Partagez|

fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl Sam 23 Aoû - 16:38



❝ fear and love are the deepest of human emotions. ❞


    Elle se déhanchait au rythme de la musique, passant ses mains dans ses cheveux d'une manière sensuelle, ses paupières étaient closes, elle s'adonnait entièrement à la musique cette jeune fille aux cheveux bruns, aux lèvres finement sculptées, aux courbes parfaitement dessinées. Un verre dans l'une de ses mains, elle était au centre de la piste à une fête où l'alcool coulait à flot. Joy avait bu plusieurs verres, au moins cinq, sa tête tournait mais elle s'en fichait. Elle voulait oublier, oublier cette dispute aux mots tranchants dont elle avait du faire face. Oublier qui était son frère, oublier la haine qu'elle éprouvait au fond d'elle. L'avait-elle mérité ? Tout ce malheur qui s'abattait sur elle comme une gigantesque vague, qui la faisait suffoquer alors qu'elle se débattait corps et âme pour s'en sortir ? Et si ce n'était pas déjà beaucoup, voilà qu'elle était perdue. Ces retrouvailles avec Carl l'avait laissé perplexe, ce baiser qu'ils avaient échangé, elle avait aimé. Elle avait ressenti un flot d'émotions l'assaillir, des frissons parcourir son échine et son cœur avait palpité dans sa poitrine. Ses anciens sentiments étaient remontés à la surface mais il y avait Maxim, son petit-ami qu'elle aimait à en devenir folle.. L'amour lui faisait tellement peur qu'elle le repoussait à chaque fois.. Elle avait bien réfléchi et elle voulait les deux, un jeu dangereux mais elle s'en fichait. Elle se rattrapa à un garçon à côté d'elle, elle avait chaud et était complètement bourrée. Elle attrapa un autre verre et le but cul sec avant de partir en titubant de la boîte. Elle riait aux éclats toute seule dans la rue, tombant presque chaque minute par terre jusqu'à ce que la sirène d'une voiture de police résonne dans le silence de mort de la nuit. Elle s'arrêta en même temps que la voiture et s'approcha celle-ci en souriant au policier. « Y'a un problème m'sieur ? J'ai fais une bêtise ? » Demanda-t-elle d'une voix niaise. « Vous avez bu ce soir mademoiselle ? » Elle rit tout d'un coup sans aucune raison alors que l'alcool embrumait de plus en plus son esprit, effaçant sa lucidité. « Non, je vois pas de quoi vous parlez, m'sieur l'officier.. » Un hoquet interrompu la fin de sa phrase alors qu'il sortait de la voiture, menottant la jeune femme et la faisant rentrer dans celle-ci. « Vous aimez les jeux coquins, vous.. » Son rire s'intensifia et elle déblatérait un nombre incalculable de conneries durant tout le trajet avant de se retrouver dans une cellule. « Pourquoi vous me mettez en cage ? C'est pas drôleeee. » Ses mains empoignaient les barreaux de celle-ci alors qu'elle se balançait en criant aux policiers de la relâcher. « Ivresse sur la voix publique, vous allez dormir ici ce soir sauf si vous appelez quelqu'un pour qu'il vienne vous chercher et qu'il paie votre caution. » Il la fit sortir de la cage en acier et la positionna devant la cabine téléphonique du commissariat tout en lui indiquant de passer son appel. Il lui fallut une dizaine de minutes avant de se décider de qui appeler, trouvant toujours un mauvais point pour chacun de ses proches. Joy ne pouvait pas appeler son père parce qu'il allait lui passer un mauvais savon, elle ne voulait pas parler à son frère, ne voulait pas décevoir le fils Daniels et ne voulait pas se faire réprimander par ces autres amis. La benjamine des King choisit finalement Carl Spencer pour qu'il vienne la chercher, il ne pourrait pas la juger parce qu'il avait déjà dû finir derrière les barreaux pour la même raison si ce n'est pire. Elle composa son numéro qu'elle connaissait par cœur depuis, détail qu'elle préférait garder pour elle, et posa le combiner contre son oreille en attendant qu'il décroche. A sa voix, cela se voyait qu'elle venait de le réveiller ce qui fit naître un sourire sur ses lèvres : vengeance pensait-elle. « Tu peux venir me chercher ? Je suis au commissariat, Carlos l'étoile de mer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl Jeu 28 Aoû - 19:15

On était samedi soir, et Carl dormait. Oui, c'était possible, et c'était le cas. Sûrement à cause du fait qu'il avait passé la dernière soirée debout, à se coucher à huit heures du matin. Enfin, peu importe le pourquoi du comment, le Spencer avait décidé de dormir, parce qu'après tout, c'était humain d'avoir besoin de sommeil. Et aussi, il n'avait eu aucune invitation de soirées qui l'intéressait. Il n'était pas bien tard quand il était rentré de son jogging, peut-être dix-neuf ou vingt heures. Il avait salué ses parents, entendu Elisabeth écouter de la musique dans sa chambre, et en passant devant celle de Scarlett, il n'était pas étonné de ne rien entendre. Depuis quelques semaines, sa sœur n'habitait plus à la maison, à cause de lui en grande partie. Ou c'était ce qu'il croyait. La maison était depuis très calme, peut-être trop, et une routine insupportable s'était installée. Carl et Elisabeth se croisaient dans les couloirs sans un mot, et à table la conversation était presque inexistante. Carlos ne gardait un semblant de discussion qu'avec ses parents, et encore ce n'était que futilités, entre les reproches que se lançaient ses parents. Oui, elle avait oublié de mettre le sel sur la table, et oui, il avait oublié de la prévenir qu'il rentrait tard. Et alors ? Avait envie de leur répondre Carl. Mais au lieu de ça il se taisait, finissait son dîner et retournait à ses occupations. Tout démotivait Carl en ce moment, et il se retrouvait à vouloir travailler plus que d'habitude. Pas mal de choses s'étaient passés avec ses potes, et honnêtement, il ne comprenait plus l'utilité de traîner avec la plupart d'entre eux. Pour la première fois, Carl réalisait qu'il avait une vie à prendre en main, et que ce n'était pas ses potes qui la ferait pour lui. Ses heures perdues servaient donc à bosser sur ses futures études, celles que ses parents ne voulaient pas pour lui. Encore une fois, cela en rajoutait dans les repas, et Carl avait fini par ne plus manger avec eux. Il s'éloignait de tout, de tout le monde, et s'enfermait dans son orgueil. Maintenant, il ne pensait quà lui, et c'était pas plus mal.

