Partagez|

Enfermés. - Carl Spencer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité







MessageSujet: Enfermés. - Carl Spencer Mer 13 Mai - 11:24


    Une page blanche. Pourtant, ça faisait deux heures qu’elle était ouverte et Kim n’avait toujours pas tapé un mot. La panne. Plus elle essayait, moins ça ne marchait. On dit toujours, c’est en ne cherchant pas que ça vient. Mais là ça urge. Ca faisait une semaine qu’elle n’avait réussi à écrire que des brouillons qui partir directement à la corbeille le lendemain lorsqu’elle relisait ses esquisses. Le temps pressait. Elle avait promis à un potentiel éditeur un résumé de sa prochaine œuvre mais pour l’instant, cette dit-œuvre ne contenait que deux mots : Kim Carrington. Sujet : inconnu. Thème : inexistant. Nom des protagonistes : à définir. Elle était loin d’être sortie de l’auberge. Devrait-elle faire des longues nuits d’insomnies pour noircir les pages immaculées de son Word ? Elle craint qu’elle ne soit obligée si elle voulait garder de la crédibilité auprès de ce dieu tout puissant qu’était le fameux éditeur. La jeune femme soupira et porta son gobelet de café à sa bouche mais il était vide. A cette heure tardive, la bibliothèque ne l’autoriserait certainement pas à sortir s’acheter une collation et encore moins de la caféine. D’ailleurs, les bibliothécaires revêches commençaient déjà à vivre les groupes d’étudiants à l’étage. Kim regarda la montre à son poignet, presque 22h. La nuit était déjà tombée en cette soirée de printemps. La température extérieure était encore douce, l’été arrivait petit à petit. Il était temps de partir. De toute manière, Kim n’arrivait plus à rien. Elle appuya sur le bouton central de son téléphone, mais celui-ci afficha une batterie rouge à charger. Merde. Elle avait prévenu Greg qu’elle ne serait pas là de la journée, mais elle espérait qu’il ne l’attendait pas pour diner. Peut-être que pour une fois, il se joindra à Derek et Lilia. Depuis leur emménagement 6 mois plus tôt, les couples n’avaient diné qu’à peine 3 fois ensemble. Un comble lorsqu’ils vivaient tous les 4 ensemble. Mais Greg ne semblait guère apprécier Derek lorsque Kim détestait carrément Lilia. Bref, autant rentrer maintenant, il se faisait surement du souci. Sa femme, si casanière, passer une journée alors de la maison, et même hors de la ville ! Toute une aventure à raconter ! Et pourtant, après un déjeuner rapide en ville, Kim n’avait quitté sa chaise que pour fumer le demi-paquet de light de son sac et aller chercher du café dans la boutique en fac de la bibliothèque. Kim rassembla ses affaires, éteignit son ordinateur et rangea tout ça dans son cabas qui lui déboitait maintenant l’épaule. Elle poussa la lourde porte de la bibliothèque, et alla jusqu’au parking où était garé la Volvo du couple. Par chance, le cabinet de Greg était en centre ville, et ce dernier s’y rendait en vélo, laissant ainsi la voiture familiale à son épouse qui pouvait vagabonder dans environ sans prendre un coup de soleil. Ah l’américaine pure souche. Il faisait frais maintenant que la nuit était tombée et Kim commençait à greloter le temps d’atteindre sa voiture. Elle mit le sac au pied du siège passager. Sa voiture était restée toute la journée dehors et l’air ambiant était aussi glacée qu’à l’extérieur. Ah ce qu’elle donnerait pour avoir un châle … qui était resté à la bibliothèque. Shit. Kim sortit de la voiture, et rebroussa chemin. Elle passa devant la bibliothécaire qui ne dit pas attention à son entrée.

      KIMJ’ai oublié mon châle 


    Elle ne reçut pas de réponse mais sur le coup ne fit pas attention, et non plus au fait que la dame avait ses écouteurs vissés aux oreilles. Elle alla jusqu’au bout de la salle, où elle ne le trouva pas. Ah ? Elle était persuadé de l’avoir pris. Elle regarda les tables vides autour d’elle, les porte-manteaux, rien. La colère commençait à monter en elle, un mélange de cashmere et de mérinos ! Elle l’aimait tellement. Un doux rose dragé qui allait avec sa blouse du même ton. Une moue dépitée, Kim remonta l’allée centrale jusqu’à ce qu’un objet attire son attention. Un petit paquet rose délicatement plié sur une étage. Kim l’attrapa et le doux tissus sous ses doigts lui confirma que son châle n’était finalement pas perdu. Cool ! Kim enveloppa ses épaules du vêtement et soudain, la lumière s’éteignit. Merde, ils fermaient ! Kim avança le plus rapidement à l’aveuglette, en faisant attention à rester bien au centre de l’allée pour ne pas se prendre des coins de tables.
Revenir en haut Aller en bas


