Partagez|

A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Masculin
Nombre de messages : 810
Etudes/Metier : Homme de ménage au lycée
Love : Mes pornos
Humeur : Blagueuse

Inscription : 21/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Sam 23 Mai - 22:12

Et voilà encore une nuit passée à errer dans le quartier. Quand il y a trois heures de ça j’avais réalisé que j’avais déjà perdu bien trop de temps à tourner dans mon lit, j’avais enfilé le premier jean que j’avais trouvé, un pull un peu trop large et mes baskets, puis j’étais sorti, en essayant de faire un minimum de bruit. J’avais marché sur les trottoirs, en plein milieu de la route aussi, tout était désert. J’avais fait ami-ami avec un chat voisin, qui avait fini par fuir en ayant entendu un bruit dans l’herbe non loin, et j’avais continué ma route, marmonnant des paroles de chansons qui me trottaient en tête en ce moment.

Le soleil entamait son ascension depuis maintenant vingt minutes environ, et aucun signe de fatigue. Tant pis, je me coucherai plus tôt ce soir, ou du moins j’essaierai. Je traînais des pieds, abimant mes semelles sans m’en soucier, mains dans les poches, je chantonnais. J’allais rentrer à la maison, il était temps. J’avais eu de la chance, la nuit avait été agréable, d’une douce chaleur et éclairée par la lune presque pleine qui avait veillé sur moi depuis le ciel. Je longeais les maisons du côté impair, tirant dans quelques gravillons qui traînaient sur le trottoir d’un gros coup de pied.

Et au coin d’une palissade, une fille, que je faillis heurter de plein fouet. Mais pas n’importe laquelle, celle qui avait hanté la partie sexuelle de mon esprit pendant mes dernières années d’écoles, celle qui m’avait prit en flagrant délit en train de l’espionner, celle qui m’avait contre toute attente manqué pendant deux ans. Cela faisait un an que je m’étais dis que j’allais tenter une approche et lui parler, étant persuadé que nous pourrions devenir de bons amis. Mais je n’en avais jamais vraiment eu l’occasion, je ne l’avais aperçue que deux ou trois fois pour dire vrai, et jamais je n’en avais eu le temps, le courage ou même l’envie. Je ne l’avais pas oubliée, mais je ne m’attendais pas à la voir de sitôt. Pris de court, elle m’avait coupé dans ma chanson.

« - ...tches is the only thing that I like... Woah ! Un peu plus et je te renversais ! Salut au fait. Alistair si jamais tu te souviens pas. »

Hésitant, après avoir agité mes bras un peu partout sans savoir que faire d’eux, j’avais tendu ma main vers elle pour une présentation un peu plus officielle. Pour une fois que je ne maudissais pas ces insomnies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 778
Etudes/Metier : Caissière au supermarché à mi-temps & organisatrice de levées de fonds à l'église
Love : Food ?
Humeur : Gourmande

Inscription : 01/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Dim 24 Mai - 2:45


Alistair Albright & Katya Fitzgerald
Si Katya n’était pas du genre à faire des grasses matinées, elle aurait pourtant voulu pouvoir rester quelques heures de plus dans son lit. Mais quand on entrait dans la vie active, c’était une des choses sur lesquelles il fallait faire une croix. Adieu douce matinée où on profitait de la chaleur de ses draps encore quelques instants, avant de tranquillement prendre un petit déjeuner en écoutant la radio.
Le jour venait à peine de se lever que Katya était hors du lit, elle avait mis son réveil à cinq heures. Elle commençait à sept heures mais elle devait s’occuper de promener le chien avant, et vu qu’elle avait été en retard assez fréquemment ces dernières semaines, elle préférait prendre de la marge pour une fois. Il fallait qu’elle perde vite cette habitude d’arriver trente minutes en retard, si elle ne voulait pas se faire virer.
Harrison l’attendait sagement dans l’entrée quand elle apparut attifée d’un t-shirt trop large qu’elle avait piqué à James et d’un jean troué qui devait sans doute appartenir à Julia. Pour la promenade du chien elle prenait toujours les premiers vêtements qui lui tombaient sous la main, de toute façon elle ne croisait jamais grand monde à cette heure-là. Elle préférait se préparer une fois rentrée quand elle savait la tâche accomplie et qu’elle pouvait prendre son temps. Mais c’était souvent une bien mauvaise idée parce qu’elle s’attardait en promenade et une fois rentrée elle devait s’activer à toute allure pour se préparer.

Avec l’avance qu’elle avait prise elle pouvait laisser de côté ces quelques petits désagréments matinaux. Elle but à grandes gorgées son jus de pomme tout en mangea une banane. Une fois son petit encas terminé, elle s’empara de la laisse du chien qui trainait toujours sur le bahut dans le salon, l’attacha au cou du Shar Pei, et c’était parti !
Le soleil était déjà assez levé pour qu’on y voie clair et les oiseaux s’étaient mis à chanter. Katya savourait toujours ce calme avant que la vie ne s’éveille dans le quartier, que les hommes d’affaire partent au travail et que les vieilles commères se réunissent sur les trottoirs pour jacasser sur les derniers ragots. En vérité, elle n’avait jamais eu l’honneur d’assister à l’une de ces conversations, mais c’était ce que son père lui avait raconté, qu’elles ne faisaient que casser du sucre sur le dos des autres. Elle ne savait pas si on pouvait tellement le croire, après tout Henry ne sortait pas beaucoup de chez lui… Mais Kat s’amusait de l’attitude de son père vis-à-vis du voisinage et préférait se convaincre qu’au fond, il n’avait pas tellement tort.

Harrison tirait fort sur la laisse, comme s’il avait aperçu quelque chose plus loin. Kat ruminait après lui, tirant d’un coup sec pour qu’il se calme. Ne regardant absolument pas devant elle, elle fut d’abord surprise par l’espèce de masse sur roulette qui s’approchait d’elle… Mais il ne lui fallut pas bien longtemps pour comprendre qu’il s’agissait d’un jeune homme sur un skate, et pas n’importe qui d’ailleurs. Elle le regarda tout d’abord comme si elle avait affaire à une apparition, mais très vite l’expression de son visage se changea en un sourire timide. « Oh salut ! Bah bien sûr que je me souviens de toi, sois pas idiot… » Dit-elle pour finalement planter son regard dans la main qui lui tendait, son sourire s’effaça et elle afficha une mine perplexe. « Euh, Katya Fitzgerald, caissière et promeneuse de chien à plein temps… Enchantée ! » Elle se moquait gentiment de son initiative, certes ils ne s’étaient pas reparlés depuis la terminale, mais comment aurait-elle pu oublier son camarade ? Surtout lui… Comment effacer de sa mémoire une telle rencontre. « Du moins… Enchantée… Si tu ne viens pas me mater les nibards cette fois-ci, mais je suppose que ça n’est plus dans tes habitudes ? » Elle avait prononcé ces paroles d’un ton grave alors qu’elle se voulait plutôt légère, c’était une taquinerie, en souvenir à cette fois où elle l’avait croisé en train de la mater dans les vestiaires après l’entraînement des cheerleaders… Et puis, elle voulait casser le malaise qui les avait empêchés de se lier d’amitié quelques années plus tôt lorsqu’ils étaient dans la même classe. Elle ne savait pas si elle si prenait de la bonne façon, parce qu’au fond elle ne le connaissait pas tellement ce garçon, juste un camarade qu’elle avait passé un an à éviter pour ne pas avoir à reparler de l’incident du vestiaire, alors trouver la bonne parade pour détendre l’atmosphère… Ce n’était pas aussi simple !

_________________
Il faut faire les petites choses
COMME SI ELLES ÉTAIENT GRANDES


Dernière édition par Katya Fitzgerald le Dim 24 Mai - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Masculin
Nombre de messages : 810
Etudes/Metier : Homme de ménage au lycée
Love : Mes pornos
Humeur : Blagueuse

Inscription : 21/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Dim 24 Mai - 12:22

Un clébard qui venait de débouler devant la jeune femme, une succession de bourrelets sur pattes, et qui manqua presque de me faire tomber de ma planche à roulettes. La blonde avait soit dégradé son apparence depuis trois ans, soit elle ne s’attendait à croiser personne pendant la promenade du chien, avec son tee shirt bien trop large et son vieux jean troué. Elle n’en restait pas moins mignonne dans l’ensemble, et ses seins n’avaient pas changé, même dans ce vêtement qui ne la mettait pas en valeur.

