’avait rien remarqué de suspect. Cette soirée n’était pas forcément le bon soir pour en discuter, surtout dans leur état alors qu’ils ne se rappelleraient vraisemblablement de rien le lendemain matin. « Oui bien sur, je suis complètement fou de vous ! » Reprit-il soudainement en levant les yeux au ciel avant de se mêler à son rire pour faire comme si rien n’était. Pour qu’elle y croit, le mieux était encore de bien rentrer dans son jeu. Elle avait l’habitude de son sarcasme, de son ironie et certainement que là, maintenant, telles étaient ses meilleures armes pour se sortir de ce crottin dans lequel il s’était fourré tout seul. La surprise passée, son esprit s’embruma à nouveau comme un peu plus tôt. Il retrouva son esprit festif et prit le deuxième verre qu’elle avait servit en l’imitant, le finissant d’une traite. « La bouteille est vide ?! C4est pas possible! » Lorsqu’il l’avait prise, elle était quasiment pleine et là.. Y’en avait plus. Soit il avait rêvé et l’avait imaginée plus pleine qu’elle ne l’était, soit ils avaient vraiment bu plus qu’il ne le croyait. Dans les deux cas, il ne se donnait pas la peine de vraiment y réfléchir ou d’en faire le deuil qu’il était déjà à la recherche d’une autre bonne bouteille derrière le bar. Ils étaient maintenant tous deux dans un très bon mood et n’allaient tout de même pas s’arrêter en si bon chemin. Et puis quoi, encore ? Accroupit, l’étudiant se redressa lorsqu’elle lui demanda s’il savait faire la roue et qu’elle allait lui montrer comment elle la faisait. Ce dont il ne s’attendait moins, c’était de la retrouver en train de se déshabiller pour être plus à l’aise dans son mouvement. Il n’allait pas s’en plaindre évidemment, bien au contraire, surtout lorsqu’on comprenait en les voyant qu’elles étaient tout aussi parfaites que le reste. Il faillit lui dire de faire attention étant donné tout ce qu’elle avait bu mais elle s’élançait déjà. Et réussissait à merveille, d’ailleurs. Posant la bouteille qu’il avait dans les mains, Nathanaël applaudit du bout des doigts en abaissant la tête comme pour dire « chapeau bas ». Qu’elle en profite, ça n’arrivait pas si souvent. « Ben en fait j’ai toujours cru que je savais la faire mais.. Pas vraiment. Ca ressemble pas à grand-chose. » Tous les trucs de gymnastique, de danse , de souplesse et le tralala, ce n’était pas vraiment son fort. Lui c’était le sport, les tactiques, la vitesse. Pas les salto, les culbutes ou les poiriers comme la jolie brune venait de le mentionner d’ailleurs. « Ca ressemblait à rien. » Répondit l’étudiant entre deux éclats de rires en la voyant atterrir lamentablement sur les fesses. Au moins elle avait tenu, ce qui n’aurait pas forcément été son cas. C’est aussi bien pour ça qu’il s’autorisait à se foutre de sa gueule : elle ne pouvait lui rendre les coups à ce niveau là. « Bonne idée ! Vas y je te regarde ! » Ayant trouvé une bonne bouteille, il fit péter le bouchon et bu une longue gorgée sans même prendre de verre avant de grimacer. Les vins pétillants, c’est de suite moins facile à boire d’une traite qu’une vodka. « Pas mal mais je peux faire mieux ! » L’Evans retira ses chaussures et ses chaussettes puis se positionna au bord de la piscine, de dos. Fervent pratiquement de natation durant l’été dans des gravières, piscine et autre du même genre, il avait rapidement appris quelques trucs comme entrer dans l’eau par un salto arrière. Et sans se défoncer le crâne contre le bord ou faire un plat, s’il vous plait ! La classe à l’état pure. Il souffla un instant en fermant les yeux et se jeta à l’eau dans tous les sens du terme. Ses jambes se plièrent et s’élancèrent alors qu’il entrait dans l’eau droit comme un i après avoir fait une rotation complète. Clark Kent et Bruce Wayne ne lui arrivaient plus à la cheville, là. Il remontait ensuite à la surface avant de reprendre sa respiration et lançait, fier de son coup. « Sans prétention aucune, le tien à côté du mien c’est comme.. Comment dire.. » Il réfléchit un instant avant de reprendre : «  C’est comme le mcdonalds et un restaurant étoilé, tu vois. » Sur ce, il éclata de rire avant de l’éclabousser. Il ne comptait plus vraiment le score avec toutes les piques qu’ils se lançaient mais se doutait que maintenant, le nombre devait être assez volumineux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chez les fous


Féminin
Nombre de messages : 7267
Etudes/Metier : Travaille pour le sénateur O'Conell
Love : Nate
Humeur : Normale

Inscription : 26/05/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Savannah Richardson & Katlina Evans



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Ven 5 Sep - 19:41



Un des passe-temps préférés de Nathanaël était incontestablement de jouer sur les mots. Scarlett leva les yeux au ciel quand il releva qu’il n’avait jamais prétendu savoir danser. Elle partait du principe que, puisqu’il avait proposé un tango, il était parfaitement capable d’en esquisser quelques pas, enfin c’était vite dit aussi. La jeune femme s’en rendit rapidement compte mais se contenta de suivre le mouvement de son guide du soir, incapable de prendre le relai. Lorsqu’il la renversa en arrière dans une figure bien connue, elle se retrouva en équilibre précaire, sur le point de tomber en arrière dans leur maladresse alcoolisée, mais Nathanaël la soutint fermement, bien trop proche de lui à son goût.  Désamorçant une situation qui risquait vite de devenir gênante, Scarlett le piqua sur les sentiments qu’il pouvait ressentir pour elle, bien loin de s’imaginer la tête encore plus surprise qu’il ferait. Son sourire s’allongea lorsqu’il se décomposa et ne réagit pas tout de suite, la jolie brune choisit cependant de ne pas en rajouter, déjà une autre idée en tête que de l’embêter à ce sujet.  De toute façon, vu l’état dans lequel ils étaient, ils ne risquaient pas d’avoir beaucoup de souvenirs de leur soirée, enfin surtout Scarlett qui n’avait pas l’habitude de cuver autant dans un laps de temps aussi bref. Ils se redressèrent ensuite tandis qu’elle fonçait vers la bouteille pour la vider dans les verres et la finir. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? La tête à l’envers était une sensation tellement agréable. La jeune femme rit à nouveau sous cape lorsque Nate s’étonna de la rapidité à laquelle ils avaient bu, à juste titre d’ailleurs, puisqu’elle avait renversé la moitié de ce qui restait en servant dans leurs verres. La jolie brune étudia un instant la longueur du couloir pour prendre son élan et jouer les acrobates. Ce n’était pas facile de prendre appui sur un sol à moitié inondé par les jets d’éclaboussures qu’ils s’étaient échangés. Scarlett adorait faire la roue, ça la rendait encore plus euphorique. « Vas-y ! Je veux voir ça ! » Demanda-t-elle ensuite à Nate, en se relevant de la sienne et espérant qu’il se laisse tenter par l’expérience. Après l’avoir vu danser… Il ne pouvait pas y avoir pire. Évidemment, monsieur le-meilleur-acrobate-du-monde en profita pour commenter son ratage complet de poirier. « Mais je t’emmerde Evans ! T'as qu'à essayer ! » Souffla-t-elle en faisant mine de bouder, dans un langage qu’elle n’utilisait pas couramment. Scarlett se releva ensuite pour terminer son verre et s’éloigner de la piscine afin de prendre de l’élan. Quand elle était en cours de sport au lycée – elle y était toujours mais disons dans ses premières années, la prof les emmenait parfois à la piscine où les filles s’amusaient souvent à faire plusieurs conneries, du style celle qui ferait le plus grand « plouf » en rentrant dans l’eau (très très intéressant, sisi).  Nathanaël approuvant cette idée, la jeune femme se mit à courir et se jeta dans la piscine pour un plongeon bien marqué. Elle disparut sous l’eau et réapparut quelques instants plus tard, fière d’avoir réussi à en éclabousser sur les bords… sauf que pour le coup, face à lui, elle ne pourrait décemment pas lutter, mais dans l’état d’ébriété dans lequel elle était, Scarlett se fichait bien de « gagner » ou non, ce qui l’importait, était de s’amuser à faire le plus de conneries possibles et imaginables. Ils n’étaient que deux dans la pièce et pourtant, ils avaient déjà mis un sacré bordel, tellement le couloir était déjà trempé. La jeune femme s’écarta plus loin pour qu’il puisse s’exécuter et se laissa flotter quelques instants dans l’eau. Elle avait toujours trouvé ce côté-là fascinant : des gens n’osaient pas nager de peur de couler, mais il suffisait simplement de se laisser porter – et de remuer de temps en temps les jambes tout au plus. C’était leur appréhension qui était la plus dangereuse, enfin, facile à dire pour elle qui s’était toujours sentie comme un poisson dans l’eau (et non pas comme un cachalot (a)). Scarlett observa alors Nathanaël retirer ses chaussures et se lancer dans une figure intéressante mais surtout efficace, quoique, l’Evans avait l’avantage des kilos en plus qu’elle pour que l’eau éclabousse bien derrière. Elle se redressa sur ses jambes lorsqu’il remonta à la surface, sentant le mauvais coup. Comme elle s’y attendait, Nate l’éclaboussa de plus belle. « Avec totale prétention tu veux dire !  » Elle riposta ensuite avec l’eau et en dirigea contre lui en grande brassée avant de reprendre. « Ne t’en fais pas, je comprends, on ne peut pas être bon en tout. Regarde, toi le McDonald en danse, tu connais, n’est-ce pas. » Lui rappela-t-elle pour lui rendre la pareille. Puis, décidant qu’il serait intéressant de faire ça aux prochains cours de piscine dans l’année à venir, une nouvelle idée lui vint en tête. « Tu veux bien m’apprendre ? » Demanda-t-elle, un nouveau sourire s’étirant sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Ven 5 Sep - 21:45