Avant de se coucher, il avait pris une douche, et il restait là, allongé sur son lit, cheveux mouillés et en caleçon, tirant une taffe sur une clope qu'il avait retrouvé sous son oreiller (allez savoir pourquoi). Il avait éteint la lumière, et restait pensif, un bras sous la tête, le regard qui traversait l'obscurité de la chambre. Et il ne pensait pas à grand chose en vérité. Qu'y avait-il à penser de toute façon ? Carl inspira un grand coup et se retourna pour écraser son mégot dans le verre posé sur sa table de nuit. Une pile de cahiers se retrouva par-terre en passant, mais il ne prit pas la peine de ramasser. La flemme. Carlito se mit alors sur le ventre et enfonça sa tête dans on oreiller, déterminé à faire passer cette migraine qu'il avait depuis la veille. Ses pensées se brouillèrent rapidement, et il s'endormit presque aussitôt, exténué. Mais son sommeil fut de courte durée, puisqu'une sonnerie le tira des bras de Morphée. Carl grogna, et grimaça, rabattant son oreiller sur sa tête, espérant que ça s'arrête. Mais le bruit sonnait, et sonnait, et Carl balança son oreiller à travers la pièce en jurant. Il soupira et atteignit son portable en bout de lit, qu'il mit un moment à trouver malgré la sonnerie. Finalement il décrocha, tout en s'étalant de nouveau sur son lit avec un long soupir. « Ouais ? » lança-t-il, n'ayant pas pris la peine de regarder de qui venait l'appel. Une voix féminine et enjouée lui répondit, sans qu'il devine qui était à l'autre bout. Le portable contre son oreille, à moitié réveillé, Carl fronça les sourcils. « Quoi ? C'est qui ? » demanda-t-il, avant de se frotter les yeux de fatigue. « J'étais en train de dormir putain, appelle quelqu'un d'autre. » rajouta-t-il, toujours sans savoir qui c'était. Il essayait même pas de chercher d'ailleurs, parce qu'il avait pas la tête à ça. Alors qu'il allait raccrocher, il se rappela soudainement de ''Carlos l'étoile de mer'' prononcé par la jeune fille, et il ouvirt les yeux, soudainement réveillé. Il s'assit sur son lit, passa sa main dans ses cheveux encore humides et grogna. « .. Joy ? Mais qu'est-ce que t'as encore foutu ? » soupira-t-il, désespéré. Il ne savait pas quoi penser d'elle depuis leur dernière rencontre, qui s'était terminée en queue de poisson. Mais ce qu'il venait de se rappeler, c'était qu'elle n'avait pas voulu de lui. Alors pourquoi lui venir en aide maintenant ? C'était mort, il n'irait pas. « Enfin, peu importe, appelle Maxim va, lui sera plus que content de venir te chercher au poste, tu verras. J'suis pas ta roue de secours, je crois que tu me l'a assez bien fait comprendre. » termina-t-il, en s'adossant contre son lit. Fallait pas non plus le prendre pour un con.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl Dim 7 Sep - 19:23