Elle se souvenait de moi, je jouais apparemment à l’idiot, mais bon, sait-on jamais, elle avait vécu bien plus de choses que moi ces derniers temps. Katya Fitzgerald qu’elle s’appelait, je le savais déjà mais jamais je ne l’avais entendu d’une bouche autre que celle des professeurs. Elle avait donc elle aussi choisi un boulot à la place de la poursuite des études, et était de corvée de promenade de chien, une petite touche d’humour qui ne faisait pas de mal. Enchantée à moins que je ne revienne l’espionner en petite tenue. Involontairement à ces mots, mon regard se déplaça sur ladite paire de seins avant de revenir presque aussitôt sur son visage. Une main de gêne à l’entente de ces propos venait caresser mes cheveux et les tirer un peu nerveusement.

« - Oh tu sais j’ai quand même changé depuis ce temps. Tu sais à cet âge, les jeunes garçons passent leur temps à vouloir voir des culs et des seins, et j’ai pas échappé à ça. J’ai même peut-être poussé le bouchon un peu plus loin que les autres. Excuse-moi, quand j’y repense c’était un peu con. » A vrai dire c’était con mais j’en été ressorti comme le con le plus heureux du monde. Ce pourquoi j’osais ajouter plus bas en détournant le regard. « - Et j’ai pas été déçu du voyage. »

Au moins elle avait été directe, et ça ne m’étonnait pas qu’elle se soit souvenue de moi après ce petit souci que nous avions rencontré et que j’avais causé. En même temps ça avait la cause du malaise qui avait toujours régné entre nous. On en n’avait jamais parlé. On n’avait même jamais vraiment parlé non plus. Et pour une première discussion ça commençait fort, mais le problème était sur le point d’être réglé au moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 778
Etudes/Metier : Caissière au supermarché à mi-temps & organisatrice de levées de fonds à l'église
Love : Food ?
Humeur : Gourmande

Inscription : 01/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Lun 25 Mai - 2:55

Faire table rase du passé pour mieux recommencer ? Oui c’était un peu le but, mais Katya ne tenait pas tellement rigueur à Alistair de ces quelques penchants passés pour le voyeurisme, en effet elle pouvait comprendre que dans sa prime jeunesse le corps féminin était encore un domaine obscur qui le titillait. Ainsi, il avait tenté d’en apprendre plus en observant son corps, pouvait-elle lui en vouloir ? N’était-ce pas plutôt flatteur d’avoir été choisi plutôt qu’une autre dans cette ribambelle de cheerleaders toute plus sexy les unes que les autres ? Oui, Katya était flattée, mais elle se cachait bien de le montrer. Elle avait tellement l’habitude de passer inaperçue que de savoir qu’un garçon autre que Christian avait pu être attiré par elle lui semblait irréel.  Après tout, c’était là le plus gros complexe de Kat : elle se sentait invisible et trop banale pour que l’on s’intéresse à elle. Cela s’exprimait notamment avec la gente masculine : il lui semblait totalement absurde qu’un homme puisse vouloir tenter quelque chose avec elle tant elle était persuadée d’être inintéressante. Et d’ailleurs, elle ne se trouvait même pas assez jolie !

Bref, au fond elle n’était pas si mécontente de recroiser Alistair. Si un malaise les avait pourtant éloignés pendant toute leur terminale, aujourd’hui Kat était plus à même d’y faire face et au fond c’était assez amusant qu’on y pensait bien. Si un jour ils devenaient amis ils pourraient à jamais raconter l’histoire de leur rencontre par « eh bah il voulait mater mes nibards. » Mais on en était pas encore là, il ne fallait pas presser les choses !
Donc oui, Alistair avait changé et c’était plutôt une bonne chose, Kat n’aurait sûrement pas su quoi faire d’un admirateur. Elle était tellement obstinée à fuir les relations amoureuses (sentimentales ou sexuelles) depuis ces derniers mois. Alistair lâcha une petite remarque qui fit sourire Kat : elle ne savait pas trop si elle devait le prendre avec humour ou pas, elle préféra néanmoins la première solution pour ne pas retomber une nouvelle fois dans ce malaise qui les avait jadis séparés. « Tant mieux alors, parce que c’est pas sûr que tu le refasses de si tôt ce voyage… A moins que tu décides d’escalader ma fenêtre un soir, mais ça serait dangereux… Non, promis, la prochaine fois je t’envoie plutôt une photo. » Un grand sourire taquin vint se dresser sur son visage tandis qu’elle reprenait sa marche, Harrison se relevant soudainement alors qu’il avait commencé à se mettre à l’aise, couché sur le trottoir. « Bon, si tu n’as rien contre Harrison, ça te dirait de nous accompagner faire sa promenade ? Tiens d’ailleurs, ça te prend souvent toi de te balader de si bon matin ? »
Cela faisait longtemps que Katya n’avait pas croisé de présence humaine à Magnolia de si bonne heure, et encore, elle sortait un peu plus tard d’habitude. Elle se demandait bien ce que le jeune homme pouvait bien traficoter dans le quartier à cette heure-ci… Peut-être qu’il rentrait de soirée ? C’était la première idée qui lui venait à l’esprit, ça semblait bien son genre, il lui faisait un peu penser à Julia dans ses manières un peu vulgaires. Mais peut-être qu’elle se trompait et que lui aussi se rendait au travail… Quoique, il semblait plutôt du genre branleur, encore une fois Kat n’avait rien contre, au fond ça lui rappelait avec une certaine nostalgie Christian qui d’ailleurs vivait plus de nuit que de jour. Elle était donc curieuse de savoir pour quelle raison Alistair se baladait de si bon matin, après tout, ce n’était pas si commun !

_________________
Il faut faire les petites choses
COMME SI ELLES ÉTAIENT GRANDES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Masculin
Nombre de messages : 810
Etudes/Metier : Homme de ménage au lycée
Love : Mes pornos
Humeur : Blagueuse

Inscription : 21/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Lun 25 Mai - 3:20

Une photo aurait donc été ma récompense, selon l’air taquin que prenait la demoiselle. Il était vrai que tenter de grimper à son balcon aurait pu être dangereux, bien que réalisable. J’imaginais déjà la scène. Roméo s’en allait voir sa belle Juliette, avec ce qu’il verrait ça lui promettrait une bonne branlette. Que de poésie. Mais bon, elle l’avait bien dit, je n’étais pas près de refaire le voyage jusqu’à ses seins. Bien dommage, je me rabattrai sur quelques Pornhub ou Redtube qui me feraient le plus grand bien.

Le malaise avait l’air d’être plus ou moins passé, transformé en bonne blague de laquelle on ne se lasserait pas, celle de notre première rencontre. Dire qu’il avait fallu trois ans pour faire passer ce petit encombrement. Certes nous n’aurions pas l’air fin si un jour nous avions à raconter d’où on se connaissait. Je voulais mater ses seins et son cul. Mais je me suis fait choper avant qu’elle enlève les sous-vêtements. Ca sonnait bien con, mais ça me plaisait. Encore fallait-il qu’on me demande comment je l’avais connue, et si jamais notre relation stagnait à un bonjour lors d’une promenade de clébard, on était bien loin de me poser la question.

Mais elle se mit à me proposer de l’accompagner pour ladite promenade, ce qui m’apporta un peu plus d’espoir quant au fait de lier une quelconque liaison avec la demoiselle. J’acceptais volontiers sa proposition pendant qu’elle trainait le Bibendum qui avait pris le temps de s’installer sur le trottoir. De toute manière la fatigue n’était pas tombée, comme bien souvent lors de mes insomnies, et la clarté du soleil levant ne m’aurait pas aidé. Je n’aimais pas trop les chiens, ils m’effrayaient un peu, mais celui là n’avait pas l’air bien méchant. Juste gras. Je prenais la marche aux côtés de la demoiselle, attrapant ma planche sous le bras, côté opposé au quadrupède par précaution.