Nathanaël leva les yeux au ciel lorsque Scarlett lui dit qu’elle voulait voir. Evidemment. Dès qu’il s’agissait de faire un truc où il pouvait potentiellement se ramasser, elle était tout d’un coup d’une hystérie folle et d’un sourire jusqu’aux oreilles.. Et c’était encore pire lorsqu’il s’agissait de le faire chier, il en était persuadé. Il avait déjà fait des concessions ce soir comme danser par exemple, ce qui n’était vraiment pas rien et voilà qu’elle l’intimait de faire une roue. En voilà une autre qui, quand on lui tend la main, elle arrache le bras tout entier (a). #lafillequin’enajamaisassez hello. « Et celui là tu l’as vu? » cette fois ci, il décida d’innover et plutôt que de lui lever son majeur, il lui fit un bras d’honneur avant de se concentrer. La roue.. Ce n’était pas si difficile après tout.. Il arrivait bien a faire des salto avant et arrière, à côté ce n’était qu’une fatalité. Et puis, qu’est-ce qu’il risquait hein ? A part se péter la gueule, se briser la nuque, se vider de son sang sur le carrelage et colorer l’eau de la piscine en rouge ? Pas grand-chose. Optimisme à fond les ballons ce soir. De toute façon avec la loi de la gravité, la vitesse, la latitude et toutes ces merdes, normalement, il devrait arriver sur ses pieds. Espérons, au moins ça! Levant ses bras au dessus de sa tête, il prit un petit élan et s’élança assez maladroitement faisant une roue à peu près correcte mais qui dévia vers la droite. Il ne réussit pas à retomber debout mais accroupi, ce qui est déjà bien d’après lui et dont il se satisfait largement pour ce soir. La roue très peu pour lui, et surtout pas deux fois de suite. Autant ne pas tenter le diable non plus. « TADAAAA! » Lança-t-il en se relevant et se tournant vers Scarlett comme s’il venait d’accomplir un miracle, une roue parfaite. Il posa alors l’une de ses mains sur son ventre puis cacha son autre bras derrière son dos avant de se pencher en avant comme pour saluer la foule en délire. Quoi ? C’était pas interdit de rêver. Et puis franchement, qui n’espérerait pas avoir une groupie folle d’amour comme Scarlett à ses pieds aussi ? « Merci merci, arrêtez avec vos acclamations ça me gêne.. » Conclue-t-il avant de se mettre à rire jusqu’aux larmes quasiment. Il partait vraiment loin. Et ce n’était pas fini. « Quel langage monstrueux ! Vous devriez avoir honte mademoiselle Spencer. Ce n’est pas digne de vous. De si vilains mots dans une si jolie bouche.. » Il laissa sa phrase en suspend l’espace de quelques secondes. Il venait de passer de la rock star de la gymnastique au prêtre faiseur de leçon. A peine pas schizophrène le gars. « … Quelle abomination. » Reprit-il doucement avec un air méprisant et déçu à la fois. Mais son eternel sourire ne tarda pas à étirer ses lèvres à nouveau lorsqu’elle le traitait de prétentieux. Lui, prétentieux ? Si peu franchement. Rien qu’un tout petit peu disons. Comme il s’y attendait, Scarlett se défendit en l’éclaboussant à son tour. On aurait dit deux gamins de l’école primaire à la piscine municipale à l’abris de la vue de leurs parents. Depuis qu’ils étaient arrivés à cette fête de toute manière, ils avaient volontairement laissé leur maturité au placard au dépend de l’alcool. En cet instant précis d’ailleurs, leur âge mental -et à eux deux s’entend- ne devait pas dépasser les douze ans. Ou quelque chose qui s’en approchait très fortement. Mines boudeuses, piques, grimaces, défis,.. Ils n’étaient plus cette terminale et cet étudiant en première année de fac qu’ils étaient censés être plus ou moins ou plutôt, qu’ils allaient prochainement devenir. « Ce n’est pas de la prétention mais du réalisme. J’y peux rien s’il n’y a rien à redire, pas la peine de faire ta jalouse compulsive » Pour en rajouter une couche il lui sourit de toutes ses dents ou du moins, jusqu’à ce qu’elle ne ressorte sur le tapis ses frasques en danse. Derechef, l’Evans prit un air bien moins amusé et même vexé. Il ne l’était pas vraiment, sachant la vérité des choses mais il était toujours plus drôle de lui faire croire le contraire. Au moins elle serait contente l’espace de quelques secondes en se disant qu’elle avait réussi à le faire taire. Grossière erreur. « Je crois ne pas m’être tellement mal débrouillé avec le tango avant, t’avais les yeux écarquillés d’admiration , mens pas » C’était plutôt qu’il avait rien vu du tout ouai, mais il fallait qu’il trouve quelque chose à répondre. Les yeux pétillants qu’elle avait, c’était uniquement dû à l’alcool, rien d’autre et certainement pas ses « talents » en danse. Ou plutôt ses talents de non-danse. « Ouai ! Viens je vais te montrer Son enthousiasme retrouvé, Nate nage jusqu’au bord et prend appuie avec ses mains avant de sortir de l’eau. Il s’accroupit et tend la main à Scarlett pour l’aider sans sale coup derrière la tête puis se met d’eau à la piscine au bord. « Alors déjà quand tu prendras place, faudra vraiment que tu te mettes bien au bord, le plus loin possible. Sans tomber évidemment. Je précise, parce qu’avec toi on est jamais trop sur, hein » Nouveau pique gratuit bonsoir. Scarlett se tournant elle aussi de d’eau il reprend « Ensuite tu plies les genoux et tu te penches un peu en avant parce que sinon ton élan sera moins rapide et donc moins efficace. Plies encore un peu les genoux » Il se tourne vers elle et pose ses mains sur ses jambes pour bien les placer comme il faut puis se place devant elle « Ensuite tu te propulse en balançant ton buste et ta tête vers l’arrière parce que c‘Est-ce qui va te permettre de guider la rotation. Tu dois pas hésiter mais foncer parce que sinon tu risque de dévier ou tu vas tout simplement tomber dans l’eau sans avoir réussi la figure parce que t’auras pas eu assez d’élan » Il réfléchit à deux fois mais à tout dit. « En gros.. » Commença-t-il à conclure en s’approchant un peu plus d’elle par derrière et en posant ses mains sur ses hanches , « .. Tu te baisse, tu respire un grand coup, tu te lance et ton corps devrait suivre tout seul. Le tout c’est d’avoir confiance. » Souffla-t-il avant de s’éloigner. « Tu veux que je te remontre ? » Il se place d’eau à la piscine, le plus au bord que possible et une fois son équilibre trouvé, il se penche très légèrement en avant, plie les genoux et se propulse. Encore une fois, il entre dans l’eau parfaitement droit. « C’est pas difficile tu vas voir et c‘est pas grave si tu atteint l‘eau avant d‘avoir complètement terminé la rotation. Moi aussi au début je galérais un peu » Confia-t-il en s’adossant au bord en face. « Le jury appelle la candidate Scarlett Spencer ! » Fit-il semblant d’annoncer en se servant de sa main en guise de micro. A elle de jouer maintenant, elle avait toutes les ficelles en mains.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chez les fous


Féminin
Nombre de messages : 7267
Etudes/Metier : Travaille pour le sénateur O'Conell
Love : Nate
Humeur : Normale

Inscription : 26/05/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Savannah Richardson & Katlina Evans