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: Enfermés. - Carl Spencer Mer 13 Mai - 21:55


Carl referma son ordinateur en soupirant. Il venait de skyper avec ses parents, qui voulaient voir si leur fiston s'en sortait bien, si les études qu'il avait choisies lui plaisaient, si le lieu où il travaillait était assez bien, entre autres. Soit. Le problème, c'est qu'en recevant le message de ses parents pour ce skype, il était dans sa chambre universitaire, à compter les dalles du plafond, en caleçon sur son lit. Ni une ni deux il avait sauté sur ses pieds, s'était habillé et avait pris un taxi jusqu'à la bibliothèque, emportant un ou deux livres aléatoires. En s'installant dans un grand bruit qui fit se retourner quelques personnes, il répondit à temps à l'appel, et ses parents purent admirer la bibliothèque, la vue par la fenêtre et le calme que procurait l'endroit. Il mentit pendant tout l'appel et ne fit qu'extrapoler. Oui il avait beaucoup de travail, non il ne pouvait pas rester longtemps, il avait encore l'anatomie à réviser, et peut-être qu'il viendrait aux prochaines vacances. Et ses parents le crurent. Depuis quelques semaines, il avait maîtrisé l'art du mensonge avec brio. Car monsieur Carl Spencer n'étudiait plus depuis plusieurs semaines. Trop fier pour avouer à ses parents qu'il avait échoué à son semestre, trop orgueilleux pour passer les rattrapages, et peut-être aussi trop honteux pour voir son père lui dire qu'il avait eu raison, et de voir la déception sur son visage. Certes, en apprenant à Thomas l'année passée qu'il ne voulait pas reprendre la morgue, ce dernier avait été extrêmement déçu, mais il avait pris sur lui et avait fait promettre à son fils d'aller jusqu'au bout de ce soi-disant rêve. Comment imaginer alors sa réaction quand il apprendrait que non seulement son fils avait échoué, mais qu'en plus il leur mentait depuis des mois ? Carl préférait ne pas y penser. C'était plus simple de reporter la chose à plus tard, et puis, à quoi bon le dire aujourd'hui, il le ferait demain.. Mais cela faisait déjà 3 mois, trois mois qu'il mentait comme il respirait. Et ça commençait à le ronger. Il avait compensé par des nuits et des nuits de soirées, mais cela n'avait réussi à l'amener à l'hôpital. Deux comas étyliques en un mois et demi, ça faisait quand même beaucoup, et il avait fini par prendre conscience que tout cela ne valait tout de même pas de mourir. Mais il fallait quand même trouver une solution..
En rangeant ses affaires, il se leva pour retourner chez lui, la tête pleine de pensées désagréables. Quelle vie de merde, se disait-il. Mais il chassait vite ses pensées, et réfléchissait à n'importe quoi d'autre de plus joyeux, qui souvent avait un lien avec le plaisir de sa propre personne (pour changer). La lumière de la bibliothèque s'éteignit alors, et Carl pressa la pas, histoire de ne pas se retrouver coincé à l'intérieur, comme cela s'était passé quelques années avec Lou. Il ne manquerait plus que ça.. En arrivant devant l'ascenseur, une femme s'y trouvait déjà, avec un châle rose immonde autour des épaules. Carl grimaça avant de le transformer en sourire quand elle le regarda. Quelle immondice. On aurait dit la peau d'un écureuil rose sorti du toiletteur. L'ascenseur s'ouvrit enfin, et les deux jeunes gens y entrèrent, sans un mot. Un simple regard leur suffit à comprendre qu'il descendaient tous les deux au rez-de-chaussée. Mais à mi-chemin, l'ascenseur s'arrêta dans une secousse brutale, et la lumière vacilla. Quelle vie de merde, répéta Carl.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm


Dernière édition par Carl Spencer le Ven 15 Mai - 8:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Enfermés. - Carl Spencer Jeu 14 Mai - 23:27