« - Oh tu sais, je traine souvent dans les rues ou au lycée pendant la nuit. Au petit matin je préfère rentrer en général. C’est pas vraiment moi qui le décide, plutôt mon sommeil. Je fais des insomnies, assez souvent. Du coup au lieu de me tourner sans arrêt dans mon plumard, j’enfile mes grolles et je m’en vais gambader. Ca me fait du bien. Et je peux demander ce que fait une jeune femme si tôt pour simplement promener un chien ? Ca ne pouvait pas attendre quelques heures de plus ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 778
Etudes/Metier : Caissière au supermarché à mi-temps & organisatrice de levées de fonds à l'église
Love : Food ?
Humeur : Gourmande

Inscription : 01/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Lun 25 Mai - 14:04

Apparemment le jeune homme était en proie à des insomnies c’était pour cette raison qu’il traînait de si bonne heure dans le quartier. Kat comprenait, la dernière fois qu’elle avait faire une vraie grosse insomnie elle avait passé la nuit à conduire jusqu’à trouver le sommeil, finalement, au bord d’une route pas si loin de Magnolia. Mais bon, en temps normal elle avait un bon sommeil, elle était assez organisée dans la vie si bien que passé une certaine heure elle était incapable de rester debout trop longtemps. Elle faisait partie de ces gens qui avaient besoin d’au moins ces huit heures de sommeil pour être opérationnelle le lendemain matin, mais elle enviait ces personnes qui se contentait que de quelques heures : au fond ils gagnaient beaucoup de temps.
D’après ses dires, Alistair ne faisait pas que ce balader dans la rue durant ses terribles insomnies, mais aussi au lycée. Katya s’interrogea un bref instant, de quoi parlait-il ? Avait-il redoublé le lycée ? Mais elle se rappela rapidement que Lynn lui avait raconté dans un message que son frère bossait en tant qu’homme de ménage à Sterling. Cela avait fait un peu rire la blonde d’imaginer que son voyeur du lycée faisait maintenant la boniche là-bas. Au moins, il avait maintenant une bonne excuse pour venir surprendre les petites cheerleaders dans les vestiaires quand elles se changeaient ! Mais Kat préféra garder cette petite remarque pour elle, le pauvre garçon allait commencer à croire qu’elle faisait décidément une fixette sur leur rencontre.

Ils marchaient donc côte à côte sur le trottoir, Harrison trottinant gentiment auprès d’eux. Alistair finit par lui demander à son tour ce qu’elle faisait à promener son chien aussi tôt. Il était vrai que cela pouvait intriguer en effet, on pourrait penser qu’elle aurait pu faire cela plus tard, mais bon, il n’y avait rien de bien mystérieux au final dans cette affaire. « C’est que je commence tôt, du coup faut que je m’occupe de ce petit avant de partir travailler… Et puis j’évite aussi d’arriver pour la énième fois en retard en prenant un peu d’avance… Hein mon chéri ? A cause de toi maman elle fait pas dodo ! » Elle dit ces deux dernières phrases en prenant une voix niaise, regardant Harrison qui marchait joyeusement la tête relevée vers elle. Elle reprit quand même un peu de son sérieux. « Mais je suis contente d’avoir trouvé un peu de compagnie ! » Si elle avait su qu’elle trouverait un compagnon de route en sortant plus tôt que d’habitude, elle aurait peut-être eu plus de motivation à se lever les fois précédentes.

« Et comme ça tu travailles à Sterling ? » Dit-elle pour reprendre ce qu’il lui avait dit, quelques instants plus tôt. « Ça doit être étrange, non ? Rester dans ce lycée, voir d’autres gamins prendre notre relève… Et tu y traines souvent la nuit ? J’aimerais y retourner tiens, histoire de retomber dans les vieux souvenirs. » Elle s’imaginait déjà partir à la recherche de son casier qu’elle avait occupé pendant trois ans, retourner dans le gymnase où elle passait son temps à s’entraîner avec ses petites coéquipière Cheerios, ou encore revisiter le petit coin tranquille derrière le lycée où elle avait passé ses pauses à fumer clope sur clope (et pas que d’ailleurs) en compagnie de ses potes de l’époque. Un élan de nostalgie venait de faire surface, mais elle préféra ne pas en dire plus à Alistair, elle ne voulait pas lui donner l’impression de lui suggérer qu’il pourrait l’inviter à se balader dans lycée, un de ces soirs… Même si elle n’aurait sûrement pas dit non.

_________________
Il faut faire les petites choses
COMME SI ELLES ÉTAIENT GRANDES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Masculin
Nombre de messages : 810
Etudes/Metier : Homme de ménage au lycée
Love : Mes pornos
Humeur : Blagueuse

Inscription : 21/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Lun 25 Mai - 16:08

La jeune blonde avait donc elle aussi un boulot. Il était donc logique que si elle avait pour devoir de s’occuper du chien ou au moins de le sortir, elle le fasse avant le travail pour éviter les saletés dans la maison. Elle avait de la chance de ne pas se faire virer si elle avait pris la fâcheuse habitude d’arriver en retard, bien qu’elle reportait la faute sur le chien. Elle s’avoua tout de même heureuse d’avoir trouvé de la compagnie pour éviter de faire la sortie canine seule.

Ce me faisait plaisir d’avoir aussi trouvé quelqu’un avec qui passer un peu de temps. Les nuits passées seul me faisaient certes beaucoup de bien, mais pouvoir parler à quelqu’un de temps à autre n’était pas non plus de refus. Surtout quand il s’agissait de quelqu’un dont on ne connaissait rien, ce qui était le cas avec Katya. Je savais qu’elle était arrivée en 2010, qu’elle avait redoublé sa terminale et la taille de ses seins. Voilà tout. Il avait suffi d’une simple minute de discussion, voire moins, pour savoir qu’elle avait maintenant un travail et un chien. Un bon début. Puis elle entama le questionnement sur mon travail.

« - Ouaip, je travaille là-bas maintenant. J’avais tenté la fac mais que dalle, je suis trop mauvais pour ça, c’est pas mon truc. Et puis ça m’aurait pas plu. Et puis je trouve pas que ça fasse si bizarre tu sais, je me dis que je suis un vétéran de l’endroit, je connais le lycée mieux que personne, des endroits qu’aucun élève ne pourrait soupçonner, et je les vois galérer comme on a pu galérer quelques années plus tôt. »

Elle releva le détail que j’avais cité un peu de temps auparavant. J’y trainais la nuit. Sa première réflexion ne fut pas du genre "Oh mais c’est risqué ce que tu fais", comme ce à quoi je me serais attendu venant d’une personne extérieure. Non, elle songea tout d’abord à son envie d’y retourner, d’un élan nostalgique. Mais pouvons-nous vraiment parler de nostalgie quand c’était il y a seulement trois ans ? Peut-être pas, mais les souvenirs qui y sont ancrés pourraient faire resurgir de vieux sentiments. J’aimais bien déjà bien cette fille et sa manière de raisonner. Je me voyais forcé par mon envie de ne lui répondre qu’une seule chose.

« - Si tu veux je peux te faire rentrer un de ces jours, ou bien même une de ces nuits. Si t’arrives pas à dormir, tu m’envoies un message et je serais sûrement déjà là-bas ou dans une rue à tenter de trouver le sommeil. Je te filerais mon numéro si tu l’as pas, j’ai pas de compte Facebook. Par contre il y aura certaines règles à respecter, mais je t’en ferais part au moment voulu. »

Au moins la proposition était faite.

« - Mais bon, assez parlé de moi, passons un peu à toi. Tu bosses où ? Et qu’est-ce que tu fais de ta vie désormais ? J’ai juste su que t’étais partie avec un type pendant deux ans, et que t’avais pris un bonnet en taille depuis la dernière fois que je t’ai vue. »

L’humour à ce sujet aurait toujours sa place dans nos conversations, je n’avais pas de doute là-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 778
Etudes/Metier : Caissière au supermarché à mi-temps & organisatrice de levées de fonds à l'église
Love : Food ?
Humeur : Gourmande

Inscription : 01/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Lun 25 Mai - 17:04

Son petit élan nostalgique eut son petit effet sur Alistair, il lui proposa sans hésiter de se joindre à lui un soir lorsqu’il trainerait au lycée, un énorme sourire barra alors le visage de la blonde. Elle était tellement excitée, à chaque fois qu’elle était passée devant Sterling depuis trois ans elle avait été titillée par l’envie de s’y rendre. Mais elle n’avait jamais eu l’occasion et à vrai dire elle n’était même pas sûre d’avoir le droit de pénétrer dans l’enceinte de l’établissement sans autorisation. Alors qu’Alistair lui propose de le visiter de nuit… C’était l’occasion rêvée ! Combien de fois avait-elle rêvé de cela avec sa bande de potes ? Traîner dans le lycée un soir, totalement seuls, sans professeurs pour les surveiller ? Cela pouvait paraître un peu absurde comme fantasme, mais c’était suffisant pour rendre Katya heureuse.
« Oh merci ! » Se précipita-t-elle de lancer. « Ça marche, dès que j’ai un petit moment une nuit, je t’appellerai. » Dans un autre contexte ce bout de phrase aurait pu être interprété d’une drôle de manière. Et pourtant, ce qui liait les deux anciens camarades étaient dorénavant complètement innocent, juste l’envie de retourner sur les traces de leur adolescence passée. Al parla de certaines règles à respecter, Katya était curieuse de savoir lesquelles. Elle était de plus en plus ravie d’avoir croisé sa route ce matin, elle ne se doutait pas que, derrière ces allures de mauvais garnement un peu pervers, se cachait en vérité un jeune homme fort sympathique. Et Kat manquait un peu d’amis du lycée, ses potes quasiment s’étaient tous barrés après les scandales de mai 2014,  elle s’était retrouvée un peu esseulée. Renouer avec un gars de Sterling lui faisait le plus grand bien.