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Sam 6 Sep - 3:22




Nathanaël avait un don pour savoir comment l’énerver et le pire était que sa stratégie fonctionnait à merveille. Après qu’il ait réussi à exécuter sa roue avec plus ou moins de succès, Scarlett afficha une moue boudeuse, sincère cette fois. La jolie brune n’avait plus envie de lui répondre pour le moment et tourna la tête lorsqu’il évoqua l’utilisation de mots inadéquats dans sa bouche à elle. Ce n’était qu’un caprice de Spencer. Il parvenait très bien à la faire tourner en bourrique et, paradoxalement, c’était aussi une des qualités qu’elle aimait chez lui : son côté chieur sans trop l’être. Scarlett l’éclaboussa dans l’eau tandis qu’il continuait de la provoquer sur le même terrain. « Moi jalouse ? T’as jamais vu une femme jalouse ! » Éclata-t-elle alors de rire, en entendant son ânerie. Elle n’avait rien à lui envier, encore moins sur sa façon de danser. Bon d’accord, la jeune femme rentrait peut-être trop dans son jeu. Quand il lui adressa son sourire colgate blancheur extra white, elle s’en rendit compte et tira la langue en retour en guise de réponse, comme une gamine qu’elle était. Scarlett esquissa alors un sourire quand il ramena le sujet du tango sur le tapis, et surtout, ses soi-disant yeux remplis d’admiration. « Bien sûr, ils miroitaient devant tout cet amour que tu montrais pour moi. Toi ne mens pas ! » Et BIM. Cette fois, elle ne l’avait pas raté, après son malaise clairement affiché, Scarlett ne doutait plus d’avoir touché une corde sensible. Depuis quelques années maintenant, du haut de leur onze-douze ans, ils s’étaient plus ou moins avoué autre chose qu’une simple amitié et aucun d’eux ne l’ignorait, même s’ils jouaient souvent avec le flou qui régnait entre eux. Scarlett ne se permettait jamais ce genre de remarque habituellement, préférant ne pas s’aventurer sur ce sujet délicat. En aucune occasion, elle n’évoquait la complexité de leur relation. Toutefois, pensée dénudée par l’alcool, la jolie brune s’appuyait sur l’unique chose qui lui le provoquerait suffisamment en retour. Tout n’était que pique, jeu, délire… Et pourtant. Reconnaissant tout de même son talent pour le salto aquatique, la Spencer changea ensuite de conversation et revint sur l’acrobatie qu’il avait effectuée : Nathanaël accepterait-il de lui apprendre plutôt que de passer sa soirée à se moquer d’elle ? Elle aurait pu en dire sur sa roue d’accroupi… mais s’était abstenue. Scarlett le suivit en dehors de l’eau après son approbation et attrapa la main qu’il lui tendit pour l’aider à sortir. Sans s’arrêter de la charrier, il lui rappela sa maladresse de tombeuse lorsqu’il indiqua de se rapprocher le plus près du bord que possible. « Si tu continues, c’est toi qui tombera de haut. » Rétorqua-t-elle du tac au tac. Elle savait pertinemment que c’était ce qu’il attendait, il jubilait de son énervement, et lui donner ce plaisir l’amusait elle aussi tout autant en vrai. La jolie brune se plaça comme il le lui expliqua et attendit la suite des instructions : plier ses genoux, se pencher légèrement en avant, plier davantage les genoux, etc. « Vous prenez votre kiffe là monsieur le professeur ! » Harangua-t-elle alors pour le gêner à son tour, lorsqu’il posa les mains sur ses jambes pour la positionner correctement. Perturbé ou non, Nathanaël continua ensuite sur sa lancée, concentré qu’il était dans son monologue explicatif. Elle devait bien placer son buste et sa tête vers l’arrière dans le saut pour garder l’équilibre, foncer et réussir la figure. Il poursuivit par une approche plus tactile cette fois, en passant par derrière et en posant ses mains sur ses hanches. « Alala, qu’est-ce que je disais… » Souffla-t-elle pour le déstabiliser encore une fois. Après un silence, il reprit un résumé de ses explications et lui conseilla d’être en confiance. Facile à dire quand on ne l’avait jamais fait. Il lui proposa alors de lui remontrer la figure, une bonne idée qu’approuva Scarlett d’un signe de tête, une image visuelle valait souvent mille mots. Quand il s’exécuta de plus belle, la jeune femme dût convenir qu’il était… doué, ça lui arrachait la tête de ne fut-ce que le penser. C’était assez effrayant de le faire vers l’arrière (rien d’ambigu dans cette phrase, perversité en Nate passe ton chemin, merci). Scarlett se plaça au bord comme indiqué, plia les genoux et se pencha légèrement comme indiqué aussi, puis au bout d’une seconde d’hésitation, elle se lança en essayant d’imiter ce qu’elle avait vu… une seconde de trop car elle arriva dans l’eau sans avoir terminé la figure – comme il l’avait dit aussi – et un peu désarticulée. Voilà à quoi elle ressemblait. Un pantin désarticulé. « Hum. Pas top top. » Commenta-t-elle après cet exercice… plus difficile que ça en avait l’air, à l’image d’une athlète qui donnait son avis sur sa performance après une épreuve importante. « Mais quel est le verdict de l’expert ? Et je vous préviens, il a intérêt à être… objectif. » Dit-elle en réduisant la proximité autour d’eux et en pointant une nouvelle fois un doigts inquisiteur vers lui. Elle attendit la réponse de Nate avant de dévier son regard espiègle vers le fond de la salle. Un bruit venait de se faire entendre, un bruit qu’elle n’appréciait pas vraiment, car ils commençaient tout juste à s’amuser pour de vrai. Les autres invités venaient de se souvenir de l’existence de la piscine et essayait de trouver un moyen d’entrer par la porte que l’Evans avait fermée derrière lui. Comment dire ? Aïe, Aïe. La bulle dans laquelle ils s’étaient plongés (au propre comme au figuré) risquait bientôt d’éclater.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Sam 20 Sep - 0:52



Comment ne pas sourire et profiter de la situation alors que la Spencer saute à pieds joints , les yeux fermés, dans son piège ? Il était chose quasi sure qu’elle ne pourrait s’empêcher de répondre, rien que pour le fait d’avoir le dernier mot et c’était tout simplement plaisant à remarquer. « Alors quoi, une grimace, c’est là ta seule réponse ? » L’interrogea-t-il avant qu’elle n’essaie piteusement de s’en sortir par une pirouette suite à ses accusations infondées. « Tu prends tes rêves pour la réalité je crois, désolé de te l’apprendre de façon aussi crue » Lui aussi, essayait tant bien que mal de s’en sortir en restant le plus naturel et impassible qu’à son habitude. Ce n’était pas vraiment chose aisée lorsqu’on savait qu’elle tapait, involontairement certes mais quand même, dans le mile. Ses seules armes étaient maintenant le déni et le sarcasme, l’humour tout au plus. Sans oublier l’alcool qui, embrumant et caressant chacun de leurs deux esprits depuis un certain laps de temps, devait faire diminuer l’efficacité de Scarlett à comprendre lorsqu’il y avait un couac ou quelque de chose de caché. Le mieux était toujours de changer de sujet pour ne pas tenter le diable même si là encore, ce n’était pas chose aisée ou du moins, pour le faire subtilement sans attirer le moindre soupçon. « Une menace ? De mieux en mieux ! » Répondit-il en prenant une mine effarée comme si rien que cette supposition suffisait à le faire frémir. Que pouvait-elle bien lui faire après tout ? A ses yeux, elle ne représentait pas le moindre danger hormis celui de craquer définitivement. Puis a sa remarque légère mais toute aussi lourde de sens, Nathanaël se contenta de lever les yeux au ciel bien distinctement pour qu’elle le remarque. Exagération ? A peine. « C’est marrant, j’allais te dire la même chose. Ca va, t’apprécie ? » Surenchéri-t-il en levant maintenant les yeux vers elle. Gêné ? Sans doute un peu, évidemment, mais l’idée de lui renvoyer l’ascenseur était bien plus alléchante que de ne se laisser démonter à la xieme piques de sa part. Il commençait un peu à connaitre la technique, les habitudes et avait appris avec le temps à répliquer dès qu’il en avait l’occasion. « En même temps, une occasion comme celle-ci, comment ne pas en profiter ? » Remarque cinglante après laquelle Nathanaël se contenta de retirer ses mains et de bouger sans même chercher à la regarder pour voir sa réaction. Il y avait un semblant de vrai dans ce qu’il avait dit et.. Non, en fait, tout était véridique. Les secondes passent puis il la voit se positionner, se concentrer et s’élancer avec finesse et grâce. Enfin, jusqu’à l’entrée dans l’eau en tout cas. La figure n’est pas complètement terminée mais c’est déjà pas si mal, loin de là. Par le passé, Nathanaël en avait déjà vu qui avaient changé d’avis vraiment a la dernière minute sous la peur et alors que leurs pieds n’étaient déjà plus au sol mais dans les air. Ces gens là avaient finis de deux façons bien distinctes : ceux qui entraient dans l’eau en panique et en gesticulant comme des dingues un peu n’importe comment et ceux qui se mangeaient le plat du siècle dont-ils se souviendraient pour les prochaines dix années de leur vie. « L’expert dit débuts très prometteurs ! La prochaine devrait être la bonne. » Il n’eut pas le loisir de continuer dans son discours qu’un bruit de fond se faisait entendre et cassait un peu l’ambiance. Un bruit persistant, un bruit de poignée qui refuse de céder sous la pression. Les ennemis arrivent , déterminés à conquérir le royaume dans lequel ils avaient tous deux jeté leur dévolu. Il fallait maintenant trouver une autre idée parce qu’il était hors de question qu’ils se mêlent à nouveau aux autres maintenant qu’ils commençaient tout juste à retrouver leurs marques habituelles. « Je crois qu’il est l’heure que nous bougions à moins de ne vouloir être envahis sous peu par des étudiants plus éméchés les uns que les autres rêvant de faire un bain de minuit collectif. » Autant dire que même bourré, l’idée le répugnait totalement. L’Evans sortit de l’eau sans attendre puis baissa la musique regardant autour de lui. Une autre porte donnait sur le garage à sa connaissance, ce qui leur permettrait de sortir directement de la résidence. Sortir d’accord, mais pour aller où et comment ? Ils n’étaient comme qui dirait pas vraiment proche de chez eux et inutile de préciser que dans l’état dans lequel ils étaient, il leur était impossible de rentrer à pieds. « Ca te dit qu’on continue cette soirée chez moi ? On a de quoi continuer à carburer pendant un bon moment » Annonça-t-il en levant deux bouteilles qu’il avait trouvées derrière le bar. Champagne. Nathanaël avait beau apprécier de plus en plus les alcools forts à cause -ou grâce selon la vision des choses- d’O’Conell mais il devait avouer que les bulles avaient bien plus d’effet sur lui. Enfilant et récupérant les affaires qu’ils avait retirées ou posées à tel ou tel endroit, il attendit qu’elle en fasse de même avant d’éteindre les lumières et de sortir de la propriété à la lueur de l’écran de son portable. La différence de température entre dehors et dedans n’était pas flagrante pour un mois de Juillet ce qui était d’autant plus bien tombé pour eux. Pianotant avec habilité et rapidité sur le clavier de son téléphone, il se tourna quelques instants plus tard vers Scarlett tout sourire : « Notre chauffeur arrive. » Ce n’était pas la première fois qu’il empruntait ce moyen de transport qui, soi dit en passant, devait être l’idée la plus brillante qu’avaient eu les gens qui l’avaient mis en place et c’était donc tout naturellement qu’il avait retrouvé le numéro de téléphone sans aucun mal. « Prête pour l’after Spencer ou c’en est déjà trop pour ta petite nature ? » La questionna-t-il en la toisant du regard. Le taxi des fêtards n’allait certainement pas tarder tout comme la suite des festivités d’ailleurs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chez les fous