❝ fear and love are the deepest of human emotions. ❞


    Elle se rappelle encore de la toute première fois qu'elle l'avait surnommé Carlos l'étoile de mer, c'était quand ils étaient tout petits. Maxim, Carl, et Eli' étaient venus chez elle regarder la télévision, faire ce que faisaient les enfants âgés d'une dizaine d'années. Enjouée, Joy avait proposé un programme télé très précis : Bob l'éponge, elle se souvient qu'elle mélangeait toujours Carlos et Patrick, croyant que Carlos était l'étoile de mer alors que c'était Patrick. C'est parti de ça, ce surnom, elle était la seule à l'employer continuellement comme si, elle montrait aux autres que c'était son étoile de mer à elle et à personne d'autre. C'était juste une gamine mais elle avait déjà un tempérament explosif. Mais cela faisait des années qu'elle n'avait pas prononcé ces quelques mots pour désigner celui qui chamboulait tout dans sa tête en ce moment, qui la rendait folle et lui provoquait des insomnies. Et malgré le fait qu'elle soit saoule, elle sentait toujours ce petit picotement au cœur qui lui faisait mal à chaque fois qu'elle entendait sa voix. D'une voix pâteuse, il lui demanda qui c'était et elle en rit, un rire assez bizarre qu'elle ne se reconnaissait pas, amère peut-être et un peu trop amusé, un flot d'émotions passaient par son rire si bien qu'on ne pouvait déchiffrer ce qu'elle ressentait vraiment. Elle ne lui répondit pas, restant silencieuse à l'autre bout alors que, adossée au mur du commissariat, elle se glissa jusqu'au sol. Elle l'écouta parler et parler, se disant qu'il ne tenait pas assez à elle pour se souvenir de ce surnom qui avait tant compté quand ils étaient enfants, pourtant, et aujourd'hui c'était comme si elle venait de dire cela à un inconnu. Ou peut-être pas, il lui fallut quelques secondes, même minutes pour enfin faire le lien entre Joy et ce nom, si bien qu'elle en était vexée. Elle aurait voulu qu'il la reconnaisse à sa voix, mais après tout, Carl avait dû l'oublier la minute suivant sa fuite de la morgue l'autre jour. Parce que la benjamine des King n'avait été qu'une passade sans réelle importance. « Je suis bourrée... Fin', c'est ce que ce policier bizarre m'a dis.. Je crois qu'il veut m'attacher pour faire des choses.. » Insinua-t-elle en riant, rire qui se transforma vite en hoquet causé par sa trop grande soif. Il en vient au sujet délicat, sujet que Joy détestait commencer dès qu'elle parlait avec le Spencer. Elle ne voulait pas lui dire qu'elle filait le parfait amour malgré sa jalousie grandissante, elle ne voulait pas le blesser, elle voulait juste qu'il vienne à elle, la secourir comme si elle était une princesse. Mais elle ne serait jamais ça, dans les histoires, c'était plutôt la vilaine sœur ou même sorcière qui causait du tord à chaque fois qu'elle approchait quelqu'un. Alors l'étudiante en journalisme choisit le mensonge à la vérité, sachant pertinemment que le bonheur était éphémère et qu'il valait mieux en profiter tant qu'on pouvait y goûter, et c'est ce qu'elle faisait, elle croquait à la vie. Carl et Maxim étaient ses bouffées d'oxygène, elle en avait besoin pour vivre sinon, elle serait déjà complètement enfoncée dans l'obscurité, plus qu'elle ne l'était déjà en tout cas. « A vrai dire.. Je l'évite. » Dans un sens, elle ne mentait pas encore. Elle l'évitait comme la peste depuis qu'elle était arrivée en courant chez lui après le baiser qu'elle avait échangé avec son interlocuteur, lui sautant au cou comme pour expier ses péchés déjà trop nombreux. « On a rompu.. » Beau mensonge, elle savait pertinemment que les deux jeunes hommes ne parlaient plus trop et c'était une occasion à prendre même dans une ville où les gens parlaient plus des secrets des autres que des leurs. « J'ai rompu avec lui.. » Avait-elle ajouté dans un souffle, elle se sentait mal mais en même temps elle espérait que les conneries qu'elle venait de déblatérer pourraient faire venir l'étudiant le plus vite possible ici parce que l'envie de le voir s'immisçait comme le manque de produits illicites chez les drogués. « Tu peux venir me chercher, s'il te plaît ? » Une question si banale mais Joy l'avait employé d'une voix si implorante et brisée que toute personne seine d'esprit ne serait pas restée là, les bras croisés à ne rien faire mais elle le savait depuis longtemps que son étoile de mer n'était pas seine d'esprit, n'était pas banale, elle était unique et c'était une des raisons qui faisaient que la jeune fille s'intéressait autant à lui, il avait un peu d'elle en lui, et elle un peu de lui en elle.. J'ai besoin de ta présence étaient sans doute les mots qu'elle aurait dû employer, parce que c'était vrai, elle avait besoin de lui depuis qu'elle avait découvert qui avait assassiné sa mère, depuis qu'elle sentait sa relation avec son père si fragile, depuis qu'elle fêtait plus qu'elle ne travaillait, depuis que sa vie repartait dans une ineptie, un chaos total dont elle se sentait prisonnière, elle n'avait qu'une envie : courir, fuir le plus loin possible. Des pensées qui l'avaient si souvent submergée. Elle avait l'impression que toute son ivresse était retombée d'un coup depuis qu'elle lui parlait, comme s'il était son médicament. Car c'était un peu ça, il était son antidote.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl Jeu 18 Sep - 17:02

Joy, la belle Joy aux cheveux bruns et aux yeux bleu azur. Joy, la princesse criant à l'aide à son chevalier servant. Mais une princesse triste, une princesse perdue, une princesse brisée de l'intérieur. Une poupée désarticulée. Et quel chevalier servant n'était-il pas en même temps, à moitié nu et endormi, grognant comme un ours mal poilé. Autrement dit, un couple de disney comme il n'en existait pas. Et pourtant, ils avaient besoin l'un de l'autre, ils se cherchaient, ils se voulaient. Et comment résister. Carl avait tenté de se soumettre à son bon jugement. Il avait essayé de l'oublier. Mais rien que son cœur serré à l'écoute de la voix de la King lui montraient bien qu'il n'y avait rien qu'il puisse faire pour y rémédier. Malgré tout il refusait d'admettre quoi que ce soit. Il refusait d'admettre qu'il avait des sentiments, il refusait d'admettre que c'était peut-être ça, l'amour. Peut-être parce qu'au fond il avait peur de se sentir vulnérable, peur de ne plus se reconnaître.. peur de se dévoiler. Personne n'avait jamais su ce que pensait vraiment Carl Spencer. Il restait cet être mystérieux, arpentant les couloirs de la morgue ou de l'université de médecine, sans que quiconque sache qui il était réellement. Le savait-il lui-même ?

