Partagez|

N'est-il pas charmant ? Wayne&Katya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 778
Etudes/Metier : Caissière au supermarché à mi-temps & organisatrice de levées de fonds à l'église
Love : Food ?
Humeur : Gourmande

Inscription : 01/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: N'est-il pas charmant ? Wayne&Katya Mar 12 Mai - 1:54


Le vent emportait les petites mèches blondes de Katya, dépassant de sa queue de cheval. Sur le dos de sa bicyclette elle fonçait sur la route qui reliait le quartier de Magnolia Crescent au centre ville, se dirigeant droit vers Justice Street où se trouvait l’église. C’était son moment préféré dans le trajet, après un petit virage qu’elle connaissait bien maintenant, la rue descendait tout droit. Elle se laissait emporter par la descente, appréciant ce petit moment d’adrénaline.
Elle travaillait depuis quelques mois pour le pasteur Donovan et connaissait le chemin par cœur. Elle se rendait avec grand plaisir à l’église où elle se sentait bizarrement dans son élément. Kat n’avait pourtant reçu aucune éducation religieuse de la part de ses parents, et à vrai dire elle n’avait jamais cru en Dieu. Elle évitait d’en parler en public, c’était un sujet qui la gênait parce qu’elle avait peur de froisser qui que ce soit en disant qu’elle ne partageait pas de croyances religieuses. Déjà que sa famille n’était pas très bien vue dans le quartier, n’allons pas en rajouter une couche… Le souci c’est qu’elle avait parfois un peu de mal à comprendre les croyants, tout cela lui semblait très absurde. Sa foi n’avait donc pas été le critère sur lequel Wayne Donovan avait basé sont choix lorsqu’il lui avait permis d’avoir ce poste d’organisatrice de levées de fonds, mais plutôt sa motivation et son goût pour les actions caritative. Elle n’était peut-être pas une bonne chrétienne mais elle était définitivement une bonne personne, du moins si on entendait par-là « aimer son prochain. »

L’église était encore à quelques mètres, ralentissant après avoir dévalée la pente, Kat freina et descendit finalement de son vélo. L’atmosphère autour de l’église était calme et paisible, la rue de Justice street était beaucoup moins fréquentée que les rues voisines de Clifton center. Il faut dire que le cimetière et la morgue se trouvaient juste à côté, et face à tout ça l’église, ce n’était décidément pas un lieu attractif à moins d’aimer fréquenter les morts. Kat avait un rapport plutôt distant avec toutes ces choses, un frisson lui glaçait toujours le dos quand ses yeux se posait sur la morgue à quelques mètres à peine. Quelle joie pour les jeunes mariés de se retrouver face à ça à la sortie de l’église…
Elle ne laissa pas son regard divaguer plus longtemps vers le bâtiment et vint accrocher son vélo pour finalement rentrer à l’intérieur de l’église. Wayne n’y était jamais totalement seul, il y avait toujours quelques visiteurs dans les parages et il s’en occupait avec bienveillance. Aujourd’hui c’était un jeune couple, sûrement un rendez-vous pour un mariage à venir.
Katya se glissa discrètement le long des bancs pour se mettre à leur hauteur, en retrait, mais assez proche pour que Wayne remarque son arrivée. De sa place elle pouvait parfaitement écouter la conversation tout en observant les futurs mariés, avec une pointe de jalousie il fallait avouer. Depuis sa rupture avec Christian Livingstone, Katya avait l’impression que jamais plus elle ne retrouvait l’âme sœur, et pourtant il faudrait bien un jour avancer. Elle disait en avoir fini avec ces choses-là, mais l’idée d’être en couple, de construire un avenir avec quelqu’un, cela lui manquait. Elle voulait d’un beau mariage, simple mais romantique. Le jeune couple semblait aux anges, ils étaient aussi beau l’un que l’autre, la femme était blonde avec de longs cheveux soyeux, de beaux yeux gris et un sourire magnifique. L’homme était brun et bien bâtit, plutôt pas mal il fallait dire, et très impressionnant. Il semblait très viril, voir Wayne à ses côtés était assez amusant, lui qui était plutôt efféminé.