    Kim arriva sans dégâts jusqu’à la sortie. Encore 15 minutes et elle serait au chaud chez elle. Pour une fois, elle dinerait bien avec Lilia si elle était là, étant tellement affamée qu’elle n’avait aucune envie de cuisiner ce soir. La cuisine n’était pas non plus le fort de Greg, et bien souvent le couple décongelait juste un plat surgelé, contrastant avec la cuisine bien trop high tech pour eux. A sa connaissance, seule Lilia et dans de rares cas Derek s’en servait correctement. Tant mieux, si elle pouvait l’éviter ça l’arrangeait aussi. Lilia avait cette tendance a toujours avoir quelque chose à redire en la présence de Kim. Le lave-vaisselle doit être vidé, tu as laissé le couteau à pain sur la table, ton verre de vin est encore sur la table basse etc … Quelle maniaque ! C’est bien pour ça que Kim ne voulait pas travailler chez elle aujourd’hui. C’était le jour de repos de Kim et Derek et le couple allait rester à trainer à la maison toute la journée. Kim sortait rarement de la maison. Lorsqu’on avait le luxe de pouvoir travailler à domicile, on ne crache pas dessus. Rester en pyjama toute la journée, travailler depuis sa terrasse, faire les horaires voulus, ah le rêve. Dommage que le job d’écrivain ne rapporte rien. Greg gagnait assez bien pour deux, mais pas assez pour vivre seule dans leur si grande maison. Mais elle allait bientôt le regretter. Ca faisait déjà de longues minutes que Kim attendait l’ascenseur. Ah toujours ce dilemme, prendre les escaliers après avoir attendu si longtemps ou l’attendre encore un petit peu ? Par flemmardise, elle choisit instinctivement la deuxième solution. Un garçon vint la rejoindre, ah tiens elle pensait être la dernière à quitter ce lieu. Quel étudiant assidu il doit être ! A son âge, bien qu’elle bossait énormément, elle n’avait jamais veillé aussi tard pour rendre une dissertation ou préparer une conférence. Ils s’adressent un vague bonjour, et Kim appuya sur le bouton plusieurs fois comme si ça allait faire venir plus vite l’ascenseur. Rah fichu châle, sans lui à cette heure elle serait déjà dans les bras de son cher mari. Ting ! Ah enfin. Les deux retardataires entrèrent dans la boite de fer qui les descendit au parking. Mais changement de programme, l’ascenseur qui avait décidé de n’en faire qu’à sa tête. Merde. Au moins, la lumière marchait encore. Kim appuya sur le bouton sonnette mais rien ne se produisit. Elle soupira et se tourna vers le garçon.

      KIMTu as ton portable ? J’ai laissé mon sac dans ma voiture


    De toute manière, le sien n’a plus de batterie. Mais s’ils arrivaient à capter le réseau, ils pourraient appeler la maintenance des ascenseurs ou de l’université et aussi prévenir son mari pour pas qu’il ne s’inquiète. Elle se faisait un soucis pour un rien lorsque Greg n’avait plus de batterie, elle pensait toujours que quelque chose de grave lui était arrivé.
Revenir en haut Aller en bas


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: Enfermés. - Carl Spencer Ven 15 Mai - 10:40

Pourquoi n'avait-il pas pris les escaliers ? C'était une question à mille balles. Par flemme, sans aucun doute.  A en voir la tête de sa voisine, elle devait penser plus ou moins la même chose. Bon, au moins, elle était jolie, et avait l'air sympa, c'était déjà ça. Et elle ne paniquait pas, ce qui aurait irrité Carl très profondément. Ce dernier soupira, et ferma les yeux, avant d'entendre la voix de la jeune femme s'éléver. Elle lui demandait s'il avait son portable. « Mon portable ? » répéta-t-il, sourcils froncés. « Euh .. » Il tâta ses poches et fouilla dans son sac, avant de se rappeler qu'il ne l'avait peut-être pas pris. Faut dire que Carl n'avait jamais été très technologie et qu'il lui arrivait souvent de sortir sans portable. Il mit un moment à chercher, et en réalité il prenait un peu son temps, ne voyant pas l'urgence. Finalement il mit la main dessus, et l'attrapa du fond de son sac. « Oh bah t'as de la chance, d'habitude je l'oublie tout le temps. » Il l'alluma, et rapidement il vit qu'il n'avait pas de réseau, ou alors très très peu. « Bon j'sais pas si le bidule va marcher, je te laisse appeler qui tu veux avec, tiens. » fit-il en lui tendant l'appareil. Et à son tour il essaya de tripoter les boutons de l'ascenseur, histoire de voir si jamais ses doigts étaient magiques, mais évidemment, ils ne l'étaient pas. Il aurait pu chanter comme dans une église ça n'aurait pas changé grand chose non plus. « Bon, bah de toute façon il nous reste plus qu'attendre. Si jamais la maintenance arrive, on en aura bien pour vingt minutes minimum de toute façon. »  Il s'adossa alors contre la paroi et laissa son sac tomber à terre. Autant se mettre confortable.

