Partagez|

Gladiator in a suit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Queen Elisabeth


Féminin
Nombre de messages : 1795
Etudes/Metier : en recherche d'un sugar daddy parce que flemme de continuer de bosser, sa vie vaut pas autant de mal.
Love : son patron qu'elle se tape pour oublier sa solitude
Humeur : d'humeur à niquer des mères

Inscription : 01/01/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Amy Hopper



MessageSujet: Gladiator in a suit. Lun 11 Mai - 19:52


Courant d’un bout à l’autre de la pièce, la jeune femme ne pouvait tenir en place. Elle devait s’assurer que tout était parfait jusqu’au moindre petit détail, même le plus insignifiant. Lorsque la lourde tâche d’être la directrice de campagne de Carl lui avait été confiée, Elisabeth décida d’accepter mais de faire les choses bien. Ne pouvant combiner son boulot actuel et cette responsabilité, elle dû prendre en choix qui n’était pas si difficile qu’elle l’aurait pensé, et quitta son boulot pour se concentrer pleinement sur la campagne de son petit frère. De toute façon ils payaient mal. Elisabeth était tellement fière de ce dernier, enfin il avait décidé de faire quelque chose pour la communauté, et en bien. Elle l’avait tout de suite encouragée, et bien qu’elle trouve le projet un peu trop ambitieux pour les petites épaules du jeune homme, devait avouer qu’à mesure que la campagne avançait, elle prenait de plus en plus confiance. La brunette savait qu’elle ne pouvait pas arriver à mener cette campagne toute seule et même avec l’aide précieuse de son frère et de l’équipe qu’il lui avait fournie, ça n’allait pas être suffisant. Elle avait besoin d’aide et comme toute personne censée, elle se dirigea vers la ‘personne’ la plus fiable qu’elle pouvait connaître : Netflix. En moins d’une semaine, Spencer s’était fait l’intégrale de Scandal et avait étudié dans les moindres détails toutes les petites choses qui pouvaient l’aider à faire gagner cette élection à Carl. Elle avait déjà prévenu toute son équipe, à partir du moment où elle entrait dans la sale et qu’elle se mettait à tout diriger, elle n’était plus Elisabeth Spencer, mais Olivia Pope. Elle demandait même à son assistante de l’appeler comme ça pour qu’elle se sente encore plus dans l’ambiance de la maison blanche, de président Grant Fitzgerald et même du B613. « Non, non, non et non ! Je vous ai déjà dit que les boissons on les mettait avec les cadavres propres, dans la chambre froide. C’est pourtant pas compliqué. » Elle poussa un soupir d’agacement avant de faire un signe de la main pour demander à ce qu’on se bouge de son chemin, visiblement si elle voulait vraiment obtenir quelque chose elle allait devoir le faire elle-même. « Mais c’est pas possible, qui m’a filé une équipe aussi incompétente !? » Rumina la jeune brune en déplaçant les bouteilles qui se trouvaient dans un sachet de supermarché jusque dans la pièce où étaient ‘rangés’ les cadavres. Sans aucune gêne, elle ouvrit un compartiment où un monsieur qu’elle ne connaissait pas profitait de son dernier sommeil, et pos une bouteille de Coca, comme elle l’aurait naturellement fait avec un réfrigérateur normal. Si même elle pouvait le faire, cette équipe de bras cassés pouvaient bien en faire autant. Elle se tourna vers le peu de personnes présentes dans la pièce et d’une voix agacée, leur demanda avec tout le calme possible de reproduire ce geste qui n’avait pourtant rien de très sorcier. Elle sortie de la pièce pour aller rejoindre son frère, que dis-je, la star de la journée. Elle s’approcha de lui avec un grand sourire aux lèvres et un regard qui laissait voir à quel point elle pouvait être fière de son frère. Portant ses mains de chaque côté de sa chemise, elle se permit d’arranger la cravate de ce dernier pour qu’elle ne se promène pas à droite/à gauche comme celle du Président Français. « Aujourd’hui est un grand jour, ça va pas trop nerveux ? » Elle ramena ses bras en les croisant sous sa poitrine. La Spencer ne saurait dire si elle posait cette question à Carl ou plus à elle-même, certes ce meeting était organisé pour lui, le candidat – qui plus est aujourd’hui était le jour où il devait présenter son programme – mais il en allait aussi de la réputation de la jeune femme. Si elle réussissait à faire en sorte que tout se passe bien, elle pourrait se reconvertir dans une carrière de directrice de campagne, et aujourd’hui elle gérerait la campagne de son petit frère, demain celle du sénateur O’Conell, et ensuite celle du Président des Etats-Unis, qui sait. Du coin de l’œil, elle s’efforçait de surveiller tout ce qui se passait autour d’elle, en faisant en sorte de ne rien laisser passer, et tout ça en parlant à son frère. Olivia Pope, tu as du souci à te faire.

