Partagez|

Retour à l'improviste [Harper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Je pose mes valises


Masculin
Nombre de messages : 26
Etudes/Metier : Informatique
Love : Harper
Inscription : 31/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Retour à l'improviste [Harper] Dim 31 Mai - 23:45


    Ca faisait une semaine que Zain avait quitté le quartier. Il fallait dire que pour s'améliorer dans son travail, il aurait fait n'importe quoi, même aller à ce stupide séminaire. C'était son patron qui lui avait gentiment conseillé d'y aller. Sur le coup, une initiation à la maîtrise de certains logiciels d'infographie, l'idée lui avait plu, mais une fois arrivée à ce séminaire, il avait vite compris. Dans la grande pomme, il n'y avait pas que des gens spécialisés en la matière, et il en avait fait les frais. Juste des répétitions de ce qu'il savait déjà, juste des démonstrations à des logiciels des plus simples d'utilisation, des exercices qu'un enfant de premier cycle pouvait sans aucun problème accomplir si on lui montrait où se trouvaient les fonctions. En bref, il avait été dégoûté de son séminaire, mais il n'avait rien dit, à personne. Il avait fait comme si ça lui plaisait, même quand son patron avait demandé de ses nouvelles. Lui, il le retenait, avec ce séminaire il avait vu encore une fois une tentative de lui mettre des bâtons dans les roues, mais il n'abandonnerait pas si facilement, il irait jusqu'au bout de son travail, et son patron ne l'en empêcherait pas. N'empêche qu'il avait marqué un point avec ce fameux épisode de New-York. Au moins il avait pu apprécier la ville, faire quelques promenades, avant de se remettre à son boulot, derrière son ordinateur.

    Du coup, il avait atterrit assez tôt dans la matinée, et il avait juste eu le temps de poser ses affaires chez lui, saluer sa famille, avant de sortir pour rejoindre sa dulcinée. Ca faisait une semaine qu'il attendait ce moment avec impatience, il voulait la serrer dans ses bras, il voulait retrouver la douceur de ses lèvres, et le bonheur d'être avec elle. Ils s'étaient envoyé des messages toute la semaine, attendant ce jour. Oh bien sûr il lui avait dit qu'il ne passerait que dans l'après-midi, mais il s'était décidé à la surprendre. C'était assez rare pour Zain, mais ça lui prenait des fois, et ce jour, ca le prit. Il ferma la porte de chez lui avec une certaine délicatesse, et tourna son visage vers le soleil. Il faisait assez chaud ce mois de mai, et Zain appréciait la douce chaleur qui se déposait sur son visage. Il prit une profonde inspiration avant de prendre le chemin vers la maison numéro 8. L'avantage c'était qu'il n'habitait pas loin, à peine quelques maisons, il pouvait donc facilement voyager entre les deux logements. Il espérait ne pas tomber sur le reste de sa famille, il voulait juste la voir elle, elle et rien qu'elle.

    Déterminé il continua sa route.Marchant d'un pas déterminé, mais pourtant assez lent, il appréciait toujours autant le soleil. Dans son tee-shirt blanc et son simple jean, il n'avait ni trop chaud ni trop froid, il se sentait bien. L'idée de retrouver Harper le réconfortait d'autant plus. Si sa semaine avait été rude, et qu'il en ressentait toujours une certaine déception, elle s'envolait directement quand il pensait à elle. Le trottoir était toujours aussi propre qu'à son départ, en même temps il se disait qu'en une semaine les choses ne pouvaient pas changer du mieux. Shootant dans un petit caillou, il mit les mains dans ses poches, et leva les yeux en arrivant devant la seule maison pour laquelle il avait de l'intérêt en ce moment même. Il s'avança vers la porte, d'un pas un peu plus rapide cette fois. Arrivé devant, il s'apprêta à appuyer sur la sonnette, puis se rétracta au dernier moment. Il ne voulait pas risquer de réveiller toute la fratrie si l'un d'entre eux dormait. Il prit donc la boîte électronique dans sa poche, faisant dos à la porte de la maison. Il appuya sur le bouton latéral, et l'écran s'alluma. Il appuya sur la fonction SMS et se mit à taper.

    Code:
    Hello Miss, je crois que je suis quelque part entre ta porte et le trottoir, tu m'y rejoins ? =P

    Oui, un humour tout ce qu'il y a de plus débile, un humour tout ce qu'il y a de plus stupide, mais c'était Zain, et elle le connaissait, donc il ne se faisait pas trop de souçis. Il espérait juste maintenant qu'elle ne dorme plus, et qu'elle vienne effectivement lui ouvrir. Il lui semblait paraître un peu étrange attendant comme ça dehors devant la porte des Albright, mais il s'en fichait, il voulait la voir elle. Il releva la tête pour regarder l'extérieur. Même si des choses horribles s'étaient passées ici, il était bien heureux d'être rentré à Magnolia Cresent, il était bien content de retrouver son chez lui et de quitter cette grande pomme. Il était là, debout, le portable dans sa main droite, bras plié, et le bras gauche le long du corps. Il appréciait ce moment, tout en attendant un signe, un message, une porte qui s'ouvre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
THRIFT SHOP