Féminin
Nombre de messages : 7267
Etudes/Metier : Travaille pour le sénateur O'Conell
Love : Nate
Humeur : Normale

Inscription : 26/05/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Savannah Richardson & Katlina Evans



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Dim 28 Sep - 21:31


Paniquée à la simple idée de laisser transparaître son malaise lorsqu’il lui répondit qu’elle appréciait le moment, Scarlett resta suspendue à son silence, écoutant simplement les battements de son cœur s’accélérer dans ses tempes. Corps contre corps, leur regards éloignés et pourtant si proches, ils se jaugeaient, essayaient de se piquer et de se déstabiliser tour à tour. Au bout de quelques secondes, la jeune femme retrouva cependant son calme et vida son esprit pour tenter d’exécuter la figure le mieux possible. Elle n’atterrit pas tout à fait correctement lors de la réception mais dans l’ensemble, Nathanaël valida son essai pour une première tentative. Au même moment, ils entendirent les autres invités de la fête qui s’acharnaient sur la pauvre porte menant à la piscine pour essayer d’entrer. D’un regard entendu, Scarlett approuva aussitôt l’idée de Nate de bouger d’endroit, alors qu’ils commençaient tout juste à s’amuser ensemble dans leur bulle loin des autres. Continuer la soirée chez lui offrait des perspectives beaucoup plus drôles, des limites que la jeune femme s’autorisait certainement plus vite à briser que chez un inconnu. Elle sortit de la piscine et récupéra ses affaires pour se rhabiller avant de lui emboîter le pas à l’extérieur. Malgré qu’elle soit trempée, Scarlett ne sentait pas trop la différence de température en ce milieu d’été. Elle joua avec ses cheveux tandis que Nate composait le numéro du chauffeur des fêtards pour que celui-ci les ramène à bon port  formulation vieille comme l’an quarante (a)). C’était plutôt une bonne idée étant donné ce qu’ils avaient déjà cuvé ce soir. La jeune femme avait toutes les difficultés du monde à retenir un sourire béat sur son visage, parcourue par un sentiment d’allégresse, une conviction enfouie au fond d’elle qui lui susurrait que la meilleure partie de la soirée ne faisait que commencer. Titubant légèrement après tout ce qu’elle avait bu, Scarlett s’appuyait légèrement sur Nathanaël tout en attendant la voiture. Elle leva les yeux vers lui lorsqu’il lui glissa une énième pique mais n’eut pas le loisir de répondre directement que leur chauffeur arrivait. « Tu doutes que je tienne ? C’est ce qu’on verra. » Se contenta-t-elle de rétorquer en lui chipant une des deux bouteilles de champagne. Puis, Scarlett se tourna vers la voiture et ouvrit la portière pour monter dedans, elle décala ensuite à l’autre bout pour lui laisser la place de la rejoindre. « Musique maestro ! » Demanda-t-elle alors au chauffeur qui les ramènerait. La jeune femme retira ensuite ses chaussures pour prendre ses aises dans la voiture et s’enfonça confortablement dans le siège. Profitant du trajet comme une pause dans leurs délires fous, elle regarda ensuite le chemin défiler pendant de longues minutes, ne se concentrant pas vraiment sur l’extérieur. Scarlett songeait, dans ses réflexions confuses, qu’il existait une vieille tradition dans sa famille, pas universelle, mais respectée par la plupart des membres qui avait un jour porté ce nom : aussi loin que remontait ses souvenirs, aucun spencer n’avait jamais divorcé entre eux. La grosse blague, souffla-t-elle en repensant à ses deux parents. Les tensions dans la maison traduisaient le fiasco de leur amour, une image qui avait poussé Scarlett à faire cette promesse en elle-même : jamais elle ne se marierait, et donc jamais elle ne divorcerait, la « tradition » familiale s’en trouverait ainsi préservée. Cette promesse était simple, pourtant ne jamais ressentir de sentiments en était une autre, et cette évidence avait été rompue depuis bien longtemps, le jour où elle s’était rendu compte de ce que Nate représentait pour elle. Se détournant de la vitre, elle plongea son regard dans le sien. Il ne la regardait pas en cet instant, figé qu’il était vers l’extérieur. L’expression sereine qu’il arborait lui donnait confiance en l’avenir, l’avenir de ce lien si particulier qu’ils partageaient : aucune distance ne pourrait les séparer. De toute façon, il lui avait d’ores et déjà promis de rester à Magnolia. Scarlett ne put réprimer un sourire devant cette façon si facile qu’il avait de la charmer en un clin d’œil. « À quoi tu penses ? » Souffla-t-elle pour attirer son attention. Même ainsi, les cheveux en bataille après leur escapade dans la piscine, il ne changeait pas son incidence sur elle. Nate était loin d’être parfait, et pourtant, il l’affectait plus que quiconque. Scarlett baissa un instant les yeux pour ne pas qu’il remarque son souffle coupé, son sourire béat et ses joues rougissant. Elle passa une main dans ses propres cheveux comme si elle faisait semblant de les remettre en place avant de relever la tête et de l’observer à nouveau. Son visage était son point de repère, son indice de paix ou de tumulte selon ce qu’elle pouvait y lire. Attirée comme un aimant, Scarlett se rapprocha alors de lui et souffla dans son cou. « Petite nature, vraiment ? » S’esclaffa-t-elle à voix basse, tandis que le chauffeur suivit discrètement ce qui se tramait à l’arrière en jetant un coup d’œil au rétro. Il ne faudrait pas que deux étudiants saoulent se mettent à faire des « bêtises » dans sa voiture… Et par bêtises, il songeait bien entendu à du salace. Ses bras se refermèrent autour de sa nuque dans une étreinte inattendue, elle posa son nez contre sa joue, son souffle chaud atterrissant dans ses oreilles, tandis qu’inconsciemment, Scarlett éveillait un rapprochement qui n’avait aucun rapport avec ses intentions premières et posa rapidement un petit baiser au creux de son cou avant de desserrer son étreinte. Mais, se souvenant qu’elle voulait se venger de ses petites piques, son mouvement de folie reprit son chemin, Scarlett posa sa tête sur son épaule et endormit sa confiance pendant deux minutes. Enfin, quand elle ne le sentit plus méfiant envers elle, la jolie brune ouvrit la bouteille de champagne en plein trajet, le liquide doré s’échappant par flopée du goulot. « Champagne Shower ! » Cria-t-elle dans le taxi, justement sur le titre de la musique éponyme qui passait à la radio, avant de détourner promptement la bouteille vers Nathanaël et de s’exécuter… Une douche au champagne, sisi ! Le chauffeur de taxi s’arrêta brusquement, faisant basculer Scarlett contre le siège avant tant le freinage avait été violent. Ils venaient d’arriver devant la maison. Celui qui les conduisait regarda l’état déplorable de sa voiture, l’admonestant sèchement. « Non mais ça va pas ! Vous savez ce que c’est comme bagnole ? Sortez de là fissa ! » Il parlait un peu en mode wesh, songea Scarlett en son for intérieur. Devant le regard noir qu’il leur lança, elle préféra ne pas répliquer et sortit dare-dare de la voiture… La vengeance promettait d’être cinglante. Une fois qu’ils furent dehors, la voiture redémarra aussitôt tandis que Scarlett admirait le Nate trempé entre eau de piscine et champagne. D’un air innocent, presque désinvolte, en mode jemarcheaveclasouplessed’unepanthèrebourrée, la jeune femme prit une gorgée de la bouteille et prit ensuite le chemin du numéro trois. À trop vouloir tenter le diable – ou la petite diablesse dans son cas -, on récolte ce que l’on sème (a).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mer 1 Oct - 16:12