Le garçon se mit à l’interroger à son tour. Kat ne savait pas trop si cela lui faisait plaisir. D’un côté elle aimait bien attiser la curiosité de son ancien camarade mais d’un autre elle avait un peu honte de répondre à ces questions… Bah ouais, on ne pouvait pas dire que sa carrière ni sa vie actuelle était vraiment passionnante. Au contraire, alors que ses amis étaient tous entrés à l’université quasiment, elle, elle stagnait comme une pauvre cloche à enchaîner les petits boulots minables. Mais il semblait qu’avec Alistair elle n’avait à avoir aucune honte : finalement lui aussi était un peu dans la même situation. Homme de ménage au lycée : il n’avait pas quoi se vanter. Au fond il semblait tout aussi paumé qu’elle.
Puis il évoqua son voyage avec Christian, le cœur de Kat se pinça en entendant ce bout de phrase, « partie avec un type. » Elle peina à sourire par la suite à la petite blague qui lui fit, mais elle ne put s’empêcher de jeter un regard perplexe vers sa poitrine : « Ah bon ?! » Demanda-t-elle crédule avant de comprendre qu’elle s’était faite avoir. « Je n’ai pas continué mes études moins non plus, je suis juste caissière au supermarché, et puis j’aide le pasteur à organiser des levées de fond, rien de bien passionnant… Enfin si, c’est plutôt sympa, je l’aide à organiser des petits événements pour permettre à l’église de rentabiliser un peu de sous. Ça m’occupe. » C’était une chouette expérience ce job, au fond, il semblait que c’était la seule qui la mettait de bonne humeur ces derniers temps, elle aimait se sentir utile là-bas. « Et ouais, on a traversé toute l’Amérique c’était magnifique ! Mais bon au bout d’un moment on a fini par être à sec, du coup il a fallu qu’on rentre… Et puis on était sur le point de se séparer avec mon copain, du coup je suppose que c’est mieux ainsi. » Un sourire taquin étira ses lèvres et elle continua d’un ton plus gai : « Oui Alistair, tu as bien entendu, mes seins sont dorénavant tout à toi ! »

_________________
Il faut faire les petites choses
COMME SI ELLES ÉTAIENT GRANDES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Masculin
Nombre de messages : 810
Etudes/Metier : Homme de ménage au lycée
Love : Mes pornos
Humeur : Blagueuse

Inscription : 21/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Lun 25 Mai - 23:23

Après m’avoir remercié pour l’invitation et m’avoir affirmé qu’elle me contacterait pour qu’on organise notre retrouvailles au lycée, elle fini par me parler d’elle, se demandant entre les deux discussions si ses seins avaient vraiment grossis. Elle non plus n’avait pas eu le courage ou la possibilité de continuer les études et s’était directement lancée dans la vie active, en occupant une place de caissière. Certes, les premières années de boulots nous offraient des postes ingrats, mais il fallait des gens pour les occuper et c’était les inexpérimentés qui trinquaient. Personnellement ça ne me gênait pas, il fallait bien commencer quelque part, et c’était toujours mieux que de chercher un job quelconque en vain.

A côté de ça elle occupait un autre poste qui mine de rien avait l’air bien plus intéressant à l’église. Bien que n’étant pas croyant, j’aurais bien voulu participer à la levée des fonds, ça doit toujours être plus excitant que de passer la serpillère dans des chiottes où ces connards de gamins s’amusent à pisser partout. La collecte même de l’argent ne devait pas être très amusante, mais ce qui se passait derrière avec toute l’administration et l’organisation d’activités grâce à cet argent m’aurait fortement intéressé. Mais j’avais déjà un job à temps plein, ce n’était pas vraiment la peine de regarder ailleurs. Je lui montrais que j’étais à son écoute en acquiesçant de la tête, en la regardant aussi de temps en temps, alternant avec le chien qui gambadait l’air heureux. Peut-être que je passerai un jour ou l’autre pour voir comment ça se passait là-bas.

Puis vint un sujet un peu plus délicat qui m’avait donné l’impression de la heurter lors de l’évocation de ce voyage accompagné. Ce type qui l’avait accompagné avait été une idylle qui se termina à leur retour une fois les poches vides, et l’Amérique traversée. Ca devait être excitant, mais peut-être moins sur la fin si les deux sentaient que c’était aussi la leur. Dans tous les cas, c’était une expérience de laquelle elle garderait un bon souvenir, ça j’en étais sûr. C’était chouette pour elle qu’à son âge elle ait déjà eu l’occasion de participer à quelque chose de ce type, ce n’était pas le cas de tout le monde, et encore moins le mien. Moi j’étais resté à Magnolia, bossant la journée et gambadant la nuit. Sympa comme vie, quand d’autres traversent des pays et des Etats entiers. Mais bon, je ne me plaignais pas, ce n’était pas mon genre de trop envier les autres, et ma vie me satisfaisait ainsi.

La petite touche d’humour qui se laissait comprendre par son sourire vint ponctuer son court récit. Ses seins étaient donc tout à moi si je le voulais. Oh bien sûr que je l’aurai voulu, seul un idiot aurait refusé. Mais la mesquinerie l’emportait sur la véracité de ses propos. Cependant cela faisait déjà plusieurs fois que c’était tendancieux et ambiguë entre nous quatre, Katya, ses seins et moi. Mais bon, sûrement avait-elle un sens de l’humour plus cru que je ne l’aurais imaginé. A moins qu’il lui manquait quelques activités sexuelles au fond ? Je gardais cette pensée dans le coin de la tête pour la future branlette, c’était plus sûr. Ne sachant pas vraiment quoi répondre à cette "avance", je me contentais d’un raclement de gorge, non pas gêné, seulement un minimum, et d’une réponse simple.

« - Dis pas des choses comme ça devant ta famille voyons, tu me gênes. » lançais-je en donnant un coup de tête pour désigner le clébard qui sautillait à côté de nos pas. Il ne s’était d’ailleurs toujours pas arrêté pour chier, il devait être constipé le pauvre. « - Mais je garde la proposition dans mon esprit, je viendrais vérifier la marchandise un de ces quatre. »

Un petit haussement de sourcil pour ponctuer cette remarque de beauf et lui faire comprendre que je n’étais pas vraiment sérieux s’affichait sur mon visage. Tout ça malgré un petit détour du regard vers la poitrine en question, juste par curiosité dirons-nous. Ceci dit, en portant mon regard vers le bas, je remarquais que le chien n’était plus à côté de Katya. En me retournant, je le voyais accroupi au beau milieu du trottoir, la crotte pendant de son trou de balle, peinant à la faire tomber. Je m’arrêtais alors logiquement avant que la laisse ne se tende pour venir l’étrangler dans ce doux moment signé Mère Nature, Katya ne l’ayant pas encore remarqué.

« - Attends, le petit chéri à maman fait caca. » Je tapotais du pied en attendant que les intestins de la bête fassent leur travail, et j’en profitais pour réfléchir à quel sujet aborder avec la blonde. Et c’est à ce moment là que je me souvins de mon skate sous le bras.

« - Oh ma sœur m’a montré une vidéo sur internet il n’y a pas si longtemps, c’était un chien qui fait du skate. Ca te dit qu’on essaie ? » proposai-je en tendant la planche à roulette vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 778
Etudes/Metier : Caissière au supermarché à mi-temps & organisatrice de levées de fonds à l'église
Love : Food ?
Humeur : Gourmande

Inscription : 01/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Mar 26 Mai - 17:44

Elle ne put s’empêcher de rigoler à la plaisanterie d’Alistair, ils se connaissaient à peine qu’une bonne complicité était en train de naître, merci à son espionnage dans les vestiaires à l’époque du lycée ! De loin, Katya avait toujours vu Alistair comme un petit rigolo un peu cancre, et aujourd’hui elle se rendait compte qu’il avait en plus de cela un bonne humour. Il lui plaisait de plus en plus ce petit. Un peu d’humour, c’est ce qui manquait le plus dans ce quartier, selon Katya. Elle était pourtant habituée à l’ambiance loufoque de sa famille, entre les blagues noires de son père et celles un peu plus salaces de Julia. Si elle n’aimait pas juger ses voisins, elle s’était toujours imaginé qu’ils devaient être de sacrés rabats joies, mais quand on avait été élevé par Henry Fitzgerald, après tout c’était normal… Ce bon vieux râleur lui avait insufflé certaines valeurs de la vie qui ne convenait peut-être pas à la vie du quartier. Alistair en tout cas était un peu dans la même vague que sa famille, un mec à côté de la plaque, qui faisait tâche dans cette banlieue chic où tout le monde arborait constamment un sourire hypocrite. C’était peut-être aussi pour cette raison qu’elle appréciait Alistair, c’était un peu comme s’il était l’un des leurs !