Féminin
Nombre de messages : 321
Etudes/Metier : En pleine réflexion
Love : Zain Richardson mais...
Humeur : Joyeuse
White blank page
Inscription : 18/11/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: Retour à l'improviste [Harper] Lun 1 Juin - 0:39

    J'appréciais ces journées de repos, où je n'avais pas l'obligation de me lever pour aller à l'agence, supporter des jeunes femmes anorexiques et imbues de leurs personnes. Comme presque tous les dimanches, la maison était vide. Alistair était encore fourré chez les Wainwright, et Lynn avait mystérieusement disparue chez un de ses amis pour jouer aux jeux vidéos. Alors, après avoir prit une longue douche relaxante, et avoir prit mon petit déjeuner dans le jardin, j'allais prendre un livre et allais m'étendre au soleil. J'aimais le mois de Mai. L'apparition du soleil, les oiseaux qui chantent, tous ces détails qui composent l'ambiance d'une scène de cinéma niaise, mais qui pourtant, sont réellement appréciées dans la vie de tous les jours. De plus, mon frère et ma sœur ont pour habitude de quitter régulièrement la maison lorsque le printemps arrive, me permettant alors de consacrer mon temps libre à mes lectures. Gatsby le Magnifique, un livre que j'avais tant de fois lu et relu, mais dont je ne me lassais jamais. Mais aujourd'hui, je ne parvenais pas à me concentrer. Je relisais, sans cesse, la même phrase, sans réussir à avancer dans ma lecture. J'étais préoccupée. Zain avait quitté la ville depuis une semaine, et devait revenir aujourd'hui. J'étais pressée de le voir, pour qu'il puisse me raconter son séminaire. J'aimais l'écouter parler, comme j'aimais l'écouter me raconter des histoires lorsque nous étions petits. Je souriais bêtement. En réalité, nous avions toujours été niais. Petits, nous étions ce genre d'enfant à s'allonger dans l'herbe, à faire des bulles et à imaginer des formes dans les nuages. Il était mon meilleur ami, et nous avons grandit ensembles. Nous avons apprit la signification des mots ensembles. Ce que signifiait "je t'aime", "sortir avec quelqu'un" ou "coucher avec quelqu'un". Et à chaque fois, nous nous regardions, mettions notre main devant notre bouche d'un air surpris, et repartions nous perdre dans notre imagination débordante. Nous étions pleins de vie, pleins d'envies. Et puis les années nous avaient séparées. Le lycée. Le départ de mes parents. Ma vie d'adulte avait débuté avant même que lui y songe, et je l'avais laissé profiter de sa jeunesse, avoir une petite copine, et se faire des potes au lycée. Mais j'avais toujours gardé un œil sur lui, car je tenais à lui. Et la tendresse que j'avais toujours éprouvé pour lui ne s'était jamais allé. Ainsi, nos retrouvailles furent pleines d'émotions, de douceurs, et d'abord présents l'un pour l'autre en tant qu'amis, nous devinrent, à mon retour, des amants.
    Alors oui. J'étais pressée de le retrouver et de le serrer dans mes bras. Vaincue, je laissais donc mon livre ouvert sur la table de jardin et m'allumais une cigarette. J'attrapais mon téléphone et mis de la musique. Je me mis à danser - ou plutôt à remuer - sur ma chaise. J'étais joyeuse. Pour une fois. Et je savais que le retour de Zain y était pour quelque chose. Mais c'est alors que j'entendis pour téléphone vibrer et la musique diminuer quelques instants. Je l'attrapais et sautais de ma chaise lorsque je découvrais le message. Zain était déjà là. J'éteignais ma cigarette et la laissais dans le cendrier, puis éteignais la musique. Je rentrai et me dirigeais vers l'entrée. Je m'arrêtai quelques secondes arrangeais mes cheveux. Puis j'ouvrais la porte et sautais dans les bras de mon copain. Je l'embrassais, heureuse et l'attirais à l'intérieur de la maison, puis sur la terrasse. Il faisait beau, autant en profiter. « Qu'est-ce que tu fais là si tôt?! » Je lui lance par dessus mon épaule en sortant deux grands verres. J'ouvre le frigidaire et je regarde ce qu'il y a à boire. A priori, pas grand chose. Je soupire. Et prends la grosse bouteille de bière achetée par Alistair. Je lui en payerai une autre. Je retourne à l'extérieur et avance vers lui avant de passer mes bras autour de son cou et de l'embrasser. « Tu m'as manqué. » Je caresse son visage et lève la bouteille comme pour lui demander s'il en veut. J'ai l'air stupide, mais je m'en fiche. Car je suis de bonne humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je pose mes valises


Masculin
Nombre de messages : 26
Etudes/Metier : Informatique
Love : Harper
Inscription : 31/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: Retour à l'improviste [Harper] Lun 1 Juin - 10:36

    Il ne dut pas attendre longtemps avant de recevoir la fameux signe qu'il attendait. En effet, à peine une ou deux minutes après qu'il ait appuyé sur la touche "envoyer", la porte derrière lui s'ouvrit à la volée. Instinctivement, il se retourna, pressé de voir celle qu'il aimait tant lui faire face. Et il n'eut le temps de rien faire d'autre qu'elle lui sauta dans les bras. Presque comme un réflexe, il l'entoura avec, et ils s'embrassèrent. Ah que ces baisers lui avaient manqué. Pendant une semaine, ils n'avaient pu que s'envoyer des baisers virtuels, mais celui là était bien réel, et Zain en profitait, chaque milliseconde était à prendre pour ce retour. Lorsque leurs lèvres se séparèrent, Zain regarda Harper avec un grand sourire, réconfortant, et plein de sens. Il était vraiment heureux de la revoir, et désormais il ne voulait que passer du temps avec elle.