Nathanaël ne pouvait s’empêcher de sourire -si déjà il se retenait de rire- en voyant Scarlett tituber de la sorte. Il n’était pas en meilleur état qu’elle mais assez loin pour se foutre d’elle sans se soucier du sien. Voir la Spencer bourrée était toujours une expérience très enrichissante pour le peu de fois où ça arrivait, raison de plus pour en profiter un maximum. Il se contenta d’hocher la tête à sa subtile promesse de lui démontrer le contraire et prenait place dans le taxi des fêtards, saluant le chauffeur comme s’ils étaient copains comme cochons depuis des années et lui indiquant son adresse. Le pauvre, ça devrait pas être super fun de faire le Sam (Bob en Belgique ? (a)) et de ramener les gens complètement bourrés chez eux alors qu’ils devaient être dans un mood de faire et d’amusement. Enfin, pour ceux qui ne dégobillaient pas à l’arrière de la banquette en tout cas, ce qui ne devait pas être très marrant non plus. Suite à la demande de Scarlett, ledit chauffeur monta le volume de la musique. Pas à un niveau extravagant mais assez fort pour leur permettre de se dire ce que bon leur semblait sans pour autant être dérangés par celui à l’avant. « A l’aise Thérèse ? » Lança Nathanaël en baissant les yeux sur les chaussures de la jolie brune qu’elle venait par ailleurs de retirer. Ce cran, ce je-m’en-foutisme, l’air de rien, il les aimait bien même s’il le lui faisait maladroitement comprendre par une réflexion piquante. Le trajet ne devait pas être très long, quelques minutes à peine mais assez pour qu’ils se calment et reprennent un peu conscience de ce qui se passait et ce qu’ils faisaient. Après tout, la fête reprendrait son cours comme si de rien n’était une fois chez lui alors à quoi bon s’en faire ? Les bouteilles n’attendaient qu’à servir. Tête tournée vers la vitre, observant le paysage extérieur -ou en tout cas ce qu’il en voyait dans la pénombre- qui s’offrait à lui, son attention fut accaparée par la voix de sa complice de crime. Sans attendre, il tournait la tête dans sa direction et plongeait ses yeux dans les siens. Mélange de sentiments indescriptibles et timides, il constata néanmoins sans aucun mal que comme souvent, elle lui faisait perdre ses moyens. Autant dans leurs bêtises, leurs supercheries et leurs gamineries il était plutôt sur de lui et parvenait à se comporter comme quelqu’un de normal -dans leur langage évidemment- autant lorsqu’il se retrouvait aussi proche et aussi tenté, il était bien moins facile de garder convenance. « Je pense que je sens que cette soirée va être inoubliable. » C’était sans doute vite dit en vue de tout l’alcool et les bouteilles qu’ils avaient déjà siphonnées rien qu’à deux mais la pensée y était. Ils n’étaient maintenant plus que tous les deux. Plus de gros lourds autour qui faisaient figuration, plus personne pour les déranger, plus personne pour essayer de forcer l’entrée de leur forteresse. La soirée leur appartenait. Aucun mouvement de recule, aucun mouvement tout court d’ailleurs lorsqu’elle se rapprocha un peu plus et qu’il sentit son souffle caresser son cou. Pourquoi était-ce si difficile de résister, de ne pas réagir ? Elle mettait en éveille, en alerte tous ses sens, et faisait vivre un exercice du combattant à son self control. Elle le malmenait sans même en avoir conscience alors que lui se battait de toutes ses forces contre lui-même sans relâche depuis le début de la soirée déjà. Yeux clos, sa seule réponse fut un murmure qu’il glissait à son oreille à son tour : « Prouve moi que j’ai tort. » De façon assez inattendue, il sentit ses bras glisser autour de sa nuque et les rapprocher encore un peu plus. Cette soudaine proximité ne le dérangeait nullement bien au contraire même si, en parallèle, il sentait le regard insistant -et trop curieux à son gout- du chauffeur à l’avant sur eux. Ils avaient peut-être bu, mais de là à s’envoyer en l’air à l’arrière de la caisse alors le voyeur à l’avant il ne fallait peut-être pas pousser non plus. Déjà pudiques dans leurs sentiments, qu’ils soient aussi désinhibés à la vue d’un autre humain était un petit miracle en soi. Entrant dans la « valse » de manière tout aussi naturelle, l’Evans lui rendit rapidement son étreinte jusqu’à ce qu’il sente ses lèvres se poser dans son cou. Comment était-il censé garder son calme avec ça, sérieusement ? Ne prêtant attention à rien et ne soupçonnant pas une ambition malaise de vengeance (a), Nathanaël regarda à nouveau par la fenêtre lui laissant libre champs pour commettre sa connerie. Un petit « chtoung » plus tard alors que le bouchon rebondissait contre le plafond de la bagnole, une vague de champagne sortit de la bouteille éclaboussant bon nombre de chose sous son passage dont lui. Un volcan en irruption, voilà ce à quoi ça ressemblait concrètement et alors que les deux guignols à l’arrière en riaient aux éclats, Nate essayant de salir Scarlett, celui de l’avant s’arrêtait brusquement. Les deux s’écrasèrent contre les fauteuils devant eux alors que la bouteille glissait et commençait à se vider sur le sol. « Ca c’est ta faute mec ! » Sans attendre alors que Scarlett l’avait récupérée, Nate ouvrit la portière et se hâte de sortir, manquant de se casser la figure au passage, complètement hilare. Le taxi partit aussi vite qu’il était arrivé alors que , au loin, on pouvait voir un doigt d’honneur sortir de la vitre ouverte côté conducteur ce qui le fit d’autant plus rire. « Toi, ma jeune amie, tu ne perds rien pour attendre! » La pointa-t-il du doigt en se dirigeant vers la porte. Plusieurs tentatives plus tard, il parvenait enfin à les mettre dans la serrure avant d’entrer. Une fois à l’intérieur, il refermait la porte derrière eux et allumait la lumière se tournant vers elle, doigt sur ses lèvres « Fais pas de bruit ! Pshuuuuuut ! » Il disait ça à voix haute, limite ne l’avait-il pas crié d’ailleurs sans vraiment en avoir conscience. Doué, Nathanaël Bond. « On va dans ma chambre ? J'ai des trucs à bouffer et des verres aussi. Enfin ça.. Je crois qu'on en aura pas besoin! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chez les fous


Féminin
Nombre de messages : 7267
Etudes/Metier : Travaille pour le sénateur O'Conell
Love : Nate
Humeur : Normale

Inscription : 26/05/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Savannah Richardson & Katlina Evans



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mer 1 Oct - 17:36


Après avoir quitté leur chauffeur-Bob-Sam énervé, les deux jeunes gens marchèrent en direction de la maison tandis que Nathanaël lui promettait déjà des heures à venir douloureuses. Scarlett prenait toujours bien ses menaces de vengeance, parce qu’il savait pertinemment bien, que peu importe ce qu’il lui ferait subir, elle avait une imagination suffisamment débordante pour réagir dix crans au-dessus. Il ne se rendait sans doute pas compte à quel point il était privilégié dans ce domaine. En effet, Scarlett ne se lâchait vraiment qu’en sa présence, à toujours passer pour la fille bien droite dans ses bottes à l’école, alors qu’elle était en réalité une vraie petite folle, il était un des seuls à vraiment la connaître sous cet angle, voire la connaître tout court. Utilisant son imagination principalement sur lui, il était donc le seul à en profiter… et à casquer parce qu’elle n’était souvent pas tendre avec lui en la matière. Et comme Nate réagissait généralement, il la poussait à aller dans ses retranchements, il la mettait au défi, lui permettait de vivre cette relation autrement que les autres liens qu’elle avait habituellement (toute similitude à une certaine réalité est absolument fortuite (a)). « J’attends de voir ça ! » Nathanaël rama quelques instants pour ouvrir la porte, perdu qu’il était dans les effluves d’alcool. Scarlett s’appuyait contre le mur pour ne pas tomber et entra bruyamment à l’intérieur une fois la porte ouverte. Elle manqua de se ramasser et poussa un petit cri pour se rattraper à son épaule, tandis qu’il allumait la lumière et lui indiquait très « discrètement » de ne pas faire trop de bruit. « On ne voudrait pas réveiller papa et maman Evans hein ! » Le charria-t-elle, sachant qu’il détesterait la simple idée de voir ses parents débarquer sur son dos en plein milieu de la nuit. Puis, songeant qu’elle risquait elle aussi de ne plus s’amuser si c’était le cas, elle baissa la voix à son tour. Nathanaël lui proposa ensuite de monter dans sa chambre – dis donc, il ne perdait pas de temps celui-là – pour continuer leur soirée sur cette si bonne lancée. « Vaut mieux éviter les verres si tu veux mon avis. » Dit-elle dans un élan de conscience passager. Maladroite comme elle était, c’était clairement mieux de l’éviter. Scarlett vira ses chaussures dans l’entrée, ayant pour habitude de se balader pieds nus quand elle était dans un état d’ivresse avancé, ce qui en l’occurrence présentait aussi l’avantage de faire moins de bruit dans les escaliers. « Et c’est moi ou tu penses toujours à bouffer ? » Le taquina-t-elle en se retournant vers lui dans les escaliers et en enfonçant un doigt sur le ventre de Nate – qui n’avait pas du tout un gramme de trop par ailleurs –, à un endroit stratégique pour que ça le chatouille et le fasse réagir. L’espièglerie de Scarlett était décuplée et ne demandait qu’à s’exprimer. À défaut de manger, elle saurait trouver quoi faire de la nourriture en trop (a). Comme l’avait dit Nathanaël, la soirée promettait d’être inoubliable… dans leurs inconscients uniquement. « Attrape-moi si tu peux ! » Lâcha-t-elle ensuite, sachant qu’il adorait profiter de sa force masculine pour la prendre sur son épaule comme un sac à patates et avoir le dessus. Resserrant sa main autour de sa bouteille de champagne, la jeune femme termina de monter les escaliers en trombe et rejoignit la chambre du principal intéressé en un quart de seconde. Bonjour le « fais pas trop de bruit ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mer 1 Oct - 18:22