Un cou sec de la laisse qui se tendait lui fit comprendre qu’Harrison s’était arrêté faire sa crotte, Alistair la prévenant dans la foulée. Elle se stoppa dans sa marche, et eut par réflexe de tapoter dans sa poche de jean à la recherche de son paquet de tabac, avant de se rendre compte qu’elle l’avait oublié. Vieille habitude, quand Harrison faisait sa crotte, elle s’en roulait une. Elle regarda d’un air blasé le spectacle pas tellement ragoutant que lui donnait le petit Shar Pei… Hop une jolie crotte sur la pelouse des Hamilton. Pendant un instant elle s’imagina laisser la crotte avec l’espoir qu’Elin marche dessus en sortant de chez elle, puis elle se dit que ça aurait très bien pu être l’un de ses parents qui finiraient les pieds plein de merde, donc pas une si bonne idée. Elle extirpa un sac plastique de sa poche et ramassa le petit cadeau que venait de lui offrir son chien, direction la poubelle.
Elle venait de jeter la crotte dans la poubelle quand Alistair lui fit part d’une idée. Elle regarda sa planche de skate, puis le chien qui attendait, haletant la langue hors de sa gueule et puis lança en haussant les épaules : « Eh bien on va essayer ! Je te promets rien ce petit con est un peu tête de mule. » Dit-elle en riant et en tirant légèrement sur sa laisse pour qu’il se rapproche. « Allez file moi ton skate, on va voir si ça marche. » Elle s’empara de la planche à roulette qu’elle posa sur le sol, et essaya avec la plus grande concentration, comme s’il s’agissait d’une affaire sérieuse, de faire monter le chien dessus. Cela marcha au début, mais dès qu’elle se mit à faire rouler la planche il sauta. « Mmh, je crois que mon chien n’est pas prêt à devenir la nouvelle grande star de Youtube. » Elle ne connaissait pas trop ces choses-là, Kat ne trainait pas beaucoup sur internet, mais elle savait que Lynn la petite sœur d’Alistair était accro. D’ailleurs c’était comme cela qu’elle avait fait sa connaissance, quelques années plus tôt. Si la blonde n’avait jamais lié d’amitié avec Alistair jusqu’à aujourd’hui, elle était pourtant très amie avec sa plus jeune sœur.

Elle regarda la planche que le chien venait d’abandonner et sans trop réfléchir elle se mit dessus, tentant de voir comment cette chose fonctionnait. Kat était une fille assez sportive, elle avait derrière elle de longues années de cheerleading et de danse. Mais pour ce qui était de ce genre de pratique, Katya n’avait jamais été initiée. « Dis, tu m’apprends à m’en servir ? » De toute façon ils avaient encore un peu de temps devant eux. « Comme ça je pourrais épater autrement les mecs qu’avec ma paire de seins. »

_________________
Il faut faire les petites choses
COMME SI ELLES ÉTAIENT GRANDES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Masculin
Nombre de messages : 810
Etudes/Metier : Homme de ménage au lycée
Love : Mes pornos
Humeur : Blagueuse

Inscription : 21/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Mar 26 Mai - 21:38

C’était le jardin des Hamilton, selon l’indication donnée par le nom sur la boîte aux lettres, qui servit au chien de dépotoir à sa crotte. Cette dernière fut ramassée dans un sac par la maîtresse du chien et automatiquement jetée à la poubelle. Puis elle prit en compte ma proposition et accepta automatiquement, approchant pour se saisir de la planche à roulettes et la poser sur la route encore déserte et sans danger. Elle m’avait tout de même prévenu que ce n’était pas gagné, le quadrupède en faisant un peu à sa tête par moments. Je m’en doutais, mais au moins on aurait essayé.

Elle avait eu raison, le mettre sur le bout de bois ne fut pas difficile, mais lorsque les roulements se mirent à faire leur boulot, l’animal préféra se fatiguer les pattes en sautant directement du skate. Comme le disait Katya, il n’était pas prêt de devenir une star de YouTube. En tout cas pas comme ça. Peut-être que nous nous reverrions et que la promenade du chien se ferait plus souvent à deux, et dans ce cas nous aurions bien plus de temps et d’occasions pour tenter de rendre célèbre le sac de bourrelets qui lui servait d’animal de compagnie.

Contre toute attente, le chien s’en étant allé que la place était déjà prise par la maîtresse. Elle était montée sur la planche avant de me demander de lui apprendre à s’en servir. Elle avait pour but d’étonner autrement les garçons qu’avec ses seins, blague qui me fit rire.

« - Sur une board ou non, les mecs vont bien mater tes seins t’en fais pas pour ça ! »

Puis je m’approchais d’elle et m’accroupissait pour voir comment elle se tenait. Je tentais de modifier la position de ses pieds mais ces derniers ne suivaient pas.

« - Attends, avant de monter et rouler faut qu’on teste quelque chose à terre. Descend de là et mets-toi dos à moi au milieu de la route sans te retourner.»

Elle s’exécuta et avant qu’elle ait pu finir de dire quoi que ce soit, je la poussais vers l’avant. Avant que les jurons fusent, je repris la parole pour m’expliquer.

« - C’était pour pas fausser le résultat, t’inquiètes pas je te veux pas de mal. Tu vois le pied que t’as mis en avant pour te retenir de tomber ? C’est celui qui retient ta chute que tu mettras à l’avant de la planche, toi c’est le gauche donc t’es regular. Moi c’est l’inverse, on dit que je suis goofy. Une fois que tu sais ça c’est bon tu peux monter. Je vais juste monter avant pour te montrer comment positionner tes petons. Ca sera plus simple que de tenter de faire glisser tes chaussures sur le grip, et je niquerai pas tes semelles au moins. »

Je m’exécutais, grimpant sur la planche avec aise et par réflexe positionnait mes pieds avec l’angle et la distance correctement ajustés.

« - Voilà, tu te mets comme ça, t’as bien vu ? Et puis je corrigerais si jamais, t’en fais pas. »

Je descendais et tourner la planche avec un coup de pied pour la mettre dans son sens. Je restais à proximité pour vérifier la position pendant qu’elle s’installait. Elle se révéla être parfaite.

« - Bah dis donc t’apprends vite ! C’est cool ça ! Pour l’équilibre je pense que ça devrait aller, j’ai vu ce que tu savais faire d’aérien en tant que cheerleader, ça n’avait pas l’air d’être un problème. Mais si tu veux que je te suives ou te tiennes dis-le moi maintenant. » J’attendais sa réponse avant de poursuivre. « Maintenant tu regardes où tu veux aller et avec ton pied arrière tu peux pousser ! Doucement pour l’instant. »

J’aimais beaucoup cette fille malgré le fait que quelques minutes seulement s’étaient écoulées depuis que l’on se côtoyait. Je regrettais presque de ne pas avoir tenté la conversation plus tôt. Seins ou pas seins, elle serait une bonne amie je n’avais aucun doute là-dessus, elle était amusante et drôle, très sympa, avait l’air simple et curieuse, sans prise de tête. Et puis elle était mignonne, il ne fallait pas l’oublier, c’est toujours plus agréable de discuter en regardant une belle personne qu’un laideron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 778
Etudes/Metier : Caissière au supermarché à mi-temps & organisatrice de levées de fonds à l'église
Love : Food ?
Humeur : Gourmande

Inscription : 01/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Mer 27 Mai - 3:01

Est-ce qu’elle ne profitait pas un peu de la situation ? Peut-être oui, les compliments sur sa poitrine remontaient son orgueil qu’elle avait très mince, et autant dire que c’était plutôt agréable. Puis la situation l’amusait un peu, il faisait des remarques sur ses seins mais ça restait complètement innocent comme une bonne blague entre eux. Il n’y avait rien de mal là-dedans, si ? La journée commençait décidément bien en tout cas, Kat ne pouvait qu’en être ravie et peut-être que pour une fois elle serait un peu plus motivée par son boulot de caissière, même si elle avait des doutes.
Elle écouta bien sagement l’enseignement d’Alistair même si elle fut un peu surprise au début quand il lui demanda de redescendre du skate pour « essayer quelque chose à terre », d’après ses dires. Elle ne comprit pas bien, et encore moins quand il la poussa, elle crut d’abord à une méchante blague et était même sur le point de se vexer jusqu’à ce qu’il lui donne des explications. Elle le regardait bouche bée, c’était des termes qu’elle ne connaissait pas mais ça avait l’air de lui plaire à lui, alors elle hocha la tête, tentant de retenir intérieurement ce qu’il venait de dire. Puis il lui montra comment il fallait se positionner sur la planche, Kat trouvait plutôt mignon son désir de lui enseigner, elle en aurait connu d’autres qui aurait lâché un soupir et qui aurait accepté en roulant des yeux. Mais Alistair était un jeune homme sympathique, il avait l’air enthousiaste de discuter avec elle et de lui enseigner tout ça, cela faisait plaisir à voir !