Le pasteur Donovan était un drôle de personnage que Kat avait eu le plaisir de mieux connaître depuis qu’elle occupait ce poste à l’église. Les deux voisins étaient tout à faire sur la même longueur d’onde, ils s’entendaient à merveille et Katya avait aussi trouvé en lui de bonnes oreilles pour l’écouter. Mais en apprenant à connaître le pasteur, elle avait aussi découvert qu’il ressemblait étrangement à James, efféminé et fragile, elle mettait cela sur le dos de sa fonction de pasteur sans trop savoir pourquoi…

« Très bien, on se voit donc la semaine prochaine pour le mariage, c’est ça ? » Prononça la voix joviale et délicate de la future mariée. Aussitôt Kat se redressa, s’étant adossée à un banc dans ses rêveries. Le jeune couple et le pasteur se saluèrent une dernière fois, le jeune homme en quittant l’église adressa même un signe de tête à Katya qui ne put refreiner un immense sourire. Devant tant de charme, la blonde ne pouvait rester indifférente. Et sans réfléchir tandis que Wayne les regardait partir, la jeune fille lança innocemment :

« Woaw, je lui piquerai bien son mariage à celle-là. » Aussitôt, elle se sentit rougir de honte, et se rattrapa aussi sec : « Hum, je veux dire, quel charmant jeune homme, vous ne trouvez pas Wayne ? »
© GASMASK

_________________
Il faut faire les petites choses
COMME SI ELLES ÉTAIENT GRANDES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 458
Etudes/Metier : Pasteur
Love : Coincé dans son mariage avec Emma Donovan
Humeur : Nothing's fine, I'm torn. I'm all out of faith
I may have some explanations to give now, right?
Inscription : 06/02/2014


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aucun



MessageSujet: Re: N'est-il pas charmant ? Wayne&Katya Sam 16 Mai - 4:08

La lueur du jour qui filtrait à travers les rideaux de mon bureau me donnaient envie de rêvasser. Et puis, j’avais beau prétendre que ce n’était qu’à cause de de la lumière, c’était faux. J’avais cessé de compter le nombre de fois où ma femme m’avait demandé la fameuse question « Wayne… tu m’écoutes? ». Ce qui occupait mon esprit et qui, à mes yeux, ne concernait absolument pas ma femme, c’était ce premier baiser que j’avais eu avec un homme. L’expérience, enivrante, ne m’avait pas quitté depuis un mois. Est-ce que cela comptait bien comme une infidélité? Non… pas vraiment. Il n’y avait même pas eu d’échange de salive. Sauf que ce baiser avait foutu la pagaille dans ma tête. Il avait fini de réveiller le désir que j’opprimais au plus profond de moi.

J’étais un volcan sur le bord d’éclater. Mon infidélité envers ma femme, que je n’avais pas encore commise pour l’instant, me semblait inévitable. J’avais entrevu Stephen à cinq ou six reprises, et j’en avais profité pour m’enfuir autant que faire se pouvait. Une fois, je l’avais même croisé dans mon église – et je devais avouer que je m’étais senti très petit dans mes souliers au moment où j’avais réalisé. Même un regard fuyant et un certain dégout dans les yeux, il était séduisant.