« Moi c'est Carl au fait. Et toi ? » lui demanda-t-il. C'était sorti naturellement, et il avait même pas pensé à la vouvoyer. Après tout il ne savait pas l'âge qu'elle avait mais elle paraissait assez jeune. Et puis bon, au pire, tant pis, il n'avait jamais vraiment fait attention aux formalités de toute façon. Il vit alors que la brune avait l'air très soucieuse. « T'inquiètes pas va, j'viens de sortir de prison pour viol, mais je préfère attirer les enfants dans ma Jeep, donc t'as rien à craindre ! » dit-il en essayant de détendre l'atmosphère. Certes ce n'était pas du tout un sujet amusant, mais Carl se foutait des conventions. Lui ça le faisait rire, alors tant pis si elle pensait qu'il était débile, corrompu ou totalement fou.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Enfermés. - Carl Spencer Ven 15 Mai - 23:01


    Putain. La flemme la tuera un jour. Mais la flemme faisait partie d’elle. Renoncer à la flemmardise, c’était comme lui retirer un rein. Par flemme, elle attendait toujours qu’on lui propose de faire à manger. Par flemme, elle utilisait toujours sa voiture ou le taxi. Par flemme, elle ne rechargeait son portable qu’une fois par jour alors que c’était un iphone. Par flemme, elle allongeait son café à l’eau pour éviter de s’en chercher un. Par flemme, elle prenait l’ascenseur. Bordel.  Kim soupira et arrêta de triturer les boutons, ça ne servait à rien de toute manière.  Le dénommé Carl lui mit son portable entre les mains. Elle composa le numéro de maintenance sur le tableau de bord. La petite musique d’attente lui permis de se présenter à son tour. Elle lui sourit avant de reprendre la ligne avec le technicien. Elle lui expliqua la situation avec calme, mais une pointe d’agacement se sentait dans sa voix. Elle raccrocha et lui annonça la mauvaise nouvelle. 

    KIM – Je viens d’avoir le technicien. Ils doivent venir d’une autre ville.

    Ca va prendre au moins 1h Bien loin les 20 minutes extrapolé par Carl. Ce dernier essaya de faire une petite blague pour détendre l’atmosphère mais qui ne fit que crisper la jeune femme. La prison était un monde qui n’existait pas pour elle, et elle ne comprenait pas comment on pouvait y tomber, il fallait commettre des actes si inhumains. Kim fit de son mieux pour ne pas montrer qu’elle était choquée par les propos du jeune homme – bien que c’était ironique – mais on lisait sur son visage comme dans un livre ouvert. Kim eu un petit sourire gênée et s’extirpa de la situation en s’excusant de nouveau, pour téléphoner à son mari. Au bout de deux sonneries, Greg décrocha. 

    KIM – Chaton c’est Kimmy. Je suis bloquée dans l’ascenseur de la bibliothèque .. oui ne t’inquiète pas j’ai appelé quelqu’un mais il n’arrive pas avant une heure. Non pas la peine j’ai la voiture je rentre direct.. Non je n’ai plus de batterie j’ai pris celui de la personne coincé avec moi .. Ok .. Dine avec Derek et Lilia pour une fois je crois qu'ils voulaient faire un poulet. Je t’aime à ce soir.  

    Kim se tourna vers Carl qui détourna le regard. Bien sûr qu’il avait tout entendu mais ce n’était pas un secret. Mais, pour on ne sait quelle raison, elle se justifia auprès du garçon de cet appel. 

    KIM – C’était mon mari, il devait s’inquiéter de ne pas me voir rentrer si tard.  

    Bon ça faisait un peu ménagère des années 50 mais c’était le cas.


Dernière édition par Kim Carrington le Dim 17 Mai - 20:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: Enfermés. - Carl Spencer Dim 17 Mai - 20:00

Mais avec qui était-il coincé.. Cette personne semblait très étrange à Carl. A moitié stressée, déprimée, agitée, agacée, bref, on aurait dit que toutes les émotions humaines coexistaient dans sa tête. Flippant. Carl referma son sac et le posa à terre, pendant que la demoiselle appelait le technicien. Elle finit par se présenter, le téléphone contre son oreille, et Carl hocha la tête en souriant, avant de reporter son attention sur le sol. Il jouait avec sa fermeture éclair, puis s'amusait à faire des bruits rigolos avec sa bouche, se recoiffait, bref, tuait le temps. Kim raccrocha enfin et lui annonça qu'ils allaient devoir attendre une bonne heure. « Putain. » fit Carl en levant les yeux au ciel. Il essaya alors de faire une petite blague, histoire de passer le temps et de voir aussi à qui il avait affaire. En voyant l'expression de Kim, il en déduisit qu'elle n'était pas du genre humour noir. Ok, ok, tant pis.

Elle appela ensuite quelqu'un d'autre, sans doute son copain ou son mari, Carl s'en foutait un peu, et elle raconta sa vie d'une manière assez énervée et douce à la fois. Carl ne put s'empêcher de la regarder parler, c'était comme si elle l'attirait d'une certaine façon, ou s'il l'avait déjà vu quelque part. Bizarre. Quand elle raccrocha de nouveau elle le regarda et Carl détourna le regard mécaniquement, comme si elle l'avait pris sur le fait. En fait, peu importait sa conversation téléphonique, Carl était juste curieux et intrigué par cette femme. Elle devait croire qu'il la jugeait, car elle se justifia, mais le Spencer en fait s'en tamponnait le coquillard. Il ne la reverrait sans doute jamais, donc vraiment, à quoi bon. Ceci dit, il pensa quand même que sa vie devait être assez plate et ennuyante. Enfin, c'était surtout le genre de vie que Carl ne voulait jamais avoir. S'il avait une femme un jour (et c'était pas gagné), il ne comptait pas l'appeler toutes les heures pour lui dire qu'il allait bien. Et vice versa. « Pas de soucis. » répondit-il simplement.