    "Je crois que je vais partir plus souvent moi." dit-il toujours avec ce grand sourire, sous entendu que leurs retrouvailles étaient géniales pour lui. Bien sûr, il disait ça en rigolant, la quitter pendant une semaine, ça allait bien une fois, surtout pour un séminaire pareil, mais désormais il restait. Plus question de se faire avoir.

    Elle l'entraîna alors dans la maison, qu'ils traversèrent, puis arrivèrent sur la terrasse. Une nouvelle fois, Zain pouvait apprécier la douce chaleur qui émanait du soleil. Là, il ne pouvait rêver mieux. C'était le matin, le soleil brillait, il faisait ni trop chaud, ni trop froid, et Harper était avec lui. Tout en s'éloignant légèrement, Harper lui demanda ce qu'il faisait ici si tôt. Il se retourna alors pour regarder sa petite amie, toujours souriant. Elle était en train de sortir des verres, certainement pour qu'ils puissent boire quelque chose. Zain devait bien l'avouer, ce n'était pas de refus.

    "J'avais envie de recevoir ce fameux baiser à l'entrée" dit-il avec l'air amusé. Il avait eut juste vraiment envie de la voir. "J'avais peur de te réveiller si tôt, mais t'étais déjà levée on dirait".

    Vue la vitesse avec laquelle elle lui avait ouvert la porte, il n'en doutait pas, et c'était tant mieux. Il ne voulait pas réveiller Harper quand elle dormait, ça lui donnait l'impression d'être comme un réveil, méchant et sans pitié. Il continuait à regarder Haper, qui sortit une bouteille de bière dans le frigidaire. On ne pouvait pas dire que Zain était fan de l'alcool, mais l'occasion ici était plus que satisfaisante pour en ingurgiter un peu. Il se retourna pour faire face à Harper qui revenait de l'intérieur, avec la bouteille et les deux verres. Elle entoura le cours de Zain, toujours avec ses objets, et l'embrassa. Zain lui rendit son baiser, tout en ayant mit ses mains sur la taille d'Harper. Ah qu'il aimait quand leurs lèvres se touchaient, ça créait en lui comme une sorte de frisson qui faisait beaucoup de bien. Elle lui dit alors qu'il lui avait manqué, tout en caressant le visage de l'étudiant. Zain était aux anges.

    "Toi aussi tu m'as manqué" murmura-t-il avec un regard sincère. Elle leva alors la bouteille, demandant implicitement à Zain s'il en voulait, ce à quoi il répondit avec un sourire. Elle était marrante dans cette position, mais Zain ne voulait pas qu'elle se fasse mal à force de tenir la bouteille en l'air, il répondit donc directement "Allez, buvons !" dit il tout en la laissant s'échapper de son étreinte, pour qu'elle puisse servir les verres. "Comment ça a été ta semaine sinon ?" demanda-t-il plus sérieusement.

    Il avait déjà eu les grandes lignes via les moyens de communication, mais il voulait savoir si tout s'était bien passé quand même. Et puis il aimait bien l'entendre parler de ce qu'elle avait fait, de ce qu'il s'était passé en son absence, et si sa famille allait bien. Car oui, même s'il n'avait à l'instant même pas trop envie de les voir, c'était la famille d'Harper, et ils faisaient donc parti de la vie d'Harper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
THRIFT SHOP


Féminin
Nombre de messages : 321
Etudes/Metier : En pleine réflexion
Love : Zain Richardson mais...
Humeur : Joyeuse
White blank page
Inscription : 18/11/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: Retour à l'improviste [Harper] Mer 3 Juin - 0:10