Quelqu’un qui cogna sur le bord de la porte de mon bureau me tirant de ma pensée. Je me levais d’un bon pour aller ouvrir la porte au couple qui se trouvait devant moi. À fixer ainsi la fenêtre, j’en avais presque oublié la rencontre avec le couple McDonald. Un couple jeune et bien uni qui était pour se marier la semaine prochaine. À défaut d’aimer mon mariage, j’aimais célébrer ceux des autres. Je me gardais bien de dire l’ensemble de tous les clichés dont j’aurais normalement dû rabattre les oreilles. Nous en étions en fait à régler les derniers détails – s’assurer que mon allocution convenait aux deux futurs époux, il s’agissait de leur deux heures qui poseraient une pierre angulaire à leur future famille. Peut-être que j’en viendrais à célébrer les baptêmes des enfants qui naitrait de cette union. Ce n’était pas triste comme un enterrement et je prenais un véritable sentiment de satisfaction en voyant que le couple aimait mon éloge. Cette rencontre faisait suite à la répétition du mariage qui avait eu lieu la veille. Point par point. Nous échangions sur la décoration. Les points forts. Les points faibles. Ce qu’ils avaient aimés. Ce qu’ils n’avaient pas aimé. Et j’aimais les rassurer. Sauf qu’à regarder l’heure, je savais qu’il faudrait bientôt que je pense à les laisser partir, Katya devait arriver bientôt pour parler de la levée de fond que je planifiais d’organiser. J’eus un tout petit sourire en déposant mon crayon sur mon calepin. J’eus un tout petit sourire, alors que l’homme se leva en insistant sur une phrase sur le fait que ça lui convenait. Je faisais un véritable effort pour ne pas l’observer. « Très bien, on se voit donc la semaine prochaine pour le mariage, c’est ça ? » Avec chaleur, je serrais la main de Sophie avant de déclarer avec énergie : « Bien sûr! À l’heure prévue et tout sera à la hauteur de vos attentes, Sophie. »

Mon regard prit un instant pour se perdre sur le futur mari. Il ne fallait pas chercher de midi à quatorze heures pour comprendre ce qu’elle lui trouvait Sophie à son parti. Beau et intelligent. Je faisais de mon mieux pour ne pas y penser pendant les rencontres en privés. Après tout, il était en train de s’engager dans cette grande aventure qu’était le mariage. Il était heureux en ménage – je m’en assurais contrairement à mon père. Sauf qu’en les regardant s’éloigner, mes yeux se posèrent sur le postérieur que l’on devinait en dessous du tissu de la paire de jean qu’il portait. Je me sentis bien malgré moi en train de mordiller ma lèvre inférieur en fixant peut-être avec un peu trop d’insistance. J’étais peut-être même un peu trop concentré sur la chose.

Je n’entendis absolument pas le bruit des pas derrière moi « Woaw, je lui piquerai bien son mariage à celle-là. » Je sursautais en détournant automatiquement les yeux. Pour peu, je me serais laissé aller d’un juron. Pitié… faites qu’elle n’ait pas vu ou pire encore été en mesure de comprendre la tonne d’obscénité qui avaient pendant un court instant traversé ma tête. Je sentis une tonne de couleur rouge monté sur mes joues pour m’étouffer les pensées. « Hum, je veux dire, quel charmant jeune homme, vous ne trouvez pas Wayne ? »

Trop abasourdi pour parler, j’hochais la tête avant de nier. Oui… non. Peut-être. ET PUIS! Sérieusement, elle n’avait pas besoin de me le demander, j’avais des yeux pour voir. Et à quelque part en moi, il y avait cet adolescent de seize ans qui n’avait sagement jamais céder à aucune pulsion sexuelle et qui avait les hormones d’appuyer dans le plafond. Ce dernier qui finirait par craquer et m’amener dans le monde de l’infidélité. J’hochais la tête rapidement avant de la secouer. Je déglutis lentement avant de murmurer la voix enrouée : « Il a en effet une personnalité des plus charmantes, comme celle de sa future femme. » Sérieusement qui pouvais-je vraiment espérer convaincre en étant un si piètre menteur. Ma femme devait le savoir. Ce n’était même pas une question.

Détournant le regard, je me retournais vers elle. Il fallait mieux que je détourne l’attention de ce qui m’avait moi-même captivé. Ce n’était pas sain pour moi et c’était impossible que ça le soit pour qui que ce soit d’autre. Souriant, je me retournais nerveusement : « Bonjour Katya. Vous allez bien avant d’attaquer le sujet… si tu veux me suivre dans mon bureau d’ailleurs. » C’était après tout ce qui allait nous attendre. Remue-ménage au papier-crayon… bonne vieille habitude que j’avais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 778
Etudes/Metier : Caissière au supermarché à mi-temps & organisatrice de levées de fonds à l'église
Love : Food ?
Humeur : Gourmande

Inscription : 01/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: N'est-il pas charmant ? Wayne&Katya Dim 17 Mai - 23:25