Un silence s'installa, et ennuyé, le Spencer décida de se griller une clope. Les détecteurs de fumée devaient être également en panne, donc ils ne risquaient pas de subir l'alarme incendie pendant une heure, encore heureux. Il s'assit par-terre, sortit son paquet de tabac, ses filtres et ses feuilles, et commença à rouler sa clope. Depuis quelques semaines il s'était mis à les rouler, parce qu'il avait finalement appris à le faire, et qu'il pouvait aussi y rajouter quelques feuilles de weed. Du coup, c'était gagnant-gagnant, vu que c'était en plus moins cher. Ignorant totalement la jeune femme, il resta concentré sur son activité.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Enfermés. - Carl Spencer Dim 17 Mai - 20:30

    Kim rendit son téléphone au garçon et s’assit en face de lui. Plus qu’une heure à patienter. Le silence commença à s’installer entre les deux. Bon, le temps allait passer lentement, elle le sentait. Carl eu la bonne idée de sortir son paquet et se rouler une clope. Les yeux de Kimmy s’illuminèrent, ah espoir te voila de retour !

    KIM – Tu me dépannerais d’une clope s’il te plait ?

    Tout était resté dans sa voiture, portable, clope, ordinateur. Au moins, elle aurait pu ignorer son collègue de galère et peut-être continuer à écrire son chapitre. Carl hocha la tête et lui lança le paquet de roulés. Ca lui rappelait l’époque où elle n’avait pas assez d’argent pour s’acheter des industrielles, et qu’un pot tenait bien deux semaines malgré les folles soirées qu’elle faisait durant ses études. Ah bien loin des Vogue Lights Menthols qui trainait au fond de son sac. Elle ouvrit le paquet, et à sa grande suprise, trouva un petit paquet d’herbe à l’intérieur. Ah intéressant …

    KIM – C’est de la weed ?

    Quitte à attendre, autant se mettre à l’aise, Kim retira ses escarpins et fit craquer ses orteils. Elle avait déjà foutu son châle sous ses fesses pour faire un petit coussin, à défaut d’avoir un canapé.

    KIM – T’inquiète, je pue pas des pieds

    Elle lança cette petite blague pour détendre l’atmosphère, mieux que la blague glauque de Carl un peu plus tôt. Il ne voulait pas qu’il la catégorise comme une coincée, une pas drôle, une Olivia Meyer. Manquerait plus qu’on la prenne pour une fana de l’église. Certes, elle avait des principes, et est légèrement coincée sur les bords je vous l’accorde, mais elle sait se détendre et rigoler

    KIM – Tu faisais quoi à la bibliothèque si tard ?

    Elle commença une discussion, pour passer le temps. Kim doutait que le technicien arriverait en avance et parierait plus sur une heure de retard supplémentaire.

Revenir en haut Aller en bas


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: Enfermés. - Carl Spencer Dim 17 Mai - 21:34

A sa plus grande surprise, Kim lui demanda une clope après s'être assise en face de lui. Tiens donc, elle serait peut-être pas si inintéressante que ça. Il lui lança le paquet, et le filtre toujours au coin des lèvres, étalait le tabac sur la feuille. Carl vit qu'elle s'était assise sur son châle. Il émit un petit rire. Décidément, ce truc immonde était bien une serpillière (a). « Tu sais que c'est dégueulasse le sol d'un ascenseur non ? Ça m'étonnerais que ta peau d'écureuil rose en sorte indemne. » dit-il. Il n'avait jamais compris l'utilité des châles de toute façon, et d'ailleurs valait mieux pour lui qu'il n'en porte pas, tout de même.  Kim ouvrit alors le paquet et Carl répondit du tac-au-tac. « Ouaip. » Mais il s'immobilisa tout de suite après. Merde, et si elle était flic ? Il lui jeta un coup d'oeil rapidement, et vit qu'au contraire elle paraissait très enjouée. Décidément, il fut étonné de voir que la femme qu'il croyait coincé savait reconnaître de la weed. « Tu fumes ? » lui demanda-t-il alors. Carl s'arrêta un moment d'étaler son tabac car une idée venait lui arriver. Et si ils en fumaient ? Cela passerait carrément le temps, et au moins ils s'amuseraient. C'était ça, ou avoir une conversation monotone et enchaîner clope sur clope. Le choix pour lui était vite fait. « J'vais me rouler un joint finalement. T'as l'air motivée pour te défoncer ? » Carl sourit, en reprenant le paquet.