« Pourquoi, t’aurais envie qu’ils se joignent à nous, toi ? » Plaisanta Nathanaël alors qu’il se baissait doucement mais prudemment pour retirer ses chaussures. Manquait plus qu’il laisse des traces dont ne sait quoi style herbe, champagne, alcool un peu partout dans la pièce. Sa mère aurait besoin de bien moins de raisons pour l’étriper alors autant ne pas lui donner de bonnes raisons à la pelle. « Ouai t’as raison, avec une maladroite comme toi on va pas prendre le risque n’est-ce pas » Répliqua-t-il en levant les yeux au ciel pour exagérer son foutage de poire.  La suivant jusqu’à l’escalier, il manqua de lui foncer dedans lorsqu’elle s’arrêta brusquement pour lui faire subtilement comprendre qu’il bouffait peut-être un peu trop. Qu’est-ce qu’elle entendait par là ? D’accord, il était peut-être un peu trop fan de nourriture mais de là à insinuer qu’il était devenu cachalot, bonjour l’hyperbole ! Et puis comme si ça suffisait pas, elle ne trouva rien d’autre que de le titiller un peu plus en le faisant couiner avec son doigt. Il recula, pinçant si fort les lèvre pour ne laisser échapper aucun cri de surprise ou d’amusement de sa bouche qu’il manqua même de se mordre maladroitement. «  Non seulement tu te permets de commenter ce qui est le plus important pour moi dans la vie, la nourriture, mais en plus tu me fais ça là ? » Résuma-t-il brièvement comme dans les films lorsqu’on fait la liste de tous les pêchers et les délits commis par un bandit venant d’être arrêté. « Mais tu sais même pas comment je vais trop te faire la misère en fait, mais genre vraiment. Ma détermination et ma vengeance n’ont plus aucune limite là » Et puis as always, avant de n’assumer les conséquences, la Spencer prit la fuite et non sans bruit. Mais sur le coup, complètement dans le jeu, Nate n’y prêta pas vraiment attention, pire encore, renchérit en se lançant à sa poursuite se prenant la plupart des mûrs au passage dans ses virages complètement foirés et nombreux jusqu’à la porte de sa chambre. Et puis merde franchement s’ils réveillaient quelqu’un, il n’y aurait pas mort d’hommes non plus. Tout juste passé le pas de la chambre, il parvint à l’attraper, lançant la bouteille qui atterrit miraculeusement sur le lit -like a boss- et la soulève du sol avant de commencer à la chatouiller d’une main. L’air de rien, c’est pas si facile de faire les deux en même temps d’autant plus dans un état comme le sien. D’un petit coup de pied, il ferme la porte derrière eux le plus délicatement qu’il le peut puis se dirige en titubant et non sans difficultés en direction du lit où il finit par la coucher sur le dos restant au dessus d’elle. Il continue quelques instants son concert de chatouilles puis s’arrête, riant avec elle avant de lui lancer d’un sérieux pas du tout crédible : « Et ça c’est qu’un début. Des excuses à présenter peut-être tant que tu en as encore l’occasion ?  » Questionna-t-il en lui tenant plus ou moins fermement les poignets contre les draps. La bouteille ouverte, posée par on ne sait quelle force , droite par terre tout à fait sagement, Nathanaël se penche sur le côté et lâcha une main de Scarlett pour l’attraper et boire une gorgée. « Qu’il est bon ce champagne.. Il se boit comme de l’eau, tu trouves pas ? » Il tourna sournoisement la tête vers elle en lui souriant, sachant qu’elle ne pouvait absolument pas bouger et donc pas boire non plus. Continuant de la regarder, Nathanaël reposa la bouteille au sol puis lâcha le poignet qu’il tenait toujours , ramenant ses bras vers lui pour les poser de chaque côté du corps de la jeune femme. « A quoi tu penses ? » Murmura-t-il en écho à ce qu’elle lui avait déjà demandé dans le taxi et qu’il n’avait pas vraiment eu l’occasion de lui rendre en vue de la suite des événements.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chez les fous


Féminin
Nombre de messages : 7267
Etudes/Metier : Travaille pour le sénateur O'Conell
Love : Nate
Humeur : Normale

Inscription : 26/05/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Savannah Richardson & Katlina Evans



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mer 1 Oct - 19:21


À peine Scarlett avait-elle titillé Nate dans son amour pour la nourriture qu’une course poursuite digne de ce nom s’engagea entre les deux « amis ». La jeune femme ne se soucia aucunement du bruit qu’ils faisaient et courra à toute allure en direction de sa chambre, bien vite rattrapée par son compère ‘assoiffé’ de vengeance. Elle l’entendit néanmoins se prendre quelques coups dans les murs et remercia le ciel au passage de lui accorder ce répit pour arriver en un seul morceau dans son espace privé. Une fois dans la chambre cependant, la donne changea. Scarlett n’avait aucun moyen de s’échapper ou de se cacher et n’avait d’ailleurs aucune envie de le faire. Elle se prêta au jeu et le laissa l’attraper sans lutter davantage – merci alcool. La jeune femme se sentit décoller du sol et un frisson parcourut son corps avant qu’un éclat de rire ne franchisse ses lèvres. Nate n’avait trouvé d’autres revanches que celle qu’elle venait subtilement de lui lancer en taquinant son ventre : les chatouilles. Scarlett était hyper sensible à ce niveau-là et il n’en fallait donc pas beaucoup pour la voir se tortiller comme un poisson vivant sorti de l’eau et qui quémandait son oxygène aquatique en guise de respiration. Nate emporta la jeune femme en direction du lit où elle se retrouva rapidement allongée en dessous de lui. Il reprit de plus belle la torture avant de lui donner une chance de se racheter. « Moi m’excuser ? C’est le champagne qui t’a fait passer dans un autre monde ou bien ? » Rigola-t-elle en écho à ses mots. Ce n’était pas parce qu’elle n’avait pas la situation en main pendant deux minutes qu’elle baisserait les armes. À son tour, la jolie brune tenta de réagir avec ses genoux et ses jambes pour le repousser mais Nathanaël restait sur elle, de sorte qu’elle se retrouvait coincée, les poignets plaqués contre les draps. « C’est petit de profiter de sa force comme ça là, t’as pas trouvé mieux ? » Dit-elle pour le charrier et le pousser à trouver quelque chose de plus rechercher. Non mais allez Nate, un peu d’imagination, essayait-elle de lui transmettre au travers de ses yeux brillants. Machinalement et sans s’en rendre compte, Scarlett se mordillait la lèvre inférieure. Il était là, juste au-dessus d’elle, diablement attirant dans sa sournoiserie, et son envie de la pousser à bout. Elle tenta tant bien que mal de calmer les battements de son cœur, dont les pulsations frénétiques résonnaient comme un tambour dans ses tympans. « Totalement. » Acquiesça-t-elle sans vraiment avoir écouté sa question. Nathanaël s’aperçut de sa réflexion et lui demanda justement à quoi elle songeait. Comme toujours, Scarlett esquiva le véritable fond de sa pensée par une pirouette, plus drôle au vu de la situation. « Je ne sais pas. On est encore en état de penser tu crois ? Hum, je dirais à ton t-shirt tout collant contre moi peut-être. » Rétorqua-t-elle dans un sous-entendu à peine voilé alors qu’il lâchait ses poignets tout en continuant de l’entourer. C'était elle la responsable, avec sa champagne shower improvisée dans la voiture. À ce souvenir, elle se mit à rire toute seule de sa connerie, comme elle le faisait souvent quand elle était dans ces états-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mer 1 Oct - 20:00