Le son de la voix de Joy ne lui était pas revenu en mémoire. En même temps, il avait tenté de tout enfouir dans un tiroir au plus profond de sa mémoire, et ne plus jamais entendre parler d'elle. Mais la voilà qui déboulait, qui de plus est bourrée, en quête d'une aide que Carl refusait de donner. Ou tout du moins pour l'instant. Elle ricanait, sa voix chancelait, et de toute évidence elle ne devait pas tenir debout. L'image qui apparut dans l'esprit de Carl lui arracha un sourire. Elle devait avoir l'air bien tiens. Mais sa voix suppliante ne fit pas céder le Spencer, qui déjà était parfaitement au chaud dans son lit et n'avait pas envie de sortir, et n'en sortirait pas pour une fille qui l'avait carrément rejeté. C'est alors par une réplique cinglante qu'il évoqua Maxim, et Joy resta silencieuse. Bien, qu'elle réfléchisse, se disait Carl. Mais ce fut lui qui se prit l'effet d'une claque deux minutes après. 3 petits mots, répétés, qui firent Carl se relever et déglutir. « Attends, quoi ? » fit-il, totalement décontenancé et surpris. Depuis quand ? Pourquoi ? Avait-il envie de dire. Puis il réalisa son attitude et il soupira d'énervement. Incapable, il était incapable de gérer ses émotions quand il s'agissait d'elle. Et ça le rendait fou, elle le rendait fou, parce qu'il savait au fond de lui qu'il l'aimait, qu'il l'aimait à la folie, mais il ne voulait pas l'accepter, il ne voulait pas se le dire. C'était tout bonnement impossible. Et pourtant.

« J'arrive. » avait-il seulement répondu. Puis il avait raccroché, s'était habillé, et avait bravé la fraîcheur nocturne pour aller sortir la demoiselle de prison. Quel beau roman. Mais devant la porte du commissariat, Carl s'arrêta. Il avait besoin d'un moment pour décompresser. Pour réfléchir. Pendant tout le trajet depuis chez lui, son esprit avait été comme un grand vide intersidéral. Il comatait. Mais là, à deux pas de Joy, à deux pas de ce quelque chose, il ferma les yeux et prit une bouffée d'air frais. Il ne savait pas ce qui l'attendait derrière cette porte, et pour la première fois, il sentait son ventre se retourner. L'angoisse. La main moite, le pied qui tapote le sol, les lèvres serrés. Puis finalement, il pousse la porte. Incapable de dire un mot,il voit sa silhouette au fond de la pièce, mais il ne dit rien. Et il sourit.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl Dim 28 Sep - 15:27


Elle faisait pitié, assise contre le mur délavé du commissariat à implorer un gars qui ne viendrait pas la sauver, elle n'était pas une princesse, elle n'était rien après tout. Une étudiante au cœur anéantie, en mille morceaux, d'une noirceur sans fin. Et lui, lui il était quelqu'un. Mais le simple fait qu'il n'allait pas se déplacer pour elle, combattre vent et marrée pour la rejoindre, rendu malade Joy. Elle n'était rien pour lui, juste un coup d'un soir comme un autre, et cette simple pensée irradia son cœur d'une douleur fulgurante, au point que sa main se referma sur son t-shirt à l'endroit de son organe vitale qui faiblissait, qui souffrait. Son visage se ferma, un voile de tristesse le déformant. Pourquoi tout ce qu'elle ressentait envers lui était décuplé ? C'était donc ça l'amour ? Une haine fulgurante, brûlante et un besoin inassouvi, intolérable, ces deux sentiments contradictoires dédiés à une seule et même personne ? Non, c'était impossible, elle aimait Maxim, elle était bien dans ses bras, avec lui, c'était lui qu'elle désirait, lui qu'elle voulait pour toujours, alors pourquoi elle pensait autant à Carl, pourquoi elle désirait goûter à nouveau à ses lèvres ? Elle en était même venue à lui dire qu'elle avait rompu avec son petit-ami, comme pour lui signifier qu'il avait une chance, que c'était pour lui, et elle savait que ça finirait par mal finir cette histoire mais elle préférait penser au moment présent, c'était tout ce dont elle voulait penser à ce moment précis.

Finalement, il lui intima de manière brusque qu'il allait venir. Peut-être qu'il tenait un minimum à la brune, qu'il pensait un minimum à elle. « D'accord.. » Elle lâcha le combiner, laissant l'écho remplir le bâtiment, un écho lointain pour elle qui fixait juste ses jambes dénudées, sa jupe était légèrement retroussée et donc, ne recouvrait pas vraiment ses jambes. Elle avait froid, ses poils se hérissaient, et elle essayait de se réchauffer vainement ses bras avec ses mains. Elle ferma les yeux, les images de la dernière fois à la morgue défilaient sous ses paupières et un léger sourire déforma ses lippes rosées. Elle leva sa main et posa ses doigts sur ses lèvres, la sensation était toujours là malgré les baisers échangés avec le fils Spencer pour expier ses péchés, oublier la folie qui prenait possession d'elle à chaque fois que Carl s'immisçait dans ses songes.