Un peu surprise de ses propres paroles, Katya s’en voulait un peu. En présence de Wayne elle tentait d’avoir un peu de retenue en général, avec sa famille de sans-gênes ce genre de remarques n’auraient pas été tabous, mais avec un religieux, Kat ne savait plus trop où placer la limite de ce qui était convenable dans une conversation ou non. Vu la réaction de son patron, elle aurait mieux fait de tenir sa langue, il vira au rouge, la blonde ne savait même pas si c’était par énervement ou par gêne. Lui qui semblait toujours assez enjoué de la voir ne l’était pas du tout sur ce coup. Définitivement, sa remarque avait du lui paraître déplacé… Quelle idiote !
Elle regarda la porte au fond de l’église, par laquelle le couple venait de s’engouffrer, la mine un peu déçue. Elle craignait toujours de s’attirer la foudre de ses voisins, même si les Fitzgerald habitaient ici depuis cinq ans ils n’avaient jamais été véritablement acceptés, leur petite famille de corrompus étaient toujours vu d’un mauvais œil. Alors quand pour une fois elle avait la sympathie d’un de ses voisins… Et pas n’importe lequel en plus, le pasteur, représentant des personnes de bonnes mœurs dans le quartier.

Elle était définitivement perturbée par la réaction qu’avait eut le pasteur. Elle comprenait que ses propos avaient pu paraître limites mais il semblait cacher autre chose. Elle n’aurait su dire quoi, mais Kat avait l’impression que sa remarque n’était pas sortie de nulle part, qu’elle avait apparemment mis le doigt sur quelque chose qu’elle n’aurait pas du. Un bref instant elle s’était demandé si les ressemblances entre Wayne et James ne dépassaient un stade qu’on n’aurait pas soupçonné… Elle parlait bien évidemment des préférences sexuelles, mais elle préférait ne pas extrapoler de la sorte. Surtout qu’au fond cela ne la concernait pas, et puis elle se méprenait sûrement. Oui c’est ça, elle avait juste terriblement embarrassé le pasteur avec sa remarque.

Il lui dit de la suivre dans son bureau, ce que Kat fit de ce pas. Ils allaient bientôt se mettre au travail, la blonde avait hâte, c’était agréable de se sentir utilise, d’œuvrer pour le besoin des autres. Même si c’était pour l’église… Au fond elle s’en tapait pas mal de ce lieu de culte, mais inexplicablement, il avait son importance dans le cœur des habitants de Magnolia Crescent, c’était ça qui lui semblait le plus important.
Arrivés dans la petite pièce, Wayne se posa à son bureau et Katya s’assit bien devint lui. Elle extirpa de son sac un calepin avec un crayon, elle avait pensé à tout. « Bon du coup… » Elle regardait les idées qu’elle avait déjà notées, d’un air pensif, mais bizarrement ses réflexions ne suivaient pas, elle était comme restée bloquée sur l’épisode qui avait eu lieu quelques minutes auparavant. « Et du coup, ça se passe comment ce genre de rendez-vous avec les couples ? Genre vous choisissez la déco, la musique… ? Ca à l’air sympa d’organiser un mariage, et puis ils allaient vraiment bien ensemble tout les deux, c’est un couple ravissant… Oh oui vraiment ravissant ! » Elle ne savait pas s’ils méritaient qu’elle s’extasie autant sur leur compte, mais la jeune femme était encore sous le charme – charme qui provenait surtout de la partie masculine du jeune couple – quand bien même ses précédentes remarques avaient semblé embarrasser ce pauvre pasteur.

« Bref, où en étions-nous ? » Elle essayait de se reprendre un peu en main pour se concentrer pleinement sur sa vraie utilité par ici : aider à organiser une levée de fonds. « On a avait évoqué l’idée d’organiser un événement qui attirerait du monde et qui pourrait nous permettre de récolter un peu d’argent… Je pensais à un concert à l’église par exemple, ça se fait pas mal dans d’autres paroisses, je me suis renseignée. Et puis c’est toujours mieux que de proposer de nettoyer des voitures… On avait fait ça une fois avec l’équipe de cheerleading quand j’étais au lycée. » Elle se mit à rire. « Oh je vous imagine bien en maillot de bain une éponge à la main, ça semble tellement inappropriée. » Elle continua à rigoler, avant de comprendre qu’elle avait peut-être dépassé les bornes une nouvelle fois, et cette pensée lui coupa directement son enthousiasme pendant que ses joues s’empourpraient.