L’Evans haussa doucement les épaules avant de rétorquer dans un sourire moqueur : « Ben quoi ? Les miracles arrivent. Regarde, toi, sage comme une image d’habitude la diablesse que tu es devenue ce soir. » Et il ne faisait pas que référence à son sale coup du doigt dans le ventre ou ses piques concernant la nourriture mais aussi de ce qui était arrivé dans le taxi pour fêtard. Autant la bouteille que le rapprochement d’ailleurs. « Et toi qui crois que tu vas t’en sortir comme ça après ce que tu as fait, ça l’est tout autant » Renchérit-il à voix basse. Le seul éclairage dont-ils disposaient étaient ceux des lumières prévenantes de dehors, lampadaires en tous genre, lune et même si ça n’offrait pas grande visibilité, lui ça lui convenait parfaitement. Il distinguait son visage, ses traits et c’était suffisant. « Avec ta force de mouche, j’aurais tort de ne pas me servir de cet avantage. Désolé pour toi mais je n’y peux quand même rien si tes muscles et ta force sont inexistants » La taquina-t-il d’avantage avant qu’elle ne réponde par une question qu’ils pouvaient effectivement se poser autant l’un que l’autre. En état de penser ? Il ne l’était plus depuis bien longtemps. Il se demandait encore comment, avec tout ce qu’il avait bu, il avait réussit à faire ses salto plus ou moins bien réussis. Mais ce n’était pas une grande parte parce qu’avec elle, bourré ou pas, il avait machinalement l’habitude de ne pas être en état de penser correctement ou tout du moins, comme il le devrait. C’était sans doute le risque à courir lorsqu’on nourrissait des sentiments depuis des années déjà pour cette personne. « Faute à qui, hm, on se le demande. » Il joignait son rire au sien lorsqu’elle leur rappela à tous les deux dans quelle circonstance il avait terminé comme ça, pauvre t-shirt qui n’avait rien demandé à personne. Il entendait encore le bruit du bouchon sauter et cette sensation de froid à cause de toutes les bulles et le champagne qui avait commencé à couler. Et la gueule du mec à l’avant, son regard plein de haine dans le rétro et son doigt d’honneur lorsqu’il s’était éloigné de la maison,.. Epique. « Nous sommes encore en état de penser. Après, à quoi, ça je ne suis pas très sur. » Admit-il du bout des lèvres en retrouvant un semblant de sérieux et la regardant à nouveau. « Mais si mon t-shirt tout collant contre toi te dérange tellement il fallait le dire. » Ainsi il se redressa, la libérant de sa prison de fortune improvisée et retira son t-shirt en l’empoignement par le dessus. Il sentait l’alcool à des kilomètres et la tâche centrale qui trônait dessus était bien plus grosse que sa main. Il allait devoir s’en occuper lui-même s’il ne voulait pas avoir à faire face aux questions / réflexions de la mère de maison à son réveille lorsqu’elle verrait dans quel état il s’était mis. Et encore , elle n’était pas au bout de ses surprises. « D’ailleurs, je devrais peut-être mettre les fringues sales touchées dans notre élan de folie dans le lave-linge.. » Il n’avait pas du tout l’esprit à y aller maintenant mais rester en habits collants jusqu’à x temps, non merci. « T’as quelque chose à laver ? Si je ne m’abuse t’as bien morflé aussi pendant cette champagne shower » Lâcha-t-il en tournant la tête vers elle conscient et fier qu’elle avait du un minimum être touchée par les jets elle aussi puisqu’il avait orienté la bouteille dans sa direction.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chez les fous


Féminin
Nombre de messages : 7267
Etudes/Metier : Travaille pour le sénateur O'Conell
Love : Nate
Humeur : Normale

Inscription : 26/05/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Savannah Richardson & Katlina Evans



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Mer 1 Oct - 21:12


Scarlett préféra ne pas répliquer à la qualification dont l’affubla Nathanaël : la diablesse. Elle aimait assez bien ce nouveau surnom en vrai. La jeune femme lui tira ensuite la langue, il profitait de sa force pour avoir le dessus, antijeu selon elle ! Enfin, si elle en avait eu la chance, elle en aurait sûrement usé aussi. Il lui demanda alors à quoi elle songeait, Scarlett n’arrivait pas à détacher la mauvaise impression collante qu’elle avait contre elle. Mais ce n’était effectivement pas son vêtement qui lui plaquait, plutôt les siens qui avaient été aussi touchés dans la valse de champagne. Elle leva les yeux vers lui lorsqu’il retira son T-shirt, bien décidée à ne rien laisser transparaître sur l’effet qu’il lui faisait. « Si j’avais su, je l’aurai dit plus tôt. » Se contenta-t-elle de renchérir, en appuyant bien dans son sens. Nathanaël s’écarta d’elle, lui laissant ainsi le champ libre pour retrouver sa liberté de mouvements. La Spencer esquissa un nouveau sourire lorsqu’il lui proposa ensuite de mettre ses fringues dans le lave-linge aussi. « Maintenant que tu le dis… » Dit-elle sans sourciller. L’alcool désinhibait beaucoup de barrières et, derrière la petite fille sage et timide en temps normal, bien droite dans ses bottes, se cachait une autre partie d’elle bien différente, plus ‘décoincée’ pourrait-on dire. Elle en avait assez de marcher toujours dans la même direction, de se retenir et ne jamais se lâcher, et si Nathanaël croyait la déstabiliser comme il arrivait toujours à le faire, lorsqu’ils en arrivaient à ce sujet-là, cette fois ne serait pas pareil. Elle eut alors l’idée de jouer doublement avec le feu. Enlever certains de ses vêtements oui, mais aussi faire croire que ça la gênait encore de le faire devant lui. Ne l’avaient-ils pourtant pas déjà fait en partie dans la piscine ? Scarlett commença à remonter lentement sa blouse (a) collante contre son corps et s’arrêta à la hauteur de son ventre dévoilé, lorsqu’elle constata qu’il la regardait de son air fier. « Rince-toi l’œil surtout ! Pas bien… Allez tourne toi ! » Pire encore que de lui faire profiter de ce spectacle, était de le détourner au dernier moment. Elle savait que Nate ne prendrait pas le risque de jouer là-dessus, que si elle lui demandait de ne pas la regarder ou s’il avait l’impression qu’elle était gênée, il ne ferait jamais rien contre ça… quand il était sobre du moins. Là, c’était différent, et ça ne la gênait même pas du tout, contrairement à d’habitude… étrangement d’ailleurs. Enfin, ils s’étaient déjà vu moins habillés que ça, plongeant en maillot dans les rivières en campagne durant leur enfance, etc… Mais ce n’était pas pareil que dans sa chambre, leur attirance à son summum, des idées derrière la tête. Ils n’étaient plus des enfants, les attentes étaient… différentes, nouvelles. Scarlett préférait ne pas laisser son esprit divaguer dans cette voix-là, tout simplement parce que ce n’était pas près d’arriver, du moins le pensait-elle très fort. Elle envoya sa blouse à Nathanaël et son pantalon et partit se réfugier derrière les portes de la garde-robe où elle lui chipa un long T-shirt pour se couvrir un minimum pendant qu’il sortait mettre les affaires à laver. Scarlett s’assit ensuite sur le lit et attrapa une des deux bouteilles de champagne pour occuper son temps de la meilleure des façons en attendant qu’il revienne : l’alcool qui lui permettait de mettre ses sens de côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Ven 3 Oct - 15:02

L'étudiant ne répondit à son affirmation que par un regard bien significatif du genre « putain, je te savais pas comme ça ! » avant de retrouver son éternel sourire. Si leur relation avait souvent été partagée entre doutes et hésitation quant à une certaines limites, ce soir, elle commençait à peine à dépasser les sommets. Cette ligne invisible qui n’avait jamais été franchie auparavant vacillait de gauche à droite juste devant eux dans une tentation encore trop timide pour le moment malgré les effluves de l’alcool. Se levant du lit, son t-shirt toujours bien en main, il se tournait vers elle pour comprendre la signification de sa phrase. Pas gêné pour deux sous du spectacle qui s’opérait sous ses yeux, bien au contraire, il se contenta de croiser les bras en la regardant faire. Pourquoi se priverait-il après tout ? L’alcool lui donnait sans aucun doute le courage et le sans gêne qui lui manquaient dans son état normal. « C’est ce que je fais mais, merci de m’y autoriser. » Répondit-il dans un sourire charmeur avant de lever les yeux au ciel et de décroiser les bras avant de lui tourner dos. Alors comme ça elle se sentait soudainement à nouveau pudique ? Ou était-ce simplement pour lui couper l’herbe sous le pied juste pour le plaisir ? Etonnamment, il votait pour la deuxième proposition. « Comme si c’était la première fois.. » Grommela-t-il dans sa barbe en baissant les yeux vers le sol, tentant de trouver autre sujet de pensées que la superbe fille qui était en train de se déshabiller derrière lui. Pas si simple l’air de rien. Quelques secondes plus tard, quelque chose lui atterrit sur la tête et autre chose sur l’épaule. Il relève lentement la tête et prend les habits entre ses mains alors qu’il entend les portes de sa penderie claquer à quelques pas. Sérieusement ? « Quelle délicatesse, merci beaucoup ! » Lâcha-t-il avant de sortir de la pièce pour mettre tout ça à laver. Le chemin jusqu’à la buanderie allait s’avérer sans doute difficile mais aurait au moins le bénéfice de faire un peu redescendre la tension et le chaud qui lui montaient petit à petit à la tête. S’il continuait sur cette pente glissante il allait finir par s’engager sur un terrain inconnu peut-être pas conseillé et autant dire qu’il n’avait pas envie que cette soirée se termine en peau de boudin. Longeant les mûrs durant tout le trajet, il parvient jusqu’à la machine, y glisse les vêtements et met un programme un peu à l’aveuglette ayant l’esprit complètement ailleurs. Elle se met à tourner, c’est le principal non ? Il se relève tant bien que mal et éteint au passage les lumières restées allumées à cause de leur course poursuite dans les escaliers et le couloir et remonte enfin en essayant de faire le moins de bruit que possible. Que ses parents ni même Lily n’aient pas été réveillés avec tout le boucan qu’ils avaient fait était un pur miracle. Nathan, ça n’aurait pas été un problème. Lily non plus d’ailleurs. Aucun d’eux n’aurait fait de remarque désobligeante ou l’aurait sommé de se calmer. Son père l’aurait sans doute même encouragé à s’amuser mais sa mère… Non, sans doute pas. Déjà qu’elle voyait d’un œil assez méfiant la Spencer et ce depuis de nombreuses années, inutile de lui donner matière à critiquer. Une fois à nouveau dans la chambre, il ferma la porte derrière lui puis se tourna avant d’apercevoir la Spencer continuer, seule, à siphonner la bouteille tranquille, assise sur son lit. « Je vois que tu te mets à l’aise. » Fit-il remarquer avant de la rejoindre, se couchant sur son lit sur le dos. Plus de musique, plus de salto arrière dans la piscine, même plus de danses ridicules pour se distraire. Mais c’était justement là le plus intéressant. Tenter de continuer leur soirée, leurs défis dans le silence le plus total. Dans leurs états, la chose s’avérait encore plus corsée. « Files-en un peu espèce de radine ! » Lança-t-il finalement en se redressant un petit peu et tentant de lui prendre la bouteille des mains. Manquait plus qu’elle la finisse toute seule nan mais oh.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chez les fous