_________________
until life runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: Gladiator in a suit. Mar 12 Mai - 18:42

En flânant dans les rues de Magnolia avec Elias, Carl croisait du regard des affiches disposées un peu partout. Au début, il n'en avait pas tenu compte. Tout ce qui était prospectus et flyers, il n'y avait jamais prêté attention. Surtout que souvent il y avait des choses bizarres comme un vieux poulet sur des toilettes, qui le faisait toutefois bien rigoler. Bref, il ne comptait pas déroger à cette règle. Mais inhabituellement, il croisait sans cesse la même affiche, avec les mêmes couleurs, les mêmes textes, si bien qu'à un moment il s'y arrêta, cherchant à connaître la raison de cet affichage insupportable aux couleurs dégueulasses. En en lisant le titre, il s'en moqua ouvertement, accompagné d'Elias bien sûr, et ils reprirent leur chemin. Devenir le porte parole des jeunes de Magnolia, fallait être complètement taré. Et les deux amis avaient reprit leur route, en formulant les idées totalement absurdes que pourrait avoir un tel porte-parole.

Mais voilà. Aujourd'hui, il se trouvait là, dans la morgue, dans un costume trop serré, attendant l'heure de son discours. Comment en était-il arrivé là ? Il n'en savait absolument rien. Sans doute qu'il avait du  se bourrer après, et l'idée avait germé, notamment reprise par Elisabeth, qui à peine le sujet entamé s'était mise à courir dans tous les sens pour lui organiser une réception parfaite. Peut-être n'avait-il pas réalisé ce que ça impliquait quand il avait rempli le formulaire de candidature, mais quoi qu'il en soit, il avait du faire face aux conséquences. Discours, médias, arguments .. tout y passait. Sans compter la concurrence. Oui, parce qu'Elias s'était décidé à lui tenir lieu de compétition. Et là, ça avait pris un tournant intéressant. Parce que être élu pour les autres, c'était une chose, être élu pour battre Elias, c'en était une autre. Carl avait alors pris la tâche au sérieux, enfin, aussi sérieusement qu'il en était capable. Parce qu'à en voir son programme électoral, il y avait bien de quoi rire. Toutefois, il était bien content, et était persuadé qu'il saurait charmer les foules.. ! Sans compter que sa sœur était un peu à ses pieds depuis le début de la campagne (a) et il appréciait fort évidemment l'attention. Elisabeth avait l'air d'avoir de tenir la chose à cœur, alors il la laissait faire. Si ça pouvait les amuser, l'un et l'autre, que demander de plus ?

« A en voir ta sueur d'ici, pas autant que toi j'imagine. » répondit-il à sa sœur avec son sarcasme habituel. Elle accordait tellement d'importance à ce meeting que Carl la reconnaissait à peine. Ou tout du moins, il ne l'avait jamais vue aussi dévouée à une cause. Elle avait même songer à cuisiner. Le Spencer grimaça quand Elisabeth lui rajusta sa cravate. « Arrête putain c'est trop serré ! C'est débile ce truc, pourquoi j'dois la porter, merde. » Sérieusement, qui avait inventé un accessoire aussi laid et inutile. Déjà il trouvait qu'il avait l'air d'un clown, la cravate n'aidait en rien. Il poussa un long soupir. « Bon, tu me fais un récapitulatif de la soirée ? Sinon je vais zapper un remerciement ou un autre truc débile. » Lorsqu'il avait présenté ses brouillons à sa sœur, elle avait halluciné du manque de rigueur, et Carl avait haussé les épaules. Bah quoi, de toute façon son charme naturel ferait la moitié du travail, alors pourquoi s'acharner sur des détails et des formules de politesse..