Elle monta à son tour sur la planche, et tâcha d’imiter ce qu’elle venait de voir quelques minutes plus tôt. Elle espérait faire les choses bien, elle n’était pas très douée pour les choses intellectuelles où il fallait avoir des connaissances et réfléchir, mais elle était très douée de ses bras et de ses jambes. C’était ce que sa courte carrière de cheerleader lui avait appris.
Apparemment elle se débrouillait bien, elle ne savait pas trop si Alistair lui disait cela pour lui faire plaisir mais ça fonctionna parce qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de sourire bêtement, toute fière d’avoir peut-être un talent insoupçonné pour le skate. « Ah oui c’est vrai que monsieur passait son temps à m’observer pendant les entraînements ! » Dit-elle en rigolant tandis qu’il lui faisait remarquer que vu ses talents en cheerleading elle n’aurait pas de mal pour l’équilibre. Il lui proposa de l’aider en la tenant, mais Kat voulait déjà voir si elle pouvait y arriver toute seule, alors elle poussa avec son pied droit, assez doucement dans un premier temps. Puis essaya avec un peu plu de force, mais eu du mal à stopper la planche, mais en tentant une deuxième fois et elle réussit un peu mieux. Elle fit un aller retour pour revenir jusqu’à Alistair, faisant rouler le skate en regardant droit devant elle, les yeux plantés sur le visage de son compagnon de route. Arrivée quasiment à sa hauteur à petite allure, elle tenta de se stopper en s’accrochant un peu à lui, attrapant ses deux épaules. « C’est dommage que je sois une bonne élève, c’était tentant cette idée que tu me tiennes. Mais si tu veux je peux faire semblant d’être nulle ? » Elle rit, bien sûr elle se moquait un peu de lui, elle ne savait pas si elle avait très envie qu’il la tienne vu son penchant flagrant pour sa poitrine. « J’aime bien ! » Dit-elle en sautant du skate et en regardant l’objet comme si elle venait de découvrir un nouveau joujou. « Tu m’apprendras d’autres trucs ? Promis je te payerai, peut-être pas en espèce, mais au moins en nature. » Ah, cette blague ne cesserait donc jamais entre eux !

_________________
Il faut faire les petites choses
COMME SI ELLES ÉTAIENT GRANDES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Masculin
Nombre de messages : 810
Etudes/Metier : Homme de ménage au lycée
Love : Mes pornos
Humeur : Blagueuse

Inscription : 21/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Mer 27 Mai - 10:08

Katya montrait un enthousiasme certain pour cette nouvelle découverte, il n’y avait pas de doute là-dessus. Elle restait attentive et à l’écoute, et devenait souriante quand elle avait l’air de bien saisir ce qu’il fallait faire. Ca devait être la première fois que j’apprenais quelque chose à quelqu’un. Et j’étais ravi que ça soit enfin pour s’intéresser à une des choses à laquelle j’étais bonne. Elle reproduisait mes faits et gestes avec précaution, puis après une remarque amusante sur le passé, elle se lança sur la route. D’abord lentement puis un tout petit peur plus rapidement. Elle se laissa rouler presque jusqu’à l’arrêt puis revint vers moi. En arrivant mon niveau, elle ne trouva pas d’autre frein que de se tenir à mes épaules pour éviter l’impact, puis elle descendit de la planche.

Elle aimait bien l’activité qu’elle venait de découvrir, et elle me fit remarquer qu’il était dommage qu’elle soit bonne élève puisque ça m’ôtait l’occasion de pouvoir la tenir. A peine descendue elle demanda à apprendre d’autres trucs dans le futur. Quand je vous disais qu’elle était enthousiaste. Elle promit même de me payer, en nature si l’argent lui manquait. Je riais à sa blague avant de répondre.

« - Si je voulais te tenir c’était plutôt pour ta sécurité que pour te tripoter ! Si je veux te tripoter je m’en occuperai lors du paiement des leçons t’en fais pas pour ça ! Et pas la peine de jouer à la nulle, tu l’es déjà. » Je riais. Les blagues à ce sujet ne cesseraient probablement jamais. « Mais pour être plus sérieux t’as pas besoin de me payer, ça me fait plaisir de pouvoir partager quelque chose ! Et joue pas à la nulle, ça te fera pas progresser. Et que ce soit en argent ou en nature, tu n’as rien à me donner ! En contrepartie des leçons en tous cas… »

Je la regardais en haussant les sourcils deux fois consécutives, et je lui souris. Les connotations et les blagues sexuelles ne s’arrêtaient pas depuis notre rencontre, mais étaient-ce seulement des blagues ou bien il y avait là une sorte de désirs refoulés ? Bien des philosophes pourraient enquêter sur notre cas. Je leur laissais ce boulot, je laissais les choses se passer et je verrai bien. Je ramassais le skate pour le reprendre à la main, et je tournais autour de moi comme cherchant quelque chose.

« - Faudrait peut-être qu’on retrouve ton clebs non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 778
Etudes/Metier : Caissière au supermarché à mi-temps & organisatrice de levées de fonds à l'église
Love : Food ?
Humeur : Gourmande

Inscription : 01/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Jeu 28 Mai - 15:15

On n’aurait su dire si c’était la découverte pour ce nouvel attrait pour le skate ou sa rencontre avec Alistair qui rendait aussi heureuse Katya en ce début de matinée. Elle était en tout cas très enthousiaste à propos de tout cela, ça c’était certain ! Elle le montrait peut-être un peu plus qu’elle ne l’aurait voulu, mais c’était plus fort qu’elle, elle n’avait jamais su cacher sa joie. Et puis à quoi bon ?
Alistair était un bon professeur, et apparemment il ne comptait même pas la tripoter ! Un peu décevant, elle l’aurait cru moins sérieux. Mais peut-être rassurant après tout, elle n’aurait pas à s’en faire quant aux quelques pulsions qui auraient pu lui prendre. Quant au payement de ses leçons le jeune homme acceptait de les faire gratuites. Bien, Kat n’était pas sûre d’avoir envie de payer tout cela en nature (ni en espèce d’ailleurs, elle faisait attention au moindre centime !) Une très bonne entente circulait entre les deux camarades, ce qui ravissait Katya actuellement. « Ah j’ai compris, tu veux le faire gratuitement mais t’espères un petit cadeau en échange hein ? Eh bien non Mr Albright, vous n’aurez pas de photos cochonnes ! » Elle ria de bon cœur une nouvelle fois, elle aimait cette bonne blague sur laquelle reposait leur relation. Elle se demandait si les connotations de leurs discussions avaient quelque chose de réellement ambiguë. Après tout, Kat n’était pas quelqu’un qui cherchait à faire compliqué, elle aimait rire quand elle en avait l’occasion et ne se posait jamais trop de questions, les connotations sexuelles de leur conversation n’était que le fruit que d’une complicité commune, rien de bien inquiétant selon la blonde.