Après avoir retiré ses chaussures, Kim blagua sur l'odeur de ses pieds, et Carl haussa les sourcils. Il ne savait pas ce qui s'était passé dans les cinq dernières minutes mais la jeune femme s'était métamorphosée. Ce ne serait donc pas si ennuyant après tout. « Je .. bossais. » mentit le Spencer peu après. Avec tout ça il en avait oublié ses réflexions sur le mensonge astronomique qu'il était en train de couver depuis des mois. Il soupira légèrement. Il aurait préféré ne plus y penser. « Et toi ? » Quitte à ce qu'elle raconte sa vie, c'était mieux que de raconter la sienne.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Enfermés. - Carl Spencer Dim 17 Mai - 23:31

    What ? Depuis quand il s’inquiétait pour ses fringues ? Certes, elle pouvait passer pour une idiote de mettre une pièce si raffinée par terre, mais après tout, son jean avait de la valeur aussi. Elle rit à la remarque de Carl, peau d’écureuil rose ? Du papier toilette pendant qu’il y était ? Bref, Kim resta de pierre au petit pique de Carl, après tout les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Elle l’adorait ce châle, il était si doux, si réchauffant. Elle, qui était frileuse et qui n’avait que des hauts sans manches, était bien contente que les châles furent inventés.

    KIM Il allait aller au pressing de toute manière

    Kim était rassurée par son partenaire de cabine. Il avait l’air plutôt rigolo finalement, et une fois qu’ils auront fumé ça sera de mieux en mieux. Il lui demanda si elle fumait. Pas de manière régulière, non, Greg n’aimait pas ça. Greg était si vieux jeu parfois. Il ne buvait pas, ne fumait pas, ne se droguait pas. Parfois, Kim trouvait qu’il y avait un fossé si grand entre eux. Mais une fois le soir dans ses bras, elle savait que personne d’autre au monde ne li correspondait mieux. Bien sur, Greg n’était pas au courant de ses petits travers. Mais donc il fallait se détendre un peu parfois ! Elle n’en avait jamais chez elle mais dès que l’envie lui prenait, elle appelait son poto de défonce. Lui proposa alors de se rouler un joint, quelle bonne idée ! Kim lui rendit le paquet en acquiesçant.

    KIM Allez ! Au moins ça fera passer plus vite le temps

    Kim vit l’air surpris de Carl, comme quoi elle pouvait en étonner plus d’un ! Pourquoi pas, il fallait bien rentabiliser son temps. Le temps c’est de l’argent. Et l’argent, c’était son bouquin. A ce moment, elle était dans l’incapacité d’écrire. Elle n’avait ni notes, ni ordinateur. Autant profiter et faire connaissance. C’était plutôt marrant comme situation lorsqu’on y repense, mais qu’est-ce qui est plus convivial qu’un bedo ? Ils n'allaient pas se regarder dans le blanc des yeux et c'était plus cool comme situation pour se raconter leur vie.

    KIM J’essayais d’avancer sur mon bouquin mais je n’ai pas réussi à écrire plus de deux lignes correctes. Tu étudies quoi ?

    Elle supposait qu’il était étudiant. Il était si jeune. Et avait la dégaine d’étudiant. Avec cet air je m’en foutiste, son ordinateur dans son sac et ses roulés, elle ne se trompait surement pas.

Revenir en haut Aller en bas


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: Enfermés. - Carl Spencer Mer 20 Mai - 21:37

« Euh, vétérinaire. » répondit-il simplement, sans vouloir rentrer dans les détails. Elle devait bien sentir qu'il était hésitant, mais il espérait qu'elle ne poserait pas de questions à ce sujet. « T'écris un bouquin ? Ça parle de quoi ? Mais c'est que t'es connue et tout ? » lui demanda-t-il, avant de commencer à rouler le joint. « Avec ça, t'auras de l'imagination, moi j'te le dis. » rajouta-t-il en souriant, en lui indiquant ce qu'il avait dans les mains. Après tout, c'était bien connu que ça ouvrait l'esprit d'une façon certes un peu bizarre et les trips étaient souvent badants, mais en effet ça pouvait aider à écrire. Pour Carl, et pour beaucoup d'autres, c'était juste une façon de se marrer et de penser à autre chose, ou plutôt, d'oublier. Enfin ça, c'était surtout grâce à l'alcool. Carl n'avait jamais réfléchi au fait qu'il se droguait vraiment. En fait, il demandait toujours aux gens s'ils fumaient, et pas s'ils se droguaient. La weed était quand même trop douce comparé à la cocaïne par exemple, et donc même si c'était considéré comme une drogue, pour Carl ça ne l'était pas. Il n'avait donc jamais vraiment capté qu'il pouvait aller en taule. Enfin, de toute façon il n'était pas sûr que son casier judiciaire était vide.. Ceci dit, il avait quelques potes dans la police qui avaient toujours passé une sorte de contrat pour le faire sortir sans encombres. Du coup, pourquoi s'en priver ?