    Tant de choses avaient changé en si peu de temps. Du jour au lendemain, j'avais quitté Magnolia. J'avais besoin de mes parents. J'avais besoin d'eux car je ne me sentais pas capable de gérer Lynn et Alistair, qui avaient des projets, qui voulaient entrer à l'université et faire quelque chose de leur vie. J'avais besoin de leur conseil. Certes, je m'étais plutôt bien débrouillé depuis leur départ, mais je m'étais tellement battue pour qu'ils se décident à travailler que je ne pouvais pas prendre les choses à la légère. Mais entre temps, Alistair avait échoué, et nous étions désormais revenu au point de départ le concernant. Et puis il y avait Clyde. Il était resté fidèle et patient tout le temps où j'étais loin de Magnolia. Mais quelque chose avait changé, et à mon retour, je me décidais à donner fin à cette relation. Il était trop important, trop présent dans ma vie pour que je puisse me concentrer sur l'avenir de mon frère et de ma sœur. Je l'aimais à en mourir, et le soucis était bien là. Notre histoire avait débuté sans que nous nous en doutions, et entre disputes et moments de tendresses, j'avais découvert un tout autre homme, bien loin de l'apparence qu'il donnait aux autres. Mais j'avais besoin de stabilité, et avec c'était impossible. J'avais trop souffert. Je m'étais fait avoir par Cody Montgomery, et j'avais lâchement quitté la ville pour me remettre de cette déception amoureuse. Et à mon retour, j'avais revu Zain. Avec lui, je me sentais bien. J'étais en confiance, et il était exactement ce dont j'avais besoin. Alors notre histoire a débuté, peu de temps après avoir mit fin à celle avec Clyde. Et lui aussi je l'aimais. Pas de la manière que Clyde, mais je l'aimais. Et j'étais sincère avec lui. Tous les moments que nous passions ensembles étaient réels. Et j'étais reconnaissante de l'avoir désormais à mes côtés.
    Je riais à ses mots. J'aimais son humour. Il me faisait rire, à chaque fois que je le voyais. Il était toujours prêt à me remonter le moral, à m'épauler, mais aussi à m'aimer. Pour lui aussi les choses n'avaient pas été faciles, mais nous avions trouvé un moyen de nous compléter. « Je n'arrive jamais à rester au lit tard si tu n'es pas avec moi. » Je réponds en lui souriant. Et c'était réel. J'aimais dormir, mais une fois le soleil levé, je n'éprouvais aucun besoin de rester au lit des heures durant. J'avais pris l'habitude d'être active, de me réveiller tôt et de travailler toute la journée. Alors même mes jours de congés, je me levais, aux alentours de neuf heures, et m'occupais de toutes les manières possibles. Il m'avoua que moi aussi, je lui avais manqué, et je souris. J'attendis son accord pour baisser mon bras et me tournais vers la table de jardin. J'y posais les verres et ouvrais la bouteille. Avec difficulté, certes, mais j'y parvins. A force d'être responsable de deux ados paresseux, on apprend à bricoler, à porter des charges lourdes et à ouvrir des bouteilles d'alcool. Je souriais alors en me rappelant de cette après midi au gymnase du lycée où Ezra Siankowski m'avait apprit à ouvrir une bouteille de bière d'une manière bien étrange. Lui non plus je ne l'avais pas revu depuis mon retour. J'ajoutais mentalement son nom à ma liste de gens à voir et reportais mon attention sur mon petit ami.
    Je soupirais et lui tendais son verre, puis, fis couler la bière dans le mien et m'asseyais en face de lui. « Orf... Pas terrible, ma patronne a été sur mon dos toute la semaine. Elle trouve que j'ai grossis. Je dois faire un régime... » Je hausse les sourcils et me regarde. J'ai la peau sur les os, mais ce n'est pas assez pour elle. Je pose la main sur mon ventre et me rends alors compte, que oui, on peut attraper ma peau. Mais ce n'est rien. Ca devrait ne être rien. Mais c'est le mannequinat, et dans le mannequinat, qu'on soit mannequin ou assistante, on doit être maigre comme un cure dent. Je hausse les épaules, apporte ma bière à mes lèvres et ajoute : « Et la tienne? J'ai cru comprendre que c'était chiant à mourir! » Je souriais. Une semaine loin de sa famille, de ses amis, de sa petite amie, et il parvenait tout de même à revenir de bonne humeur. Je l'admirais pour son calme et sa patience. Il gardait toujours le sourire, quoi qu'il arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je pose mes valises


Masculin
Nombre de messages : 26
Etudes/Metier : Informatique
Love : Harper
Inscription : 31/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: Retour à l'improviste [Harper] Mer 3 Juin - 1:07

    C'était tellement vrai qu'elle lui avait manqué. Passer une semaine loin de celle que vous aimez, c'était une chose assez compliquée aux yeux de Zain, mais il n'avait pas vraiment eu le choix. Il voulait garder aussi son travail, et qu'on le remarque le moins possible, c'était la seule solution, sinon il s'en serait bien passé. Leur histoire avait trouvé son point de départ dans la séparation entre Harper et Clyde. Zain savait qu'ils s'étaient aimés, et il savait aussi qu'Harper n'oublierait pas ce qu'elle avait vécu avec lui, mais il faisait tout pour qu'elle ne pense plus à lui, pas à cette espèce d'inconscient. Il n'aimait pas ce mec, autant pour ce qu'il était réellement, mais aussi parce qu'il avait fait beaucoup de mal à Harper, et il ne le supportait pas. Juste après le retour de la jeune femme, Zain avait été là pour elle, et de fil en aiguille, ils se sont mis ensemble. Pour Zain, c'était presque comme une évidence, il savait déjà que c'était plus qu'une simple attirance, il ne pouvait s'empêcher de penser à elle tout le temps. Elle faisait désormais parti de sa vie d'une autre manière, non plus comme une amie lorsqu'ils étaient enfants, mais comme une personne qu'il aimait.