Des pas résonnèrent finalement dans le commissariat, et elle ouvrit ses prunelles bleues en grand, tourna la tête vers le nouveau venue et retint sa respiration. Il était là. Devant elle à la fixer, à la détailler du regard. Elle se leva, déroutée, surprise. Il était vraiment venu alors, elle qui pensait qu'il lui mentait et qu'il allait se rendormir aussitôt le téléphone raccroché. Son cœur se mettait à tambouriner dans sa poitrine, il menaçait de sortir d'un bond, elle ne voulait pas qu'il voit comment il la mettait mal à l'aise, comment il la déstabilisait. Ses mains tremblaient tout comme ses jambes qui menaçaient de lâcher, de flancher. Il fallait qu'elle tienne, il le fallait vraiment. Elle le regardait, plongeait son regard dans celui du brun. Aucun des deux ne bougeaient, aucun des deux ne parlaient. Elle voulait rompre le contact, se rapprocher de lui, toucher sa peau, passer sa main dans ses cheveux, et échanger un baiser, un dernier contact avant que tout se finisse, qu'il l'abandonne.

Ses pieds avançaient vers lui, doucement, elle ne s'en rendait pas vraiment compte mais elle ne voulait qu'une chose, le toucher, pouvoir sentir le contact de la peau du brun. Devant lui, elle restait immobile, incapable de faire ce qu'elle souhaitait, de réaliser les désirs qui se faufilaient dans sa tête, qui la rendaient folle. Il la rendait folle. Le contact était rompu, la résistance dont elle faisait preuve n'avait pas duré. Sa main touchait le torse du brun, exactement à l'endroit où son cœur battait. Elle humait son odeur envoûtante, fixait ses lèvres alors qu'une fièvre prenait possession de son corps, lui donnait chaud. « T'es vraiment là alors.. C'est pas les effets de l'alcool qui me rendent folle. » Elle se félicitait intérieurement de ne pas être lamentablement tombée par terre alors que ses jambes ne fonctionnaient pas correctement, l'alcool ne lui faisait pas honte, heureusement, elle ne voulait pas devenir rouge pivoine devant lui. Elle était amoureuse de lui. Elle le savait, mais ne voulait pas l'avouer, se l'avouer. C'était trop difficile, impossible de se dire que finalement, elle avait peut-être besoin de lui, elle qui se disait indépendante, qui se disait n'avoir besoin de rien. Si ce n'est peut-être de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl Dim 19 Oct - 18:02

Et ils restaient plantés là, face à face, à quelques mètres seulement, sans bouger. Ce n'était pas qu'il n'osait pas aller vers elle, ce n'était pas de la pudeur ou de la honte. En réalité, voir la King avait réveillé en lui des émotions, des pulsions, qu'il avait cru enfouies. Il se retenait d'avancer vers elle et la serrer contre lui, la serrer contre son torse et l'embrasser comme un fou. Au lieu de ça, Carl ne put esquisser qu'un faible sourire niais, luttant contre l'envie de la prendre, là, contre le mur du commissariat, et de laisser libre cours aux frissons qui parcouraient son corps tout entier. Et il se sentait con, il avait envie de fuir cet endroit, fuir cette fille qui le rendait étranger à lui-même. Fuir ces émotions qu'il n'aimait pas. Aller se terrer dans un bar, et boire, et fumer, jusqu'à en oublier jusqu'à son existence. Mais ses sentiments étaient si forts que ça ? Carl avait été prêt à la laisser à Maxim, vu qu'apparemment c'était ce qu'elle voulait. Alors pourquoi l'appeler ce soir ? Parce qu'elle l'avait enfin quitté. Et Carl s'était jeté sur l'occasion comme s'il n'avait pensé qu'à elle depuis cette fameuse soirée à la morgue, comme si il n'avait vécu que pour ce jour où elle lui demanderais de l'aide. Et ça, le Spencer le haïssait. Parce qu'il se sentait vulnérable. Et Carl Spencer ne l'était pas. Ou tout du moins, il se refusait de l'être.

Joy fit alors le premier pas, et alors que Carl faisait un signe au policier derrière elle qu'il la ramènerait, elle s'approcha tout près de lui. Si proche que Carl sentait son odeur, une odeur de parfum mélangé à l'âcreté de la cigarette et de l'alcool. Mais cela ne le dérangeait pas. Il essaya de dire quelque chose, pour éviter de sombrer dans ce qu'il évitait depuis plusieurs minutes, mais Joy posa sa main sur son torse, et Carl commença à respirer de plus en plus vite. Pour la première fois, il ne savait pas quoi faire. Et Joy le regardait, avec ses yeux noircis de maquillage coulé, toujours aussi belle et envoûtante. Dieu qu'il la désirait.. Mais au prix d'un effort presque surhumain, Carl sortit de cette apparente transe dans laquelle il était entré en entrant au commissariat, et il posa ses mains sur celle de Joy afin de l'éloigner de lui. « Joy .. » murmura-t-il. Il gardait ses mains entre les siennes. « Dis-moi la vérité. » Le Spencer n'avait pas besoin de dire de quoi il parlait. Elle comprendrait aisément qu'il parlait de Maxim. Celui-là même qu'elle avait pris pour excuse le jour où il l'avait embrassé. Et tant bien que mal, il l'avait laissée partir. Auparavant, Carl n'aurait jamais posé cette question. Le dire une fois lui aurait suffit. Car malgré les apparences, il n'était pas le genre de gars à coucher avec des filles en couple, -ou tout du moins, il essayait. Il était peut-être un connard, mais pas autant que ça. Il ne voulais pas penser que Joy jouait avec lui, il ne voulait pas croire qu'elle jouerait avec ses émotions, car il y avait une chose de sûre : lui ne jouait pas.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl Mar 21 Oct - 20:26