_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Gladiator in a suit. Dim 17 Mai - 21:47


« Never underestimate the power of stupid people in large groups »

Les bras croisés, sourcils froncés, Elias se tenait devant la télé accrochée au mur de son bureau. Dans l'écran se trouvait un journaliste avec une photo de Carl - son concurrent - disant que son discours était très attendu. Apparemment, Spencer allait changer le monde en représentant le quartier. Mouais, bullshit! Le public était dans l'innocence de ce qu'il était vraiment. Un gamin qui cherche seulement à se faire un nom et vendre du rêve. Bon, Sheirman n'était pas le mieux placé pour parler, il voulait tout simplement le pouvoir, le cash et les femmes. Comme tout politicien quoi. Oui, il était marié, mais c'était avec Scarlett Spencer et c'était seulement pour espionner son adversaire et aussi connaître ses faiblesses. Pour l'instant, cela avait amené à rien de concluant, n'étant toujours pas au courant de ce que Carl préparait. Sheirman éteignit la télévision et lança la télécommande sur le divan. Écouter le journaliste parler de comment Spencer était cool, autant devenir sourd. Il devait faire quelque chose pour l'empêcher de faire ce discours tant entendu. De quoi le stabiliser. Mains sur les hanches, il faisait travailler le hamster dans sa tête à la recherche d'une idée. En fait, pour savoir quoi faire, il devait trouver ce que son concurrent manigançait. Undercover style! Se changer en tenue d'espion ? Naaah. De toute façon, il en avait pas et débourser pour cela serait assez inutile. Aussi cool que ça pouvait être. En sortant de son bureau, il avertit sa secrétaire qu'il serait de retour plus tard et fila tout de suite vers la morgue. Il n'était pas con. S'il y avait bien un meeting, c'était l'endroit parfait. Personne naimait mettre les pieds là-dedans (sauf les Spencers). Avec chance, la porte était déverrouillée! Sheirman pénétra dans l'endroit quasiment sur la pointe des pieds et se colla immédiatement au mur, tel un ninja. La voix d'Elisabeth et de Carl se faisaient entendre, il avait bien vu! Il se glissa tranquillement dans le couloir et se pencha une fois arrivé au coin. Profitant du fait que les deux étaient à fond dans leur discussion, il se cacha derrière un charriot, toujours accroupi. C'est alors qu'un truc toucha sa tête et vint lui chatouiller le front. Il tentait de s'en débarrasser en balayant son visage avec sa main, mais n'y parvins pas. « Mais qu'est-ce que... » murmura-t-il à lui-même avant de regarder de quoi il s'agissait. Il eut donc un léger sursaut en voyant la main d'un corps mort pendre dans le vide. Glauque. Très glauque! Ne voulant pas se faire jouer dans les cheveux par le mort, il avança à petit pas derrière un comptoir, mais sans faire attention, il mit les pieds sur une fiole (qui rime avec viol - pour Eli) brisant le verre en mille morceaux. Elias grimaça devant sa subtilité. Les deux Spencers semblaient s'être arrêté de parler et sans vraiment savoir quoi faire, Sheirman improvisa. « Miaouu. » Il se trouvait bien con, mais c'était possible qu'un chat se promène dans la morgue. Un chat noir plus précisément vu l'endroit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Queen Elisabeth


Féminin
Nombre de messages : 1795
Etudes/Metier : en recherche d'un sugar daddy parce que flemme de continuer de bosser, sa vie vaut pas autant de mal.
Love : son patron qu'elle se tape pour oublier sa solitude
Humeur : d'humeur à niquer des mères

Inscription : 01/01/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Amy Hopper