    Lorsqu'elle lui dit qu'elle n'arrivait pas à rester au lit trop longtemps sans lui, Zain se sentit bien. Il ressentait là comme une preuve de l'affection qu'elle lui portait, et ça lui faisait du bien. Quand il était avec elle, il se sentait vivre. Elle se détacha de lui pour aller vers la table du jardin, afin de remplir les deux verres. Zain l'observa avec attention, le soleil découvrant les traits de son visage, et les formes de son corps. Le jeune garçon ne pouvait s'empêcher de la regarder. Il s'amusa aussi de la réaction d'Harper face à la bouteille. Elle avait eu quelques difficultés, mais elle y arriva finalement, et remplit les deux verres. Zain remarqua le léger soupir qu'Harper poussa, ne comprenant pas vraiment pourquoi, mais le petit sourire qui se dessinait sur son visage traduisait clairement une pensée heureuse, aussi se décida-t-il à ne pas poser plus de questions pour le moment. Il aimait tellement la voir sourire. Elle lui tendit alors son verre, et s'assit. Zain l'imita et prit le siège d'en face tout en s'intéressant à savoir comment s'était passée la semaine de sa petite amie.

    Elle lui raconta que sa patronne avait été sur son dos toute la semaine, trouvant qu'elle avait grossi et qu'elle devait faire régime. Zain fit des yeux ronds étonnés, surpris et avec un certain dépit. Il devait l'avouer, il n'aimait pas trop le monde dans lequel Harper travaillait, mais il l'encourageait du mieux qu'il pouvait à poursuivre ses rêves. Ceci-dit, il trouvait que des fois, ça allait beaucoup trop loin. Et là, ça allait loin. Harper était à mille borne d'être énorme, elle était très mince. Instinctivement, elle posa la main sur son ventre, et Zain comprit.

    "Eh, tu n'as pas grossi. Je te trouve parfaite comme tu es, et c'est pas quelques grammes de différence qui me feront changer d'avis" commença-t-il sérieusement mais avec un ton doux et apaisant, tout en s'étant penché un peu en avant et en ayant posé sa main sur la jambe d'Harper. Il ne voulait pas qu'elle se sente mal parce que quelqu'un essayait de lui dicter comment elle devait être. Elle était déjà assez mince. "Harper, si tu veux faire un régime, fais le pour toi, mais pas pour cette femme qui a perdu ses deux yeux pour y mettre des caméras avec un grossissement qui ferrait passer Barbie pour une obèse." continua-t-il en essayant de détendre un peu celle qu'il aimait. Il savait que sa dernière vanne n'était pas forcément la meilleure à placer dans un moment pareil, mais il savait qu'Harper comprendrait ce qu'il voulait dire.

    Il vit Harper hausser les épaules, et apporter sa bière à sa bouche. Zain admira la scène avec un petit sourire réconfortant, avant d'apporter la sienne à ses lèvres. Il n'aimait pas forcément la bière, mais il devait avouer qu'il appréciait l'instant, et le breuvage. Il était là en face de celle qu'il aimait, et ce verre était un peu le moyen de célébrer les retrouvailles. Puis dans un sourire, elle lui retourna la question de la semaine. Buvant une gorgée, il la regarda avant de répondre à sa question.

    "On ne peut pas dire que c'était super amusant en effet." dit-il tout en souriant et en reportant la bière à sa bouche avant de retourner sur le véritable sujet qui le préoccupait, elle. "Du coup, tu penses que tu vas faire ce régime ?" demanda-t-il, un petit peu appeuré par la réponse qu'il allait recevoir. Il ne voulait pas qu'elle maigrisse trop, autant pour sa santé, que pour lui, il ne voulait pas non plus qu'elle fasse quelque chose qu'elle n'avait pas envie de faire, mais elle voulait surtout qu'elle se sente au mieux. Et si ça devait passer par cet épisode là, alors il ferrait avec. Il approcha légèrement son siège de celui d'Harper, se leva furtivement, et déposa un baiser sur les lèvres de sa bien aimée. "Je veux juste que tu ailles et te sentes bien..." dit-il en se rasseyant.

    Il se trouvait légèrement trop protecteur sur ce coup, mais c'était la seule chose qu'il voulait, son bonheur à elle. Il ne se souvenait plus de quand exactement datait son côté ultra protecteur, il supposait même que c'était inné chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
THRIFT SHOP


Féminin
Nombre de messages : 321
Etudes/Metier : En pleine réflexion
Love : Zain Richardson mais...
Humeur : Joyeuse
White blank page
Inscription : 18/11/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: Retour à l'improviste [Harper] Mar 9 Juin - 22:23