Apparemment les deux jeunes étaient tellement à fond dans leur conversation et dans la petite leçon de skateboard que venait de lui donner Alistair, qu’ils ne remarquèrent pas que le Shar Pei manquait à l’appel. Lorsque son ami lui fit remarquer, Kat sentit soudainement une montée d’adrénaline lui prendre. Un peu la même que l’on ressentait quand on était incapable de retrouver son portable ou bien un bracelet qui nous était cher. Sauf que là c’était Harrison, et aux yeux de Kat cette bête était plus précieuse que n’importe quel bijou ! Elle se mit à regarder autour d’elle, mais incapable de mettre la main sur sa boule de poils. « Merde ! » Lâcha-t-elle finalement. Etourdie comme elle était, ce n’était pas la première fois que pareille chose lui arrivait. Une fois Harrison s’était carrément enfui de la maison et elle avait passé la journée à le chercher avant de se rendre que c’était cette bonne vieille Mrs Gray qui l’avait recueilli et qu’elle avait passé la journée à le gâter de petits encas. Il avait pris au moins deux kilos après cette affaire. « Harrison ! » Se mit-elle à crier finalement, tout en sifflant, le son strident résonnant en écho dans la rue. Elle était assez pro pour ça, ses sifflements perçaient les tympans, habitude qu’elle avait prise quand elle était chef des cheerleaders pour calmer les filles. « Bon par contre moi je t’offre n’importe quoi si tu m’aides à retrouver mon chien, que ce soit en photos cochonnes, en espèce ou même en nature. » Elle ne rigola pas suite à cette remarque, la disparition d’Harrison l’inquiétait bien trop pour cela. « Je vais encore être en retard avec cette histoire… Bordel… » Elle avait encore un peu d’avance mais si elle ne mettait pas la main sur le Shar Pei elle serait bel et bien en retard. Bon, heureusement le quartier de Magnolia n’était pas bien grand et il ne devait pas être bien loin, elle espérait seulement que le chien n’avait pas trouvé refuge dans le jardin arrière d’un voisin, sinon elle aurait bien du mal à mettre la main dessus.

_________________
Il faut faire les petites choses
COMME SI ELLES ÉTAIENT GRANDES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Masculin
Nombre de messages : 810
Etudes/Metier : Homme de ménage au lycée
Love : Mes pornos
Humeur : Blagueuse

Inscription : 21/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Jeu 28 Mai - 20:58

Une complicité paraissait vraiment naître entre nous deux. Certes elle était basée sur des seins, ce n’était pas classe à dire, mais elle avait l’air de parfaitement fonctionner. Pourvu que ça dure. Elle commenta ma réponse en faveur de la gratuité peu après à nouveau sur un ton humoristique, avec un sujet qui demeurait sans cesse le voyeurisme et le sexe en général. Mr. Albright, c’est-à-dire moi (je n’avais que rarement été appelé de cette manière, et je trouvais que ça ne m’allait pas vraiment. Ce n’était pas moi), n’aurait pas de photo cochonne en échange des cours qu’il dispensait. Ce n’était clairement pas mon intention, je faisais juste ça par gentillesse, sans réelle arrière-pensée, mais il était vrai qu’à y réfléchir, ça aurait pu être sympa de sa part.

« - C’est très gentil d’y penser miss Fitzgerald, mais je n’ai pas le droit d’avoir de relation sexuelle proche ou éloignée avec mes élèves. Vous pourrez cependant maladroitement utiliser votre portable pour envoyer un message à la mauvaise personne, je resterai aux aguets. »

Un léger fou rire s’emparait de moi et détruisit la grimace que j’avais formée sur mon visage pour essayer de représenter un vieux professeur un peu trop pervers prétendant être sérieux. Puis je fis une nouvelle remarque sur la disparition de son chien, et son alarme interne la fit s’affoler directement après mes mots. Son chien était disparu, et c’était en tentant un certain humour loin d’être drôle qu’elle me promit un paiement en espèces, en photos ou en nature si je lui venais en aide. Elle sifflait de manière plutôt désagréable, mais on était sûrs que l’animal pouvait l’entendre comme ça. Et puis elle ajouta qu’elle finirait par être en retard, comme elle en avait apparemment l’habitude. Ca m’alarma un peu plus et je la regardais tourner en rond, déplaçant son visage de droite à gauche en criant le nom du disparu.

« - T’as qu’à prendre ma planche. Sérieux, tu la prends, ça te fera aller un peu plus vite qu’à pied pour aller à ton boulot, ça t’entrainera, tu ne te feras pas virer, et pendant ce temps je cherche ton chien. Je peux le garder jusqu’à ton retour si tu veux, ou alors le redéposer chez toi. »

Un peu d’aide ne pouvait pas être de refus, et puis pour une fois dans ma vie j’avais plutôt envie d’aider quelqu’un que de l’emmerder. Ca m’arrivait bien sûr, je n’étais pas si affreux que ça, mais pour les premières rencontres, j’avais plutôt pris l’habitude de faire chier la personne pour essayer de l’évaluer. Comme quoi cette fille devait avoir un petit quelque chose de spécial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 778
Etudes/Metier : Caissière au supermarché à mi-temps & organisatrice de levées de fonds à l'église
Love : Food ?
Humeur : Gourmande

Inscription : 01/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Sam 30 Mai - 2:08

Apparemment Harrison avait bel et bien décidé de se faire la mal et cela ne plaisait pas du tout à Katya. Elle aurait bien réfléchi à une punition dès qu'elle aurait retrouvé cette satanée bête, mais son esprit était déjà trop occupé à se demander où se trouvait ce foutu chien. Sincèrement, tout le monde s'en ficherait chez les Fitzgerald d'apprendre la disparition de Harrison si elle ne le retrouvait pas. C'était son chien à elle et c'était aussi ce qui l'inquiétait le plus, qui l'aiderait à coller des affiches partout dans le quartier si elle ne remettait finalement pas la main dessus ? Mais bon, ne dramatisons pas, le chien ne pouvait pas avoir filé bien loin.
Elle fut soulagée quand elle vit que son compagnon de route était tout à fait près à l'aider. Il lui proposa de lui prêter son skate pour qu'elle ne soit pas en retard au boulot. Il lui dit même que pendant ce temps, il s'occuperait de retrouver le chien. A vrai dire, elle ne s'imaginait pas tellement débarquer au supermarché sur ce machin-là, mais elle trouvait l'intention tellement adorable. Ce garçon l'étonnait de plus en plus ! Et puis il était prêt à chercher à sa place alors qu'il n'avait pas dormi de la nuit... Très peu de voisin aurait fait ça pour elle, elle en était quasiment sûre. « Oh mais non, je vais pas te prendre ton skate... Puis j'ai mon vélo, ce n'est pas ça le souci... » Sa proposition était bien trop aimable. « C'est vraiment adorable en tout cas, merci ! Tu dois être mort de fatigue, tu es vraiment prêt à le chercher pour moi ? » Elle regarda l'heure sur son portable. « Bon, j'ai une quinzaine de minutes, je peux t'aider jusqu'ici. Après ça, il faut que je file à la maison me doucher et  me changer... Sinon, je serais en retard pour de bon. » Et elle se ferait virer à coup sûr cette fois, son patron l'avait prévenue la dernière fois ! Ah, quelle idiote elle avait été de laisser ce chien sans surveillance, sûrement trop obnubilée par le skate, et par Alistair par la même occasion.

Ils continuèrent leur route ensemble à la recherche du Shar Pei. Ce que craignait beaucoup Katya c'était que le chien se soit fourré chez un voisin, cela serait beaucoup plus compliqué d'aller le rechercher et en plus à cette heure-là les "aimables" habitants de Magnolia Crescent devaient sans doute dormir. C'était un grand risque à prendre de les déranger de si bonne heure.
Mais voilà, pas de trace du chien, cela voulait forcément dire qu'il avait trouvé un trou dans une haie et qu'il s'était faufilé dans un jardin. La maison la plus proche à ce moment-là était celle des Hamilton, Kat retourna donc sur ses pas et vint se mettre à côté de la haie pour tenter, sur la pointe des pieds de jeter un œil dans le jardin de la petite famille tant connue du quartier pour les nombreux scandales autour de leurs filles. Mais Kat avait beau être grande la haie la dépassait largement et elle n'arriverait jamais à voir à l'intérieur, elle regarda Alistair de haut en bas, apparemment ça ne serait pas lui non plus qui allait l'aider, il n'avait rien d'un grand dadet d'un mètre quatre-vingt quinze. Il ne restait donc qu'une solution. « C'est ton jour de chance mon grand, il va falloir que tu me portes pour que je regarde par-dessus la haie. Tu peux me tripoter mais seulement si tu ne me lâches pas ! » Habituellement elle aurait sûrement rigoler, mais les circonstances ne se prêtaient pas pour et puis le temps pressait. « Fais vite. » Lâcha-t-elle finalement, sans vouloir non plus lui foutre la pression. Mais les quinze minutes s'écouleraient vite et elle n'était pas encore prête de retrouver Harrison. C'était sans doute une tâche qu'elle allait décidément devoir léguer à Alistair.