Il était enfin là. Devant elle à la fixer de ses grands yeux sombres. Les mêmes que les siens : sauvages. Il avait finalement ravalé sa fierté pour lui venir en aide ce soir au lieu de dormir paisiblement dans son lit douillet. Il avait affronté l'air froid d'une nuit pour la rejoindre comme un preux chevalier, preux chevalier qu'il ne serait jamais. Il était le méchant, et la princesse choisissait toujours le gentil. Heureusement pour Carl, Joy n'était pas une princesse et elle avait déjà eu une histoire avec un prince, Maxim qui plus est. Oh, elle était toujours avec lui, simple mensonge pour amener une victime dans un piège, du moins, elle ne considérait en aucun cas le fils Spencer comme une victime ou cette situation comme un piège, elle le désirait juste et malgré tous les efforts surhumains dont elle faisait preuve, son cœur réclamait la présence du brun comme un cœur malade réclamait un peu de repos. Il était son repos, un repos autant chaotique qu'elle mais un repos quand même. Et Joy s’essoufflait à fuir le bonheur, maintenant, elle désirait s'enfermer dans une bulle de bien-être, un peu trop cependant et cette bulle finirait par exploser et la benjamine des King avec. Elle avait fait le premier pas, n'attendant même pas un signe de sa part pour savoir si elle avait le droit, elle s'en fichait, elle était maîtresse de son destin, maîtresse d'elle-même. Le contact de sa main sur le torse du jeune homme l'avait brûlé, de petits picotements se faisant ressentir. Mais tout avait une fin et Joy semblait trop innocente, trop peu elle-même pour que tout cela paraisse crédible malgré ses cheveux en pétard, son maquillage noir qui avait coulé et ses vêtements légèrement déchirés. Qui romprait avec Maxim, le garçon parfait pour se retrouver avec son exact opposé et pourtant si attirant compère qu'était Carl ? Personne, sauf Joy bien sûr. Ou tout du moins, elle était perdue, comme enfermée entre deux portes dans un couloir sans issue.

Il attrapa ses mains, rompant le contact qu'elle n'avait mis que quelques secondes à mettre et qu'il n'avait mis que quelques secondes à défaire. Elle semblait outrée, surprise de son comportement. Ne tombait-il donc pas dans le panneau ? Elle était une bonne actrice pourtant, reine de la manipulation même. Elle fronça les sourcils et souffla un bon coup. Légèrement irritée par ses manières, d'un coup de main sec elle rompit également le contact. « Je te l'ai dis la vérité.. Tu crois que c'est facile pour moi d'avouer que j'ai rompus avec lui ? C'était mon meilleur ami et le tien aussi ! » Elle se tourna et passa ses mains sur son visage. Elle était fatiguée, fatiguée de tout et pourtant, elle ne désirait qu'une seule chose impossible à avoir pour l'instant : Carl Spencer. Puis laissant ses pieds faire un demi tour, elle se retrouva à nouveau en face de l'étudiant. Ses pieds foulaient le sol, diminuaient le peu d'espace qu'il restait entre eux et quand cela fut fait, entièrement fait, elle laissa son doigt parcourir la joue de son ami d'enfance avant de se mettre sur la pointe des pieds pour être à sa hauteur et de ce fait pouvoir toucher son oreille de ses lèvres et lui murmurer de sa voix suave quelque chose. « Je. Ne. Te. Mens. Pas » articula-t-elle bien pour qu'il enregistre le message une fois pour toute. Elle ne voulait pas jouer avec ses sentiments, s'il en avait bien sûr, c'était juste comme si on avait pris possession de son corps et qu'on lui avait dicté de faire cela. Après tout, Joy King finissait toujours par tout détruire comme une bombe qui explose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl Jeu 23 Oct - 21:54

Qu'est-ce qui retenait Carl ? D'habitude, il ne se serait pas posé de questions et aurait directement embrassé et retiré les vêtements de la fille qu'il désirait. Mais là, ce n'était plus seulement du désir et rien n'était habituel. Mais elle lui montrait qu'elle disait la vérité, qu'elle avait réellement rompu avec Maxim, qu'elle s'offrait donc à lui, collée contre son torse. Mais quelque chose retenait Carl. Comme.. un instinct. Pourtant toutes les parcelles de son corps désiraient les lèvres de la King et son corps tout entier. Seul son cerveau semblait y résister, ce cerveau qui pour une fois semblait marcher quand il s'agissait de relation. Et Joy sembla frustrée de voir que Carl ne la croyait pas, comme si elle n'aimait pas voir que son jeu n'avait pas réussi. Elle rompit le contact entre leurs corps, avant de le regarder, puis se s'énerver un peu, tourner les talons, et revenir. Comme si elle faisait du cinéma. Comme si elle ne supportait pas de voir qu'elle n'avait pas l'emprise qu'elle avait sur Carl il y a de ça quelques temps. Oh certes son cœur était épris, mais la cervelle de Carl était libre de tout jugement, et pour la première fois de sa vie, le jeune beau gosse décida de ne pas faire le premier pas, et de la laisser poireauter. Si elle avait vraiment rompu avec Maxim, et si elle voulait vraiment choisir Carl, elle devrait lui montrer. Même si cela sortait de ses habitudes, il se sentait maître du jeu, et ça, ça ne le dérangeait pas. Un sourire naquit alors au coin de ses lèvres.
Comme pour l'embrasser, Carl approcha alors son visage de celui de Joy, tout près, tout proche,  tellement qu'elle devait sentir sa respiration frôler ses lèvres. Le coeue de Carl s'emballa – et celui de Joy devait aussi- mais il contint le désir de poser ses lèvres contre les siennes, et alors que la King ne semblait pas vouloir reculer, Le Spencer s'immobilisa mais leva les yeux, plongeant dans ceux de la brunette. « Je te ramène ? » murmura-t-il, avant de sourire et de se reculer, admirant la perplexité sur le visage d'une Joy encore sous l'effet de l'alcool, mais sûrement en pleine possession de ses sentiments. Carl recula vers la porte, et l'ouvrit avant de s'appuyer dessus pour se retourner. « Alors, tu viens pas ? Je me suis pas levé pour rien ! » Et il rit légèrement, voyant que le jeu se jouait à un tout autre niveau, qu'il jugeait mille fois plus amusant.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm


Dernière édition par Carl Spencer le Lun 19 Jan - 13:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl Sam 29 Nov - 9:57


Son jeu d'actrice ne semblait pas marcher sur lui, après tout, il la connaissait depuis bien trop longtemps pour se faire duper aussi aisément par des mots et une réaction impulsive de la part de la brune. Cependant, sa manipulation n'était pas aussi bonne à cause de l'alcool qui coulait à flot dans son sang, qui embrumait ses sens et faisait estomper sa lucidité, sa logique.. Les rôles s'étaient inversés, c'était lui qui menait la danse, et non elle à présent. Elle ne se cherchait pas des excuses, elle ne se voilait pas la face tout simplement. Puis ses mimiques dans le commissariat ressemblaient à celles d'une folle voire d'une bipolaire. Comme quoi, l'alcool régressait l'espèce humaine. Soudain, il s'approcha d'elle, son souffle chaud se percutait contre sa peau, contre ses lèvres et son myocarde ne mit pas longtemps pour battre à toute autre allure que la normale, menaçant de sortir de sa poitrine dans les plus brefs délais. Elle ne voulait pas montrer que la seule pensée qui venait de traverser son esprit était de s'emparer de ses lèvres envoûtantes. Elle n'avait jamais rencontré un homme qui lui avait fait autant d'effet, elle voulait le plaquer contre le mur et lui retirer son t-shirt. Juste comme ça, sous les pulsions qui tiraillaient son âme en ce moment même.

Il ne fallait pas qu'elle cède à la tentation troublante, aphrodisiaque de l'étudiant. C'était dur, elle fixait parfois ses lippes sans pouvoir s'arrêter, puis le bleu de ses yeux rencontrait le marron de ceux de Carl et plus rien n'avait d'importance. Quoi qu'elle dise ou qu'elle fasse, elle était sous l'emprise du fils Spencer, malheureusement. Elle ne pouvait se détacher de cette emprise qu'il avait sur elle, elle était comme charmée par ses prunelles, par ses lèvres délicieusement sculptées, leur forme, leur goût qui semblait si alléchant sur le moment.. Joy secoua la tête, reprenant contenance, reprenant ses esprits, le contrôle de elle-même. « J'arrive ! T'es pressé ma parole, l'étoile de mer. » Elle lui sourit, se rapprochant de lui alors qu'ils se dirigeaient dehors. Cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas surnommé 'miss alcoolo' et étrangement, cela lui fit plaisir. « J'ai pas envie de rentrer. » lui avoua-t-elle lorsqu'ils furent dehors alors qu'elle avait levé son majeur en direction du policier qui l'avait arrêté. Elle ne voulait pas croiser son frère, elle lui en voulait encore, qu'importe l'étreinte douloureuse qu'ils avaient échangés au cimetière et son géniteur, n'en parlons pas. Elle lui avait pardonné mais elle ne voulait pas qu'il l'engueule une nouvelle fois, sa vie était déjà assez chaotique comme ça. « Emmènes-moi quelque part mais pas chez moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl Lun 19 Jan - 13:56

L'emmener autre part. Pas chez elle. Ok, se disait Carl, la connexion qu'ils ressentaient depuis quelques minutes n'était pas le fruit de son imagination. Non, parce qu'il y avait pensé, et au vu de son histoire avec Joy, il se méfiait. Sans compter que son moral à lui avait conne des jours meilleurs. Leur relation était bizarre, complexe, inexplicable et pourtant si ..instinctive ? Ils revenaient sans cesse l'un vers l'autre comme attirés par quelque pulsion animale. Mais Carl n'avait pas juste envie de Joy sexuellement. C'était plus que ça. Et c'est sans doute pour ça qu'il gardait tant de réserve, ou qu'il se cachait derrière des attitudes joueuses, taquines, frivoles. Parce qu'au fond, il ne savait faire que ça. 

Mais comment agir autrement ? Et surtout, avec Elle ? Carl savait que Joy ne baignait pas dans le romantisme, que lui offrir des fleurs ne lui arracherait qu'un sourire moqueur. Et pourtant. Peut-être que c'était l'âge, peut-être que c'était ses nouvelles études ou peut-être aussi simplement la brique qu'il avait reçu dans la tête le jour de l'ouragan.. mais le Spencer avait changé. Il ne voulait pas forcément de relation semi sérieuse comme celle qu'il avait eue avec Gaby et qui au final l'avait profondément ennuyé. Il ne voulait pas de flirts ou de coups d'un soir. Il la voulait juste, elle. Un soir, une heure, 10 jours ou trois ans, il voulait sentir sa peau contre la sienne, ses lèvres contre les siennes, et plonger ses yeux dans son regard tout en sentant des frissons parcourir son corps. Allongés, endormis, éveillés ou assis, dehors ou dedans, habillés ou nu. Tout, rien, il voulait tout, et rien. Et tandis que son esprit se mettait en boule autour de telles idées, le Spencer se pensa fou. Ouais, fou d'amour, peut-être. Quel con. 