    Le monde du mannequinat était un monde de vacheries et de dégoût. Tout était fait pour que le plus de monde renonce et pour que les derniers restant soient les vainqueurs. On humiliait, on torturait, on dévalorisait. Dans le but de se sentir mieux après. Mon rêve, ce n'était pas ça. Mon rêve, c'était de faire de longues études et de devenir avocate. C'était que ma vie prenne un sens et que je puisse défendre les autres. Pour que leur vie en est un aussi. Mais le départ de mes parents m'avait obligé à distribuer des tickets au cinéma et à servir des sandwich. Je m'étais ennuyée, de longues années, avant de prendre la décision de tout plaquer, et de reprendre à zéro. Malheureusement, je n'avais pas été assez qualifiée pour faire autre chose, pour faire quelque chose qui avait un sens. Et lorsqu'à Toronto, cet homme était venu me voir et m'avait proposé de poser pour ses produits de beauté, je n'avais pas su dire non. Je gagnais bien, et dans un sens, ma vie bougeait. Ce n'était plus une routine, c'était l'inconnu. En revenant à Magnolia, j'avais donc senti que là était ma chance de prendre un nouveau départ. Cinzia Jordan m'avait embauché, et depuis, me faisait vivre un véritable enfer. Elle était exigeante, capricieuse, elle était mannequin et son petit monde ne tournait qu'autour d'elle et de sa boîte. Mais j'avais ma place, et j'étais convaincu, qu'un jour, je prendrai de l'importance. J'y arriverais, sans avoir à rabaisser mes concurrentes. J'y arriverai, en la jouant à la loyale. Je n'étais pas comme Cinzia. J'avais un cœur, et un sens moral. Pourtant, ses remarques me blessaient. J'avais toujours été plus mince que la moyenne, parfois même maigre, et j'étais contente d'avoir reprit ces quelques kilos. Désormais, on ne voyait plus mes os. Mais elle était toujours là, pour me rabaisser, et ce qui me blessait le plus, c'était de ne pas pouvoir m'opposer à elle comme j'avais l'habitude de le faire avec les autres. Car je risquai de perdre mon travail, et je ne pouvais m'y résoudre.
    Zain ouvrit la bouche, et ce qu'il dit me fit sourire. ll était doux, protecteur, et surtout, il respectait mes choix. Qu'importe ce que je devenais, il continuerait de m'aimer. Et ses paroles me firent rapidement oublier celles de ma patronne. L'important, c'était de me plaire, et de lui plaire. Je souriais et répondais : « C'est vrai... Mais elle n'embauche que des mannequins anorexiques. Je trouve ça révoltant. Comme si c'était ça la beauté... » J'apportais ma bière à mes lèvres et bus une gorgée en soupirant. Le monde était si superficiel. Pour le moment, être maigre était un critère de beauté, mais j'étais convaincue que dans quelques années, on trouverait partout des femmes taille 40. Aujourd'hui déjà, on aime Angélina Jolie, Jennifer Lopez, et toutes ces femmes avec des formes, car elles représentent la sensualité. Je levais les yeux vers le ciel. J'étais là, en train de refaire le monde alors que mon petit ami venait de rentrer de séminaire. Je posais ma bière sur la table et me levais pour m'asseoir sur ses genoux. Je déposais un baiser sur les lèvres de Zain et récupérais ma bière. Sa question me fit alors sursauter et je répondais indignée : « Ah non! Hors de question! Je brûle déjà assez de graisse à faire son chien chien pour en plus me faire chier à maigrir pour lui plaire! » Je souriais alors et reposais ma bière avant de m'attacher les cheveux en un chignon haut. C'était toujours mieux que de lui mettre dans le visage. Je passais alors mes bras autour de lui et déposais un baiser dans le creux de son cou avant de répondre : « Puis c'est à mon chéri que je dois plaire, à personne d'autre... » Je pensais alors à Clyde, et cette pensée me donna froid dans le dos. J'avais beau prétendre que je me foutais de son vie, c'était un mensonge. Quelque part, j'aimerai toujours Clyde, malgré tous mes efforts pour l'oublier, et je le savais. Mais je ne voulais pas me l'avouer, je ne voulais pas, car je savais que ma vie ne pourrait avancer avec lui à mes côtés. J'avais Zain désormais, et il était tout ce dont j'avais besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je pose mes valises


Masculin
Nombre de messages : 26
Etudes/Metier : Informatique
Love : Harper
Inscription : 31/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: Retour à l'improviste [Harper] Sam 13 Juin - 16:45

    Elle sourit. Zain adorait la voir sourire, cela signifiait tant pour lui, un simple sourire pour lui dire qu'elle appréciait sa présence. Il admirait ce sourire et pensait que c'était l'expression la révélatrice émotionnellement. Elle pouvait représenter la joie, la gêne et même la tristesse, un sourire, c'était le moyen de faire comprendre ce qu'on ressentait, et en ce moment, Zain appréciait la joie qui se lisait sur les lèvres de sa petite amie. Elle lui dit que sa patronne n'embauchait que des mannequins anorexiques, et que cela la révoltait. Il la comprenait tellement. Il savait que ce milieu n'était pas des plus sympathiques, mais il s'indignait toujours autant devant le modèle qu'ils imposaient aux autres. Le courant du moment : être maigre. Zain n'arrivait pas à comprendre comment ils avaient pu en arriver là, c'était dangereux, et assez inconscient. Beaucoup de personnes veulent copier les modèles de beauté, mais peu de personne se rendent compte du danger que cela peut entraîner. Anorexie, Boulimie, et carences. Réellement, il ne pouvait blâmer les personnes qui voulaient ressembler à ces mannequins, mais il ne pouvait s'empêcher d'en vouloir aux magazines.