Féminin
Nombre de messages : 7267
Etudes/Metier : Travaille pour le sénateur O'Conell
Love : Nate
Humeur : Normale

Inscription : 26/05/2011


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Savannah Richardson & Katlina Evans



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Ven 3 Oct - 15:31


Scarlett n’avait absolument plus aucune notion de ce qui se passait autour d’elle. Totalement déconnectée de la réalité, elle en profita pour le taquiner et le priver d’une situation qui était pourtant déjà arrivée. La jeune femme lui lança ses vêtements en visant bien sûr la tête et s’installa ensuite sur le lit où elle chipa la bouteille pleine de Nate – la sienne étant presque vide – tandis que l’Evans avait encore la lucidité d’esprit d’aller mettre tourner une machine. Scarlett eut le temps de boire quelques gorgées avant son retour. Lorsqu’il entra dans la pièce, il constata qu’elle ne l’avait pas attendu pour poursuivre cette soirée déjà bien entamée. Par réflexe, la jeune femme avait envie d’allumer la chaine hi-fi de Nathanaël mais puisqu’il lui avait intimé de garder la maison silencieuse dans ses souvenirs flous, elle s’était instinctivement abstenue. Le jeune homme vint la rejoindre sur le lit où il s’allongea sur le dos. Bien évidemment, il ne pouvait jamais rester bien longtemps sans l’embêter et il tenta d’attraper la bouteille de champagne que Scarlett leva à bout de bras pour l’écarter de son chemin. « Ttt, ttt, ttt ! Je ne sais pas si vous avez été assez sage pour ça monsieur Evans ! » Tellement elle commençait à être à l’est (a), la jeune femme ne réagit même pas au radine qu’il lui avait lancé. Histoire de lui mettre des obstacles en chemin, elle étira le bras au-dessus de lui et attrapa la couverture qu’elle tira vers le fond du lit, si bien que, Nate étant allongé le dos dessus, il se retrouva emmitouflé dedans. Scarlett se leva ensuite du lit et attrapa son oreiller, comme arme pour se défendre au cas où il se redresserait et essayerait de l’attraper. Toutefois, un objet attira son attention et la retint dans son geste. « Etttt mais je ne savais pas que t’en avais un ! » S’exclama-t-elle, enchantée. Concentrée sur cette diversion, elle laissa tomber l’oreiller et posa la bouteille de champagne sur le bureau de Nathanaël. Elle s’approcha d’une de ses étagères sur laquelle était posé un vieil appareil étrange… Curieuse de retrouver une telle relique dans la chambre, elle l’attrapa et essaya d’en comprendre le fonctionnement. « Comment ça marche encore ? » Lança-t-elle à tout va. Ce n’était pas bien compliqué mais, ivre comme elle était, il ne fallait pas trop lui en demander. Scarlett se tourna vers lui et secoua l’appareil pour lui montrer à quoi elle faisait référence. « On devrait en faire pour garder des souvenirs de cette soirée ! » S’exclama-t-elle en lui tendant le polaroid pour qu’il se charge de faire les premières. Il avait toujours eu un meilleur œil pour les photos. La jeune femme l’avait déjà vu à l’œuvre, puis accrocher de belles images dans sa chambre, tout fier de ses prises quand le résultat était sorti, mais elle n’avait jamais su qu’il avait un appareil photo instantané comme celui-là. En guise de réaction à son sourire moqueur, Scarlett lui tira la langue et récupéra ce qu’elle avait failli oublié sur le bureau : la fameuse bouteille de champagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mes voisins commèrent à propos de moi


Masculin
Nombre de messages : 1024
Etudes/Metier : Etudiant en droit
Love : Scarlett
Humeur : Emotionally unstable

Inscription : 28/10/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Pas atteint de schizophrénie



MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett Ven 3 Oct - 16:22

« Pas assez sage ? C’est une blague ?! » S’offusqua-t-il en prenant un air de circonstance avant de se mettre à rire « C’est toi qui fait que des sales coups depuis le début de la soirée, si y’en a bien un qui le mérité, c’est moi. » Rétorqua-t-il enfin comme argument avant d’essayer d’attraper à nouveau la bouteille qu’elle levait à portée de bras au-dessus d’elle. Pour une fois qu’elle était plus grande que lui, qu’elle en profite surtout que ça n’allait pas durer bien longtemps. Nathanaël était déjà en train de se relever pour se venger lorsqu’il sentit les draps glisser sous lui et l’emporter dans la foulée, le faisant rouler il ne savait trop où. Tête et corps presque entier sous la couverture, il avait un peu perdu ses points de repères et ne pouvait même pas dire dans quel sens du lit il était couché. Pour le coup elle l’avait bien eut, il ne pouvait dire le contraire. « T’en a pas marre de me rouler ? » Dans tous les sens du terme d’ailleurs, figuré comme propre. Pas peu fier de son jeu de mot –à chier- Nathanaël arrêta de se débattre dans les couvertures pour rire jusqu’à ce qu’il entende la voix un peu plus sérieuse de la Spencer l’interpeller pour lui parler de quelque chose. Il se redressa en position assise, n’y voyant toujours rien et réussit après de multiples tentatives à en sortir, crevant plus de chaud que ce n’était déjà le cas à la base. Joues et visage rouge, cheveux partant complètement en vrille, inutile de dire qu’il avait autant de style qu’elle avec son t-shirt trop grand s’arrêtant ai niveau des cuisses et qui ne lui appartenait même pas (a). Ils faisaient la père. La paire des paysans. « Ah, ça » Lâcha Nate en se levant de son lit et en tentant de garder l’équilibre bien que son free fight sous les couettes en plus du champagne ne l’y aidait pas. Il n’était certes pas passionné de photos comme certains mais appréciait d’en faire quelques fois d’autant plus que le résultat était toujours magnifique. Il préférait de loin cet appareil photo au numérique qu’avait sa sœur qui, selon lui, prenait certes les photos plus vite mais n’immortalisait pas le moment aussi beau qu’il devrait l’être. D’autant plus que son polaroïd avait un petit défaut qui faisait que sur chacune des photos, nous pouvions voir un petit faisceau de lumière dans le coin inférieur droit qui donnait une certaine couleur et originalité à la photo. Cela faisait un peu vieillot, rétro et puis avoir la photo imprimée directement c’était un plus d’après lui. Le seul hic était que si elle était ratée une feuille était gâchée inutilement et que c’était bien moins rapide. « Ça fait longtemps que je m’en suis plus servi, il skoite sur l’étagère sans grand intérêt » Répondit-il en haussant les épaules et en regardant l’appareil. Les dernières qu’il avait prises remontaient à plusieurs semaines d’après son souvenir et les quelques photos accrochées à  son mûr. « Ben tu le prends, t’appuie sur le bouton et ohhh, magie ! Une photo ! » Se ficha-t-il ouvertement d’elle en lui souriant de toutes ses dents se retenant de rire tant bien que mal. Elle posait de ces questions aussi.. Enfin il ne pouvait pas lui en tenir rigueur, elle était complètement à l’est (a). « Ok, jouons aux photographes » L’étudiant prit une gorgée de champagne pour continuer de se mettre en ambiance avant d’attraper l’appareil qu’elle lui tendait, le mettant en marche et le mettant devant son œil. Lui qui n’était pas fan des photos, elle pouvait être sure que ce soir elle allait être mitraillée. Mieux valait elle que lui dans sa tête ! Au moment où elle lui tira la langue en attrapant la bouteille, Nathanaël appuya instinctivement sur le bouton de déclenchement. Un grand flash illumina toute la pièce l’espace d’une seconde dans un son strident  alors que la photo carrée commençait déjà à sortir de l’appareil. « Cette photo risque d’être magnifique. On y verra ta vraiment nature » La taquina-t-il à nouveau avant de reposer l’objectif devant son œil. « Une épic face pour l’occasion mademoiselle Spencer, une réponse ? N’importe quoi, un sourire, un doigt d’honneur,.. Soyez inventive » L’encouragea-t-il à nouveau afin de pouvoir prendre une nouvelle photo d’elle. Abaissant l’appareil l’espace d’une seconde, l’Evans sortit son téléphone et décida malgré l’heure de mettre un peu de musique, pas trop fort évidemment mais assez pour qu’ils puissent un peu mieux se plonger dans l’ambiance qu’ils ne l’étaient déjà à l’heure qu’il était. Ainsi, il attrapa la deuxième bouteille presque vide de champagne et la termina sans gêne avant de monter sur son lit. « Tu crois qu’on arriverait à en prendre une à deux ? » Demanda-t-il peu sûr de lui. Autre inconvénient d’un polaroïd, ou du sien en tout cas, pas de retardateur. Obligé donc de prendre la photo à bout de bras ou par quelqu’un d’autre.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett

Revenir en haut Aller en bas

Slow kids at play ♦ Ft. Scarlett

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Mon w.e. Masters-Kids, Hamont , Bastogne !.
» 05. The games we play
» Lynn Scarlett Sawyer - Selena Gomez.
» Guide pour étoffer votre rôle-play

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-