_________________
Il faut faire les petites choses
COMME SI ELLES ÉTAIENT GRANDES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 458
Etudes/Metier : Pasteur
Love : Coincé dans son mariage avec Emma Donovan
Humeur : Nothing's fine, I'm torn. I'm all out of faith
I may have some explanations to give now, right?
Inscription : 06/02/2014


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Aucun



MessageSujet: Re: N'est-il pas charmant ? Wayne&Katya Mer 27 Mai - 4:26

La prudence avait toujours été de mise face à ma sexualité. Pendant trente ans, j’avais toujours fait attention pour respecter ce semblant de contrat que j’avais passé. Je pouvais tout étouffer quitte à me sentir complètement étouffer. Le moins de gens qui s’en doutaient, le mieux que je me portais. Mais c’était peut-être les kilomètres qui me séparaient présentement de ma femme depuis quelque mois mais caché cette volonté que j’avais d’affirmer ce qui pourtant devait rester cacher semblait s’effriter. Aussi inconcevable que ça puisse me paraitre, je savais que c’était mal d’en désirer non pas un autre mais tout un tas d’autre. J’avais conscience de la précarité de la situation dans laquelle je m’étais installé. Ce qui pourtant ne m’empêchait pas d’un air songeur de fixer ouvertement un homme pour une très rare fois dans ma vie. Le désir opprimé était quasiment obsédant. La complicité que nous avions face aux valeurs que nous tenions à transmettre à notre fille ne suffisait pas pour nous combler. Pourtant, quand Katya répliqua sur le jeune homme, j’aurais eu envie de m’enfuir à Budapest ou à Tombouctou. Loin. Loin.

Dieu merci! Je n’étais pas le seul qui se trouvait à être profondément mal à l’aise par l’audace qu’elle avait eu. Peut-être était-ce ma réaction tout aussi violence de négation. Elle m’avait suivi dans mon bureau. Il faisait partie de ma zone de confort. Je l’avais fait mien. Avec des couleurs qui m’allait – loin du beige du restant de l’église. J’aimais que ça soit vivant comme je passais beaucoup de temps dans cet endroit. Une certaine gêne s’était imposée entre Katya et moi… et je n’aurais pas été celui qui l’aurait brisé. « Bon du coup… », me dit-elle d’une petite voix. J’espérais très ouvertement qu’elle décide de changer de disque et de ne plus aborder le sujet du mariage. Mais les yeux pleins d’étoiles, elle commença à dire : « Et du coup, ça se passe comment ce genre de rendez-vous avec les couples ? Genre vous choisissez la déco, la musique… ? Ca à l’air sympa d’organiser un mariage, et puis ils allaient vraiment bien ensemble tous les deux, c’est un couple ravissant… Oh oui vraiment ravissant ! »