    "Comme tu dis..." lâcha Zain dans un souffle en réponse à sa chérie, avant de cligner des yeux et de se recentrer sur celle qu'il aimait. Elle but une gorgée, puis soupira. Le jeune homme savait qu'Harper n'était pas forcément d'accord avec toutes les règles du milieu. C'était encore une des multiples raisons du pourquoi il l'aimait. Elle travaillait dans un milieu, mais arrivait à s'en détacher, et à le critiquer, à voir ce qui était bien ou non.

    Harper se leva et se posa sur les genoux de Zain, et elle déposa un doux baiser sur ses lèvres. Le jeune homme apprécia le moment, ce fut court, mais c'était tellement bon. Cela le réconfortait encore davantage, et il se sentait pouvoir surmonter de nouvelles épreuves. En sa présence, il se sentait déjà fort, mais il avait l'impression de pouvoir soulever n'importe quoi quand leurs lèvres se touchaient. Elle récupéra alors sa bière, et Zain posa la question, s'inquiétant de savoir si elle allait faire régime. Il sentit la stupeur de sa petite amie, et sa surprise. Il rit intérieurement, soulagé, parce que cette réaction donnait déjà la réponse, mais elle confirma. Elle lui dit qu'il en était hors de question, et qu'elle ne voulait pas se faire chier pour elle. Cette réponse décrocha un large sourire de la part du jeune homme. Elle avait le chic pour le faire sourire, même lorsque sa question était sérieuse. Il ne dit rien, il supposait que son sourire voulait tout dire, et puis il n'avait rien à répondre. Il voulait juste qu'elle aille bien, il voulait juste qu'elle soit elle même dans le corps qu'elle avait choisi d'avoir. Zain ne s'opposerait jamais à ce qu'elle aurait envie de faire, mais il était aussi là pour l'aider. Il sentait en lui un besoin de la serrer dans ses bras.

    Mais il n'en eut pas le temps. Elle avait déjà fait un chignon pour ne pas mettre ses cheveux dans le figure de Zain, avait posé sa bière, et avait entouré le jeune homme de ses bras. Elle approcha alors ses lèvres du cou du garçon, et y déposa un léger baiser, avant de dire qu'elle voulait juste plaire à son chéri et à personne d'autre. Zain était réjoui de ces quelques instants. Il déposa sa bière à son tour en tendant le bras, et serra à son tour la jeune femme. Il l'aimait tellement. Il avait encore du mal à croire que leur amitié d'enfance ait pu se transformer en véritable amour, mais ça s'était fait. Et dire qu'elle avait été à côté de lui tout ce temps, mais qu'il ne s'en était jamais rendu compte...Mais maintenant elle était là, auprès de lui, à l'aimer. Il la serra un peu plus fort et sentit monter en lui une certaine chaleur, il se sentait bien. Il déposa à son tour un baiser sur les lèvres de sa bien aimée, la retirant des pensées qu'elle avait pu avoir pendant ces quelques instants.

    "Peu importe ce que tu fais, tu me plairas toujours..." commença-t-il doucement avec un sourire. Il se voulait réconfortant. Lorsqu'elle avait prononcé la phrase, il avait ressenti besoin de lui dire à quel point elle lui plaisait déjà, et que ça ne pourrait pas changer. "C'est toi que j'aimes, et ça ne risque pas de changer" continua-t-il, toujours avec son sourire, mais en se sentant le plus sérieux du monde. Il la regarda dans les yeux, pour lui faire comprendre qu'il était là pour elle. Sans savoir pourquoi, il ressentait en elle une certaine inquiétude à ce moment précis, et ça ne lui plaisait pas par contre. Elle méritait d'être totalement heureuse, et de ne pas connaître ces moments sombres. Il supposait que c'était ça l'amour, vouloir toujours le mieux pour l'autre.

    Clyde. Ce nom lui était venu lorsqu'il avait pensé qu'il voulait le meilleur pour elle. Ce mec lui avait fait tellement de mal...Zain lui en voulait comme ce n'était pas permis. Il ne l'aimait pas clairement pas, depuis l'enfance, encore plus depuis l'adolescence, et le coup de grâce fut donné lorsqu'Harper lui raconta ce qu'il lui avait fait. Il ne voulait pas que les deux s'approchent, mais il ne pourrait rien faire si Harper voulait discuter avec son ex. Il n'était pas du genre à interdire à celle qu'il aimait de faire quelque chose qu'elle voulait faire, à quelques exceptions près bien sûr. Il se rendit compte alors que son regarda avait légèrement divagué, et il regarda de nouveau fixement Harper, et lui déposa un autre baiser.