MessageSujet: Re: Gladiator in a suit. Mer 20 Mai - 2:29


Elle voulait que tout soit parfait, que tout se déroule comme elle l’avait planifié et surtout, qu’ils gagnent. Elle n’avait de toute façon pas fournit toute cette énergie pour perdre. Elle ne supporterait pas une défaite, pas contre Elias. La Spencer n’était pas de nature rancunière et refusait de vivre avec ce genre de ressentiment, mais Elias… Elle le connaissait, elle savait qu’il avait décidé d’épouser sa sœur seulement pour les espionner et pouvoir les pourrir de l’intérieur. Il n’avait aucun sentiment pour cette dernière et ça, elle pouvait y mettre sa main au feu, il ne faisait que profiter de sa faiblesse et de ses sentiments à elle. Elisabeth lui avait pourtant parlé avant qu’elle ne se décide à se passer la corde au cou avec ce crétin, mais pensez-vous qu’elle l’a écoutée ? Non, bien sûr que non. Parce que Scarlett Spencer sait tout mieux que tout le monde et lui dire ce qu’elle devait faire était un affront à son intelligence supérieure. Parce qu’elle avait gagné un prix Nobel et un Pulitzer, elle se croyait tout permit. Connasse. Alors qu’elle était en train d’aider Carl à refaire sa cravate, rien que cette pensée réussit à faire stresser encore plus la jeune brune qui s’excita sur la pauvre cravate de son frère. Elle la lâcha en lui faisant un petit sourire destiné à dissimuler son agacement et passa une main sur le costume du jeune homme pour le défroisser, avant de ramener ses bras sous sa poitrine en les croisant. « Parce que les hommes portent des cravates, surtout quand ils sont sur le point de changer l’avenir politique du quartier. Tu sais que tu es le premier jeune à te présenter depuis 1925 ? » Oui, la Spencer avait fait ses devoirs et connaissait à peu près toute l’histoire politique du quartier sur le bout des doigts, elle n’avait lésiné sur aucun détails qui pouvaient l’aider à gagner cette campagne. Olivia Pope on vous dit. Elle recula de quelques pas pour regarder son petit poulain quelques secondes, l’heure de l’inspection était arrivée. Les cheveux, check. Le costume, check. La posture, check. L’attitude, che-… à retravailler. Elle poussa un soupir et leva les yeux au ciel lorsqu’il lui demanda pour la énième fois de lui expliquer le déroulement du meeting. Ce n’était pourtant pas compliqué, tout ce qu’il avait à faire c’était de monter sur scène quand le moment arriverait et de lire les notes que sa sœur lui avait soigneusement préparées. « Shirley, donne-moi le planning. » Elle tendit une main comme une vraie patronne et la petite Shirley qui semblait effrayée par le monstre Elisabeth, lui remis la fiche plastifiée de tout ce qui allait se passer ce soir-là. « Alors, à vint heure zéro-zéro tu monteras sur la scène où tout le monde t’applaudiras et où tu commenceras par lire les fiches que je t’ai donné. Tu n’oublieras pas de remercier tous les gens qui sont venus exprès pour t’entendre expliquer ton programme, durée : cinq minutes. On n’a pas besoin de plus pour dire trois phrases. Ensuite tu commenceras ton discours comme le président Français qui… » La jeune femme fut interrompu par un bruit de verre brisé qui venait de la chambre froide. Elle fronça les sourcils. Elle pouvait parier que c’était encore un imbécile qui avait décidé de jouer dans la chambre froide avec les boissons et qui avait fait tomber une bouteille. Agacée, elle fit un pas en direction de l’endroit d’où provenait le bruit, mais s’arrêta lorsqu’elle entendit un miaulement. Ah, c’était donc ça. Un chat s’était faufiler à l’intérieur de la morgue, vu toute la nourriture qu’ils étaient en train d’exposer, cela n’étonnerait pas la brunette d’en trouver un par-ci par-là. Mais un chat pouvait autant être mignon qu’imprévisible et il était hors de question qu’un stupide chat se mette à gâcher son grand moment ! Enfin, celui de son frère. « Tiens prends ça. » Elle tendit violemment le document à son petit frère et partit dans la direction opposée pour récupérer un balai qu’elle avait vu et qui traînait non loin de là. « Je vais m’occuper de ce stupide chat et toi, pendant ce temps tu me mémorises ce discours par cœur pour que n’ais pas l’air d’un abruti qui ne fait que lire ! » Elle ne le laissa même pas finir et partit en direction de la chambre froide. Mais bien sûr, tout ne se passait pas comme elle l’avait prévu, interrompue par la sonnerie de son téléphone qui indiquait qu’il était déjà 19h59 et que Carl allait devoir monter sur scène bientôt. Elle donna violemment son balai à une serveuse qui passait par-là et revint sur ses pas avant d’agripper le bras de Carl et de le tirer vers l’estrade sur lequel il ferait son discours. On y était, enfin. Elle allait pouvoir voir le fruit de son travail en action, enfin.