_________________
Il faut faire les petites choses
COMME SI ELLES ÉTAIENT GRANDES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Masculin
Nombre de messages : 810
Etudes/Metier : Homme de ménage au lycée
Love : Mes pornos
Humeur : Blagueuse

Inscription : 21/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Sam 30 Mai - 13:28

Mon skate ne lui serait pas utile étant donné qu’elle avait un vélo, il était vrai que ça serait plus rapide étant donné qu’elle devait y être habituée à son bicycle. Mais ma proposition la toucha, je pouvais le voir à son petit sourire sur son visage inquiet. Elle demanda confirmation de ma part pour être sûre que je veuille bien l’aider à retrouver le chien, malgré la nuit blanche que je venais de passer, et d’un hochement de tête j’acquiesçais. Elle avait encore quinze minutes pour m’aider à chercher l’animal, puis elle devrait rentrer se doucher et se changer avant de partir bosser.

« - Si t’as besoin d’aide pour te savonner ou t’habiller je suis là hein ! » Je riais un peu sans trop en abuser après cette remarque pendant qu’elle agitait la tête dans toutes directions pour chercher une trace quelconque du canin. « Bon on ferait mieux de s’y mettre tout de suite du coup. »

Sans conviction, elle tenta de se mettre sur la pointe des pieds pour voir par-dessus le jardin qui avait servi de WC il y a plusieurs minutes maintenant. Sans succès. Elle me jugea de haut en bas et remarqua que je ne serais d’une plus grande aide, n’étant plus grand que de deux ou trois centimètres. Elle trouva donc une alternative, j’allais la porter pour qu’elle puisse observer le jardin des voisins Hamilton. Elle ajouta que mon jour de chance était arrivé, me laissant la tripoter tant que je la gardais bien en main. J’allais plutôt faire en sorte qu’on ne se fasse pas mal en la portant plutôt que pour le plaisir de mes mains. Je m’approchais derrière elle, la jugeant à mon tour de haut en bas pour tenter de savoir ce qui serait le plus pratique, et je me risquais à la porter. J’enlaçais le haut de ses cuisses, juste en dessous de ses fesses et je vins la soulever d’un coup. Elle pouvait donc prendre assise sur mon épaule. Ses fesses étaient fermes et moelleuses à la fois, c’était agréable à sentir.

Après quelques appels du fameux Harrison, elle me demanda de la redescendre et je m’exécutais. Visiblement il répondait absent dans le jardin. Je me tentais au jardin suivant, lançant ma planche devant moi et grimpant dessus, ça ferait gagner quelques secondes. Pas de haie ici, juste une barrière, ça facilitait la recherche. Pas de trace du chien ici non plus. Au jardin suivant de nouveau une haie, trop haute bien sûr. Mais ça tombait bien, il y avait une voiture garée juste devant. Je grimpais dessus pour visualiser le jardin. Pas de nouvelles du quadrupède, mais c’était bien le voisin qui se préparait son café à la fenêtre qui fit des yeux ronds en me voyant dépasser du toit de sa voiture neuve. Je l’entendais crier et encore un peu plus quand il ouvrit sa porte d’entrée. Je me précipitais de descendre du véhicule que je n’avais pas endommagé (pour une fois), et je courais en direction de Katya qui cherchait de son côté, pour lui prendre la main pour l’emporter avec moi une fois à son niveau.

« - Vaut mieux que tu coures avec moi si tu tiens à ne pas arriver en retard. »

A grandes enjambées je l’emportais avec moi jusque devant ma maison qui n’était pas bien loin, pour attendre cachés dans le jardin que les cris de l’homme s’estompent au loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais des commérages à propos des voisins


Féminin
Nombre de messages : 778
Etudes/Metier : Caissière au supermarché à mi-temps & organisatrice de levées de fonds à l'église
Love : Food ?
Humeur : Gourmande

Inscription : 01/05/2015


Dirty . Secret
Dirty Secret:
Double compte:



MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright Dim 31 Mai - 14:27

Katya s'imaginait mal partager une douche avec Alistair, même si son idée l'a fit rire intérieurement. Néanmoins, elle était bien trop préoccupée par la disparition de son chien pour le montrer et préféra esquisser un bref sourire face à sa remarque sans réagir dessus.
Ils partaient tout les deux à la recherche du compagnon à quatre pattes, Alistair l'aidant en la portant à regarder par-dessus la haie des Hamilton. Après l'avoir appelé — discrètement tout de même, elle ne voulait pas réveiller les habitants de la maison — et n'ayant pas de réponse, elle ne put qu'en conclure que son chien ne se trouvait pas ici. Alistair la reposa, ne faisant aucun commentaire sur la position étrange dans laquelle ils venaient de se mettre. Après toutes les blagues ambiguës qu'ils avaient échangées depuis tout à l'heure il avait enfin eu l'occasion de la tripoter un peu !

Il continua l'investigation dans son coin, inspectant les jardins voisins tandis que Katya tentait de voir s'il ne s'était pas fourré dans un buisson à proximité, mais pas de traces de cet imbécile. Elle se demandait bien où il avait pu encore se fourrer. Elle était déjà à bout de sa patience quand elle vit Alistair monter sur le toit d'une voiture pour inspecter un jardin dont les haies étaient trop hautes. Il avait de l'audace celui-là, si quelqu'un le voyait il aurait besoin d'une bonne excuse. Apparemment ce fut le cas parce que soudainement le jeune homme descendit du véhicule et mît à courir droit vers Kat. Celle-ci qui avait l'habitude des conneries de sa sœur comprit vite, et elle savait que dans ce genre de situations il ne valait mieux pas poser de questions.
Ils couraient main dans la main, ils parcoururent une bonne partie de Magnolia Street comme ça, jusqu'à ce qu'ils finissent par trouver refuge dans un jardin. Les cris du voisin commençaient à se calmer, de si bon matin il n'aurait sûrement pas le courage d'aller les retrouver... Mais s'il avait eu le temps de voir son visage, il dirait sûrement sa manière de penser à Alistair dès qu'il le recroiserait dans le quartier. Mais bon pour le moment il pouvait avoir l'esprit tranquille.

Katya s'extirpa de leur cachette, s'étirant un peu. Elle n'avait pas prévu une telle course en ce début de matinée, c'était un peu fatiguant. « Ça faisait longtemps que j'avais pas fait mon footing, mais la prochaine fois préviens moi que je m'y prépare. » Elle rigolait, elle se doutait bien qu'il n'avait pas du tout prévu tout ça, mais Kat ne lui en voulait pas. Elle aimait bien même, une impression de faire les quatre cent coups, ça faisait longtemps. « Par contre, je crois que c'est l'heure pour moi ! » En effet, après un petit coup d'œil sur son portable elle s'aperçut qu'elle avait déjà un peu de retard sur les quinze minutes. « Bon je te demande pas de m'aider à me savonner, mais par contre je te confis la tâche de retrouver mon chien... Quand tu auras mis la main dessus, tu peux direct le ramener chez moi, normalement il y devrait bien quelqu'un pour t'accueillir. » Tout cela l'inquiétait quand même, elle n'aimait pas savoir son chien disparu. Apercevant une bosse de forme rectangulaire dans la poche de jean du jeune homme, elle fourra sa main dedans pour y attraper ce qui était en effet son portable. Un grand sourire se dessina sur son visage tandis qu'elle lui piquait son téléphone, elle savait que son geste était un peu osé. Elle s'empara donc de l'appareil et se mis à pianoter sur les touches rapidement. « Voilà, dès que tu l'auras retrouvé envoie moi un message, ou même si tu ne le retrouves pas d'ailleurs, mais j'espère pas. Et puis comme ça j'aurais ton numéro si j'ai besoin d'une leçon de skate, ou pour une visite à Sterling de nuit... Ah, et pour t'envoyer des photos cochonnes ! » Elle ne put retenir un petit rire. « Merci en tout cas. » Et sur ce elle lui fit une bise sur sa joue, puis rebroussa le chemin jusqu'à sa maison.

_________________
Il faut faire les petites choses
COMME SI ELLES ÉTAIENT GRANDES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright

Revenir en haut Aller en bas

A l'aube - Katya Fitzgerald et Alistair Albright

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une bataille à l'aube...
» Alistair Souleater
» [LIBRE] L'aube d'une grande aventure...
» [Juge]-Brigandage-Aube-(10/01/57) [Retraite]
» Demain, dès l'aube...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dirty Secret :: Le quartier :: Magnolia Cresent :: Magnolia Street-