    "T'as prévu quelque chose pour cet après-midi ?" demanda-t-il dans l'objectif évident de l'inviter à faire quelque chose. Il supposait que non, puisque leurs retrouvailles étaient prévues depuis une semaine en fin d'après-midi. Il avait décider de venir le matin à l'improviste, mais du coup il ne savait pas si elle voyait des amis ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
THRIFT SHOP


Féminin
Nombre de messages : 321
Etudes/Metier : En pleine réflexion
Love : Zain Richardson mais...
Humeur : Joyeuse
White blank page
Inscription : 18/11/2013


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: Retour à l'improviste [Harper] Ven 26 Juin - 14:52


    Zain me comprenait. Il savait d'avance ce que je désirais, il savait ce qui allait me faire plaisir. Et c'était ça que j'aimais chez lui. Il était doux et attentionné. Nous nous étions rapprochés sans nous rendre compte, mais d'un certain côté, cette relation avait son sens. Nous étions fait pour être ensembles. Mais j'avais peur de ça. J'avais peur de l'évidence. J'avais pour habitude de surprendre, d'être amie avec des gens qui, à priori n'avaient rien à voir avec moi. J'étais tombée amoureuse de deux garçons qui n'avaient rien à voir avec moi. Ma vie n'était pas commune. Et cette stabilité me faisait peur, car j'avais la sensation de ne pas être faite pour cette stabilité. Mais j'étais quelque peu heureuse, et je ne voulais pas que les choses changent. Zain était tout ce dont j'avais besoin, et je n'avais pas le droit de tout gâcher après avoir tant galéré. Ainsi, je souriais lorsque je vis son visage soulagé. Il me connaissait, mais lui aussi avait peur que je change, que les choses changent. Je le serrai dans mes bras. J'étais bien là, et rien ne pouvait venir gâcher ce moment de bonheur et de plénitude. Et puis ses mots me firent sourire un peu plus. Rien qu'un instant, car le suite me brisa le cœur. Je ne pouvais pas lui dire la même chose. Je ne pouvais pas tout simplement parce qu'il y avait Clyde. Clyde que je n'oublierai jamais, Clyde que j'aimais tant et depuis maintenant un an. Je fermais les yeux et tentais de retenir les larmes qui voulaient s'échapper. Il ne le vit pas, et c'était tant mieux. Je culpabilisais, car d'un certain côté je lui mentais. Certes, je l'aimais. Je l'aimais de tout mon cœur. Mais j'aimais aussi Clyde. J'avais largué Clyde sans aucune explication, alors qu'il m'avait attendu, alors qu'il était resté fidèle. Clyde n'avait rien à se reprocher dans cette histoire. J'avais foiré, j'avais merdé. J'étais partie de Magnolia comme une voleuse, sans même dire au revoir. Parce que je ne pouvais pas rester. Je ne pouvais pas le voir alors qu'il m'avait marqué à vie de cette manière. C'était trop pour moi. Trop lourd, trop dur. Trop compliqué. Et j'avais beau l'aimer encore, j'avais mit un terme à notre relation. Car j'avais besoin de reprendre pied. J'avais besoin de reprendre confiance et de me trouver. Et avec lui, avec ce que nous avions vécu, c'était impossible. Et désormais, je le voyais dans les rues du quartier. Je voyais son regard peiné, je voyais dans son regard que je l'avais détruit. Il n'en avait pas besoin. Clyde était certes une terreur pour les habitants de ce quartier, mais il n'en était pas moins un homme brisé. Je voulais comprendre, je voulais comprendre ce qui avait pu arriver pour qu'il devienne ainsi, et je n'avais pas réussit. Je l'avais rendu plus vulnérable encore. Je l'aimais, à en mourir. Et c'était ça le soucis. J'avais des responsabilités, j'avais un frère et un sœur à nourrir, à faire vivre. Je ne pouvais pas, je n'avais pas le droit de me perdre dans une relation amoureuse si compliquée.
    Je reportais alors mon attention sur Zain. Je me grattais la gorge, car je sentais que si je ne le faisais pas, il allait percevoir mes émotions. Et je ne voulais pas. Alors je répondis : « Non, je n'avais rien de prévu. Tu sais... Depuis mon retour, je n'ai pas trop renoué contact avec mes amis... » Et c'était vrai. Je n'avais presque pas revu Elisabeth, ma meilleure amie. Je ne savais pas comment lui expliquer les raisons de mon départ, je ne savais pas comment me comporter. J'avais si honte. Je m'étais une nouvelle fois enfuie pour me retrouver, laissant derrière moi deux adolescents. Je savais que tout se passerait bien, néanmoins, je l'avais fait. Et je n'avais prévenu personne. Je me levais alors brusquement. Je ne me sentais pas bien. Je pensais à des choses auxquelles je n'aurai pas du penser. Je pris alors mon paquet et allumais une cigarette. Je lançais un sourire à Zain, comme pour le rassurer, mais je savais que pour le coup, ça ne marcherait pas. Il avait déjà cette tête, cette tête de celui qui comprend tout. Et là, je regrettai qu'il puisse lire en moi de cette manière. Je me tournais, me mis à marcher dans le petit jardin et regardais autour de moi.  « Et toi, tu as des plans pour les jours à venir? » Je lui souriais, en tentant péniblement de cacher les émotions qui ravageaient mon esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Retour à l'improviste [Harper]

Revenir en haut Aller en bas

Retour à l'improviste [Harper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Le quartier :: Magnolia Cresent :: Trottoir Pair :: N°8 Albright-