_________________
until life runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: Gladiator in a suit. Mer 20 Mai - 22:50

« Noon, sérieux ? » fit Carl en écoutant sa sœur. Cela le rassura et il se tint enfin droit, prêt à assumer sa fonction de futur 'président'. Il lui demanda alors de lui refaire un topo sur le meeting, et Elisabeth lui expliqua tout en détail. « Merci Eli, t'es parfaite ! » Et il l'embrassa sur la joue. Elle avait tout prévu, elle avait tout mis en place pour qu'il fasse son discours dans les meilleures conditions possibles, et pour ça elle valait de l'or (profite parce qu'il n'y a qu'ici que Carl t'aimeras autant hahaha). Au fond, il était fier que sa sœur se soit assumée ainsi, et il était content de voir que leurs deux carrières étaient en bonne voie. Même celle de Scarlett d'ailleurs. Les Spencers, élite du quartier. Ils avaient belle gueule quand même.

Obéissant à sa sœur, qui était parti tabasser quelqu'animal, Carl lut et relut les fiches de sa sœur. Monter sur l'estrade, formuler des remerciements, détendre l'atmosphère, dégommer Elias, parler de leurs valeurs, de leurs réussites, boire un coup, rigoler encore un peu, puis exposer le programme.. Bon. Cela ne devait pas être si dramatisant. Carl avait juste peur d'oublier quelque chose qui réduise à néant tout le travail de sa sœur .. Il ne se le pardonnerait pas ! Mais il respira un bon coup en pensant à l'unique objectif de cette soirée : battre le Sheirman. Il se sentit alors tiré par devant, et il se retrouva en deux secondes derrière la porte, à un mètre de l'endroit où il allait changer le monde (ou presque). Carl serra la main de sa sœur. « Dis-moi merde. » Et il fit un grand sourire, histoire d'entrer dans la salle en faisant déjà bonne impression.

Les lumières aveuglèrent Carl pendant quelques secondes, faut dire qu'à la morgue il n'y était pas habitué, et il monta sur scène avec un geste de la main, devant un public qui applaudissait vivement. Toujours avec son sourire charmeur, il s'approcha du micro, à côté duquel se trouvait les grandes lignes de son discours, en cas d'oubli. Carl se racla la gorge. « Bonsoir, bonsoir ! » répétait-il à travers les applaudissements. Il fit ensuite un signe de la main pour les inviter à se rasseoir. « Merci à tous d'être là ce soir..  Comme le disait le président français, ''Le changement, c'est maintenant''.. Et ce soir, pour lui rendre hommage, je vais vous faire part de mon changement, le changement que moi, Carl Spencer, souhaite effectuer dans cette ville. Je suis né ici, j'ai grandi ici, et je fais donc appel à tous ceux pour qui cette ville est chère, et aussi pour tous ceux qui viennent d'arriver. Il est temps que les choses changent ! » Quelques ovations eurent lieu dans le public, mêlées à des voix féminines, évidemment attirées par sa belle allure. Carl suivait à la lettre les indications de sa sœur concernant sa posture. Il laissa un petit moment de silence, et sourit en repensant à quelque chose. « Un jour, ma sœur Elisabeth -que je salue d'ailleurs en passant- m'a raconté qu'à l'école on lui avait raconté une blague et qu'elle ne l'avait pas comprise. Je lui ai donc dit que ce n'était pas grave de ne pas comprendre, mais qu'il fallait faire semblant d'avoir compris et de répondre par une blague encore plus drôle. Et vous savez ce qu'elle m'a répondu ? » Carl laissa un temps d'arrêt et quelques phrases fusèrent du public, suivi de rires. Il rit légèrement et se reprit. « Non, elle m'a dit qu'au lieu de ça elle les avait frappés. Et bien c'est ça que dont je veux vous parler ce soir. Non pas que la violence doit être autorisée, non, mais qu'il vaut mieux avoir le courage de faire ce en quoi nous on croit, plutôt que de vouloir faire ce que nous ont dit les autres.. » Carl pesait tous ses mots, et joignait les gestes à sa paroles. Il regardait son public presque un à un en prononçant ces paroles, et tous l'écoutaient avec fascination, presque envoûtés. Et à ce moment-là, le Spencer sut qu'il avait presque déjà gagné.  

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Gladiator in a suit.

Revenir en haut Aller en bas

Gladiator in a suit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le Racing Gladiator, nouveau club niuéen
» Mobile Suit Gundam AGE
» La folie suit les lois de la gravité...
» Qui est le plus fou des deux, le fou, ou celui qui le suit ?
» comment faire pour que pokemon nous suit ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Le passé :: Et si ?-