Joint roulé, il le posa au coin de ses lèvres et sortit son briquet pour l'allumer. Quelques secondes après, le Spencer expirait un nuage de fumée épais. Le bédo entre les doigts, il ferma les yeux tout en expirant, et un sourire se dessina sur ses lèvres. « Ah putain, ça faisait longtemps tiens. » Puis il les rouvrit et tendit le joint à Kim pour qu'elle tire une taffe. « T'en a déjà fumé ou .. ? » demanda-t-il par habitude. Il savait que les gens habitués à la clope ne savaient pas toujours comment fumer un bédo, et fallait parfois leur expliquer que ça fonctionnait pas tout à fait pareil. Il ne savait pas si Kim était sainte, droguée ou juste aventurière, aussi posa-t-il la question.

Carl jeta un coup d'oeil à sa montre. Putain, seulement un petit quart d'heure qu'ils étaient coincés là. Bon, l'avantage c'était qu'avec la weed, le temps passerait peut-être plus vite et ce serait beaucoup plus amusant. Kim et Carl se passèrent le joint régulièrement, si bien qu'après quelques minutes, ils étaient tous les deux appuyés contre une paroi de l'ascenseur, à regarder le plafond, la tête pleine de pensées étranges. « En fait, tu veux que j'te dise ? T'as de la chance d'avoir un boulot, et de faire un truc que t'aimes, t'vois ? Au moins t'es pas en train de ramasser des poubelles. Ou d'éplucher des carottes. Ou tuer des démons. Ou .. » Voilà, c'était parti.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité







MessageSujet: Re: Enfermés. - Carl Spencer Ven 22 Mai - 20:52

    Un véto ? Il pourrait peut-être s’occuper de Budapest, son chat. Bon, il était pour l’instant en parfaite santé, mais touchons du bois, on ne sait jamais. Elle avait pris ce chat lorsqu’elle était venue vivre en banlieue. Un appartement à New-York était inadapté pour un animal de compagnie. Elle adorait cette petite bête, et les gamins que gardait Lilia aussi.
    Bien qu’elle adore les animaux, elle ne voyait pas du tout travailler dans le domaine. Etre véto, ça ne devait pas être la joie tous les jours. Etre en contact avec des animaux faibles, malades, sur leur fin de vie. Too sad. Mais Carl voyait surement d’autres avantages s’l faisait ses études là-dedans.

    KIM – Ah cool, ça te plait ?

    Carl la questionna alors sur son métier à elle. Enfin, métier c’est un bien grand mot. Parfois, elle culpabilisait de tellement rien faire de ses journées alors que Greg se tuait au travail.

    KIM – Bah c’est ça justement. Je sais pas. J’écris une pièce de théâtre mais je suis jamais satisfaite du résultat.

    C’est ça lorsqu’on s’improvise écrivain : on est sûr de rien. Elle adorait le théâtre, et sa timidité avait été un frein malgré les cours qu’elle avait pris. Et voulant rester proche du théâtre, elle avait donc décidé d’être dramaturge. Mais à vrai dire, elle était bien meilleure pour adapter les romans en pièce de théatre que d’en écrire une de A à Z. C’était là qu’elle avait eu sa notoriété. Elle avait écrit une pièce qui ne fut jamais jouée, puis adapta une pièce qui eu un grand succès. Puis un contrat pour adapter un roman à Broadway. Du coup, elle s’était prise pour un vrai écrivain, mais il faut dire qu’il en faut bien plus que ça. Kim s’en rendait compte maintenant. Elle aurait mieux fait de rester conférencière en art.

    KIM – Tu me reconnais ?

    La question lui semblait un peu stupide et surtout si adolescente. Avait-on réellement besoin d’être connu pour être talentueux ? Kim croyait surtout à la chance. Et depuis quelque temps, sa bonne étoile l’avait abandonné. Et l’avait forcé à être assise sur son châle préféré à côté d’un garçon a peine sorti du lycée à se fumer un joint comme si elle était encore en études. Qu’est-ce que la vie est étrange parfois ! Kim prit le joint que lui tendait Carl et eut failli s’étouffer de rire lorsqu’il lui demanda si c’était la première fois qu’elle fumait. Elle ? Sérieusement ? Il était à des kilomètres, elle avait pris bien pire ! Avec sa petite tête de fille innocente, elle cachait bien son jeu.

    KIM – Si seulement tu savais tout ce que j’ai fait à ton âge. Tu me fais parler comme une vieille là

    Ah l’université ! Ses meilleures années. La suite s’était enchaîné vite. Bien trop vite. A peine diplômée qu’elle donnait déjà des conférences partout dans le pays sur l’art moderne. Elle n'avait pas bien profité de sa vie, à trop travailler. Aujourd'hui, elle était bien contente d'avoir trouvé sa petite vie paisible, avec maison et mari. Mais cette image de vie parfaite, parfois il faut faire un break, comme un bon gros joint. Finalement, son étoile ne l'avait peut-être pas abandonné.