L'emmener quelque part. Pas chez elle. Ce refrain lui tournait en boucle dans la tête, sans solution possible. Il referma la porte du commissariat histoire de gagner du temps. La morgue ? Trop de mauvais souvenirs. Chez lui ? Pas tranquilles. A la fête foraine ? Trop de monde. Il soupira. « T'es chiante hein. » put-il seulement articuler, incapable de sortir autre chose que des paroles brutes. Mais il était comme ça le Carlos, pour l'adoucir, fallait y aller de main morte. « Bon allez viens, je sais où on va aller.  » Et  il fit un signe de la tête pour lui indiquer qu'ils tournaient à droite. Et sans un mot il retira sa veste en le posant sur les épaules de Joy, qui commençait à frissonner. Même si on était au mois d'août (putain ce rp a vraiment pris du retard haha), la nuit, la fatigue, l'alcool jouaient en sa défaveur. Rapidement, ils arrivèrent à un coin retiré du parc, le coin où petits, les Parents King et Spencer emmenaient jouer leurs enfants. Là où Carl et Joy s'étaient connus pour la première fois. 

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Born to die


Féminin
Nombre de messages : 766
Etudes/Metier : étudiante en journalisme.
Love : lost.
Humeur : méprisante.

Inscription : 18/12/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Shannon Hayworth, le beau gosse.



MessageSujet: Re: fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl Jeu 5 Mar - 23:22

Incompréhensible. C'était sûrement le mot juste pour leur relation. Compliquée, certes mais surtout, incompréhensible. Ils se cherchaient, se trouvaient, se torturaient, se faisaient du mal. Des aimants. Une attirance physique incontrôlable les laissant comme deux animaux qui se jaugent, attendant le moment propice pour se jeter sur l'autre. Mais il n'y avait pas que cette réelle tension sexuelle dans l'air. Il y avait plus. Beaucoup plus. Elle le voulait. Pas que pour sa belle gueule et son sourire charmeur. Elle le voulait pour pouvoir passer sa main dans ses cheveux, geste machinal mais qui avait beaucoup plus d'importance qu'elle ne le croyait. Pour pouvoir poser sa tête contre son torse musclé et entendre sa respiration qui la calmerait. Pour pouvoir sentir à nouveau ses mains délicates sur son corps, ses lèvres envoûtantes sur les siennes, et son odeur enivrante. Elle avait l'impression que la niaiserie bouffait son cœur comme un poison le ferait. La peste qu'elle était devenue s'effaçait lentement. Son cœur de glace fondait doucement. Ses barrières tombaient aussi vite qu'elles s'étaient créées. Idiote, elle l'était. Faible aussi. Meurtrie encore plus. Seulement quand on goûtait à une drogue, il était difficile de s'en passer ensuite.
Elle avait réussi pourtant, durant des années elle l'avait évité et le destin s'était joué d'eux, les avait réunis à la morgue. Baliverne ; le destin n'existait guère. Il fallait juste qu'elle le manipule, qu'elle fasse croire qu'elle l'aimait parce que s'avouer que c'était vrai la tuerait plus que ne l'aiderait. Elle voulait juste profiter de lui pour ensuite le jeter. Mais c'était un mensonge. C'était pour se réconforter, pour ne pas se dire qu'elle était redevenue cette pauvre petite Joy King sans défense. Elle était plus, maintenant. Une salope. Voilà ce qu'elle était, la mangeuse d'hommes. Et elle ne refusait pas ce titre qu'on lui avait attribué.
Seulement l'alcool encore dans ses veines ne l'aidait guère et alors, elle se disait que durant une nuit, elle pouvait bien baisser ses barrières et laisser son cœur froid et gorgé de noirceur s'étinceler à nouveau. Elle se laissait une nuit à ses côtés, une nuit véritable. Le lendemain matin, les vapeurs de l'alcool auront tout effacé et tout redeviendra comme avant : vide de sens mais beaucoup moins douloureux.
« Je sais que je suis chieuse mais je sais aussi que c'est ce qui te plaît chez moi. » Un sourire fier, comme quoi, sa fierté, elle, ne tombait pas aussi facilement qu'elle le voulait. Il fallait du temps pour redevenir pendant quelques temps la personne qu'elle était autrefois, beaucoup trop de temps et dans tous les cas, elle ne changerait certainement plus. Elle resterait Joy, cette garce hypocrite. « Tu m'amènes où ? » demanda-t-elle alors qu'elle essayait de se réchauffer ses bras avec ses mains. Geste inutile car dans la minute qui suivit, Carl vint poser sa veste sur ses épaules. Elle n'était pas préparée à ce qu'il soit aussi gentleman avec elle. Comme quoi, il lui réservait bon nombre de surprises. Déjà, la veste, ensuite, cet endroit. Le lieu de leur rencontre. « Bah alors, Carlos, tu deviens sentimental ? » lâcha-t-elle alors qu'ils venaient de s'arrêter. Qu'importe ce qu'elle disait, ce qu'il venait de faire la toucher réellement. Et merde, quelle conne de l'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl

Revenir en haut Aller en bas

fear and love are the deepest of human emotions ⊹ Carl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Hors jeux :: Rps DS version2-