Prenant place de mon côté du grand meuble en chêne, j’observais la jeune femme. Globalement, nous en savions peu l’un sur l’autre. Elle n’était pas dans les fidèles qui fréquentaient l’église à chaque semaine. Elle avait du cœur au ventre, une bonne tête et un sens de l’humour qui savait me faire rigoler de manière générale. Détournant la discussion de l’homme et la ramener au couple et aux rencontres prénuptiale me permit de me détendre quelque peu. « C’était la dernière rencontre. Ils se marient la semaine prochaine. Mais je dois avouer que c’est les rencontres que j’aime le plus. » Il y en avait des semblables pour les enterrements. Des similaires pour les baptêmes. Mais parler d’une vie à la base de son écriture n’était pas très intéressant malgré le fait que j’aimais les enfants. Parler d’un disparu était toujours un peu triste et lourd. Je préférais parler d’amour. Étonnant de la part d’un homme qui n’avait jamais vraiment ressenti d’amour pour la personne avec qui il partageait sa vie. « Je m’assure de la volonté du couple d’être ensemble et qu’ils partagent la même vision d’une vie à deux. » Mon père s’était visiblement planté et n’avait pas le même soucis du détail que j’avais. Furtivement, ma main frôla mon anneau de marié. Une chaine qui me protégeait. Mais une chaine qu’il me tardait de briser. J’avais beau être en sécurité, je n’avais pas l’impression de vivre. Je relâchais mon anneau et secouant la tête devant cet instant d’égarement, je continuais : « Et puis après, il y a un certain accompagnement. Ils choisissent les textes et les chansons présentes dans la cérémonie dans le répertoire que nous avons… Mais il s’agit d’un couple ravissant en effet. Mais je n’ai mon mot à dire ni sur la couleur, ni sur la déco. Dans la mesure où la décoration peut être faite dans les temps, ils ont carte blanche. Il s’agit de leur journée. Du début de leur vie à deux.» J’eus un petit sourire en parvenant à me détendre quelque peu. Même le commentaire sur le couple ne m’avait pas paru déplacé.

« Bref, où en étions-nous ? », demanda-t-elle. Je fouillais à mon tour dans mes cahiers de notes. Je notais aussi. À l’ancienne. Habitude transmise par mon père. Autant sur certains points dans l’église nous étions différent que sur d’autres points nous étions extrêmement similaire : l’organisation était notre similitude principale. Notre discours – le sien vieilli, le mien avant-gardiste – notre principale divergence d’opinion. Une note dans mon cahier confirmait que j’avais laissé en "devoir" le fait de trouver des manières de levée des fonds. Je voulais que nous fassions différents mais rien ne m’aurais préparer à la blague qu’elle dit :« On a avait évoqué l’idée d’organiser un événement qui attirerait du monde et qui pourrait nous permettre de récolter un peu d’argent… Je pensais à un concert à l’église par exemple, ça se fait pas mal dans d’autres paroisses, je me suis renseignée. Et puis c’est toujours mieux que de proposer de nettoyer des voitures… On avait fait ça une fois avec l’équipe de cheerleading quand j’étais au lycée. Oh je vous imagine bien en maillot de bain une éponge à la main, ça semble tellement inapproprié. »

Et voilà que pour peu, je me retrouvais mi-figue, mi-raisin. Avais-je vraiment bien entendu. Mes yeux s’écartillèrent sur la surprise et bégayant comme le grand timide que j’étais, j’en viens à articuler. « Oui… mais euh… non! C’est mieux que personne ne me voie autant dévêtu. Même ma femme ne trouve pas ça aussi fabuleux que ça… » Menteur que je fais. Je vois bien qu’elle trouve ça agréable les quelques rares moments de tendresse que nous avons. C’est moi qui trouve ça d’une banale platitude que de la voir exposer. Pourtant, elle est loin d’être laide. Elle est jolie même. La gêne est à nouveau venu colorer jusqu’à la pointe de mes oreilles. Je n’ai pas le courage de lui dire que l’Église est loin d’être une place pour passer ce genre de commentaire. Je recentrais donc la discussion sur le sujet principal : pensons levée de fond. « Sinon, je crois que l’on devrait se tenir aux plus grands classiques. Il ne faut pas oublier que c’est pour la communauté et organiser par l’église. Donc pour cette levée de fond pour Hunger in America, ça serait bien que ça reste passablement sobre. Une soirée dansante pourrait aussi être une bonne idée. Et la vente de dessert. »

Citation :
Vous trouverez sans doute une trousse chez quelqu'un qui vient d'être fraîchement diplômé.
[HJ: Je m'excuse pour le délai... je suis impardonnable.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: N'est-il pas charmant ? Wayne&Katya

Revenir en haut Aller en bas

N'est-il pas charmant ? Wayne&Katya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Down - JAY SEAN - LIL WAYNE
» Charmant
» Gallerie de Wayne Reynolds
» ZzTop Wayne
» WAYNE REYNOLDS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: La ville :: Justice Street :: Eglise-