    KIM – Tu devais en profiter, tu ne sais pas ta chance d’être étudiant ! Comment j’aimerais tellement revenir à ces années. Ecrire une pièce, c’est pas vraiment un boulot tu sais. Je savais pas quoi faire, j’en avais marre. J'étais en art avant, je donnais des cours, mais un jour j'en ai eu plus que marre. Ca me sortait par les yeux, j’étais fatiguée de tout le temps de déplacer pour faire donner des conférences. Du coup j’ai fais ça »

    L'effet du joint commençait à faire effet, elle parlait déjà trop.

Revenir en haut Aller en bas


Masculin
Nombre de messages : 2296
Etudes/Metier : [en pause]
Love : Forbidden.
Humeur : un peu paumé.

Inscription : 10/12/2012


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte: Jenna



MessageSujet: Re: Enfermés. - Carl Spencer Dim 31 Mai - 22:24

Si ses études lui plaisaient ? Euh, comment dire. Carl haussa les sourcils et répondit vaguement. « Ouais ouais c'est vachement intéressant. » Il ne s'étendit pas plus le sujet. Il commençait à en avoir marre de mentir, même à des inconnus. Il lui retourna alors la question, lui demandant si elle était connue. Kim répondit vaguement à son tour, un peu hésitante. « Ah. » fit Carl simplement en hochant la tête. «Mais t'écris quel genre de théâtre ? C'est pas un peu chiant ça ? Enfin, j'ai jamais aimé ça, le théâtre, ou la littérature moi, donc bon, c'est pas très objectif. » continua le Spencer, en monologuant un petit peu. Puis il haussa les épaules, indifférent. Les sciences, c'était mille fois plus passionnant.

«Ah non, j'crois pas non. Pourquoi je devrais ? » Il haussa un sourcil. Il ne voyait pas trop l'intérêt de la question. Peut-être qu'elle avait besoin de savoir que ce qu'elle écrivait servait à quelque chose et qu'elle ne faisait pas tout ça en vain. Enfin, c'était trop tard pour mentir, il ne l'avait jamais vu de sa vie, et même s'il l'avait croisée, il ne l'aurait sans doute pas reconnue. Il n'avait pas vraiment la mémoire des visages. Carl en profita pour fumer un coup et passer le joint à son interlocutrice, qui rit à sa question. Il eut du mal à le croire. Elle, au visage si enfantin et gentil, elle, faire des choses bien pires ? C'était intriguant. Carl sourit, tout de même content de voir qu'au final, la femme qu'il pensait être ennuyante ne l'était en fait peut-être pas tant que ça.

Peu de temps après, la fumée envahissait l'ascenseur et les langues des deux jeunes se déliaient. Carl recommença à parler études, et disait à Kim qu'elle avait de la chance d'avoir un boulot. Lui se trouvait dans une position bien ennuyante, à devoir quitter si vite les études qu'il avait tant voulues. Cela aurait été si simple si son père avait voulu qu'il soit éboueur. A peine avait-il fini de parler que Kim embraya sur le sujet et parla si vite en si peu de temps que le Spencer eut du mal à suivre. « Attends, donc t'as fait des études d'art ? Mais pourquoi en venir à écrire du théâtre ? Y au-cun rapport ! » fit-il en détachant les syllabes. «'fin j'veux dire, moi mon père a toujours voulu que je reprenne la morgue donc j'ai fait médecine, et je m'en sortais bien mais j'me suis dirigé vers véto cette année parce que j'en avais marre de toujours faire ce qu'on voulait de moi, tu vois, mais maintenant je me retrouve à .. » Et Carl s'arrêta en plein milieu de sa phrase, bouche ouverte, à réaliser ce qu'il avait failli dire. Oups. Il avait eu chaud. Mais pas tant que ça, parce qu'il était sûr que Kim allait lui poser la question et qu'il allait devoir s'en sortir. Et qu'ils en étaient qu'au début du joint. S'il racontait ça dès maintenant, qui sait ce qu'il racontera à la fin ..


Citation :
Prie pour retrouver ta gomme avant qu'un petit malin te la découpe en petits bouts.

_________________

ADDICTED TO YOU
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Enfermés. - Carl Spencer

Revenir en haut Aller en bas

Enfermés. - Carl Spencer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Carl Brouard: le protocole du buveur
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Enfermé dans un cercueil par des voleurs...
» Enfermé ? Pouvoir ? Alter Ego ? C'est un GAG ??!!!!.... [Libre]
» Mon monde enfermée dans une toile d'araignée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: La ville :: Ailleurs :: Universités :: Rowan University-